Jeune maman, Choisis ton camp!!!

A l’heure actuelle, on essaye de nous faire croire plein de choses, et si on peut nous faire culpabiliser au passage, on en rajoute une couche.
En matière de maternité, rien n’est trop beau pour coller les mères dans des carcans et ne surtout pas les en laisser sortir.

C’est comme ça qu’on dégage deux grandes mouvances radicalement opposées:
– La nécessite d’être une mère parfaite, prônée par les Edwige Antier et consors, qui mettent le bébé au coeur des préoccupations et qui fait de la femme une mère et pas grand chose d’autre.
– La volonté d’être une femme avant tout, et se revendiquer mère indigne, mouvement plus ou moins féministe, avec Elizabeth Badinter en tête de liste, la femme ne doit pas se laisser annihiler par son rôle de mère et doit privilégier à tout prix sa féminité, sa carrière etc…

Entre nous, je crois que peu de femmes rentrent dans l’un ou l’autre schéma (et si c’est le cas, tant mieux pour elles, hein!), et que nous sommes bon nombre à nous trouver entre les deux et parfois un peu paumées.

Pour caricaturer et rigoler un peu, voici ce qu’on attend de nous version « mère parfaite » ou « mère indigne ». Dans ta vie de mère, tu rencontreras toujours une personne pour te vanter les mérites d’un des deux schéma, et je crois que les deux te gonfleront autant…

La grossesse

En tant que mère parfaite, dès l’instant où tu tombes enceinte, tu te délectes de ces instants passés avec ton bébé à l’intérieur. Tu dois relativiser les vomissements et tous les symptômes, car tu portes la vie, rien n’est plus beau, rien n’est plus doux… Les quelques désagréments ne sont rien en comparaison de la réjouissance d’avoir en soit la vie, quel bonheur!!!

Tu as bien entendu acheté une Bola afin d’apaiser ou d’exciter un peu ton bébé (il en a bien besoin). Tu lui chantes des chansons, tu lui parles avec affection et sérénité, et tu trouves toujours quelque chose d’intelligent à lui dire!

Tu as arrêté toute consommation d’alcool, de cigarettes, de drogue et d’aliments toxiques. Exit le MacDo et autres nourritures empoisonnées, tu ne te nourris plus que d’aliments bio, sains, frais et de soja aussi. Les nounours en chocolat sont tes ennemis suprêmes et les M&M’s le mal incarné!

Tu te reposes le plus possible en pensant le plus souvent au bébé qui va bientôt naître. Tu te réjouis de sa venue mais tu profites de l’instant présent. Une grossesse, c’est si court!! Tu regardes souvent ton ventre avec béatitude et tu trouves que tu n’as jamais été aussi belle qu’avec ce bidon rebondi! Les vergetures, tu trouves ça absolument divin…

En tant que mère indigne, au contraire, tu as en horreur cette grossesse qui t’handicape bien plus qu’elle ne te réjouit! Au moindre symptôme, tu maudis le futur père de t’avoir engrossé. Tu te trouves laide, grosse, et la maternité est un moment hyper désagréable que tu ne supportes pas!

Tu as bien entendu voulu louer un utérus en plastoc, mais tu t’es rendu compte que c’était un fake, cet objet incroyable et fascinant n’existe pas. Tu as été au bord du suicide quand tu l’as appris.

Tu bois toujours du kir à l’apéro, tu continues de fumer comme un pompier… Déjà, t’as arrêté l’exta, t’es sympa! Manquerait plus que ce mioche t’empêche de vivre! Niveau bouffe, tu fais comme tu veux épicétout! Tu ne vas pas te transformer en écolo parce que t’attends un chiard!

Niveau activité, tu continues à vivre comme avant, sans te soucier de la vie qui t’habite. Tu quitteras ton travail pour partir en congé maternité la veille de la programmation de l’accouchement, pas avant!

L’accouchement

– Toi, mère parfaite t’as tout prévu pour que ton accouchement soit le plus naturel du monde.
Tu ne veux pas entendre parler de la péridurale, tu veux sentir la douleur, sentir ton bébé passer, le mettre au monde dans la plus grande douceur (la mère parfaite a vu la vierge…)
T’as choisi un hôpital « ami des bébés », si tu n’as pas décidé d’accoucher à domicile. Tu as rédigé un projet de naissance. Tu refuses l’épisiotomie, la péridurale (of course) et souhaites limiter les actions invasives.

Quand le bébé sortira, tu veux l’attraper toi-même pour le poser sur ton ventre. Et souhaites attendre que le cordon cesse de battre avant que celui-ci soit coupé. Et fuck off au don de sang placentaire!

Tu as fait un stock d’huiles en tout genre que le futur père devra t’appliquer avec amour (et dégoût?) sur des parties intimes de ton corps au moment de chaque contraction, afin de bien assouplir le périnée. (La mère parfaite a le secret espoir qu’ainsi, elle douillera pas trop sa race)

– Mère indigne, tu as programmé ton accouchement, et tu as demandé une césarienne « de confort », parce que tu crois trop que tu vas pouvoir faire ta Rachida Dati.

Sur ton agenda, tu as mis « Rencontre avec Baby » le 8 mai (avec le petit coeur qui va bien) et « Départ aux Seychelles » le 12 mai (La mère indigne aussi rêve sa vie). Comme tout est planifié, t’es sereine, pondre un marmot, c’est pas si compliqué, suffit de faire appel à la science!

« Nourrir » le bébé

Comme si la grossesse et l’accouchement ne suffisaient pas, une fois que le bébé est là, les conseils et avis éclairés continuent…

– Pour être une mère parfaite, la question ne se pose même pas, tu dois allaiter. Le lait qui coule dans ton corps est bien évidemment l’aliment qui convient le mieux à ton bébé, de quel droit le priverais tu de pareille substance magique?

Non seulement tu dois choisir d’allaiter, mais tu dois trouver ça formidable, facile, merveilleux… Des crevasses? Mais non, c’est une vue de ton esprit, prends ton bébé en ballon de rugby et ça roulera… Pis après avoir accouché sans péridurale, tu vas pas ramener ta tronche de chochotte pour un bout de sein en sang quand même? Apprécie plutôt le moment de douce communion et d’échange fusionnel!

Passer 18 heures sur 24 à nourrir la chair de ta chair doit être un fabuleux moyen de perpétuer la fusion intra-utérine. Bien entendu, ça ne te fatigue pas le moins du monde, et avoir un morpion accroché au téton en permanence est un doux moyen de s’épanouir et de se sentir « femme »!

– Pour être digne des meilleurs féministes, par contre, tu dois abhorrer l’allaitement… Tu n’es pas une vache, manquerait plus que tu serves de réserve de bouffe au truc qui t’a broyé l’entrejambe en sortant avant la date prévu (pas de chance, t’iras pas aux Seychelles). A toi la joie de préparer des biberons. T’as acheté un « Bib’express » en te disant que c’est l’invention du siècle, même pas besoin de préparer le bib toi-même! En fait si… Et 8 fois par jour, c’est quand même bien la galère… Mais le biberon, c’est l’émancipation de la femme!

Transport le bébé

– En bonne mère parfaite que tu es, tu continues de choisir ce qu’il y a de mieux et de plus naturel pour ton bébé et toi-même. Dans le but de faire perdurer la fusion, et le contact le plus rapproché possible avec ta crevette, tu as acheté une écharpe de portage. Tu honnis les poussettes qui ne sont qu’autant de moyens de te séparer violemment de ton bébé en le propulsant loin devant toi!

– Mère indigne, toi, bien évidemment, tu ne jures que par la poussette et jettes un œil dédaigneux à tous les moyens de portage. Encore des objets pour annihiler le peu de cerveau disponible de la femme devenue mère… Désolant!

Et puis la poussette dans le métro, y’a que ça de vrai!

Le mieux, ça reste encore la laisse!

 

Voilà, c’est fini! Maintenant, choisis ton camp et réfléchis bien avant car garde en mémoire que tu n’as plus le droit de changer ensuite!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

102 Commentaires sur
“Jeune maman, Choisis ton camp!!!”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


− quatre = deux