Accords et désaccords

Comme je ne peux plus trop aller au cinéma. Soit j’ai pas le temps, soit j’ai un créneau mais y’a pas de film (entre 9h et 11h…), soit j’ai un créneau, y’a un film mais rien qui me tente (si si, ça arrive!)

Bref, du coup, je fais une orgie de film at home. Le soir avec Mister Mii, le soir quand Mister Mii n’est pas là voire même pendant la sièste de MissCouette quand je n’ai rien d’autre à faire (ou pas envie de le faire).
Ces derniers temps, j’ai maté pleiiiin de films. Des biens, des moins bien et des trop nullos. Et je compte bien t’en parler, histoire de me souvenir que je les ai vu et ce que j’en ai pensé (des fois, les navets, on oublie que c’était tout pourri. Faut pas!) et parce que j’ai envie de partager mon avis très critique et toujours éminament constructif avec toi, cher lecteur cinéphile (ou juste lecteur, mais c’est pareil!)

Donc, après ma longue introduction qui ne sert rien qu’à te raconter ma vie, je vais te parler d’Accords et désaccords, un film sorti en 2000 réalisé par Woody Allen. J’adore Woody Allen (et les sushis aussi)(Ouais, je fais la blague à chaque fois si je veux!) mais j’étais restée sur un mauvais ^sentiment après « Tout ce que vous voulez savoir… » alors j’ai voulu regarder plein d’autres Woody pour lui laisser une chance de regagner mon amour.

Accords et désaccords, c’est l’histoire de Emmet Ray. C’est filmé sous la forme d’un documentaire (Woody et des cops à lui témoignent sur Emmet Ray) avec des flashback retraçant la vie du guitariste.
Ernest Ray, si tu connais pas, c’est un grand guitariste de jazz qui n’a connu qu’une très petite période de gloire. « Le plus grand guitariste du monde… Après Django Reinhardt » comme il se plait à le dire lui-même.

Ce film est un hommage, donc.
Si on aime le jazz, on appréciera au moins la bande-son du film.

J’ai trouvé ce film mignon, agréable à regarder. L’histoire est sympathique, un peu loufoque mais rigolote. Les personnages sont hauts en couleur et particulièrement bien joués (Sean Penn est vraiment excellent, Samantha Morton très convaincante en muette).
Mais je dois admettre que je me suis ennuyée assez rapidement.
Je ne connaissais pas Emmet Ray, mon inculturisme ne m’a pas aidé sur ce coup là (comme toujours en fait). Faudrait peut être que je le revois après avoir écouté un peu ce brave monsieur…

Ca ne m’a pas laissé un souvenir impérissable (je l’ai vu y’a deux semaines, donc soit j’ai le cerveau en compote, soit c’était pas le film du siècle) ni une grande impression de génie. Mais il est fort possible que je sois passée totalement à côté du film.

Donc je mets des réserves pour la note, je le reverrai d’ici qq mois pour me prononcer définitivement (ça fait genre, ça me plait bien!)
Je mets donc 6/10 pour le moment agréable, le jeu des acteurs et la mise en scène rigolote.

Si ça continue je vais te refaire voter pour le film que tu veux que je vois (j’aimais bien être manipulée tel un pantin à ton service, cherche pas!). C’était fun, non?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

10 Commentaires sur
“Accords et désaccords”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


cinq × deux =