Qui suis-je?

Je suis né le 27 janvier 1756, à Salzbourg. Ma soeur se surnomme Nannerl, mon père est un compositeur.

A 4 ans, je suis déjà un virtuose du clavier. Je compose ma première oeuvre à 6 ans, un petit menuet entêtant, la joie et la candeur d’un enfant prodige.

Je suis un phénomène, mon père me promène au quatre coins d’Europe pour montrer mon talent. Comme je suis petit, il se permet de me donner un an de moins, afin que le miracle soit plus grand encore. Vienne, Londres, Paris, Amsterdam, je vais partout afficher ma virtuosité.

A 14 ans, la Chapelle Sixtine m’est ouverte, et j’y entend le Miserere d’Allegri, je vais, dès le soir même, le retranscrire entièrement, de mémoire et d’oreille.

Je suis employé par le prince Colloredo, mais las d’être entravé dans mon talent et dans ma liberté, je décide de m’affranchir quelques années après, pour tenter de trouver un autre employeur.

Je tombe fou amoureux de la cantatrice Aloysia Weber, mais je finirais pas épouser sa soeur, Constance, dénuée de talent mais tolérante.

Je suis le super pote de Joesph Haydn, dont j’admire la rigueur. Et avec qui je partage le courant classique.

J’écris la messe en Ut pour ma femme malade, une prière au Dieu auquel je ne crois pas, un appel de désespoir, afin qu’elle soit sauvée. Coïncidence ou non, elle guérit, et j’abandonne mon oeuvre.

Mon dernier opéra est La flûte enchantée, une ode revendicative de l’égalité entre homme et femme, et une oeuvre maçonnique.

Ma dernière oeuvre, le Requiem, sera terminée à la demande de ma femme après mon décès.

Un enfant prodige oublié en son temps dès l’âge adulte atteint.

Je décède dans la fleur de l’âge, à 35 ans, en décembre 1791.

Vous m’avez reconnu, je suis un génie, un virtuose, le plus grand compositeur de tous les temps, le meilleur.

***************
Ceci est ma participation à « Un lundi parmis tant d’autres » chez Chrys et Zaza, cette semaine sur le thème très inspirant d’un artiste, connu ou inconnu, d’hier ou d’aujourd’hui.
Ps: Je n’ai pas vérifié les informations données (honte à moi), je laisse donc le soin à mon Tonton de rectifier mes erreurs ou mes oublis dans les commentaires! :-)
Je pourrais dire que je laisse le soin à n’importe qui de rectifier mes erreurs, mais sur ce sujet, je ne fais confiance qu’à lui. Et toc!
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

22 Commentaires sur
“Qui suis-je?”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


six × quatre =