Le complexe de la carte postale

Dans la vie, il y a des conventions, des petites habitudes, des sortes de rites, plus ou moins sympa, plus ou moins bien acceptés, et pas toujours hyper simples à comprendre.

Parmis ceux-ci, la carte postale.

La carte postale est un vrai dilemme…

En envoyer revient à dire « Hey, t’as vu comment je m’amuse TROP en vacances pendant que toi tu galères à bosser? »

Mais ne pas en envoyer revient à dire « Ben, je m’amuse grave, mais j’ai même pas eu envie de penser à toi… »

Dans tous les cas, c’est pas très bien vu.
Alors bon, l’alternative, c’est de partir dans des endroits un peu pourris, pour que même celui qui travaille te plaigne un peu… Genre si t’envoies une carte du Havre ou San Antonio, tout de suite, ça calme… Celui qui reçoit la carte ne ressent aucune jalousie, mais il risque de se dire que si tu lui as écris, c’est que tu n’avais rien d’autre à faire (ce qui n’est pas faux).

L’autre solution consiste à partir dans des endroits superbes mais de ne surtout pas fanfaronner… « Ho la la, mon séjour à Kuala Lumpur est un véritable désastre, il pleut sans arrêt, les gens ne sont pas sympa et j’ai fait une intoxication alimentaire… L’horreur! J’espère que ça se passe mieux pour toi à Dijon!! » Là tu prends le risque que ton destinataire, pas naïf, se dise tout simplement que tu te fous de sa tronche… Dangereuse méthode!

Bref, le mieux consiste encore à envoyer une carte à ceux qui ont émis le souhait d’en recevoir une (et qui n’ont donc pas le droit de se plaindre de ton manque évident de compassion) et à tes amis qui t’ont envoyé récemment une carte de Singapour alors que tu crevais sous la clim de ton bureau…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

40 Commentaires sur
“Le complexe de la carte postale”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


quatre − = un