Black Swan

Lors de mon vol Paris-Saint Martin (oui, je vais en parler autant que je pourrais, de ce voyage!), j’ai regardé SexFriend, qui m’a laissé une impression formidable. Black Swan et Minuit à Paris.

Comme tu peux le voir dans le titre, je vais te parler de Black Swan (je te jure, sans déconner!!!).

Black Swan, ça parle de quoi donc? Ca parle de danse et du lac des cygnes (l’hallu, avec un titre pareil!)(Hallu comme hallucination, pas comme aluminium…). Ca parle de Nina (Nathalie Portmann, again!)(Note que pendant que mois je regardais 2 films avec Nathalie Portmann, Mister Mii faisait de même à côté de moi, avec Thor), danseuse très talentueuse mais un peu coincée… Qui est choisie pour incarner le cygne blanc (et noir) dans le Lac des Cygnes (le rôle phare, donc, au cas où t’aurais pas tout compris).
Le directeur, Thomas (Vinent Cassel) est un peu spécial, enigmatique et très exigeant (en même temps, va diriger le New York City Balet en dilettante, je t’en prie!).

Le film traite donc de l’ascension de la danseuse étoile Nina, de son rapport avec Thomas (entre haine et amour, houuuu, ça fait peur!!) et de sa rivalité avec Lily, la nouvelle recrue qui essaye de lui piquer sa place (comme toutes les autres danseuses).

C’est un peu simplet, à première vue, comme scénario, mais c’est sans compter avec le suspens insoutenable d’un thriller into the movie… Hé oui, il y a de graves phénomènes paranormaux ou pseudo-criminels, dans cette école de danse (ou compagnie, peu importe), et ça fout les jetons…

Nina a des rapports complexes avec un peu tout le monde: sa mère (qui en tient une sacrée couche, faut admettre!), Lily, dont elle est à la fois amoureuse, attirée sexuellement et qu’elle jalouse pour son sex-appeal bien plus développé que le sien (Nathalie n’a pas de pot, dans les deux films que j’ai vu dernièrement, elle a la sensualité d’un macramé…), Thomas, qu’elle désire et repousse en même temps, à qui lle souhaite plaire mais auquel elle refus de se soumettre.

C’est pas mal hein, je dis pas. Y’a du suspens (pas vraiment insoutenable, mais qui tient un peu en haleine quand même), le scénario est assez travaillé. Mais les personnages n’ont aucune profondeur… Vincent Cassel surjoue le « méchant pervers », Nathalie Portman fait office de pot de fleur dansant, je ne comprends vraiment pas comment elle a pu avoir un Golden Globe ou je sais pas quoi… Sauf à la fin, quand le cygne noir s’empare d’elle, alors là oui, elle inspire enfin autre chose que de l’agacement et de la pitié…
La seule qui permet au film de redescendre un peu sur Terre, c’est Lily (Mila Kunis) qui apporte légèreté et une petite touche de dé-dramatisation…

Bref, un film spécial, qui dérange un peu, mais un peu trop mou et sans profondeur. C’est un peu dommage, l’idée de base était sympa, sur fond de problèmes psychiatriques graves, de relations mère-fille bizarroïdes. La sexualité sous toutes ses formes y est un peu trop présente à mon goût, sans aucune justification… Mais bon, ça se regarde avec intérêt tout de même.

Je donne donc la note de 5/10 (je suis généreuse quand même…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

17 Commentaires sur
“Black Swan”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


six + un =