Le jour où je me suis tapée l’incrust’!

Il y a quelques jours, Mister Mii et moi fêtions notre première année de mariage. J’en reparlerais plus tard.
Ca nous a rappelé plein de bons souvenirs, notre rencontre, les étapes de notre relation et tout et tout.

Mister Mii et moi, on s’est rencontré le 10 août 2002 de manière complètement fortuite.
Lui revenait d’une année d’études en Floride, et représentait ses parents au mariage d’une cousine éloignée.
Moi, j’étais en vacances chez ma mère, qui s’était fait inviter au vin d’honneur du même mariage par le père de la mariée qui habitait son village, et elle m’avait dit « Allez, viens toi aussi, ça va être drôle! »

Nous sommes donc allées, ma mère, Mouflette (un an, hurlante) et moi, assister à ce mariage champêtre.
Et à la sortie de l’Eglise, qui vois-je?
Un beau jeune homme, élégant, bronzé, beau, au sourire charmeur (au milieu des conducteurs de tracteurs, il faisait un peu tâche).

J’étais bien embêtée, parce que, d’une, comme expliqué plus haut, si j’avais un sex-appeal qui m’aidait bien, j’avais aussi une gaucherie et une timidité bien handicapante en ce genre de circonstances… Et draguer un homme en 1heure top chrono avant la fin de vin d’honneur, c’était mission impossible… Détacher mes cheveux, le battre au jeux vidéo, faire mon indifférente et tout, j’avais pas le temps.

Alors, j’ai erré, genre, je suis seule et abandonnée, mais où sont ils donc tous passés? Ca n’a pas bien fonctionné, curieusement, à 60 mètres et derrière un arbre, il ne m’avait pas remarqué.

J’ai donc rejoint ma mère qui discutait avec le père de la mariée, et celui ci, dans son enthousiasme -et surtout après avoir un peu abusé du Pinault des Charentes- après m’avoir dit 3 mots du style « Oh, z’êtes la fille de Maman Mite, z’êtes bien jolie!! » m’a lancé une sorte de défi sous forme d’invitation au mariage de sa fille.

Disons qu’en général, je suis une fille bien élevée, je ne profite pas de la faiblesse d’un alcoolique pour m’incruster où que ce soit, mais là, l’heure était grave, mon beau brun n’avait fait aucun cas de moi depuis une heure, et je voulais vraiment tenter ma chance, toute la soirée pour tenter de faire semblant de ne pas le draguer, c’était plus jouable!

J’ai donc accepté l’invitation, en grosse opportuniste au coeur d’artichaud.

Ensuite, j’ai tenté une approche plus franche, genre je me mets devant l’arbre et plus derrière, et j’attends, l’âme en peine, que quelqu’un daigne me servir à boire. A 3 mètres du beau brun, c’est plus efficace!
Il a mordu à l’hameçon, m’a servi une coupe de mousseux et on a commencé à faire connaissance. On avait plein de points communs, la mayonnaise prenait, c’était top.

Est venu le moment du repas, et la question « Mais au fait, t’es une invitée du marié ou de la mariée? » que j’ai éludé avec grâce en disant « oh mince, ils m’ont oublié sur le plan de table! »
J’ai réussi à avoir une place à côté de l’être de mes convoitises (je précise qu’au menu, il y avait melon en entrée, et tarte au dessert, ma présence ne les a pas ruiné! En plus, j’étais bien trop occupée à découvrir l’homme de mes rêves pour manger quoi que ce soit).

On a passé la soirée à approfondir nos connaissances l’un sur l’autre, on a dansé, on s’est roulé des palots, c’était très sympa.
Fin de soirée, il me raccompagne chez ma mère, mais, manque de chance, la porte est coincée, il m’invite donc à venir passer le reste de la nuit chez ses grands parents (qui ont une maison secondaire dans ce village, c’est y pas inecredibeule??), en tout bien tout honneur, je ne suis pas une fille facile, moi, monsieur! (et j’étais pas épilée surtout)

Au petit matin, on s’échange nos numéros comme des adolesscents, son grand père nous re raccompagne chez ma mère et là, oh, comme par magie, la porte s’ouvre… Et on se promet de se rappeler, tellement qu’on s’est bien aimé et tellement qu’on est jeune et fou…

Un jour passe, deux jours, 4 jours, rien…
3mais pourquoi il m’appelle pas? Tu crois que je dois l’appeler hein hein, tu crois dis??? »
Je harcelle ma mère qui, d’épuisement, me dit « Mais appelle le bon sang! On est au XX° siècle quand même! »

Je décide donc de rappeler mon bel presqu’inconnu. et là, il est froid, distant, pas trop envie de me parler… Il me dit qu’on devrait en rester là, parce que voilà quoi, on habite loin, il a un concours à passer, et tout et tout…
Bon, je ne suis pas du genre à lâcher le morceau, alors je lui dis que c’est pas grave, qu’on peut essayer quand même, parce que, on s’aime bien, et ses arguments sont un maximum vaseux quand même!

Au fil des jours, il me parle des ses projets, de son concours, de ses copains et qu’il ira en Corse pour faire le Mare et Monti sud en septembre avec un cops.
Et il me demande si j’ai bien envie de venir avec lui, et je dis oui, parce que passer une semaine avec Mister Mii, même si je dois suer sang et eau, ça me branche drôlement!

Et puis, vient le jour où je lui annonce que j’ai une Mouflette, parce que de peur de le faire fuir avant, j’avais rien dit, et à 21 ans, c’est pas flagrant qu’on a déjà un môme.
Et là, il me dit qu’il l’a su dès le lendemain de notre rencontre parce qu’il a eu Krupps au téléphone, et voilà quoi, Krupps, il lui a dit des trucs genre, j’ai un peu une Mouflette (Krupps, c’est un gars que j’avais rencontré dans un train lors de mes nombreux aller-retours Paris-Angoulême, on avait sympathisé, et parfois, on allait au resto ensemble. Sauf que, Krupps, c’est aussi l’un des meilleurs cops de Mister Mii, et on avait partagé cette coïncidence lors du mariage). Et il avait gentillement attendu que je lui dise, et ça lui faisait peur, mais pas trop quand même.

Ensuite, nous sommes allées en Corse, avec CrashMan, le copain, et tout s’est très bien passé.
Bon, Crashman et moi, on a un peu fait barrage pour pas faire la rando jusqu’au bout, parce que le ciel bleu et la mer, faut en profiter, et dans la montagne, il fait froid et y’a des gens qui mangent du saucisson de sanglier… Mister Mii, il nous en a voulu un peu, mais on était majoritaire!

Et puis, est venue le jour de LA rencontre… Le jour où Mister Mii, inconscient, m’a présentée à ses parents. Mais je vous raconterais ça une prochaine fois!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

14 Commentaires sur
“Le jour où je me suis tapée l’incrust’!”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


neuf + sept =