Pro-allaitement, pro-vie, même combat?

Bon, je sais qu’avec ce billet et ce parallèle, je ne vais pas me faire de copines… Mais j’ai lu et entendu de telles aberrations que j’ai besoin de sortir ce que j’ai sur le coeur, quitte à passer pour une sale consensuelle qui n’assume pas son point de vue.

Le truc c’est que j’assume parfaitement mon avis, mais il n’est pas tranché, j’admets qu’on puisse penser autrement, qu’on puisse agir autrement sans pour autant me sentir agressée ou je ne sais quoi.

Pendant des années et des années, la société de consommation, les médecins qui n’y connaissent rien et les lobby laitiers ont mis en avant le biberon, le lait artificiel comme étant LE truc à filer à nos gamins.
On en paye aujourd’hui les conséquences, en France, on ne sait plus allaiter, il faut se battre pour réussir son allaitement, beaucoup de femmes baissent les bras par manque de soutien et de connaissance sur le sujet. C’est vrai, c’est très dommage. Culturellement, en France, allaiter n’a jamais été valorisé (il y a plusieurs siècles, déjà, les bourgeois et fortunés faisaient appels à des nourrices pour la basse besogne qu’est nourrir son enfant). C’est très triste et c’est bien normal de se battre pour revaloriser l’allaitement, les bienfaits du lait maternel pour le bébé et pour la maman. Je fais partie de celles qui soutiennent l’allaitement maternel. A fond. Je me suis beaucoup informée sur le sujet dans les premiers mois de MissCouette. Ayant moi-même été victime de la désinformation et du manque de soutien quand j’ai souhaité allaiter Mouflette, et en ayant pas mal souffert, j’ai souhaité mettre toutes les chances de mon côté et aller vers les professionnels capable de me donner les clés afin de réussir là où j’avais échoué quelques années auparavant.

Comme je connais pas mal le sujet, aujourd’hui, il m’est difficile d’entendre certaines choses sans bondir intérieurement…
– « Allaiter, c’est à la mode… »
– « Allaiter, c’est chiant! »
– « Le lait maternel ou le lait artificiel, c’est pareil hein! »
– « Du vrai lait » ou du « lait normal » en parlant du LA.

Il y a toute une éducation à refaire en France, afin de faire tomber les idées reçues qui plombent l’allaitement. C’est un combat important à mener pour que les femmes allaitantes puissent nourrir leur bébé en paix, sans se prendre des réflexions ou être victimes de l’incompétence et l’ignorance du personnel médical sur ce sujet.

C’est important aussi de dire aux femmes ce qui est le mieux, sans les culpabiliser. Le lait maternel est supérieur, il est le seul adapté au bébé humain, c’est un fait, c’est comme ça. Il serait bien, en France, de pouvoir affirmer cela sans se faire traiter d’extrémiste ou pire, se voir accuser de culpabiliser les femmes qui ont décidé de donner le biberon à leur bébé.

L’essentiel, c’est de pouvoir faire le CHOIX. En toute connaissance de cause. Décider de donner le biberon parce que, viscéralement, on n’a pas envie de donner le sein, ou pour toute autre raison intime qui ne concerne que celle qui va filer son sein à son bébé, c’est un choix qui doit être respecté.
Mais un choix qui doit être fait en connaissance de cause.

Désinformer toute une population pour ne pas risquer de culpabiliser une minorité, c’est stupide, dangereux et infantilisant. Les femmes sont assez grandes pour savoir ce qu’elles ont à faire.

Tout ça c’est la théorie. La belle théorie, ce qui devrait être… Informer les femmes, toutes. Aider celles qui veulent allaiter, les soutenir, leur donner une connaissance et une transmission de l’allaitement. Et ne pas culpabiliser celles qui font l’autre choix, parce que ce choix est si intime qu’il n’a pas à être remis en cause. Mais permettre aux femmes de faire un choix éclairé. Que celles qui n’allaitent pas puissent dire « Je n’en ai pas eu envie » et que personne ne trouve rien à y redire. Qu’elles ne soient pas obligées de se cacher derrière des prétextes fallacieux tels que « C’est trop dur » « ça fait trop mal » « je n’ai pas assez de lait ». Juste « ça ne me tentait pas ».

Personnellement, je sais qu’accoucher sans péridurale, c’est mieux pour le bébé. Il va sortir plus frais et dispo, sans anesthésiant dans l’organisme. C’est mieux aussi d’un point de vue purement physiologique pour la maman. Ouais, mais pour moi, c’est impensable d’accoucher sans. La peur de la douleur, la panique devant la souffrance… Je ne peux pas l’envisager. Voilà, c’est mon choix. Il est clairement moins bon, mais il est fait en toute connaissance de cause.
Et je ne tolérerais pas qu’on vienne me dire que j’ai fait le mauvais ou que je suis une moins bonne mère qu’une femme qui a décidé d’accoucher sans artifice.
C’est toi qui va le pondre le mioche? Non? Alors viens pas me chercher!

Pour l’allaitement, c’est pareil. C’est toi qui file MES nichons? Non? Alors va te rhabiller avec tes réflexions à la con.

Et c’est là qu’on en vient au sujet de ce post et au titre de celui-ci (j’ai mis le temps, mais bon, ça te fera de la lecture comme ça!).
Les « pro-allaitement », les vraies, les dures; les intégristes, ne réfléchissent pas comme moi.
Moi je suis pro-choix, pour un choix éclairé. J’ai choisi d’allaiter, j’ai aimé ça, et je pense qu’il est important de remettre l’allaitement au coeur de la puériculture, d’informer, etc. Mais je ne m’offusque pas en voyant une mère dégainer son biberon et sa poudre de lait…

Les pro-allaitement, elles, pensent qu’allaiter n’est pas un choix mais une obligation. Que choisir de filer un biberon de lait rempli d’huile de palme à son bébé n’est pas un acte respectable. Que pour remettre l’allaitement au coeur des préoccupations, il faut attaquer sévèrement et dénigrer tout ce qui n’a pas trait à l’acte naturel de nourrir son bébé au sein.

Je ne partage pas cet avis. On peut défendre une cause sans se transformer en rouleau compresseur. Et surtout, sans blesser. On peut défendre en apportant une connaissance, un témoignage. Et le respect et la tolérance des choix d’autrui, même si on ne les comprends, c’est essentiel pour mener à bien un combat justifié.

Les pro allaitement me font penser aux « pro-vie ». Celles et ceux qui sont absolument contre l’avortement et qui traitent de meurtrières les femmes qui décident d’y avoir recours et les médecins qui pratiquent l’IVG. Ces personnes y vont très fort dans la culpabilisation et l’attaque.
Et tiennent des propos extrêmes qui rendent leur combat vain et stupide.

Les pro-allaitement, en tenant un discours de dénigrement à l’encontre des « biberonnantes » tombent dans cet excès démagogique. Ce n’est pas de l’information ou de l’accompagnement, c’est de la tentative de conviction par la culpabilisation.
On ne doit pas donner de biberon, on ne doit pas avoir le choix, on doit rendre l’allaitement obligatoire, on devrait réserver le lait artificiel aux mères atteintes d’une maladie ne leur permettant pas d’allaiter…

Un discours extrême qui fait fi du caractère même de la femme, de sa capacité à savoir ce qui est le mieux pour elle, et par extension, pour son bébé. (Parce que oui, un sein donné par une mère dégoutée, ce n’est pas un bon départ dans la vie pour un bébé. Il faut aussi prendre en considération que la femme n’est pas juste un mammifère, mais qu’elle est dotée du fabuleux double tranchant qu’est la psychologie. Et qu’une mère n’aime pas forcément son bébé dès sa naissance. Et une mère qui s’oblige à allaiter son bébé alors qu’elle déteste ça, ce n’est pas donner toutes les chances à la relation mère-enfant de se créer. C’est aussi une réalité qu’il faut prendre en compte!)

En France, on a la chance d’avoir le CHOIX. Le choix de poursuivre ou non une grossesse lorsque l’on tombe enceinte. J’ai connu ce choix à faire, j’ai décidé de garder ma fille. Mais je respecte et comprends celles qui ont fait l’autre choix. Et je ne suis pas à l’abri d’y être confrontée un jour.
On a le choix d’allaiter ou non, de travailler ou non, de mettre des couches lavables ou jetables…
La femme en France a le choix, et c’est précieux.

Ces discours extrêmes me mettent hors de moi. Parce que si moi, une femme qui a allaité quasi 8 mois, qui suis une fervente défenderesse de l’allaitement, ces discours m’en feraient presque virer ma cutie. Qu’en est il des femmes qui ne sont pas très convaincues des bienfaits de l’allaitement? L’agressivité et la violence, soit elle verbale, n’a jamais fait de bien à une cause.

Et un combat, aussi juste et important soit il, peut toujours être mené dans le respect et le pacifisme. Et je ne pense pas que Mandela ou Luther King viendront me contrarier…

 

Et désolée pour le côté brouillon de cet article, je l’ai écris en 5/5 sous le coup de la colère.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

173 Commentaires sur
“Pro-allaitement, pro-vie, même combat?”
  • Je suis 100/100 d’accord! Chacun ses choix, chacun sa vision! On fait comme on peut…Moi j’ai essayé, ça n’a pas marché, je ne vais pas me cacher de honte parce que ma fille a bu du lait en poudre quasi des son 1er jour…

  • Tu as tout résumé avec « en France, on a le choix ». Perso je peux pas juger, j’ai jamais eu d’enfant (pas encore), mais je sais ce que je veux et ne veux pas. Aujourd’hui, il ne m’est pas imaginable d’allaiter mon futur enfant pour des raisons surement débiles mais qui sont les miennes. La péridurale me semble incontournable car de nos jours il n’est plus permis d’avoir mal.
    T’imagines, c’est comme si on te disait que ne pas allaiter ton enfant ou avoir recours à la péridurale, c’était aussi nocif que fumer ou boire pendant que tu es enceinte !

    • C’est exactement ce que disent les extémistes… Et faut peut être pas exagérer.
      Allaiter, c’est génial, c’est ce qu’il y a de mieux. Pour autant, le lait artificiel c’est pas du poison!

    • Bien, voilà, donc on est d’accord, il n’y a pas de jugement à apporter sur le choix du lait (maternel/artificiel), des couches, des péri, des avortements. 100%
      Mais POURQUOI alors encore culpabiliser celles qui boivent un verre de temps en temps pendant leur grossesse? ELLES par contre elles sont de moins bonnes mères ? (pour rappel il n’y a pas d’étude qui prouve qu’un verre de temps en temps est nocif pour le bébé).
      Et pourquoi culpabiliser les mères qui malgré tout n’arrivent pas à complètement arrêter la cigarette?
      JUGEMENT un jour, JUGEMENT toujours, alors celle qui n’a même pas encore un gosse, elle ravale ses jugements quels qu’ils soient merci, parce cette argumentation est d’une bêtise monumentale.
      Signé une mère d’une pépette de 11 mois qui a accouché sans péri, n’a pas bu une goutte d’alcool durant sa grossesse, ne fume pas, allaite toujours, utilise des lavables à 100%, jamais avorté, mange bio, mais qui DETESTE celles et ceux qui donnent des conseils non sollicités sur l’allaitement, l’avortement, les couches, l’alimentation, la cigarette, l’alcool, les modes de garde et les numéros de culotte!

      • Merci pour ce coup de gueule. 😉
        Je suis un peu comme ça aussi!
        Il y a l’idéal et puis la réalité de chaque femme, chaque couple…
        Juger c’est une façon de nier cette réalité là et mettre tout le monde dans le même panier. Et surtout se rassurer sur sa propre façon de faire…

  • Il y a plusieurs choses de ton billet que j’avais exprimées dans certains des miens.
    Tout le monde sait à quel point l’allaitement me tient à cœur, c’est pour ça que je recueille les témoignages chez moi. j’espère tellement que ça aidera quelques femmes ! Au moins psychologiquement à ne se sentir pas seule.
    Mais jamais je n’irai dire à une femme qui a choisi le biberon que c’est une mauvaise mère, jamais je ne militerai pour l’allaitement maternel obligatoire ! Comme tu l’as dit il s’agit d’un choix intime qui appartient à la mère (et aussi au père). Mais par contre j’ai du mal à contenir ma colère quand j’entends des discours sensés être déculpabilisant qui sont en fait des tissus de mensonge. Les mères ont envie d’être déculpabilisées ou responsabilisées ? A mon avis la deuxième réponse est la bonne…

    Par contre je ne te rejoins par sur le parallèle fait avec les pro-vie.
    Je pense qu’il s’agit là d’un sujet complétement différent. Pour ou contre l’allaitement maternel : on ne remet pas en cause une vie.
    Pour ou contre l’avortement : c’est la question de la vie qui est en jeu. Quand débute-elle précisément ? A t’on droit de l’arrêter dès le moment où elle apparait ? Évidemment étant donné que personne n’est trop d’accord pour savoir quand on doit considérer que l’embryon est un être humain à part entière on n’est pas encore prêts de trouver un terrain d’entente.

    • Je ne parlais pas du sujet. TRès différent, en effet, mais du discours.
      Mais au final, tous les intégristes, qq soit leur domaine, tiennent le même genre de discours extrême et choquant.
      Et ça n’aide jamais une cause à avancer!

  • genial ton article ! et je suis bien daccord avec ce manque d’informations qui regne en france; dans les maters mais aussi en dehors. et les pro-allaitantes, parfois trop extremistes n’ouvrent pas toujours la voie non plus.
    j’allaite et je l’ai toujours dit : » chacun ses nibards », je me fous de ce que fait la voisine, alors j’aimerai qu’on ne me regarde pas de travers quand je parle d’allaitement long.

    • Exactement!
      Le respect mutuel, c’est un peu la clé!
      Moi non plus ça ne m’a pas plu d’être regardée de travers quand j’allaitais.
      Mais maintenant que je donne des bibs (j’ai allaité 8 mois, c’est pas non plus super peu…) j’aimerais aussi être regardée normalement et pas comme une mère indigne.
      Faut trouver un juste milieu dans le discours!!

  • merci.
    Pour une fois, un billet sur l’allaitement qui ne me donne pas envie de hurler et d’insulter…car sur les blogs, certaines allaitantes ne prennent pas de gants et se font plaisir pour balancer des vannes aux biberonnantes dès qu’elles peuvent.
    Pourtant, j’ai souvent l’impression que les allaitantes long terme ont des bébés qui dorment mal, peu, ne savent pas s’endormir sans le sein…

    Chacun fait ce qu’il veut, le tout est d’avoir les infos!

    Oui, j’ai arrêté l’allaitement à quelques heures de la montée de lait car j’avais très mal quand il tétait, il avait faim, pleurait sans cesse, j’étais fatiguée de l’accouchement, un peu désemparée devant ce petit être que j’aimais fort mais avais besoin d’apprivoiser…et surtout….un complet délaissement de l’équipe médicale qui m’a laissé me démerder! Et pourtant, j’en avais lu des bouquins, je pensais être prête…. une nana qui serait restée avec moi pour chaque tétée, me soutenir, m’aider, ….aurait sûrement changé la donne…
    et moins de visite à la maternité, parce que le dégainage de sein en public, j’ai du mal

    bref, merci encore, c’est le genre de sujet qui me fout en rogne aussi

    • Sur le sommeil, ce n’est pas forcément vrai. J4ai allaité ma fille 8 mois, à 5 mois et qq elle faisait ses nuits… 😉

      Clair que l’accompagnement et le soutien sont primordiaux… Beaucoup d’échecs à cause de personnel médical incompétent, c’est bien dommage!

      • « souvent l’impression » => pas dit que c t une généralité.
        les clichés sur le LA y en a aussi tout le temps.
        On me répond séchement encore une fois. décidement, faut pas que je réponde à ce genre de post.

        Et tant que l’allaitement ne sera pas redevenu « naturel », l’accompagnement, il y en aura besoin, et bcp! C’est pas demain la veille!

        • Ne le prends pas comme ça. Je ne vois pas où j’ai été agressive.
          C’est un poncif, il me semble, de penser qu’un bébé allaité va moins bien faire ses nuits qu’un bébé au biberon.

          Après je suis peut être une exception, Mouflette a été nourrie au bib dès 3 semaines et a fait sa première nuit à 2 ans passés…
          MissCouette a fait ses nuits avant 6 mois alors qu’elle était allaitée exclusivement. Chaque cas est différent! :)

        • Honnêtement, je suis pro-allaitement et tout le toutim, en règle général je pense aussi que les bébés allaités dorment « moins bien », je pense, que ceux au bib (c’est à cause de moi moutonnette que tu dis ça, avoue ! ;)) Quand ils sont tout bébé, c’est parce qu’ils sont calés plus longtemps, et ensuite c’est parce que les tétés sont des câlins.

          Je ne veux pas me faire engueuler mais je pense aussi que s’ils continuent de se réveiller la nuit, c’est aussi parce que les bébés allaités longtemps vont souvent avec le « package maternage » et donc ils savent qu’on ne va pas les laisser pleurer pour s’endormir. donc ils continuent de se réveiller…

          • Non en plus pas que toi! Plusieurs, même des mamans que je connais personnellement!
            Mais c’est vrai que c’est plus « facile » de dégainer le sein qui donne du lait gratos et t’as rien à préparer, qu’un bib, ou tu dois aller chercher ton eau, ta poudre, te coller ça au micro ondes, etc etc 😉
            Et au sein tu dois avoir du mal à savoir ce qu’ils prennent donc quand il sont nourissons ça doit pas être évident à gérer!

      • musibaby a été allaitée jusqu’à 8mois (sevrage par le bébé) et a fait ses nuits à 3 mois. Donc aucun lien avec l’allaitement à mon sens (mais cela n’engage que moi!)

        • je rajoute que je ne l’ai jamais laissé pleurer. Elle a toujours été heureuse d’aller au lit! et a même fait des nuits de 13h vers ses 4mois. (je donne un bâton pour me faire battre là,non?)

  • Que ça fait du bien de lire un article comme le tien quand on en est au stade des 10000 questions avant de se lancer ! Tu es peut-être sous le coup de la colère mais tu as tellement raison. Quelque chose me dit que ma mère et ma belle-mère seront dans ce genre, à poser un jugement sur tous mes choix (les réactions de ma mère quand on parle de ceux qui veulent connaître le sexe de leur bébé ou des mamans qui n’allaitent pas me donnent un aperçu de la suite …), à vouloir les faire à ma place … Apprendre à égoïste, je vais le rajouter sur ma liste, histoire de pouvoir dire « non » ou « c’est ce que je veux » le jour venu.
    Merci LMO !

  • J’ai un avis partagé sur la question. Comme Maman sur Terre, je pense que le parallèle avec les pro-vie est mal choisi. Le sujet est, je pense, beaucoup plus sensible. Il touche la vie, mais aussi la religion, l’enfance parfois…
    Je ne militerai pas non plus pour l’allaitement maternel obligatoire mais plutôt pour une information obligatoire sur l’allaitement 😉
    Les pro-allaitement, les vraies… le terme est mal choisi aussi, nous en sommes toutes les deux les preuves vivantes 😉
    Et là où je ne suis pas tout à fait d’accord non plus c’est qu’en France, une femme n’a pas toujours le choix. Nulle part en fait. Il y a toujours de très très nombreuses exceptions et pas forcément culturelles…

    Ton billet est très courageux !

    • Le sujet est plus sensible mais les discours vont dans la même extrême.

      3pro allaitement », j’aurais du dire « intégriste de l’allaitement », c’est vrai.
      Je suis hyper pro-allaitement, mais le mot me gène. Comment on peut être contre?

      Pour le choix, sauf maladie, je pense qu’on l’a toujours. Mais j’ai un avis tranché sur cette question là 😉

  • Je pense qu’on devrait être libre de faire ce qu’on veut de notre corps sans être jugée. C’est notre corps après tout !
    Une de mes amies n’envisage que l’accouchement par césarienne pour tout un tas de raisons. C’est intime et ça la regarde, loin de moi l’idée de la juger, je n’accoucherais pas à sa place !

    Bon, de toute façon, moi aussi j’accoucherai par césarienne (mais j’ai plus le choix depuis mon opération), c’est comme ça.

    J’espère allaiter, mais si ça se trouve, ça va me dégouter et je vais vite passer au Bib’, qui sait, je ne le sais pas à l’avance en tout cas. Mais chacune doit rester libre de choisir ce qu’elle estime le mieux pour elle !

  • Très bel article ! Je n’ai pas encore d’enfant, mais pour toutes les raisons que tu as citées, je veux essayer d’allaiter, en espérant que ça marche.

    En tout cas, j’ai entendu une émission sur france inter la semaine dernière où des médecins étaient formel : allaiter est meilleur pour l’enfant.
    Idéalement, selon eux, il faudrait allaiter un an, si on peut (quantité de lait, etc.. .), sachant que la « nature » est d’allaiter 3 ans.
    Des études ont démontré qu’un enfant nourri au lait maternel avait moins de risques sur le plan immunitaire et , chose assez étonnante, avait des avantages sur le plan du développement intellectuel aussi.

    Toutefois, ces médecins disaient bien qu’être nourri au lait en poudre n’était pas fatal, loin de là. Mais c’est un peu moins bon. L’aliment physiologique du bébé humain est le lait de sa mère, c’est normal, chaque mammifère nourrit ses petits.

    En tout cas, la femme a le choix d’allaiter, je suis bien d’accord, mais ce choix ne peut se faire « raisonnablement » qu’en connaissance de cause.

    • Bien sur que le lait maternel est supérieur et on lui découvre tous les jours des bienfaits surprenants.

      Et il faut défendre cette belle cause.
      Mais pas au détriment des femmes et de leurs envies et choix.

  • On y revient pour tout, que ce soit pour l’allaitement, le cododo, les laits végétaux,… respectons les choix des autres ( ce qui ne veut pas dire être d’accord) et les autres respecterons les nôtres ( enfin du moins j’espère!)!
    Mais toujours est-il que les futures mamans, que ce soit en France ou en Belgique, sont très mal informées, voire « désinformées » et elles doivent partir elles-même à la quête des infos…

  • Je crois que tu as dit une chose importante : laisser le choix à chacune d’allaiter ou non.
    Je viens d’une famille de « femmes » qui n’ont pas allaitées leurs bébés (ma mère et mes soeurs). J’ai fait le choix d’allaiter les mien et ce fut un vrai bonheur mais par pitié laissons les mamans prendre leur décision en toute conscience… sans juger.

    Merci pour ce très beau message.

  • Coucou LMO, alors moi, bien que je trouve la comparaison un peu too much, je suis bien d’accord sur tout ce qui concerne l’allaitement. Mais les Pro-allaitement (les extrémistes) que tu décris, j’avoue que je n’en connais pas beaucoup (j’ai de la chance?) – je pense que la plupart du temps les femmes (et les hommes, oui, oui) qui « défendent » l’allaitement sont pro-choix justement. Mais pour un choix éclairé et bien informé. Non, dire qu’allaiter c’est meilleur pour la santé, ce n’est pas être anti-biberon. Ce qui est dommage, c’est que les femmes qui n’ont pas fait ce choix se sentent souvent de suite attaquées dès qu’on parle d’allaitement (des fois à raison – mais parfois à tort). En tous cas, merci pour cet article! Moi non plus je n’aime pas les discours extrêmes à ce sujet et heureusement je trouve qu’il n’y en pas tant que ça (ou alors j’ai le don de les éviter et c’est pas mal non plus)^^

  • alors moi je dis + 1000000000 =)

    je suis d’accord avec toi, je suis pour le libre arbitre, je suis pour le fait de choisir d’allaiter ou non… mais d’assumer ses choix, effectivement, pas trouver un prétexte bidon pour se déculpabiliser de ne pas allaiter…

    Mais que l’on allaite ou pas, il y aura toujours des avis « malveillants »

    – t’allaites pas ??? mais enfin ! c’est pourtant ce qu’il a de meilleur ???
    – quoi ? tu allaites ? tu veux pas couper le cordon, tu devrais donner le biberon, pour te décharger….

    C’est vrai qu’il y a un manque d’info considérable, même si dans certaine maternité, il y a des efforts de fait (pas dans toutes, malheureusement) …

    En tout cas, en ce qui me concerne, je fais tout pour informer les mamans sur l’allaitement quand j’en ai l’occas :)

    (geekmama, une maman qui allaite sa fille depuis presque 8 mois )

  • Tu cherches la merde avec ton parallèle lol… mais je trouve ça très intéressant de se poser la question en effet, par certains aspect en tout cas tu as raison sur la comparaison.
    Mais en tout cas, j’adhère à 100% à ton discours sur l’allaitement, je crois que désormais je vais user et abuser de ta formulation « pro-choix », car il s’agit surtout de ça !!

  • Moi je suis un peu gênée par les « choix éclairés », « allaiter en toute connaissance de cause » ou des trucs du genre. Je pense que c’est beaucoup plus complexe et que les désirs ou peurs inconscients font que les femmes n’ont pas toujours le choix justement.
    Mais je vais en parler bientôt moi aussi. 😉
    Après il y a plein de choses très intéressantes dans ton billet. :)

    PS : Je développe pas trop sorry parce que j’ai pas énormément de temps, là…

    • Il n’y a pas QUE le choix eclairé, mais bon, disons que ça aide de savoir.
      Et c’est moins chiant pour celles qui allaitent de ne pas s’entendre dire des conneries toutes les 5 minutes par manque d’info! 😉

  • Moi j’aime bien quand tu fais des articles comme ça!
    Parce que ça m’aidera à me sentir moins bête plus tard, et à bien m’informer aussi pour faire mon choix comme je le sentirais! 😉

  • Le problème n’est pas d’avoir le choix mais d’être informée.

    Combien de maman ont pu discuter avec une sage-femme ou une conseillère en lactation pendant leur grossesse ?
    Je fais partie des chanceuses qui ont eu plus de 2h de discussion avec une conseillère lors de mon séjour en maternité. J’étais déjà pour l’allaitement. Si on fait du lait, c’est bien pour quelque chose. Ça ne m’a empêché de passer au mixte après 1 mois et demi car fatiguée…si on m’avait expliqué les piques de croissance, par exemple, j’aurais su comment géré et aurait sans doute allaiter plus longtemps…
    Sauf que parfois, on n’a plus le choix, il faut bosser. Tirer mon lait dans les chiottes de ma société m’aurait été impossible (et pas hygiènique !) donc bébé sevré à 2 mois et demi.

  • il y a tellement de choses personnelles ou physique s qui peuvent entrer en ligne de compte dans le fait d’ allaiter ou pas, d’ avorter ou pas, que je ne comprend même pas que l’on puisse être catégorique sur le sujet.

    Un seul mot d’ ordre : LE CHOIX, celui de le femme a disposer de son corps comme elle l’ entend.

    Apres ça nous parait bien, ça nous parait mal, ça regarde surtout celle qui le fait.

    Et je suis totalement fan de tes articles brouillons 😉

  • J’aime le choix.
    Et du coup j’ai même fait le choix de changer de choix. Et ça allait de choix, non, heu .. de soi, ça allait de soi (tu me perturbes t’as vu?)

    pour peum’s j’ai fais le choix (tout à fait éclairé) de ne pas allaiter, je n’en n’avait absolument pas envie. Et j’ai assumé, j’ai jamais cherché d’excuses et j’assume toujours ce choix là, à ce moment là.

    pour deuz, j’ai fais l’autre choix. J’avais envie d’allaiter. J’ai assumé, j’ai pris mes infos, j’ai cherché mes infos, j’ai blindé mon agenda de rdv avec des pro et 15 mois après la naissance de mon fils, je suis toujours allaitante et avec le sourire. Et j’assume :)

    j’aime le choix, j’aime pouvoir changer sans qu’on me le reproche. j’aime aussi répéter que NON, même aujourd’hui en plein allaitement long, je ne regrettes toujours pas mon choix de ne pas avoir allaiter preum’s :)

  • Je suis plus que d’accord avec toi !!! Et je te remercie d’avoir parlé de la péridurale, j’avais un peu l’impression d’être la dernière des chochottes complètement pervertie par le système, car moi aussi la souffrance me fait paniquer, et je trouve que toute souffrance est inutile même celle qui donnent la vie…

    Je comprends ta mise en parallèle avec les anti-avortement, les extrémistes se ressemblent toujours, toujours le même rouleau compresseur de l’intolérance…

    • J’aurais pu faire une comparaison avec les Talibans, là c’eut été vraiment too much. 😉
      Ce qui me fait faire le parallèle c’est la remise en question du choix…
      Pas le débat en lui-même.

  • Tout à fait d’accord avec toi, on est libres de nos choix, mais certaines ont du mal à les assumer, ou se cachent derrière des prétexte. Certaines ont peur du jugement d’autres personnes.
    J’en ai entendu des conneries quand j’ai parlé de mon souhait d’allaitement, mais ça ne m’a pas empêcher d’aller vers ce qui me semblait naturel.

    De mon côté le truc qui choque le plus mon entourage c’est « quoi, tu vas pas le baptiser ????? » alors bon, on s’y fait ^^

    • Le bébé a du mal à faire des choix, vu son développement psycho moteur à la naissance… Donc on va se contenter du choix de la maman (et du papa ensuite) et le bébé donnera son avis plus tard.

      Mais bon, je connais personne qui se plaigne d’avoir été ou non allaité… 😉

  • Salut!

    Je viens de lire en vitesse ton article (Bébé prend du temps!) et je suis d’accord avec toi. Bel article et merci pour cet avis!
    Bises

  • D’accord avec toi, l’important étant de pouvoir/savoir défendre ses décisions calmement et fermement lorsque ces dernières ne sont pas respectées. J’ai allaité mes deux enfants, je soutiens les mamans qui le souhaitent dans cette démarche mais il ne me viendrait jamais à l’idée de convaincre une maman décidée à biberonner d’abandonner son choix. C’est d’ailleurs une question que je ne pose pas car je considère cette décision comme très intime, libre à la maman de la partager ou non.

  • Je ne connaissais pas le terme de pro-vie.
    Sinon, je pense comme toi, je l’ai déjà dit.

    Par contre je trouve que sur la blogo-jeune maman, les titres de billets avec les mots allaitement ou cododo pullule un peu trop … à croire que ce sont des mots clés pour appâter le lecteur.

    • Ca faisait un moment que je n’en avais pas parlé! 😉
      Mais c’est vrai qu’il y en a beaucoup. Peut être parce qu’on lit trop de « blogs de maman », je ne sais pas…

      Et « pro-vie » c’est eux-même qui se sont qualifiés ainsi, comme si les autres étaient « pro-mort »…

  • Bonjour LMO!
    Alors billet courageux car sujet houleux!!!
    Il est vrai qu’en France on a le choix mais on est coincé dans un tas de clichés, préjugés et autres bêtises qu’on entend sur l’allaitement! Et donc le choix n’est pas vraiment éclairé et parfois une femme ne va pas allaiter mais ça ne sera pas en connaissance de cause. (je ne sais pas si je suis très claire là…)Et puis cela dépend de plein de choses le fait de décider ou non d’allaiter : son histoire, son savoir sur le sujet mais aussi les informations données par les pros (qui ne sont pas toujours au top faut bien l’avouer…) le soutien ou non des proches …et j’en passe!!! (sinon demain j’y suis encore! ;-D)
    En ce qui me concerne c’est ma formation qui m’a ouvert les yeux sur le sujet et qui m’a permis d’abattre certaines idées reçues. Forte de cette expérience j’ai réussi mon 2ème allaitement alors que j’ai foiré le 1er.
    Il y a un gros manque d’information mais cela reste délicat d’informer sans passer pour une extrémiste!!
    Bon allé j’arrête là (même si j’ai encore beaucoup de choses à dire!!)

    • Informer ça ne peut pas être extrémiste tant qu’on s’en tient au fait.
      L’intégrisme c’est rentrer dans le jugement de valeur. Si tu ne fais pas ça, c’est pas bien, tu es qq’un de mauvais!
      Ben moi ça me gonfle.

      L’allaitement n’a à mon avis pas besoin de personnes qui culpabilisent et dénigrent les autres…

  • Toi, tu vas avoir des problèmes ! Non, sans rire, j’ai vraiment apprécié ton billet, il s’agit de remettre les choses à leur place; Allaiter, on le sait, c’est bien, mais, y’en a marre des ayatollah de l’allaitement, laissez nos nichons tranquille ! Et, oui, en France, on a la chance de pouvoir avoir le choix, alors merci de ne pas la gâcher !

  • Je suis entièrement d’accord avec toi ! J’ai assez culpabilisé de devoir abandonner l’allaitement au bout de quelques jours parce que ma fille ne voulait pas de mes seins… Que je voulais le meilleur pour elle, et que j’avais l’impression de pas le lui donner… Mais quand tu as un bébé rouge de colère à chaque fois qu’il faut lui donner à manger, et qui est affamé parce qu’il n’avale rien, sans compter qu’il perd trop de poids, il faut bien passer au biberon…
    Ma fille n’a jamais été une mangeuse facile. Entre le muguet à la naissance, les coliques et le rgo… bonjour les repas ! Passer au biberon a été la meilleure chose à faire pour elle ! Même là ça a souvent été galère…
    Heureusement, personne ne m’a jamais fait de réflexion sur le sujet. Mais ce que je peux lire parfois m’énerve considérablement !
    Alors merci pour ton coup de gueule :-)

    • J’ai eu un début d’allaitement très difficile aussi. Ca n’a pas duré, j’ai tenu bon et tant mieux. L’idée de donner du LA à ma fille ne me convenait absolument pas, je me suis un peu mis la pression mais j’en avais besoin. Si je m’étais dit « bof, bib ou sein c’est pareil », je n’aurais pas tenu. C’est là, à mon avis, que l’information est importante. Beaucoup abandonnent parce que c’est kif kif dans leur tête. Pas vraiment à cause des difficultés (je ne parle pas de toi hein!)

      Après, on s’adapte à ses envies et ses possibilités…
      (Je crois que je ne suis pas très clair)

  • Je suis pro-choix aussi et je ne juge personne ! D’ailleurs j’ai moi-même changé d’avis : je voulais pas allaiter et finalement ça s’est fait naturellement, sur le moment, juste après l’accouchement…

  • je suis d’aéccord avec toi , je n’ai allaiter mon fils qu’un mois car he n’avais plus aseez de lait car personne ne m’avait aidé pour la mise au sein à la mater … l’allaitement a donc commencer 24h apres l’accouchement (car il m’avait pris mon petit coeur , sa tp etait trop basse) trop tard !

  • Je ne résiste pas… une fois de plus, je vais te laisser un comment à rallonge !!! lol, je vais tenter de faire court.
    Donc J’ai eu 2 enfants, la première 4kg330, le deuxième 5kg110, autant te dire que pour l’une, comme l’autre… j’ai échappé de peu à la césarienne et je n’aurais jamais pu accoucher normalement sans péridurale !!! Quant à l’allaitement, pour la 1ère, il n’en était pas question : j’avais peur de finir comme les femmes de ma famille : avec des moignons à la place des seins !!!
    8 ans et 6 tailles de bonnet plus tard, après une hémorragie qui a failli m’être fatale à la naissance du 2ème, j’étais tellement faible qu’il n’était même pas envisageable que j’allaite !!! Et pourtant ! 3 semaines après la naissance, malgré les médicaments anti-prolactine… J’avais du lait à revendre mais il était trop tard pour faire machine arrière (les médicaments…) mais l’envie était là, si j’avais eu un 3ème, je l’aurais allaité. Ça, c’est mon histoire…
    Pour revenir à ton article et à ces extrémistes (il y en a partout), elles devraient être confrontée à un véritable accouchement difficile où la péridurale peut sauver des vies. Elles devraient aussi voir au moins une fois dans leur vie ces nourrissons que le lait maternel pas assez riche ne nourrit pas et qui se meurent sous les yeux de leurs mères qui ne veulent pas admettre que ce puisse être possible, persuadées qu’il n’y a rien de mieux ! Je l’ai vu et comme je comprends ton coup de gueule !!! Bref… Je m’arrête là, tu as tellement raison 😉

    • Par contre, le lait pas assez riche, c’est quand même hyper rare…
      Moi je suis un peu con, mais physiologiquement, on est des mammifères, et y’a quand même pas des masses de gazelles ou de lionnes qui n’ont pas assez de lait ou pas assez riche.

      Pour le reste, tout n’est pas tout rose et nous ne sommes pas « que » des mammifères mais des êtres humains, et on a perdu « l’instinct » en cours de route (enfin, je sais pas si c’est clair). Et comme on a une alternative quand ça se passe mal, autant ne pas s’en priver!

  • Pour avoir allaiter ma fille 2 ans et qui compte bien allaiter ma 2ème (prévue pour Aout) je suis entièrement d’accord avec ton texte!
    Je suis pour « avoir le choix » et l’assumer à 100% ainsi que pour la bonne information ! Trop de choses fausses à ce sujet sont pensées par les gens, qui en plus sont certains de savoir la vérité sur l’allaitement !
    J’ai eu posté quelques messages à ce sujet sur mon blog :

    http://mylilou.blogspot.com/2008/05/le-choix-dallaiter-ou-pas.html

    http://mylilou.blogspot.com/2011/01/sur-ma-table-de-chevet.html

    http://mylilou.blogspot.com/2008/11/allaitement-2.html

    Sur ce, des bisous et à bientôt 😉

  • Je me sens mal d’un coup^^ Je criais haut et fort que j’étais « pro-allaitement » mais je pendais jusqte que ça voulait dit « pour l’allaitement ». Quand je lis « Les pro-allaitement, elles, pensent qu’allaiter n’est pas un choix mais une obligation. », je me dis que je n’utilise pas le bon terme car ce n’est pas du tout mon point de vue ! Je suis pour l’allaitement, pour moi ! et je suis pour laisser le choix aux mamans sans jamais juger quiconque !
    Bon alors je suis pas pro-allaitement :p

    Les pro-vie, ce sont de grandes malades ! Sur le forum ou je suis modo, on a du en virer certaines qui allaient insulter les mamans dans la section « IVG » du forum. C’était l’horreur…Des folles..
    Ici aussi, je suis pour laisser le choix. Chacun sa vie. Perso, je ne pourrai pas avorter d’un enfant non désiré (mais à l’inverse, je suis pour l’IMG et ne pourrais pas mettre au monde un enfant gravement handicapé) Puis c’est du cas par cas… Mais jamais je jugerai une maman qui a subi une IVG.

    Pour la péri, j’avoue que je veux essayer sans. Mais ma mère, qui en a chié des bulles pour nous mettre au monde ne comprend pas ce choix : « Comment peut-on accepter de souffrir quand ça peut être évité ? » elle, c’est une pro-peri^^

    Bref, j’allaite mon bébé, je ne pourrais pas avorter mais je ne suis ni pro allaitement, ni pro vie. Je suis pro mamanquifaitdesonmieux

    • J’ai mal choisi mon terme « pro-allaitement ».
      Disons que ça me gène le « pro » qq chose, comme si on était contre tout le reste…
      Sinon, je suis pro mamanquifaitdesonmieux aussi! 😉

  • Je trouve ça fou de devoir prendre des pincettes : « non je ne suis pas pro allaitement, mais pour l’allaitement »; on doit justifier nos choix toujours en fonction des autres;

    bon et bien, moi j’allaite, je suis pro allaitement, pour l’allaitement, contre le biberon et c’est MON point de vue, les autres font bien ce qu’elle veulent bon sang!! Si d’autre femmes veulent donner le biberon elles font bien ce qu’elle veulent;

    Je crois que les femmes ont du mal à allaiter parce qu’elles ont du mal à assumer leur corps nourrissié, leur corps tout entier qui gonfle, qui produit du lait, qui est pendant un moment dépendant; un corps qui doit se montrer DISPONIBLE TOTALEMENT.

    On demande aux femmes de reprendre le travail rapidement aussi, elles ont une pression constante à devoir tout gérer tout le temps partout, et l’allaitement demande je trouve un laché prise, il faut savoir se rendre disponible.

    Et si les femmes pouvaient être disponibles, elles auraient le temps de galérer, de réessayer, parce que depuis la nuit des temps les bébés tètent, alors pourquoi aujourd’hui certaines femmes disent qu’elles n’y arrivent pas, qu’elle ne veulent pas? c’est parce qu’aussi elles savent, qu’elles peuvent se le permettre;

    Les bébés qui boivent le biberon vont bien, sont en pleine forme donc OK pour ça, mais OK aussi pour celles qui comme moi vivent le plus beau moment de toute leur vie, mon bébé grandissant avec uniquement le lait que je produis, attaché à mon sein, carressant mon sein, gémissant de satisfaction, s’endormant dessus, le cherchant, se réjouissant quand il le voit, ce contact unique au monde.

    Oui mon bébé s’endort parfois au sein, et ne dort pas encore parfaitement à 6 mois, et alors?? je suis disponible pour ça, et est ce que c’est grave? non c’est NORMAL! Je devrais donner le biberon pour me réjouir que mon bébé dorme bien toute une nuit et que ouf, je puisse dormir tranquillement, non? je suis heureuse d’allaiter, et j’ai beaucoup de chance de pouvoir le faire.

    • Je suis d’accord avec toi, les mamans qui le désirent devraient pouvoir prendre ce temps pour leur bébé, pour elle. J’ai fais ce choix et j’en suis heureuse, il me satisfait (pas pleinement mais en grande partie)

      Après, le mot « pro allaitement », je l’ai mal choisi. e suis pour aussi, à fond. Mais je ne vais pas lapider une femme qui fait un autre choix que le mien.

      Et pour les bébés et le sommeil, je reste assez convaincu que chacun a son rythme, pas forcément dépendant de l’allaitement ou non.

  • Bonjour,
    Je suis comme toi, j’ai allaité par choix mais mon parcours a été un peu compliqué.
    La première, par manque d’infos, j’ai arrété au bout d’un mois.
    Le second, motivée et surtout sur informée (mais mal informée hein) j’ai allaité 15 mois.
    Et je peux te dire que je ne suis pas sûre que ce soit super non plus.
    Quand j’ai voulu cesser l’allaitement, mon fils n’a rien voulu d’autre.
    Pas de bib, pas de cuillère.
    Même donné en garde à quelqu’un d’autre, il hurlait à la mort et ne voulait rien manger.
    Le pédiatre n’était pas etonné.Il m’a dit que c’était très courant, que de nombreux enfants (comme mon fils) ne prenait jamais de biberons de leur vie.
    Et que les conneries du genre « un enfant ne se laissera jamais mourir de faim » c’était faux surtout en matière d’allaitement qui conjugue nourriture, fusion, contact charnel, etc…
    Et qu’il voyait beaucoup de mères obligées de prendre un congé pour nourrir leur enfant.
    C’est ce que j’ai fait.
    Je suis d’une famille d’allergique (asthme et eczéma) et le seul aujourd’hui qui soit malade, c’est celui que j’ai le plus allaité.
    Quand j’ai été enceinte de mes jumeaux, j’ai refusé d’allaiter.
    Après l’accouchement, une consultante de la leche league est venue me faire une leçon de morale dans ma chambre.
    Je l’ai rembarrée direct!
    Et j’ai copieusement engueulé les infirmières en disant que c’était honteux d’autoriser des personnes à culpabiliser de jeunes accouchées comme ça.

    Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir allaité, ça a crée une relation fusionnelle (peut être trop même) avec mon fils mais l’allaitement n’est pas le reméde ni la solution à tout et mes autres enfants élevés au bib vont très bien aux aussi.

    • Les enfants sont des êtres humains. Se laisser mourir de faim, certains y parviennent oui, on ne sait pas trop comment.

      Et bien entendu, l’allaitement n’est pas le remède à tout, c’est un paramètre, c’est tout (ce qui est déjà pas mal)

  • Je suis pour la vie, mais pas contre l’avortement. Je suis pour l’allaitement, mais pas contre le lait en poudre. Je suis pour la liberté de choix. Je n’ai pas encore d’enfant, peut-être n’en aurai-je jamais, mais si je dois avorter, pour telle ou telle raison, je le ferai, si je ne peux pas allaiter, tant pis, je donnerai le biberon. On ne doit pas devenir parent si on n’est pas prêt, je vois les dégâts que ça fait, on ne doit pas allaiter par contrainte. Si on donne la vie, c’est par amour. Ce n’est pas pour soi mais pour le furu bébé.

  • Je suis totalement d’accord avec toi, laissons les femmes (les couples) choisir ce qui leur semble être le meilleur pour leur enfant et pour eux.
    Je pense que la France n’a pas une culture d’allaitement car d’une part le féminisme est passée par là mais aussi parce qu’avec un congé mat’ de 2 mois1/2, il est difficile d’envisager un allaitement serein suivi d’un sevrage en aussi peu de temps et que pour beaucoup de femmes il est vitale de se reposer avant de reprendre le boulot avec cette idée préconçue qu’un bébé allaité ne fait pas ses nuits.

    Mon expérience prouve le contraire, bébé1 allaité 7 mois et bébé2 qui a 6,5 mois toujours allaité et les 2 ont fait leurs nuits à 1,5 mois.

    Je les ai allaitées (et allaite encore) car je pense que c’est ce qu’il y a de meilleur pour elles et parce que j’adore ça mais ce n’est que mon avis et jamais je ne l’imposerai aux autres, tout comme je ne supporte pas qu’on me dise, « mais quand vas-tu arrêter? », « tu la nourris toujours », « à un moment ça va devenir malsain »… et tout autre phrase très culpabilisante. Alors, oui c’est mode d’allaiter et pourtant c’est difficile et quand au début on rencontre des difficultés on se retrouve seule. J’ai fait appel à une conseillère en lactation qui m’a bien aidée mais qui m’a pris 130€!!!

    Autre chose, qu’est-ce que ce nouveau concept de maternage?
    J’allaite, je ne laisse jamais mon bébé pleurer mais j’ai accouché sous césarienne (mais j’avais choisi la péridurale si j’avais accouché naturellement) je ne la porte pas en écharpe, je la ballade en poussette ou en porte bébé NON physiologique, je ne fais pas de cododo, sauf les 1ères nuits quand il était essentiel que je me repose, je ne mets pas de couches lavables… je ne suis donc pas une maman maternante d’après ce que je lis sur les blogs des uns et des autres et pourtant j’aime mes filles plus que tout, je les câline sans cesse, elles sont supers heureuses et équilibrées, elles dorment très bien, chacune dans leur chambre. Je ne suis pas maternante mais je suis maternelle.

    Arrêtons avec cette guéguerre biberonnante/allaitante, maternante/non maternante, féministe/non féministe, portage en écharpe ou en porte-bébé non physio, serrons nous les coudes, aimons nos enfants et battons-nous pour des causes qui en valent la peine comme la remise en cause de l’IVG par exemple ou du tri-test qui ne sera plus proposé systématiquement aux femmes enceintes ou la fermeture de maternité et de la baisse du nombres de sages-femmes, l’augmentation de la durée du congé mat’…

  • D’accord aussi avec toutefois un petit bémol pour la maman française; je considère que la maman qui choisit de donner le bib ne fait pas un « vrai » choix SI elle est mal informée. Elle réagit culturellement. Quand on ne sait pas trop quoi choisir, quand on manque d’information, on se laisse influencer par notre éducation, notre entourage. Et c’est malheureusement ce qui arrive à beaucoup de mamans. Elles choisissent le biberon ou un sevrage précoce car elles ne savaient pas comment faire autrement, elles pensaient que l’allaitement c’était telle ou telle chose (ne plus pouvoir sortir, ne pas avoir assez de lait, etc), toutes sortes de peurs et de croyances encore très ancrées.
    Je ne parle évidemment pas des mamans parfaitement informées et qui choisissent vraiment en toutes connaissance de cause mais honnêtement, je n’en connais pas.

  • On a la chance de pouvoir avoir le choix, c est très important de ne pas juger les autres.
    Je regrette le manque d information chez les gynécologues au sujet de l allaitement, le mien ne m en a meme pas parlé.
    J ai eu des difficultés mais je m en suis sortie, j ai lu beaucoup de témoignage chez Maman sur Terre qui m ont réconforté.

  • Pour ma part je me suis sentis  » obligé  » d’allaiter ! ( je suis du genre vouloir faire plaisir a tous le monde…). Malheureusement ou heureusement ( pour moi ) ca n’a pas marcher.
    Je ne le voulais pas vraiment au fond de moi, donc peut être que loulou l’a ressenti !
    Je suis tombé sur une assistant puér à qui j’aurais franchement pu donner des claques. En effet mon petit loulou n’a pas eu LE DROIT de manger presque tout le temps ou j’étais a la maternité! Le lait maternelle c’est tellement mieux, me disait elle, donc non loulou n’auras pas de biberon ! Sauf que moi l’allaitement ca ne marchais pas! Blocage ! alors je me suis énervé ( jamais j’ai été dans cette état ) et j’ai enfin eu un biberon !
    et par la même occasion une bonne leçon de morale! ( et oui elle c’est permise…)

    Le plus surprenant : le jour de mon départ, elle viens me voir et me dis que je pouvais alterner…allaitement/ biberon ! heu y’a un moment ou il faut arrêter les connerie!
    Alors vite il faut mettre en place des réunions d’informations et des formations pour apprendre aux sages femmes, assistantes de puér et puéricultrice que oui et bien  » en France on a le choix » et qu’elles ne peuvent pas ce permettre de rester camper sur leurs positions comme ça! ( je ne fait pas un cas générale )

    ( autant vous dire que je n’ai pas eu les médicaments pour couper les montées de lait a temps donc je vous laisse imaginer comment se sont passer les mois d’aprés! Mes pauvres petits seins…..)

    • C’est dingue ce genre d’histoire!
      J4ai l’impression que qq soit notre choix, on trouvera tjrs du personnel incompétent… Ca c’est une constante! (heureusement il y a aussi du personnel humain et compétent… Et respectuex!)

  • bon j’ai pas lu les autres com’ …

    moi c’est clair l’allaitement c’est viscéral,c’est une évidence pour moi… et c’est clair que les extrémistes, quels qu’ils soient sont chiantissimes et en plus ultra toxiques et déservent en fait la cause qu’ils veulent servir.

    Cependant, pour moi j’avoue que c’est ultra difficile cette notion « choix unilatéral de la mère », dans le sens où ça me semblerait normal qu’on se pose la question de « et le bébé alors ? ». Donc oui après chacun fait son choix, en toute connaissance de cause et de conscience, mais qu’on arrête de nous saouler avec ce délire de culpabilisation et cie… on revient de loin avec l’allaitement et le biberon, donc forcement il faut des gens qui soient « trop » pour revenir à une situation où l’allaitement est la logique de base, et que le lait artificiel revienne à passer en 2d… c’est pas du militantisme là, c’est à la fois la question du bien être du bébé (et qu’on ne dise pas que c’est qu’une question de bouffe), celui de la maman (ben oui allaiter ça fait des endorphines qui peuvent aider à gérer les galères hormonales qui peuvent nous flinguer le moral) et celui de la terre (économies, écologie…) .

    Et je pense sincèrement que cette histoire d’extrémistes de l’allaitement, c’est comme si on parlait des végétaliens comme étant juste représentés par le couple dont la petite est morte de malnutrition… c’est anecdotique… la très très grande majorité des allaitantes ne meurent pas d’envie de jeter des cailloux aux parents de bébés élevés au LA 😉 …

    • C’est vrai, c’est une minorité, les intégristes, mais une minorité qui piaille fort et c’est ennuyeux, ça dessert la cause car on ne retient qu’elles et leur propos extrêmes…

      Pour le reste, je suis d’accord. Remettre l’allaitement à sa place et le biberon comme une alternative. Et pas l’inverse!!

  • Je suis 100% pro-allaitement et quand je vois une maman donner un biberon à son nouveau-né, ça me fait de la peine. Peine de savoir qu’elle passe à côté d’un truc génial à vivre et excellent pour son enfant.

    Maintenant, je préfère 100 fois une maman qui donne un biberon et qui est bien dans ses baskets, en accord avec elle-même plutôt qu’une maman qui se forcerait à allaiter et en serait malheureuse. Là, la relation avec son enfant pourrait en pâtir.

    C’est vrai qu’il y a un manque d’information, mais c’est vrai que de nos jours c’est plus facile de se renseigner et qu’il suffit de faire un petit effort…
    En revanche, je blâme les professionnels de santé qui peuvent s’avérer être de très mauvais conseils !

  • Je suis si heureuse d’être une biberonnante! Ne soyez pas triste pour mes bébés…ils sont très heureux eux aussi.
    Par contre ce qui m’attriste ce sont certains commentaires que je peux lire…

  • J’adore quand les pro-allaitement se disent super ouvertes d’esprit vis-a-vis de celles qui ont choisi le biberon mais declarent quand meme que c’est « un choix qui doit être fait en connaissance de cause. ». Ca veut dire quoi ca? Que c’est ton choix mais au fond, reconnais que tu es une mauvaise mere parce que c’est vraiment pas bien le biberon et qu’il faut avoir une raison valable pour ne pas allaiter?! Je ne vois pas pourquoi il faut se justifier sans arret, que l’on decide d’allaiter ou pas. L’important c’est que la maman se sente bien, heureuse.
    Parce qu’allaiter son bebe parce que c’est mieux pour sa sante et l’abituer jus de fruits/sodas, gateaux, « desserts lactes », de la viande 5 fois par semaine ou meme lait de vache (qui est de plus en plus controverse – en parlant de lobby laitier..) lorsque l’enfant grandit, je ne vois pas trop l’interet..
    (et c’est terrible mais je me sens obligee de preciser que j’ai allaite. et que mes enfants consomment gateaux et lait de vache, meme si je culpabilise sur le lait de vache.).
    ah le choix « en connaissance de cause »…

    • Euh, c’est de l’interprétation là!

      Choix en connaissance de cause, ça veut dire qu’une femme, une mère, a le droit d’être informée sur les avantages et inconvénients de chaque méthode afin de faire son choix.

      Et perso je m’en fiche que les femmes choisissent d’allaiter ou non, pas besoin de les entendre se justifier. J’ai arrêter d’allaiter tout en sachant que le LA n’était pas le meilleur pour ma fille, je ne vois pas pourquoi j’aurais à me justifier. Ok, j’ai arrêté à 8 mois, d’autres arrêtent à 3 jours, d’autres ne commencent jamais, c’est le problème de chacune.

      Et je suis assez d’accord sur le régime nutritionnel par ailleurs. J’essaye de faire attention à ce que mange mes filles, même si ce n’est pas une obsession chez moi.

  • Anne : dire « en connaissance de cause » c’est pas te traiter de mauvaise mère ou ce genre de truc… c’est qu’on fasse le choix en connaissant les tenants et aboutissants de ce choix : si j’allaite je sais que j’aurai à être ultra dispo pour mon bébé pendant un temps donné, si je tu donnes le bib tu fais ce choix en sachant que malgré tout ça n’est pas l’alimentation la plus adaptée à lui, c’est tout. C’est pas culpabilisant, c’est un état de fait ! comme quand je reste sur le net et que mon bébé chigne, ben je sais que là je privilégie mon bien être (passer du temps sur le net) en ne répondant pas à sa demande du moment (être pris dans les bras) . Et non justement c’est là où je ne suis pas d’accord, ça n’est pas que le bien être de la mère qui devrait être pris en compte mais aussi celui de l’enfant…

  • Il est génial ton article, vraiment bien écrit, et je partage entièrement ton avis.L’attitude extrême n’est jamais bonne, l’agressivité ne fait souvent qu’empirer les problèmes, et le choix dont tu parles si bien est vraiment crucial, car en fait nous faisons des choix sans nous rendre comte très très souvent et c’est pourquoi l’information est très importante, pour que ce choix soit fait en toute connaissance.
    J’aimerais avoir des infos sur l’allaitement, comme tu as dit que tu avais dû chercher par toi même, pourrais-tu me donner quelques pistes, livres ou conseils, cela m’intéresserait beaucoup !
    Bises

  • je te rejoins sur le point central : la question du choix!
    mais je ne vois pas en quoi au 21 E siecle on peut totalement se trouver désinformer sur le sujet de l’allaitement , ah ca il y en a des sites sur l’allaitemetn d’ailleurs on se trouve meme avec un trop plein d’information sur ce sujet ;
    totalement non on peut sinformer MAIS il y a cependant des choses qui ne sont pas clair dans l’information qui circule alors allaité en toute connaissance de choses, je pensais etre très très bien renseigné en allaitant mon fils . mais entre la théorie et al réalité il y a un énorme ravin ;
    par contre de l’information sur le biberon comparativement tu n’en trouvera pas bcp (alors oui il ya peut etre moins à dire mais qu’on est une nouvelle maman et que l’on decide de biberonner on a aussi des questions ). je n’ai pas bcp de pro allaitement autour de moi, il y en a bien qui traine sur facebook et qui font de leur allaitement une bataille mais une bataille contre quoi ? (peut etre es ce de celles ci dont tu parles dans ton post?)

    • Je pense que c’est de « celles-ci » que je parle, oui. Enfin, je n’en sais rien, mais il y a des virulentes sur FB et sur les blogs!

      Pour l’info, comme tu le dis, il y a beaucoup d’information mais peu de conseils et de soutien. Et l’information n’est pas complète.
      Quant au biberon, l’information serait d’expliquer les risques (car il y en a!), les avantages et les onconvénients. Concrétement, filer un biberon y’a plus compliqué… J’ai jamais eu besoin d’un cours, perso! 😉

  • oui il y aurait encore pleins de choses à dire sur ton billet très bien construite au demeurant!
    je ne comprends pas pourquoi entendre dire « allaiter c est chiant  » te fait bondir car oui allaiter peut etre chiant, contraignant, éreintant, épuisant, difficile, aliénant parfois!
    certaines maternité accueille très bien le « j’ai pas envie d’allaiter » encore faut il pouvoir le dire car intérieurement en ce moment on nous martèle le cerveau avec les bienfaits de l ‘allaitemetn comment ne pas culpabiliser!

    • Je sais pas. Quand j’entends « un môme c’est chiant » ça me fait bondir aussi. Alors que c’est vrai, c’est chiant, un môme! 😉
      C’est vrai qu’allaiter ça n’est pas qu’une partie de plaisir, mais comme un peu tout dans la maternité. Je n’irais pas accoucher tous les jours, pourtant voilà, on y passe. Me lever à 4 h du mat’ pour ma fille malade, ça ne me fait pas fantasmer non plus, mais je le fais et c’est pas pour ça que je vais la vendre (mais j’ai parfois envie de la vendre quand elle discute pendant 2 heures sans m’en laisser en placer une)

      Fin bref, oui, c’est parfois chiant et mon exemple était mal choisi…

  • très bel article!! bravo

    Rose maman allaitante d’une nenette de 10 mois et maman a plein temps de 6 enfants!!
    ( mdr je cumule les choix moi hihihihiihi!! j’allaite un grand bébé, j’ai beaucoup de marmots et j’ai aussi choisi d’être maman au foyer)

    biz bizz

  • Sujet délicat. Mais moi je pense, LMO, que les « extrêmistes », je préfère dire les « convaincues » font souvent avancer les causes/choses, non ?

    Si on se contentait des sages-femmes, des magazines parentaux, des pédiatres ou du personnel médical en général pour promouvoir l’allaitement on serait mal. Etre jugé, c’est désagréable. Mais les débats, coups de gueule, chiffres et statistiques de l’OMS, si culpabilisantes soient-ils, font au moins parler de l’allaitement. Permettent de témoigner, de ressortir des chiffres.

    Je suis d’accord qu’on a le choix, que parfois on a un rapport au corps compliqué, qu’on a peur d’avoir mal etc. Mais je pense tout de même, pour la santé des bébés et des femmes, pour ne pas contribuer à enrichir l’industrie agro-alimentaire, qu’il faudrait ériger l’allaitement comme une « norme », dans le sens « naturel » et proposer le lait artificiel en deuxième choix et non l’inverse.

    Mais bon, c’est mon avis !

    • Les extrêmistes/intégristes, à mon sens, ne font jamais avancer quoi que ce soit.
      Les convaincues, oui, mais on peut être convaincue, profondément et pour autant respecter les opinions qui différent.

      Je n’ai jamais dit qu’il fallait attendre les conseils des « pro » médicaux. J’ai un peu clairement donné mon avis dans la première partie de mon billet, je suis pour une information claire et VRAIE.
      C’est un fait, le lait de la mère est le meilleur pour son bébé. On va pas filer le lait d’une baleine à un mouton. J’en suis intimement convaincue et je n’aime pas les discours mièvres et tièdasses des professionnels de santé et encore pire, des magazines etc…
      On peut amener une information correcte et réaliste sans culpabiliser personne. (Après, on peut aussi culpabiliser parce que nous, les mères, on culpabilise un peu pour tout et rien…)

      Ce qui me gène dans le discours des extrêmistes (de celles que j’appelle les « extremistes » c’est que leur discours n’est pas informatif mais moqueur et culpabilisant.
      Ok, les allaitantes en ont pris plein la figure. Est ce une raison pour rendre la pareille? Je ne trouve pas que ce soit constructif ni intelligent. Ca dessert le propos et la cause.

      Par contre, je suis entièrement d’accord au sujet de l’allaitement comme « la norme ». Le biberon devrait être une alternative pour les mamans qui ne peuvent ou ne veulent pas.
      Pas l’inverse. Mais je crois qu’il n’y a bien qu’en France que c’est comme ça, non? Quand on voit les taux d’allaitement en Norvège, on se dit que les 4% qui n’allaitent pas sont bien ces femmes là, qui font le choix de ne pas allaiter ou qui ne peuvent pas. Et je n’y ai jamais mis les pieds mais je ne suis pas certaines que ces femmes là soient jugées comme elles le seraient en France.

      Merci pour ton avis! :)

      • en fait je suis d’accord avec toi, en gros. On a peut-être pas la même notion d’extrémistes en fait, c’est pour ça !

        Les extrémistes ne font pas avancer quoi que ce soit, je suis d’accord, peut-être que celles que tu nommes extrémiste moi je les appelle convaincues…

        Mais moi je ne connais pas d’extrémistes moqueuses et culpabilisantes !

        • Peut être pas moqueuse, j’ai mal choisi mon mot (c’est ma spécialité visiblement) mais il y a beaucoup de jugements. Et les jugements, c’est culpabilisant.

          Lire que l’allaitement devrait être obligatoire. Ou entendre que « Oh elle, vu le genre de femme que c’est, elle n’allaitera pas! » Comme si seules les femmes parfaites allaitaient, c’est moyen moyen quoi… Ou pire, que celles qui n’allaitent pas ne sont globalement pas des vraies mères…

          Bon ben moi, dernièrement j’ai lu et entendu tout ça et ça m’a mis en colère (d’où mon billet).

  • J’aime pas tellement commenter ce genre de billet, c’est bien parce que c’est toi :)
    C’est un sujet que j’ai horreur d’aborder, et pas seulement parce que de mon côté j’ai choisi le biberon.
    Ça m’agace d’entendre les discours culpabilisants dont tu parles, ou entendre dire qu’on devrait toutes allaiter parce que c’est « naturel ».
    Oui c’est naturel, mais pas pour toutes. On est malheureusement pas toutes égales, notre vécu est différent pour chacune. Moi j’ai une relation compliquée avec ma poitrine, elle me fait peur (j’ai été opérée deux fois d’un sein) et je n’arrivais pas à imaginer un bébé téter mon sein. Quand mon bébé est né, j’avais besoin de l’apprivoiser et je ne crois pas que ce contact nous aurait aider davantage.
    Ça m’énerve encore plus d’entendre ou de lire que donner le sein permet de rapprocher la mère de son enfant, de construire une relation privilégiée… J’ai donné le biberon et mon fils est ultra câlin, nous avons toujours été très fusionnels.

    Je n’aime pas me sentir jugée par certaines alors que j’estime avoir choisi ce qui était le mieux pour mon fils. Chaque maman fait de son mieux, chaque maman fait ce qu’elle peut. Je respecte toujours le choix des unes et des autres même s’il n’est pas en accord avec mes convictions, parce que je sais maintenant qu’être mère c’est tout sauf facile !

    Très bon article by the way ! (bises de l’ile de ré)

    • Je n’aime pas trop débattre non plus et « me mettre sur la gueule » à ce sujet, dans « naturel », je ne voulais pas dire facile, ça ne l’a pas été pour moi, je voulais dire, dans la nature, quoi. Et ça on ne peut pas dire le contraire !

    • En France, allaiter n’est plus naturel, c’est clair… Plus naturel dans le sens « inné/facile ». On ne sait plus faire, il y a eu un tel culte du biberon pendant des années que les femmes n’ont plus confiance en leur corps et n’ont pas d’exemples rassurants.
      Ca changera sans doute, peu à peu.

      Pour la relation privilégiée, je suis mitigée. Je suis convaincue qu’on peut avoir une relation totalement épanouie avec son bébé en lui donnant le biberon (Mouflette est passée au bib très rapidement et ma relation avec elle n’a pas été pire que celle que j’ai avec MissCouette aujourd’hui.) mais pour avoir allaité, il se passe quelque chose qu’on ne peut pas connaitre sans l’avoir vécu.
      Après c’est mon ressenti à moi et chacune a le sien. Allaiter, pour moi, a créer une fusion charnelle limite addictive. Pour d’autres, allaiter c’est chiant et elles ne ressentent pas la « relation privilégiée ».
      Je crois que ce point là, c’est comme la grossesse. Certaines adorent, d’autres détestent, d’autres aiment bien certains moments et détestent d’autres. C’est très personnel et intime!

      Bref, c’est un sujet sensible parce qu’il y a beaucoup de jugements. et c’est bien dommage.

      Pour moi, dans l’idéal, l’allaitement devrait être la norme, mais pas une obligation. Les femmes qui ne désirent pas allaiter pourrait faire leur choix tranquillement sans se voir jeter des cailloux.

      C’est sans doute utopiste mais je me dis que si l’allaitement était la norme (c’est ce qu’il est dans de nombreux pays et c’est une capacité intrinsèque de la femme), voir une femme choisir le biberon ne remettrait aucunement en cause l’allaitement tout entier. Or, en France, le souci, c’est que la norme, ça a été le biberon pendant les 50 dernières années. Donc aujourd’hui, toutes celles qui allaitent ou veulent allaiter pensent devoir en faire des tonnes pour légitimer leur choix… Et ça passe par la culpabilisation et l’attaque.
      Ce qui n’a rien de très constructif.

      Et au final, ça dessert les femmes, toutes… Et comme tu dis, ce n’est déjà pas très facile d’être mère, ça ne sert à rien d’en rajouter!

      (J’espère avoir été à peu près claire et pas blessante. Je comprends très bien pourquoi tu n’as pas allaité -et quand bien même, tu n’as pas besoin de te justifier- et tu devrais pouvoir faire ce choix sans être regardée de travers.)

      • Après j’arrête, j’aurai pas dû répondre à ton billet moi :) surtout que je voudrai aller me coucher !

        Quand tu dis « se faire jeter des cailloux », je pense qu’il faut regarder au-delà des querelles de blogosphère, qui sont des minuscules cailloux dans la mare. Dans la vraie vie tu trouves que c’est le cas ?

        Sur les blogs de maman c’est un sujet important qui prête à s’engueuler, mais IRL, les gens y prêtent moins d’importance que ça, non ?

        • Si, et heureusement!
          Dans la vraie vie, c’est plutôt l’allaitement qui est remis en cause. C’est vrai qu’il n’y a bien que sur FB et les blogs qu’on lit des discours extrêmistes, je te l’accorde!

          Nan, dans la vraie vie, j’ai eu des « oh, vous allaitez! C’est drôlement bien » ce qui sous entend quand même que si je ne le faisais pas, c’est vachement moins bien. Enfin, passé le premier mois c’est plutôt « Hann, vous l’allaitez encore??? »

          Donc bon…

          (Moi j’avais mon Everest de repassage à faire, j’aurais pas du lire mes mails! :-p )

  • ça fait plaisir de lire un billet pareil ! En fait c’est toi qui a du « courage » de dire ce que tu penses. Et je te rejoins sur toute la ligne. C’est à chacune de faire son choix. Même si je pense que l’allaitement est meilleur, je conçois qu’on choisisse autre chose. De la même façon que je pense que c’est mieux d’élever de enfants à la campagne que sur le bitume, qu’il vaut mieux ne pas boire ou fumer pendant sa grossesse ou la vie en général, qu’il vaut mieux ne pas crier sur ses enfants ou leur mettre une fessée, qu’il vaut mieux consarer un max de temps à ses bambins au lieu de passer un max de temps à son boss, qu’il vaut mieux manger bio… et j’en passe ! Mais on fait les choix qu’on veut (ou qu’on peut) et on les assurme et c’est de cette façon là qu’on trouve un équilibre. ça m’agace aussi les gens qui pensent avoir trouvé la vérité et avoir raison à 100 % Ils ont de la chance de ne jamais douter ! Merci pour ton post !

  • Bonjour

    Juste un mini correctif concernant la péridurale qui, je l’espère, sera de nature à t’apaiser sur ce point : l’enfant ne nait pas avec de « l’anesthésiant dans l’organisme ». La péridurale consiste en l’injection locale d’un produit anesthésiant dans l’espace péridural, c’est un tout petit espace situé entre deux des trois méninges (pie mère, dure mère et arachnoïde) et dans le lequel prennent naissance ou s’achèvent les terminaisons nerveuses de la mère. Cet espace n’étant pas vascularisé, le produit n’entre pas dans la circulation sanguine maternelle et ne peut donc pas atteindre la circulation sanguine de l’enfant. L’anesthésique reste donc au niveau local strict maternel.

    Seule exception à ce fait : les (rares) cas où pour des questions de douleurs très intenses, la péridurale classique ne suffisant pas ou plus, l’anesthésiste doit modifier le protocole en ajoutant au mélange anesthésique un peu de morphine. Cette molécule passant les barrières physiologiques, elle est susceptible de se diffuser dans l’organisme et donc d’atteindre le bébé, via la circulation sanguine maternelle, mais c’est vraiment très rare :)

    Voili voilou ! On comprend mieux que l’argument qu’avance certaines personnes « t’es folle de prendre la péridurale tu veux que ton enfant arrive au monde shooté ??! » est – à minima- un mensonge par omission, quand ce ‘est pas tout simplement faux.

    Amicalement,

    • Il y a quand meme des etudes qui ont montré que les baby péri sont en moyenne plus agités, moins bien que les non péri les 24h premières heures de vie.. et en général il pleurent plus au moment ou ils sortent 😉

      Le souci avec la péri est que comme ça implique bien souvent ocytocine, le bb est projeté trop vite, on a alors une augementation de risque de recours au forceps, aux episios (comme la maman sent plus grand chose quand la péri fonctionne comme il faut) et le baby en prend svt plus plein la gueule.. sans compter que octyo chimique = blocage d’ocyto naturelle et donc blocage d’endomorphines : le baby lui n’a pas la péri qui le calme, mais à des supers contractions à gérer sans anti douleur…

      Enfin bon, j’ai fait sans la 1ere fois, j’essaierai de faire sans si 2eme il y a mais il ne faut jamais dire « fontaine je ne …. » il faut juste ne pas culpabiliser les mamans qui ont choisi de faire avec péri ^^

  • Rapido, je te dis que je te suis sur le sujet, je suis pro-choix moi-aussi, à partir du moment où il est éclairé. J’en ai marre aussi de celles qui se cachent derrière des fausses excuses plutôt que d’assumer leur choix.
    Et juste un truc qui m’a fait sourire y’a 1 an de ça, de la part de ma tante qui « cranait » rapport à ce qu’elle avait pas voulu de péridurale pour ses 2 accouchements « je les ai fait naturellement, je les ai eu naturellement »… sauf qu’elle oublie de dire qu’elle a aussi fumé et un peu bu pendant ses grossesses et que l’allaitement je suis même pas sûre qu’elle savait que ça existait 😉 (et là je pensais : connasse !)

  • Ma pierre à l’édifice concernant le choix de la péridurale, les effets préjudiciables pour le bébé ne sont pas qu’une rumeur urbaine:

    http://portail.naissance.asso.fr/docs/peridurale-choisir.pdf

    En connaissance de cause je n’ai pas réussi à m’en passer pour le premier mais j’ai été ravie de mon accouchement « sans » pour la deuxième.

    Pour l’allaitement, je suis assez d’accord avec ton billet. Ma nuance c’est que certaine d’entre-nous, lorsqu’elles ont accès à toutes les infos pour un bel allaitement, se prennent une telle claque, qu’il en devient un peu difficile de laisser toutes les autres mamans dans leur ignorance. On voudrait alors sauver toute celles qui ne savent pas comme on a été soit même « sauvé », en oubliant que toutes les mamans n’ont pas forcément envient de revoir toutes leur certitudes à l’arrivé de bébé.
    J’ai fini par comprendre et je me contente de ronger mon frein et de ne pas trop penser à ce que ratent (selon moi parent et enfant) et je me contente de témoigner de mon expérience en matière d’allaitement et d’éducation différente quand je croise d’autres mamans pour leur montrer qu’on peut faire autrement et que j’en suis une preuve vivante à leur portée et qu’il n’y a pas que les « extra-terrestre » extrémiste que les journalistes se plaisent à montrer à la télé.

    • Je suis ok pour la claque.
      C’est pour ça que je suis pour une information juste et claire.
      Celles qui chissent le bib, qui ont leur raison, ne seront ainsi plus vues comme « celles qui ne savent pas et doivent être sauvées ».

  • Moi je dis merci LMO et aussi merci Anne, dont le commentaire m’a parlé…
    Merci LMO de montrer qu’on peut allaiter son bébé au sein et bien le vivre, sans pour autant juger celles qui ne font pas ce choix… et de défendre cette possibilité de choix justement.

    Et merci Anne de dénoncer la pseudo tolérance de certaines, qui peuvent faire preuve d’une condescendance assez crasse avec les biberonantes! La notion de « choix fait en toute connaissance de cause », lestée de tous les sous entendus culpabilisateurs que certaines y mettent, peut être franchement gerbante!

    Quand je lis qu’un bébé nourri au bib, ça fait de la peine, ça me donne juste envie de hurler!
    Je trouve ça fou qu’avec toutes les difficultés qu’on rencontre en devenant maman, tous les doutes, les angoisses que ça peut impliquer, certaines en soient encore à se tirer dans les pattes à ce point au sujet d’un choix si personnel… Comment peut on se permettre de juger comme ça? Comme si on parlait de maltraitance?

    Par ailleurs, oui, il faut être informée sur les deux options, mais quand s’arrête l’info et quand débute la propagande?
    Je suis enceinte de 6 mois, et je sens bien que l’allaitement maternel ne m’attire pas spécialement. Pour certaines, c’est une évidence, c’est viscéral, pour d’autres pas. Si j’écoute ma sf, je ne peux pas faire mon choix sans avoir assisté à une réunion sur l’allaitement et avoir au moins tenté la tétée de bienvenue… je pense que je vais le faire, je ne voudrais pas passer à côté de quelque chose qui pourrait peut être me plaire, mais je déteste être mise dans cette position de « mauvaise élève »! Comme si je ne mettais pas déjà assez mes capacités de future maman en doute…

    Et puis il y a justement des arguments « pro » qui me font un peu flipper: cette fierté d’être l’unique source de vie de son bébé, d’être fusionnelle avec lui, j’avoue, ça me dépasse, et ça ne me donne pas envie du tout… alors pourtant que je culpabilise un peu de priver mon bébé des bienfaits du LM…

    Bref… je ne sais même plus où je voulais en venir, mais je suis quand même rassurée de lire qu’il y a plein de filles qui défendent la notion de choix, sans jugement de valeur.
    Mais j’avoue que la pseudo supériorité que ressentent certaines allaitantes me met tout simplement mal à l’aise… pour une hésitante comme moi, l’extrémisme perçu dans certains propos a surtout un effet dissuasif….

    • Je me demande si ce qui motive pour certaines ce refus de l’allaitement ce n’est pas justement une façon de tenter d’être un peu moins tout pour son bébé. Comme si on cherchait un échapatoire. C’est super flipant de devenir maman et responsable d’un petit être. Mais quoi qu’on fasse à moins de l’abandonner, ça va être pour notre pomme, et l’allaitement quand ça marche c’est quand même un bon moyen de se faciliter la vie, la relation au bébé et tout et tout.
      Moi qui ne me sentait pas très maternelle, j’ai voulu allaiter pour justement être sur de servir un peu à qqchose dans la vie de ce petit bébé. Et finalement j’ai trouvé la relation maternelle derrière la relation nutritionnelle. J’imagine bien que pour toute celles qui sont déjà maternelle et qui ne connaissent pas les plaisirs de l’allaitement , que celui-ci ne semble pas être plus utile que ça.

      • C’est vrai que l’idée d’être « tout pour son bébé » est ultra flippante (particulièrement pour une primi comme moi je pense =) ) et que le biberon peut donner l’impression de mieux « partager » la parentalité avec le papa… ce qui est absolument absurde, comme si la nutrition était la seule réponse aux besoins d’un tout petit.
        Ceci dit je trouve ça tout aussi absurde de se targuer d’avoir le premier rôle et d’être indispensable à la vie de son bébé sur l’unique motif qu’on le nourrit au sein…
        C’est vraiment un sujet complexe, tellement soumis à l’affect, que c’est difficile de rester pondérée…

        • OUi, mais le fait de penser que la nutrition est la seule réponse au besoins du petit, s’applique plutôt aux théories de la Leche League et de l’allaitement qu’au biberon. D’après la LL, le sein doit être donné à la demande, 24/24, et doit même remplacer la tétine !!! Le sein comme réponse aux larmes d’un BB, c’est même le cheval de bataille de ces théories, non?
          Par contre, le fait que papa participe en donnant le biberon fera tout de même en sorte qu’il passera plus de temps avec le BB. Car surtout au début, le BB passe plus de temps à dormir et à manger qu’à jouer. Donc si le père ne nourrit pas le nourrisson, quand donc papa passera-t’il du temps agréable avec le BB? En changeant les couches ? Bof, cela ne sera pas un super moment pour le père….cela sera vécu comme une corvée…
          Donc je dirais que si, le bib inclut nettement plus le père que l’allaitement.

          • Je ne partage pas cet avis.
            Le père peut donner le bain, porter son enfant, le calmer (parce qu’un bébé allaité n’a pas besoin d’être non stop au sein, faut pas déconner non plus), il a plein d’autres rôles que seulement celui de le nourrir…
            Et dans le pire des cas, si le père veut absolument filer des bibs, la mère peut tirer son lait…

    • Info/propagande, pas facile de faire la différence. L’info c’est quand c’est factuel. La propagande c’est dire que le LM rend les gamins plus intelligents et autres bêtises (pas prouvées et sommes toutes assez crétines, jde mon point de vue!)

  • Je suis d’accord, c’est le choix ECLAIRE qui est e plus important, c’est ça la clef. Mais il est vrai que c’est difficile. L’information en France en ce qui concerne la maternité, est souvent tronquée. Il faut quand même pas mal fouiner pour savoir en connaissance de cause dans quoi on met les pieds.

    La péridurale, pour m’être renseignée sur TOUTES ses conséquences lors d’un accouchement, je n’en veux pas. C’est mon choix, qui n’est en général pas compris, mais je sais mon choix éclairé. Toutefois avant de m’être informée, j’en savais autant que la majorité des gens…à savoir pas grand chose finalement….juste péri = a pu mal, sauf que a va beaucoup plus loin que ça. Du coup ce qui m’attriste c’est que j’ai tendance à me dire que les femmes qui la choisissent ne font pas vraiment un choix en connaissance de cause, elles n’ont qu’une partie des données.

    L’allaitement c’est un peu pareil. J’en ai toujours eu envie…mais avant de m’être informée je pensais que les soignants étaient des personnes ressources fiables en la matière. Or, je sais après recherches que pour la majorité, ben pas du tout, et bon nombre d’allaitements ont foiré à cause de leurs « conseils »… Du coup j’ai pu chercher comment m’entourer au mieux pour que ça ne se transfome pas en souffrance ou frustration.

    Mais encore une fois, l’info il a fallu aller la chercher, elle n’est pas venue toute seule. Les informations les plus faciles à trouver, ben souvent elles sont fausses (pas assez de lait, pas assez nourrissant etc)

    Mon rêve serait qu’en effet chacune puisse faire ses choix avec toutes les données, c’est si important et vital d’avoir ce choix.

    Mais j’ai tellement l’impression qu’on se fait flouer avec toute cette désinformation…faut vraiment y aller et se poser moults questions ! C’est parfois compliqué…

  • Aaahhhh !!! Merci pour ton billet !! Je plussoie !!!
    nan, sans rire, je suis ravie de lire ça parce que pour moi tu as tout dit !!! LE RESPECT !! Voilà qui devrait être surtout la grande information !!
    je suis comme toi, je suis pro-choix !! à fond !! Et pour te dire, je n’ai pas allaité, pour des raisons perso, parce que pour moi, ça ne coulait pas de source. Pour ma souris, j’ai essayé un jour de la mettre au sein (la bouffe-tout sans problème a tété ce que je lui mettais dans la bouche !!lol) bon, ça m’a conforté dans mon choix, j’ai détesté ! bref, peu importe mon choix que j’assume sans pb et que je peux clamer haut et fort !! Même si les questions quand t’es enceinte sont totalement déplacées : tu vas allaiter ?? ah bon ?? pouquoi ??…grrrr
    et je répondrais à maman sur terre qui dit que c’est aussi un choix du père, point sur lequel je ne suis pas d’accord même si ce n’est pas le sujet, car même si le père prend part aux décisions, à partir du moment où ça concerne notre propre coprs, personne d’autre ne peut avoir son mot à dire. comme si le père décidait que non, tu ne prendras pas la péridurale !! fin bref !

    bref, étant une « biberonnante » comme on dit, je défends ce choix, mais ce choix sans culpabilisation ! et pour autant, je suis la première à conseiller l’allaitement pour celles qui hésitent ! on peut allaiter au départ, et passer au bib après, l’inverse est plus compliqué ! et n’y connaisant pas grand chose en allaitement mais ayant un super réseau d’allaitantes, je conseille tjrs celles qui ont des soucis, celles qui veulent arrêter car plus de lait, mm si l’envie est toujours là ! j’en connais tellement qui ont été déçues d’arrêter par le manque d’information, que là aussi il faut donner de l’information pour avoir le choix !

    mais je pense que c’est tout d’abord au corps médical d’être informé et formé !!! parce que quand tu ne choisis pas d’allaiter, si certains retiennent leurs réflexions, leur « ah… » dépité, suffit à culpabiliser !! Quant à celles qui choississent d’allaiter, à la moindre difficulté, au lieu de les aider, on se contente de leur dire de passer au bib !! et parfois même, le biberon est donné à la naissance avant d’avoir demandé aux parents !! Ce corps médical qui nous juge sans vergogne si on choisit le bib, mais qui pourtant finissent par le conseiller au lieu d’aider pour l’allaitement…ça je ne comprendrais jamais !

    enfin bre,f il est tard, je m’égare, tout ça pour dire que ton pro-choix est top, et je rajouterais même pro-information !!!
    pour finir, je citerais une pub pour le lait gallia : « après LE VOTRE, probablement l’un des meilleurs laits ». Voilà, j’aime bien cette petite phrase là qui rappelle que le lait maternel (nan, pas seulement le lait maternel en général, mais le VOTRE, j’adore !) est bien sur le meilleur, mais qu’il peut y avoir du très bon dans l’alternative LA.

    pardon, mon com est un peu décousu, mais malgré l’heure tardive, je n’ai pu m’empêcher d’y répondre et de te remercier pour cette prise de position, non pas pour déculpabiliser la biberonnante que je suis (je n’en ai pas besoin, je me porte bien !!lol), mais pour appeler au respect du choix de chacun et cela, quel que soit le domaine !! merci !!

  • J’aime lire autant de commentaires censés et respectueux sans que le toute tourne à une énième guerre des tranchées allaitement/biberon :)
    (et tu as pris des risques avec la comparaison pro-vie en plus…)
    C’est rare et ça fait du bien.
    Merci pour ce billet!

  • Je suis étudiantes sage-femme, du coup, on me prends souvent pour une intégriste sans que j’ai eu le temps d’ouvrir la bouche, d’autant plus que j’allaite encore ma fille à 15 mois. Je ne suis pourtant que pour le choix éclairé!

    Je t’avoue que j’ai quand même souvent un petit pincement au coeur quand je rencontre des femmes qui auraient voulu allaiter mais qui croient que « ça n’a pas marché ».

    On ne dit pas assez que c’est un apprentissage, que souvent, les premières semaines sont difficiles, éreintantes, frustrantes. Ce qui manque beaucoup, c’est du vrai bon soutien, respectueux du choix des mamans et de leur limites.

    La très grande majorité des femmes peuvent allaiter. Mon bébé avait un RGO sévère avec oesophagites et ne voulait pas boire (pas plus au biberon d’ailleurs), avait un frein lingual et labial trop court qui a du être coupé 2 fois, j’ai des problèmes de prolactine, je n’ai pas eu de montée de lait post partum, j’ai été opérée quand mon bébé avait 2 mois, j’ai un REF et pourtant, nous sommes heureuse en allaitement. Tout ça simplement pour dire que c’est possible, mais que je comprends très bien qu’on puisse avoir envie de passer au biberon, ce qui est très correct!

    Seulement, je crois à l’importance de savoir ce qu’on fait. Non, le lait artificiel n’est pas l’égal du lait maternel! Ça n’est pas pour autant un poison. Faut assumer, et laisser vivre!

    On parle souvent du jugement que subissent celles qui n’allaitent pas, mais on est jugée quoi que l’on fasse. J’ai accouché naturellement, sans péri, le choix qui ME paraissait le meilleur, et si vous saviez ce que je peux entendre…

    • Moi aussi ça me fait mal au coeur les femmes qui pensent « n’avoir pas pu ». Parce que j’en ai fait partie et que c’est resté une blessure jusqu’à mon second allaitement (qui n’a pas été tout rose mais que j’ai mené comme j’ai voulu et qui m’a rendu heureuse).

      Assumer et laisser vivre, oh que oui! :)

  • Moi, j’ai choisi de ne pas allaiter. Mon bébé faisait ses nuits, prenait du poids rapidement, était souriant, magnifique. De mon côté, zéro douleurs, zéro ennui, vie sociale (avec BB s’il vous plaît ! :-) retrouvée immédiatement, vie sexuelle idem (après deux semaines et demie), zéro frustrations, je pouvais manger et boire ce que je voulais…
    Mon fils a aujourd’hui quinze ans, dois-je vraiment vous préciser qu’il est en parfaite santé ? Il est intelligent et équilibré. Nous sommes proches, complices. IL n’a pas manqué de bisous et de caresses…
    Alors j’aimerais bien que l’on me dise exactement en quoi l’allaitement aurait changé quoi que ce soit en bien? (en mal, la liste est longue…)
    Je suis furieuse que l’on manipule les femmes à ce point, qu’on les intimide, qu’on les culpabilise, je suis furieuse que certaines aient la faiblesse de caractère de croire qu’elles sont de meilleures mères parce qu’elles s’imposent l’allaitement. Je suis certaine que si le matraquage n’était pas ce qu’il était actuellement, beaucoup ne choisiraient PAS l’allaitement. Et ça, je trouve que c’est grave.
    Le lobby Leche League a volontairement et mensongèrement embelli le tableau, manipulé les faits. Il faut comprendre que la Leche League est un nid à conservateurs pro-vie, rétrogrades, religieux, qui ne sont pas précisément les amis des femmes. En Europe, on parle peu de cet aspect, qui est pourtant une clé pour comprendre ce qui se passe actuellement outre-Atlantique (et par extension ici en Europe). Les européennes pensent que ces organisations militantes ne leur veulent que du bien, mais elles se trompent.
    Pour moi c’est terminé, je n’aurai plus d’autre enfant. Dans le cas inverse je sais que je referais la même chose, pas une seconde je n’allaiterais. Mais je suis triste pour les femmes, triste qu’on utilise une fois encore leur ventres et leurs seins pour tenter de les dominer. La maternité est une belle chose mais sans libre-artibre et sans choix, elle peut aussi constituer un levier puissant pour nous asservir.

      • Tu disais LMO? :) Ne pas aimer le terme « pro-qqchose » car il incluait être « contre-qqchose »? Eh bien quel bel exemple d’une vraie « pro-qqchose » nous venons d’avoir, dans les presque 200 commentaires ici (allaitantes et non-allaitantes confondues) c’est la seule qui se montre autant tranchée et intégriste dans ses propos!
        Je viens de relire tous les commentaires, le ton est resté respectueux chez toutes, on voit des nuances dans les prises de positionais LMO? :) Ne pas aimer le terme « pro-qqchose » car il incluait être « contre-qqchose »? Eh bien quel bel exemple d’une vraie « pro-qqchose » nous venons d’avoir, dans les presque 200 commentaires ici (allaitantes et non-allaitantes confondues) c’est la seule qui se montre autant tranchée et intégriste dans ses propos!
        Je viens de relire tous les commentaires, le ton est resté respectueux chez toutes, on voit des nuances dans les prises de positions, des échanges plus ou moins constructifs, bref quel dommage de terminer avec ce ramassi haineux fait par qqun qui s’est mis en position défensive/bornée/fermée depuis apparemment pas mal d’années…
        Mais bref, qu’elle y reste hein :)

  • Bon article. Moi, ce qui me dérange profondément, c’est que les pro-allaitantes militantes dont tu parles très bien sont…manipulées. Le problème, c’est que leurs certitudes sont issues en droite ligne du baratin de la Leche League. Je parle surtout de la LL américaine, celle qui manipule ses études, qui ne se gène pas pour faire des biais, des raccourcis et tire des conclusions erronées à tire-larigot. Des méta-études ont été faites à partir de nombreuses études cliniques réalisées depuis les années 80 ! Ce qu’on peut en déduire ? Que le lait maternel procure un bénéfice modeste en ce qui concerne la digestion des nourrissons, les anti-corps dont la LL (et les nombreux sites dédiés au sujet) nous rebat les oreilles agissent uniquement au niveau intestinal. Les autres bénéfices (potion magique contre les maladies, rhumes, infections, allergies etc) n’ont pas pu être clairement démontrés.

    Par ailleurs, sur certains sites de la LL on peut lire que le lait en poudre provoque de nombreuses morts de nourrissons ! Hors bien sur, cela ne concerne que les pays en voie de développement qui ne bénéficient pas d’au potable…mais bien des américaines mal informées tombent dans le panneau.

    Ensuite, la Leche League américaine est très proche de la droite conservatrice, de divers mouvements religieux, je ne pense pas qu’on puisse en faire abstraction, le positionnement de la LL n’est pas anodin et on peut y voir une forme de lobbying idéologique (promotion de la femme au foyer, pas d’avortement, pas de pilule, acceptation de multiples grossesses, père qui assume financièrement etc). En Europe les gens ne sont pas forcément conscients de cela…et même si les animatrices LL en Europe n’ont pas de vocation politique affichée, elles participent indirectement, sans le vouloir, à la promotion de cette idéologie…C’est bien CELA qui induit cette « guéguerre » ridicule entre mamans, ces positionnements arrogants de la part des pro-allaitantes. On leur a raconté que le lait en poudre était un poison, elles ne vont pas voir plus loin…
    A propos de l’huile de palme, ou de la taurine: en ce qui concerne l’huile, personne n’a jamais affirmé qu’il ne fallait consommer AUCUNE huile de palme, il faut simplement veiller à en limiter la consommation. La taurine quant à elle constitue l’un des composants naturels du lait maternel..ça me fait donc un peu ricaner quand je lis la tirade offensée d’une maman qui pense que la taurine est un dangereux produit artificiel, que l’on trouve notamment dans le Red-Bull…ça prouve bien à quel point certaines sont manipulées de façon caricaturale…

    A titre personnel, je trouve aussi incroyable que l’on puisse avaler sans broncher que le fait d’allaiter ou non peut impacter la relation affective entre mère et nourrisson. Les câlins, le peau à peau, les yeux dans les yeux, les mots tendres, sont également possibles avec le bib’…. L’attachement est un mécanisme complexe, qui dépend de divers éléments: toucher, regard, alimentation, échange verbal, bienveillance, réponse rapide, etc…rien à voir avec le fait que BB tête le sein ou la tétine d’un biberon !! là encore, certaines se content de rapporter ce qu’elles ont lu sur les sites LLL. C’est dommage !

    • Oups ! petites erreurs:

      J’ai voulu écrire « Or bien sûr » et non pas « Hors bien sur »…

      Et aussi « eau potable » et non pas « au potable »

      mille excuses !

    • Je comprends vos propos et en partage un certain nombre. Mais il ne faut pas oublier que le lobby du lait industriel, sans doute bien plus puissant que celui du lait maternel (car ce dernier ne permet pas de faire du profit, ou si peu), véhicule aussi un grand nombre de fausses informations…
      Je suis pour ma part « pro-allaitement », je pense que c’est la meilleure façon d’alimenter son bébé. Mais je ne suis pas une intégriste, ceux qui préfèrent donner le biberon ne me dérangent absolument pas, et je ne pense nullement qu’ils ratent leur relation avec leur bébé ou qu’ils les font partir avec un bagage moindre dans la vie…

      Je partage tout à fait ce que vous dites à propos du lien « mère-enfant », je suis persuadée que l’allaitement n’a rien à voir là dedans, sauf pour celles qui veulent y voir qq chose… :-)

  • Coucou,

    Merci beaucoup pour ce billet rafraîchissant sur l’allaitement (et la péridurale, et l’IVG) ! Je fais partie d’une association de soutien à l’allaitement maternel, et en effet on croise parfois des bénévoles dont le discours culpabilisant plombe aussi sûrement l’allaitement d’une mère qui vient demander de l’aide que les paroles de ceux qui ne savent pas comment ça marche. « Comment ? Vous voulez utiliser un tire-lait ? C’est le sein, uniquement ! ». « Si vous voulez faire de l’allaitement mixte, autant ne pas allaiter du tout ! ». « Si vous donnez le moindre biberon, votre enfant ne saura jamais téter ! ». Snif.

    En même temps, quand tu dis qu’en France, on a le choix, je ne suis vraiment pas d’accord. Que ce soit sur l’allaitement ou la péridurale, à moins de s’être bien documentée avant et d’être carrément bornée quand on s’adresse aux soignants débordés de la maternité, on a peu de chance d’être écoutée. Des mesures trop fréquentes et trop normées pour être représentatives. Un interventionnisme maladif. Des patientes traitées à la chaîne.

    Je trouve que les personnes qui arrivent à prendre le temps de respecter les choix des jeunes mères se font rares, non ?

    • Si, tu as raison et j’en ai fait l’amère expérience récemment… Le choix est difficile à faire respecter…
      Néanmoins on a la possibilité de s’informer, mais il est vrai que ça demande du temps et la recherche de l’information au bon endroit… Et avec tous les conseils et avis contradictoires ça rend les choses difficiles…

  • Je ne voulais absolument pas allaiter, ça me dégoutait. Et j’ai été pas mal culpabilisée. Mais j’ai tenu bon et le temps du repas a été un véritable plaisir pour nous trois.
    Merci pour ton article absolument pas culpabilisant. Et très bien écrit, il faut le dire !

  • Merci pour votre billet ! J’ai tenté, j’ai échoué au bout du 2e jour. A l’hôpital l’acharnement des puéricultrices et sage-femmes fut une très mauvaise expérience ou 3 femmes vous tiennent le bout du sein pour le mettre dans le gosier de votre 1er enfant. Déjà qu’on ne sait pas comment porter cette petite chose, comment lui changer une couche etc… faire subir « ça » fut carrément bloquant (en plus de ressentir des lames de cuter me mordre). Le bib nous a sauver, et le papa a pu donner de sa personne pour sa plus grande joie :)
    Par contre, on se sent tellement pointé du doigts, on sent le malaise quand on dit à la « société » qu’on allaite pas… Le discours « pro » me rebute, ça donne vraiment pas envie de rentrer dans ce moule. Merci !

    • Le regard est sur des deux côtés, c’est fatigant… Tu n’allaites pas, tu es une mauvaise mère, tu allaites trop, tu es une perverse…
      Si seulement on laissait aux femmes l liberté de faire ce qu’elles veulent…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


sept − six =