La spontanéité est un vilan défaut!


Ce soir, j’avais un entretien à 17h00. Il est 17h42 et je suis chez moi en train de rédiger ce billet, c’est manifestement très mauvais signe.

J’y suis allée, habillée sobrement (je suis dans le droit, la fantaisie est dangereuse), avec toutes mes petites questions préparées, ma lettre de recommandation dans la poche, et la gorge nouée.

Sur le papier, c’était le job de mes rêves pour un premier emploi: assistante juridique.

Quand je suis arrivée devant l’immeuble, c’était le job de mes rêves eut égard au calme de la rue, à la bobo-itude des petits commerces et à la proximité d’avec mon domicile. Sans parler de la cour de l’immeuble du cabinet, toute fleurie et qui sent bon.

Je rentre, je m’assieds dans la salle d’attente, puis l’avocat vient me chercher.

« Bonjour Madame », poignée de main ferme (limite trop), je m’assieds après avoir entendu le signal, tout va bien.

La question qui tue: « Vous venez pour quoi? »
(- Pour laver les vitres, je les trouve un peu opaques…)
– Pour le poste d’assistante juridique!
-Han… C’est bien ce que je craignais!
(Mince, y’avait un poste de laveur de carreaux, j’suis tombée dans le piège!!)
– Bon écoutez, j’ai vu votre CV, il est très intéressant, mais vous êtes bien trop qualifiée pour le poste que j’ai à vous proposer!
(Là, je ne me suis pas du tout demandé pourquoi elle m’avait fait me déplacer, après tout, ça fait toujours plaisir de se savoir qualifiée…)

-Vous faites quoi actuellement?
– Je suis en stage chez Maître Machin. D’ailleurs, il a écrit une lettre pour vous (elle était adressée à son confrère, la classe)(Oui, on dit confrère aussi pour une nana chez les avocats), ma mission consiste à
– Nan, vous y êtes pour combien de temps?
– Jusqu’à la fin du mois, je suis libre début octobre.

Là, elle me raconte sa vie, comme quoi elle a promis le poste à une élève-avocate (pas trop qualifiée, elle, apparemment), que son ancienne secrétaire est partie à la retraite, que ça craint du boudin quand même…

– Donc vous êtes disponible quasi immédiatement.
C’est pour un temps partiel, vous savez, l’élève-avocat ne vient que 2 jours par semaine, c’est pour les 3 autres jours.
– Ca me va (limite désespérée, mais bon)

Et là, la bête qui sommeille en moi s’est réveillée… La spontanéité, doublée de l’honnêteté, sa meilleure copine.

– Vous savez, le poste que vous me proposez (elle a détaillé un peu entre temps) m’intéresse. Il ne s’agit pas du job de mes rêves (bien!!), mais il est important pour moi, pour un premier emploi (bravo!!), de travailler dans le milieu juridique, il me sera ainsi facile d’établir un réseau de connaissances afin de trouver un emploi plus en rapport avec mes compétences (20 sur 20…)

– Je vois…

J’enchâine:
– Ce que je vous propose (elle avait l’air en pleine reflexion métaphysique sur comment trouver LA bonne personne pour son poste), c’est de signer un CDD (Ben voyons…) de 6 mois, ainsi, vous avez le temps de trouver quelqu’un pouvant nous remplacer, votre élève-avocat et moi-même, mais en attendant, nous vous dépannons tout en acquiérant une expérience du cabinet à vos côtés.

Elle a semblé emballée:
– Oui, c’est excellent ça!!

Et puis elle m’a posé 3 petites questions anodines qu’en bonne avocat, elle devait savoir ne pas avoir le droit de me poser, et qu’en bonne juriste, je savais pertinement ne pas être obligée de répondre la vérité:

– Vous avez quel âge?
– 28 ans (je comptais dire 23 pour être crédible à la base, mais ça m’est venu une seconde trop tard)

– Vous êtes disponibles n’est ce pas?
– Bien sûr!!

– Non, je veux dire, vous n’êtes pas mariée?
– Si! (Non non, ce n’est pas une erreur fatale…)

– Ha, vous n’avez pas d’enfant?
– Si! (Note pour plus tard: Quand une question est posée sur le mode négatif, répondre par la négative, putain!!!)

J’ai tenté de rattraper ma niaiserie profonde en exprimant la facilité que j’avais à faire garder ma fille de 8 ans, que mon mari était hyper disponible (enfin, le mensonge est mon ami), et que travailler jusqu’à 19h30 me branchait drôlement.

Elle a été sympa, elle m’a dit qu’elle était très intéressée et qu’elle me rappellerait courant de semaine prochaine, mais que bon, elle allait voir qelqu’un d’autre avant (genre une nana de 19 ans avec un BEP secrétariat…).

Merci beaucoup, au revoir!!

Bref,voilà comment bien foirer un entretien d’embauche.
Le job ne m’intéressait que pour le pied dans le droit qu’il m’aurait permis d’avoir et pour les 500 euros mensuels sur lesquels je n’aurais pas craché, mais voilà, c’est fini, kapout…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

27 Commentaires sur
“La spontanéité est un vilan défaut!”
  • Je n'en reviens pas qu'un avocat, femelle en plus, ait pu te poser des questions interdites par la loi… Quelle greluche !

    Je soupçonne que te trouver trop qualifiée, ça doit révéler une interrogation sur le fait que tu sois réellement motivée. Une recruteuse m'a déjà sorti que mon principal défaut pour le poste qu'elle me proposait était mon manque (supposé, par elle) de motivation. Pour ce qu'elle payait, c'était pas étonnant, mais bon.

    Courage pour ta recherche !

  • Hep hep hep, minute papillon (enfin minute la Mite !) à ce que je sache, elle ne t'a pas dit "non", alors on ne baisse pas les bras si vite !!
    Quant aux questions "interdites" malheureusement les recruteurs ne se privent pas… j'y ai eu droit aussi… pour un poste en interne d'ailleurs ! "j'espère que votre récent mariage ne va pas entraver… blablabla" bingo qq mois plus tard j'annoncais ma grossesse… NA !!

    Biz biz et courage !

  • C'est moche quand même qu'un mari et un enfant viennent briser des espoirs d'emploi …

    Enfin d'après ta retranscription d'entretien, elle avait l'air pas très à l'aise cette dame.

  • C'est bien pourquoi je n'ai pas honte de me dire féministe parce qu'à un homme, on ne pose pas ce genre de question.
    Pour moi c'est l'inverse: je n'ai pas d'enfant et n'en veut pas. Si j'en ai ça sera par adoption donc pas de congé mater et autre et ça sera dans plusieurs années mais ça pose problème parce que forcément je ne sais pas ce que je dis: la société veut qu'une femme ait besoin de procréer, c'est viscéral et bon, on m'engagera plus tard quand ça sera fait parce qu'à mon âge ça va arriver incessament sous peu. Ce qui sous entend que je suis débile au point de ne pas connaitre mes propres besoins.
    Bon courage!

  • Alice, sache que pour une adoption, le congé mat est presque 3 fois plus long que pour un "enfantement"… 😉

    Sinon, clairement, on ne pose pas ces questions à un homme. Et ça m'a révolté!!

    Cela dit, je ne vois pas en quoi une femme ayant des enfants vaut moins qu'une femme sans…

    Karen: Bien fait!!!

    Miss Brownie, Marie et les autres: C'est clair que ce qui tue le plus, c'est que ce soit une femme qui pose la question.
    Je n'ai pas eu l'insolence de lui répondre "Hum, et vous, vous avez des enfants? Ca ne vous a pourtant pas empêché de faire carrière!"
    Mais je l'ai pensé.

    Bref, non, ce n'est pas perdu, on verra. Si la nana qu'elle doit voir après est trop nunuche, elle me recontactera sans doute!

  • Toujours faire croire qu'on est une vieille fille sans amis et sans perspective de procréation dans les 20 prochaines années. Et si on nous dit "menteuse", on répond "discrimination".

  • Pardon, je me suis mal exprimée: je voulais dire que physiquement, l'adoption ne nécessite ni grossesse ni césarienne, papa et maman sont à égalité physique. Même si sociologiquement c'est quand même entendu que ça ne sera que la femme qui va s'y coller.
    C'est aberrant de donner une valeur à une personne en fonction du nombre d'enfant qu'elle a ou non et de son statut marital.
    Ne te décourage pas. Je suis sûre que tu auras vite d'autres entretiens et peut-être même pour des postes plus intéressants. Je croise les doigts pour toi.

  • C'est normal :-) c'est malheureusement comme ça que ça marche. Moi mon problème vient du fait que je n'ai pas d'enfants à 33 ans et que je suis jeune mariée. Pour eux cela veut dire : une emmerdeuse qui va pondre d'ici deux ans. That's life c'est dégueulasse mais that's life et souvent les femmes sont moins tolérantes vis à vis de la maternité que leurs confrères. Allez courage, je sais ce que c'est et ce n'est pas drôle tous les jours.
    Bises

  • Quelle sale conne !
    J'ai remarqué que les femmes au boulot ont tendance à être bien putes entre elles.
    ça a du bon de bosser dans un milieu masculin finalement !

    J'espère que tu vas trouver un chouette job, à la hauteur de tes qualités. Et pouvoir dire merde à l'autre greluche.

    Bisous.

  • Je peux te dire que je comprends à quel point tout ça est rageant….j'ai passé récemment 2 entretiens….les réponses furent négatives mais pas pour les raisons que l'on pourrait croire…..le 1 parce que j'ai un bébé de 6 mois et que si elle avait eux 7 ans ça aurait posé moins de soucis, car une vie avec des enfants est rempli d'imprévus…dixit le 1er pdg….le 2 je suis bien trop jeune…..et les compétences dans tout ça…..mme vous êtes parfaites en tous points dixit les 2 pdg……et bah je suis ravie de le savoir, ça me fait de belles jambes lol….Déprimant…….(mallou-marie)

  • Tu n'as rien à regretter, à mon avis. Il ne manquerait plus que tu doives cacher ton mari et tes enfants pour trouver un job…
    Le prochain sera le bon. Au pire, laveuse de vitres, ça le fait 😉

  • Salut, ma Nannerl !

    Ce qui ne doit pas se faire, ne se fait pas. Et tout vient à point pour qui sait attendre… Comment ça, on dirait ta mère ???!!!…
    Comme Louison, je dis : c'était une peau de vache, une indécise ; tant mieux si cala ne marche pas, ce sera mieux la prochaine fois.
    Et puis, à qui te poserais encore des questions sur ta situation familiale, fais bien comprendre que tu maîtrises parfaitement la situation : le mari, la mouflette et… le suivant… Et si tu aperçois une photo de famille sur le bureau tu sauras bien renvoyer la balle : "vous même, cher Maître, savez qu'avec de l'organisation, on peut tout gérer!"
    Bises
    Courage.

  • J'ai passé un entretien hier pour un petit boulot à la noix dans un lycée catho. Le mec m'a demandé si j'étais mariée (mais je suis en couple) quand j'ai dit non, il a répondu très sèchement : "vous savez qu'on est un établissement catholique ici ?" genre : "va t-en mécréante, tu vis dans le péché !"

  • Je ne trouve pas que tu t'es vautrée, moi. Je trouve que tu t'en es au contraire bien sortie! Tu ne pouvais pas mentir sur l'existence de ta fille quand même… d'ailleurs, je trouve ces questions d'ordre privée en décalage complet. Assistant juridique, ce n'est pas non plus soldat pour l'afghanistan!

  • Merci à tous pour vos réponses!! :-)

    2 semaines après, c'est officiellement mort.
    Mais je continue mes recherches, et mon stage a été prolongé.

    Et sur qu'il vallait mieux ne pas travailler avec ce genre de personne, de toute façon!

  • Bonjour LMO! ça fait longtemps! Je suis contente de revenir un peu sur ton blog. Dis donc c'est moche comme entretient. Je vois bien, je n'ai eu que des entretients foireeeeeeeux ces temps-ci!! Le challenge c'est d'arriver à la situation inverse en un an: avoir plein de boulot et être riche!

  • Dis donc, dis toi qu'il vaut mieux que ce soit mort pour ce taff parce qu'une nana comme ça je pense que tu aurais eu du mal a la cotoyer chaque jour….
    Encore une femme qui n'a pas de vie de famille!

    Enfin bon, moi je suis certaine qu'a l'issue de ton stage, ton avocat il va te proposer un CDI de la mort qui tue!! lol

  • Elle n'a pas l'air futée la dame quand même… ça se fait pas de poser ce genre de question en plus, ça sert à quoi franchement… N'importe quoi !
    Bon de toute façon je crois assez au destin et si tu as raté cet entretien c'est seulement parce qu'un job plus sympa, plus à hauteur de tes ambitions et mieux payé t'attend ailleurs 😉

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


huit × = soixante-dix deux