A bord du Darjeeling Limited

Parfois, on choisi un film sans trop savoir pourquoi. On commence à regarder, très dubitatif, en se disant que, peut-être on s’est raté sur ce coup là. On continue de regarder, et on se laisse happer par une ambiance hors du commun…

A bord du Darjeeling-Limited est un film de Wes Anderson (qui a aussi réalisé « La vie aquatique », que j’avais adoré) sorti en 2008.

Avant le film, un petit court métrage « Hotel Chevalier » pas franchement réussi et qui laisse présager le pire pour le film à suivre.

Et en fin de compte, le film qui suit est une petite merveille.

Trois frères que la vie a séparé après la mort de leur père et qui ne se connaissent pas vraiment se retrouvent, à l’initiative de l’ainé, dans un train Indien pour un voyage initiatique.

Owen Wilson incarne le frère ainé et blessé (au sens propre comme au figuré) qui veut régner sur son petit monde en ne laissant passer aucun détail. Un peu autoritaire, un peu maniaque, il veut que tout se passe selon ses projets: dans la spontanéité pure… Francis est un paradoxal et très attachant grand frère, symbolisant toute l’ambivalence d’être l’ainé d’une fratrie, jaloux de ses cadets tout en cherchant à les protéger.

Adrien Brody (Peter) interprète quant à lui un frère cadet un peu déconnecté. Futur papa et un peu paumé. Il semble le plus affecté par le décès de leur père, un an auparavant, et collectionne les objets lui ayant appartenu. Il s’autoproclame le « fils préféré », et son apparente fragilité le rend très touchant.

Enfin, Jason Schwartzman (Jack) joue le rôle du benjamin. Une sorte de chaud lapin, transis d’amour pour son ex petite amie qui se console comme il peut dans les bras de tout ce qui bouge. Peut être le moins attachant des trois parce que celui qui parait le plus détaché. Il est là mais il a prévu sa porte de sortie… Il ne veut pas trop s’impliquer.

Trois frères, trois personnages très différents et si semblables. Un train, un voyage pour apprendre à se (re)connaître, à s’aimer, à partager. Un père décédé dont le souvenir est encore douloureux. Une mère absente, toujours, et qu’il faut retrouver.

Un voyage qui tourne rapidement au fiasco par rapport à ce que Francis avait prévu, mais qui va se transformer en véritable aventure humaine et familiale. Dans les situations loufoques ou tragiques, les trois frères vont apprendre à se retrouver et à admettre qu’ils s’aiment et se ressemblent.

Au final, un film qui ne paye pas de mine au premier abord et qui cache un petit joyau de beauté et de bonheur. Les paysages sublimes de l’Inde sont l’écrin de retrouvailles fraternelles qui ne laissent pas indifférents, Bien au contraire! On prend plaisir à suivre ce trio, on est tour à tour triste ou joyeux avec eux.

Le tout filmé avec humour est légèreté. Rien n’est jamais vraiment très grave tant que les frères restent soudés et ensemble.

Un très joli film, très joyeux, drôle et fort à la fois. Plein de petits détails symboliques (les valises trop nombreuses signifiant un passé encombrant) qui font sourire. Une belle histoire qui met de bonne humeur.

J’ai beaucoup aimé ce film auquel je met la note de 8/10. Une bonne note pour une belle oeuvre.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

22 Commentaires sur
“A bord du Darjeeling Limited”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


sept × = quarante neuf