Question d’allaitement…

Jeudi, je suis invitée à l’émission organisée par le magazine Parole de Mamans. Cette émission portera sur l’allaitement.

Alors je te passe l’angoisse que je ressens à l’idée d’être filmée. Déjà, quand je suis photographiée, c’est pas forcément folichon, mais là, en plus d’avoir l’image, ils vont avoir le son… (Hahem)

Mais bon, le sujet m’intéresse, c’est l’occasion de rencontrer des blogueuses (j’espère) sympas, et d’expérimenter quelque chose de totalement inédit: débiter des conneries devant une caméra (ça va être drôlement enrichissant, mon intervention, je le sens!)

L »allaitement, un sujet qui me touche et qui me parle. J’ai souhaité allaiter mes deux filles. Pour la première, ça s’est très mal passé, j’ai reçu de mauvais conseils, je n’ai pas persévéré, je n’ai pas reçu le soutien dont j’avais besoin, je ne me suis pas correctement informée, et au bout de trois semaines, Mouflette est passée au biberon. Je ne l’ai pas vécu comme un drame mais un peu comme un échec personnel.

Pour MissCouette, le souvenir de cet allaitement avorté m’est revenu de manière assez obsédante au début. J’avais peur de rater à nouveau. J’ai donc très rapidement fait appel à des experts de la LLL, je me suis renseignée et documentée, et surtout, mon mari m’a beaucoup soutenu, ce qui est essentiel à mon sens, avec une information correcte (oui parce que ça paraît inné comme ça, mais ça ne l’est plus depuis un moment!). MissCouette a été sevrée à quasiment 8 mois. Ce qui n’a rien d’un exploit, mais j’ai pu arrêter quand j’en ai eu marre d’être un réservoir de bouffe pour mon bébé, et ça n’a pas de prix!

Autant d’allaitements qu’il y a de femmes et de bébés, l’allaitement maternel n’est pas un fin en soi, cela doit être un choix, fait en connaissance de cause. Toutes les femmes devraient être suffisamment informées des enjeux afin de faire ce choix en pleine conscience. Un choix qui revient uniquement à la mère, car c’est un peu elle qui va les filer (ou pas), ses nichons!

Tout ça pour en arriver au fait que si, toi, tu as des questions sur l’allaitement, je t’écoute, c’est le moment de te manifester! Des questions parce que tu es enceinte et que tu hésites entre biberons et allaitement maternel. Des questions sur ton allaitement en cours ou passé. Ou même des questions comme ça, juste par curiosité! N’hésites pas!

Comme ça, moi, j’aurais des trucs à dire (poser des questions, c’est beaucoup mieux que de rigoler niaisement…), et toi, t’auras des réponses (peut être) dans une émission qui passera dans quelques mois (dont je ne suis pas certaine de te donner l’adresse…)(sauf si j’y vais déguisée, ce qui est une idée assez géniale!!)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

53 Commentaires sur
“Question d’allaitement…”
  • Je n’ai pas vraiment de questions…
    Même si j’ai eu un peu de galère au début de mon allaitement, je pense que je me suis pas trop mal sortie je pense… Je crois que ce qui m’a aidé c’est de m’être renseignée avant, d’avoir lu (livre, forum, blog)… A la naissance, je me disais que je pouvais y arriver, qu’il n’y avait pas de raison… et j’ai réussi.
    Poupette a 5 mois & elle est sous une alimentation mixte. Mais qu’est-ce que j’ai galéré avec mes biberons !!! Je me demande si ce n’est pas ça qui a été le plus dur pour moi finalement… J’en étais arrivée à me dire « tant pis je continue d’allaiter » tellement elle pleurait dès que je tentais de lui donner un bib… Ms finalement, à force de persévérance, j’ai réussi. Maintenant, elle accepte les 2. J’en suis à 5 repas : dont 2 bib seuls & parfois je complète la tétée par un bib (notamment le soir) car mon lait s’estompe. Bon, vu la vitesse du sevrage, je pense qu’à 6 mois, y’aura p-être encore 1 tétée ou 2… enfin on verra. J’ai la chance de pouvoir faire ce sevrage à mon rythme, à son rythme & ça c’est cool !
    Bon, tu vois, je n’ai pas vraiment de question, ms éventuellement parler du sevrage et de l’importance de s’imprégner de l’allaitement avant la naissance de l’enfant.
    Des gros bisous LMO.
    J’aimerai bien voir l’émission, ms je ne crains qu’en inde, cela soit difficile… enfin, tu nous tiendras au courant, p-être que je réussirai à le choper sur internet… ms ce n’est pas tjs le cas.
    A bientôtttttttttttttt

    • C’est une émission diffusée sur internet, donc tu pourras la voir! 😉

      Pour l’information, je te rejoins à 100%, il faut être informé, des bienfaits, des difficultés, etc, avant de se lancer, ça aide beaucoup à « réussir ».

      Pour le sevrage, j’en parlerai oui. J’ai toujours trouvé que dégainer le sein était quand même vachement plus simple que de préparer un bib. Allaiter est aussi un confort, quand ça se passe bien.

  • Enceinte de plus de 7 mois.. je me pose toujours la question.
    A la base pas très tentée… je le suis un peu plus aujourd’hui mais sans grande conviction toutefois.. et puis devant reprendre une activité deux mois après la naissance, je me demande comment faire pour ne pas perturber l’alimentation de la chouquette.. enfin… Pleins de questions qui se chamboulent dans ma tête et peur de ne pas faire les bons choix!

    • Comme dit plus haut (ou plus bas), je pense qu’allaiter, même seulement qq jours, c’est toujours mieux que rien. Quand on a fait le choix d’allaiter.
      Il y a dans le lait maternel des éléments qu’on ne trouvera jamais dans le lait en poudre, et même si le bébé en a un tout petit peu, pour ma part, je considère que c’est toujours ça de pris.

      Mais je poserai aussi la question du sevrage, parce que pour les mamans qui travaillent c’est un sujet de stress que je comprends on ne peut mieux!

  • Je n’ai pas vraiment de questions non plus, je suis convaincue des bienfaits de l’allaitement.
    Après à chacun son rythme et ses possibilités !
    Mieux vaut allaiter 2 mois que pas du tout, l’effet sur le bébé reste bénéfique pour lui par rapport à une absence d’allaitement. (si l’on peut allaiter évidemment)

    Cela dit je peux comprendre (sans l’avoir vécu) le sentiment d’échec en cas d’arrêt précoce, parce que je vois l’allaitement comme un moment privilégié entre le bébé et sa maman.

    • Merci Marion de confirmer au sujet de la durée de l’allaitement.
      Un moment privilégié, oui, pour certaines mamans, et pas forcément tout de suite (j’ai eu du mal à voir le privilège des crevasses et de la douleur que ça engendre! 😉 Ca ne m’a pas empêché de persévérer et d’y trouver beaucoup de joie ensuite)

  • Je rejoins Dorice sur la durée de l’allaitement. Je ne suis pas encore enceinte mais c’est une question que je me pose souvent car j’ai droit à tous les sons de cloche (ma mère qui ne jure que par ça, ma cousine qui n’a pas voulu prendre le risque, une copine qui a dû arrêter avant même de quitter la maternité …). Du coup, ça pédale ferme dans ma petite tête et je me dis que je n’allaiterai que pendant mon congé mat … La question reste : est-ce que ça va suffire ?
    Merci de nous mettre à contribution LMO ! Bises

    • Même si tu n’allaites que qq jours, c’est déjà bien. C’est ce que je me suis dit pour Mouflette, elle a eu le colostrum, c’est toujours ça de pris. Le truc, c’est que si tu te lances, tu pourras facilement arrêter si tu en as marre ou que ça ne te plait pas. Ou au contraire prendre tes dispositions pour continuer si tu en as envie.
      Mais c’est une question intéressante, je la note! :)

  • Pas de questions non plus, j’ai eu 2 allaitements différents, 5 mois et 18 mois, je n’ai rien vécu comme un échec.
    Par contre, je pense qu’il est important de parler des douleurs éventuelles, du fait qu’il faut environ 3 semaines pour que ledit allaitement se mette en place, et qu’il faut oser demander du soutien à la maternité, il y aura toujours une sage-femme, une puéricultrice, une infirmière ou autre qui saura nous aider ! Je sais que parler des douleurs peut finir de convaincre de ne pas allaiter, mais je pense que c’est une bonne chose de le savoir aussi. Une amie m’avait prévenue, ça m’a permis de m’accrocher parce que j’en avais vraiment envie…

    Je rejoins La journaliste IT Pink & Green, les montées de lait, c’est pas la joie non plus chez moi (mode 110F avec des briques à la place des seins…). Ceci dit apparemment les feuilles de chou aident aussi pour éviter les engorgements, ça peut être sympa d’en parler et de donner « le truc » :)

    • Tu as parfaitement raison, parler des désagréments est important.
      Pour ma première, je croyais que l’allaitement était « naturel » dans le sens où ça coulait de source, un peu comme la grossesse, où t’as pas grand chose à faire, ça se fait tout seul. J’ai été face à des difficultés et j’ai immédiatement culpabilisé, pensé que je n’étais pas « faite » pour ça, que mon corps me trahissait et n’offrait pas le meilleur à mon bébé.

      Savoir que les difficultés existent, c’est s’y préparer, moins culpabiliser quand elles surviennent et s’accrocher si on le souhaite vraiment.

      Pour la montée de lait, la mienne a été pas douloureuse DU TOUT… Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir assez de lait, mon drame!

  • J’ai dû passer à l’allaitement mixte au bout de 3 semaines car la ‘tite béboute n’avait pas pris suffisament de poids. A 4 mois et demi je persévère mais je me demande si il existerait un moyen de repasser à l’allaitement exclusif au sein.Je sais, c’est un peu tard pour y penser, mais, on ne sais jamais!

    • Oui, c’est parfaitement possible de réinduire un allaitement, même quand celui-ci a été totalement arrêté depuis plusieurs mois.
      Là, si tu allaites en mixte, il est possible de « revenir » à un allaitement exclusif. Tu as essayé de joindre la LLL?
      Ils te conseilleront sans doute la méthode de la « super alternance », présenter les seins plusieurs fois au cours de la même tétée (c’est super contraignant mais ça fonctionne, testé et approuvé! ^^ ). Et d’autres conseils et méthodes que je ne connais pas.

      Les femmes qui adoptent un bébé peuvent avoir une lactation et allaiter. Ce qui paraît complètement fou, mais la nature ET le psychique savent s’allier parfois!

      • Merci pour le conseil! Le problème c’est que la ‘tite béboute n’aime pas téter le sein gauche ( sauf pour les tétées calins) et qu’elle se met à hurler lorsqu’elle a trop faim, et que le lait ne coule pas assez vite, pour avoir un biberon…Pas simple tout ça…

    • moi c’est ce que j’ai fait…2 mois et demi en mixte et petit à petit je suis revenue à l’allaitement au sein uniquement !! Il suffit d’y aller progressivement, de rajouter une tétée par ci par là, ton corps s’adaptera à la demande croissante.

  • Je n’ai pas de questions, juste des regrets de ne pas avoir été suffisamment entourée, car l’allaitement était pour moi évident, mais après trop de souffrances, j’ai arrêté au bout de 15 jours…si seulement je pouvais recommencer…en tout cas, je te souhaite un bon moment avec paroles de maman, tu verras c’est super sympa, mais un brin stressant 😉

    • Euh oui, je meurs de stress dès maintenant! 😉
      J’ai eu les mêmes regrets que toi pour la première. Et pour la seconde, j’ai pris mes dispositions et ma volonté à bras le corps, et j’ai « tenu » presque aussi longtemps que je l’ai voulu (disons que si je m’étais écouté, j’allaiterais encore, mais le stress de ne pas avoir assez de lait a été trop grand. Mon bébé crevette qui ne grossit que trop peu a été une grosse source d’angoisse!)

  • Pour ma part, quand j’étais enceinte de ma 1ère puce, ça ne faisait pas de doute : j’allais allaiter ! Avec tout ce que j’en entendais de positif autour de moi, je m’étais laissée influencer par l’allaitement et j’en étais vraiment convaincue, au point d’acheter tout l’attirail tire-lait, coussinets, etc…
    Si j’avais su, j’aurais dû me restreindre dans ces dépenses inutiles, car au final, quand ma puce est née et qu’elle a tété les 1ères fois, je n’ai vraiment pas aimé. Les douleurs, bien sûr, mais pas uniquement ça… je ne saurais pas comment l’expliquer mais je ne le « sentais » pas quoi, c’était pas mon truc… si bien que j’ai allaité 24h seulement !

    20 mois plus tard, quand ma 2ème puce est née, je savais que je n’aimais pas ça mais dans le doute, je me suis dit que j’allais lui donner la tétée de bienvenue au moins, juste pour voir…
    Et c’est ce que j’ai fait… mais ça s’est arrêté là, car je n’ai pas du tout eu de « déclic », de « révélation » ni rien, qui m’a fait changer d’avis entre temps.

    Ensuite, pour ce qui est de la relation « maman-bébé », je n’ai jamais eu de problèmes et je n’ai vraiment rien à envier aux mamans qui ont donné/donnent le sein. J’ai toujours été (et je suis toujours d’ailleurs, un peu trop même ;p) « fusionnelle » avec mes 2 filles. Pour moi, ces moments ne passaient pas par la nourriture, voilà tout, mais selon moi, il y a tellement d’autres choses aussi importantes, voire plus qu’une tétée, à partager avec son enfant finalement… :)

    • Bien évidemment, il y a plus important à partager qu’une tétée. C’est un des aspects de la maternité, c’est loin de la résumer!
      Tu as eu le mérite d’essayer et de rééssayer! Tu as pu choisir le biberon en connaissance de cause, et ça, c’est vraiment bien. Toutes les femmes n’ont pas cette chance (que ce soit dans un sens ou dans l’autre, on est tellement peu informées!)

  • Je vais détonner, mais je n’ai jamais eu envie d’allaiter, à aucun moment, pour aucun de mes 3 enfants. Rien, pas ça, que dalle, nada, des clous. Pourquoi ? Bonne question, pas envie c’est tout, pas du tout envie, un énorme rejet de l’allaitement maternel. Et pas par manque d’information non plus hein, mes cousines allaitaient à fond de train… Pour autant, comme Peggy, je n’ai pas eu l’impression de rater quelque chose.

    • Moi ce qui me gène, ce ne sont pas les femmes qui DECIDENT de ne pas allaiter, chacun fait ce qu’il veut et on n’a aucun jugement à porter!
      Ce qui m’embête, ce sont les femmes qui ne choisissent pas, qui ne décident pas en connaissance de cause.
      Se dire « je vais choisir le biberon parce qu’allaiter, on m’a dit que c’est chiant, douloureux, que ça ne sert à rien, etc, etc… » Je trouve ça dommage. Ce n’est pas un choix fait en « pleine conscience ».
      Choisir de ne pas allaiter parce ça nous rebute, qu’on « ne le sent pas », qu’on n’en a pas du tout envie, je trouve ça normal, chacun ses choix! :)

  • Si cela peut t’aider à préparer ton intervention, tu peux relire les témoignages d’allaitement sur mon blog, ils sont remplis des doutes et des expériences de mamans. Bisous et bonne chance pour cette grande première !!

  • J’ai une question bete mais à quelques jours d’accoucher je viens d’attraper un bon rhume!
    est ce que tu sais si l’allaitement peut etre remis en cause qd la mere est malade?

    No

    • Ben là faut faire super gaffe parce que les médecins sont très mal informés (le comble) et te disent un peu tout et n’importe quoi.
      Perso, j’ai eu la grippe, j’ai continué d’allaiter, et MC n’a rien attrapé. En principe, les défenses immunitaires qui te permettent de combattre un rhume ou une grippe, ou la gastro… Passent dans le lait et donc offre une meilleure barrière immunitaire au bébé.
      Disons que si tu es malade, il est préférable que le bébé soit allaité plutôt que l’inverse (ça dépend évidemment de la maladie).
      Le hic ça peut être le traitement, mais là encore, les médecins sont mal informés, je me suis entendu dire de ne surtout pas prendre d’ibuprofène pendant l’allaitement, alors que le Crat (LA référence) dit au contraire que c’est permis… Certains traitements à base de cortisone sont vraiment contre indiqués, mais il y a en général des moyens de contourner et de se soigner avec des médocs « autorisés ». Il faut essayer de trouver un médecin, si ce n’est compétent sur le sujet, au moins très respectueux de ce choix et assez humble pour admettre qu’il ne sait pas tout sur le sujet.

      Donc avec un rhume, tu peux continuer d’allaiter sans souci. :)

    • Si je peux me permettre de répondre : non ça ne remet pas du tout en cause :)
      Au contraire, tu lui donneras tes anticorps ! Et en plus, pas dit que ton rhume ne sera pas fini quand tu accoucheras :)
      J’ai allaité mon Acrobate avec une gastro assez carabinée, et il ne l’a pas attrapée 😉

  • De retour de la mat après un séjour de 6jours pour cause de césarienne, j’ai vraiment galérer malgré l’aide de personne super compétentes (j’imagine donc même pas sans elles :/). Il m’a bien fallu ces 6 jours pour mettre en place quelque chose de gérable et supportable…. j’ai prévu en faire le récit prochainement sur mon blog car si j’avais eu ce type de témoignage détaillé j’aurai sans doute eu moins de moments d’abattement…. mais je sais que ce n’est pas encore gagné et que les 15j à venir seront déterminants.

    Je voulais aussi témoigner sur le fait que depuis la césa, je suis sous ibuprofène et paracétamol (dose maximale pendant les premiers jours) sans aucun prb par rapport à l’allaitement (on m’a même dit que je pouvais en prendre qd j’avais le seins un peu trop douloureux).

  • Félicitations pour cette opportunité de tournage et d’échange autour la question de l’allaitement, vaste et précieux sujet.
    Pour ma part, ayant allaité mon garçon pendant 11 mois, voici mes préoccupations et sujets méritant un peu d’intérêt et de questionnement:
    – le conseil et suivi en maternité, de la préparation à l’accouchement à l’accueil à la naissance. J’ai été confrontée à beaucoup de contradictions voire de grosse erreur parmi l’équipe de professionnels rencontrée lors de mon séjour à la maternité.
    – l’allaitement et le travail, comment le concilier, où et comment tirer, stocker son lait?
    – le stockage du lait en général
    – le sevrage et passage au lait « artificiel »

    bonne continuation à vous, merci de nous tenir au courant du déroulement du tournage, de la suite…

  • Super l’émission !

    Je me décide enfin à poster, depuis le temps que je lis ton blog et que je poste pas de commentaire alors que je déteste qu’on me fasse le coup !

    Bref, je n’ai pas de questions précises non plus, juste une envie de crier aux proches : STOP avec vos conseils !

    Ma Belette, je voulais l’allaiter, plus que tout. Et bah, ça n’a pas marché ! J’ai été très mal conseillée par les sages femmes et ma famille m’a mis le pression du genre « tu n’as pas assez de lait, ton lait n’est pas assez nourrissant, … ». Croquette a été allaitée 1 semaine et puis 4 mois en mixte. Contrairement à toi, ça été un vrai drame. J’en ai fait un gros babyblues. A en pleurer à grosses larmes après avoir passé 30 minutes avec pepette au sein et qu’elle hurlait à la mort parce qu’elle avait encore
    faim et s’engloutissait un bib de 180 ml !

    Ce que je retiens surtout de mon expérience c’est
    – l’allaitement, non, c’est pas naturel. Et une poitrine généreuse, pour rester correcte, n’arrange pas les choses.
    – N’écoutez pas votre entourage

    N’oublie pas de nous faire passer le lien quand l’émission sera prête et fais ton plus beau sourire colgate !

    • Je ne l’ai pas hyper bien vécu non plus pour Mouflette. Mais je ne m’en souviens pas très très bien à vrai dire. Mais ça reste un regret. Bon, les choses se passent comme elles se passent mais bon.
      L’allaitement ne coule pas de source pour tout le monde, c’est évident!

  • Pour ma part, j’allaite toujours exclusivement mon petit garçon de 4 mois, et j’ai pourtant repris le travail depuis 5 semaines. Ça se passe toujours aussi bien, même si c’est un peu fatiguant de jongler avec le tire-lait
    Pour ma part, j’ai toujours voulu allaiter, ça m’a toujours semblé normal, sans doute parce que ma mère m’a toujours ouvertement et simplement parlé de son allaitement.
    J’ai eu quelques « angoisses » durant la grossesse et notamment à cause des allaitements foireux de copines.
    Du coup, j’ai pris les choses très simplement, de manière cool et sans me prendre la tête. Ça a tout de suite marché, j’ai eu la chance d’être bien entourée par le personnel médical de l’hôpital, par mon mari aussi. Et d’avoir un bébé qui a tout de suite pigé la bonne technique !!! Il y a eu quelques « bas », mais franchement, ça a été beaucoup plus facile que tout ce que j’avais pu m’imaginer avant.
    Alors de l’information, oui, je crois qu’il faut en avoir, mais pas trop non plus. Le plus important c’est d’avoir répertorié les personnes/lieux où l’ont peut trouver de l’aide en cas de problème, de se faire confiance et de pas avoir trop peur non plus.

    En tout cas, c’est une très bonne nouvelle cette émission, il ne faudrait pas hésiter à dire que oui, on peut cumuler allaitement exclusif et reprise du travail, c’est très important car beaucoup de femmes se disent que ça vaut pas le coup d’allaiter « juste » pour 2 mois.
    Vivement la diffusion 😉

    • C’est vrai, dans ton expérience, mieux valait ne pas savoir que des complications existaient.
      Malheureusement, ce n’est pas le cas de toutes. Quand je n’ai « plus eu assez de lait » pour Mouflette, on m’a direct conseillé de la passer au biberon… Alors que c’était simplement un pic de croissance. Mais ni le médecin ni moi ne savions. Donc savoir qu’il y a des petits soucis, et surtout un moyen de le surmonter, ça aide!

  • Je réponds tardivement…

    J’ai allaité mes deux enfants. Le début de ces allaitements s’est très mal passé mais j’ai eu la chance d’avoir eu l’assistance de mon sage-femme pour NumberOne, mais aussi celle d’une doctoresse spécialisée en allaitement pour Numérobis (qui est toujours allaitée).

    J’aime beaucoup ton billet, l’important est effectivement qu’avant de prendre la décision ou non d’allaiter son enfant, chaque femme soit informée des avantages/inconvénients de chaque « méthode ».

  • tien s ca m’aurait interessé ce sujet! j’aurai pu etre la nana qui n’a pas aimé allaiter!
    et oui c’est moi.
    c’est bien sur très perso et il semble que les avantages de l’allaitement au point de vue microbe (genre enfant moins malade) ne soit pas prouvé.
    autant l’histoire du colostrum peut etre un bon démarrage pour l’instestin du bb autant après je ‘ny crois guère.
    evidemment que le lait de la femme est celui qui est le plus naturelle pour l’enfant.
    mais après tout l’idée est de pouvoir avoir le choix d’ allaiter, de ne pas allaiter, d’allaiter en mixte..et d’aimer allaiter.

    • L’effet immunitaire du lait maternel est prouvé. Ne serait-ce que par les anticorps de la mère qui passent dans le lait pour le bébé.
      Après, le LM n’est pas magique non plus! 😉

      Comme tu dis, on a le droit d’aimer, de ne pas aimer, de le faire ou non, on n’a pas à être jugée, qq soit ce choix!

  • moi je suis super spé, je soutiens à 100% l’allaitement, prête à conseiller et à orienter celles qui se sentent perdues….alors que je n’y connais rien !! ahahah
    moi je suis une de celles qui n’a pas voulu allaiter, par simple choix, pcq je ne le sentais pas, mais pas du tout ! pour plein de raison qui me sont personnelles !
    pour ma souris, malgré les médocs, j’ai eu des montées de lait (non en fait, j’ai arrêté le médocs qui me filaient la gerbe !!lol)
    donc un jour, j’avais mon bébé tout contre moi à la sortie du bain, et je me suis dit tiens et si t’essaye, tu mourrais moins conne ! donc j’ai essayé..ma souris a vu un truc dans sa bouche, elle a tété ! arg….j’ai été rassurée dans mon choix, pcq j’ai détesté ! ben ouai, je le dis, j’ai détesté ! j’ai ressenti tout ce que je craignais, donc ça m’a conforté dans mon choix !
    voilà, c’est un choix hypr personnel, que c soit naturel ou non. et j’ai vu trop de nana pour qui l’envie était là, mais qu’elles étaient bien seules face à leur difficultés, et parmon réseau de copines allaitantes, j’ai tenté de les orienter pour qu’elles n’abandonne pas si ce n’était pas le choix !
    en tou cas, j’ai hâte de voir l’émission, voir si « mon » choix sera représenté aussi !;)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


sept − = un