Il y a 10 ans…

10 ans aujourd’hui que le monde a basculé, une fois encore, dans la terreur et le désarroi. 10 ans que deux tours se sont effondrées, laissant place au chaos et à la désolation. 10 ans que des décisions ont découlé de cet événement tragique, plus ou moins dignes d’intérêt, plus ou moins dévastatrices, à l’image du drame…

Il y a dix ans, chacun de nous se souvient précisément de ce qu’il faisait lorsqu’il a découvert les images de la première attaque puis de la deuxième… Nous nous souvenons tous de l’effroi, de l’incrédulité qui nous a habité pendant quelques heures… Puis la tristesse profonde qui a suivi, même si nous n’étions pas directement concernés. PArce qu’au fond, le 11 septembre c’est l’histoire du Monde, et nous avons tous été touchés, à plus ou moins grande échelle.

Le 11 septembre 2001, je venais d’avoir 20 ans, Mouflette avait tout juste 6 mois. J’étais en plein aménagement, dans mon appartement, à Angoulême. Le déménagement avait eu lieu quelques jours avant. C’était un logement HLM, mais j’avais eu la chance immense d’en obtenir un juste en dessous des remparts, donc en centre-ville, dans une ancienne manufacture. Un immeuble cosy à deux pas des rues commerçantes. Pas un logement dans une barre HLM. Un grand trois pièces, nous avions chacune notre chambre, Mouflette et moi. J’avais peine à croire à ma chance.

Le matin du 11 septembre, je m’étais rendue en cours. J’avais  forcé le destin pour m’inscrire dans le lycée « côté » de la ville, et pas celui qui avait une assez mauvaise réputation (mais qui était dans ma circonscription). La rentrée venait d’avoir lieu et me rendre à des cours de Terminale me semblait la plus belle promesse d’avenir au monde. Mes camarades, pour la plupart plus jeunes que moi, étaient très sympathiques et m’ont accepté avec enthousiasme. Je redoutais d’être écartée, qu’on se moque de ma situation de jeune mère-lycéenne. Il n’en a rien été. Mais malgré une bonne entente et une excellente ambiance, je me suis souvent sentie très seule, alors que ma vie comportait des épreuves très difficiles à surmonter.

Mouflette venait d’avoir 6 mois. Quelques jours après, je recevais la décision du juge quant à sa garde. Elle pouvait rester avec moi (le père en avait demandé la garde exclusive) mais le père recevait un droit de visite et d’hébergement de 4 jours toutes les deux semaines. Prise d’effet immédiate. Choc et soulagement. Je gardais mon bébé près de moi, mais elle allait devoir partir, souvent. Le début d’une longue et difficile lutte pour faire entendre raison au père. En vain… Mouflette et moi garderons à vie des séquelles de ces moments que je ne peux me remémorer sans pleurer tant ils étaient violents et brutaux. Malgré toutes les horreurs que j’ai eu à vivre auparavant, cette période restera gravée comme la pire de ma vie. Et pourtant, aussi la meilleure…

La pire parce que me séparer de mon bébé, devoir la laisser partir chez quelqu’un en qui je n’avais pas confiance est une difficile épreuve auquel un parent doit faire face.
La meilleure parce que pour la première fois de ma vie, je me prenais en main avec une détermination que je ne me connaissais pas. Avoir la vie devant soi, le savoir et être décidée à mettre tout en oeuvre pour arriver au meilleur, c’était galvanisant.

Il y a dix ans, ma vie était sur le fil du rasoir et  je m’acharnais à tomber du bon côté.

Le 11 septembre 2001, ma mère était chez moi pour garder Mouflette. J’étais rentrée le midi pour déjeuner, nous en avions profiter pour défaire quelques cartons. Nous avions allumé la télé, sans le son.
Nous y jetions un oeil de temps en temps.

Et j’ai vu un avion arriver sur New York, je me souviens m’être dit « Ho lala, mais il est bas, il va se crasher c’est pas possible! ». Et j’ai vu l’avion rentrer dans une tour. Je me souviens avoir été très surprise et m’être dit « Dis donc, c’est la bande-annonce de quel film? C’est drôlement violent! »
Et face à ses images déconcertantes, j’ai allumé le son. Et je suis restée totalement incrédule « Non mais c’est une blague? C’est un film catastrophe? Qu’est ce que c’est que ça! »

Il nous a fallu plusieurs minutes pour comprendre. Zappant de chaine en chaine et toujours les mêmes images de cet avion s’encastrant dans cette tour… Etre obligé d’admettre que ce n’était pas une blague mais une catastrophe…
Puis le 2° avion dans la 2° tour, que nous avons vu traverser presque en direct… La même stupéfaction, la main devant la bouche, le souffle coupé devant des images aussi monstrueuses.

La thèse de l’accident aussitôt écartée pour laisser place à celle de l’attentat terroriste. Et suivant la stupeur, la colère et la haine, puis une profonde tristesse…

Mouflette à mes côtés, je regardais ces images tout en me demandant dans quel monde j’avais fait naître mon enfant…

Le 11 septembre, le monde a basculé dans le chaos.
Tout à reconstruire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

23 Commentaires sur
“Il y a 10 ans…”
  • C’est un triste anniversaire aujourd’hui. Tu as très bien exprimé ce que nous avons ressenti devant l’horreur. Une pensée pour toutes les victimes et leurs familles, leurs amis, nous sommes tous un maillon de la chaîne humaine. En espérant un monde meilleur…

  • j’aime te lire et te connaitre d’avantage…ca doit etre tres dur ce que tu as vécu, laisser ta fille a une personne en qui tu n’as pas confiance, ça me donne des frissons!

    moi aussi je me souviens bien ou j’etais, c’etait en cours et nos profs ont stoppé les cours et nous sommes tous aller dans une piece télé, nous, les profs, tous le souffle coupé devant l’horreur des images…

  • Chaque personne se souvient exactement de ce qu’il faisait ce jour là !!! je revenais d’une échographie et je venais d’apprendre que j’attendais un garçon puis on a allumé la radio et très vite la joie de cette nouvelle à laisser place à la stupéfaction puis à l’effroi devant cette tragédie…

  • chacun d’entre nous se souvient de ce qu’il faisait au moment ou il a appris ce drame. j’ai vu le 2e avion se crasher… a l’époque on était à paris, pas loin de la tour montparnasse.
    j’ai d’abord cru à un mauvais film… j’ai zappé mais c’était les memes images. j’ai pas compris tout de suite. j’ai vu des gens sauter par les fenetres. .. bref, l’horreur que tout le monde sait…
    merci de nous faire partager tout ça.

  • 10 ans, 10 années viennent de s’écouler….Et toujours cette douleur pour tout le monde, pour les proches et moins proches des victimes. Aujourd’hui je n’ai pas regardé un seul reportage, lu un seul témoignage car cette tragédie me bouleverse autant qu’il y a 10 ans

  • Je m’en souviens aussi comme si c’était hier, de ce terrible 11 septembre 2001…
    J’étais au travail, c’est mon papa qui m’a appelé pour me dire ce qu’il se passait. Pas de télé à proximité, c’est le soir que j’ai découvert ces images de l’horreur. Je pleurais, incrédule, comment la haine peut mener à de telles choses ? A l’heure qu’il est, je n’en reviens toujours pas.
    Je n’oublierai jamais, c’est certain.

  • Au début j’ai cru que c’était un mauvais film pris en « route », ensuite j’ai réalisé, je me souviens m’être assise et j’ai pleuré, j’ai cherché ensuite à joindre nos amis habitant là bas à l’époque, essayant et essayant jusqu’à ce que la maman de mon amie m’appelle pour me rassurer 2 jours après…aujourd’hui encore j’ai la gorge serrée …

  • Ce que j’ai admiré, c’est le patriotisme et le courage dont les Américains ont fait preuve après ce terrible attentat. Quand c’est arrivé, c’était pendant les vacances, j’allais entrer à Assas début octobre. J’étais chez mon père et au début on n’arrivait pas y croire. Aujourd’hui encore je suis choquée. Il y a un avant et un après 11 septembre c’est sûr…

  • tout le monde se souviendra a jamais de ce 11/9 , aujourd’hui, 10 ans après, je rend hommage à toutes les personnes qui ont sauvé des vies, mais aussi à toutes celles qui l’ont perdues dans ces circonstances incroyables et si tristes, une très grosse pensée à eux

  • Tout d’abord, je ne peux pas imaginer laisser ma fille à qui que ce soit, alors j’imagine vraiment ce qu’a pu être ta douleur. :o(

    Ensuite, j’étais étudiante en questions internationales le jour des attentats. Je ne peux pas dire que je suis tombée d’admiration devant la réaction de la majorité américaine. Cette violence horrible a été instrumentalisée au possible et en réaction, combien de gens sont morts et ont vu leur vie chamboulée dans la « lutte au terrorisme » qui a suivi? En s’intéressant un peu à la géopolitique, on comprends vite que la capture de Ben Laden était bien secondaire à l’atteinte de d’autres objectifs. Si j’étais américaine, je serais outrée qu’on se serve d’un événement si triste! Qu’est ce donc qu’être patriote? Aller s’engager dans l’armée pour les faire payer, en ciblant tout ce qui est basané? Comment s’indigner en toute lucidité de ce terrible affront fait par des extrémiste quand le président américain de l’époque décide ensuite de partir en croisade « car Dieu est de son coté »?

    Certains ont poussé la réflexion plus loin. Chapeau à eux. Et souhaitons que de telles atrocité ne se répètent plus, en territoire américain mais aussi partout ailleurs!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


un + = neuf