Pourquoi décider de maigrir? [Parte fore]

Dans les trois précédentes parties, on a vu comment on en arrivait à grossir autant (enfin, comment moi j’ai fait ça), les raisons pour lesquels on grossit (mes raisons à moi, encore) et pourquoi il faut s’accepter avant toute velléité d’amincissement.

Cette fois, je compte aborder l’inverse. Les raisons qui nous poussent à vouloir maigrir.
Il est essentiel de les identifier pour être raccord avec son projet de perte de poids (surtout quand le poids à perdre est important).
Décider de perdre du poids sans avoir identifié les raisons c’est prendre le risque de « perdre pour reprendre ».

A mon avis, quand on a identifié les raisons, il faut aussi se demander si la perte de poids va vraiment nous aider à remplir cette « raison ».
Je m’explique: Si on décide de maigrir « pour se plaire » il faut peut être chercher ce qui se cache derrière « se plaire ». Si on ne s’aime pas, aucune perte de poids n’arrangera cet état de fait.

Pour moi, si on est en accord avec soi et que les raisons sont cohérentes, il n’y en a pas de mauvaise.
Il y en a des meilleurs que d’autres, des plus vitales et urgentes, mais pas de vraiment mauvaises, chacun ses besoins et ses désirs, à respecter!

En ce qui me concerne, il n’y a pas UNE raison, mais là encore, plusieurs. Je vais essayer d’être exhasutive.
Il y a les raisons qui m’ont poussé à essayer de maigrir mainte et mainte fois (sans succès ou avec reprise), qui n’étaient pas bonnes, qui n’étaient pas vraiment « pour moi ». Qui n’étaient en fin de compte pas vraiment un choix.
Et il y a les raisons d’aujourd’hui. Alors que je m’accepte avec ce corps, je souhaite tout de même maigrir. C’est important de déterminer les raisons de ce choix.

Mes « mauvaises » raisons:

Vouloir prendre le contrôle: Maigrir donne une sensation de pouvoir. On maîtrise la faim, on déjoue les caprices du corps, on résiste aux tentations. On se sent fort, on sent qu’on a une prise sur quelque chose, enfin…
Ce n’est bien entendu qu’illusoire car hyper ponctuel. On peut ne pas manger un jour, deux jours, trois jours… Et après on craque (sauf si on est anorexique, mais le problème est finalement très similaire), tout le contrôle chèrement acquis part en lambeaux… On se sent sale, nulle, incapable.
Cette raison est la plus dangereuse et la plus difficile à combattre, même quand on a fait le tour de « soi ».
Quand on est tombé mainte et mainte fois dans cet engrenage, il est très compliqué de faire attention à ce que l’on mange sans retomber dedans.
En ce moment, je fais attention à ce que je mange dans l’optique de perdre du poids et je dois lutter… A la fois pour arrêter de grignoter sans arrêt ET pour manger suffisamment, ne pas me laisser aller à ne plus rien manger du tout.
Pour le moment je gère à peu près.

Vouloir se plaire, s’aimer: Quand on est gros, enrobé ou parfois même juste normal, et qu’on ne s’aime pas, on pense qu’en maigrissant on s’aimera enfin. C’était mon cas. Alors que j’étais mince je voulais l’être encore plus, parce que je me pensais grosse, parce que je ne m’aimais pas. Du coup on maigrit, un peu ou beaucoup, et on souffre encore plus car le constat est amer: on ne s’aime pas plus, DU TOUT! On se trouve toujours aussi gros, moche et nul et on cherche à maigrir encore plus… Et on reprend tous les kilos avec du rab, pour bien entériner l’idée qu’on ne vaut rien…
Ce n’est donc pas une bonne raison du tout! Comme vu précédemment, il est à mon avis essentiel de s’aimer, s’accepter et apprécier ce que l’on est avant de tenter tout régime amaigrissant sous peine de courir à l’échec (ou tomber dans d’autres dérives pas forcément plus lumineuse que la boulimie)

Vouloir réussir dans la vie (variante: être heureux): C’est une raison qui peut sembler absurde pourtant s’en est une.
Quand on a le sentiment que tout nous échappe qu’on râte tout (à tord ou à raison d’ailleurs), on a besoin de trouver des prétextes, plus ou moins crédibles.
Le poids est un alibi tout trouvé!
On est gros et moche, on ne se sent pas bien, donc on n’arrive à rien, ni à se bouger pour faire du sport, ni à trouver un chouette job, ni à rencontrer un homme bien.
C’est sûr, si on maigrit, on arrivera à faire toutes ces choses que seules les personnes minces réussissent!
C’est une idée communément admise que les minces réussissent mieux que les autres. Les minces sont censés être remplis de confiance en eux alors tout leur sourit.
Quand on a admis que non, mince ou gros, les gens échouent ou réussissent pareil. Que ce n’est pas le poids le problème des différents échecs de notre vie mais plutôt le manque de confiance et d’estime de soi, alors on peut aller de l’avant.
Maigrir pour « réussir sa vie » n’est pas une excellente raison! On doit pouvoir réussir sa vie qu’on soit gros, mince, petit, moche, bleu ou chauve… Et maigrir ne doit être qu’un paramètre de réussite, pas la base!

 

Mes « bonnes » raisons:
(Ce sont mes raisons à moi, certaines prioritaires, d’autres plus futiles, mais je les trouve bonnes car en adéquation avec ce que je souhaite. Et surtout, la perte de poids est aujourd’hui secondaire à mes yeux. Si je ne maigris pas, ça ne m’empêchera pas d’être heureuse!)

Pour des raisons médicales:
Quand on devient gros, très gros et qu’on n’a pas du tout une morphologie faite pour supporter tant de poids (ce qui est le cas de plein de monde, je crois!), ben ça fait mal.
J’ai mal aux genoux, au dos, je ne peux plus marcher pendant des heures et des heures sinon j’ai mal aux pieds, aux jambes, partout…
C’est la raison principale de mon envie de maigrir. Je souhaite être bien dans mon corps, pouvoir bouger, courir, sauter, exprimer extérieurement toute cette énergie que je dois contenir sous peine de souffrir physiquement.

Je souhaite aussi maigrir pour éviter toutes les complications liées au poids. Je ne suis pas concernée, pas encore, mais je sais que j’ai plus de risques cardiovasculaires en étant grosse. Globalement, j’ai autant de risque qu’un fumeur. Et je ne veux pas de ces risques alors qu’ils sont évitables. Je ne veux pas risquer de souffrir de diabète dans 20 ans, ou de mauvais cholestérol. Je veux mettre toutes les chances de mon côté pour être en parfaite santé le plus longtemps possible.

– Des raisons « sociales »:
J’ai deux enfants et je pense à elles. Je connais les statistiques qui font peur, les enfants de gros ont plus de risques de devenir gros à leur tour. Et je ne souhaite pas que mes filles deviennent grosses. Je préfère leur montrer un exemple de vie saine, manger équilibrer, manger pour vivre et être en bonne santé, manger par gourmandise. Mais pas manger pour combler un manque, manger pour ne pas s’ennuyer, manger pour se détruire.
Je sais que le simple fait de me voir manger correctement (et leur papa. Leur papa est tout mince, ça divise les risques) diminue considérablement le risque. Mais néanmoins, je n’ai pas envie d’être un mauvais exemple pour mes filles.

Pour le regard qu’elles me portent aussi. Je sais qu’elles m’aiment, évidement, mais Mouflette me dit parfois que je suis grosse, même si très jolie. C’est mignon parce que pour elle c’est seulement factuel, je suis grosse, brune, grande et j’ai les yeux noirs. Ce n’est qu’une caractéristique physique, pas une insulte.
Mais il est arrivé que des copains à elle lui disent que j’étais grosse. Ou lui demandent si sa maman c’est « la grosse dame ». Et ça fait mal à son petit coeur de petite fille. Et je préfère qu’elle n’ait pas à endurer ça.

Alors je reste très mesurée sur ces raisons là car en aucun cas je n’ai à culpabiliser par rapport à mes enfants et je ne veux pas prendre le risque de culpabiliser qui que ce soit. Mais ce sont des raisons qui me motivent moi.

– Des raisons esthétiques:
Je souhaite maigrir pour me regarder dans un miroir et me trouver jolie.

Je veux aussi pouvoir rentrer dans un magasin et choisir des fringues parce qu’elles me plaisent, parce qu’elles me mettent en valeur. Pas seulement parce que je rentre dedans!

– Des raisons plus « profondes », plus psychologiques:
Je veux aussi maigrir pour tourner la page.
Pas comme une revanche, il me semble que j’ai déjà prouvé tout ce que j’avais à prouver dans ce domaine précis.
Non, maigrir pour effacer tous ces kilos de souffrance.
Perdre ce poids, ce fardeau qui ne me correspond plus.
Maigrir aussi pour me prouver que ce rapport conflictuel avec la nourriture n’existe plus, ou si peu. Que j’ai dépassé les drames, les difficultés, les embûches et que mon corps soit le reflet de ce que je suis à l’intérieur. Un être qui a été blessé, avec des cicatrices, mais qui est heureux, gai, plein de vie et enthousiaste.

Voilà, j’ai fait le tour!
Je ne sais pas si cet article sera passionnant pour toi, cher lecteur, sachant que ça tourne quand même pas mal autour de mon nombril. Et surtout, je pense que chacun a ses raisons propres, même si on peut en trouver des similaires.
Je pense que ce billet clôt la série « nutritionnelle » car je n’ai pas les réponses qui suivent. Je ne sais pas comment maigrir durablement et correctement. Je connais la théorie mais pas la pratique. et je ne sais pas si j’ai la volonté et le courage suffisant pour y arriver… J’ai connu de si nombreux échacs que j’ai du mal à croire en une éventuelle réussite… D’autant qu’il ne s’agit pas de perdre 8 kilos mais près de 40…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

49 Commentaires sur
“Pourquoi décider de maigrir? [Parte fore]”
  • pour moi cet article est passionant, et même très passionant.

    je me suis posée toutes ces questions plueirus fois, et il m’a fallu environ 1 année pour prendre une décision, celle de perdre du poids, et tout ne se fait pas facilement, je suis aidée, pour avancer psychocologiquement, et pour etre soutenue dans ce qui etait mon anti-combat pendant des années.

    aujourd’hui j’avance, parce que je le vaux bien 😉

  • Bravo pour ce billet, je partage beaucoup de tes points de vue sur toute cette histoire de poids, de régime, de beauté…je te souhaite plein de bonnes choses!!

  • Merci de cet article qui livre une autre facette de toi, plus intime, plus personnelle.
    Je te souhaite tout simplement une belle réussite dans ce challenge…
    Et puis, perdre 40 kgs… en perdre sans t’imposer un nombre particulier, ça ne « soulagerait » pas un peu déjà ce « combat » que tu veux livrer ?
    Je t’embrasse bien fort, Belle LMO !

    • C’est vrai, peut être que je ne devrais pas me fixer d’objectif en chiffre…
      Peut être commencer par « rentrer dans du 44″ puis « dans du 42″, c’est plus abstrait mais peut être moins énorme à surmonter…
      Merci en tout cas! :)

  • Je me reconnais bien dans ta raison « pour tourner la page », c’est un peu pareil pour moi, je me suis laissée allée pdt plusieurs années, je n’étais pas bien alor sj’ai grossi, et maintenant que je vais mieux je veux tourner la page sur ces années là et perdre les kilos associés :)

  • Merci pour ces articles! Tu penses qu’ils sont nombrilistes, moi je les trouve universels: on a toute plus ou moins un problème avec notre corps et notre image.

    Moi, je suis bien dans mes baskets mais j’ai quelques kilos en trop: entre 6 et 8 c’est rien, juste les reste de ma grossesse. Juste ce qu’il me faut pour me sentir bien et retrouver mon poids de forme (je ne veux pas devenir une brindille).
    J’ai envie de les perdre pour les bonnes rauisons que tu cites: éviter les problèmes de santé dans l’avenir (antécédents familiaux d’hypertension et cholesterol), me plaire et porter les fringues qui me plaisent et surtout que ma fille n’ai pas honte de moi plus tard.

    Grace à toi, on se sent moins seule face à ses problèmes et ses complexes! Merci :-)

  • c’est déjà un bon début d’arriver à mettre des mots comme ça sur les choses.
    après, je pense que tu devrais te fixer des objectifs, fractionner la perte totale que tu aimerais en étapes, histoire d’arriver à trouver de la satisfaction à chaque seuil franchi, comme une petite victoire. de 5 en 5, ou de 10 en 10, moi j’ai besoin de m’auto-encourager de cette façon. Et une fois que j’ai passé un cap de poids dans un sens, je me jure que plus jamais je ne reverrai ce chiffre là sur ma balance !
    (bon, ça marche pas toujours, hein 😉 mais dès que je refranchis l’interdit, je tire la sonnette d’alarme !! et en quelques jours reprends le chemin dans le bon sens…
    Après je ne sais pas si tu te fixes un délai ?
    Moi, je sais que je préfère y aller lentement, mais sûrement. Descendre les kilos, tranquillement, sans trop que ça se voit d’1 coup, mais plutôt à chaque saison changer de taille dans la garde robe. Au moins je suis sûre de me stabiliser, seuil par seuil. Et puis je sais aussi que je n’ai pas la capacité mentale à me « priver » de toutes choses gourmandes et superflues trop longtemps. Il me faut mes jours OFF !
    mon moment chocolat… et puis là, même si l’été arrive à grands pas, tant pis… le beau maillot de mes rêves ça sera peut-être pour le prochain 😉

  • J’ai sûrement lu trop vite ces articles sur le poids mais j’avoue que cette façon d’assimiler gros et moche me dérange un peu…ce qui fait qu’on est beau et qu’on se fait draguer n’a absolument rien à voir avec le poids qu’on fait!
    Je te souhaite de trouver le poids ou tu auras envie de te sentir belle.
    bisous

    • Tu as dû lire trop vite ou moi mal m’exprimer sur ce point.
      Je trouve les femmes rondes magnifiques! Toi, je te trouve sublime par exemple, vraiment!
      Mais moi ça ne me va pas, et je ne suis pas heureuse avec ces kilos qui me font tout simplement souffrir…
      Et comme une belle robe va à certaines et pas à d’autres, le poids c’est pareil. Certaines femmes sont sublimes avec de belles rondeurs, et d’autres pas du tout.
      Je fais partie des 2°, même si j’essaye de soigner mon style au maximum. :)
      Ca m’a pas empêché d’être une jolie mariée cela dit! 😀

  • on en a déjà parlé, tu sais que je sais ce que tu ressens puisque je ressens la même chose, tout pareil.
    Toutes tes raisons sont évidemment super pertinentes et les miennes seraient à peu près les mêmes. pour la santé et pour les enfants (parce que les mômes sont impitoyables et je n’ai pas envie que mes fils subissent des moqueries parce que leur maman est grosse) mais aussi pour moi, pour me prouver que c’est possible et pour retrouver ma ligne d’il y a 10 ans!!! (en plus je viens de retrouver des photos chez mes parents aujourd’hui, comment j’étais trop bien foutue…).

    Seulement moi je sais que je ne suis pas capable de le faire seule. Alors je vais recommencer mes séances d’EMDR parce que là, j’en ai besoin.

  • Salut,
    Tes articles posent bien les choses, on voit le chemin que tu as fait pour arriver là et j’espère que tu vas arriver au bout . personnellement ça me renvoit beaucoup de choses et je pense vraiment que c’est dans ce sens là qu’il faut aller. Moi aussi j’ai mes bonnes et mes mauvaises raisons pour perdre mes 30/40 kg, en te lisant je me rends compte que j’oscille beaucoup entre les 2 et que les mauvaises prennent encore un peu trop le pas. En tout cas merci pour tout ce que tu partages moi je crois que ça va m’aider, et bon courage pour la suite

  • Merci pour cette série d’articles et bon courage pour atteindre votre objectif …
    Pas besoin d’écrire un long commentaire : Sabrina a écrit exactement ce que j’aurais pu dire si ce n’est que je chercher aussi à perdre ces 6/8 kilos d’après grossesses car je me sens « lourde » et essoufflée dès que je marche, j’ai l’impression d’avancer au ralentit.

  • Bravo de réussir une telle analyse sur toi. J’avoue être loin de réussir une telle chose… Sur ce sujet, j’ai du mal à être prolixe : je ne m’aime pas, je suis hyperphage (boulimique sans vomissement) et mes kilos en trop me gâchent la vie ou le bonheur que je pourrais prendre dans ma vie. Bravo à toi ! Bon courage dans cette perte de poids.

  • Tu n’as pas encore toutes les réponses mais ces quatre billets montrent que tu as bien avancé. Je trouve très intéressant ta partie sur le fait de s’accepter AVANT de maigrir. Je n’y avais jamais vraiment pensé (ou alors n’ai-je pas voulu ?) mais c’est important en effet.
    Merci beaucoup pour ton témoignage et le partage de tes réflexions. Cela me fait avancer aussi.

  • Vos raisons ont quelques éléments communs avec les miennes (perdu une vingtaine de kilos depuis l’été dernier, tout doucement), entre autres en ce qui concerne la santé. Ah – et résultat intéressant: après perte, tout le monde s’interroge, plus ou moins ouvertement, sur votre secret… Un succès valorisant (ils ne courent pas forcément les rues, c’est vrai).

  • Toi et d’autres me donnez la preuve que j’ai un gros problème de confiance en moi car je cumule les mauvaises raisons, non pas pour maigrir, mais pour d’autres choses en rapport avec le physique. Et je suis curieuse de savoir comment ça se « soigne ».

  • Alors voilà j’aimerai remercier la personne qui à écrit ce billet,

    Je suis un homme de 22 ANS et j’ai était gros une grande partie de ma vie. Recemment je me suis rendu compte que je voulais quitter tout ca me laisser ppaaitre, arreter de me cacher avec mon poids.

    Et aussi avoir confiance en moi, en une chose, ce n’est pas parce que je perdrai du poids que je serai moins sensible, empathique ou compatissant.

    Je pense avoir toujours projeter mon homosexualité ou mon poids sur dautres differences difficiles à vivre, d’autres personnes. Ainsi j’ai appris à comprendre ce qu’était l’exclusion, l’indifference ou le mepris et cela pour tout type de personne.

    Il est vrai que un an dans ma vie j’avais perdu bcp de poids 20 kilos si je me souviens bien et je me rappelle avoir adoré m’acheter les habits qui me plaisaient, et je me souviens aussi que j’avais maigri par amour pour un garcon mais je me suis rendu compte qun hetero reste hetero meme si son meilleur ami perd 20 kilos lol

    Je me rappelle aussi d’une amie qui m’avait dit « depuis que tu as minci tu es si insultant avec les gens », il ne s’agissait pas dinsulte meme de douce note d’humour acerbe et fretillante.
    Mais le message m’avait marqué, oui quand je me suis senti bien bizarement j’ai voulu passé de lautre coté de la barriere, celle ou on peut se moquer de ceux qui ne sont pas « normaux » pfffff…..

    Le temps à passé j’ai tout repris….

    Mais aujourd’hui je suis prêt, j’ai la fois en mon empathie malgre ce que je deviendrai.
    Je crois en moi je me suis prouvé que je pouvez professionnellement être trés doué, intéresser des gens, etre utile et satisfait.

    Je veux me regarder dans la galce et me sourire, mettre des habits meme moulant car j’en ai envie et que cela ne fasse pas disgracieux.

    Je veux lorsquun garcon me plait oser lui sourire à decouvert.

    Je veux controler cette boulimie du reconfort qui en faite ne fait que detruire ma vie et ne me reconforte en rien.

    Je veux pouvoir etre le magnifique mec que je suis.

    Vous savez j’ai porté sur mon dos plein de choses difficiles, des gens qui constitué ma raison de vivre morts, des problemes familiaux ect.

    Mais j’ai le droit d’être heureux et épanouie, et cela meme si a cote de moi certains on faim ou froid.

    Et puis je m’épanouie je ne pourrais que plus honnetement leur venir en aide.

    Je suis parfois trop gentil et meme quand on aime les autres il faut savoir etre ferme sur ce qui est le mieux pour chacun.

    TOUT ce que je veux vous dire c’est merdeuuuh, je veux respirer etre moi, celui qu au final je ne connais meme pas.

    J’ai commencé un regime il y a maintenant un pti mois, j’ai perdu 5 kilos et je vais de l’avant j’y crois je le veu, je veux reussir sans reprendre, reussir pour de bonnes raisons reussir pour grandir, comme un papillon sortant de sa chrysalide aprés l’état de chenille.

    Alors s’il vous plait priez pour moi, ou envoyez moi un pensée de bonheur de compassion et de soutien pour me permettre de reussir à devenir moi sans carapace.

    Je m’appele sébastien et je ne-ous souhaite à tous de nous réaliser et de devenir qui l’on est…

  • Oh, premier post que je découvre, et c’est fascinant et si bien emballé! Je me retrouve dans tes écrits… Je te souhaite beaucoup de succès dans cette quête de toi même.

  • Bonour
    Je viens de lire cet article car j ai eu exactement cette discussion ce matin.
    Avez vous pris du recul depuis ce moment? Avez vous d autres enseignements a partager? Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


trois × quatre =