Questions…

4 semaines…

Dans moins de 4 semaines, le bébé que j’ai dans le ventre va vouloir sortir.
Et moi, je serai obligée de le laisser faire, que je me sente prête ou non!

Et pour le moment, je ne me sens pas prête du tout. Ca me semble totalement irréel d’imaginer que ce qui fait des vagues, des bosses et qui sursaute dans mon abdomen, c’est un bébé.
Depuis 8 mois, je me suis habituée à la présence de ce petit monstre rigolo qui s’amuse avec moi. Qui me donne des coups quand je pose ma main, qui saute sur ma vessie ou qui appuie sur mon estomac…

D’ici 4 semaines, ce petit monstre aura des petits pieds, des petites mains, une tête, un visage, et une voix sans doute aussi… C’est à la fois inquiétant et terriblement excitant!

Pour Mouflette, je n’ai pas le souvenir de m’être posé beaucoup de questions…
Ma vie était assez morne et triste, sans joie, sans excitation. Je me croyais condamnée à cette vie là, avec un homme que je n’aimais plus et qui me le rendait bien.
Mouflette était comme le messie. Amenant une explosion de bonheur et de couleurs dans cet environnement glauque.

Mouflette m’a sauvé de cette vie. Parce que j’ai refusé que mon si joli petit bébé, si bruyant et mignon grandisse dans une famille où les pleurs et les cris étaient plus fréquents que les éclats de rire.

Aujourd’hui, je suis heureuse. La joie et le bonheur rayonnent. Les éclats de rire sont mon lot quotidien.

Cette petite Cacahuète ne me semble pas si évidente à apréhender que Mouflette…

Avec Mouflette, ma vie est passée d’un néant apocalyptique à une profusion d’activités en tous genres. J’ai appris à découvrir la vie, ses beautés, en même temps que j’ai voulu lui faire découvrir à elle. J’ai le sentiment d’être née en même temps qu’elle, avec 20 ans d’avance.

Là, j’ai le sentiment sans doute idiot que cette petite Cacahuète est là pour me faire devenir adulte. Et je n’ai pas très envie de grandir.
Je suis heureuse, d’écouter de la musique à fond, de brancher mon iPod alternativement sur Mozart, Creed, Bach, Muse, SOAD, Otis Redding, etc…
De râter des gâteaux à force d’essayer d’en faire des bons. De ne pas savoir ni coudre ni tricoter, mais d’essayer quand même. De peindre des croûtes sans intérêt autre que le plaisir de gribouiller. De mettre encore des Converse et des jeans délavés. De faire des blagues avec Mouflette, et d’éclater de rire toutes les deux. De partir en week end avec Mister Mii, et de regarder des Lost jusqu’à très tard avec lui, et de rigoler aussi…

Je sais très bien que tout ça me sera encore permis avec une Cacahuète… Mais il faut bien que j’angoisse de quelque chose!

9 ans, c’est très long, et je ne me souviens plus très bien, concrêtement, à quel point il était difficile de m’occuper d’un bébé, en quoi ça change la vie. Vu que ma vie a moi a été totalement chambardée par mes multiples décisions juste après la naissance de Mouflette.

Là, notre vie a peu de risque de se voir chambouler. Du moins j’espère.
Mais un petit être va arriver, et ça va forcément changer plein de choses. Sauf que je ne sais pas quoi. Alors ça m’inquiète!
Mister Mii est zen, lui. Il pense que Cacahuète sera toute mignone et agréable. Et il a du mal à comprendre mes interogations.
Mouflette trépigne d’impatience. Elle a bien compris que c’était imminent, et espère que ce sera plus tôt que tard. Mais pas trop tôt quand même, parce qu’elle aimerait bien être en vacances rapidement après l’arrivée du bébé!

Et moi, je ne me sens pas du tout prête à accueillir ce bébé « dehors ». Je l’aime bien dans mon ventre, je me suis habituée à ses hoquets, ses bousculades, ses coups, ses mouvements. Je sens que si elle sort (ce qu’elle finira forcément par faire), elle me « manquera ».
Alors j’en ai un peu marre des nausées, des pieds qui gonflent, des brûlures d’estomac et du mal de dos, mais plus le terme approche, et plus je profite de tout le reste, des gens qui me laissent leur place dans le métro, des attentions de mes proches, de la présence d’un petit monstre à l’intérieur de mon ventre, de ce sentiment indescriptible que provoque le fait de fabriquer un être humain toute seule comme une grande…

Et en attendant, j’écoute la musique à fond, je peins des croûtes avec Mouflette, je réussi des glaces à la fraise et râte des ourlets de rideaux, je regarde des Lost et des Dr House avec Mister Mii, et je suis toujours aussi bon public à ses blagues…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

3 Commentaires sur
“Questions…”
  • Que de questionnements 😉 y'a pas à dire, t'es enceinte mdrr
    Normal que tu te demandes ce que ça va être ce fameux "après". Je crois que ça serait même drôlement space si tu ne te le demandais pas…
    Bien sûr que ça va changer plein de choses… mais en mieux 😉 plus de câlins, plus de bisous, plus de gaga-attitude, plus d'émerveillement, plus de fatigue aussi 😉
    Avec mes 3, la vie n'est pas un long fleuve tranquille… mais en même temps, en faisant des enfants, ce n'est pas ce qu'on recherche !
    Profite de ces derniers instants si particuliers, rien qu'à toi… Tu ne la partages pas ta Cacahuète pour le moment… Ca c'est une des raisons pour laquelle j'ai tellement aimé être enceinte !
    Mais après, cette petite boule d'amour, la serrer dans ses bras… QUE C'EST BON !!!!!
    Bisous ma belle

  • Les questions que tu te poses sont complètement normales. Et quand Cacahuète arrivera, tout te semblera limpide. Quand j'étais enceinte de Petite Soeur, j'ai d'abord eu peur de ne pas l'aimer autant que Grande Soeur. Puis, j'ai eu peur que Grande Soeur souffre de l'attention qu'on porterait à Petite Soeur. Puis, j'ai craint de ne pas savoir gérer les deux. Et tout un tas d'autres angoisses, aussi injustifiées les unes que les autres.
    Mais l'arrivée de Petite Soeur a crée un équilibre incroyable : nous n'étions plus deux adultes et un enfant mais bien une famille !
    Profites bien de ces derniers jours et donne-nous vite des nouvelles.
    Bises.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


cinq − trois =