Jour de pluie

Aujourd’hui est une mauvaise journée.

J’avais envie de vous parler de ma grosse déprime, du pourquoi, du comment, etc…
Mais bon, je me suis dit que: 1 -Ca vous regarde pas; 2 -Vous vous en fichez pas mal; 3 – j’ai créé ce site dans un exprit complètement crétin avec visée humoristique.

Mais comme vous êtes des petits chanceux, je vais vous raconter ma journée « tout-fout-le-camp »? Ca va être du lourd!!

Généralement, par jour de grand spleen, je reste cachée sous ma couette longtemps avant d’émerger et faire face à mes obligations (genre, un TD à 14h). Déjà, aujourd’hui, rapport aux ouvriers bruyants dans le salon, ça n’a pas été possible. So bad…

J’ai donc décidé d’aller ruminer ma life dehors, sous la pluie.

Manque de chance, il avait plu, mais ce n’était plus le cas quand je suis sortie. Donc, je ne pouvais pas ruminer « en plus il pleuut, ma vie est fioutue!! » (notez la référence hautement cinématographique), mais je ne pouvais pas non plus m’asseoir sur les marches d’une fontaine pour faire ma clocharde, toujours en ruminant que la vie est dure, que le sort s’acharne contre moi, que la vie est injuste, et tout et tout…

Déjà, avoue que ça commence plutôt mal!

Quand je suis sortie, j’avais en tête de dépenser plein de sous, car d’aucun sait que c’est un excellent remède contre le spleen (avec le rhum, mais il était un peu tôt).
Mais evidement, à 9h du matin, les boutiques sont fermées…

C’est donc vers le musée que je me suis tournée (par souci stylistique, je ne vais pas préciser que le musée n’ouvre aussi qu’à 10h et que j’ai dû tourner dans la rue comme une âme en peine avant l’ouverture), avec en tête de voir la nouvelle expo des Augustins… Mais évidement, elle ne commence que demain (même s’ils en font de la pub depuis 2 mois).

Profitant quand même de mon super tarif étudiant (la gratuité donc), je rentre dans le musée, qui est un ancien couvent, ça correspond tout à fait à mon humeur. Je me dis « chouette, je suis la première et unique visiteuse, à moi le cloître, à moi les tableaux qui font pleurer.

Grosse erreur! Je n’étais pas seule, non, bien sûr… Arrivée dans la salle des oeuvres picturales, que vois-je (ou plutôt qu’entends-je?) ? Un guide qui explique à une tripotée d’ado de 16 ans pourquoi et comment le nez de Clovis s’est retrouvé à droite plutôt qu’à gauche…

Du coup, il m’a été très difficile de plonger lascivement dans le regard de la demoiselle au parc de Berthe Morisot, ou dans ceux du jeune homme de Camille Claudel… Je n’ai même pas pu entamer une conversation intérieure, j’entendais en arrière fond « oui, voyez vous, la peinture verte a été choisie dans un souci de colorisation adaptée d’une feuille d’arbre en plein été » (j’ai une excellente mémoire).

Lasse, je me dirige vers le cloître. En passant par le petit cloître, parce que je ne l’avais jamais vu. Le petit cloître est sans doute l’endroit le plus triste du monde, ce n’est pas très beau, et même la fontaine semble s’être suicidée…
Une fois dans le cloître, je me delecte de pouvoir enfin passer un peu de temps à révasser sur la débacle de ma vie. Adossée à une colonne, regardant un bel arbre fleuri, je commence à divaguer, à ronchonner même!!
Quand soudain, un autre guide, avec une horde de gamin de 6 ans pour le suivre… Et qu’est ce que ça fait des gamins de 6 ans qui croisent une nana assise sur un rebord de cloître contre une colonne? Ca te fixe, ça se retourne pour vérifier que oui, t’es encore là, et ça se re re retourne, parce que, on sait jamais, des fois que t’ais disparu…
Nan, j’étais bien là, et j’ai cherché un miroir pour voir ce qui n’allait pas. J’en ai pas trouvé, je me suis résignée à passer le reste de la journée avec un truc horrible sur le visage…

L’endroit n’étant plus du tout propice à la remise en question, je suis resortie, avec dans l’idée de faire une razzia chez Sweet art, genre, je vais me trouver un gri-gri qui me portera chance et qui fera joli à mon cou.
Rien n’aurait été parfait si la boutique n’était pas fermée, c’est évident.

Dans un souci de culturisation, à défaut d’avoir un moral au top, j’aurais de quoi me morfondre en écoutant de la jolie musique, je me dirige vers la médiathèque, ça tombe bien, je suis juste à côté du métro!!
Je prend le métro, direction la médiathèque, quand j’ai l’idée de vérifier si j’ai ma carte de bibliothèque… Ben t’as deviné, je l’avais pas!

Pour me venger, je me suis arrêtée à la Fnac (où il y a une très jolie expo des croquis du dernier Miyazaki « Ponyo sur la falaise »), en me disant « je vais acheté le Klimt (de Taschen, je suis étudiante), qui me fait de l’oeil depuis un bail. Oui, là aussi, tu as deviné qu’ils ne l’avaient plus en stock…
Je me suis vengée sur le Munch, sympa aussi… Et, dans la foulée, j’ai acheté Tout est sous contrôle de Hugh Laurie (Alias Gragory House), j’ai commencé à le lire, et j’aime pas le début, ça promet… (Note que j’aurais mieux fait de commencer à le lire DANS la fnac…)
J’ai aussi acheté « L’école des chats » à Mouflette. C’est chez Harmonia Mundi, ça peut pas être pourri, et visiblement, elle adore (elle est en train de le lire, c’est un signe).

Ensuite, je vais à mon TD, parce que, plus le temps pour faire d’autres trucs. Là, la prof nous annonce que, comme c’est dommage, on a un TD en plus la semaine de la rentrée, le mercredi bien sûr, quand Mouflette n’a pas école et que je ne l’ai pas inscrite au CLAE… La prof accepte que je l’emmène avec moi « mais, vous êtes sûre qu’elle sera sage? » Meuhhh oui, Mouflette est un ange, elle n’interrompt jamais personne quand il dit des mots qu’elle comprend pas, tu penses!

Ensuite, je suis rentrée en navette (que j’ai attendu 10 minutes, sous la pluie cette fois), parce qu’une journée foutue sans navette, c’est dommage…
Et qui y’avait dedans? Le débile bizarre, qui puait aujourd’hui, et qui s’est assis à côté de moi… Youpie!!

Cela dit, cette journée commençait avec un gros coup de déprime (rhaaaaa, je suis une ratée, personne veut de moi -rapport au fait que j’ai pas obtenu le stage au Canada, finalement- ma vie est nulle, bouhouhou, une corde, vite!!), et si je fais le bilan:
– J’ai pas dépensé les sous que j’ai pas
– J’ai été au musée, et je connais la vraie date de l’expo
– Y’a des mouflets qui m’ont fait croire que j’étais une super star
– Je vais passer 4h avec Gregory House, enfin, son livre, ce qui est tout comme
– Mouflette sait lire, ce qui n’est pas le cas de tout le monde
– La navette est passée (parfois, elle oublie)

En plus, Roméo m’a appellé pour nous inviter au resto, on n’a pas trop le choix vu l’état chantieresque de la maison, là maintenant tout de suite, mais c’est cool, non?

Moi je dis, c’est cool!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

8 Commentaires sur
“Jour de pluie”
  • t’as songé à t’ouvrir les veines avec une envellope ? çà coupe vachement les envellope ..si ….c’est très dangeureux …voilààà bon alé j’y vais hein ?! a +

  • T’as même pas mentionné qu’en rentrant chez toi tu as eu la joie de trouver une tartinette.
    Oui bon d’accord, moi aussi j’y vais…

  • Eh ben dis donc, sale journée… Tu y as survécu, c’est l’essentiel (euuuh).
    Et autres banalités « pour remonter le moral des gens de quand ils vont pas bien, mais que tu sais pas trop quoi leur dire, oups » : demain sera un jour meilleur/ça ira mieux après une bonne nuit de sommeil/j’ai plus d’idées. Allez, keep strong. Et dis toi qu’il y a quand même un bon point dans tout ça : même en étant déprimée, tu (me) fais toujours rigoler ;-). à+

  • Hehe, oui, je suis une comique dans l’âme, doublée d’une optimiste, c’est pour ça que j’ai abandonné l’idée de l’enveloppe coupante (qui est effectivement très dangereuse, je confirme).
    Sinon, oui, j’ai eu la joie d’une tartinette, mais bon, on rentre dans la sphère ultra privée là, ho!!
    Mais, merci pour les banalités, ça fait toujours plaisir ;o)

  • bon, le bilan n’est pas si negatif !!! va voir les enfants plus souvent, ils te feront sentir que tu es une star , ça fait du bien au moral!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


quatre − = un