Taxi Driver

Je suis de retour (on va finir par le comprendre!) et la rubrique ciné avec moi. Une Itw ce matin et une critique cette aprèm. Pour « Le film du mois », vous attendrez la semaine prochaine, je suis un peu débordée là, et je crois que je vais l’arrêter ensuite vu le succès fulgurant de ce concept!

Bref, j’ai vu Taxi Driver. Je n’ai vu ce « monument » cinématographique qu’avant hier, oui, ma culture ciné est naze mais je la soigne!

Taxi Driver, de Martin Scorcese, sorti en 1976, avec Robert de Niro et Jodie Foster…

L’histoire: Un ancien Marine’s qui a fait le Vietnam devient chauffeur de taxi. On voit sa progression nocturne dans les rues de New York, et la violence qui règne va peu à peu lui faire perdre pied avec la réalité…

Oui, l’histoire est assez courte, le scénario n’est pas hyper étoffé.

Mon avis: C’est très bien filmé. Il faut aimer le style « Scorcese », mais on doit bien lui reconnaître que sa caméra prend toujours les scènes d’une manière esthétique et souvent originale. C’est sombre, plus on avance dans le film et plus ça devient carrément glauque. Mais ça reste agréable à voir (esthétiquement parlant…).

On assiste, lentement (et en s’ennuyant un peu) à la descente aux enfers d’un homme aux principes stricts (et douteux) qui vit de par son travail dans un milieu de débauche et de brutalité qui lui sont difficiles à supporter.
On le voit tomber amoureux d’une femme inaccessible, se faire rembarrer par elle, et devenir furieux et limite violent.
En parallèle, on le voit plein d’espoir face à un candidat à la présidence puis déchanter peu à peu en s’apercevant que le-dit candidat ne partage pas les mêmes « valeurs » que lui.
Et enfin, on le voit rencontrer une jeune prostituée (enfin, « jeune », c’est un euphémisme!), une toute jeune fille qui vend son corps et son âme à de vieux pervers immoraux, dont son mac fait parti.
On voit le taxi driver s’attacher à cette jeune fille et tenter de la sortir de cette situation monstrueuse, en vain.

Si les intentions du film sont sans doute louables (pointer du doigt la violence de la nuit, la prostitution pédophile, etc…) il reste assez décousu… Ou plutôt brouillon. Et quasi intenable niveau ambiance et violence latente (puis plus latente du tout à la fin).

Le jeu des acteurs est certes vraiment très chouette, mais je n’ai pas vu de prouesse comme on a pu en vanter.

C’est lent, assez chiant, beaucoup trop glauque, ça ne mène pas à grand chose si ce n’est à une moralité douteuse (« fais justice toi-même! »). Bref, je ne suis pas rentrée dans le film, il m’a dérangé et je n’ai pas compris le but. C’est peut être un chef d’oeuvre replacé dans le contexte des 70′ mais plus aujourd’hui.

Pour moi, un Scorcese moyen que je n’ai pas pris plaisir à regarder. Pourtant, j’aime beaucoup ce réalisateur (même si la débauche de violence est beaucoup trop réaliste pour moi -entendre: sans aucun second degré-), notamment Les Infiltrés que j’ai adoré, ou Casino.

Je mets donc la note de 5/10 (parce que c’est super bien filmé et que j’ai un à priori positif sur Scorcese).
Et désolée pour cette critique décousue et mal écrite, il m’a pas inspiré ce film!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

4 Commentaires sur
“Taxi Driver”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


− quatre = un