Mouflette rentre au CNR(pas S)

Comme le titre l’indique, Mouflette rentre au Conservatoire de Toulouse (je suis trop bonne en titres!!!).

En fait, elle a passé une série de tests en tous genres, depuis 2 semaines, pour tenter d’intégrer le Conservatoire pour apprendre à jouer de la Clarinette (ne me demande pas pourquoi je mets une majuscule, ça coule de source!). En débutante, vu qu’elle n’a que 9 ans.

Et elle a été retenue!!! Je pensais vraiment qu’elle avait des aptitudes pour la musique, elle est douée, elle adore ça, elle a du goût et une excellente oreille. Mais bon, je suis sa mère, et il y a plus objectif!
Quand je l’ai inscirte pour passer les tests, j’y croyais moyennement. L’entrée au CNR est difficile, élitiste, et même si ma Mouflette est la plus géniale du monde, je n’étais pas certaine que cet avis soit partagé par les jurés du Conservatoire. Ben si!

J’étais déjà fière d’elle avant ça. J’étais même très fière qu’elle passe tous ces tests avec une motivation et une bonne humeur grandissantes de jour en jour. Et quelque soit l’issue du concours, je lui avais dit à quel point j’étais fière d’elle.
Là, je le suis encore plus. J’ai à la maison une future joueuse de Clarinette, un petit bout de bonne femme, qui commence à ressembler plus à une jeune fille qu’à un bébé, qui va assouvir une passion, apprendre des gammes, faire des canards, jouer de jolies petites mélodies, apprendre la rigueur, devenir sensibles aux accords de notes, aux sons, qui va tenir dans ses mains un vent des plus mélodieux, et qui va en sortir des sons…

Si on remonte à la genèse, j’ai eu Mouflette très jeune, beaucoup trop jeune selon la plupart des gens que je cotoyais. Je l’ai eu seule, aussi, enfin, je me suis rapidement retrouvée seule.
On me promettait une future délinquante, une enfant difficile, déséquilibrée, bonne à rien, comme moi…

Déjà, quand on devient parent, on est sous le feu des critiques, en permanence, mais on arrive à s’y faire, quand on a confiance en soi, et quand on est dans « la norme ».

A 19 ans, ma Mouflette adorée dans les bras, je prenais tous les reproches comme des grosses claques. Tout le monde y allait de son avis, sous pretexte que j’étais bien trop jeune, même les inconnus se permettaient des remarques désagréables. (Je précise que j’ai aussi eu dans mon entourage des gens qui m’ont aidé, soutenu, sans me juger, et même bien au contraire, capables de partager ma joie et mon amour pour ma fille)

Alors j’avais tout à prouver.
Sans doute que même sans ce « challenge » sous jacent, j’aurais mis la même énergie à ouvrir Mouflette à la vie. Comme je le fais aujourd’hui avec Miss Couette, pour qui personne ne se permet de remarques déplacées.
Quoi qu’il en soit, j’ai élevé Mouflette avec cette peur de mal faire, cette peur de tout râter, de me planter, et d’en faire une dégénérée. Pas de père, une mère trop jeune, sans profession, étudiante, avec un vécu particulièrement difficile… Pas un bon départ dans la vie pour une Mouflette!

Alors j’ai avancé en tatonnant. Tentant de donner le meilleur à ma fille. Lui faisant découvrir le monde en même temps que je le découvrais moi-même. Aller au musée, s’émouvoir devant un beau tableau, chercher le petit rien qui fait rigoler. Ecouter de la musique, toutes les musiques, à fond, en hurlant, ou tout doucement, en fermant les yeux. Aller à la mer, apprendre à nager, faire des pâtés, prendre le bateau, se lancer des boules de neige, se courir après, assister à un concert, aller voir un spectacle de marionnettes…….

Et dévorer la vie, sans trop se soucier du quand dira-t’on et des mauvaises langues qui trouvaient toujours à redire…

Aujourd’hui, je suis devenue une femme, bien plus sereine et posée que cette post-ado tourmentée.
Et Mouflette est restée cette petite fille rigolote, curieuse, assoiffée d’apprendre et de découvrir.
J’ai le bonheur d’avoir mis au monde un bébé qui est devenu une jeune fille pleine d’esprit, bonne élève, athlétique, jolie comme un coeur… Et désormais future musicienne…
Elle atteint l’élite, la voie d’une vie royale, heureuse, « facile ». (oui parce que sais pas vous, mais personnellement, je ne connais pas de délinquant sortis du conservatoire!)

Je n’ai pas eu à la pousser à choisir un instrument (entre nous soit dit, s’il avait fallu, je l’aurais fait… Certaines mères obligent leur enfant à manger des épinads, moi, c’est la musique, chacun son vice!), elle a elle même montré un enthousiasme démesuré pour la Clarinette dès qu’elle a posé la lèvre sur le anche de celle de son cousin.
Tant mieux!

Maintenant, il me tarde (ça y est, je suis Toulousaine!) d’entendre ses couacs, de râler un peu, de verser ma larmichette au doux son de son premier « Frère Jacques », de la voir avec son bel instrument dans les mains, et de constater que, vraiment, le choix de la mettre au monde était la plus belle décision de ma vie!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

14 Commentaires sur
“Mouflette rentre au CNR(pas S)”
  • J'imagine ta fierté en tant que mère et ta joie à réaliser le chemin que vous avez parcouru à deux. Alors félicitations à Mouflette mais aussi félicitations à toi, qui a su si bien l'accompagner dans la découverte du monde.

  • Félicitations à ta petite chérie, tu peux être fière d'elle!!!!! Et courage pour la suite car le conservatoire, c'est du boulot!!!!!

    Quant au fait d'avoir eu ta fille en étant jeunette…. C'est un vrai bonheur!

    Je le sais, j'ai eu mon premier enfant à 20 ans!!!

  • Trop de la balle ♥

    Effectivement, tu peux être très fière d'elle !

    Je suis bien d'accord avec toi pour l'apprentissage de la musique… Pour moi, on apprend à lire, écrire, compter… et lire la musique ^^

  • Je crois que l'engagement sur la mauvaise voie vient plus de l'éducation que de l'âge à laquelle on enfante. Tu as rendu Mouflette cultivé et curieuse. Elle aurait eu une maman de 35 ans qui ponctue ses phrases de gros mots et passe sa journée devant la télé, jsuis pas sûr que ça se serait passé pareil, même avec la même enfant.
    Comme quoi…

  • @salima: Tu as entièrement raison!

    @Cali: Merci

    @Anne: Oui, des tests d'embouchure, de souffle, d'aptitudes musicales et de motivation.

    @cema: Tout à fait

    @May-Thï: Merci, et oui, quelle fierté!

    @Karen et anonyme: merci!

    @Lolotte, heu, comment ça et son contraire? :-p

    Chrys: Oui, on doit se préparer à beaucoup de boulot!

    @Lucky sophie: Merci!

    Princesse Soso: Hé hé!

    Jen: Merci. Je suis comme toi, alors imagine comme je suis contente pour Mouflette!

    @La fée: Je suis on ne peut plus d'accord!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


− quatre = quatre