Avoir un enfant jeune: La condamnation?

Bon, je viens de lire deux articles qui m’ont fait réagir. Les deux reprenant deux chansons complètement pourries (à mon sens) tant artistiquement qu’idéologiquement.

Le premier article chez Le Boa Bleu. Le deuxième article chez La mère Cane. (vous y trouverez les chansons)

Qu’est ce que j’en pense, moi, mère à 19 ans (ok, c’est pas 16, mais aux yeux de la société, c’est presque tout comme).

La chanson du Colonel Reyel (déjà, rien que le nom du gars) me fait bondir parce que prôner le choix « de la vie », c’est nier le choix de l’avortement. Et donner envie à des gamines de 16 piges de mettre bas en masse, je suis contre. Avorter est un droit, un choix difficile mais c’est essentiel de défendre cet acquis que les femmes ont mit tant de temps à obtenir! Et devenir mère a 16 ans, c’est pas exactement donné à tout le monde, toutes les jeunes filles n’en ont pas la maturité.

La chanson de Jeanne Cherhal, à l’inverse, dit que globalement, si t’as un gamin à 16 ans, tu es un cas soc’ et tu ne pourras jamais t’en sortir. Belle vision de la vie, des femmes et des bébés!

J’ai aussi lu un article récemment chez Père Indigne qui m’a un peu fait grincer. Si t’as un gamin a 16 ans, t’es un gros con qui va enfanter des cons et c’est le début de la ruine du monde… (Je shématise l’idée. Il n’est pas si obtus en vrai)

Bref bref. Il est difficile pour moi de donner un avis. Concrètement, je n’inciterai jamais personne, surtout pas mes propres filles, à enfanter à 16 ans ou même à 20 ans…
Je leur souhaite le meilleur et le plus facile, faire des études longues, trouver un mec bien, s’installer confortablement et ENSUITE, faire des bébés.

MAIS, si ma fille arrive à 16 ans en me disant qu’elle attend un moutard, je vais pas la virer de la maison. Si, oui, j’aurais tendance à lui conseiller l’avortement, si elle décide de garder l’enfant, je respecterai son choix et la soutiendrais du mieux que je peux pour qu’elle ne devienne pas un cas social, justement. Qu’elle puisse avoir tout ce qu’elle mérite, avec un enfant. Qu’elle ne gâche pas sa vie.

Bref. Je digresse à fond.

En ce qui me concerne, avoir eu un enfant très jeune ne m’a pas vraiment freiné dans la « réussite » de ma vie, bien au contraire. Avant d’avoir Mouflette, j’étais paumée et vouée à le rester. Quand elle est née, ma vie a changé, j’ai pris mes responsabilités pour rendre nos vies le meilleur possible. J’ai fait des études longues, malgré sa présence à mes côtés. Ca n’a pas été facile, mais j’y suis parvenue (avec du retard et tout, mais tout de même)

Tout ce que je cherche à dire (mais j’ai pas le temps, là, alors c’est brouillon un peu) c’est que non, avoir un enfant à 16 piges, c’est pas l’idéal. Mais c’est avec des préjugés à la con qu’on n’aide pas ces jeunes femmes.
On peut avoir un gamin ET continuer ses études et brillamment avec ça!
On peut avoir un enfant à 16 balais et être une mère parfaite.
On peut avoir un gamin jeune et profiter de sa jeunesse quand même. Oui, j’ai eu Mouflette ça ne m’a pas empêché de sortir en boite, de me biturer et de sortir avec tout ce qui bouge, just for fun. Ca ne choquerait pas si j’avais été une nénétte de 20 ans lambda. Ca choque parce que je suis mère et jeune (j’ai pas trainé ma gamine avec moi en soirée hein, donc bon, y’a pire). Alors qu’une mère de 35 ans qui fait pareil, on dira juste qu’elle décompresse…

Le jugement des autres, c’est ça qu’il faut changer, le regard sur ces jeunes filles. On peut être mère jeune et être parfaitement responsable de son bébé, tout en choisissant de profiter de sa jeunesse à coté. On peut réussir ses études, aller en soirée étudiante et se lever le lendemain matin à l’aube pour préparer le biberon (on donner le sein).

On peut aussi être mère a 16 ans et très mal le vivre. Un bébé, c’est pas la joie tous les jours.

On peut être comme n’importe quelle autre mère, avec son bébé, sauf que les gens vont nous dire « ouais mais tu l’as eu tôt, on t’avait prévenu »! putain, se lever 20 fois la nuit, c’est chiant que t’aies 16 ans ou 40 ans!!!

Quand t’as un devoir et que t’as pas bien révisé ton cours, on vient te dire « ouais mais t’as un gamin, tu devrais bosser plutôt! » ha ouais? Tu dis ça au jeune con qui fiche rien en cours et qui n’a que 22 piges? Non, tu le laisses glandouiller en espérant qu’il se réveille, ben lâche moi la grappe pareil!

Si on enlevait les préjugés à la con, ces filles là auraient mille fois plus de chance de s’en sortir. Pas en leur disant que la maternité c’est merveilleux (c’est pas vrai, être mère, c’est pas ce qu’il y a de plus cool. C’est génial mais c’est aussi super reloud!). Mais en leur disant que oui, être mère, c’est dur, que c’est dur pour tout le monde, mais qu’elles vont y arriver, qu’elles ont le choix de continuer leurs études pour devenir médecin si ça leur chante, que oui, ça va être moins facile que pour les autres, mais suffira de s’accrocher à mort.

Bref, si juste le regard changeait, ces filles qui font le choix de devenir mère trop jeune ne seraient pas condamnées à devenir des paumées.

Bon, c’est très brouillon, mais fallait que je m’exprime (très mal) sur ce sujet épineux et qui me touche profondément!
Si j’étais tombée enceinte à 15 ans, j’aurais gardé l’enfant. Il se trouve que je suis tombée enceinte à 18…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

60 Commentaires sur
“Avoir un enfant jeune: La condamnation?”
  • Bon alors, c’est vrai c’est un sujet épineux, et je sais trop bien que ça te touche. J’ai eu mon premier enfant à 20 ans moins 5 mois et j’ai vécu les mêmes critiques, remontrances, préjugés que toi!

    Mais chacun est libre de faire ce qu’il veut, malheureusement, la société est ce qu’elle est et dès que tu sors des cases, tu es casé quand même dans les cas soc… C’est comme ça!

    Le mieux à faire selon moi, et de faire comme on le sens. Qelle se sent mère et capable de rendre heureux sont enfants à 16 ans? qu’elle le fasse en espérant être épaulée pas son entourage!

    je n’aime pas non plus ces deux chansons! Ca me touche personnellement, car je suis tombée enceinte à 17 ans et même au planning familial, on ma fait sentir comme une traînée et on m’a bien fait comprendre que l’avortement été la meilleur chose pour moi!

    Des chansons pareilles doivent être écoutées avec le plus grand soin et être comprise, malheureusement, Colonel Reyel traite un sujet grave avec l’intelligence et les mots d’un homard!

    • L’intelligence d’un homard, c’est exactement ça!
      Moi j’aurais gardé l’enfant même si j’étais tombée enceinte à 15 ans, je le disais et je le pensais. Je ne sais pas si ça aurait été une idée merveilleuse…
      Mais comme j’ai dit, si j’étais retombée enceinte après avoir eu Mouflette, j’aurais avorté. Je le disais aussi. Un enfant, c’était mon bonheur, mon moteur. Deux, je savais que seule, je n’aurais pas pu.

  • Bravo LMO, même si tu pense que c’est mal écrit, je trouve que ça sonne très juste (comme toujours sur ton blog)
    Sans avoir vécu rien de semblable, j’ai le même raisonnement que toi. ça fait évidement quelque chose de voir ces jeunes filles-mère, mais très souvent ça me donne envie de les connaitre, je ne peux pas m’empêcher de ressentir de l’inquiétude, et pour elle et pour leur petit. Mais c’est certain que le jugement n’apporte rien sinon leur rendre les choses encore plus difficiles.

    • L’inquiétude c’est gentil. Ca peut être positif. J’avais une puéricultrice qui me couvait, je sentais qu’elle avait une sorte d’affection pour moi, du fait de mon jeune âge et de mon statut de mère. Sa bienveillance et sa tendresse m’ont fait beaucoup de bien.
      Bien entendu on s’inquiète pour ces jeunes filles et c’est normal! l’inverse serait hypocrite. Mais leur laisser une chance, les regarder évoluer et leur donner des conseils, gentiment, sans les infantiliser mais sans non plus les diaboliser. Ca aiderait bien plus que des jugements négatifs et désagréables!

  • Très beau témoignage. Et être mère à 16ans ne veut pas dire qu’on sera une mauvaise mère. il a bien des parents qui sont plus agés et qui sont de mauvais parents, ne savent pas donner de repaire aux mouflets, se noient dans un verre et finissent pas complètement démissionner de leur rôle de parent !

  • Moi j’dis merci et bravo!
    Merci parce que je pense comme toi, qu’il faut laisser le choix aux jeunes filles et les soutenir autant qu’on peut, quel que soit ce choix! Je sais parfaitement qu’à 17 ans si j’étais tombée enceinte, j’aurais avorté parce que quand je me revois à cet âge j’étais loin mais alors très loin d’avoir la maturité (et l’envie) nécessaire pour élever un enfant!
    A coté de ça j’ai une amie qui a eu son 1er à 17 ans, elle a continué le lycée, etc. et c’est une mère excellente! Elle a toujours eu la tête sur les épaules et un caractère du tonnerre qui fait qu’elle a tout assumé et a maintenant une vie très bien, pas cas social du tout, elle s’est toujours débrouillée seule, et ne doit rien à personne!

    Et je dis Bravo parce que tu sembles avoir réussi à faire ta vie avec ton enfant à ton coté, et tu fais partie, comme mon amie, de celles qui prouvent que l’arrivée d’un enfant, même si c’est dur, n’est pas un obstacle à la réussite!
    Donc

    • Ouais, enfin pour moi, c’est pas si simple et j’estime pas avoir réussi ma vie. Mais c’est moins pire que ça aurait été si je n’avais pas été mère… 😉

      Si j’étais tombée enceinte après avoir eu Mouflette, juste après je veux dire, à 23 ou 24 ans, j’aurais sans doute avorté aussi. Etudier avec un enfant c’est super galère, mais alors avec 2, sans père et tout, euh… Pourtant certaines y arrivent. Mais moi non! 😉

  • Y a des jours comme ça ou j’ai l’impression de n’avoir aucune personnalité propre.lol
    Je lis ton texte et je suis d’accord avec toi. Puis j’ai lu chez la mère cane et j’étais d’accord avec elle puis j’ai lu chez le boa bleu puis j’étais d’accord avec elle aussi^^

    Perso, j’aime pas du tout cette chanson. Le message qu’elle véhicule peut être interprété différemment mais moi la première fois que je l’ai écouté, elle m’a laissé une sale impression…que c’est pas grave si tu tombes enceinte à 16 ans (en plus, premier rapport dans une twingo, sans capote…j’ai rien contre les twingo hein, j’ai moi même vécu des trucs sympas dans une twingo.. mais avec capote :p). Alors que perso, je trouve ça grave. Je lis en filigrane une nenette qui a fait l’amour avec un parfait crétin, plus âgé, donc certainement plus vierge et sans préservatif. Aurélie, c’est une adolescente amoureuse et ecervelée (3 synonymes non ? :p)

    Par contre, je trouve qu’il y a une grande différence entre tomber enceinte à 16 ans ou à 19 ans. Enfin, de mon avis c’est justement ces 3 années qui te font passer de jeune fille à jeune femme.

    En tout cas si ma fille tombe enceinte à 16 ans, elle aura mon soutien quel que soit son choix
    Et si mon fils met une damoiselle enceinte à 16 ans, il sera prié d’assumer ! (pas forcément l’épouser mais certainement pas la planter elle et son gamin ! )

    PS : je sais pas si c’est clair, mais je ne remets pas du tout en doute la capacité d’une ado de 16 ans à être mère. Ce qui me hérisse le poil c’est la façon dont elle est tombée enceinte, pas le fait qu’elle le garde.

    Pinaize, c’est brouillon, je suis pas claire. Je te laisse remettre mes idées en ordre^^

    • Je comprends tout à fait, j’ai eu la même réaction. Et les maladies putain! Les capotes c’est pas pour les chiens!
      Et oui, je pense aussi qu’il y a une différence entre 16 et 19 ans. 3 ans, à cet âge là, ce n’est pas rien.
      Et je ne pense pas que TOUTES les jeunes filles de 16 ou 19 ans soient capables d’être de bonnes mères. C’est le fait de toutes les condamner d’office qui me révolte.

  • Mon frère est né quand ma mère avait 21 ans et demi, moi je suis né quand elle en avait 24, le petit frère 6 ans plus tard. Souvent on me dit « Han, mais elle l’a eu vachement tôt ! Et elle fait quoi dans la vie ? ». Ouh que ça m’énerve. À l’époque ma mère était étudiante en école d’agronomie, une école d’ingénieur quoi. Mon frère a fait de nombreux roupillons en amphis, il a tété pendant les cours, ça a laissé des traces (pendant ses études il a souvent dormi en amphi…), moi j’ai assisté à la soutenance du mémoire de stage en partie depuis les bras de papa, en partie depuis le nichon de maman. Bah on en est pas morts. Bien au contraire. Le petit frère dit souvent qu’il aurait bien aimé avoir une histoire rigolote sur ses premiers mois qui soit lié à la scolarité de notre mère…
    Je suis rentrée en école d’ingénieurs avec une jeune fille qui venait d’être maman. Pas gâtée par la vie, elle s’en sort super bien avec son fils, mais quand j’en parle (très admirative) on me demande (presque) toujours « Et elle a eu son diplôme malgré tout ? ». C’est quoi cette question débile ? D’ailleurs à la remise des diplômes c’est son fils qui l’a reçu des mains du directeur. Et beaucoup de nos enseignants comprenaient très bien quand on annonçait « Elle sera pas là, son fils est malade/tombé et s’est pété le bras/etc… »

    • Je comprends quand même qu’on pose la question. Pour l’avoir vécu, suivre des études avec un enfant, ce n’est pas de tout repos et ça demande un investissement plus conséquent que sans enfant. Mais la motivation contrebalance, on est bcp plus motivé avec un enfant! :)

  • Coucou,
    Désolée que mon article t’ai fait « bondir » mais on ne peut pas tout dire dans un article, tout comme on ne peut pas tout dire en une chanson. Colonnel Reyel est lui aussi jeune, il n’est pas aussi talentueux que Bénabar mais en écoutant sa chanson je n’ai nul part entendu qu’il était contre l’avortement. Dire aux jeunes filles qu’elles ont le droit de ne pas avorter ce n’est pas dire que l’avortement est mal. Il parle des cas ou la jeune fille ne veut pas avorter et quelle est limite forcée par sa famille et la société. Car oui il y a de nombreuses filles qui voudraient garder leur enfant mais qui sont contraintes d’avorter.

    • Il y a aussi de nombreuses femmes qui voudraient avorter mais qui sont contraintes de garder l’enfant, ce n’est pas terrible non plus et personne n’en fait de chanson hasardeuse.
      Et Colonel Reyel a 27 ans, s’il avait dû être talentueux, ça serait déjà fait… Et a 27 as on a le droit de réflechir un peu plus que ce qu’il fait.

  • Chère LMO,
    Merci pour ce billet, j’y vois une façon de refuser la généralisation dans un sens ou dans l’autre. Cette question d’avoir un enfant très jeune ne peut pas, comme beaucoup d’autres, avoir une réponse qui se réduit à « c’est bien » ou « c’est mal ». Je crois qu’on ne prend malheureusement pas le temps (bon aussi parce qu’on ne l’a pas) de regarder les choses au cas par cas. C’est ce que tu fais en expliquant le tien, alors c’est peut-être une goutte d’eau dans l’océan, mais moi je trouve ça bien.
    Certaines choisissent d’être mère jeune, d’autres le subissent, mais quel que soit le contexte, je crois qu’elles ne méritent d’abord qu’une chose : qu’on les respecte.

  • C’est bien trop personnel pour pouvoir faire une généralité.

    Comme tu le dis, une fille mère à 16 ans pourra très bien gérer et être une maman idéale, alors que sa copine ne le sera pas du tout.
    Question de maturité, d’engagement et de conscience des responsabilités.

    Moi c’est la question de l’avortement qui me fait bondir, on a toutes nos petites sensibilités 😉
    Pour moi ça reste un droit inaliénable. On doit pouvoir avoir le choix. Justement pour éviter d’obtenir des situations catastrophiques de mères incapables d’élever un enfant. Et ce quelque soit son âge.

    • Pour moi aussi, le droit à l’avortement est inaliénable. Je ne supporte pas les propos « pro-vie ». J’avais eu maille à partir avec un groupe de pro-vie l’an dernier d’ailleurs… Ca m’avait beaucoup affecté.
      C’est aussi pour ça que je trouve que cette chanson du « colonel » est dramatique, même s’il ne le dit pas, il se pose comme un défenseur de « la vie » et donc contre l’avortement, c’est induit.
      (et contre la capote aussi, ce qui est le pire dans sa chanson!)

      • Je n’ai pas écouté la chanson, rien que le nom du mec (du groupe ?) m’en dissuade.

        En revanche ce qui me gave prodigieusement c’est que tous ces « bien-pensants » sont majoritairement des hommes. Tu sais, ceux qui n’ont pas à porter l’enfant pendant 9 mois, ceux qui n’ont pas à subir les désagréments divers et variés liés à cet état (parce qu’il faut être clair, être enceinte a un côté fabuleux, quand tu le désires, si tu n’en veux pas, tu ne vois que les emmerdes), ceux qui vont se barrer et laisser la mère se démerder à la moindre bricole ? (je ne dis pas que tous les hommes sont de mauvais pères, je dis juste que j’en ai ma claque que des mecs imposent les choses aux femmes alors que eux n’en subiront jamais les conséquences)

  • TU sais quoi? Elle me fatigue cette polémique!

    J’ai été maman à 20 ans, et ça a été un don du ciel!
    J’avais 20 ans, j’étais à la Fac… Je connaissais les options, et j’ai choisi. Moi, toute seule! J’ai arrêté mes études, les ai reprises quand mon fils a été scolarisé…

    Aujourd’hui? Je vie plus que bien avec un ado de presque 14 ans, qui avec tout le respect qu’il me doit sait qu’il peut me parler de tout, avec qui je suis proche et qui trouve ça cool que ses potes lui envient une « reum » si « djeun »…

    J’ai travaillé à l’hôpital quelques temps, dans un service de maternité et de procréation assistée. Est-ce qu’une seule fois je me suis permise ne serait-ce qu’un regard hautain parce qu’une femme de plus de 45 ans, tentait désespérément de faire un enfant? Non, jamais… Ce ne sont pas mes choix, mais le sien… Celui d’une femme, uniquement!

    Ca me bassine cette polémique à 2 francs, six sous et si chacun s’occupait de ses propres besoins, de ses propres envies?

    C’est un peu un « marronnier », il se dispute le top de la polémique avec « bib’ ou allaitement »! Nan mais franchement, ça m’insupporte les mamans qui pensent avoir la science infuse parce qu’elles ont eu un mouflet….

    (Désolée LMO mais ca m’énerveeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee, des bisous -p)

    • Moi aussi la polémique me fatigue. Mais me sentant particulièrement concernée j’ai du mal à ne pas réagir quand je la vois… 😉
      Moi aussi ça m’énerve (la pruve, y’a au moins 3 gros mots! 😉
      Des bisous aussi

  • Ben en fait dans la chanson de Colonel Reyel ce qui me choque, c’est

    1. la manière dont il traite la sexualité ( il lui a mis un ace…. Je vous invite à lire les « paroles »…. Pas vraiment l’image qu’on souhaite donner à nos jeunes générations)
    2. le discours sur le fait que la maternité est la plus belle chose au monde. Ce discours est à mon sens dangereux car il culpabilise les femmes qui ont choisi l’avortement, celles qui ne veulent pas d’enfants et celles qui ne baignent pas dans le bonheur quand elles sont mères.

    Après je crois qu’être mère à n’importe quel âge doit être un véritable choix personnel (de couple si le père est présent). Point. Je ne juge ni ceux et celles qui se lancent dans l’aventure, ni ceux et celles qui préfèrent l’IVG.

    • Je partage en tout point ton avis. Merci d’éclairer ainsi mon propos! :)
      Et puis bon sang, à notre époque, un chanteur de rap devrait plutôt se soucier de véhiculer des messages favorisant le port de la capote, plutôt que de promouvoir la maternité à 16 balais…

  • eh bien figure toi que tu me « piquerais » presque l’idée de mon prochain article…

    la petite apprentie de mon travail (tout juste 20 ans), dont je ne suis pas le tuteur mais presque quand même, m’a annoncé aujourd’hui en confidence qu’elle était enceinte, heureuse de l’être, mais qu’elle flippe grave de l’annoncer au boulot… déjà qu’elle a du mal a vivre le fait que ses parents lui ont demandé quand elle aurait rendez vous pour avorter…
    bref… évidemment je l’ai rassurée, on a cherché ensemble ses droits et vu comment organiser les choses pour ses études etc etc…

    c’est en effet un vaste débat: l’age et le moment idéal pour être maman…
    quand j’étais jeune, idéalement, je me voyais maman a la fin des mes études, soit vers la vingtaine…
    ça ne s’est pas fait pour pleins de raisons (le célibat non choisi pour commencer, et la multiplication de grandes périodes de n’importe quoi).
    10 ans plus tard, et oui, toutes les conditions « idéales » sont réunies, et rien…

    avoir un enfant, ça dépend d’une envie, et de la nature… quand y’a l’un des deux qui n’est pas au rendez vous, ça se complique…
    peu importe l’âge au fond! 16 ans, 30, 45… l’important avant tout c’est le choix!
    les accidents arrivent, et quelle que soit l’option retenue, personne n’a le droit de juger…

    être maman jeune, j’imagine bien que c’est pas de la tarte tous les jours… en même temps, à 30 ou 40 ans, d’après ce que j’en vois, c’est pas toujours la joie non plus au quotidien!!!

    les biens-pensants et autres moralisateurs feraient mieux de s’occuper de leurs fesses :-)

  • j’ai eu mon fils à tout juste 19 ans (vive les regards), puis marier à tout juste 20 ans (déjà les regards s’adoucit et si tu precise que tu es proprio c’est encore mieu), ensuite j’ai eu nana à 20 ans (presque 21). Quoi 20 ans et déjà 2 enfants? bon là j’aurais 24 ans et 3 enfants, il est pas encore là BB3 que les regards de mes 19 ans sont deja de retour mais je m’en fiche je m’en suis sortie dans la vie malgres que je suis une jeune mère.

  • J’étais passée à côté de ton billet ! Evidemment, ça me parle (comme d’habitude 😉 ) Je suis nuancée, mais je pense un peu comme toi : avoir mon fils m’a donnée un bon coup de pied au derrière et je n’ai pas l’impression d’avoir « perdu » ma jeunesse.

    L’un des points négatifs, c’est de ne pas avoir eu certains choix à ma portée à ce moment-là et d’avoir un peu trop subi les bons conseils, d’avoir voulu faire trop bien au début. Mais je suis infiniment heureuse d’être une très jeune maman avec un peu moins de 18 ans d’écart avec mon fils…

    • Il y a des avantages et des inconvénients à chaque âge, je crois.
      Etre parent jeune n’est pas tout rose, mais l’être à 32 ans non plus…
      Je ressors beaucoup de positif de ma maternité. Pas QUE du positif, mais tellement que je n’ai jamais pu regretter une seconde d’avoir décider de mettre ma première fille au monde. :)

  • Le truc c’est que pour une mère enfant de 16 ans qui s’en sort, combien vont galérer et devenir des « cas sociaux » ?
    C’est toujours plus facile d’élever un enfant à cet âge quand on peut compter sur des parents compréhensif et sur un conjoint présent. Mais quand est il de la réalité pour la plupart des gens ?

    Un petit aperçu de l’âge moyen de la mère pour le 1er bébé http://www.population-demographie.org/pdf/6-AGE_MOY_1ER_ENF_UE.pdf

    Avoir un enfant avant 18 ans est quand même malgré tout peu courant, c’est juste qu’on en parle plus effectivement car ce n’est pas banal.

    Je pense qu’il faut arriver à faire la différence entre être un bon parent et être en mesure de donner toutes les chances à son enfant dans la vie.
    N’importe qui peut être un bon parent à 16 ans, à 40 ans.
    N’importe qui peut faire un enfant à 16 ans, à 40 ans.

    Mais qu’en est il des enfants qui grandissent avec une mère de 16 ans, sans père et sans grand parents car ceux ci rejettent leur fille. Fille qui doit arrêter ses études pour élever ses enfants et trouver un travail qui ne sera pas franchement le job idéal.
    Je pense tout de même qu’on est mieux armés dans la vie et parfois plus mature à 25 ans ou 30 ans. Même si ceci n’empêche pas de se faire plaquer par son mec et de perdre son boulot et d’être une mauvaise mère.

    C’est juste que statistiquement, on connait mieux les hommes, on peut mieux anticiper leur réaction et on sait avec qui on fait un enfant. Je doute qu’a 16 ans on connaisse suffisamment son copain pour prendre un choix aussi important dans la vie. Et je doute qu’a 16 ans on puisse assumer seule son choix.

    Après je ne suis pas contre les gens qui ont des enfants à 16 ans, je reverrais à 35 ans d’avoir déjà mon gosse qui quitte la maison ^^

    Sinon sympa l’article :)

  • tes coups de gueele font du bien !!

    je suis devenue maman à 21 ans, bon ok pour certains ce n’est pas 16 ans, mais le problème a pourtant été le même !
    On m’a jugée inconsciente, perdue, assistée, bref prends toi ça dans la gueule mais surtout demerde toi avec ton gosse !!
    Bah ouais que je me suis démerder, et plutôt bien même !! et je peux te le dire que j’en suis fiere !!

    l’avortement je ne suis ni pour ni contre. chacun son histoire, chacun sa vision des choses. mais partir en propagande pour l’un ou l’autre, NON ! surtout quand il s’agit de gamines, qui bien souvant se retrouvent démunies et auraient bien besoin de soutien.

    Ces chansons me font vraiment peur plus qu’autre chose … il est loin le temps où on chantait la pluie et le beau temps !

    merci pour cet article 😉

  • bon alors moi aussi je vais réagir a ton coup de gueule 😉
    j’ai été maman a 19 ans et remaman a 23 ! j’ai aussi subit des regards accusateurs et des remarques blessantes …
    pourtant je m’en suis pas si mal sortit , j’ai fini mes etudes enceinte , eu mon diplome etc (bon depuis j’ai changer de voie et vais bientot reprendre des etudes mais ça n’a rien a voir !
    enfin au jour d’aujourd’hui je peux dire que la plus belle chose qui me soit arrivé c’est bien mes enfants et quand je vois ma meilleure amie enceinte de son 1er enfant (quand moi mon fils va avoir 8 ans) et bien je vois qu’elle se pose exactement les memes questions que je me posait a l’epoque et je sais qu’elle galerera autant que ce que j’ai pu galerer (et oui les nuits sont aussi difficile a 20 ans qu’a 28 ou meme 40 ans 😉 )
    enfin voilà :) moi aussi ça me saoule de lire et d’entendre ça !
    bisous la MTO

  • Ma puce 8 ans me demandais justement ce que je ferrais, comment je réagirais si elle tombait enceinte à 18 ans.
    Je lui ai expliqué pourquoi 18 ans ça semble tôt: parceque souvent on n’a pas fini ses études, qu’on n’a pas de boulot et donc qu’on n’est pas indépendant financièrement, mais je lui ai aussi dit que si il s’agit d’un vrai choix pour elle, qu’elle l’a murement réfléchi, si par hasard elle a un copain fiable qui la soutien dans ce choix ou si de dans tous les cas c’est ce qui la rend heureuse, et bien je ferais avec et je tacherais de mettre de coté mes craintes de maman.

    Ce qui me désole dans les grossesses précoces c’est que souvent les jeunes mamans n’ont pas été convenablement entourée et aidé avant, et que cette grossesse est leur seul moyen de donner un coup de pied dans la fourmilière, de faire leur révolution, leur seul espoir d’une vie avec plus d’amour.

  • j’ai eu mon premier à 19 ans, j’ai 22 ans j’attends mon deuxième, et on est pas des cas sociaux mon mari et moi, on vit très bien ! C’est pas une question d’âge, mon fils m’a quasiment sauvé la vie, j’étais perdue tout ce que j’avais c’est mon mari et un avenir flou. Aujourd’hui tout est clair, et on est épanouis comme ça. Un enfant c’est pas un boulet, c’est un être humain, on peut continuer et vivre sa vie de jeunes gens, les soirées entre potes, les sorties … En tout cas on se prive de rien, sauf d’alcool à cause de gros bidou !!! :p

    Merci pour ton billet

  • Ma mère m’a eu à 18 ans (mon père à peine 5 ans de plus), très jeunes donc… et pourtant ce sont les meilleurs des parents.
    C’était un choix et pourtant ils ont du affronter les regards, les critiques, les jugements. Inconsciemment ils ont du se sentir obligés de réussir mieux que quiconque dans leur rôle de parent. Je pense que je m’en suis plutôt bien sorti pour une fille de cas soc’ (bisous Jeanne Cherhal).

  • Bravo bel article !!
    j’ai moi aussi eu ma fille jeune , à 18 ans , et ma dernière à 30 ans …. et l’impression que je tire de mon expérience est celle-ci : sommes nous mieux préparées à 30 ans qu’à 18 ? franchement je ne sais pas , hormis le fait que l’on soit plus confortablement  » installées dans la vie  » à 30 ans ….mais je ne me suis pas sentie plus incapable à 18 , j’ai eu des choix à faire je les ai fait et assumés . ma fille est aujourd’hui une belle jeune-femme de bientôt 20 ans , pleine de vie et équilibrée , je pense avoir réussi à lui donner tout l’amour , la force et la joie qu’il faut pour affronter la vie malgré mon jeune âge et les critiques de mon entourage et au risque de paraître prétentieuse je suis fière de moi :-) !
    j’admets que je ne sais pas quelle réaction j’aurais pu avoir si un jour elle m’avait annoncé être enceinte très jeune … j’ai toujours prôné le port du préservatif non dans le but de lui  » interdire une maternité  » mais dans celui de lui  » interdire d’attraper une vilaine maladie mortelle  » !
    Voilà une tout petit morceau de mon ressenti !!
    Belle journée !

  • Bonjour à tous, j’ai créé un groupe Facebook pour les parents Ados. Nous discutons de notre vécu, de nos enfants, nous nous conseillons… On a parfois aussi des jeunes filles qui souhaitent devenir maman qui viennent nous demander notre avis ou des conseils…
    Je vous laisse le lien :
    http://www.facebook.com/groups/222185191954/
    Vous êtes les bienvenues
    On manque un petit peut de témoignages et de membres pour faire vivre un maximum ce groupe (nous ne sommes que 83).

    Parfois, des chaines (M6, W9…) viennent proposer à des mamans de témoigner pour des émissions…

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poster des photos de vos enfants.

    Bisous à tous et à très vite

    Alexia (maman d’un premier enfant à 10 ans puis d’un second à 22 ans)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


six × = cinquante quatre