Rest’Ô Toulouse

Toulouse est une ville qui, jusqu’à ces 5 dernières années, m’était totalement inconnue. Du genre: je savais vaguement où ça se trouvait, mais je m’en fichais pas mal.

Puis, un jour, alors que je venais de valider mon Deug à Angoulême (un jour, j’en reparlerais, il faut avoir vécu au moins une fois dans cette ville plus qu’ubuesque!), j’ai dû m’ouvrir à de nouveaux horizons pour poursuivre mes études. J’avais le choix entre Nice (trop cher), Lille (trop froid), Paris (déjà vu: je me faisais un point d’honneur à ne jamais déménager deux fois dans la même ville) et Toulouse.

Comme vous vous en doutez, j’ai choisi Toulouse, et j’ai découvert la 4° dimension.

Avant, l’endroit le plus au sud où j’avais vécu, en France, c’était l’Ile de Ré (la classe, je sais).
En arrivant à Toulouse, j’ai découvert que Bordeaux, c’était le Nord (l’Ile de Ré aussi du coup), et toute mes connaissances géographiques ont pris un coup dans l’aile.

J’ai aussi découvert une nouvelle façon de conduire (à noter que j’ai eu mon permis à Angoulême, ville d’escargots s’il en est), plus rapide, beaucoup beaucoup plus rapide, faisant fi des feux et autres panneaux signalétiques, où l’avertisseur sonore est roi, mais le clignotant un artifice. Limite, à Paris, ils conduisent bien.

J’ai découvert un accent du sud que j’ignorais: l’occitan. Ici, on dit rôse, pas rause, on parle de chocolatine pour dire pain au chocolat, on dit poche au lieu de sac, et plein d’autres trucs qui me font encore sourire (mais auxquels j’adhère pas, je suis apatride, moi!!).

J’ai aussi, bien sûr, découvert la nourriture légère et diététique du sud-ouest, la passion locale pour le rugby (non, les gascons ne sont pas des grosses brutes), la mauvaise foi caractéristique et le bon-vivre façon « tout le monde dans la rue est mon ami! »

Quelques restaurants dans lesquels il faut mettre les pieds si par hasard vous passez à Toulouse un jour (venez me dire bonjour aussi, ça me fera plaisir)

Le Genty Magre
Petit resto gastronomique sympatoche, on est servis comme des rois, le sommelier est au poil!
C’est mon number one
Prix des menus: 22, 32 ou 42€
Ajoutez 12€ pour la sélection de vin qui va bien, 3 verres par personne, pour accompagner chaque plat.
Nous y étions pas plus tard que vendredi soir, la carte change souvent, sauf les desserts.
Mention spéciale à la gaufre aux fruits rouges: à se damner!
Le Genty Magre
3 rue Genty Magre
31000 Toulouse
05 61 21 38 60

 

Au Petit Bonheur
Ou le resto qui paye pas de mine, avec un décor rigolo mais un peu plus que désuet, mais où la carte est à tomber à la renverse…
Plats à base de recettes gasconnes, tout est incroyablement délicieux.
Le prix aussi (au vu du bouge) comptez 40€ par personne.
Au petit bonheur
20 rue des Filatiers
31000 Toulouse
05 61 14 07 06
Le Katana
Un japonais (comme le nom ne le laisse absolument pas deviner) original, où les plats sont cuits sous votre nez, sur la plancha au milieu de la table.
A base de poisson, fruits de mer, soja et tofu, le chef fait sauter les ingrédients (au sens littéral du terme), c’est à la fois comique et très bon.
Menu à 20€ en moyenne
Le Katana
37 rue des Couteliers
31000 Toulouse
05 62 26 74 65
Le Nez rouge
Testé samedi.
Le resto qui remplace « La Cantine du Curé » se devait d’être à la hauteur. Et il l’est!!
Beaucoup plus doué pour les plats que pour les desserts, à mon avis (encore qu’ils restent tout à fait honorables).
C’est un restaurant bio. Du vin aux ingrédients, tout est donc « AB« .
C’est absolument délicieux. J’y ai mangé mon tout premier risotto, en mettant la barre incroyablement haute pour les prochains.
Pas de menu, comptez 35€ par personne, à la carte
Le Nez Rouge
1 rue Henry de Gorsse
31000 Toulouse
05 61 25 83
Le Coq Hardi
Un peu caché, souvent vide, on se demande où on met les pieds quand, par désespoir (tous les autres restaurants affichent complet), on décide d’y manger pour la première fois.
Il s’avère que l’absence de client n’est pas justifiée, loin de là!
Pour une somme raisonnable (Menu à 30€ environ), on y mange bien, avec des petits plus qui font plaisir (genre amuse-bouche, petits consommés, mignardises, etc…).
Je me demande encore pourquoi il n’y avait pas plus de monde!
Le Coq Hardi
6 rue Jules Chalande
31000 Toulouse
05 61 21 61 01

 

Voilà mon top 5 du moment.

Evidement, il n’y a que des restaus dans un rayon de 300 mètres autour de notre appart, on est quand même au coeur du quartier où se trouvent les meilleurs.

Avant, quand nous habitions loin, très loin, dans la banlieue (Borderouge, ceux qui connaissent me comprendront) perdue, où il fallait prendre le bus (le métro n’existait pas quand j’y habitais) pendant plus de 15 minutes pour arriver au centre ville, nos choix culinaires étaient beaucoup plus variés géographiquement parlant. Ce qui n’était pas toujours une bonne idée d’ailleurs.

Mais maintenant que le premier bouge est à 27 secondes à pied, porte à porte, ben, on se prend vachement moins la tête, on va là où il y a de la place, le plus près possible de nos 5 étages sans ascenseur.

Sinon, pour revenir à mon anniversaire (un plaisir qu’on aimerait faire durer plusieurs jours, ce moment de grâce où tout le monde est à nos petits soins sous prétexte qu’on est né quelques années auparavant!!), j’ai eu des beaux cadeaux.

 

Ma témoin de mariage m’a offert une place pour le concert de mon choix, avec l’orchestre du Capitole, à aller écouter avec elle. Me connaissant, elle pouvait difficilement tomber mieux!! (Et la connaissant, elle se fait plaisir aussi du coup!)

Ma Maman m’a fait livrer de jolies roses blanches.

Inspecteur Gadget m’a offert un flacon plein de Coco Mademoiselle, pour remplacer le flacon vide que je laissais traîner en guise d’approche « regarde chéri, y’en a plus, et mon anniversaire c’est dans 3 semaines!!! »
Et, comme il est devenu trop fort en décryptage de messages subliminaux, il m’a offert un joli sautoir « The French Factory » de chez Sweet art. (La boutique qui me fait craquer!) 

 

 

 

 

Et Mouflette m’a offert un joli livre dessiné, colorié et écrit de ses mains. Mouflette, c’est pas encore Proust, mais elle n’est pas loin, avec son histoire de chats qui jouent à cache-cache. Niveau orthographe, ça y est, je pense qu’elle est prête pour la dictée de Pivot!

 

Sinon, aujourd’hui, je m suis expatriée loin, loin, et je suis allée faire un tour chez Cultura, où j’ai découvert que le violon était un instrument à vent… Au vu du rangement des partitions, et ça ne semblait pas être une erreur, vu le nombre. Je suis donc toute chamboulée, encore une vérité qui se casse le bout du nez (Pirouette-Cacahuète)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

8 Commentaires sur
“Rest’Ô Toulouse”
  • Toulouse m’évoque mon oral de CAPES (36° en Juillet, hyper sympa cette ambiance dans la sueur), je me souviens de la pizzeria/saladerie Manzano où l’on passait nos soirées Place du Capitole.
    Et puis j’adore l’accent de Claude Nougaro.

    Le livre de Mouflette m’a lair over the top et je suis méga jalouse de la religieuse au chocolat !!!!

  • Ah connais pas Toulouse mais ça me donne bien envie d’y aller! Mouflette est une véritable artiste dis moi, Quel cadeau! je trouve que c’est génial, bien plus recherché qu’un collier de pâte!

  • le coq hardi, je connais, les autres pas… faut dire que ça fait maintenant 9 ans que j’ai quitté la ville roase pour le béarn où on mange encore plus léger, sissi, c’est possible ! ;-p

  • ô toulouse, c’est la ville où j’ai connu mon cher mari, pendant ses études à l’ICAM!
    j’adore cette ville, on a des potes là-bas, je ne manquerait pas de te faire signe le jour où on ira les voir!!!
    Bisous

  • @Soso: Je m’en doutais!! T’as toujours pas reçu ton bijou Lupin Lapin?
    Je connais même pas la pizzeria dont tu parles…

    @Nathi: Effectivement, Mouflette est très artiste, elle fait toujours des petits trucs super mimi! Ravie de t’avoir donner envie de visiter la belle ville Rose

    @Eddye: Les restos ont dû changer en 9 ans, c’est sûr! Encore plus léger dans le bearn? J’ai peine à y croire ;o)

    @Lorele: Ce sera avec grand plaisir.
    Bises

  • Tu as tellement raison sur la conduite toulousaine….. venant tout droit de la region parisienne (mais n’y etant pas natifs je precise! lol), les parisiens nous ont paru etre des enfants de coeur….
    Tu as peut-etre juste oublié que les toulousains ne savent pas prendre le metro: ne laisse pas les gens sortir, ne laisse pas leur place à une pauvre maman avec son p’tit bout dans les bras et les courses dans l’autre main….
    Enfin toulouse est toulouse et on l’aime comme ça (même si des fois j’ai envie de les tuer ses toulousains que je trouve pas polis! mdr)

  • Mais c’est qu’il y a des restos que je ne connais pas encore ! Ce qui me fait une double raison d’être enchantée de découvrir une nouvelle bloggeuse toulousaine ^^

  • Ah sympa les adresses de restos! ça fait 2 ans que je suis à Toulouse (en vrai je suis originaire de Corrèze, donc les expressions tout ça c’est pareil :p), mais il a tellement de restos, que c’est pas évident de filtrer (c’est pas faute d’être avec un cuisinier pourtant!)!

    Bon je poursuis ma visite dans ton blog :p

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


− deux = six