La grossesse et ses mille questionnements…

La grossesse est censée être un état merveilleux de béatitude et de bonheur sans nuage… Cette idée relayée pendant des années prend un grand coup dans l’aile aujourd’hui, où il est de bon ton de dire que la grossesse, c’est nul, c’est trop dur, c’est un état de dépendance totale insupportable…

Je pense qu’entre les deux courants, il y a peut être un juste milieu.

Un de mes amies (qui se reconnaîtra! :-) vient de tomber enceinte. Quasiment dès qu’elle l’a su, elle a voulu me l’annoncer et vite me demander si toutes les questions qu’elle se pose sont normales. Si tous les sentiments contradictoires qu’elle éprouve la range dans la catégorie des déjà mauvaise mère…

Alors j’ai eu envie de faire un petit article rien que pour elle et pour toutes les mamans, futures mamans, désireuses d’être maman et pourquoi pas les papas aussi.

Parce que la grossesse est à mon sens l’une des plus belle période de la vie, mais aussi l’une des plus difficiles et ambivalentes.

On est la même et on devient une autre. On n’est plus toute seule dans son propre corps. On commence déjà à être responsable d’un être qu’on ne connaîtra que dans plusieurs mois.
Viennent s’ajouter divers désagréments parfois très irritants…
Les nausées, la fatigue, les baisses de tension, le dos qui se fait douloureux, l’aspect de notre corps qui change, les seins tendus, le ventre trop pesant…

Il y a aussi le bonheur de sentir ce petit être bouger, communiquer à sa manière avec l’extérieur. On l’imagine, on se projette avec lui, on a hâte de le rencontrer et à la fois, on redoute la recnontre.

Les mille questions que se pose une femme enceinte:
Serais je à la hauteur? Vais je aimer cet étranger? Va t’il me plaire? Sera t’il beau? Sera t’il normal?
Ne serais je pas jalouse que l’attention de mon mari ne me soit plus portée exclusivement?
Et si je suis une mauvaise mère, quoi faire alors qu’il est trop tard?
Et si je ne ressens pas cette vague d’amour dont tout le monde parle?
Et si je ne supporte pas de me lever 8 fois la nuit pour le consoler?

Certains disent que la grossesse, c’est le bonheur suprême.
D’autres disent que c’est l’horreur absolue.

Je pense que c’est un peu les deux.
Chaque femme étant unique et vivant sa grossesse de manière très personnelle…
Certaines vont voir cette période comme un esclavagisme volontaire et vont donc très mal la vivre. D’autres comme un état proche de la perfection. D’autres encore vivront les choses de manière aléatoire.
Un jour ça va, c’est génial, le lendemain, c’est le cauchemar.

On tombe enceinte et beaucoup d’interdictions nous tombent dessus aussi… Pas d’alcool, pas de clope, pas de foie gras frais, pas de fromage non pasteurisé, pas de sport à risque, pas de ceci, ni de cela…
C’est vrai, c’est un peu enquiquinant…
Parfois frustrant. D’autant plus que les efforts sont faits pour un inconnu…

Si je n’avais qu’un conseil à donner (parce que sui suis je pour donner des conseils?) c’est de garder à l’idée que la grossesse est une parenthèse…
On ne sera pas enceinte 20 fois, en principe, ce ne sont donc que 9 mois où l’on doit faire des efforts, supporter un état parfois difficile, 9 mois pendant lesquels on vit une expérience unique. Parfois pesante, mais avec son lot de joie et de plaisir.
Essayer donc de voir les choses du bon côté.

Et garder en mémoire qu’aussi difficile soit cet état, après la naissance, on a quasiment toute une petite nostalgie de la grossesse. Ces quelques mois où, en devant maman, on est plus vulnérable que jamais, on peut se faire chouchouter à loisir, tout le monde est aux petits soins, le papa est en général totalement attendri et répond au moindre de nos désirs…

Pour résumer, ma chère amie, tu entres dans une ère nouvelle. Ta vie ne sera plus jamais la même, c’est sûr, mais tu te demanderas souvent comment tu faisais pour vivre avant.
Les mille questions que tu te poses sont légitimes, et révèlent que tu es déjà un peu une maman.
Tu feras des cauchemars, tu maudiras certains jours ton mari de t’avoir planté une petite graine (Mouflette’s style!), tu oublieras pourquoi tu as voulu tomber enceinte… Mais d’autres jours, tu te diras que tu vis un moment fantastique…
Et le jour de la naissance, tous tes doutes s’envoleront, pour laisser place à mille autres questions et à l’amour inconditionnel qu’une maman porte à son bébé.

Toutes mes félicitations et plein de bonheur! :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

20 Commentaires sur
“La grossesse et ses mille questionnements…”
  • Que c'et joliment dit !
    Je pense aussi comme toi. C'est vraiment un moment d'ambivalence extrême.
    Physiquement, ma grossesse s'est super bien passée, pourtant je me posais des tonnes de questions et j'vais peur d'être une mauvaise mère.
    Ma meilleure amie en a chier pendant 9 mois avec des nausées et pour elle c'était une évidence de devenir maman. Elle ne s'est même pas poser de question…
    Comme quoi chacune le vit à sa manière. Mais le meilleur de l'histoire ça reste nos enfants. Aussi terribles soient-ils, on les aime !!!

  • On est surtout toutes très inégales face à la grossesse je pense. Je sais que pour certaines c'est réellement un enfer et pour d'autre un pur bonheur. Et pour d'autres encore un juste milieu. Moi je suis allitée 4 mois sur 9, je suis diabétique enceinte… et donc je le vis comme une parenthèse infernale où ma seule récompense est le bébé qui va naître.
    C'est pour ça que je pense qu'il est impossible de juger le ressenti de chacune. Par contre je trouve important que chacune puisse s'exprimer sur le sujet, parler de son expérience, comme tu viens de le faire.

  • quand j'ai su que j'etais enceinte pour moi c'etait une evidence, la suite logique de notre amour, donc on s'est pas trop posé de questions on a laissé venir notre ptit loup…
    nous l'avons annoncé a l'echo des 12sa afin d'etre "surs" que tout allait bien, et ensuite on a laissé le tps passer (et ça a un peu chamboulé tout le monde qu'on l'annonce a 3 mois de grossesse "ben mince dans 6 mois il est la")
    Je n'ai pas été malade, j'ai pu conduire jusqu'au bout, pas pris trop de poid, donc c'etait bien tip top ^^ (pour vous dire, je suis arrivée seule a la mater pr un controle, je suis rentrée seule en voiture avec notre bonhomme, papa nous suivait avec sa voiture)
    par contre je detestais qu'on "m'aide" et qu'on soit mieleux avec moi
    c'etait une periode de colocation j'ai adoré, c'est sur que la tu ecoute plus on corp et tu te pose des limites
    Je pense qu'on aura beau se poser des tas de questions, au final on fait les trucs d'apres ce que l'on ressent

  • c'est très beau ce que tu dis, et effectivement, ça résume bien ! comme tu le dis, chacune le vivra différement, suivant sa personnalité, son ressenti,et le déroulement de la grossesse aussi !!
    pour moi, c'était l'apothéose, le bonheur suprème, le meilleur moment de ma vie, où j'étais plus épanouie que jamais ! pour d'autre, c'est vraiment l'horreur, ou juste pas forcément le bonheur ! on a le droit de ne pas apprécier (physiquement) le fait d'être enceinte, ça ne fait pas de mauvaise mère pour autant (tout comme le fait d'être heureuse ne nous rend pas meilleure et je suis d'ailleurs la mère indigne par excelence !!lol)
    et puis ça c'est les questions pour un premier enfant, pour le 2ème, tu as de nouveau des questions, bien différentes, mais pourtant pas plus de certitude ! cette question de savoir si on va aimer celui-ci autant que le 1er ! on pense que c'est juste impensable tant ce 1er enfant est l'amour de notre vie !! et pourtant…tu tombes amoureuse comme ça, tu comprends pas, c'est l'amour fou !! t'as toujours autant de questions, tout les jours de nouvelles, mais tu te fais confiance, à toi et à ton bébé et c'est la vie !!

  • Tout est dit, même le manque de ce ventre si encombrant lorsque l'on a accouché… ce qui m'a, pour ma part, fait mettre n°2 en route très rapidement…
    Puis les sentiments et ressentis varient fortement d'une grossesse à l'autre… On se construit en tant que parent pendant cette phase là aussi…
    Merci pour ce joli billet en tout cas.
    isous

  • très joli billet tout en nuance. J'aime l'idée d'une parenthèse de 9 mois, c'est vraiment ça. Même si mes grossesses n'ont pas été 9 mois de bonheur et d'épanouissement (diabète, col trop ouvert, angoisses …), j'ai une petite nostalgie de mon gros bidon, j'aime beaucoup sentir bouger mon bébé et me caresser le ventre, me faire chouchouter, je suis aussi très fière de mon gros ventre, même si c'est totalement idiot !
    Mais je suis toujours contente que ça se termine !

  • J'ai du te le dire bon nombre de fois, pour moi, être enceinte c'est vraiment une période que j'adore…
    Je me sens.. pleine 😉 heureuse, sereine, pleine de projets, d'envies, d'allant…
    Un bonheur inestimable !!
    J'aime beaucoup ton billet (encore !!)
    Bisous

  • :) Très très joli message!

    L'ambivalence, selon moi, elle se situe dans le fait que je n'ai pas "aimé" être enceinte, pour moi, c'était un "travail" de construction, j'étais maître d'oeuvre, architecte et je veillais à ce que le chantier avance normalement.

    Et bien entendu, rien à voir avec le fait que mes enfants sont ce que j'ai de plus précieux alors que jusqu'à leur naissance, je ne les considérais pas comme "personne à aimer".

    D'ailleurs, quand ils sont nés, on a mis du temps, on a fait connaissance eux et moi, ça a pris quelques moments, je n'ai jamais pu dire "je l'ai aimé dès que je l'ai vu", ça, ça ne se dit pas, ça se vit.
    :)

  • c'est vrai que ce n'est pas facile la grossesse, outre les désagréments physiques qu'elle engendre, elle change aussi, la personne que l'on est… c'est pour ça que je dis que neuf mois, ce n'est pas trop… cela nous laisse le temps de faire face justement, à tout ces bouleversements…

  • Félicitations aux futurs parents !

    Ton article est très chouette. Pour apporter ma petite pierre à l'édifice, je dirais que ma grossesse s'est super bien passée, mais que je n'ai pas aimé. Sans détester pour autant, mais ça n'était pas un état dans lequel je me sentais bien… Je n'ai pas eu forcément les attentions de l'entourage dont tu parles, ou alors des attentions à l'extrême ("ne porte pas plus de trois livres, sinon je t'attache sur une chaise"… Véridique.), des réflexions très désagréables de belle-maman qui a eut 4 enfants, donc elle SAIT de quoi elle parle, etc… Bref, je n'ai pas eu vraiment l'occasion d'apprécier ces neufs mois à leur juste valeur.

    Et si je veux retomber enceinte, c'est pour essayer de vivre tout ce dont tu parles ici. En fait, j'ai la nostalgie d'une grossesse que je n'ai pas réellement vécue :)

    (Je ne sais pas si cette dernière phrase était très claire… Oo)

  • @MamaFunky: Merci pour ton témoignage. C'est vrai, c'est différent pour chacune!

    @Ali: C'est vrai, je parlais surtout des cas "normaux" et pas des diverses pathologies plus ou moins lourdes qui restent (j'espère) assez rares…

    @Sarah: Tout à fait! :)

    @Petite Maman: Merci pour ton joli ressenti! :)

    @Faustine: Bientôt j'e'spère! ^^

    @Mydz: Merci beaucoup! Ca me touche drôlement!

    @Lalydo: Héhé, bientôt?

    @Frimousse: Merci pour ton avis.
    Il me tarde de mettre un 3° en route, et à la fois, sachant que ce sera sans doute ma dernière grossesse, j'ai envie d'attendre, d'attendre, pour faire durer le plaisir…

    @Zaza: Tout pareil!

    @Sophie: Pareil, heureuse quand ça se termine, mais désireuse de rempiler tant c'est chouette quand même! ^^

    @Lucky Sophie: Elle m'a dit pareil!! :-)

    @Karen: Oh que oui, je le sais, et tu sais que je partage ton avis! :)

    @zette: Je pense en effet qu'il n'y a pas de lien entre le plaisir ou non d'être enceinte et la mère que l'on fera une fois le bébé là.
    La grossesse peut être vécue comme une gène et l'arrivée du bébé est un bonheur incroyable tout de même!
    Et inversement (bien que plus rarement j'imagine)

    @Camille Fraise :)

    @Mistinguett: Clair que 9 mois, c'est juste ce qu'ilk faut!

    @Pat: Merci!

    @Mavie de boulet: Je comprends très bien ce que tu dis. Je crois que je ressentirais la même chose…

    @Ze cherry: Lol!

    @Blabla: Merci beaucoup! :)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


huit − sept =