Mère indigne!!!

Parfois, au détour de hasardeuses balades sur la toile ou dans la rue, on tombe sur des gens qui nous rassurent. Ils ont une vision de la vie tellement péremptoire, qu’ils nous font comprendre qu’en fin de compte, on est assez content d’être soi et pas eux…

En ce moment, je me balade de bolg en blog, de magazine parental en magazine parental, de bouquin de puériculture en bouquin de puériculture.

Et je lis des témoignages qui m’amusent, je découvre des concepts dont j’ignorais tout il y a quelques mois encore, et pour cause, pour Mouflette, j’ai été une mère atroce.

Pas de « maternage », pas de cododo, ni de trucs bobo-écolo-bio, non, juste moi et un petit monstre.

Je me suis lancée dans la maternité sans aucune idée préconçue, bien trop jeune pour en avoir. Autour de moi, les seules à avoir des enfants étant ma mère, ma tante, et les gens dans la rue…

Personne pour me donner de conseils bien pensés, ou me faire des critiques tranchées.

Non, seulement moi et le petit monstre!

Quand on m’a mis Mouflette dans les bras, j’ai ressenti tout à la fois un immense sentiment d’incompréhension « Vous êtes sûr que ça sort de moi ce petit humain? », et une vague d’amour intese comme je n’en avais jamais connu.

Cet amour, à mon avis, a sauvé Mouflette.

Je ne m’étais jamais posé la question à savoir s’il fallait laisser pleurer un bébé ou non (han, mais non, faut JAMAIS laisser pleurer un bébé: c’est la bonne réponse qu’attendent les bonnes mamans aujourd’hui). Mais, par la force des choses, si je voulais garder Mouflette en vie, il valait mieux que je la laisse pleurer plutôt qu’essayer vainement de la calmer…

Quand Mouflette hurlait, je me demandais ce qu’elle avait, la pov tite mère. Après avoir tout bien vérifié, je la prenais dans mes bras, mais elle hurlait toujours autant.

Au bout de plusieurs quarts d’heure à faire subir un traitement de choc à mes tympans, une décision s’imposait à moi: – la jeter par la fenêtre; ou – m’en aler, loin, très loin.

Comme j’étais une mauvaise mère, mais pas une criminelle, je choisissais la fuite.

Je posais donc Mouflette dans son lit (hurlante et toute rouge), je fermais la porte de sa chambre, je traversais le couloir, je fermais la porte de celui-ci, je parcourais le salon, puis en fermais la porte et enfin, en passant par l’entrée, je me retrouvais dans la cuisine, dont je fermais aussi la porte. (Comptez, ça fait bien 4 portes!!). Là, enfin, c’était le calme.

Au bout de dix minutes, j’ouvrais la porte, et j’entendais la sirène des pompiers (–> Mouflette), retentir à un niveau de décibels incompatible avec la taille des cordes vocales… Alors je refermais la porte, désespérée.

Non, les bonnes mères ne font pas ça. Les bonnes mères savent comment calmer un enfant.

Les bonnes mères portent leur bébé en écharpe afin qu’il soit tout contre leur coeur. Elles allaitent pendant des années, et font dodo avec leur petit, pour qu’il soit rassuré et bien au chaud…

Moi non, je mettais Mouflette dans sa poussette, et de ce que j’en voyais, elle avait l’air de trouver ça méga fun. Je ne l’ai allaité que 1 mois 1/2, parce que je n’ai pas su faire plus, parce qu’elle me faisait mal: Mouflette, en plus d’être un bébé hurleur, était d’une sauvagerie sans nom lorsqu’il s’agissait de nourriture. Parce que je ne savais pas faire. (Pour Cacahuète, j’ai décidé de prendre des cours!)

Quant à dormir avec elle, disons qu’à partir d’un moment, je n’ai pas eu le choix. Si je voulais dormir, valait mieux qu’elle soit dans mon lit. Ce n’était pas de gaîeté de coeur (Mouflette était petite, mais bruyante comme un avion au décollage, vorace comme une horde de loups affamés ET prenait toute la place dans le lit… Mathématiquement, je n’ai jamais compris comment tout cela était possible!), mais ça devenait vital si je ne voulais pas mourir de trop rester éveillée.

Bref, non, je n’ai pas été une mère parfaite, loin de là. J’ai simplement fait comme j’ai pu, avec mes moyens à moi, sans préjugé, sans suivre à la lettre des diktats, j’ai suivi mon instinct, bon ou mauvais.

Au vu du résultat, et malgré toutes les erreurs que j’ai conscience d’avoir faites (un jour, je vous raconterais comment je me suis retrouvée enfermée dehors par Mouflette), je me dis que je n’ai pas fait du trop mauvais boulot.

Mouflette est toujours une sacrée petite emmerdeuse, mais elle rayonne le bonheur, la joie de vivre, et elle n’est pas exactement dénuée d’intelligence (même si là, je n’y suis pour rien)

Donc oui, quand je croise des mères parfaites, qui croient bon d’imposer aux autres leur manière de faire, parce que c’est celle là la bonne et pas une autre, j’ai envie de rire, tout simplement.

On m’a longtemps méprisé parce que j’ai eu ma fille bien trop tôt, DONC, je ne savais pas faire.

Aujourd’hui, je fais partie de ces femmes méprisées parce que je n’ai pas de « carnet d’éducation ».

J’ai fait et continuerais de faire comme bon me semble. Et être une atroce mère indigne:

Abandonnant ma fille à sa grand-mère (pour leur plus grand bonheur) afin de profiter de soirées, week-ends, voire semaines (!!!) en amoureux.

Se demandant déjà (alors que Cacahuète n’est encore qu’un truc qui donne des coups (intérieurs, extérieurs, ET, depuis hier, QUI SE VOIENT!!!!!) à qui refourguer la prochaine pour aller au ciné, ou pire, partir en voyage!

Faisant preuve de sarcasme abominable devant les bouderies de sa fille (Mouflette boude, c’est son nouveau truc. Elle imite à merveilles Chewbaka, et quand je lui fait remarquer, elle éclate de rire, jusqu’à ce qu’elle se souvienne qu’elle était en train de bouder, et elle s’y remet vite-vite), écoutant à fond des musiques qui ne sont même pas des comptines!!

Et le résultat: avoir une Mouflette qui fait des remarques pas piquées des coccinelles (oui, ça pique, vous ne saviez pas?), qui répond, tranchante: « Ha mais ça, il n’est est pas question! » quand je lui demande si je peux enlever ce coussin (moche) du canapé. Qui me demande, désinvolte: « Oh, Maman, et si on écoutait les Noces de Figaro, nous n’avons pas mis de Mozart depuis un moment! » (Je prends des cours de français auprès de ma fille!), ou encore qui m’affirme, magnanime: « Hum, mes cookies sont meilleurs que les tiens! »

Bref, j’ai sans doute tout raté quoi!!!
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

21 Commentaires sur
“Mère indigne!!!”
  • Tout pareil !!!
    Bien que je regrette de ne pas avoir connu l'écharpe de portage il y a 10 ans, c'est fou ce que c'est reposant quand ils dorment et dedans, ils dorment et en plus on a pas mal aux bras …
    D'ailleurs j'entends le greffon pleurer dans son lit, elle se reveille !!!

  • Je ne te juge pas comme mère indigne.
    Si j'avais écouté tout le monde, je serai moi aussi une mère parfaite.
    Mais il a bien fallu faire avec ce que je ressentais, ce que je pensais être le mieux pour elle et surtout pour moi.
    Et en plus, cela continue lorsqu'ils sont plus grands. Un truc assez énorme quand elle avait 10 ans et on a dû gérer ça pendant plus d'un an.
    J'ai une fille stressée, c'est son caractère et ce n'est pas la joie tous les jours.
    Alors, on fait comme on peut et je comprends vraiment ton post. Tu n'es pas la seule

  • @Bluael: Oui, une amie va m'en prêter une pour Cacahuète, j'ai hâte d'essayer!!
    Disons que je crainds un peu la montée et descente de la poussette sur 4 étages (sans ascenseur!)

    @Angelita: Merci, c'est gentil!
    Le mieux est tjrs de faire comme on ressent, et ne pas suivre bêtement des règles générales.
    On prend, on laisse, on fait au mieux pour notre cas!

  • En tant que mere indigne aussi je comprends tout a fait ce par quoi tu es passé….actuellement mon nainé est avec ses GP au ski et je me tape le minimoy qui est mignon mais superglue quand meme….et donc je n'ai qu'une envie : que l'école reprenne…

    j'ai pas pris de cours de maman, j'ai suivi mon instinct aussi meme si j'ai un appris vu que j'ai eu en garde mes nièces quand elles étaient ptiotes donc j'avais malgré tout testé le fait d'etre maman…

    de toutes facons on est toutes des mauvaises mères !!!:D

  • Bon je recommence mon ordi a eu un petit souci.
    Cet article est super, vraiment bien dit, ça va en boucher à coin à toutes ces mères parfaites qui croivent détenir le secret de la maternité!
    Rien de tel que de se fier à son instinct.
    Chacune fait comme elle veut et surtout comme elle peut.
    J'avoue pour ma part avoir eu l'aide précieuse de ma petite moman et ça m'a aussi bien aidé faut le reconnaître.
    Bises

  • Très beau billet, très touchant.
    Tu sais, on ne peut être parfaite.
    J'ai allaité mes doudoux, j'ai pratiqué le cododo mais très peu et pas plus qu'avant 6 mois, j'ai porté en écharpe, j'ai très peu laissé mes doudoux pleurer, mais je suis très loin d'être une mère parfaite pour autant.
    On fait toutes comme on peut.
    Ta Mouflette a l'air épanoui, c'est l'essentiel!

    Ce que je déteste le plus, c'est la vulgarité. Pour moi, une mère indigne, c'est une mère qui hurle sur ses enfants avec un langage à base de mots grossiers plutôt que de leur parler normalement…

  • en tant que mère indigne professionnelle, je te félicite!

    tu as élevé ta fille comme tu l'entends sans écouter les autres et avec les moyens du bord..;

    les mamans parfaites n'existent pas, quelle mère n'a jamais eu envie de jeter son bébé par la fenêtre???

    moi j'y ai pensé souvent!

  • Je suis aussi une mère indigne, qui laisse son fils chez l'ass mat alors qu'elle ne bosse pas (enfin là, c'est pas tout à fait de ma faute non plus) et qui n'attend qu'une chose : emménager à 500m des grands-parents pour leur laisser Loupiot en garde un week-end. Un week-end où avec le papa on va enfin se retrouver en tant qu'époux. Un week-end sans avoir à préparer un repas, ne pas louper l'heure de la sieste, ne pas se réveiller au milieu de la nuit à cause d'un pleurs étouffé dans le sommeil de Loupiot.
    Et en plus, tu sais quoi ? J'ai hâte !
    Il m'aura fallut attendre 2 ans. Et c'est long, très long… Donc ça sera encore plus mieux bon !

  • en voilà une maman parfaite… surtout ne changez rien pour cacahuete!!!
    sauf dormir dans votre lit… et la totote dans la bouche qui empeche la maman de dormir car elle se leve 100 fois par nuit..
    continuez comme cela…
    restez cool, ne vous occupez pas des avis et des contre avis… laissez bébé aux grands parents, ne culpabilisez pas …
    vous etes une mère FORMIDABLE….

    PS.merci mallou pour ta moman!!!

  • Mères parfaites? Mères je-sais-tout-et-si-tu-fais-pas-comme-moi-t-es-pas-une-mère plutôt non?
    ca me fait bien rire toutes ces sornettes de mères parfaites vs mères indignes. Comme s'il y avait un modèle de mère standard.
    Je suis d'accord avec anne des ocreries: tu es une femme normale. C'est bête à dire mais j'ai pas l'impression que ce soit si courant.

  • Bon il va falloir que je regarde mon ventre. Si ça se voit chez toi c'est possible que j'en voie aussi :)

    Sinon ben tu sais ce que j'en pense. Je n'ai jamais vu de maman comme toi.
    Et tu es de loin la meilleure que je connaisse Je pense que c'est justement ton absence d'idées préconçues qui a fait que tu as écouté ton instinct, et que ça a si bien fonctionné!

  • Je rajoute quoi moi, à cette pluie de commentaires dithyrambiques (note que j'ai regardé dans le dico pour orthographier ce mot-qui-fait-bien)…
    On se ressemble je crois 😉
    Faire de son mieux, c'est ce qu'on devrait demander à toutes les mamans, et pas "il faut suivre telle mode, tel courant, faire comme ci et pas comme ça". On gère comme on peut, comme on veut…
    Nanméohhhh

    Bisous d'une autre maman pas parfaite du tout 😉

  • La maman parfaite n'existe pas :-)
    Pour mon ainé, la mode n'était pas encore au cododo, écharpe, etc… J'ai fait comme j'ai pu, laissé hurler, dormi dans sa chambre dès le départ… et il ne s'en porte pas plus mal.
    Pour ma dernière, le maternage m'attirait bien, mais j'ai fait à ma sauce : laisser pleurer le moins possible (mais en cas de pétage de plomb imminent, passer la main ou partir), portage en écharpe, "cododo" c'està dire dormir dans ma chambre mais pas dans mon lit (et c'est mieux quand on allaite)…
    J'ai plus profité de ma pépette que de mes deux grands, si c'était à refaire, j'essaierai de faire pour les grands comme pour la dernière, mais je ne regrette rien, on fait comme on peut, on évolue, chaque bébé est différent et nous aussi.
    Tu seras une bonne mère pour cacahuette comme tu l'as été pour mouflette, même si tu ne fais pas pareil :-)

  • c'est clair qu'il y en a qui abusent et qui pensent détenir la vérité … Maintenant, on peut aussi avoir des convictions et les défendre sans pour autant penser détenir la vérité. Personnellement, j'ai des idées (notamment sur la violence éducative ordinaire) que je défends bec et ongles sans pour autant juger qui que ce soit (mais j'ai forcément un avis, comme tout le monde, sinon c'est de l'indifférence, dans ce cas, le débat n'a même pas lieu d'être). Est-ce parce qu'on affirme ce qu'on pense qu'on juge forcément l'autre comme "mauvais" et soi comme "parfait" ? Perso, je me rends compte que quand je prends mal une réflexion qu'on peut me faire c'est en général parce que JE culpabilise ou que je ne me sens pas à l'aise avec la notion (bien sûr, cela ne regarde que moi).
    Maintenant, il n'y a ni mauvaise, ni bonne mère (et parents en général), on fait tous comme on peut, avec nos idées, notre vécu, notre éducation, notre instinct et puis soit dit en passant (et en toute amitié !) toi aussi tu "juges" ces mères (parfois extrêmes c'est vrai).
    Perso, je ne me considère absolument pas comme "maternante" (je déteste ce terme, ça voudrait donc dire qu'il y a des mère qui ne le sont pas ??? menfin …) et pourtant, je suis convaincue que ce n'est pas bon de laisser pleurer un bébé pendant longtemps (je parle pas de le laisser pleurer qqs mn pour voir si il trouve son sommeil ou pour aller se doucher ou faire pipi hein !) même si je suis tout à fait conviancue aussi qu'on est tous humains et que moi la première je pèterai des plombs et il vaut d'ailleurs mieux ça que d'en arriver à un pétage de boulon caractérisé (c'est pire je pense !), je pense que les tapes, fessées et punitions arbitraires ne sont pas éducative (attention cela ne veux pas dire qu'il ne doit pas y avoir limites et sanctions hein !), j'aime beaucoup l'idée du portage et de l'apprentissage des signes, je suis pour dormir avec son bébé dans la même chambre (mais pas dans le même lit, là ça bloque pour moi mais comme on dit , on verra !) les premiers temps tout en lui apprenant à s'endormir seul (et pas dans les bras ni au sein)…

    bref, j'ai mes idées, qui évolueront et je les défends quand le sujet est abordé tout en respectant au max le point de vue de celui d'en face.

    De toute façon, la meilleure des choses, c'est l'instinct et la confiance en soi, on fait tous des erreurs et ça aussi c'est constructif pour un enfant car je suis bien persuadée que l'erreur est une énorme source d'apprentissage. On éduque son enfant mais notre enfant nous apprend le métier de parent et cela même si c'est le premier, second etc. Pour moi, à partir du moment où on fait de son mieux et qu'on arrive à prendre assez de recul sur soi-même pour se remettre en question quand qqch cloche et lutter sontre ses automatismes, on est un "bon" parent. Je ne suis pas d'accord quand on dit qu'un parent est forcément bon (père ou mère), en effet, on peut faire du beaucoup de mal à son enfant inconsciemment, parce qu'on n'est pas capable de se remettre en cause et lutter contre ses propres démons, parce qu'on préfère ne pas voir les choses. Bon ça c'est dans des cas extrêmes, pas dans le cas d'une tape "réflexe" mise sur le coup de la colère ou le fait de laisser pleurer parce qu'on ne peut plus supporter et qu'on est à bout … seulement il faut savoir dans ce cas accepter qu'on a atteind une limite et faire en sorte de travailler sur nous pour que cela ne se reproduise pas même si c'est loin d'être facile ! bine entendu cela est mon opinion et en aucun cas une vérité universelle ! par contre cette opinion, quand je dois la défendre, je le fais et avec ferveur !

    Je souhaite seulement être "une mère raisonnablement bonne" comme le dit winnicott 😉

  • Merci à toutes pour vos réponses!!! :-)

    Snana, oui, si je "vois" le truc bouger, tu dois pouvoir le voir aussi 😉
    Par contre, évites les compliments, pas que j'aime pas ça, mais ça me laisse tjrs dans une incompréhension totale!!!

  • Fanfan: Bien entendu, nous avons tous des principes, moi la première.
    Apprendre le respect à mon enfant a été une ligne directrice pour moi. Le respect des autres, mais surtout, le respect de soi!

    Disons que j'ai beaucoup eu à faire aux remarques déplacées sur ma façon d'élever ma fille, des jugements hâtifs, dûs à mon âge, dûs à une situation isolée ou que sais je encore.

    Je me souviens d'une fois, Mouflette avait 1 an, elle était à côté de moi à la pharmacie et faisait un caprice. J'avais haussé le ton en lui disant sèchement d'arrêter.
    La pharmacienne m'a demandé quel genre de baby-sitter se permettait de traiter ainsi un enfant! Je lui ai répondu que j'étais sa mère… Et que je faisais ce que je pouvais.

    Et oui, je juge, les parents incapables de se remettre en cause, ceux qui ne prennent pas le temps de s'adapter à leur enfant et qui ont des idées préconçues sur l'éducation.

    Je sais d'expérience que quelques soient les idées qu'on a de la maternité, l'enfant va rapidement nous en montrer les limites, et nous forcer à nous adapter…
    Certaines mères ne sont pas capables de ça, et jugent sans savoir, en critiquant et culpabilisant les autres, qui font comme elles peuvent.

    Moi non plus, je ne suis pas pour la violence (oh, que non!!!!), qu'elle soit physique ou morale. J'essaye de toujours expliquer à ma fille pourquoi je la gronde ou la punis, et même s'il m'est arrivé de lui mettre une fessée, ça n'a jamais été sans s'assortir d'une grande culpabilité et d'excuses auprès d'elle (ce qui n'est sans doute pas la conduite à tenir…)

  • Après, chacun fait comme il veut. Le portage, cododo (par contre, pour moi, laisser dormir son bébé dans la même chambre, ce n'est pas du cododo, mais j'y connais pas grand chose!!), maternage ou je ne sais quoi, je ne juge pas comme étant bon ou mauvais.

    Je dis que ce ne sont pas forcément mes choix à la base, et que ça n'est aujourd'hui pas très respecté.

    Quand Mouflette était petite, et que je disais qu'il m'arrivait de dormir avec elle, on me promettait une future délinquante, dépendante et je ne sais quoi. Bref, c'était mal vu, et je culpabilisais, mais j'avais besoin de dormir, et je savais qu'elle avait besoin de cette proximité rassurante (Elle n'a pas vraiment eu un début de vie facile, il faut dire…).

    Aujourd'hui, c'est l'inverse qui est mal vu, et je trouve ça stupide!

    Ce que je voulais dire, c'est que l'on compose.
    Bien sûr, laisser un bébé pleurer, je ne suis pas pour non plus, et je versais toutes les larmes de mon corps quand je laissais ma fille dans sa chambre, hurlante, alors que je ne supportais plus tous ces cris, et ce sentiment d'impuissance atroce… Je m'en voulais, mais je crois que ce choix était vital pour moi et pour elle. J'aurais vraiment pu craquer et commettre l'irréparable, je préférais m'octroyer 15 minutes pour reprendre mon soufle.

    Ma position n'a pas été facile. Maintenant que je suis mariée et rentrée "dans la norme", j'ai beaucoup moins de remarques. Mais j'ai beaucoup souffert de celles qui m'ont été faites.
    J'étais seule, trop jeune, j'étais forcément une mère atroce, chacun de mes choix étaient critiqués. C'est ça que je dénonce.
    Ca, et les femmes qui aujourd'hui tentent d'en culpabiliser d'autres parce qu'elles ne font pas comme elle!

    Moi aussi j'ai des principes, pour moi, frapper un enfant ne sera JAMAIS une bonne chose, et je défendrais le droit au respect des enfants bec et ongles.
    En dehors de ça, même si les techniques divergent des miennes, si certaines détestent les poussettes ou adorent laver des couches, même si je ne me vois pas le faire, je ne les juge pas pour autant.

    Une amie à moi compte accoucher à son domicile. Jamais je ne pourrais faire ce choix, pour mes raisons. Mais en aucun cas je ne dénigre le sien, et je la soutiendrais jusqu'au bout.
    En revanche, je n'apprécierais pas qu'elle juge mon choix d'accoucher dans une clinique, sous péridurale.

    Je crois que la nuance est là.
    Je sais que je ne détiens pas la science infuse, loin de là. Je sais que j'ai commis de nombreuses erreurs, mais ces erreurs, à mon avis, m'ont permis de devenir un peu meilleure.
    Je sais que j'ai agis de certaines manières avec Mouflette, et avec le recul de cette première éducation donnée, je ferais sans doute différement pour Cacahuète.

    Pour l'allaitement par exemple, je regrette de ne pas avoir allaité ma fille plus longtemps, cette fois, j'espère trouver les bons conseils afin que ça s'arrête quand JE le déciderais!

    Bref, tout ce que je demande, c'est qu'on respecte mes choix, comme je respecte ceux des autres (dans la mesure où ils sont "raisonnables", sinon, je suis comme tout le monde, je juge!)

    Et je suis loin d'être fermée au débat, bien au contraire! :-)
    Les avis divergents, à mon sens, permettent de s'ouvrir à d'autres modes de pensée, et c'est très bien.

    :-) Merci donc pour ta participation!

  • Concernant l'allaitement je te conseille le livre de Marie Thirion, il est très "déculpabilisant" sur plein de choses. et vraiment complet je trouve, je vais l'emmener à la mater :) il y a aussi le site de la leche league où il y a de bonnes infos (je ne suis pas d'accord avec tout mais il faut piocher) et tu as aussi des conseillères en allaitement bénévoles dans diverses associations. Tu peux aussi faire appel à une doula. le tout, je pense c'est de ne pas rester isolée et d'avoir à faire qu'à une seule personne correctement dormée et renseignée car tout le monde à son petit avis sur l'allaitement et on en perd son latin.

    Je te conseille aussi le livre élever son enfant autrement de catherine dumonteil kremer et un enfant heureux de Margot Sunderland. Même si élever un enfant ne s'apprend pas dans un livre et que rien ne vaut l'expérience, au moins ils permettent de s'informer sur les récentes études scientifiques et de se forger sa propre opinion (perso, je suis très opportuniste, je laisse et je prends ce qui m'intéresse :) ).

    Le tout je pense, en éducation, comme dans tout autre domaine, c'est de s'informer, d'avoir tous les éléments en main (le pour comme le contre) pour pouvoir ensuite se forger sa propre opinion et avoir confiance en ce qu'on fait et pense sans tomber dans le "moi j'ai trouvé LA solution". Et de ne pas se mettre la pression, sur rien, je souhaiterai vraiment allaiter mais si cela ne fonctionne pas ou me déplait, j'arrêterai; je ne souhaite pas que ma fille dorme avec nous mais si il en va de notre santé mentale, je le ferai; je souhaiterai vraiment accoucher sans péridurale mais si il s'avère que cela est au dessus de mes forces je la demanderai et sans culpabiliser. Je pense qu'il est essentiel de ne pas se mettre de pression "je ferai ci" "je ne ferai pas ça" et surtout se détacher du regard des autres souvent culpabilisant et moralisateur. On ne vit que pour soi et personne ne pourra être heureux à notre place alors appliquons la politique du "oui oui" autant que faire se peut et coupons court fermement aux tentatives de jugement quand elles s'avèrent aller trop loin sans culpabiliser.

  • Comme toi, je demande qu'on respecte mes choix et mes idées car j'essaie de respecter les idées et choix des autres (même si moi-aussi je juge) mais il y aura tjs des gens qui penseront détenir la vérité universelle et avec qui il est impossible de discuter, dans ce cas, je ne me bats plus contre du vent, je préfère dépenser mon énergie ailleurs. Je dis souvent dans ce cas "tu as ton opinion, moi la mienne, elles sont toutes deux respectables et vraies selon nos propres valeurs. Je fais les choses comme je les pense justes et bonnes pour moi et j'assumerai toutes les conséquences, bonnes ou mauvaises de mes choix" et je passe à autre chose sans me remettre en question et sans ruminer des heures et culpabiliser (enfin ça m'arrive sur certains sujets où je n'ai pas encore réglé mes problèmes de culpabilité !). Le besoin d'approbation et le besoin d'affirmation sont parfois incompatibles. Aujourd'hui, je préfère m'affirmer (et il m'arrive de ne pas rester aussi "zen" pour le faire, devant qqun qui me juge "frontalement", je sors les dents et ça fait mal !!! parce qu'il y a des gens qui se permettent des choses qui méritent qu'on les remette fermement en place ! le conflit parfois, ça a du bon même si on ne change jamais la façon de penser de qqun comme ça au moins on se respecte et ça c'est essentiel à mes yeux !) qu'être approuvée.

    bises et à bientôt ma chère LMO :)

    Fanfan

    PS : tu dis que ça t'es arrivé de mettre des fessées (à qui ce la n'arrive pas ??? Je suis bien certaine que cela m'arrivera à moi aussi !!!) puis de t'en excuser. Tu précises que ce n'est peut être pas la chose à faire et bien moi je pense au contraire que si, on peut s'excuser auprès de son enfant en lui expliquant qu'il n'avait pas à faire ce qu'il a fait mais que nous n'avions pas à réagir de cette façon face à ce comportement. Je pense au contraire que ça fait toute la différence et que c'est essentiel de montrer à l'enfant qu'on n'est pas parfait et qu'on fait des erreurs. Ainsi lui aussi apprend qu'il est impossible d'être parfait …

    :)

  • Elle est vive d'esprit ta mouflette, j'aime bien.
    Savoir toujours pourquoi son bébé pleure, qui y arrive ? Péter les plombs quand son bébé pleure en continu, et finir par le laisser se calmer seul, qui ne le fait pas ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


quatre + quatre =