Meets the parents #2

La dernière fois, je vous racontais le plus beau jour de ma vie, celui où j’ai rencontré mes beaux-parents.

Il se trouve qu’après 5 années où j’avais interdiction formelle de pénétrer chez eux s’ils s’y trouvaient, et donc de les croiser, Mister Mii m’a demandé en mariage.
La demande elle même n’a pas été spécialement romantique, en revanche, l’annonce aux parents, si!!
Je passerais l’annonce faite à ma mère, qui de toute façon savait qu’il se tramait quelque chose depuis belle lurette, et a donc montré un étonnement restreint, mais un enthousiasme certain.
Pour annoncer la bonne nouvelle aux Parents Mii, nous avions choisi une date éloquente, le 8 juillet 2007. Je m’en souviens car nous revenions d’un mariage la veille, où j’avais fini partiellement sous la table (comprenez: j’ai bu 3 coupes de champagne).
Le lendemain donc, nous étions autorisés à nous rendre dans la maison toujours aussi décrépie, mais fleurie, c’était l’été, après moultes négociations de la part de Mister Mii.
Arrivée, Papa Mii me dit bonjour comme si on était des potes de lycée, Papa Mii est spécial!
Frères Mii, que j’avais déjà un peu appris à connaître auparavant, m’ont dit bonjour normalement.
Maman Mii faisait la sièste, son fils qu’elle n’avait pas vu depuis des mois débarquait, pourquoi se presser…??
Une heure après (c’est le temps de latence chez les Mii), Maman Mii arrive, me fait la bise (Je ne m’en remettrais jamais). Et on s’assied tous pour boire l’apéro.
Un verre d’eau pour moi, j’ai mal supporté le Moët et Chandon de la veille.
Je prends une olive, et je m’amuse avec le cure-dent, on fait ce qu’on peut pour s’occuper.
Tout à coup, vif comme l’éclair et aussi imprévisible que la foudre, Mister Mii lance « On va se marier! », fort en plus, je veux dire, il aurait pu avoir peur qu’on l’entende, mais non.
J’ai explosé le cure-dent dans mes mains, la suprise, vous comprenez…
Et là, Papa Mii dit « Ha bon? »
Maman Mii devient toute pâle.
Frères Mii se regardent, mi amusés, mi consternés.
Finalement, l’un d’eux se lève pour nous féliciter, et vient le moment de trinquer.
Maman Mii me regarde, dédaigneuse et dit (en arrêtant de me regarder, sinon, ça fait peur) « Je ne trinque pas avec de l’eau! »
Ambiance!!!
Je ne parlerais pas du niveau d’enthousiasme quasi cosmique, il se dévine dans les lignes précédentes.
Après cela, près d’une année à plus ou moins s’ignorer, le mariage étant un sujet tabou, et les 800 km bénis séparant Toulouse de Saint Cloud un obstacle à des retrouvailles plus fréquentes.
On a eu la bonne idée de choisir de se marier dans les Landes, lieu de naissance de Mister Mii et de résidence de quasi toute sa famille, hormis ses parents.
On a choisi de faire la cérémonie religieuse (j’expliquerais un autre jour pourquoi me marier à l’Eglise était aussi important pour moi alors que je ne crois en Dieu ni d’Eve ni d’Adam) dans l’Eglise où Mister Mii avait été baptisé, et où ses parents se sont mariés… Perso, ça me fichait les jetons, mais ça lui faisait tellement plaisir.
Alors évidement, on a eu droit à des conseils en tous genre de la part des grands parents Mii chez qui nous allions séjourner à chaque fois qu’on avait un truc à préparer (et punaise, y’en a des trucs à faire, pour juste une journée!)
Heureusement, famille Mii, même si trouvant nos choix plus contestables les uns que les autres, sait être discrète et pas trop intrusive.
Nous avons donc choisi de nous marier dans un joli château bucolique et plein de charme, de faire un repas assis à table, avec un menu gastronomique Landais, tout ça tout ça…
Vient le jour du mariage civil, le 19 juin, à Toulouse, dans la salle des illustres du Capitole (c’est très beau). On avait convié un nombre très restreint de convives, réservant les festivités pour le 21. Il y avait donc Maman Mite, nos témoins civils, les parents de Mister Mii ainsi que ses frangins.
Mais, prétextant je ne sais quelle excuse débile, Maman Mii ne s’est jamais pointée, trop occupée par son boulot, et puis un fils, ça se marie tellement souvent, ça vaut pas le coup d’y être, hein?
Par contre, Papa Mii a été obligée de repartir assez tôt, parce que même si Maman Mii est détentrice du permis de conduire, elle ne pouvait pas venir toute seule le samedi, donc Papa Mii s’est coltiné l’aller en train, puis le retour en train (Toulouse-Paris en train, c’est trèèèèèès long), puis l’aller vers les Landes, le tout, en moins de 24 heures!
Je soupçonne Papa Mii d’avoir inventé cette excuse bidon pour aller chercher sa femme de gré ou de force, mais je n’en saurais jamais plus.
Bref, après une cérémonie civile émouvante, un dîner sympa et tout et tout, départ pour les Landes, où l’on doit finaliser les derniers préparatifs.
Puis le 21 juin arrive, beaucoup plus vite que prévu.
Une cérémonie religieuse un peu baclée par un prêtre que je ne préfère pas définir…
Des félicitations de parts et d’autres, mais une Maman Mii qui brille par son silence: pas bonjour, pas félicitations, pas « je vous souhaite plein de bonheur », rien, ni à son fils ni à moi.
Je note aussi que dans la famille Mii, les seuls qui ont montré de l’enthousiasme et autre chose que des sarcasmes et/ou des blagues débiles, ce sont les personnes de moins de 25 ans…
Trajet vers le joli château, pendant lequel on perd en route mon oncle (accessoirement le photographe), alors que Maman Mii est partie faire la sièste, voir son gamin se marier, ça ne fait rien ressentir d’autre qu’une fatigue qui nécessite de dormir tout de suite…
Pendant le dîner, le moment des surprises en tous genre. Nous sommes gâtés visuellement par nos amis, on rigole, c’est cool, c’est émouvant.
Maman Mite prend le micro, pour se motiver, elle a bu 2 coupes de champ’, le seuil fatidique. Elle est mignonne, même si tout ce qu’elle dit mérite une petite traduction par instant. C’est émouvant, ma mère nous aime et nous souhaite tout le bonheur du monde, ça fait plaisir!
Sauf qu’ensuite, elle a la bonne idée de tendre le micro à Papa Mii, qui ne voulait pas du tout parler à la base, mais elle insiste un peu, le champagne n’aidant rien.
Papa Mii prend le micro…
Papa Mii ouvre la bouche…
Papa Mii chante une chanson gasconne sur un certain berêt qu’il ne faut pas mettre à l’envers, si j’ai bien tout compris. Sauf erreur de ma part, Papa Mii est à jeun.
L’assemblée reste muette, totalement perplexe et déboussolée.
Je suis partagée entre le rire et la consternation, un coup d’oeil autour de moi me fait choisir la seconde option.
Papa Mii fini sa chanson, fier de lui.
Pas de « Félicitations »
Pas de « Bravo, je vous souhaite tout plein de bonheur! »
Pas même un « Putain, Mii, qu’est ce que t’as foutu? M’enfin bon, c’est trop tard, bon courage et sois heureux! »
Heureusement, mon oncle (qui a trouvé une nouvelle voiture pour arriver, finalement) a pris le micro ensuite, et nous a fait rire, et m’a fait pleurer, et a remis la bonne ambiance de départ.
J’ai été le remercier chaleureusement de toute cette émotion.
Mister Mii a voulu qu’on aille remercier son père… De quoi? D’avoir tenté de gâcher un jour de fête, de nous avoir cassé les oreilles??
Bref, la tête haute, on y va. (J’ai appris par la suite que ce simple geste nous a valu d’être pris pour des héros par nos amis, ça valait le coup!)
Maman Mii accepte de trinquer avec moi, une sorte de sourire au bord des lèvres. On y croit!

Ensuite, évidement, Famille Mii est partie sans même dire au revoir.
Inutile de préciser que la Famille Mii, mise à part ceux de – de 25 ans, toujours, n’a pas adressé la parole à la Famille Mite de toute la journée. On doit sentir mauvais, je sais pas…

Ces petits incidents sont passés inaperçus, sur le moment. Nous étions bien trop occupés à profiter de notre bonheur, de tous ces (autres) gens qui étaient là pour nous, pour fêter notre joie, de ce cadre sublime, de ce beau temps, de cette nouvelle vie qui s’ouvrait à nous.
On a déchanté plus tard, quand on reçu les petites cartes postales préparées par nos témoins, une par table, chaque convive y inscrivant un petit mot.
Nous avons eu des félicitations, des « plein de bonheur », de la joie partagée, des « faites nous des bébés » des envies de dire « Heu, on se calme là oui!! » 😉
Et puis la table de la famille Mii… Quelques « Portez vous bien », un « bon courage », un « Putain, ce mariage a dû vous coûter cher, Mii, rassure ta mère sur la santé de ton compte en banque », un message paternel absolument incompréhensible. Et rien de Maman Mii, of course…
Les frères Mii ont mis des petits mots qui m’ont ému aux larmes, c’est dire si ce n’est pas héréditaire!
Hum, et j’ai oublié de préciser que ce week end, on y retourne… Comme ça, parce que Mister Mii doit avoir envie de tester mes limites jusqu’au bout!
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

21 Commentaires sur
“Meets the parents #2”
  • Elle ne fait que dormir ta belle-mère.
    Je ne pourrai pas supporter ces gens-là, même pour mon homme ou mon mari.
    Ton histoire est belle et émouvante

  • Pfiou ! Pas facile ce genre de situation… Mes parents ont vécu un peu la même chose, avec les parents de ma mère qui sont d'insupportables passifs-agressifs. Mais c'est ses parents, elle les aime, donc mon père rongeait son frein, bien obligé de les voir. Mais ça a fini par s'arranger (à savoir qu'on ne les voit plus). Bon courage à toi pour le week-end. Les frères Mii ont l'air pas antipathiques, ils seront là ?

  • Et bé dis donc, tu parles d'une épopée… et dire que tu vas voir plein de trucs à nous raconter après ce WE… chic chic chic (moi chui contente que tu y ailles, y'aura du croustillant au retour 😉 )
    Z'avez qqchose à leur annoncer, que vous y retournez "déjà" ? 😉

  • Dis donc, elle n'a pas l'air facile "belle maman"… c'est bizarre qu'elle n'est pas été plus enthousiaste pour le mariage de son fils quand même. Elle ne t'apprécie pas j'imagine ?

  • Anouchka: Tu es adorable 😉
    Le fait qu'elle ne m'apprécie pas est un sacré euphémisme…
    Si j'étais médisante (et soyons fous!) je dirais que cette femme n'aime personne…
    Soyons réalistes, elle ne déteste peut être que moi, mais sans aucune raison clairement définie, et sans me connaître, c'est moche (ou de la connerie profonde, je ne sais pas…)
    (Franchement, dans mes rêves les plus fous, elle lit ce blog, et on aura enfin une bonne occasion de s'expliquer!!)

    @Karen: Non non, on y va parce qu'on a 4 jours, et qu'on a beaucoup d'amis à Paris, pour les voir de temps en temps.

    @Marie: Les frères sont très sympas, et l'un ne vit plus chez eux, mais c'est prévu qu'on les voit, oui. De dignes représentants des Mii, enfin!! :-p

  • J'ai raté le moment de papa Mii (sauf le début de la chanson où effectivement tout le monde avait l'air surpris) et le passage de ton oncle (sauf la fin où tout le monde avait l'air ému), sans doute occupé à aller me rechercher du Champagne…

    Mais franchement j'en garde un super souvenir de ce mariage !!

  • L'Australien: Je te parle plus, tu pars en voyage trop souvent!!
    (Sinon, bravo, ton alcoolisme latent me fait perdre toute crédibilité!!)
    (Et oui, moi aussi j'en garde un super souvenir, mais c'est plus drôle de raconter ce qui n'a pas été… :-p )

    Daydreamer: Je peux te filer son numéro si tu veux, je te laisserais fixer le tarif de la consult' avec elle!!

  • Episode 1 : je souris, c'est amusant
    Episode 2 : je suis consternée mais je trouve que Mister Mii t'a donné une merveilleuse preuve d'amour et que c'est bien là l'essentiel.
    Ceci dit, une belle famille, c'est rarement simple et l'éloignement géographique une excellente chose. Mes beaux parents habitent à quelques centaines de mètres de chez nous, je m'accroche toutes les semaines avec Belle maman !!!

  • J'étais un peu en retard sur la lecture de tes billets.
    Ca doit pas être facile d'avoir une mère comme ça. Et dire que moi j'ai des beaux-parents en or (encore mieux que ma mère c'est pour dire….)

  • J'ai assisté une fois à un mariage de ce style, où les mamans ont failli se battre, sympa, l'ambiance! Heureusement, comme pour vous, les mariés étaient tellement sereins et ravis, par ailleurs, que tout le monde a retenu leur visage rayonnant… Bon courage pour les retrouvailles ce week-end!

  • Bon courage pour le week-end. le plus important c'est que Mii et toi passiez au-dessus de tout ça.
    Elle est spéciale ta belle-mère et ça doit pas être drôle tous les jours d'être elle. Même pas venir au mariage de son propre fils! C'est incroyable.

  • Toutes les mères ne sont pas des mamans, la Mite….
    En tout cas chapeau, t'as bien transformé l'essai pasque j'm'ai bien marrée, franchement !
    Mais j'aurais pas aimé le vivre…je lui aurais déniappé le groin, à belle-maman…

  • Ah ces belles familles ! C'est rarement facile je crois !
    J'aurais un paquet d'anecdotes à raconter sur les relations entre la famille de ma mère et celle de mon père… Famille de ma mère qui a joyeusement reproduit tout ça avec la famille de ma belle soeur ! (bon, faut admettre que la famille de ma belle soeur (femme de mon frêre) est gentiement gratinée aussi, dans son genre)

    Mon chéri et moi, on joue sur la technique de la séparation. Et si on n'est "toujours pas mariés" c'est aussi par trouille de mettre tout ce monde là en présence…

    En tout cas, Mr Mii et toi formez un couple qui s'aime, et c'est ça le plus important.

  • ah ouais quand même.. sympa la maman ! au moins on ne peut pas dire que ta belle-mère te fout des batons dans les roues parce que tu lui piques son fils hein ^^

  • Je t'avais écrit un long commentaire… mais ça bug! :(
    En bref, je disais que ta BM c'est une véritable marâtre et que j'aurais eu tôt fait de lui dire ma façon de penser.
    Mais le plus important, c'est que c'est beau l'amouuuuuuuuuuuuuuuuur!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


+ six = neuf