My lovely sixteen

MissCouette vient d’avoir 16 mois… Elle est de plus en plus mignonne et rigolote. Je l’aime encore plus. Je ne croyais pas cela possible, mais c’est le cas!
Quand elle était bébé, si dépendante, que nous étions quasi fusionnelles, j’avais du mal à lui donner sa place au sein de la famille. Elle était là, mais toujours collée à moi, et j’avais le sentiment qu’elle faisait encore partie de moi.

Aujourd’hui, elle est un petit être à part entière. Avant aussi, bien entendu, mais je le concevais difficilement.
Je préfère la période actuelle, c’est beaucoup plus drôle, beaucoup plus complice. Il y a elle et il y a moi, nous, notre famille, elle fait partie d’un tout mais est un petit individu, avec son caractère, ses mimiques, ses désirs, ses exigences. Quand je la vois, j’ai de véritables élans de tendresse qui m’envahissent. Et c’est formidable, rien de moins.

J’aime quand, le soir, je découvre les petits animaux avec lesquels elle a joué et délaissé sur le fauteuil de ma chambre.

J’aime quand elle se lèvre, le matin, et qu’elle s’assoupit encore un peu sur mon épaule.

J’aime lui donner son biberon, le matin, le seul moment où elle se tient toute tranquille, je peux lui faire des bisous sur le front sans qu’elle me repousse… C’est doux, elle n’est pas encore totalement réveillée, elle prend son temps… J’aime avoir ce temps avec elle, c’est dans ces moments là que je me félicite d’avoir choisi de rester auprès d’elle.

J’aime quand elle court partout dans l’appart, faisant la folle, poussant son chariot musical, faisant un bruit du tonnerre et mettant une vie folle dans la maisonnée.

J’aime quand elle cherche sa soeur en grattant la porte de sa chambre quand je dis « On va chercher Mouflette? »

J’aime quand elle va chercher un livre et me l’amène afin que je lui lise. Elle n’écoute pas un mot, préférant tourner les pages 4 à 4, bien installée sur mes genoux.

J’aime quand, après sa sieste, elle se rendort sur mon épaule. Ca n’arrive quasiment jamais, mais c’est délectable!

J’aime son enthousiasme pour la musique, elle commence à avoir des goûts pointus, comme sa soeur au même âge. Elle aime Thomas Fersen, Muse, les BabyShambles (bon là, y’a erreur de casting mais je ne lui en veux pas, j’ai parfois des goûts de chiotte), Neil Young… Elle préfère quand même ses petites comptines qu’elle commence à chanter (à base de tatata, mais avec le bon rythme, c’est déjà ça).
C’est con, mais je pense qu’elle a déjà des prédispositions pour la musique. Quand sa soeur vient jouer de la Clarinette dans le salon, elle va chercher sa petite flûte pour jouer aussi (faux et mal, mais l’idée est là!)
Elle a un grand intérêt pour ses petits instruments. Elle aime le bruit, les sonorités, chanter, danser.

J’aime la voir si pleine de vie, si heureuse. Une petite fille déjà épanouie et pleine de confiance en elle. J’ai au moins réussi ça, avec leur papa, donner de la confiance à nos filles.

J’aime l’écouter parler le « MissCouette ». Elle fait de belles phrases avec plein de mots… Totalement incompréhensibles! Quand elle est née, je me souviens m’être demandée ce qui se passerait si elle était « en retard », est ce que je le supporterais? Mouflette a été en avance sur tout, particulièrement sur le langage, qu’elle a eu précocement et très élaboré, très tôt. J’en étais évidemment très fière. MissCouette a marché très tôt, encore plus que Mouflette… Mais elle a 16 mois et ne parle toujours pas (enfin si, le MissCouette, langue totalement inaccessible!). Elle dit des petits mots de ci de là, mais est très loin du vocabulaire de sa soeur au même âge. Je pensais qu’autant que la fierté que j’ai ressenti en écoutant Mouflette me parler, je ressentirais peut être de la honte si MissCouette n’était pas aussi « précoce ». En fait, je n’ai pas honte du tout, je suis fière aussi.
Je sais qu’elle est tout aussi douée que sa soeur, mais elle ne développe pas les mêmes facultés aux mêmes moments.
On m’a dit « ben dis donc, il serait temps qu’elle s’y mette (à parler) » et moi je m’en fiche. Même si elle doit rester muette, qu’est ce que ça fait? Elle finira bien par parler, quand elle en ressentira le besoin!
Pour le moment, elle sait très bien se faire comprendre par les gestes (qu’elle a très variés!) ou les quelques mots qu’elle connaît et on comprend toujours ce qu’elle essaye de communiquer.

J’aime quand elle fait des blagues, quand elle se cache, quand elle cache des objets (bon, c’est souvent dans la poubelle donc ça m’amuse beaucoup moins…).

Bref, j’aime la vie à 4, j’aime cette petite chipie si pleine de vie, ce petit tourbillon d’amour! Elle est toujours joyeuse, toujours souriante. Elle suit sa soeur partout et joue à ses jeux « de grande » avec elle (Mouflette s’adapte un peu quand même). Elle est adorable.

16 mois… Le temps file à toute allure!
Pour Mouflette, je trouvais le temps long tant j’avais hâte de la voir grandir, progresser, voir à quoi elle ressemblerait à un an, puis deux, puis trois… Voir ses progrès, la marche, manger seule, s’habiller seule, l’entrée à l’école.
Pour MissCouette, c’est l’inverse, je profite de chaque moment, je n’attend pas la découverte suivante, je profite de celle présente. Du coup, le temps passe un peu trop vite…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

49 Commentaires sur
“My lovely sixteen”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


× deux = quatorze