L’eau et moi

L’eau, un élément essentiel à la Terre et à la vie (j’aime bien enfoncer des portes ouvertes), élément qui permet de boire, de s’hydrater, de se délasser, de faire du sport (je continue dans les poncifs, mais j’avais envie d’une intro, tu m’en veux pas!)

J’ai un rapport très particulier avec l’eau. Depuis que je suis toute petite, je l’adore. J’ai su nager très tôt (enfin, j’ai su faire tout un tas de trucs avant tout le monde, ça me sert pas à grand chose)(J’ai su marcher à 8 mois 1/2, c’est pas pour ça que j’adore marcher, mais passons). Bref!! J’ai su nager très tôt, mais j’ai aussi, très tôt, adoré ça!

J’ai habité La Rochelle et l’ïle de Ré, j’adorais la mer, m’y baigner, y nager, jouer dans l’eau pendant des heures.
On a même eu un voilier quand j’avais 8 ans, et j’adorais les sorties en mer (rares, pourtant), je m’imaginais devenir la seconde Florence Arteaux, je vouais une passion ardente pour tout ce qui touchait à la mer, à la nage, à la navigation…

Encore aujourd’hui, le seul endroit où je me sente vraiment bien, légère, agréable, c’est dans l’eau. Forcément, quand on a une masse non négligeable de kilos en trop, glisser dans l’eau, ne plus sentir la lourdeur sur les articulation, ne plus sentir son corps comme un obstacle, c’est assez magique et délicieux…

Parallèlement, l’eau me fait peur.
Pas l’eau en elle-même, mais ce qu’il y a dedans.
A la piscine, j’ai longtemps eu une phobie incontrôlable pour les grilles dans le fond de l’eau (les gros carrés auxquels personne ne fait attention, moi, ça me faisait tellement flipper que ça me créait des crises de panique…).
Quand j’allais à la piscine, j’en faisais le tour pour localiser les grilles et ainsi, je définissais un périmètre dans lequel je pouvais me mouvoir sans crainte.
A Versailles, je faisais des demi-longueurs, à cause de la grille un peu trop au milieu.
C’est à Angoulême que j’ai dû affronter ma phobie, la grille, après réfaction de la piscine, prenant environ 4/5° de celle-ci (ne me demande pas comment ils ont fait pour faire une grille aussi immense…), si je voulais me baigner, j’étais obligée de passer au dessus…

Bon, j’éprouve toujours une grande appréhension à la vue d’une grille, je les évite toujours soigneusement, mais je ne fais plus de crise d’apoplexie dès que je me retrouve à moins de 6 mètres de l’une d’elles (ce qui est est un immense progrès!).

J’ai non seulement peur des grilles, mais aussi de tout ce qui se trouve sous l’eau et qui est plus ou moins non-identifiable.
Dans la mer, si je ne vois pas mes pieds, j’angoisse. Pourtant, j’adore me baigner dans la mer, les vagues, le sable (dans l’eau, sur la plage, le sable, je trouve ça chiant), les courants frais et chauds, je trouve que c’est le kiff absolu. Mais si je vois un gros caillou ou si je sens un truc visqueux contre mon pied, je panique…

Je ne sais pas trop à quoi c’est dû, cette peur des profondeurs et de ce qui se trouve dans l’eau et que je ne peux pas identifier. Si je mets un masque, d’un coup, j’ai vachement moins peur parce que je vois tout et je me rend compte immédiatement que ça n’a rien d’inquiétant.

Bon, tout ça pour dire que cette année, dès la rentrée, j’ai pris la décision d’aller au moins une fois à la piscine. Pas forcément pour nager de manière forcenée (encore que j’aimerais bien retrouver mes performances et mon endurance d’antan), mais seulement pour passer un agréable moment, flotter, devenir toute légère, ne plus considérer mon corps comme un poids, mais au contraire, comme une source de plaisir dans l’effort.

Quand j’étais au collège, j’étais nulle en sport, je ne savais pas comment appréhender ce corps que je détestais et qui me faisait honte. Je n’arrivais pas à le « dompter » (j’étais mince pourtant, là n’est pas le souci), j’étais gauche et maladroite. Personne ne me voulait dans son équipe de sport…

Mais quand on a eu un trimestre de natation, j’ai excellé, je me suis retrouvée à être la meilleure, la plus rapide, la plus à l’aise. Ce corps que je ne comprenais pas devenait mon allié, la source de petits exploits hebdomadaires et d’une certaine fierté.

En fait je suis l’inverse d’un albatros, sur terre, je suis gauche et veule, mais dans l’eau, je suis à l’aise, je maîtrise mes gestes, mes contours, ma corpulence.

Bref, voilà, l’eau et moi, une histoire d’amour tumultueuse.
Et toi, ton expérience avec l’eau? Similaire? (J’aimerais me sentir moins seule avec ma phobie à la con!!!)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

30 Commentaires sur
“L’eau et moi”
  • J’aime l’eau mais j’ai aussi un peu peur. Je nage sans être vraiment une bonne nageuse. A la mer (enfin l’océan ou la Manche, j’aime pas la Méditerranée…Chuis une killeuse moi je me baigne en Bretagne nord!!!^^) , j’ai du mal à aller là où je n’ai pas pied, et j’aime pas avoir la tête sous l’eau…. A coté de ça la mer me fascine, j’adore tout ce qui s’y rapporte…. Bref moi aussi j’ai des sentiments contradictoires au sujet de l’eau…Mais une chose est sûre, ici ça me manque…. J’ai grandi en Charente, en 1h30 on était à la mer, ce n’est pas si loin, on passait souvent des journée au bord de l’Atlantique…Et je veux m’installer près d’elle, sur la Côte de Penthièvre, dés que je pourrai….

  • héhé moi aussi j’adore l’eau ! Et ma puce part sur les mêmes traces.
    Faut dire que j’ai vécu toute mon enfance en Espagne donc sorties à la plage le dimanche et tout le mois de juillet à la mer (vacances idylliques 10 ans de suite!)

    Bref, je ne peux pas trop te rassurer sur la phobie des grilles mais j’en ai aussi une plutôt idiote dans nos régions et à la piscine : les requins. J’adore ces bêtes-là, j’adorerais en voir mais …. dès que je vais dans l’eau je ne peux m’empêcher d’y penser.
    Combien de fois je n’ai pas manigancé de plans pour mettre mes soeurs devant et derrière parce que le requin n’attaquerai jamais la personne au milieu … bien sûr !
    Combien de fois j’ai failli me noyer quand je voyais une palme sortir de l’eau qui avait la forme d’un aileron de requin …
    Et cette peur, je l’ai même dans la piscine. On ne sait jamais, s’il lui venait l’idée de passer par la fameuse grille ..

    Moi aussi j’ai envie de retourner nager, surtout qu’une nouvelle piscine s’est ouverte aux Argoulets donc excuse pour aller tester !

  • J’habite à la rochelle et l’eau est comment dire…. marron !! on ne voit donc rien (si tu t’en souviens !). et moi je ne supporte pas que les algues me frôle la peau, il m’est arrivé de voir des petits poissons sauter, et j’ai poussé des cris d’horreur et je suis sortie de l’eau ! Je me baigne peu car j’aimerais pouvoir voir tout ce qu’il y a dans l’eau.

  • Ben là je sors des bébés nageurs…tout ça pour dire que j’aime l’eau et que j’ai transmis ça…hihihi
    Aujourd’hui c’était la nage du dauphin!!! et hop la tête sous l’eau!
    Mais j’aime m’y baigner pas la boire!!! 😉

  • Je flippe aussi dans l’eau, j’ai peur que quelque chose m’agrippe, même à la piscine … J’ai beau me persuader que non il n’y a pas de requins dans le grand bassin, je suis quand même angoissée 😉 c’est débile, surtout que je nage bien et que j’aime me baigner.

  • L’antithèse de l’albatros? La sirène :)

    Je suis comme toi, j’ai peur des profondeurs et de ce que je ne vois pas.
    Par contre, je ne suis pas aussi à l’aise que toi dans l’eau. Pas que j’aie peur, mais je ne sais pas respirer comme il faut, ce qui m’a valu deux trimestres de torture quand on faisait natation au lycée… Je n’avance pas, je faisais du sur place. A l’échauffement, j’étais déjà crevée. Et je sais même pas rester au fond de l’eau, mon corps remonte à chaque fois… Pffff! même les jeux de gosses je n’y arrive pas!!

  • alors moi l’eau à part sous la douche, globalement j’aime pas
    ça n’est pas du tout mon élément…
    je suis plutôt une terrienne moi vois tu, voire même j’aimerai assez savoir voler!!!
    j’ai appris à nager super sur le tard (et parce que j’y ai été obligée) et je pense bien avoir tout oublié depuis vu que pour ainsi dire je m’en sers jamais!!!
    en Corse cet été j’ai fait une exception, mais parce que vraiment il faisait très chaud et que rester à lézarder sur la plage en plein soleil c pas top…
    y a un fond d’aquaphobie la dedans, et une peur panique… des requins… alors oui effectivement j’ai peu de chance de me retrouver nez à nez avec un requin (bien que) mais c comme ça!
    et les ballades en bateau, globalement j’adore… mais je savoure moins si je vois pas la cote!

  • Perso je n’aime pas les grilles non plus et ça me rassure je ne suis pas seule alors !!! J’ai toujours eu peur de me faire aspirer dans le fond de la piscine par ses grilles …

    J’ai grandi à la mer mais j’ai la trouille du fond qu’on ne voit pas … les algues aussi j’aime pas, des fois qu’un requin ce cacherait dedans … on sait jamais !

  • Je DETESTE être dans le mer et penser aux algues et aux cailloux sous mes pieds et je panique rien qu’à l’idée qu’il y ait des bêtes qui me frôlent. Par contre, j’ai kiffé plonger avec masque et tuba.
    Rassurée ? 😀

  • A 6 ans, j’ai été traumatisée par mon premier cours de natation : on m’ a jetée au milieu du bassin ! C’est seulement, à 25 ans, grâce à une collègue qui m’a emmenée à la piscine pendant la pause déjeuner, que j’ai pris goût à cet effort qui me détend énormément… Depuis, je nage souvent, j’adore ça et surtout je me suis mise à la plongée sous-marine… moi qui détestais tant avoir la tête sous l’eau !

  • bonjour à toute !!!

    je sais que ce poste n’ai pas de 2013, mais bon,

    je suis dans le meme cas que vous, j’ai peur des grilles ,des lumières (et tout se qui ne ressemble pas au carrelage d’un piscine …) je passe plus de temps à les chercher qu’a nager et me détendre pourtant j’adore sa, je nageai tout le temps sous l’eau

    en se qui concerne la mer c’est encore pire, plus jeune je passai ma vie dans l’eau, jusqu’au jour ou j’ai marcher sur un truc vraiment très étrange mou et dure et depuis c’est terminer !!! des que je ne vois pas le fond je n’y vais meme pas et pareil pour les algues ( comme lu plus haut)

    et je crois que ma pire expèrience qui mais arriver c’est en allant faire du canohé …
    quand je suis passer sous un pont j’ai eu peur de toucher le mur … et le bouquet final c’est quand il à fallu accoster le canohé sur la rive. A l’approche du « quai » ( de voir de haut mur et des pilier dans l’eau) je me suis mis à pagayer très vite en marche arrière j’ai fini par accoster car je me suis dit que si je le faisais pas je resterai coincer dans l’eau, mon pauvre homme en à baver ce jour la car il était avec moi ( à la place de derrière) je sais pas comment faire pour canaliser cette peur qui devient ingérable et surtout sa me gache la vie , je ne peu plus profiter de l’eau ….quand on me dit aller viens on vas se baigner je suis la seule gland à rester au bord et à regarder tout le monde s’amuser c’est très frustrant …

    comment fait pour sortir de se cauchemar ??? et surtout est ce possible ???
    ce qui me rassure c’est que je suis pas toute seule !!!

      • bonjour!!
        je suis heureuse j’ai fait un grand pas j’ai refait du canohé et j’était très détendu j’ai remarqué que quand il n’y avais pas de bord proche de moi je me sens en sécurité, j’en ai fait sur un grand lac dans une base de loisir et je suis aller à la moitié du bassin …

        j’ai tremper aussi mes guiboles dans l’eau avec mon fil, d’ailleur il m’aide beaucoup car je pense tellement à sa sécurité que je pense plus au fond que je ne vois pas et je suis obliger de me controler à mort pour ne pas qu’il sente que j’ai peur, je ne veux pas qu’il sente mes peur avec l’eau, y plus qu’a continuer comme sa

  • moi aussi j’adore l’eau j’ai peur que dans la mer quand je vois des poissons , sinon je n’ai pas peur de la profondeur etc .Quand j’était petite j’y allais même sans savoir nager a 3 ans j’ai été sur un toboggan ou à la fin il y avait 2 mètre d’eau j’ai nager sans problème même si a la base je savait pas nager. Dans l’eau j’oublies tout je peut tous faire l ‘eau m’acceuil.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


deux − = un