Le yin et le yang

Euh oui, encore un billet… Je me désintoxique par l’excès, on verra si ça marche!

 

Aujourd’hui, j’ai reçu un courrier de mon avocat. Si tu me lis depuis un moment, tu sais déjà que mon enfance a été pavée d’horreurs et que ma vie d’adulte a commencé par un combat acharné avec le monstre.

J’ai porté plainte il y a plusieurs années de cela, et je vois enfin le bout de la procédure.

Quand j’ai porté plainte, j’avais une telle rage et une telle colère que l’idée que mon agresseur ne soit pas puni m’était intolérable. Tu sais, quand tu es tellement en colère que tu as envie de t’arracher la peau et d’écraser des êtres vivants en sautant dessus à pieds joints? Et bien c’est exactement ce que je ressentais.

Plusieurs années plus tard, un très long travail psychologique et une vie enfin posée et heureuse, je relativise.
S’il n’y a pas de procès, si le juge estime qu’il n’y a pas de preuve suffisante, je saurais que ça ne remet pas en cause le mal qui m’a été fait. Je saurais que la justice a des limites et que ça ne voudra en aucun cas dire qu’il n’est pas coupable et que je ne suis pas victime.

Parce que lorsqu’on entame ce genre de procédure, longue, lente et douloureuse, c’est la reconnaissance qu’on attend. Se voir écrit noir sur blanc qu’on a vécu des trucs horribles et que celui qui nous les a fait subir mérite d’être puni. Sans ça, on pense que jamais on arrivera à passer au dessus, à y croire, à guérir.

C’est faux, on peut guérir sans jugement, on peut arriver à la conclusion qu’on sait ce qui s’est passé, que c’est moche et atroce, que ça mérite bien plus que la prison et que rien ne pourra effacer les actes commis. On peut le savoir soit même, à force d’un travail long et d’une aide précieuse.

J’en suis arrivée là. Je sais ce qu’il m’a fait, j’étais là. Il a beau nier, j’ai beau n’avoir aucune preuve. Je sais, je m’en souviens et j’en ai longtemps souffert. Je ne suis pas folle.
Ce qu’il m’a fait n’est pas pardonnable et j’en veux à la justice de faillir à nouveau.
Mais je ne me sens pas remise en question.

Il a reçu le même courrier que moi ou le recevra bientôt. Il jubile sans doute. Il pense avoir gagné.

Je pense avoir gagné aussi.
Je vis, je suis heureuse, je peux penser à mon enfance sans avoir en mémoire les atrocités qu’il m’a fait vivre (même si ça nécessite un effort de sélection parfois drastique dans ma mémoire).
Je suis entourée, j’ai plein d’amis, un mari, deux jolies petites filles. Tout n’est pas parfait dans ma vie, mais je suis une nana lambda. En me croisant, je ne crois pas qu’on lise dans mes yeux une quelconque détresse ou un profond malaise. Parce que j’ai réussi à combattre le démon qui m’habitait. Je vis, sans amertume, avec toute la joie que m’apportent ceux que j’aime.

Dans ma boîte aux lettres tout à l’heure, un réquisitoire de non lieu et de renvoi devant le tribunal correctionnel. Il n’y a pas assez de preuves pour la cour d’assise. Tant pis.

J’ai mené ce combat jusqu’au bout. Un long, douloureux et fastidieux combat. Même si le juge décide qu’il n’y aura aucune poursuite, j’estime néanmoins avoir gagné. Peu importe si je suis la seule à le penser.

Dans ma boîte aux lettre il y a trois jours, la plus merveilleuse des décisions de justice. Ca aurait pu être l’inverse. A choisir, je préfère largement que les choses soient ainsi! (Et oui, je t’en reparlerai de cette bonne nouvelle, t’inquiète!)

Et désolée pour ce billet sans queue ni tête, tu vois, c’est pas terrible terrible quand je suis spontanée!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

44 Commentaires sur
“Le yin et le yang”
    • C’est comme ça. Certains ont des existences heureuses d’autres non. C’est ainsi. :)
      Je fais tout pour que mes filles connaissent des enfances et des vies heureuses, gaies et sans nuage.
      Et puis c’est loin derrière moi maintenant. Je te remercie pour tes pensées, c’est très touchant! :)

  • Ce que tu écris est très beau. Pour toi, parce que tu sembles avoir dépassé cela maintenant
    Comme tu le dis, cela n’a pas été facile, il t’a fallu des années et maintenant avoir ta famille.
    Tu n’as pas l’air d’être rancunière outre mesure.
    Tu es passée à autre chose. A ta famille qui te comble de bonheur.
    Et comme tu dis, non, il n’a pas gagné

    • Ca dépend ce qu’on entend par « rancunière ». Je ne pourrais pas devenir sa pote!
      Mais disons que la colère me ravageait bien plus moi que lui… Vivre, être heureuse, ne plus y penser, c’est la meilleure revanche sur la vie que je puisse prendre.
      Et puis c’est bien plus reposant et chouette! :)

  • Ah non, moi j’aime bien cet article spontané!
    Tout n’a pas besoin d’être parfait!
    Et ça fait du bien, souvent, d’extériorisé, quelque part, d’une façon ou d’une autre, ce qu’on a sur le coeur, sans chercher à le dire de la meilleure manière qu’il soit.

    Et si la bonne nouvelle compense la « mauvaise », alors tant mieux!
    Et tu as toutes les raisons du monde d’être fière de toi (de ce que je « connais » de toi, à travers ton blog! )

    T’embrasse.

    • Euh non, je ne suis pas contente de la décision mais je relativise.
      Ce n’est plus essentiel comme ça a pu l’être avant, j’ai recentrer mes priorités on va dire.

      Pour faire bref, j’ai porté plainte il y a 6 ans pour des faits criminels. La plainte a été classée, faute de preuve (il y avait déjà eu un procès pour des faits similaires mais « seulement » délictuels, quand j’étais encore mineure). Je me suis constituée partie civile pour ouvrir une instruction.
      L’instruction est ouverte depuis 3 ans. Elle vient de se terminer et le procureur de la république a demandé un non-lieu (encore faute de preuve) pour les faits criminels. Mais a demandé une ouverture de procès devant le tribunal correctionnel (donc pour des faits délictuels, mais pas les mêmes que ceux ayant déjà été jugés)(c’est assez compliqué).

      Le juge doit suivre ou non le procureur.
      Mais ce n’est pas très bon, un non-lieu.
      Mais quand on a porté plainte il y a 6 ans, de l’eau a eu le temps de couler sous les ponts, et ma vie est à 100 lieux de ces drames désormais. Donc j’aimerais rapidement tourner la page, définitivement!

      • Les joies de la procédure pénale et civile! Heureusement qu’on va dans le sens d’une simplification du droit (hum) dans le but de préserver les victimes ( rehum…)…Quel courage tu as, enfin, je suppose que lorsqu’on a une famille, on n’a pas vraiment le choix non plus!

        • On verra si les simplifications apportent qq chose.
          L’idéal serait de réduire le temps des procédures parce que là c’est très éprouvant cette lenteur.
          Presque 7 ans après une plainte je vais enfin avoir une décision (défavorable qui plus est), c’est beaucoup trop long pour ceux qui en ont besoin pour se reconstruire!

          Pour le courage, j’aurais pu arrêté la procédure en cours de route. Je ne l’ai pas souhaité, par peur de regretter ensuite. Et parce que j’estime que je me le « dois », en qq sorte, personne ne l’a fait pour moi quand j’étais enfant.

          Beaucoup de personnes sont passées par là et n’ont jamais eu la « force » de porter plainte. Et ne s’en sont jamais vraiment sortie, avec ou sans famille. J’ai assisté à un groupe de paroles pendant qq mois quand j’étais au fond du gouffre, on voit des personnes vraiment amochées.
          Ca m’a permis de relativiser (même si ce que j’ai vécu est aussi grave, j’ai eu la chance de ne pas être aussi abimée) et d’aller de l’avant.

          La résilience ça s’appelle je crois. Tout le monde n’a pas cette chance…

  • Tout ça t’a quand même permis de te sentir vivante après toutes ces souffrances, après toutes ces années, c’est pas si mal :) laisse toi porter par tout ceux qui t’entourent, par tout ce que tu as, ce que tu auras, par tes filles, par tout ce que tu leur apportes et non par ce que tu as pu vivre.
    Bonne désintox à toi ^^ 😉

  • Tu as tout gagné. Parce que lui sait qu’il ment, sait qu’il est coupable de ces horreurs. Tandis que toi, tu es libre dans ta tête. Libre de passer à autre chose. Lui pas. Lui doit trembler en voyant ces courriers. Toi, non.
    Et nous, on est ravies de voir que tu es légère, heureuse, en paix avec toi même et avec tout ça.

  • Un non lieu ! pfff quelle justice de merde ! oups je m’égare ! C’est sûr que tu as gagné ! Ta victoire est d’avoir une famille qui t’aime et que tu aimes et surtout qui te fais occulter(pas oublier, je sais qu’on peut pas oublier ce genre de choses) toutes ces horreurs ! Moi je suis convaincue que ces horribles personnes paieront un jour !
    Et j’ai hâte de connaître la bonne nouvelle ! :) Merci pour ce billet spontané !

    • C’est ce que j’ai pensé aussi. Justice de merde. Mais en fin de compte, la justice n’y peut pas grand chose, il n’y a quasi aucune preuve, il y a des tas de faits qui s’entremêlent, il nie farouchement, ce n’est pas évident d’ouvrir un procès aux assises dans ces conditions.

      Je crois que j’ai dépassé la colère en fin de compte. Même si ça ne me fait pas plaisir, j’arrive à ne pas le prendre contre moi mais comme une impuissance de la justice.

  • c’est courageux de te livrer comme cela, on sent dans tes ecrits un réel optimisme et une envie d’avancer ….du coup on se demande bien ce que tu as recu comme bonne nouvelle?

  • Du moment que tu te sens bien, c’est le principal. Même si ce genre de monstre mériterait largement une punition, ou tout du moins ne plus pouvoir approcher aucun enfant. Je salue ta force de caractère.

  • Heureusement que tu es une nana avec un sacré tempérament pour surmonter çà mais je trouve dommage que la justice néglige si souvent les victimes !!! mais tu as raison ce n’est pas une décision de justice qui fera oublier ce qu’il a fait.Ton avenir est devant avec 2 magnifiques petites filles et un mari aimant et ça il ne pourra pas te l’enlever!!!! Gros bisous !!!!!

    • Je crois que c’est parce que j’ai surmonté tout ça que j’ai de la ressource aujourd’hui… Dans le sens où j’ai lus envie que ça se termine plutôt que ça continue encore et encore (s’il y a un procès, il y en a encore pour 3 ans au bas mot)
      Je me suis construite malgré tout et je suis heureuse, c’est l’essentiel! :)

  • Il y a des épreuves dont il doit être difficile de se remettre et dont on souhaite préserver nos enfants.
    Vous semblez bien courageuse LMO et il est heureux que vous ayez reçu la « Bonne Nouvelle » qui vous met du baume au cœur.
    [21(B6C3)]

  • oh si, c’est très bien quand tu es spontanée !! tu nous ouvre ton coeur, c’est touchant ! et pour ceux qui on vécu des horreurs, je trouve que c’est une belle preuve du combat que tu mène et qu’on peut s’en sortir, bravo !! c’est chouette d’être une nana ambda !;)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


neuf + deux =