Inglorious Bastards


Inglorious Bastards ou le nouveau Tarantino, inspiré d’un film du même nom de 1974 (Ou Une poignée de salopards, en français).

L’histoire: Une bande de mercenaires juifs américains se rendent en France pour « tuer du nazis ». En parallèle, Shosanna, une jeune femme juive qui a vu sa famille massacrée par Le chef SS Hans Landa, s’est réfugiée à Paris et a changé d’identité. Quelques années après le drame, l’occasion de se venger se présente, et elle va la saisir.

Un scénario assez simple. Pas d’alambiqué à la Reservoir Dogs ou Jacky Brown. Là, ce qui compte, ce n’est pas l’intrigue, on sait dès le début ce qui va se passer, ou pas loin.
L’important, c’est la manière dont les choses se passent, et ce qui se dit.

Inglorious Bastards pourrait être une pièce de théâtre tant les dialogues sont riches et puissants.
Tout se passe par la parole, la tension, l’humour, l’angoisse, la peur, la trahison… La langue est omniprésente et remplace la musique chère au réalisateur dans tous ses filmsprécédents.

Ici, pas de musique grandiose, juste des airs faisant penser aux films de guerre d’époque (Le jour le plus long ou Les 12 salopards), et surtout les différentes langues utilisées comme autant de pièges pour les protagonistes.

La scène en italien est particulièrement savoureuse. Aldo Raine (Bard Pitt, fabuleux) et ses deux condisciples, face à Hans Kanda (Christopher Waltz, extraordinaire) devant se faire passer pour des cameramans italiens alors qu’ils ne pipent pas un mot dans cette langue, face au soldat nazi quadrilingue. C’est hilarant, jouissif, et tout ne passe que par les mots. Le « Arriverderci » d’Aldo The Appache est juste fantastique.

Evidement, en VF, ce film n’a absolument aucun intérêt. D’abord parce que 60% du rôle d’Aldo Raine tient par son accent du Tenesse à dormir debout. Et Hans Landa qui s’exprime alternativement en français, anglais, allemand ou italien, ça vaut de l’or. Remplacer l’anglais (avec les nuances que cette langue suppose) par du français fadasse de doublage, c’est cruel.

Ce film est visuellement très beau, Quentin Tarantino est un obsédé du détail, à l’instar du personnage de Hans Landa, anti-caricatural du nazi, comme on n’en voit jamais au cinéma. Tout est précis, millimetré, et c’est exquis à regarder.
C’est moins beau, à mon sens, que Kill Bill Volume 1. Mais magnifique tout de même.

Les personnages, comme dans tous les films de l’auteur, ont chacun une place de choix, chacun un rôle au point (sauf le black amoureux de Shosana, lui, il pourrait tourner une pub pour du camenbert, ce serait pareil)(Mélanie Laurent est assez mauvaise dès qu’elle ouvre la bouche. Sinon, elle est parfaite), et des dialogues de malades.

Brad Pitt et Chrostopher Waltz y sont particulièrement en forme. Le sadique nazi est pondéré, mesuré, juste, raffiné, on éprouve presque de la sympathie pour lui tant il est drôle et fin d’esprit. Inversement, le colonel américain est un gros bourrin, très attachant car sa barbarie a forcément un but altruiste, « massacrer du nazi » pour mettre fin à la guerre et sauver des millions d’innocents.

La vengeance est bien entendu un thème central du film, et elle prend sa forme sous les jolis traits de Mélanie Laurent, Shosana, ou Emmanuelle Minieux, qui va se sacrifier pour devenir le bourreau de ceux qui l’ont faite victime.

La femme y est bien sûr magnifique et forte. Que ce soit Shosana, par la vengeance qu’elle a l’occasion d’infliger aux nazis et qui ne va pas s’en priver. Ou Bridget Von Hammersmark (Diane Kruger) splendide actrice allemande et agent double de l’OSS, gracieuse et charismatique, qui n’a rien à envier à Marlène Dietrich.

Bref, un film très sympathique, fort d’un humour noir jouissif. On n’y retrouve pas forcément le « grand » Tarantino des films précédents. Il faut se faire à l’idée de le trouver dans un genre aussi éloigné de ce qu’il a pu faire auparavant. Il n’en reste pas moins que Inglorious Bastards est un grand film, qui divisera sans doute le public comme ont pu le faire à l’époque Reservoir Dogs ou Pulp Fiction.

Su ce, je vais en mater quelques uns, des Tarantino!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

16 Commentaires sur
“Inglorious Bastards”
  • Je n'ai pas lu toute ta critique en entier car j'ai l'intention d'aller voir le film et je ne voulais pas être influencée :)
    Je repasserai donc te donner mon avis quand je l'aurais vu 😀

  • Coucou !
    Je rentre tout juste de vacances, et redécouvre avec plaisir ton blog…
    Justement, hier soir, au programme de notre soirée, inglorious basterds…
    Je dirai… ENORME !!
    J'ai été scotchée de bout en bout… angoissée à l'approche du "dénouement", bluffée…
    Vraiment un très bon moment, un très bon film…

    Bises, Karen

  • Tiens, ton billet me donne envie d'aller le voir, alors que jusqu'à maintenant, j'étais pas du tout motivée. Je te dirai ce que j'en pense 😉

  • Insipide ! Affligeant !
    Autant j'aime bien les films de ses débuts, autant là si vous avez 10€ à dépenser, aller voir autre chose et vite…
    Un Navet de Première

  • Salut.

    Personnellement j'ai adoré. Je l'ai vu se soir même et absolument pas déçu par le grand réalisateur qu'es tarantino. Le casting est superbe, les acteurs sont tres crédibles, j'ai même apprécié le jeu d'acteur de brad pit, qui pourtant n'est pas vraiment un joueur que j'idolâtre. Chaque scene est mesurée, millimètrée, et fait monter la tension d'une manière jamais égalée… A voir bien sur en VO, même si j'ai eu beaucoup de plaisir à le revoir dans un cinémma français. En bref, je vous conseille sérieusement d'aller le voir, c'est de mon avis un de mon avis un des plus grand chef d'oeuvre de tarantino.

  • Insipide & affligeant il a dit l'autre ??…
    NO COMMENT !
    A voir absolument en VO, c'est génial ! je ne connaissais pas Brad Pit sous cet angle, il est excellent en idiot !
    Qui incarne le fermier français tout au début ?

  • ouais bof…loin des grands films qui ont fait sa réputation. Vous pouvez me rappeler quel prix il a remporté avec ce film. J'avoue tout de même que c'est un bon film mais je m'attendais a quelque chose de plus passionnant venant de tarantino.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


trois × trois =