Burn out maternel

Le titre est un peu excessif pour exprimer ce que je vis mais je ne voyais pas d’autres mots à mettre sur mes sentiments.

Jusqu’à la semaine dernière, avant que je prenne une décision un peu radicale pour ma vie professionnelle, tout me paraissait simple et facile. MissCouette est un bébé assez facile, calme et gentil comme un coeur.

Et puis MissCouette s’est transformé en Misszilla, une espèce de petite terreur surdynamique, bruyante et mettant trois plombes à s’endormir tout pile quand son père est en voyage d’affaires.

Et moi j’ai des projets qui m’angoissent. Je suis de nature très nerveuse et angoissée, et la moindre décision un peu délicate me met dans tous mes états. J’ai besoin de projets pour avancer et me sentir vivante, mais la contrepartie, c’est que je stresse à mort. Un stress physique par moment difficile à supporter, surtout avec la fatigue chronique de la jeune maman que je suis.

Alors qu’il y a une dizaine de jours encore, jamais je n’aurais pensé possible d’envisager me séparer de mon bébé sereinement. Depuis quelques jours, je suis tellement à bout nerveusement que je n’attends plus que ça, la laisser plusieurs jours et ne plus avoir à m’occuper d’elle.

Je sais que ce sont des propos qui peuvent choquer. Et ça me dérange d’ailleurs. Qu’une mère ne puisse pas affirmer en avoir ras le bol de ses enfants et aspirer, le temps de quelques jours, à redevenir une femme. Une femme qui passe du temps avec son mari, à deux. Une femme qui peut faire des phrases entières avec des mots compliqués en étant sûre qu’on la comprendra. Une femme qui ne devra pas partir à la recherche de tous les objets de tous les tiroirs de la maison parce que son bébé voue une passion aux tiroirs.

Plus d’un an que je m’occupe de MissCouette tous les jours, sans exception et toute seule, du matin au soir, souvent plusieurs jours d’affilé vu que mon charmant mari a un boulot qui l’envoie de ci de là loin de son foyer.
Plus d’un an que la femme a laissé place à la mère, dévouée, patiente, tendre et qui s’oublie un peu sur les bords. Et si cette vie m’a parfaitement convenu durant la première année, cela commence à me peser.

J’ai besoin de vacances, de moments loin de mes enfants, de moments rien qu’à moi, ou en couple. Besoin de me retrouver.

Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est inadmissible d’entendre une mère exprimer son besoin de détachement, son envie de passer un peu de temps loin de ses enfants. Comme si la mère devait rester mère et ne plus jamais redevenir une femme.
Les pères n’ont pas ce genre de soucis. Mister Mii passe plusieurs jours par semaine loin de nous, et je n’ai encore jamais entendu personne lui demander si ses filles ne lui manquaient pas, s’il ne pensait pas à chercher un travail moins prenant.
Alors qu’à moi, on me demande comment je vais le vivre de laisser mes filles pour une semaine de vacances, comme si ça devait être la pire des expériences au monde.

Bien entendu, se séparer de ses enfants est difficile. Je sais que mes filles vont me manquer, mais je sais aussi qu’elles seront bien où elles sont, qu’elles sont prêtes à passer du temps loin de moi (je parle surtout pour MissCouette, Mouflette est tellement prête que je ne lui manque même plus!) et qu’elles seront heureuses et s’amuseront très bien.

Là je sature. J’en ai marre de passer mes journées à courir après un bébé qui vide tous les tiroirs de la maison (ça me traumatise) et qui n’a que 3 mots de vocabulaire. Marre de ne pas avoir de vie à moi, de m’effacer.
Je ne me plains pas, j’ai eu la chance de passer cette année auprès de mon bébé, de ne pas avoir à me séparer brutalement d’elle et de lui offrir un climat chaleureux et agréable.
Mais là, j’ai envie et besoin d’autre chose. Et ça m’agace de me sentir mauvaise mère parce que je ne culpabilise même pas.

Je ne dis pas que je ne veux plus m’occuper d’elle. Je dis juste que là, j’ai besoin de vacances. De décompresser afin de revenir en pleine forme, prête à affronter une année particulièrement difficile et stressante.

Je sais qu’elle va me manquer (Mouflette, j’ai pris l’habitude de rester une semaine sans la voir, elle me manque mais ce n’est pas très difficile à vivre), que ça va être une torture et que je me maudirais d’avoir souhaité passer du temps loin d’elle. Mais je sais aussi que ça va me faire un bien fou.

Et puis à un moment donné, il faut bien apprendre à se séparer un peu, non?

(A la base, je voulais dire complètement autre chose et c’était bien construit et tout. Et puis tu me connais, quand je me mets à taper sur mon petit clavier, paf, ça devient fouillis et ça part en live. Ca a au moins le mérite d’être spontané même si ça ne veut rien dire! :-p )

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

163 Commentaires sur
“Burn out maternel”
  • Tu as parfaitement le droit d’en avoir marre !!
    Tu es un être humain et je ne pense pas qu’il y ait une femme non pas UNE SEULE qui n’ait jamais ressenti ce que tu ressens là !

    Une maman avec le morale en berne, une maman que maman, n’est pas épanouie car une maman c’est d’abord une femme, une femme qui doit avoir du temps pour elle, qui doit avoir des moments avec son chéri, avec ses amis et avec ses enfants….

    Ne te sens pas coupable car ce que tu ressens en normal.

    Je te souhaite de trouver du temps pour toi, pas forcément une semaine car elles te manqueraient trop (je l’ai vu avec mes copines) mais 2-3j te feront du bien, avec un petit spa et un bon bouquin….

    Bon courage ♥

  • Je dis toujours « Quand on est maman, on n’a pas de vacances! ».
    Alors si tu peux en prendre. prends les! Je ne vois pas pourquoi on voudrait te faire culpabiliser! Tu es aussi une femme, une épouse, tu dois vivre pour toi, et celles qui te font la réflexion t’envient de pouvoir « lâcher » tes enfants sans culpabiliser!

  • C’est bien normal ce que tu recent!
    Perso ce que je n’ai pas aimé c’est la coupure brutale entre etre avec ma fille a 100/100 et retourner au boulot 40h/semaine! ça c’est tres dure.
    Apres je pense que c’est essentiel pour une femme d’avoir sa vie. Des amie a moi étaient tres contente de retourner travailler, ne trouvant pu leur bonheur dans les couches, les bibis, les jeux etc…
    Chacune est differente, je ne sais pas si ça m’aurais plu a long terme d’etre a la maison, puisque je n’ai pas eu le choix, mais tt ça pour dire que je te comprends tt a fait.
    bisous

  • je pense que ça pourrait tout à fait m’arriver, heureusement le blog permet d’avoir quelques conversations d’adultes ! 😉 je te souhaite une bonne coupure et l’aboutisssement de tes projets pros !!!

  • Le burn-out maternel avec les chiens, tu crois que ça existe ?
    (moi c’est pas les tiroirs, c’est… tout ce qui est à portée de museau… et vu la taille du bestiau, crois-moi, ça laisse beaucoup de possibilités, surtout avec un nain qui sait ouvrir les portes – inclus les placards – et les tiroirs !)

  • tu es une maman normal imagine ma puce à la bouille d’ange, elle a dormit avec moi durant 3 ans (j’en avais marre) et en plus c’était une enfant difficile niveau alimentaire et elle a mon caractere donc pas facile tous les jours. Alors quand j’ai pu la mettre à l’école je me suis sentie mieu (depuis qu’elle y va elle dort la nuit et mange normalement) avant je la mettais une fois par semaine à la creche.

    non moi je dis que c’est tout à fait normal. (surtout quand on est une maman stresser de nature comme moi ^^ )

    • c’est la 1ère fois que j’écris sur un blog ….
      mais là je suis à la recherche de solution ….
      ma terreur a 2ans et demi, après une grossesse compliquée je suis restée 6 mois à la maison avant de reprendre le travail.
      je n’ai pas aimé ça du tout et fait partie de celles qui étaient heureuses de reprendre le travail… mais shuttt
      je n’ai pas aimé être enceinte, mon p’tit monstre est arrivé en catastrophe avec 1 mois d’avance, il n’avait aucun rythme, dormait la journée par tranche de pas plus de 20 minutes, se réveillait la nuit toutes les 3h, vomissait 3 biberons sur 4 …. et je culpabilise d’avoir envie d’air
      puis il a grandit …. il ne fait toujours pas ses nuits, ne s’endort pas avant 22h, 22h30. il est super intelligent, vif et curieux … donc très demandeur.

      et bien ça y est, après différent examens médicaux apparement inutiles …. le verdict est tombé : le corps parle, burn out maternel ???!!!!!
      moi qui travail dans l’éducation spécialisée je n’avais jamais entendu parler de ça…..
      et bien, je culpabilise encore plus et ne voit pas comment je vais bien pouvoir m’en sortir.

      une semaine de vacances sans enfant, …. j’en rêve !!!! mais n’ai aucun relais.
      et le père dans tout ça ….. ben, oh c’est rien. une ou deux bonne nuit de sommeil et ça ira mieux! mais non ça n’ira pas mieux !!!!!!!

      alors l’école est le dernier espoir pour le canaliser et le fatiguer. mais devinez quoi??? je culpabilise de déléguer à d’autres ce que je ne suis pas capable de faire !!!!
      désolée de polluer votre espace, mais je ne sais pas vers qui me tourner pour demander de l’aide …..

      • Ben déjà, apprendre à arrêter de culpabiliser, ça aiderait beaucoup, je crois. Voir la maternité comme un sacrifice, ce n’est pas la solution, et ça amène forcément à une grande frustration.
        Je ne te connais pas mais, vu comme tu en parles, je suis à peu près sûre que tu t’occupes très bien de ton fils… Mais les enfants sont fatigants, éreintants et passer son temps avec eux, ce n’est pas évident. Surtout que d’après ce que je comprends, ton mari t’aide peu et tu n’as pas de famille à proximité. N’importe qui craquerait…

        N’as tu pas moyen de te faire « aider »? Aller voir un psy qui pourra t’aider à reprendre confiance en toi et à relativiser. Ton fils a besoin de toi, mais si tu es tellement crevée que tu ne le supportes plus, mieux vaut que tu prennes un peu l’air et que tu apprennes à déléguer surtout…

        Je ne sais pas trop quoi te dire, je ne suis qu’une maman, pas une spécialiste ni une psychiatre… Je sais juste que ce qui me permet de voir la maternité comme une bénédiction, c’est le fait de ne pas oublier que je suis avant tout une femme, avec mes propres besoins et envies, et je les satisfais en général, ce qui me permet d’être assez épanouie, la plupart du temps. Je ne me mets pas de barrière ni d’obligation trop exigeantes, du moment que mes filles sont heureuses et ont tout ce dont elles ont besoin, évidemment.

        Bref, un poids énorme pèse sur les femmes et les mères aujourd’hui, qui doivent touut réussir et mener de front. Mais nous sommes avant tout des êtres humains, ton fils ne patira pas de passer qq jours sans toi, et ça te sera bénéfique. Tu ne récupéreras pas la fatigue accumulée, mais tu constateras que c’est possible, que tu peux le laisser et qu’il n’arrive rien de grave, qu’il est heureux aussi de passer du temps sans toi, avec qq’un d’autre, de découvrir d’autres choses. Et vous serez heureux de vous retrouver…

        Je te souhaite beaucoup de courage. Si tu as besoin de parler plus avant, je te laisse mon email: lmo(at)lamiteorange.com

  • La seule fois ou j’ ai laissé mon fils, c’est quand j’ étais a la maternité pour son frère, sinon impossible je n’ arrive pas a le laisser. Le petit encore pire, pas plus de 3 heures loin de lui pour l’ instant.
    Mais j’ avoue que parfois en fin de journée, moi aussi je suis épuisée, et j’ ai besoin d’ un peu de solitude. Bon ici ça passe par un bouquin, un film, une bonne douche, quelque chose que je fais seule.
    Alors oui tu as le droit d’ écrire ce que tu veux, de le penser…

    • Moi ça va crescendo. Au début je ne peux imaginer une minute sans mon bébé, puis une heure, puis 2, puis plus. Puis une journée, puis deux, puis une semaine, puis deux!!
      Et maintenant Mouflette peut passer un mois loin de moi, du moment que je peux aller la voir les week end ça me va! 😀
      Je sais qu’elle est heureuse et que je lui manque peu, donc bon, ça aide!

  • Je comprends très bien ce que tu ressens. Mes deux mois et demi de vacances d’été sont source d’angoisse pour moi… (j’ai honte de le dire!).
    Ces jours-ci Octave termine sa vie à la crèche. Dès vendredi je l’aurai 24/24 et ça m’angoisse à fond; Non pas qu’il fasse des bêtises mais c’est une glue et j’étouffe à m’en rendre malade. Par exemple, je viens de lui allumer ses dessins animés (15min/jour le temps de prendre mon petit déj), il est arrivé collé à moi, une main dans mes cheveux, les ongles de l’autre dans la plaquette de beurre salé. Je sature.
    Pire, l’an prochain j’aurai deux enfants à temps plein…
    Je ne suis pas une jeune maman, j’ai pris des habitudes de solitude. J’aime ça la liberté et j’aime mon enfant plus que tout mais je ne parviens pas à m’oublier sereinement. J’ai un degré de sensibilité à la frustration très bas.
    Tu n’es pas seule tu vois.
    Pour une être une « bonne » maman, je pense qu’il faut déjà être une « bonne » femme, une « bonne » épouse. Il faut aller bien en somme, pour soi, pour sa vie amoureuse. Un équilibre assez délicat à trouver j’en conviens, d’autant plus lorsque les enfants sont tout petits…
    J et’embrasse fort. Ne culpabilise pas. Au contraire, c’est plutôt sain que tu le verbalises et que tu solutionnes…

  • Mon dieux ce que je te comprends … j’ai eu plus d’une fois envie d’envoyer mes enfants à l’autre bout de la terre , dire STOP je n’en peux plus , et bien tu sais quoi , je le fais ……. ils vont chez ma mere , chez ma soeur ou n’importe ou mais pas avec moi !! juste une journée , une nuit , juste pour me permettre de souffler un peu , je ne me considere pas du tout comme une mauvaise mère , bien au contraire , savoir dire STOP c’est ça aussi être maman !!!!! Ne culpabilise pas , à peine auront-elles passées le pas de la porte qu’elles te manqueront déjà ! Et les retrouvailles seront magique !

  • J’ai ressentit la même chose que toi récemment… Je crois d’ailleurs qu’on a le même type d’angoisses ! Mais, heureusement, l’Homme a pris des vacances et a gardé la petite pendant que je bossais ma thèse à la fac : un bonheur, ça m’a fait un bien fou. En plus, pas d’inquiétude pour la béboute car son père s’en occupait ! Et, j’étais ravie, chaque soir de la retrouver.
    Alors, oui, on a le droit de le dire, parfois, ça fait du bien de se séparer de ses enfants, pour mieux les retrouver par la suite !

    • Je vais faire prendre des vacances à mon mec aussi et lui refiler le bébé…
      Un peu marre qu’il me dise « oh ça va, c’est pas si difficile »! Ouais, 2 heures, c’est pas difficile, mais une semaine entière???

  • Chaque été, ma fille part un mois et demi en vacances. Elle me manques c’est certain, mais ça fait un bien fou! Les gens me prennent pour une mère qui n’aime pas sa fille. mais au contraire. Le reste de l’année, il y a l’école et tout et tout… et on a besoin de décompresser chacune de notre côté pour mieux nous retrouver et recommencer une nouvelle année! Je suis également la mère qui ne pleure pas au désespoir devant le bus qui amène les enfants en voyage scolaire! Non moi j’organise déjà dans ma tête tout ce que je vais pouvoir faire pendant son absence!

    Je sui sune totale mère indigne qui aime sa fille et j’assume!

  • Mais heureusement qu’on a le droit de le dire ! Après si les autres ne peuvent pas entendre ce sont leur problème, pas le tiens.
    Oser dire tout haut ce que toutes maman pensent tout bas, ça changera peut être un peu les mentalités.
    Je suis aux yeux de pas mal de personnes proches et moins proches une mauvaise maman. Parce que je n’ai pas honte de dire que je ne suis pas qu’une maman, je suis Emilie / Mimilie avec un côté femme, avec des fois un peu plus de couilles qu’un mec, une maman poule, une étudiante, une déconneuse dévergondée, qui s’en moque de prendre encore des cuites (avec modération) à mon âge, et encore célibataire :-) Mais j’assume, et ma fille n’à pas l’air malheureuse, au contraire je la trouve plus saine que d’autres enfants …

    Sois toi, fais ce que toi tu sembles être le mieux pour toi, c’est ta vie dont il est question, pas celle des autres. Tes enfants ont une maman qui vit et ne subit pas, rien que ça tu leurs donnes une chance de se construire en étant eux.
    Tu as besoin de vacances et tu peux te le permettre, alors vas y éclates toi, profites de ces instants qui vont t’épanouir.

    Bizzz

    • C’est marrant, j’ai toujours trouvé Mouflette plus épanouie et sereine que la plupart des autres enfants (bon après j’ai un regard de mère, ma fille est mieux que les autres à mes yeux, c’est un peu normal). et j’étais exactement comme ce que tu décris.
      Je crois qu’il faut se faire confiance au final, et faire ce que l’on veut du moment qu’on sait que c’est bon pour nos enfants!

      • Bon oki on n’est pas méga objective en tant que maman, mais plus je m’épanouie, plus elle l’est aussi. Alors que bon j’ai une situation assez bancale, un emploi du temps blindée comparée à d’autres parents. Mais on a trouvé notre équilibre :-)))

        Ah tu vois j’aurais plus dit de l’estime de soi au lieu de confiance , pour éviter cette culpabilisation débilisante.

  • Je commence à te lire de plus en plus régulièrement et je remarque que régulièrement la comparaison avec les autres mamans revient et le « que va t’on penser de moi? ». Je voulais juste de rappeler qu’il n’y a pas une maman, ni la Police des Mamans qui a mis une caméra chez toi et qui t’observe. Tu fais ce que tu veux. Si tu es à bout, trouves toi quelqu’un pour garder la petite, ne serait ce qu’une heure ou deux de temps à autre.
    Tu ne protégeras pas ta fille pour autant et de tout même si elle est H24 avec toi. Ça lui fera du bien aussi de voir autre chose: éveil, sociabilisation…
    Une fois que tu deviens mère, tu mets entre parenthèses ta vie de femme, mais il ne faut pas l’enterrer. Maintenant que ta petite est assez autonome pour vider les tiroirs, je crois qu’elle est aussi assez autonome pour aller voir ailleurs si tu y es.

    Dernier point; Tu n’as pas des copines qui sont aussi Maman dans ton entourage? Une fois par semaine, vous prenez un café chez l’une chez l’autre, vous gardez les enfants ensemble et vous parlez de tout et de rien; Je crois que rien que ça peut te faire du bien!

    • Merci Ju!
      J’ai des amies avec qui je passe du temps assez régulièrement (au minimum une fois par semaine, GRAND minimum!) et ma fille va à la HG de temps à autre.
      Ca m’a permis de respirer, de « tenir le coup »!
      Mais là, le mauvais temps, la fatigue, le travail, le fait que mon mari soit absent toute la semaine… Je sature!

  • Je ne crois pas que tu sois une mauvaise mère, ton blog le prouve chaque jour non?
    Je suis une bonne maman avec mon Ingrat de 13 ans 1/2 et pourtant une fois par an avec Mister Grumpy on part une semaine (voir 15 jours, imagine?) à l’autre bout du monde, seuls, tous les deux… Bonheur…

    • 15 jours par an ça me semble trop peu, je suis plus indigne que toi! 😉
      Je n’ai aucun souci à la laisser la grande, curieusement. Mais ça m’a coûté au début. Comme ça me coûte de laisser la petite aujourd’hui.
      Mais je sais que cette étape franchie, ça roulera, pour toute la famille! :)

      Merci pour ton passage Kaki :)

  • Heu, je dirai « NORMAL »! ras la couette des « naaaan, il m’a tiré les cheveux  » « naaaa, c’est même pas vrai » « Siiiiii… ». Mes oreilles ne survivent que très difficilement aux vacances d’été et j’attends septembre avec délectation sauf…cette année. Moi aussi, je reprends une activité après 5 ans loin des bancs de l’école (je vais être prof remplaçante). ce n’est pas le boulot qui me stresse: j’aime bien être rempla, je m’amuse bien (surtt avec les terminales littéraires!). C’est juste que…j’ai le popotin entre 2 chaises: envie de reprendre une (petite) activité (voir des adultes, gagner des sous etc) et pas envie d’imposer des horaires de centre de loisirs à mes pitchouns.

    Donc, je me bourre de Fleurs de Bach et vogue la galère. On a le DROIT d’en avoir marre, on a le DROIT d’aimer ses enfants et d’en avoir ras la casquette de faire la boniche derrière eux, on est NOUS et puis zut aux soit-disant bien-pensants.

  • Moi j’appelle ça mon mini burn-out et je compte les jours qui me séparent de la reprise (58 exactement) tellement Numéro 3 alias Dark me sort par les yeux et oui bien sûr que je l’aime, tu l’aimes, on les aime, nous les aimons (conjugaison :) mais fuck le crevé parental et comme je suis sûre que tu rêves de me connaître mieux voilà :
    http://maman-mais-pas-seulement.over-blog.com/article-mon-conge-creve-parental-73624246.html
    http://maman-mais-pas-seulement.over-blog.com/article-quoi-79158314.html
    http://maman-mais-pas-seulement.over-blog.com/article-tinky-winky-m-a-sauver-80108662.html
    Et désolée pour le narcissisme, c’est rien qu’à cause de Numéro 3 …
    Pis c’est vrai, au chiotte la culpabilité et le regard des autres, on devrait nous décerner une médaille !

  • Tiens, comme j’ai l’impression de me retrouver !

    Ce matin même, mon fils a renversé le liquide vaisselle partout sur lui et sur le sol, tout ça car mon cher mari l’a rangé sous l’évier, vous savez l’endroit interdit…
    J’appelle mon mari, lui raconte, il me dit « tu m’appelles pour ça »
    Oui sauf que moi j’en ai marre de passer mon temps à nettoyer, ranger, réparer les bêtises.

    Pendant nos dernières vacances, durant lesquelles je n’ai pas pu lire une page d’un bouquin allongé sur mon transat, j’ai pris une décision : partir en vacances en amoureux pendant au moins 10 jours. Culpabiliser, ah non, juste décompresser et ne rien faire !

    Allez LMO !!! Vive les vacances en mode je suis une femme rien qu’une femme !

  • Mon dernier jour de boulot avant le congé maternité, j’ai profité à fond de mon statut de « femme qui travaille ».
    Là, j’ai opté par défaut (vive le manque de crèche et les nounous qui pensent que nous sommes les rois du pétrole) à la vie de « maman ».
    Ce sera rude car immanquablement socialement je suis perdante. Un sacrifice qui fait bien peur au Mec. Va falloir trouver des soupapes comme les week-ends en vadrouille pour compenser.

  • Je connais bien cette sensation!
    Éloignés de nos familles, nous n’avons pas trop l’occasion de laisser les enfants chez les grands parents ou tonton ou tata ou ami assez proche pour être de confiance.
    Alors quand mes parents et beaux parents se sont partagé la garde des nains 3 semaines en Juillet, ça a été des vacances!
    Ce n’est pas ton bébé qui t’asphyxie, c’est tous les paramètres à gérer autour : leurs repas, les horaires à toujours garder à l’oeil, les activités ludiques alors que tu as des milliards de choses à faire.
    Pour 3 semaines, j’ai pu un peu buller sans culpabiliser, ne pas passer 3 heures à l’entretien de la maison car pas stoppée 10 fois pour des bêtises ou autre, pas obligée de sortir au parc. Et bien disons le haut et fort : ça fait du bien!

    Là je les ai récupérés et je suis la plus heureuse des mamans, et je n’ai qu’une hâte, qu’on parte tous ensemble en vacances!

    3 semaines, c’est pas grand chose sur une année entière à s’occuper de mes 2 nains, mais ça m’a suffit à recharger mes batteries de super maman!

    Profite bien de ton temps libre et keep cool!
    Trop de stress ne fait plus avancer.

  • J’ai pas (encore) d’enfant, mais la vraie question que je me pose c’est
    COMMENT TU AS PU TENIR AUSSI LONGTEMPS ???!!
    Je peux pas vraiment dire « je te comprends » mais je crois que les gens « bien pensants » sont bien hypocrites.

    Bref, vivement St Barth, et bon courage :)

    • J’ai tenu parce que j’ai eu des moments de « répit », des resto en amoureux, des journées à Paris, un homme qui prend un peu le relai le week end, etc, etc…
      Et parce que j’ai un bébé facile, mine de rien. Mais là elle l’est de moins en moins, c’est un petit enfant, plus un bébé, elle est curieuse de tout, très dynamique, bon ban ça fatigue, forcément! 😉
      Vivement St Barth oui!!! 😀

  • Je te comprends tout à fait. Je m’occupe à plein temps de ma fille depuis plus de 7 mois, elle est adorable mais quelquefois j’aimerais me lever (tard) sans avoir à me préoccuper du bain, des repas, des couches, de l’heure de la sieste ou du coucher, j’aimerais prendre simplement un peu de temps pour moi. Pour l’instant je ne suis pas encore mûre pour la laisser quelques jours mais je pense que ça viendra!

  • Toutes les femmes, toutes les mères ont besoin d’une pause, d’un moment de détente, plus ou moins long, à un moment de leur vie.Je pense que c’est évident.Ce n’est pas mon cas pour le moment, mais personne n’est à l’abri de ressentir ce sentiment, mais en aucun cas une mère doit culpabiliser de se reposer un peu, et puis maman détendu = bébé détendu aussi, alors si pour le bien de tous autant le faire, tu te sentiras apaisée, et seras prête à repartir comme en 40 !!

  • C’est tout à fait normal ce que tu ressens! Et heureusement que tu le ressens! Ca veux au moins dire que tu n’es pas un robot! Faut pas culpabiliser de vouloir se séparer de ses enfants de temps en temps! C’est même indispensable selon moi!

    J’en ai bien bavé avec Chucky et je dois dire que si je n’avais pas des moments à moi sans elle, je serai devenue complétement folle!

    Et puis tu n’es pas du tout une mauvaise mère en pensant tout ça! Encore une fois ce sont les autres et la société qui veut que la maman soit dévoué à fond pour ses enfants en s’oubliant tellement qu’elle devient esclave et dépendante de ses enfants!

    Fait juste comme toi tu le sens et comme tu en as besoin! Tu prends les décisions que tu penses les meilleurs et même si il faut te séparer des êtres les plus chers au monde, tu verras, les retrouvailles seront superbes et toi tu seras en pleine forme pour repartir sur le bon pied!

  • Courage, courage ! C’est normal d’avoir des périodes plus difficiles, où on serait prête à tout envoyer en l’air…
    Prend des vacances, repose toi, et tu ravie de retrouver tes princesses !

  • Oh je te comprends. Moi aussi je rêve de vacances, sans horloge, sans repas à faire, ni machine, juste dormir et lire… Mais ce n’est pas au programme pour moi. Il me tarde la rentrée : ma Zouzou sera à la crèche deux matinées par semaine. Ce n’est pas grand chose mais c’est déjà ça !

  • Finalement, le drame ce n’est pas tout ce que tu écris et tous les commentaires de ces « mamans-femmes » qui te confirment sans exception que tu es des plus femme/maman qui soit.
    Bref, le soucis est bien plus profond. C’est atonie et l’aphonie des pères/papas qui limitent leur fonction à l’amant/travail. C’est dire à quel point, nous, les hommes, avons ce don inné d’un cerveau sélectif.
    Je te dispenserai des innombrables exemples de phrases « bateaux » qui ne feraient qu’ajouter inutilement à ton stress et à tes angoisses.
    Les libertines (libertaires) s’offraient un amant de temps à autre.
    Je ne dis surtout pas que c’est la solution.
    C’est juste la démonstration que tu as si bien décrite, de ce besoin, de cette nécessité d’être femme, enfant (pourquoi pas), maîtresse, amante, amie, amoureuse aimante, adolescente et de surcroît, égo-centrée. Et tout ça simultanément …ou pas.
    Nous sommes déjà tant frustré(e)s de nos envies, de nos vies, de nos corps et de nos rêves, quand ce ne sont pas nos belles-mères (je n’ai jamais compris le « belles ») qui s’en mêlent, frustrées, elles, de ne pas être au cœurs des débats voire des ébats!
    Je pourrai t’en écrire des kilo-feuilles mais bon…
    Tu fais déjà beaucoup dans l’art d’écrire et de transcrire et je trouve ton fil de mots (maux?) attrayant de vie et de sens.
    Radicalement, je te dirai bien, lorsque ton compagnon rentre, de lui laisser MissCouette et Moufflette en lui disant, avec un regard envahissant, que tu prends quelques jours d’existence. Mais surtout sans hésitation. Ton sac, prêt dans l’entrée, la voiture sortie. Un petit bisou. Un doux (mais sincère et déterminé) « Merci Mon Chéri ».

    • Franchement j’ai de la chance, mon mari m’aide beaucoup.
      Mais comme tu dis, il « m’aide », il est mon assistant, c’est moi qui gère la globalité… Et vu que je suis « au foyer », il a toutes les excuses du monde.
      Mais parfois j’y songe, à lui laisser tout gérer et partir un peu. On trouve bien le temps, nous!!

    • mon rêve …. quelques jours sans mon fils et mon mari ….. rien que moi, avec moi et moi !!!!
      mais pas sûre que tous les hommes aient une ouverture d’esprit qui leur permette d’accepter cela …. dommage
      et puis …. et après???
      quelques jours est-ce suffisant pour se remettre de plusieurs mois de fatigue et de stress?
      et si au retour il faut lui ériger une statut pour son sacrifice : je crois que ça risque de me faire littéralement péter les plombs !!!

  • Moi il n’a même pas 1 mois que ….. non pas tous les jours c’est pas possible!
    Je vais chez mes parents, hop c’est mamie qui prends le relai!
    Papa est à la maison, zou c’est ton tour …
    Une amie gaga à la maison, oust avec grand plaisir !

    Ne culpabilise SURTOUT pas ! Moi je salue la maman que tu es ! Des jours toute seule à devoir tout gérer et que ces jours se transforment en années ??? ah non ! Je suis incapable ! Je m’incline!

    St Barth va te faire un plus grand bien, et à ton retour, ne perd pas le rythme… de temps en temps prévois toi des moments A TOI ou A DEUX !!!

    ça va bien se passer 😉 tu verras!

  • Ce que tu ressens est humain et je pense que toutes les mamans passent ou sont passées par là !!

    Moi desfois il me sort tellement par tous les trous que j’ai envie de prendre la voiture et rouler des heures !!

    Courage, tu n’es pas la seule !

  • Ma belle, y’a vraiment aucune raison de culpabiliser ! Je ne vois pas pourquoi on te jugerait… nul n’en a le droit !
    Bien sûr que c’est normal ce que tu ressens, attends, c’est pas tous les jours facile de s’occuper de nos petits !! On n’est pas au pays des Bisounours, et y’a des jours où on a envie de faire sa valise, et ne penser qu’à soi. C’est humain voilà tout !
    Pour ma part, c’est les jugements inverses « ah bonnnn tu n’as pas encore laissé dormir ton N°3 ailleurs ?? » « ah bonnnn ils ne partent pas en vacances un peu avec leurs grands-parents ? » Ben non. Et Fuck :-)
    Comme dirait la magnifique et célèbre chanson : « chacun fait fait fait, c’qui lui plait plait plait… »

  • Je te comprends à 100% !!! Et imagine un peu quand on bosse à plein temps et qu’on décide de partir quelques jours (je parle pas de 2 semaines hein…) sans son enfant. Alors là t’as droit à « mais tu ne les vois déjà pas beaucoup pendant l’année, et tu « gaches » tes jours de vacances à partir sans lui ?!? ». Profite ma belle, penses à toi, chouchoutes toi et reposes-toi bien !!! 😉

  • Je trouve pas que ce soit difficile d’évoquer ça. Sabine (et associés) en parlait il y a quelques mois.
    Je comprends tout à fait ce que tu ressens. Etre séparée d’elles te fera du bien… elles vont te manquer ! Et cette sensation est parfois très agréable.
    Mon mari est souvent sur la route et j’apprécie qu’il me manque, ça pimente un quotidien fait de couches, de tétées et de devoirs de CM2 !
    Profite de tes vacances… et achète des trucs pour bloquer les tiroirs 😉

    • Je crois que là pour le coup, sur la blogo c’est très facile à évoquer, mais dans la vraie vie beaucoup moins.
      Dès que je dis « Pfff, j’en ai marre » j’ai des rélfexions « oh, mais elle est si mignone, t’as de la chance, combien de mères rêveraient d’être à ta place! »
      Ouais, ben c’est peut être le rêve mais j’en ai ras le bol par moment! :p

      Des bloques tiroirs, pas bête! 😉

  • comme je te comprends,je me demande d’ailleurs comment tu n’as pas eu envie de te retrouver TOI toute seule avant cette échéance de la première année!
    l’éternelle contradiction entre une envie cruelle de se barrer loin très loin, et ce besoin viscéral d’être scotchée à son enfant.Dernièrement nous sommes partis en amoureux(parce que oui, mon mari me manque depuis la naissance de notre fils),la boule au ventre, j’ai écrasé une larme (voire plusieurs) une fois passé le seuil de la porte…en revenant,je me suis rendue compte que mouflet s’était éclaté,n’avait pas refusé de dormir ni de s’alimenter,qu’il était entre de bonnes mains,résolument…et j’ai regretté de ne pas profité plus sereinement de notre escapade.
    du coup,on remet ça très prochainement.
    je passe les vacances scolaires seule avec mon fils la journée, et maintenant j’ai hâte de reprendre ma vie trépidante de femme (hyper)active!

    retrouve toi et ne culpabilise surtout pas(facile hein!?)

    • J’ai tenu parce qu’on a eu des moments en amoureux tout de même et que j’ai une place en HG depuis 3 mois. Sinon je serais morte, c’est évident! Je suis très active, à la base, moi aussi, donc c’est par moment assez pesant de ne vivre « que pour mes enfants ».
      Et je crois que je ne ferai pas ton erreur: Je vais en profiter à fond, de ma semaine de vacances! 😉

  • Bonjour !
    Je ne pense pas avoir jamais laissé de commentaire, mais je te lis.

    Cet article me fait réagir : ne te sens pas coupable, sinon ce sera le cas pour toutes les mères !

    J’ai deux enfants, 4 ans et demi et deux enfants. Je n’ai travaillé à l’extérieur que six mois depuis la naissance de l’aîné (je bosse à domicile sinon, je suis écrivaine).
    Et je te garantis que je SATURE ! Surtout depuis juillet et les vacances scolaires ! Je n’en peux plus, j’ai envie de tout plaquer, de me jeter par la fenêtre, de les flanquer dehors.
    J’ai donc décidé de partir. Quatre jours début août. Toute seule. Pour lire, écrire et profiter du soleil (s’il y en a). Je tiens le coup grâce à ça.

    Tout ça pour dire que je te comprends, que je te soutiens et que tu ne dois pas croire que tu es une mère indigne.

  • Je rêve d’une semaine sans enfants, pourtant je travaille et mes filles sont à la crèche et à l’école… mais une semaine sans se demander si n°2 n’a pas mangé un truc étrange toutes les minutes ou déchiré un bouquin ou escaladé le canapé par la face nord… sans n°1 qui veut l’ordi quand tu viens de t’installer devant, qui réveille sa soeur qui fait la sieste pour jouer avec elle (gentil mais énervant), qui veut rester en pyjama même pour sortir… RAS LE BOL !! J’en ai marre de dire NON NON NON toutes les 5 mn, un peu plus de OUI OUI OUI Mon amuuuuuuur me ferait le plus grand bien ;D

  • Prends des vacances, tu sembles en avoir plus que besoin !
    Parfois prendre du recul s’offri une soirée ou une semaine, c’est plus que salutaire et cela peut aussi être bon pour les petits de découvrir autre chose, de passer du temsp avec d’autres personnes.
    Prends du temps pour toi et surtout arrête de culpabiliser !
    Steph

  • C’est bien normal de vouloir un peu de temps à toi pour te retrouver, c’est humain. Tu n’as pas à culpabiliser. En plus tu vas retrouver ta petite plus sereine, plus en forme et plus reposée, tout le monde sera gagnant !

  • Franchement je ne vois pas où est le problème… qui a encore dit quoi que ce soit et où ?
    « Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est inadmissible d’entendre une mère exprimer son besoin de détachement… »
    Tu es sûre que ce n’est pas toi qui te fais des films sur ce que pensent les autres ? et d’ailleurs quels autres ? Tu t’en tapes non…
    J’ai tout de suite repris le boulot quand ma fille était bébé mais si j’avais eu quelqu’un pour me la prendre quelques jours, je n’aurais pas hésité deux secondes… Aujourd’hui elle est plus grande, c’est plus facile de trouver des personnes pour la prendre deux ou trois jours et à chaque fois je suis contente même si elle me manque. Évidemment si tu n’as pas le choix que de rester tout le temps avec c’est autre chose mais ça n’enlève pas l’envie d’avoir du temps pour soi…

    • Qui et où, les gens, dans la rue, dans la famille, les amis, etc… Ca va dans un sens ou dans l’autre mais tout le monde a un avis et veut le donner! Ca n’est généralement pas méchant mais ça fait tourner la tête!
      Mais tu as entièrement raison, il faut s’en ficher, c’est vital! Par contre non, ce ne sont pas des films. Encore hier j’ai eu droit à « quelle chance tu as de rester à la maison!! Moi je ne pourrais pas, c’est trop dur, mais je t’admire » c’est gentil, mais ça laisse place à beaucoup d’interprétation (et je t’en ai choiisi une gentille. Alors que je bosse en plus, mais à la maison, donc c’est invisible!)

      Moi j’hésite à faire un 3° enfant (d’ici qq années) parce que 2 enfants dont une pré ado, ça va, mais 2 en bas âge + unepré-ado, qui va acce^pter de me les garder???

      • moi je n’en ai qu’un, je sature, et tout le monde me demande quand est-ce que je fais le deuzième, en ajoutant que ça ferait du bien au premier, ça l’obligerait à me déscotcher !!!!

        et bien jusqu’à maintenant j’étais gèné pour répondre, culpabilisant de plein de truc, là je crois que le prochain qui me posera cette queston s’entendra répondre : « quand tu me prendras le 1er une semaine en vacances !!!! »

  • Un sentiment tout à fait humain me semble t-il, on a toute des moments où on en a marre, envie de s’évader un peu pour mieux revenir !!!

    Alors si tu as l’occasion, profites-en bien 😉

  • Beaucoup de personnes ont dit ce que j’aurais dit, donc je ne vais pas répéter.
    La seule chose que j’aurais envie de dire c’est « Arrêtons avec le regard, le jugement des autres » toi seule peut savoir ce qui est bon pour tes filles et si cela passe par une séparation de quelques jours, alors assume cette séparation qui ne pourra être bonne que si toi tu es convaincue de ton acte.
    Pour moi, une « bonne » mère est une mère qui pense d’abord à elle et ensuite à ses enfants et pas l’inverse, pour moi et cela n’engage que moi, c’est le principe de « charité bien ordonnée commence par soi-même »
    Je suis désolée de ma virulence, j’espère que mes propos un peu vifs ne te choqueront pas !
    Pour conclure, je dirais que seul ton instinct de mère sait ce qui est bon pour toi et tes enfants.

    • Il y a pire niveau virulence! Rassure toi je ne suis ni blessée ni choquée! 😉
      Moi je suis absolument convaincue qu’une séparation me fera le plus grand bien. Pas la séparation en soi mais le fait de prendre des vacances, de ne plus avoir de repas à préparer, de couches à changer, de tiroirs à ranger… Et puis si, aussi, le fait de me retrouver en couple sans bébé dans les pattes (ou grande fille).

      Et je partage ton avis, une femme qui va bien, qui est sereine est une femme qui peut s’occuper de ses enfants le mieux possible.
      Mais entre ce qu’on pense pour les autres et ce qu’on admet pour soi il y a parfois un fossé! 😉

  • Je crois que les meilleures vacances de toute ma vie ont été en février quand j’ai laissé ma fille une semaine chez ses grands-parents et que je me suis retrouvée seule avec mon homme …
    Profites-en bien de ta semaine, ça te fera un bien fou !!!!

  • Je n’ai pas pour habitude de commenter des post mais je « me lache ». Je vous comprends tellement, en tant que jeune maman d’un bambin qui vient de fêter ses un an. Je l’aime plus que tout, je mourrais pour lui … mais cette année à s’oublier pour tout lui donner et aussi donner le change face aux jugements et reproches des autres a été épuisante ! Mon fils a souffert de grave RGO qui l’empêchait juste de dormir, jour et nuit. J’ai cru mourrir d’épuisement. Ne pas trouver le temps de manger assis à table, de prendre une bonne douche un peu plus longue que 30 secondes chrono, d’aller chez le médecin quand on en a besoin. Exister à coté de ce petit bonhomme en tant qu’individu a été un combat, mal perçu par mon entourage qui ne comprenait pas que je ne me sacrifie pas intégralement pour lui. Oui j’ai été heureuse de retourner au travail, bien que physiquement épuisée, car je voyais d’autres personnes, je pouvais parler d’autre chose que mon fils, je m’asseyais plus de 2 mn et je mangeais chaud le midi. Ne vous meprenez pas : j’ai allaité mon fils 7 mois, y compris à la reprise du travail, je le porte en écharpe, mais s’oublier en tant que femme mais aussi individu ne peux pas être à mes yeux bénéfique pour l’enfant. Notre équilibre est aussi le sien ! Donc merci de votre post, dont le titre résume ce que beaucoup de femme vive et n’ose pas exprimer face à cette société bien trop puribonde.

    • Merci Cathy pour votre témoignage!
      La société fait peser sur nos épaules bien plus que ce que nous sommes capables d’assumer (et bien plus que ce qui est souhaitable, d’ailleurs!).
      Se sacrifier pour ses enfants, voilà ce qu’on ne devrait jamais demander à une mère dans des conditions normales! (En temps de guerre, de famine, etc, je comprends qu’une mère se sacrifie, mais quand il n’y a aucun besoin de le faire?)
      Et j’avoue que certains jours, j’aimerais avoir un job moi aussi pour parler à des êtres humains adultes sans ma fille à côté!
      Nous sommes des femmes, des êtres humains, avec nos limites, avant d’être des mères à qui on demande l’impossible (et qu’on s’impose un peu toute seule aussi)

  • Tu as tout à fait le droit d’en avoir marre! ici, Plus de 2 ans que je suis à la maison avec ma petite deuxième. Pas de possibilité de la faire garder. Et je dois dire qu’autant sa soeur était un bébé adorable, la deuxième est infernale (surtout avec moi…)
    Nous venons de prendre quelques semaines de vacances, et j’avais franchement hâte d’y être pour la laisser au club et souffler un peu. (bon, j’ai soufflé pendant ses heures de club, mais en contrepartie, elle s’est montrée pire après…)
    Donc oui, il y a des jours ou j’en ai franchement marre. Comme en ce moment, où nous sommes dans la charmante période des 2 ans (colères pour tout et rien….) Bon courage…
    Et j’espère que le shopping de ce matin t’a fait du bien!

    • Ha punaise, j’ai la chance de pouvoir la laisser à la HG… Et d’avoir une mère pas trop loin qui accepte toujours avec plaisir de s’en occuper.
      Mais je sens que l’an prochain va être funky…
      Le shopping m’a fait du bien oui, merci! :)

  • Je ne sais pas ce que je dirai dans 1 an, mais je ne pense pas être faite pour rester enfermée chez moi avec un bébé 24h/24h, c’est pour ça que si je veux mener mon projet pro à bien, dès septembre, j’inscrirai Chichi quelques heures par semaine à la halte garderie à côté de l’école des doudoux.
    Ca ne me pose aucuns problèmes de laisser mon bébé à des professionnelles de la petite enfance, bien au contraire. Je n’ai pas forcément envie que Chichi soit toujours collé à sa môman surtout qu’il est déjà très maman à seulement 4 mois.
    Après le problème sera plus financier qu’autre chose… mais pour aller à mes rendez-vous de congé de reclassement je serai bien obligée de le laisser quelque part.

    C’est marrant, depuis hier soir, on appelle Chichi « BébéZilla » 😀

    • BébéZilla c’est mignon! 😀
      Ca ne me pose aucun problème non plus de laisser ma fille à la HG (d’ailleurs ce matin elle y a passé la matiné, ça m’a fait un bien fou! Il suffit de peu de choses finalement)
      mais là je parle carrément de la laisser plusieurs jours… :-p
      Comme toi, rester 24/24 avec mon bébé c’est rude, je sors, je vois des copines, je bosse. Mais disons qu’avant elle était plus calme, c’était plus simple de tout gérer.

      • La première fois que j’ai laissé mes doudoux plusieurs jours à mes parents, Chupa avait 9 mois et TiBiscuit avait 2 ans, mais je n’avais pas le choix.
        Ils étaient restés 3 jours.
        Maintenant, comme ils savent que je suis à la maison, ils ne veulent pas y aller :-(
        Pourtant j’aurai bien aimé pouvoir souffler un peu, même si je sais que ma mère ne prendrait pas Chichi en plus.
        En mars prochain, Chichi aura 1 an et avec Mr Réglisse, nous fêterons nos 10 ans de mariage alors j’aimerai bien partir quelques jours sans enfants 😛

  • Coucou !!!
    On le ressent toute un jour le burn out, je pense que c’est humain. Et puis on est pas seulement des mères, on est aussi des femmes et c’est normale d’avoir parfois envie de retrouver ce statut !!!
    Ici, les grands vont souvent 1 semaine chez les grands-parents et cela me fait un bien fou et même aux loupiots car ils quittent une maman ogresse pour retrouver plus tard une maman poule !!!
    Profite bien de ta semaine, repose toi bien !!!
    Bonne journée

  • C’est fou, ton article j’aurais pu l’écrire tellement il me parle, tellement tu décris bien ma situation actuelle… Au bout de 7 mois passés en tête à tête avec mon fils, je n’aspire qu’à une chose : retourner au bureau ! Je suis crevée, j’en ai ras le bol de devoir gérer tout en même temps, de ne pas avoir de conversations d’adultes, d’être isolée du reste du monde. Le manque de vie sociale me pèse et j’ai aussi envie d’être une femme, pas seulement une maman.
    J’ai adoré le faire, je ne le regrette pas mais je sens que le moment est venu de passer à autre chose. J’ai eu du mal ces dernières semaines, la fatigue m’a souvent donné envie de tout envoyer promener, j’ai failli craquer moi aussi :) (et pour cela je ne trouve pas que ton titre soi si exagéré…. la fatigue, ça peut être terrible).

    Je culpabilise aussi, je me dis que j’ai de la chance et je ne devrais pas avoir cette envie de souffler comme ça…. je crois que chacune doit trouver son juste équilibre et ne surtout pas se forcer d’un côté comme de l’autre 😉

    • On est en phase toutes les deux! :)

      La culpabilité comme tu la décris, c’est exactement ce que je ressens: je n’ai pas le droit de plier l’échine!!!
      Alors que pour les autres je suis super indulgente…
      Et comme toi, là, j’arrive à saturation, et la perspective de l’année folklo qui arrive ne m’aide pas à relativiser!

  • ne culpabilises pas, en ce moment je suis un peu dans le même état d’esprit.. alors, est-ce ma grossesse, le fait qu’il fasse moche et qu’avec mes enfants on vit confiné, l’absence de leur père… je ne sais pas, mais l’envie pour moi de prendre un peu le large…

  • Une maman qui s’absente et qui revient en forme c’est beaucoup mieux qu’une maman à bout! Ma mère nous larguais souvent chez nos grands-parents ou encore en camp de vacance et c’était pas plus mal … les enfants aussi ont besoin de vacances de leurs parents 😉

  • Il n’y a pas à culpabiliser! Là en plus tu es fatiguée et soucieuse mais quand bien même tu aurai une patate de folie tu aurais aussi le droit de vouloir du temps pour toi!
    Ma fille a 9 ans mais depuis qu’elle est petite elle a eu l’occasion de passer de petites vacances dans la famille et elle n’est pas malheureuse. En plus elle est très débrouillarde et aime ces moments sans sa mère. Ce n’est pas pour autant qu’on est des mères indignes! Franchement il ya eu des moments très durs à gérer ou je n’avais pas l’occasion de la confier qq temps et on était tous énervés et elle aurait été mieux à gazouiller chez la famille!
    Bref les mamans ont le droit à une vie sociale, professionnelle épanouissante en dehors de leurs enfants! Et on a aussi le droit d’être fatiguée!
    Reposes toi bien!

    • Comme tu dis, même si je pétais la forme j’aurais le droit de vouloir des moments à moi. Comme toutes les mamans! :)
      Ma fille de dix ans va souvent en vacances chez sa mamie et comme la tienne, elle est très épanouie et heureuse. Ca leur fait du bien à eux aussi!

  • Salut ! Je me retrouve complètement dans ce que tu dis ! Je viens de laisser mon fils de 10 mois a ma mère une semaine ! 800 km nous séparaient ! Mais ca m a fait du bien !!!

  • Je n’ai pas le temps de lire tous les commentaires précédents, alors pardon si je fais de la grosse répétition.
    Ce que tu ressens est tout simplement humain ! C’est complètement normal d’avoir besoin de temps pour soi, et je dirais même que c’est très sain, aussi bien pour toi (pour toutes les raisons que tu as dites) que pour tes enfants (voir que leur mère s’épanouit en dehors d’eux leur donnera un bon « modèle » et aussi moins de pression : le bonheur de maman ne dépend pas que d’eux).
    Donc oui prends l’air, prends des vacances, ne t’en veux pas ! Je suis prête à parier que la moitié des gens qui te diront que c’est mal sont en fait jaloux de ne pas pouvoir faire pareil.

    • Je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Le fait que la pression soit moins forte pour les enfants. Mais tu as tout à fait raison! C’est une souffrance pour un enfant de penser que le bonheur de sa mère ne dépend que de lui!
      Merci Vaallos! :)

  • roh ça c’est vrai que parfois on sature !!!!!!
    mais on les aime quand même nos petits 😉

    ah on a failli se croiser à tlse ce matin, je faisais les magasins !!!

    mais alors que vas tu faire l’an prochain ? Quels sont tes projets ???

    bises

  • Comme je te comprends. Alors pour se préserver, il faut prendre le temps de se séparer pour mieux se retrouver…il n’y a aucun doute là dessus. Souffle un bon coup dès que tu peux, évade toi. Et qu’est ce qu’on les aimes nos loulous, courage.

  • Eh bien, ma jolie, je compatis sincèrement (surtout que je connais ça, je suis un peu à bout là…). La séparation est importante, il faut prendre soin de soi.
    Allez, ne culpabilise pas de ne pas culpabiliser hein ?! Je sais que tu le sais mais c’est normal d’avoir besoin de décompresser.
    Profite bien de tes vacances sans tes filles, fais-toi plaisir, fais-toi du bien !

  • Je sais que c’est lié aux choix de mes parents quand j’étais môme, mais je trouve ça tout naturel « d’abandonner » ses enfants à leurs grands-parents (généralement ravis) pour une semaine ou plus de vacances. Mes parents nous confiaient à ma grand-mère maternelle deux semaines par an et partaient voir ailleurs (parfois simplement chez nous selon si on était chez Mémé) si c’était moins bruyant.
    D’ailleurs la séparation nous faisait du bien aussi, on revenait beaucoup plus cool de cette coupure. Si ça se trouve Miss Couette aussi a envie/besoin de vacances.
    Donc ceux qui te disent « Olala ! Comment tu peux te séparer de ta fille ! » tu leurs dit prout et tu te prends ta petite semaine avec Monsieur Mii.

  • bonjour, j’ai eu l’impression de me lire.Je suis en congé parental, ma poupette aura 6 mois le 04 aout..et je ressens déjà tout ce que tu as écrit. J’ai toujours travailler mais je n’aimais plus ce que je faisait et je n’ai pas du tout envie d’y retourner..alors un congé parental : une bonne idée pour profiter de ma choupette et réfléchir à ce que je veux faire désormais..mais c’est dur dur et dur..je n’aurais jamais cru qu’être à la maison étais si épuisant surtout moralement. j’ai l’impression de ne servir à rien et de ne plus exister..et c’est marrant je n’interesse même plus les copines !!!! Donc ce n’en etais pas..alors oui je te comprends..courage. Bises

  • Fffew.. Ca fait « plaisir » à lire.. Exactement ce que je vis en ce moment.. Et je culpabilise à mort de vouloir moins voir mon fils, de le laisser avec joie à sa grand mère.. Mais voilà, c’est comme ça en ce moment, je sais que ça ne dureras pas, qu’un jour il ira à l’école et que je retrouverai une vie de femme.. Et en attendant je n’ai que la patience comme mot d’ordre parce que rien ni personne ne peut me donner une semaine de vacance pour décompresser… Et même, est ce vraiment d’une semaine dont on a besoin dans ces moments là? Une réorganisation s’impose..

    ce message est vieux.. Dis moi que cette sensation s’en vas..

  • une vraie p’tite bonne femme !!
    quelle caricature !
    mais discute avec ton mari et PARTAGE, ARRETE de TOUT faire et s’il travaille autant il doit être plein aux as alors adopte une/un nounou et VIS ta VIE !!
    Ton mari culpabilise autant que toi ? Absentéiste, il devrait se sentir mal d’avoir mis au monde un être humain et de ne pas s’en occuper au quotidien… Je pense que le problème est plutôt là.

    Allez les filles arrêtez d’être des super machoXXL, on est TRES mal barrées à cause de vos attitudes de matrones qui veulent tout !!

  • Bonjour,
    ..C’est rassurant de se savoir comprise par d’autres qui ont vécu la même chose…Pour ma part, je me débats avec 2 marmots de 3 et 5 ans qui m’en font voir des vertes et des pas mûres… C’est affreux mais j’ai hâte que l’école reprenne. Et je suis enseignante!!! Mon mari ne comprend pas…ou ne veut pas comprendre…Je suis TOUT le temps avec eux qd ils sont hors l’école, je cours après mes cours pour les recuperer, je les emmène à l’école, je les ai le we, le mercredi, les vacances..Je ne sais pas ce qu’est un moment seule…. Bien sûr, j’exagère dira mon mari…Il ne sait pas quoi faire pour « m’aider »…ah bon…Il n’est pas le papa?…..
    Bon…mes proches sont loin, mes parents trop agés, … Alors merci de ton témoignage qui me permet de voir que ce n’est pas QUE moi… Ton mot va dans le sens complet de ce que je vis…Ca va m’aider à deculpabiliser, on ne peut pas etre parfaite!
    …Bon, je me débats dans mes pb, je ne suis peut-être pas claire, en attendant, bon courage à toi et MERCI!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


− un = sept