Cet été, j’ai été à Saint Bâârth! (Part one)

Comme vous le savez, je suis partie à Saint Barthélemy, dans les Caraïbes, pendant une semaine, cet été.
Tu dois être un minimum au courant parce que c’est en grande partie grâce à toi, cher lecteur, que j’ai pu partir, grâce à tes clics compulsifs, à ta dévotion sans faille, à ton amour de ton prochain et à ton abnégation rare (ben, quand même, cliquer pour envoyer QUELQU’UN D’AUTRE en vacances, faut être hyper sympa, je te le dis!).

Je ne t’ai pas oublié pendant cette semaine, je t’ai envoyé une carte postale (j’espère que tu l’as reçue?).
Et comme promis, je te fais un petit compte-rendu de ce voyage un peu hors norme, de cette semaine de vacances au paradis (pour riches), de cette fabuleuse aventure qu’est de partir en vacances pour un voyage offert.

Déjà, ne te méprend pas, qui dit « offert » ne dis pas « gratos ». J’ai été vernie quand même parce que l’offre, via Voyageurs du Monde (je les adore, on était partis avec eux au Cambodge, c’était génial!)(Faudra que je te raconte, tiens!), était assez complète. Vol A/R Paris-Saint Jean, 7 nuits à l’hôtel + petit déj. Restait à notre charge: les repas, le trajet Toulouse-Paris, la location de la voiture. Ben, ça monte vite (surtout quand on sait qu’on part moins d’une semaine à l’avance, le Paris-Toulouse avec Air-France, tu le sens passer!).
Mais passons, une semaine à Saint Barth au prix de revient d’une semaine à Center Parc, ça passe, y’a pire. (Mais faut le savoir avant de jouer, quand même, parce que si on avait été ruinés, on aurait pas pu partir).

Bref, Saint Barth, qu’est ce que ça t’inspire? Perso, j’ai vu « voyage », j’ai foncé. Les voyages, ça me fait rêver, j’adore voyager, découvrir des cultures différentes, rencontrer des gens riches à l’intérieur…
Saint Barth, je ne savais pas ce que c’était ni où c’était, j’ai dû me renseigner (pour savoir un minimum pour quoi je jouais, quand même). J’ai vu que c’était « une minuscule île dans les Antilles française », et qu’il fallait 8 heures d’avion pour y aller (j’adore prendre l’avion), ça a suffit à me convaincre.

En fait, à Saint Barth, tu n’y vas pas pour voyager (ou alors, t’as des exigences en découverte et rencontre très peu élevées), tu y vas pour y passer des vacances et dépenser plein de sous.
Saint Barth, c’est l’île où les people se rendent afin de passer des vacances à la plage sans être dérangés.

Et en effet, tu ne te fais pas déranger DU TOUT!
Les paysages sont sublimes, chaque photo qu’on a pris aurait pu devenir une carte postale tant c’est juste beau. L’eau turquoise et limpide, le sable clair et fin, les montagnes vertes (à un moment donné, on s’est cru dans Lost!), le tout, sans personne pour venir troubler ton calme.

Ce qui est chouette aussi, c’est qu’il fait tout le temps beau (ils ont eu un record, je ne sais plus en quelle année, de 7 jours consécutifs sans soleil, non mais, Oh my god!! 7 jours sans soleil, comment ont il fait pour survivre?)(Ils ont appelé cette année « La grande dépression »)(nan, je déconne…) et que l’eau est chaude (mais genre TRES chaude).

Ce qui est moins chouette, c’est que tu crèves rapidement de chaud, le soleil étant plus près et plus au zénith que sous nos latitudes… Donc dans ce cas précis, tu trouves vite vite une plage, tu vas dans l’eau (si tu te dis « ouhhhh, elle est fraîche » c’est parce que tu croyais que tu rentrais dans ton bain, et pour un bain, c’est tout juste un peu trop tiède, effectivement), et ton problème est résolu.

Le second souci, c’est le soleil (toujours…) qui tape très très fort, mais comme, pour ne pas mourir de chaud, tu passes ton temps dans l’eau, tu ne te rends pas compte que ça brûle A TRAVERS l’eau!!! Donc tu te prends des coups de soleil de malade et tu passes la fin de la semaine à te tartiner de biafine… (Et après tu pèles, c’est moche!)

Sinon, c’est une île sympa. Effectivement minuscule (21km², plus petit que l’ïle de Ré, qui n’est déjà pas très grande…), dôtée d’un certain nombre de plages amenant son lot de questionnement « Non mais là, y’a trop de corail, viens, on va en chercher une autre!! » »Non mais celle là, y’a trop de vent… » »Non, mais celle là, y’a des gens!! ».

La « Capitale », Gustavia, comporte 15 rues (on les a compté, oui) de toute beauté, avec des magasins aussi luxueux qu’inaccessibles (Cartier, Hermès, Vuitton… Paye ton souvenir!).

En fait, c’est la volonté du maire de l’île que cette élitisme sur Saint Barth (enfin, par élitisme on entend « touristes très riches », pas « supériorité culturelle »). La petite île a été découverte par Christophe Colomb peu après « les Amériques », mais comme elle ne pouvait pas servir à grand chose, ils l’ont laissé à l’abandon avec ses quelques habitants.

Ce n’est que dans les années 70 qu’un certain Rockfeller a senti le filon. Des vacances, c’est cool. Des vacances au soleil et la mer, c’est top moumoute. Mais devoir se coltiner la populace sur la plage, ça craint! L’idée, c’est donc de créer un paradis pour riches, un endroit inaccessible pour le commun des mortels en terme de prix qui assure une relative sérénité pour les gens qui ont les moyens de se permettre un petit séjour sur l’île.
Tout y est beaucoup plus cher qu’ailleurs, avec des prestations qui, en principe, suivent. Tu ne trouves pas un hôtel à moins de 200€ la nuit et on peut difficilement dîner pour moins de 50€ par tête. Et toutes les excursions possibles (et rares, ça se résume à la plongée et à une balade en mer) sont un peu plus onéreuses que dans les îles voisines ou qu’en métropole.
Pour les souvenirs, idem, à cela près que Saint Barth étant un port franc, à priori, on devrait payer moins cher qu’en France (exonération de taxe). M’enfin, ramener un Vuitton à Mémé, même 19% moins cher…

Dernier détail concernant l’île: comment s’y rendre?
Il y a des petits vols depuis la Guadeloupe, la Martinique ou encore Saint-Martin. Il faut savoir que l’atterrissage est particulièrement impressionnant à Saint Barth du fait de la petitesse de la piste (300 mètres) et de la petite montagne à franchir juste avant de se poser… Et la mer au fond, aussi. Le tout, dans un avion à hélices de maximum 19 places!

Bon, tu as un aperçu décousu désormais, mais je t’assure, c’est assez exhaustif!!
La prochaine fois, un « carnet de voyage »  avec un détail des plages que nous avons visité.

Est-ce que je suis contente de mon séjour? Oui, c’était très sympa. Est-ce que j’y retournerais? Ben, à moins de gagner au loto, non… La semaine là bas coûte très cher, quitte à dépenser autant d’argent, je préfère partir en Malaisie, en Thaïlande ou en Mongolie, aller quelque part où y’a des trucs à faire, en prendre plein les yeux, plein les oreilles et en revenir un peu différente.

Saint Barth n’est pas une destination de voyageur mais de vacancier de luxe. Si j’étais très riche, est-ce que j’y retournerais? Oui, sans doute. Par nostalgie et parce que c’est vraiment très beau. Et passer des vacances à rien faire, c’est cool, aussi!

En tous cas, gagner ce voyage nous a permis de passer une semaine de vacances hors norme. Dans un endroit où on ne serait jamais allés de nous-même. On a vécu dans une carte postale pendant 7 jours, et ça, c’était plutôt chouette!
Merci encore, mille fois, de m’avoir permis de partir! :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

32 Commentaires sur
“Cet été, j’ai été à Saint Bâârth! (Part one)”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


cinq × trois =