C’est mon bébé, je fais ce que je veux!

Nan mais je mets le programme « laine » t’inquiètes!

On entend souvent cette phrase chez les parents. « C’est mon bébé, je fais ce que je veux! » Sous entendu, c’est ma life, lâche moi et occupe toi de tes affaires…

Sur le principe, c’est sûr, l’éducation de nos enfants regarde peu le voisin. En pratique, cette phrase, anodine, peut, à mon avis, amener à des dérives dramatiques…

Cette phrase est employée dans tous les domaines de la maternité et de la parentalité.
S’il est très souvent désagréable de s’entendre dire des petites phrases assassines telles que « Mais tu vas l’allaiter encore longtemps? C’est malsain! » »Elle prend la sucette? Ca va être une capricieuse! » »Tu ne la laisses pas pleurer? Mais coupe le cordon! » »Tu es trop jeune, elle finira délinquante… » Bref, toutes ces phrases qui sonnent tels des poncifs amèrs, et qui ne détiennent de vérité  pas même la syntaxe…
S’il est difficile de les entendre, disais-je, la réponse adéquate, à mon sens n’est pas « Je fais ce que je veux! » Mais plutôt un direct « Quand tu seras moins con, on en reparlera! »

Je ne suis pas très polie, c’est vrai…

Par contre, la plupart des gens sont, à mon avis, bienveillants. Du moins, je ne ressens pas de perfidie dans les propos quotidiens que j’entends, mais plus une réelle affection et un véritable intérêt. Mais bon, je suis naïve et je vois en chaque être humain une bonté qu’il n’a peut être pas…

Pour en revenir au sujet (la disgression est mon amie):

« Je fais ce que je veux de mon bébé » quand il s’agit d’allaitement.
Oui, j’allaite depuis 5 mois, ce n’est pas énorme pour moi, mais ça dépasse de loin la norme française qui se situe plus autour de 2/3 mois grand max.
On me pose des questions, et ça ne me dérange pas. Les questions étant plus dûes à une méconnaissance du sujet qu’à une envie de faire du mal.

Quand j’entends des femmes répondre « Je fais ce que je veux, c’est mon bébé », je me dis qu’il est bien dommage de ne pas informer les gens qui n’y connaissent pas grand chose. Oui, allaiter un bébé, qu’il ait 6, 22 ou 43 mois, c’est ce qu’il y a de mieux pour lui.
Qu’y a t’il de mieux pour un petit être humain que le lait de la femme de la même espèce? Certainement pas le lait d’un autre animal, en tous cas…
L’idée conssensuellement acquise que passé 12 mois, allaiter relève de l’inceste est un bon moyen de chercher des problèmes là où il n’y en a pas… Mais les psychnalistes aiment les problèmes.

La réponse, dans ce genre de cas, disais-je, c’est plutôt « Je fais ce que je veux de mon corps! C’est pas toi qui allaite, si? Alors laisse moi donc faire ce que je veux de mes seins, et occupes toi des tiens! »
Le bébé, lui, du moment qu’il mange et qu’il a des calins, il est content, que ce soit avec un biberon ou avec un mammelon!

Mais, il est des sujets encore plus polémiques que l’allaitement…
La fessée, l’autonomie de l’enfant, l’éducation qu’on lui donne. Tout ce qui, pour la plupart, relève de l’intime, alors que selon moi, pas trop.

Certains donnent des fessées à leur gamins en se justifiant d’un « C’est mon môme, je l’éduque comme je veux! » Moui… Déjà, partant de là, si tu le torgnoles à mort, personne n’a rien le droit de dire, ce qui ne me semble pas du tout normal. Le Moyen-Age, c’est passé mon vieux!

De plus, un enfant fessé (alors, soyons d’accord sur le terme, je parle des gens qui utilise la sanction physique comme moyen d’éducation, pas ceux qui y cèdent 3 fois dans leur vie et qui regrettent pendant 8 ans (dont je fais partie) deviendra un enfant taciturne, ou violent, ou tout ce que tu veux, mais pas un enfant à l’aise avec lui même ni avec les règles… Et ça n’en fait pas forcément un citoyen modèle…
Donc ça tombe un peu dans le domaine public, ça regarde tout le monde!

Concernant l’autonomie, certains laissent leur enfant tout seul à partir d’un âge disons, très précoce, et se dédouannent d’un « C’est mon gamin, ça te regarde pas! » Ben, si, un peu là quand même…
Mais dans l’esprit général, c’est acquis, ce genre de chose, les sévices corporels, le délaissement, la négligence, ça ne regarde personne, c’est pas nos gamins.
Ben si, quand même…

Bref, si pour beaucoup de choses, je suis d’une tolérance à toute épreuve, parfois presque trop. Sur l’éducation, ce n’est pas le cas.
Oui, je juge.
Je juge la mère qui préfère en coller une à son gamin plutôt que de lui expliquer calmement, ou de trouver un moyen de le calmer sans avoir à faire souffrir son enfant.
Je ne dis pas que c’est facile. J’ai déjà donné des fessées à Mouflette, ce que j’ai regretté sitôt l’acte commis. Voir les yeux terrorisés de son propre enfant, c’est un sentiment inqualifiable.

Je juge aussi ces parents qui préfèrent coller leur môme devant la telloche plutôt que de les occuper un tant soit peu. Il est si facile de s’amuser avec un enfant! Aller au musée, au théâtre, faire les boutiques, se promener dans la rue, prendre des photos, peindre, faire un gâteau, jouer aux dominos, aux cartes, se déguiser, …
Je ne dis pas de ne jamais laisser un enfant devant la télé, bien sûr, mais j’ai du mal avec le concept de « TV’s baby sitter » qui prend des proportions dingues chez certains.
T’as envie de 5 minutes pépère? Apprends à ton gamin à aimer les bouquins, tu seras tranquille!

Bref, « je fais ce que je veux avec mon enfant, c’est le mien » ne devrait jamais être une justification.
Ca sonne plutôt comme un manque d’argument flagrant!
Si on est à l’aise avec sa manière de faire, on doit pouvoir la défendre avec des arguments autrement plus convaincants…

Alors soyons clairs, on fait tous comme on peut, entre la théorie et la pratique, il y a souvent un gouffre, et on n’est pas des parents 100% du temps. Bien évidement!

Mais cette idée entendue qu’un bébé est plus ou moins un objet décoratif dont on fait ce que l’on veut et qui n’a aucunement droit au chapître, ça m’énerve.
Un enfant n’a pas demandé à venir au monde et ne doit pas servir de faire valoir à son parent.
Je ne suis pas pour la parentalité sacrificielle dont parlent certaines, non, mais assumer son choix de donner la vie et prendre des décisions en vertu de l’enfant me semble indispensable.

Bon, voilà, l’un de mes premiers posts polémiques…

T’en penses quoi toi ?(ça ne me semble pas très aboutie ma reflexion, donc si tu as des pistes pour mettre tout ça bien au clair dans ma cervelle et m’aider à retrouver le dernier neuronne égaré, je prends!)

Edit: Pour recentrer le débat, je ne juge aucunement le fait d’allaiter ou pas.
J’ai mon argument pour continuer à le faire sans qu’on vienne me chercher ds poux, mais il reste bien entendu que sur ce coup là, chaque femme est libre dans un choix si intime et ne doit jamais se laisser intimider qu’elle donne un biberon, le sein, pendant 2 semaines ou 2 ans!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

48 Commentaires sur
“C’est mon bébé, je fais ce que je veux!”
  • Le sentiment de culpabilité après gronder ou fesser, je connais.
    Je vis assez mal le fait d'être énervée et surtout de ne pas dormir et d'être réveillée même par une grande demoiselle.
    Mais avec le temps, cela s'arrange.
    Quant à l'autonomie, même si je suis une maman poule, je la laisse prendre ses décisions.
    Relation de confiance entre parents et enfants, c'est ce qui compte, non. Parler surtout parler.
    Voilà, je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre

  • Déjà, le fait d'entendre dire d'un enfant : "c'est le mien à moi, je fais ce que je veux"! ça me choque! L'enfant n'est pas un objet, on ne le fait pas pour soi! Ces parents là pleureront toutes les larmes de leur corps quand l'enfant quittera le nid, ils pleureront si leur progéniture ne remplit pas tous les espoirs qu'ils ont mis en elle!
    Et pour l'allaitement, pareil mais dans l'autre sens : quoi tu ne continues pas d'allaiter? mai"s il n'a que 2 mois! Tu sais que ton lait est ce qu'il y a de meilleur pour lui!" Euh oui… si vous le dites!!!

  • Le problème, à l'inverse, c'est que beaucoup de personnes se permettent de faire des réfléxions aux mamans sous prétexte de vouloir bien faire. Je l'ai vécu avec ma meilleure amie et son bébé, on est ds le train, tranquille, et y'a encore une vieille c… qui trouve moyen de dire "ah bah il va être au soleil là aussi le bébé", "ah bah oui mais là il doit manquer d'air"… alors qu'on s'était débrouillées au mieux pour pas qu'il prenne le moins le soleil sans manquer d'air. Moi en tant que personne, ça me donnait surtout envie de leur dire de se mêler de leurs affaires.

  • Je te cite:
    "Quand tu seras moins con, on en reparlera!!": excellent, j'adore! Est-ce que j'ai le droit de le dire à des personnes de ma famille???
    "Si on est à l'aise avec sa manière de faire, on doit pouvoir la défendre avec des arguments autrement plus convaincants…": je crois que là tu réponds à toutes tes questions: que voulons-nous au fond de nous? Quand on aura trouvé, on pourra toujours argumenter face à qqn qui pense différemment, mais au moins, on aura la conscience tranquille et l'âme en paix!
    J'aime bien ton 1er post "polémique", il résonne très bien en moi!

  • J'ai déjà dit cette petite phrase (à propos de l'allaitement, du cododo, de l'éducation non violente mais quand j'étais blasée de répéter toujours les mêmes arguments) et je l'ai entendu aussi bien souvent. C'est comme tu dis une non-réponse finalement.
    Moi aussi, je juge car je pense avant tout aux enfants, à leurs besoins, à leur respect.
    Quand j'entends un bébé qu'on laisse pleurer "pour pas le rendre capricieux", je ne peux rester muette et indifférente. Alors forcément, je m'en prends plein la tête en retour (je suis une hippie qui prendra cher quand ma fille aura 15 ans).
    Par contre, je ne veux surtout pas tomber dans le mode mère parfaite donneuse de leçons car ça, ça m'horripile aussi. Tout est une question de nuances en éducation, de ressentis, de moments particuliers propres à chaque famille. Alors c'est vrai aussi que souvent, même si je vois des choses qui sont à l'inverse de l'éducation ou de l'attention que je souhaite données à mes enfants je ne dis rien car je peux comprendre que dans cette famille-ci, ce mode éducatif convient, que tout le monde (parents et enfants) est bien comme ça.

    Par contre, moi quand on me saoûle (et pas de façon bienveillante du tout) à propos de l'allaitement ou autre, je réponds direct "oui je sais, je suis une mauvaise mère, une feignasse, je préfère donner mon sein que me lever pour faire un bib". Généralement, les gens se sentent très con et un peu gênés "mais non, c'est super au contraire" 😉

  • bin j'ai pas d'enfant… et si j'ai le malheur d'ouvrir ma bouche au sujet de l'éducation ou autre, j'entends "tu ne sais pas ce que c'est tant que tu n'as pas d'enfant" autrement dit "occupes toi de tes fesses". Je pense que les gens ont le droit de bien élever leurs enfants comme ils peuvent. Le but étant d'en faire un être civilisé et civique (ce sera déjà ça degagné).;)

  • Comme tu le sais, je ne peux qu'aprouver ton message ! J'essaie déja de lui parler au maximum plutot que de m'énerver même si parfois avec le manque de sommeil c'est plus difficile ! J'espére que quand les bétises et autres deviendront plus concréts j'arriverai toujours à lui expliquer !
    POur la télé, comme toi je ne supporte pas que l'on colle un gamin devant pour avoir la paix quelque soit l'age, c'est peut-être plus difficile ( enfin tout est relatif ) de chercher à occuper son enfant, mais ça me semble quand même plus épanouissant pour les parents et l'enfant !
    Et enfin je garde la réponse de melle pilou sous le coude ! PArce que je manque cruellement de répartie, j'y repense pendant 3 jours : j'aurai du lui dire ça ou ça …
    Et je sens que je vais en avoir besoin quand mes beaux parents vont débarquer à Noel !

  • comme tu dis, on fais surtout comme on peut…

    pour ma part, quand j'ai des remarques sur ma manière de faire avec mes enfants, comme certaine que tu as citer, j'écoute mais n'en prend note…

    pour moi, je vis ma maternité de façon spontanée sans me dire si c'est comme cela que je dois m'y prendre… pour l'heure, ça fonctionne plutôt bien…

    ceci dit, il ne faut pas non plus que les remarques deviennent trop agressives parce que là, je dégomme 😉

  • Tous ces gens qui ont un avis sur tout, c'est fatigant. Quand on est parents, si on veut un conseil, on le demande. Mais on n'en a que faire des conseils des autres qui nous inondent et nous polluent l'esprit. Non?

  • Je fais ce que je peux surtout, pas simple de ne pas devoir s'assouplir un peu dans ses propres opinions ! Ainsi, j'ai voulu allaiter, mais je n'ai pas pu plus de 3 semaines, du coup, bah on s'adapte ^^ !

  • Je fais partie de ces personnes qui pensent que l'éducation d'un enfant n'appartient pas seulement à ses parents. Exemple: si un enfant fait une bêtise devant moi et en l'absence de ses parents, je trouve normal, en tant que grande personne, que je puisse lui dire que ce qu'il fait n'est pas bien (je ne parle pas de donner une punition, hein). Pourtant c'est très mal accepté par la plupart des parents. Maintenant, il faut quand même raison garder, "un enfant pas à l'aise avec lui-même" pour reprendre tes termes, c'est 99% de la production humaine mondiale. On a tous des névroses et même si on essaye de ne pas les transmettre, on ne fera pas des enfants 100% sûrs d'eux tout en étant 100% adaptés à la vie en société.

    Concernant l'allaitement, comme Victor est en mixte, j'ai les deux discours "quoi? tu ne tires pas ton lait pour la nounou?" et "mais tu ne dois plus avoir de lait, passe au biberon à 100%" avec en guest star "tous ces changements de lait ça va le détraquer"

  • je viens de me friter avec une personne qui coupe systématiquement les cheveux de mes gosses quand elle les prend en vacances… alors que 1) ils ne veulent pas 2) la coiffeuse ne connait que des coupes de filles (ou de chien…) 3) je lui dis à chaque fois AVANT de ne pas le faire…

    et une fessée à ma mère, je peux????

  • @Angelita: Le dialogue est indispensable. Et le respect!
    Après, on fait tous des erreurs et on apprend! :-)

    @Minilady: L'allaitement, quelque soit le choix, est toujours polémique…
    Je n'ai jamais bien compris pourquoi… Alors que c'est un choix si intime!

    @Snana: Oui, ça, on sait 😉

    @Malicia: Oui, c'est très agaçant aussi. On fait tout pour bien faire, et l'avis des autres est parfois difficile à accepter.
    La petite vieille qui se veut sympa avec ses "Mais il n'a pas trop froid?""Mais il est assez nourri?"
    On a un peu envie de lui dire d'aller se faire voir 😉

    @La Mère Joie: Merci beaucoup! :-)

    @Sophie: Oui, t'as le droit!

    @MllePilou: JE crois qu'on cède tous à cette phrase un jour.
    Mais l'ennui est dans la dérive. C'est communément accepté que le bébé appartient à ses parents, un peu comme un esclave.
    Son sort émeut peu, et c'est ça que je trouve scandaleux en fait.

    @Lucky Sophie: Oui, on en est toutes là je crois! A faire comme on peut, et pas toujours comme on aimerait.
    Du moment qu'on le fait avec respect et amour, je crois qu'il n'y a pas de problème en fait. :-)

    @Zaza: Merci! :-)

    @Orgebin: Ben c'est vrai que parfois, les conseils de ceux qui n'ont pas d'enfant font un peu râler 😉
    Du moment que l'avis est donné avec délicatesse, tout peut passer, enfin chez moi du moins.

    @Cerise: Ben oui, mais la facilité est… Facile.
    Cela dit, crois moi, j'y cède aussi, mais bon pas de gaieté de coeur.
    Et pas tous les jours, pas tout le temps!
    La mesure fait la différence, enfin, je pense…

    @Mistinguett: Je suis comme toi, je suis partie sans (trop) d'idées préconçues, et au final, on s'adapte!

    @Val: Ben si 😉

    @Océane: JE crois qu'être parent est une perpetuelle remise en question.
    Un jour on pense blanc, le lendemain, on pense rose parce que blanc, on se rend compte que ça ne colle pas si bien!
    On fait comme on peux. Du moment qu'on le fait avec respect et amour, je crois que tout va bien!

    @Kannard: Non, on a tous nos névroses, c'est sûrs…
    M'enfin, je pense que les dommages collatéraux peuvent être minimisés avec un peu d'écoute.
    Mais bon, ça n'est pas toujours simple, c'est sur!

    Pour l'allaitement, je ne sais pas pourquoi les gens se permettent autant d'avis… C'est pourtant si intime! Bib, sein, mince, c'est pas les autres qui le donnent!

    @Daydreamer: Oui, tu peux! 😀

  • Bien, voilà qui rejoint mon billet de ce matin, sur quelques points.
    J'aurais plutôt tendance à utiliser "C'est mon gamin, je fais ce que je veux" pour les autres, à savoir que je ne suis personne pour juger ou donner des conseils et quand j'en entends tels que ceux que tu cites, c'est ce que j'ai envie de dire aux autres qui jugent. Mais ce serait moins radical, plutôt genre "Chacun sa façon d'élever, d'éduquer, à chaque instant, phase de développement de l'enfant. Tu allaites en ce moment, tu donnes le bib' à un autre, tu dors avec lui, il porte encore des couches la nuit, il ne fait pas d'activités, il prend des fessées… Les gens font irruption à un moment furtif dans ta vie donc ignorent la plupart du temps les antécédents.
    Tu allaites? Bien. Longtemps? Bien. Si tout le monde est content, j'entends toi et les tiens, ça va pas plus loin.
    :)

  • Vaste sujet fort interessant !
    J'allaite mon bébé à 12 mois passé… mais je n'en parle plus. Les gens ne demandent plus à cet âge… donc c'est entre moi et lui. Et finalement quand certains l'apprennent, ils n'osent rien dire… mais j'adore voir leur tête !
    Je ne laisse pas pleurer mon bébé… enfin pas trop. Juste quand vraiment il veut n'être que dans les bras et que je dois faire la popotte pour l'ainé. Bon pi merde il a 12 mois, il peux comprendre ! Mais la nuit je ne m'y résoud pas… pourtant c'est absolument ce que TOUT le monde me conseille. Est-ce que je me trompe ? Je n'en sais rien mais là ça n'est que mon coeur de mère qui me guide.
    Je ne tape pas mes enfants et j'essaie de m'énerver le moins possible après eux. Mais ça c'est parce que je SAIS que c'est la bonne méthode ! Mais voilà les reflexions de mes parents à ce sujet… !
    Par contre j'ai tendance à coller mon grand devant la téloche depuis tout petit, pour être tranquille. Mea culpa. Mais la méthode a fait là aussi ses preuves… à 4 ans il ne la regarde quasiment plus ! (overdose peut-être ! ;-))
    Bref… tout ça pour dire que TOUT le monde juge. Moi la première quand je n'avais aps d'enfant… combien de fois j'ai jugé des parents ! Et je le fais encore (mais beaucoup beaucoup moins curieusement). Mais en général je garde mes reflexions pour moi.
    Mais j'ai hâte que ma soeur aient des enfants… juste pour qu'elle comprenne.

    PS : J'aime beaucoup ces posts polémiques ! 😉

  • @Zette: Merci pour ton commentaire!
    En effet, on fait comme on peut, et comme on veut dans la mesure où tout le monde est content. Mais il est des domaines où je suis persuadée que l'enfant n'est pas content du tout, et on ne lui demande pas son avis alors qu'il est le premier concerné.
    Mais on a chacun s manière de faire pour beaucoup de points qui ne regardent que nous, c'est sûr! :-)

    @ali: Oh oui, j'imagine comme tu dois essuyer des remarques. Néanmoins, j'ai l'impression que pour l'allaitement, c'est vraiment plus un défaut de connaissance que par méchanceté.
    Et sinon, comme toi, moi aussi je juge bien moins les parents depuis que j'en suis un 😉

  • Premier comm ici, je me lance!!! Je me retrouve pleinement dans tes écrits. Ayant allaité 22 mois, au début, j'ai mal pris les remarques des gens parce que, peu sûre de moi et dans "ma" maternité, sans exemple d'allaitement dans ma famille, je me sentais jugée. Quand j'ai été plus zen, j'ai pu voir que dans 90% des cas, le questionnement était sincère, les gens ne savaient tout simplement rien de l'allaitement long. Je m'en suis faite une sorte de "mission", la bonne santé de ma fille et mon calme étant la meilleure des promotions!
    Idem pour les couches lavables ou l'ENV. Ma fille reste mon meilleur ambassadeur en la matière et savoir répondre aux questions ("quoi, pas de fessée?") avec un vrai argumentaire mais qui ne soit pas saoûlant, ça reste la meilleure réaction possible.
    Après, oui, il y a 10% de jugements. Dans ces cas-là, je coupe très vite court aux débats, ça me gave très vite et d'ailleurs mes interlocuteurs le sentent bien!!!^^
    Bon, allez j'arrête à ma prose!! 😉

  • j'aime beaucoup ton post…
    Je suis vraiment daccord avec toi, jai dejà entendu qq'un que je ne citerai pas mais qui est censé etre mon model an matiere d'education dire en parlant de ma fille qui ne voulait pas aller a la douche met la sous la douche froide ca vas la calmer!! elle avait 3 ans!
    Bref tout ca pour dire que je concoit l'education comme ti je pense, quand je fesait l'ecole a la maison cetait encore pire la réaction des gens!!! on aurait dit que jetais dans une secte…

  • @Ladame du CDI: Merci pour ton avis! Il me permet de mieux poser les idées et de mieux comprendre où je veux en venir (oui, j'ai besoin d'un traducteur pour moi même, ça devient grave! ;-))
    Comme tu as raison de dire que ta fille est ton meilleur argument!
    La mienne, la grande, l'est aussi! Pour une éducation non violente, mais stricte tout de même.
    Elle n'est pas parfaite, mais c'est une super petite fille, polie, respectueuse, agréable, bien dans ses pompes. :-)

    @Lilifraise: Ha oui, la douche froide… Ben voyons!
    On devrait leur faire, à ces gens, ce qu'ils préconisent… Voir si ça leur plairait!

  • Je suis pour la sanction lorsqu'elle est en relation à la faute, contre la punition. Et les donneurs de leçon, qu'ils donnent des leçons… Il y aura toujours des gens pour critiquer !

  • Alors moi, je ne dis pas " je fais ce que je veux" mais je fais ce que je PEUX ! Parce que depuis que je suis Maman, la culpabilité est ma meilleure amie, parce que j'ai déjà donné des fessées et parce que je ne suis qu'humaine et que parfois à trop vouloir bien faire, je me suis lamentablement plantée !
    Par contre, les gens qui disent " c'est mon gosse je fais ce que je veux" ça me gonfle parce que leur gosse justement est potentiellement un copain des miens et qu'ils vont récupérer la pléthore de grossièretés apprises à la maison par ces gens qui font ce qu'ils veulent ou encore dans l'autre extrême, les mauvaises habitudes de l'enfant "roi".
    il n'y a pas de super maman, mais il y a à mon humble avis de plus en plus de gens qui devraient faire un ptit effort…( j'en parlais sur mon blog)
    désolée, je suis bavarde, le sujet m'interpelle :-)

  • très bon ton post polémique surtout le "quand tu seras moins con on en reparlera"

    en ce qui concerne l'allaitement j'en ai entendu des vertes et des pas mures pour les deux petits
    la première " je te dis qu'elle a faim ta fille elle pleure !!!! (normal un bébé ça pleure que quand ça a faim sinon pour le reste ça parle bien sûr!!)
    pour le deuze : c'est moi qui disais " de toute manière je lui filerai du lait de vache quand il se transformera en veau !!!:)

    pour la fessée : no comment ! je suis pas forcément une adepte mais il m'est arrivé d'en mettre, d'en recevoir petite (je suis pas pour autant une psychopathe asociale) mais la plupart du temps les gens n'arrive pas à faire la différence entre fessée et coup de poing ;)))

  • Je ne sais absolument pas quelle genre de mère je serais, donc je me suis toujours retenue de juger celles qui font ceci ou cela. Je pense qu'on fait chacune comme on le peut, avec nos moyens, et selon notre caractère.
    il y a des mamans qui ont moins de patience que d'autres, ne sont pas fans des activités manuelles avec leurs enfants, tiennent à leur indépendance. Ça ne fait pas d'elles de mauvaises mères.

    En ce qui concerne la fessée, le geste ne m'a jamais choqué en tant que tel, même si je n'approuve pas forcément. Parfois des parents peuvent se sentir impuissants et à bout de nerfs devant leur enfant qui dépasse les bornes, faut-il les blamer pour autant ?

    Très intéressant ton article en tout cas !!

  • D'accord avec toi! j'ai du mal à résister quand je vois en enfant en maltraitance mais je t'assure que ce n'est jamais perçu comme ça de la part des parents et c'est dur de dire de quelque chose…la maltraitance n'est pas que physique!
    Tous les matins à l'école j'ai de la peine pour certains enfants, les parents n'ont conscience de rien mais voilà chacun ses enfants…
    Sinon la fessée ou n'importe quel châtiment corporel je ne peux pas, c'est mon histoire qui fait que voir un enfant se faire frapper même pour une mini fessée me retourne le cœur…

  • Comme je t'approuve !
    Un jour on m'a posée la question: c'est quoi la mère idéale ? J'ai répondu que c'était celle qui faisait de son mieux avec le bien-être de son enfant en objectif. Être une maman c'est faire beaucoup de paris sur la vie: on se lance, on tente et on ne sais jamais ce que cela va donner.
    J'ai bien connu ce genre de réflexions lorsque j'allaitais mon fils: "ton lait ne le nourrit pas assez", "tu t'épuises, le biberon c'est tellement mieux". Ma réponse a toujours était: "je suis convaincue que c'est ce qu'il y a de mieux pour mon enfant !".
    En revanche, lorsqu'à l'aéroport j'ai vu un père filait des claques à sa petite fille d'à peine un an je n'ai pu me retenir !
    Le juste milieu et les mots justes sont souvent difficiles à trouver et à entendre.
    C'est un peu décousu ce que je dis, non ?

  • ca peut être aussi un moyen de couper court aux justifications, quand on n'a pas envie, pas le temps ou qu'on sait que c'est un combat perdu d'avance.

    J'ai accouché de ma première en Côte d'Ivoire, face à moi une pédiatre et des infirmières qui m'expliquaient que mon bébé serait mieux à la nursery, sur le ventre et nourri au biberon.

    j'ai fait ce que je pensais juste (qui est à mon sens une meilleure réponse peut-être, je rejoins Fleur de Paris) et mis mon bébé au sein (9 mois 1/2) avec moi dans la chambre à la clinique puis un peu aussi chez moi, et sur le côté.

    Et par la suite, je n'ai fait que ce que je pensais juste pour mes enfants, sans ressentir la nécessité de toujours le justifier.

  • C'est bien pour le bébé mais pas pour moi, je n'ai aucun plaisir à allaiter, au contraire, mais je câline énormément. Et mes enfants vont bien.

  • Mouais… je suis père d’une gamine de 3 ans et j’estime avoir un esprit assez ouvert là-dessus. J’ai lu ton post (que ma femme m’a fait découvrir) et je suis moyennement d’accord avec.
    Je m’explique :
    Quand t’as des gens qui te disent dans le métro « mais vous savez c’est DANGEREUX de porter votre enfant en écharpe », je suis désolé mais ils se mêlent de ce qui ne les regarde PAS (c’est pas un conseil ça : c’est un jugement sur ta manière de « mal » élever ton enfant), et le plus souvent dans ces cas là, ils ne savent absolument pas de quoi ils parlent (ah c’est sûr que « c’est pas du BabyBjorn, donc ça doit être mauvais pour le bébé »).
    On a eu le coup avec ma femme pour l’allaitement, le fait que notre fille dorme sur le ventre (elle aimait pas dormir sur le dos, on allait pas la forcer non plus), le portage en écharpe, la diversification « trop tôt » (on a commencé quand notre fille a naturellement voulu tester des solides), le fait de lui parler en anglais, le fait de la mettre dans une école Montessori, etc., etc.
    Nous on fait ce qui nous semble correct… après ce qu’on a décidé pour nous n’est pas forcément valable pour les autres et on se garde bien de critiquer les choix des autres.

    Quand un enfant est trop jeune pour prendre des décisions, tu juges, tu évalues et tu essaies de faire pour son mieux jusqu’à ce qu’il puisse communiquer ses souhaits, ses préférences, ses envies : c’est à toi de te renseigner, d’être suffisamment informé pour lui éviter des emmerdes (comme ça qu’on s’est rendus compte que notre fille était allergique au lactose par exemple). C’est mon point de vue sur la chose, et de toute façon même dès le début, tu VOIS si un enfant aime ou pas quelque chose, donc j’ai pas le sentiment de le « forcer ». D’un enfant à l’autre ça sera différent.
    Par conséquent, quand tu appliques une méthode d’éducation ou un système (écharpe, allaitement, etc.), c’est que TU as déterminé que ça semblait être mieux pour lui/elle, et remettre ça en cause en se mêlant de ce qui ne te regarde pas et en critiquant (je parle pas de conseil, je parle de critiques, le genre qui nous fait justement dire « mais occupe toi de tes fesses connasse/connard !!! »), ça revient juste, pour la personne qui vient critiquer, à se défouler.

    On vit dans un pays avec plus de 60 millions de personnes : chaque personne aura un avis personnel (je le souhaite) sur la façon d’élever un enfant, et si « par malheur » on ose sortir du droit chemin et choisir des solutions « alternatives », on aura toujours un connard ou une connasse (désolé mais je me lâche) qui viendra nous dire que « c’est pas bien », surtout quand on vit en région parisienne. Au bout de la 15ème personne à m’aborder dans la journée, j’ai juste envie de dire « mêle toi de tes oignons ». J’ai pas le sentiment qu’on doive se justifier à chaque fois, 15 fois par jour : c’est juste fatiguant et invalidant sur notre responsabilité en tant que parent à s’occuper correctement de notre enfant. Là-dessus, je ne suis pas d’accord avec ce post

  • Mouais… je suis père d’une gamine de 3 ans et j’estime avoir un esprit assez ouvert là-dessus. J’ai lu ton post (que ma femme m’a fait découvrir) et je suis moyennement d’accord avec.
    Je m’explique :
    Quand t’as des gens qui te disent dans le métro « mais vous savez c’est DANGEREUX de porter votre enfant en écharpe », je suis désolé mais ils se mêlent de ce qui ne les regarde PAS (c’est pas un conseil ça : c’est un jugement sur ta manière de « mal » élever ton enfant), et le plus souvent dans ces cas là, ils ne savent absolument pas de quoi ils parlent (ah c’est sûr que « c’est pas du BabyBjorn, donc ça doit être mauvais pour le bébé »).
    On a eu le coup avec ma femme pour l’allaitement, le fait que notre fille dorme sur le ventre (elle aimait pas dormir sur le dos, on allait pas la forcer non plus), le portage en écharpe, la diversification « trop tôt » (on a commencé quand notre fille a naturellement voulu tester des solides), le fait de lui parler en anglais, le fait de la mettre dans une école Montessori, etc., etc.
    Nous on fait ce qui nous semble correct… après ce qu’on a décidé pour nous n’est pas forcément valable pour les autres et on se garde bien de critiquer les choix des autres.

    Quand un enfant est trop jeune pour prendre des décisions, tu juges, tu évalues et tu essaies de faire pour son mieux jusqu’à ce qu’il puisse communiquer ses souhaits, ses préférences, ses envies : c’est à toi de te renseigner, d’être suffisamment informé pour lui éviter des emmerdes (comme ça qu’on s’est rendus compte que notre fille était allergique au lactose par exemple). C’est mon point de vue sur la chose, et de toute façon même dès le début, tu VOIS si un enfant aime ou pas quelque chose, donc j’ai pas le sentiment de le « forcer ». D’un enfant à l’autre ça sera différent.
    Par conséquent, quand tu appliques une méthode d’éducation ou un système (écharpe, allaitement, etc.), c’est que TU as déterminé que ça semblait être mieux pour lui/elle, et remettre ça en cause en se mêlant de ce qui ne te regarde pas et en critiquant (je parle pas de conseil, je parle de critiques, le genre qui nous fait justement dire « mais occupe toi de tes fesses connasse/connard !!! »), ça revient juste, pour la personne qui vient critiquer, à se défouler.

    On vit dans un pays avec plus de 60 millions de personnes : chaque personne aura un avis personnel (je le souhaite) sur la façon d’élever un enfant, et si « par malheur » on ose sortir du droit chemin et choisir des solutions « alternatives », on aura toujours un connard ou une connasse (désolé mais je me lâche) qui viendra nous dire que « c’est pas bien », surtout quand on vit en région parisienne. Au bout de la 15ème personne à m’aborder dans la journée, j’ai juste envie de dire « mêle toi de tes oignons ». J’ai pas le sentiment qu’on doive se justifier à chaque fois, 15 fois par jour : c’est juste fatiguant et invalidant sur notre responsabilité en tant que parent à s’occuper correctement de notre enfant. Là-dessus, je ne suis pas d’accord avec ce post

  • Mouais… je suis père d’une gamine de 3 ans et j’estime avoir un esprit assez ouvert là-dessus. J’ai lu ton post (que ma femme m’a fait découvrir) et je suis moyennement d’accord avec.
    Je m’explique :
    Quand t’as des gens qui te disent dans le métro « mais vous savez c’est DANGEREUX de porter votre enfant en écharpe », je suis désolé mais ils se mêlent de ce qui ne les regarde PAS (c’est pas un conseil ça : c’est un jugement sur ta manière de « mal » élever ton enfant), et le plus souvent dans ces cas là, ils ne savent absolument pas de quoi ils parlent (ah c’est sûr que « c’est pas du BabyBjorn, donc ça doit être mauvais pour le bébé »).
    On a eu le coup avec ma femme pour l’allaitement, le fait que notre fille dorme sur le ventre (elle aimait pas dormir sur le dos, on allait pas la forcer non plus), le portage en écharpe, la diversification « trop tôt » (on a commencé quand notre fille a naturellement voulu tester des solides), le fait de lui parler en anglais, le fait de la mettre dans une école Montessori, etc., etc.
    Nous on fait ce qui nous semble correct… après ce qu’on a décidé pour nous n’est pas forcément valable pour les autres et on se garde bien de critiquer les choix des autres.

    Quand un enfant est trop jeune pour prendre des décisions, tu juges, tu évalues et tu essaies de faire pour son mieux jusqu’à ce qu’il puisse communiquer ses souhaits, ses préférences, ses envies : c’est à toi de te renseigner, d’être suffisamment informé pour lui éviter des emmerdes (comme ça qu’on s’est rendus compte que notre fille était allergique au lactose par exemple). C’est mon point de vue sur la chose, et de toute façon même dès le début, tu VOIS si un enfant aime ou pas quelque chose, donc j’ai pas le sentiment de le « forcer ». D’un enfant à l’autre ça sera différent.
    Par conséquent, quand tu appliques une méthode d’éducation ou un système (écharpe, allaitement, etc.), c’est que TU as déterminé que ça semblait être mieux pour lui/elle, et remettre ça en cause en se mêlant de ce qui ne te regarde pas et en critiquant (je parle pas de conseil, je parle de critiques, le genre qui nous fait justement dire « mais occupe toi de tes fesses connasse/connard !!! »), ça revient juste, pour la personne qui vient critiquer, à se défouler.

  • Quand j'ai dit que je ne voulais pas allaiter, on m'a demandé pourquoi que c'était bien pour le bb etc…
    en tout cas, je trouve courageux les personnes qui essaient d'allaiter le plus longtemps possible !

  • Bonjour, :)
    Ahh… Les phrases incisives, je pourrais en sortir un livre!
    Je suis tombée enceinte à 21ans (trop jeune de nos jours!), alors que son père et moi étions encore étudiants (quelle inconscience de ne pas avoir de situation!), et je travaillais au fastfood pour payer mes études (mais enfin, une femme enceinte n'a rien à faire dans un macdo!). Et puis j'ai terminé ma grossesse en travaillant là-bas, avec mon bon gros ventre, et je me suis nourrie à 60%de hamb et frittes à la sauce barbecue et mayo (Mais quelle mauvaise alimentation) . Je ne l'ai pas allaité (!!!) J'ai refusé de mettre mon loulou à la crèche (Tu as tord, il devindrait plus sociable!)En 3ans, il a fait 3 écoles différentes (Quelle instabilité!) Et puis nous avons divorcé avec son père, maintenant nous faisons une semaine sur deux (C'est etrange, il me semble qu'un enfant a bien plus besoin de sa maman que de son papa!! ou: si tu es capables de le voir seulement 1 semaine sur 2, c'est que tu ne l'aimes pas tant que ça!!véridique, j'ai pris ça en pleine poire). Et à présent, je vis en collocation avec mon loulou, mon chéri et un couple d'amis (C'est vraiment n'importe quoi, comment veux-tu qu'il trouve ses repère???!!!)

    J'en passe, et des moins mûres. Là, je suis sure que certaines vont déculpabiliser! 😉
    Nous aurions sans aucun doute pu "faire mieux", cependant aujourd'hui à 6ans, mon doudou est un vrai petit chef en cuisine grâce à toutes les tartes que nous avons préparées ensemble, il est plein d'imagination grâce aux histoires qu'on lui raconte chaque soir… Je passe toutes ces qualtés car là je pourrais carremment sortir un thome 2 et 3.
    Tout ça pour dire qu'on peut nous reprocher tout plein de choses, mais tant qu'on est pleines d'attentions d'amour envers nos tous-doux, et qu'on sait leur expliquer les choses, y a pas de soucis! Et quand on me dit encore aujourd'hui: "mais t'as vu ce qu'il a fait, je comprends pas pourquoi tu l'as pas giflé, parfois c'est la seule solution pour qu'ils comprennent les gosses" Je réponds: "Je trouve que ce que tu dis là est stupide et c'est contraire à ce que je pense. Tu préfères que je te contredise en te mettant un coup de boule, ou plutôt en t'expliquant ma théorie?" Et généralement, ça marche! 😉

  • Je suis d'accord, l'éducation des enfants regarde la société toute entière puisque c'est elle qu'on perpétue.

    Mais comme tu le montres, ainsi que tes lecteurs, c'est si compliqué… Chez moi c'est interdiction de gros mots, et si un parent en dit un c'est 50centimes dans le pot commun, pourtant certaines familles ''marchent au gros mots''. Les p**ain et les petit c** font partie du langage quotidien sans que cela leur paraisse aussi vulgaires qu'à nous. C'est tout bête mais cela peut illustrer que nos limites et le sens de nos actions ont des appréciations très variables. Et cela même si chacun pense aller dans le bon sens 😉

    Après je crois qu'il reste possible de fixer des normes assez largement diffusées, notamment concernant les sanctions physiques…

    Vaste sujet, merci de l'aborder :)

  • @La vilaine: Ha moi je suis "pour" la punition. Mais de fait, je crois que ça ne sert pas à grand chose finalement… 😉

    @Bealapoizon: Ha, toi aussi? On a la même meilleure copine alors!
    Et tu exprimes très bien l'une des raisons qui fait que je déteste cette petite phrase "je fais ce que je veux"!
    Je vais bien fliquer ton blog pour voir ton article sur le sujet!

    @Camille et ses cailloux: Je crois que ça nous est arrivé à tous, de mettre une fessée. C'est sûr, on n'en meurre pas…
    Pas une fois, comme ça…
    Mais chez certains, c'est quotidien, et m'est avis que là, oui, ça laisse des traces…

    @Anouchka: En fait, mon post ne portait pas sur ces femmes qui font ce qu'elles peuvent, parce que je crois qu'on en est toutes là!
    On essaye d'allier nos désirs de femme et nos désirs de maman, ce n'est jamais simple, et on prend les décisions qu'on peut, souvent!
    Pour la fessée dont tu parles, je fais partie de ces personnes, qui ont donné une fessée parce qu'ils étaient à bout.
    A blamer, je ne sais pas… J'ai toujours regretté le geste et il n'a jamais servi à rien.
    Merci pour ton avis! :-)

    @Carole: Tout pareil…

    @Fleur de Paris de Maman: Tu résumes très bien mon point de vue: Faire comme on peux, avec amour!

    @Dom: J suis encore dans la période où j'ai besoin de me justifier…
    Ca change sans doute quand on prend confiance en soi!

    @Aude: L'allaitement n'est bien, selon moi, que lorsqu'il est un choix. on court à la catastrophe sinon!
    Du lait et des calins, voici tout ce dont a besoin un bébé! :-)

    @Maman blogueuse: Faire respecter ses choix n'est pas tjrs facile malheureusement!

    @A C: J'adore ta conclusion!! 😀

    @Orakaa: En fait, on dit un peu la même chose.
    Non aux jugements à l'emporte-pièce.
    Mais oui à la critique constructive 😉

    Des gens qui se permettent des critiques juste pour dire qq chose, j'en croise à la pelle.
    J'ai eu ma première fille à 19 ans alors tu imagines tout ce que j'ai pu entendre…
    Les gens se permettent beaucoup de choses…

    Non, ce qui m'agace, mais je l'exprime un peu mieux, je crois, dans le post que j'ai écris aujourd'hui, c'est la façon qu'ont certains parents de se dédouanner de tout.
    Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris.
    Et j'aime beaucoup ton ytravail de photographie, au passage! :-)

    @Hecatessence: Comme tu dis, c'est très compliqué et nous avons chacun nos limites et tolérances…
    Merci à toi pour ton avis! :-)

  • C'est ma première visite ici (j'ai vu ton article sur hellocoton) & j'ai vraiment très apprécié cet article (qui me donne envie de lire le reste de ton blog).

  • j'aime beaucoup ce que tu as écris et comme tu l'as développé, c'est certain c'est un thème ou l'ont pourrait dire de tout et parler pendant des heures (jours,mois, années… )

    Fasse ce qu'on fasse (bien ou mal) il y aurais toujours quelqu'un pour dire quelque chose ( en bien ou en mal)

  • Hum, comment dire: je suis d'accord… et pas tout à fait…
    Je pense qu'on utilise ce genre de phrases, c'est mon gosse etc c'est qu'on a envie d'arrêter les jugements à la pelle qui vont irrémédiablement nous tomber dessus. Chacun à une façon différente de voir les choses, d'éduquer son enfant: on fait tous des choix à un moment à un autre pour nos enfants et forcément, on est pas en "harmonie" avec le système de valeur de quelqu'un d'autre… Sans parler que parfois, on a l'impression d'avoir tout compris d'une mini scène – une maman qui s'énerve contre son gosse au lieu de lui expliquer calmement que ce n'est pas bien – alors que si ça se trouve, elle vient de vivre en enfer et que c'était juste le caprice de trop…

  • @Auré: Merci à toi, et bienvenue!

    @MAria: C'est sûr que c'est un sujet porteur 😉

    @Oum; Je suis entièrement d'accord avec toi.
    On se permet (enfin, moi) parfois de juger sur une scène isolée alors que ça n'est pas du tout significatif…
    C'est aussi pour ça qu'il est si dur d'être mère, on sait aussi qu'on est jugé sur des parcelles de vie…

    C'est vrai aussi que certaines critiques gratuites et inutiles ne méritent rien de plus qu'un "c'est pas tes affaires!" 😉

  • Mon message de la veille était trop long et j'ai donc dû le couper en deux. En voilà la suite (que je n'ai pas pu poster hier vu que j'ai eu un GROS bug)

    On vit dans un pays avec plus de 60 millions de personnes : chaque personne aura un avis personnel (je le souhaite) sur la façon d’élever un enfant, et si « par malheur » on ose sortir du droit chemin et choisir des solutions « alternatives », on aura toujours un connard ou une connasse (désolé mais je me lâche) qui viendra nous dire que « c’est pas bien », surtout quand on vit en région parisienne. Au bout de la 15ème personne à m’aborder dans la journée, j’ai juste envie de dire « mêle toi de tes oignons ». J’ai pas le sentiment qu’on doive se justifier à chaque fois, 15 fois par jour : c’est juste fatiguant et invalidant sur notre responsabilité en tant que parent à s’occuper correctement de notre enfant. Là-dessus, je ne suis pas d’accord avec ce post

    Après, parler des personnes qui battent ou négligent leurs enfants… oui, ça existe, mais battre son enfant ou le maltraiter, c’est interdit par la loi et c’est un peu un extrême.
    Pour la TV baby-sitteuse, je suis d’accord sur le fait que ça ne soit « pas bien », mais dans ce cas comme dans d'autres (fessée, etc.), critiquer la « mère/père indigne » ne changera rien : la personne va t’envoyer bouler et elle continuera à opérer de la même manière (et tu peux pas rester scotchée 24h/24 derrière eux).
    Par contre, en parler calmement, amener la personne à voir qu’elle pourrait faire autre chose, oui, ça serait déjà mieux et plus constructif (et surtout ça pourrait aider et avoir un effet). D’où la nette différence que je fais entre la mamie qui vient te critiquer juste pour dire que « elle » elle a bien élevé ses enfants et pas toi et la personne qui vient te parler en se présentant, en te disant bonjour et qui te dit que, elle, elle utilise bla ou bla ou fait comme ci ou comme ça, et que ça marche avec ses enfants à elle et que ça pourrait P-E marcher pour toi aussi.
    A la deuxième personne, je suis tout disposer à échanger, à lui expliquer pourquoi moi je fais bli, et en quoi je trouve ça justifié. A la première, j’ai même plus envie de répondre.

    Je me souviens d’une histoire dont ma femme m’a parlé où une femme allaitait son enfant et l’enfant a malheureusement dû aller à l’hôpital (il avait une déficience qui n’a été décelée que bien plus tard). Les infirmières de l’hosto l’ont vivement critiqué sur le fait d’allaiter son enfant et selon elles c’était à cause de ça qu’il était malade (alors que non, pas du tout)… La femme est repartie avec son enfant… pour voir débarquer quelques jours plus tard les services sociaux, qui avaient été alertés pour « maltraitance ». Non, STOP !
    On vit dans un pays où on est innocent à moins d’amener la preuve du contraire… ça ne veut pas dire qu’on est coupables à moins de se justifier

  • Tes propos ne me choquent pas vraiment et reflète un avis, qui de toute façon, plaira et ne plaira pas à certains, surtout qu'en matière d'éducation, on est tous différents.
    Là où je suis en désaccord, c'est pour la fessée. J'en ai eu et je ne suis ni morte, ni déséquilibrée, bien que mon père, impatient de nature, m'en a collé plus d'une que je ne méritais pas (et d'autres que je méritais bien sûr) (je te rassure ça n'arrivait pas tous les jours non plus).
    Ma soeur que était plus que terrible étant petite CHERCHAIT à avoir sa fessée par ma mère qui n'en donnait que rarement parce que c'était son moyen de savoir quelle était la limite.

    Donc je pense que tout dépend aussi du caractère de l'enfant, si tu en as un qui communique assez facilement ou si tu as une terreur des bacs à sable, tu gères différemment.
    Perso, je prône l'envoi au coin, les bras en l'air, c'est chiant et désagréable et en général ça calme.

  • @La fée: J'ai été un peu loin en disant qu'un enfant serait déséquilibré s'il prenait des fessée… Je pense que c'est la manière de la donner et la répétition du geste qui est problématique… Et s'il n'y a aucune explication, si ça tombe "comme ça", parce que le parent ne sait pas gérer.

    Après, j'ai reçu assez peu de fessées, et les seules que j'ai eu, je m'en souviens, et j'en étais bouleversée (parce que la fessée était injuste et complètement inutile)

    Mouflette était assez terrible, plus jeune, du genre à pousser à bout et à ne connaître aucune limite. J'en suis venue à bout sans fessée (enfin, j'en ai mis, mais ça n'a rien régler)

    Merci beaucoup pour ton avis en tous cas! :-)

  • Mon message de la veille était trop long et j'ai donc dû le couper en deux. En voilà la suite (que je n'ai pas pu poster hier vu que j'ai eu un GROS bug)

    On vit dans un pays avec plus de 60 millions de personnes : chaque personne aura un avis personnel (je le souhaite) sur la façon d’élever un enfant, et si « par malheur » on ose sortir du droit chemin et choisir des solutions « alternatives », on aura toujours un connard ou une connasse (désolé mais je me lâche) qui viendra nous dire que « c’est pas bien », surtout quand on vit en région parisienne. Au bout de la 15ème personne à m’aborder dans la journée, j’ai juste envie de dire « mêle toi de tes oignons ». J’ai pas le sentiment qu’on doive se justifier à chaque fois, 15 fois par jour : c’est juste fatiguant et invalidant sur notre responsabilité en tant que parent à s’occuper correctement de notre enfant. Là-dessus, je ne suis pas d’accord avec ce post

    Après, parler des personnes qui battent ou négligent leurs enfants… oui, ça existe, mais battre son enfant ou le maltraiter, c’est interdit par la loi et c’est un peu un extrême.
    Pour la TV baby-sitteuse, je suis d’accord sur le fait que ça ne soit « pas bien », mais dans ce cas comme dans d'autres (fessée, etc.), critiquer la « mère/père indigne » ne changera rien : la personne va t’envoyer bouler et elle continuera à opérer de la même manière (et tu peux pas rester scotchée 24h/24 derrière eux).
    Par contre, en parler calmement, amener la personne à voir qu’elle pourrait faire autre chose, oui, ça serait déjà mieux et plus constructif (et surtout ça pourrait aider et avoir un effet). D’où la nette différence que je fais entre la mamie qui vient te critiquer juste pour dire que « elle » elle a bien élevé ses enfants et pas toi et la personne qui vient te parler en se présentant, en te disant bonjour et qui te dit que, elle, elle utilise bla ou bla ou fait comme ci ou comme ça, et que ça marche avec ses enfants à elle et que ça pourrait P-E marcher pour toi aussi.
    A la deuxième personne, je suis tout disposer à échanger, à lui expliquer pourquoi moi je fais bli, et en quoi je trouve ça justifié. A la première, j’ai même plus envie de répondre.

    Je me souviens d’une histoire dont ma femme m’a parlé où une femme allaitait son enfant et l’enfant a malheureusement dû aller à l’hôpital (il avait une déficience qui n’a été décelée que bien plus tard). Les infirmières de l’hosto l’ont vivement critiqué sur le fait d’allaiter son enfant et selon elles c’était à cause de ça qu’il était malade (alors que non, pas du tout)… La femme est repartie avec son enfant… pour voir débarquer quelques jours plus tard les services sociaux, qui avaient été alertés pour « maltraitance ». Non, STOP !
    On vit dans un pays où on est innocent à moins d’amener la preuve du contraire… ça ne veut pas dire qu’on est coupables à moins de se justifier

  • @Orakaa: J'ai reçu votre commentaire par mail, mais il ne s'est pas affcihé.
    Je me permet donc de l'ajouter moi même.

    Pour vous répondre à nouveau, je pense que, vraiment, nous sommes d'accord, en fait.
    Ce que vous comptez, c'est exactement ce que je dénonce 😉
    Sauf que j'ai dû assez mal m'exprimer.

    Je n'accepte pas les critiques infondées et les jugements hâtifs.
    Mais les avis donnés dans "l'urgence", pour aider, là je dis oui!

    J'ai un exemple assez frappant, du vécu:
    Une petite fille hurlait à la caisse d'un supermarché, elle s'adressait à la caissière d'une manière désobligeante.
    Un client derrière demande à la mère de calmer son enfant, qu'elle ne doit pas la laisser s'adresser ainsi à une autre personne. Avec beaucoup de respect, même si aussi avec une pointe d'agacement devant la mère qui semblait s'en ficher comme de sa première chaussette.
    La mère lui a répondu "C'est ma fille, je fais ce que je veux!!"
    L'homme a alors pris un pot de confiture qui se trouvait dans son charriot, l'a ouvert, l'a renversé sur la tâte de la mère et lui a dit "Ben moi aussi, je fais ce que je veux!"

    Bon, c'est extrême (mais terriblement drôle!!!), mais c'est ce genre de personne là (la mère) que je fustige. Ces personnes qui démissionnent de leur rôle parental, au détriment du respect des citoyens de la société…

    Merci beaucoup pour votre avis très constructif! :-)
    Au plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


trois − un =