Désir d’enfant

Quand j’étais petite, je m’imaginais avec un seul enfant. Une fille si possible, que j’élevais seule. Je n’imaginais jamais une grande famille, plein d’enfants et encore moins un mari (quand j’étais petite, je pensais que tous les pères étaient comme le mien et quand j’allais chez mes copines, j’étais terrorisée quand j’entendais une voix masculine. De ce fait, je m’imaginais élever un enfant seule, loin de la terreur masculine que je connaissais).

Je suis devenue adolescente et j’ai commencé à m’imaginer vivre avec un garçon, les premiers émois aidant. Et puis j’ai eu une fille et je me suis retrouvée seule pour l’élever.
C’était un peu comme si mon rêve d’avenir d’enfant se réalisait. J’étais heureuse avec ma fille. Je n’imaginais pas lui faire un jour un frère ou une soeur, ni rencontrer quelqu’un qui pourrait faire office de père.
La vie n’était pas tous les jours facile mais j’aimais cette vie.

Et j’ai rencontré Mister Mii. Tout petit à petit, nous avons appris à nous connaître, à nous apprivoiser. Il a commencé à faire partie de ma famille, cela a pris des années, mais c’était bien comme ça. Qui va piano va sano.
Et nous nous sommes mariés, il s’est imposé dans le coeur de Mouflette comme son papa. Il l’est devenu officiellement peu après.

Le désir d’un autre enfant a commencé à germer quand Mouflette a eu 3 ans, je dirais… Je m’imaginais avec un autre enfant, mais dans longtemps. J’étais tracassée par l’écart d’âge. Et à la fois, j’avais mes études à mener et surtout, avec Mister Mii, on s’aimait beaucoup mais on voulait prendre notre temps. Quand Mouflette avait 3 ans, j’en avais 22, j’avais le temps!

Après notre mariage, le désir s’est fait beaucoup plus présent. Nous désirions un enfant, tous les deux et nous nous sommes lancés. Et MissCouette est née.

Aujourd’hui, j’ai à nouveau un désir très fort de porter et donner la vie. C’est très physique, comme si mon corps réclamait de ne plus être seul avec lui-même, comme s’il voulait créer à nouveau un bébé à choyer.

Le désir est émotionnel aussi, alors que MissCouette devient une petite fille indépendante et pas très caline, j’ai envie, égoïstement, d’avoir un petit être qui ne dépende que de moi à porter dans mes bras…

Et j’ai le désir d’une grande famille. J’ai l’impression que jamais je ne serai rassasiée d’enfants… J’espère que si parce qu’on n’est pas vraiment partis pour en faire 15…

Le désir est difficile à expliquer. Il y a le désir d’être enceinte (je fais partie de ces femmes qui adorent cet état, malgré les nombreux désagréments), l’envie de mettre au monde un enfant. L’accouchement est un moment si fort en émotions, et découvrir un tout nouvel être humain qu’on a créé pendant des mois, c’est indescriptible… J’ai le désir d’avoir un nouveau-né, je fais aussi partie des femmes qui aiment les bébés (enfin, les siens, pas trop ceux des autres). Et j’ai envie d’une famille nombreuse, d’avoir une ribambelle d’enfants qui courent partout. Peut être que si je les ai ça me fera vachement moins rêver, mais j’ai cette image d’Épinal d’une grande fratrie qui partage tout.

Le souci c’est que je vais sur mes 31 ans, ma fille aînée a 11 ans, je n’ai pas vraiment terminé mes études, je ne compte pas rester femme au foyer toute ma vie, mais je n’ai que très peu d’expérience professionnelle…
Nous n’avons pas encore de maison, on n’est pas très très riches, bref… Plein de petites choses qui font que, d’une, on ne fera pas un enfant tout de suite… Et deux, on n’en fera certainement pas autant qu’on veut.

Si on fait un bébé d’ici un an, l’écart avec MissCouette serait parfait (enfin, on est bien placés pour savoir que l’écart d’âge, c’est un mythe, 9 ans d’écart, c’est parfait aussi), mais je ne pourrais pas aller bosser avant longtemps (considérant qu’on n’a pas de moyen de garde stable, ça me laisse trois ans de plus à la maison, youpi!). Si on attend que j’ai terminé mes études (donc au minimum 3 ans vu que je cours à ma perte pour cette année…) et que je trouve un job, ça nous amène à dans 4 ans minimum et ça me rend malheureuse d’avance de devoir attendre si longtemps… En plus, j’aurais quasiment 35 ans et je pourrais difficilement caser un 4° enfant (ou alors Mouflette aura plus de 18 ans d’écart avec le petit dernier, ça fait beaucoup!)

Bref, le désir est très fort. Mister Mii aussi aimerait bien d’autres enfants mais ces difficultés sont un gros frein pour lui. J’ai l’impression d’être face à un choix impossible: une grande famille ou une carrière… Et même si mon ambition n’est plus aussi vive qu’antan, j’aimerais m’accomplir autrement qu’en étant mère. D’autant qu’à 40 ans, quand il seront tous à l’école, je vais faire quoi? Reprendre mes études à cet âge? Ou tenter de trouver un job sans aucune expérience? Et je vais bosser jusqu’à quel âge pour espérer toucher une retraite, 78 ans?

Je regrette un peu mon parcours merdique. J’ai eu beaucoup d’épreuves à traverser, j’ai perdu des années à me battre pour guérir d’un mal qui me rongeait. Des années que j’aurais pu passer à étudier. Aujourd’hui je suis heureuse et « normale », les blessures sont apaisées. Mais je me dis que je ne m’en suis pas très bien sortie, bien s^r, ça aurait pu être pire, j’aurais pu me suicider ou terminer junkie… Je suis juste une nana à la vie professionnelle inexistante et ratée, même si sur les autres plans, je m’en tire bien.

J’en veux aussi un peu au système de garde qui ne permet pas d’accéder à une crèche facilement et qui oblige certaines femmes (ou parents, mais soyons honnêtes, c’est souvent la femme) à rester au foyer alors qu’elles aimeraient bien faire autre chose.

Bref, j’ai terriblement envie d’un (ou 2 ou 3) autre enfant, c’est viscéral, mais j’ai l’impression que c’est bien compromis et je ne suis pas sûre que ce soit un deuil que je suis capable de faire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

68 Discussions on
“Désir d’enfant”
  • je comprend ton anvie, et tous ces petits tracas qu’ils faut malgré tout prendre en considération!!ce n’est pas simple!J’ai eu envie très jeune d’un enfant, mais je ne trouvait pas le papa, et puis j’ai rencontré Mr Lexou, et petit à petit c’est lui qui a fini par me demander un enfant!Nous avons notre crevette depuis bientôt deux ans, mais tu vois, je suis peut être très étrange, ùais je n’ai pas du tout envie d’un deuxième, ca peut paraître égoïste, irresponsable ect mais franchement, j’ai d’abord envie de pouvoir l’éléver correctement, lui offrir les joies de la vie, les sorties, les cadeaux, les voyages, que je m’imagine pas du tout avoir un deuxième, et pourtant, j’auais très envie d’être enceinte, j’ai adoré, et accoucher aussi, parce que mon seul accouchement s’est très bien passé!!!étrange ces sensatins de femmes non?!

  • Tout comme toi j’ai très envie d’un autre enfant, je ne vais pas aller jusqu’à dire que c’est un besoin mais presque ! Pourtant les moyens de l’élever correctement, les dépenses que cela engendre, mon travail, l’achat immobilier réalisé dernièrement sont comme un frein psychologique ! Mais Comme toi mon cœur dit autre chose !
    Bizz je suis sûre que les choses se feront naturellement et que la décision se prendra toute seule 😉

  • Moi qui suis plus âgée, j’ en voudrais au moins encore un . Plus qu’ une carrière qui je crois est plutôt hélas derrière moi que devant moi, c’est aux réticences de mon jules auxquelles je dois faire face et ça fait mal parfois, souvent.

  • C’est toujours très beau comme tu te livres. c’est difficile pour nous les femmes de choisir puisque comme tu l’écris si bien, c’est souvent nous qui mettons notre vie en parenthèse et laissons de côté notre job. Mais quelle merveilleuse expérience que de donner la vie, les hommes ne connaissent pas ces délicieuses sensations dans notre corps, dans notre coeur et dans notre esprit. Ne pas se poser trop de questions, on met toujours des barrières à tout, foncez!!!

  • tu as très bien écrit ce que tu ressens, et tu formules assez justement ce qui nous travaille toutes, finalement: on ne s’en doute pas quand on est ados, ni même quand on a fait des enfants au départ… mais j’ai l’impression que toutes les femmes, tant qu’elle sont encore fécondes, se posent cette question: j’en fais d’autres? je m’arrête là?

    Qu’on soit mère d’un enfant unique, ou de cinq enfants… j’ai l’impression qu’on est toutes un peu pareilles, tiraillées entre le « j’aimerais, il faudrait »… pressées par le temps, subissant une pression, une urgence, réelle ou imaginaire.
    On est toutes animées/bloquées/ torturées par des règles qu’on se met, liées à notre enfance, nos rêves, nos fantasmes de la vie de famille idéale.

    Moi, par exemple, j’ai deux enfants, ils ont 2 ans d’écart. J’ai voulu faire ma fille assez jeune (enfin, vieille par rapport à toi ;-), à 26 ans… j’étais déjà dans une sorte d’urgence; « faisons le tant que je suis jeune, en bonne santé, on ne sait jamais ce qui peut arriver ».
    J’ai voulu faire le deuxième rapproché, c’était obligatoire pour moi qu’ils soient proches en âge. Parce qu’avec mes frère et soeur c’est la même chose… alors il fallait que je reproduise ce schéma familial, qui me plaisait.
    Et l’envie du 3ème est là. Mon fils a 18 mois, l’âge de la grande quand je suis tombée enceinte de lui.

    Et j’ai cette idée fixe qu’il faut que mes enfants aient peu d’écart. J’essaie de me détendre là-dessus, de me dire que s’ils ont 3, voire 4 ans d’écart, ce n’est pas grave… et que si j’ai envie d’un 3ème, je le ferai, tant pis si ça ne coïncide pas avec mes envies « idéales ».
    Matériellement, la question du 3ème complique les choses, clairement, il faudrait acheter un autre appart’… bref, on n’est pas prêts. Mais on en a envie tous les 2.
    Ca me travaille.

    Et j’ai l’impression qu’on est toutes pareilles, que même si, un jour, on se dit qu’on a fait le nombre d’enfants souhaité, qu’on va s’arrêter là, définitivement, et qu’on est sûre de son choix… je suis sûre qu’il y a toujours un deuil à faire, des questions qui se posent, tant que la nature permet à notre corps de donner la vie.

  • Dans le contexte actuel, c’est sure qu’on se pose bcp de question avant de faire un enfant, et c’est vraie que le manque de place en crèche est un gros problème.
    J’espère que tu arriveras à trouver la solution qui te convient le mieux !!!
    Bonne journée !!!

  • Le désir d’enfant, ce truc viscéral qui ne se raisonne pas. J’en parlais encore ce week-end avec mes cousins/cousines… on évoquait surtout l’aspect financier, le fait qu’il faudra financer les études de nos enfants et que plus on en fait, plus ça sera dur à financer (et long). J’expliquais que pour ma part, égoïstement, j’étais incapable de voir aussi loin. Je suis consciente des efforts financiers qui m’attendent mais je me refuse à les laisser entraver mon rêve familial : quoiqu’il arrive (enfin si je le peux), j’aurai au moins 3 enfants, sans quoi je serai malheureuse (et 4 si nous sommes assez courageux/inconscients).
    Après, professionnellement, c’est plus facile pour moi car je suis déjà lancée, j’ai un CDI. Même si je ne m’éclate pas à mort dans mon travail, c’est tout de même un confort de subsistance qui me permet d’enfanter sans trop de préoccupation matérielle immédiate, de payer (cher) des nounous, etc.
    Comment ça se passe par chez toi, les assistantes maternelles sont inabordables côté finances ?
    Quant aux études, ma mère a repris les siennes à 40 ans (3 ans d’études, pour devenir assistante sociale) si ça peut t’encourager et ne pas désespérer. C’est sûr que pendant ce temps, ça a demandé beaucoup d’investissement à mon père pour nous gérer (mais bon, il rattrapait ainsi son investissement plus modéré dans notre prime enfance), que ma mère a sûrement souffert de ces heures en tête à tête avec son ordi plutôt qu’avec ses filles… Mais elle a fait ce qu’elle devait pour être plus épanouie et ça s’est globalement bien passé.
    Je te souhaite de trouver la solution qui vous conviendra.

  • comme je me retrouve dans tes mots !!!
    c’est exactement ce que je ressens a l’heure actuelle
    j’ai tellement envie d’un 3eme enfant ! mon grand a 8 ans et le petit 5 , je me dit que si on attend trop ils auront trop d’ecart …
    et puis moi j’ai 28 ans , j’ai pas trop envie d’attendre trop longtemps non plus
    et la question des études aussi , je vais surement reprendre les miennes pour devenir infirmiere , donc 3 ans d’etudes …
    bon sauf que mon mari n’est pas pret pour un 3eme ce qui veut dire que c’est pas pour tout de suite (voire jamais meme si il ne se décide pas )
    mais je ressens ce desir tellement fort ! c’est indescriptible !
    bref , tout ça pour dire qu’une fois de plus je me retrouve completement dans ton billet 🙂

  • C’est fou cette faculté que tu as d’écrire des articles tous aussi touchants les uns que les autres ! Mais celui-ci me touche encore plus vu ma situation actuelle : Basile n’a que 8 mois et demi et je viens d’apprendre que j’étais enceinte d’un mois. Cette grossesse n’était pas prévue alors j’ai été un peu chamboulée et si une partie de moi est heureuse, l’autre partie angoisse et a très peur car comme toi je n’ai que très peu d’expérience professionnelle et n’ai pas envie d’être mère au foyer toute ma vie !
    Mais forcément, c’est comppliqué, car comme tu l’as si bien expliqué, quand on ne travaille pas, on n’a pas de place en crèche, donc forcément on ne fait que s’occuper des enfants donc pas facile de se former ou de rechercher un emploi et c’est un cercle vicieux jusqu’aux trois ans de l’enfant, en effet.
    C’est dur d’être partagé entre l’envie d’avoir des enfants et ce sentiment un peu d’étouffer quand on se sent obligé de ne faire que s’occuper d’eux ! Comme toi, j’ai peur de ne percevoir ma retraite qu’à partir de 78 ans !
    Merci pour ce très bel article en tous cas ! 🙂

  • Je te comprends parfaitement, pour moi aussi c’est une envie viscérale que celle d’avoir (au moins) 3 enfants en ce ui me concerne, un besoin au fond de moi, à l’intérieur. J’aime être enceinte (même si je trouve que les 9 mois sont longs) et j’aime les bébés et tout ce qui tourne autour.
    Très joli article, qui me parle énormément.
    J’espère que tu réussiras à trouver la solution qui te/vous correspond le mieux (et pourquoi ne pas reprendre tes études plus tard ? Je crois que ça se fait de plus en plus 😉 )

  • Mais oui comme le dit audrey, tes études tu pourras les finir après! Par contre malheureusement, on n’a pas toute la vie pour faire des enfants…ton article me parle vraiment, j’ai vécu une vie un peu comme la tienne, meme si je n’ai pas eu ma pouillette tres jeune, je me suis retrouvée seule un certain temps et avec mon amoureux nous avons fait un petit Cromignon, mais ca a été dur, ca a pris 2 ans, on ne sait pas ce que la nature décide…moi aussi j’en voudrais beaucoup, j’aime tellement les bébés, mais j’ai 35 ans et j’accouche par césarienne, alors si j’en ai encore un ca sera déjà très bien…la décision vous reviens à ton homme et à toi, mais perso je mets tout le reste de côté tant que la nature me permet de procréer, parce que le reste, je pourrais le faire après…(même un régime! 😉

  • Je pense qu’on est toutes confrontées à ce genre de problème.
    Comme toi j’aurai bien aimé un petit dernier. Bon ça c’était avant ma terrible dernière grossesse qui m’a un peu refroidie…
    Et il y a aussi que je veux retravailler. M’étant faite licencier, c’est compliqué de retrouver qqch par les temps qui courent. Le milieu que j’ai quitté ne m’attire plus trop. Je vais tenter une reconversion. Je redémarre de nulle part. Sans expérience dans le domaine…
    Du coup je ne sais pas trop pr le 3eme. Ca me chatouille un peu quand même. Mais pour l’instant faut que je bosse !

  • Dur dur ce choix de vie… Que te dire, hormis de prendre ton temps, d’y réfléchir Mister Mii et toi, de peser le pour et le contre.
    Si un 3ème doit arriver, ça sera comme une évidence, tu verras qu’il n’y aura aucune raison matérielle pour entraver cette envie. Mais c’est aussi important que tu t’accomplisses pour toi, juste toi.

    Pour ma part, mes 3 merveilleux enfants me comblent, je suis tellement heureuse d’avoir cette belle et grande famille ! Et bien sûr, le désir d’enfant, quand on aime être enceinte, accoucher, les moments avec un nouveau-né, ça ne disparaît jamais tout à fait 🙂 Mais je veux pouvoir consacrer du temps à chacun, sans en sacrifier aucun. Alors 3 restera notre chiffre !
    Mille bisous ma belle <3

  • Tu le sais, si j’avais la place, je recommencerais tout de suite. 11 ans d’écart entre mes enfants c’est chouette parce que mon fils était autonome quand la petite est née. Mais il a souffert d’être seul longtemps.
    Et puis j’ai envie pour les mêmes raison que toi. Mais matériellement, ça n’est pas encore possible et puis mon mari veut profiter encore un peu de sa fille 🙂

  • ton article est si vrai, si bien formulé..
    La vie de maman est complexe et ça me rend souvent malade comme il nous faut nous sacrifier…dans une autre vie je voudrais être un homme..oh et puis non 🙂
    Courage, la vie nous offre parfois de belles opportunités et souvent de vrais messages lorsque les choses doivent changer, j’espère que tu trouveras ton équilibre pour être le plus épanouie possible,

  • Le désir d’enfant m’a toujours animé, et quand on a décidé de laisser la nature faire son oeuvre, elle nous a contrarié. Au désir d’enfant toujours vaillant, s’est ajouté la crainte de n’en avoir jamais. Pas question d’imaginer la suite, juste un devenait l’inaccessible. Un échec et un succès plus tard en PMA et nous devenions parents après 4ans d’attente. Le désir d’enfant ne s’est pas éteint, et encore une fois nous avons laissé la nature décider, dans l’espoir que nous avions toujours gardé au fond de nous de faire partie de ceux qui avait le bonheur d’une jolie surprise. Il a bien fallu nous résoudre à l’évidence, et décider encore une fois de reprendre le chemin de la PMA, en sachant ce qui allait nous arriver mais dans le doute persistant que ça ne marche pas… Et pourtant, si tout se passe bien jusqu’au bout, nous pourrons savourer le bonheur d’un deuxième enfant dans quelques mois, et cela reste incroyable pour nous.. Pourra-t-on refaire ce chemin encore? La nature nous jouera-t-elle un joli tour? Avec toute cette attente l’âge avance… Le désir ne s’éteint pas, ni les doux rêves d’une grande famille.
    Quant au reste, l’argent, la place, quoi faire de ma vie et j’en passe, je n’en parle même pas c’est l’angoisse, mais mes petits miracles sont précieux et mon homme confiant, alors on verra..

    • J’ai eu beaucoup de chance d’avoir mes filles sans y penser. La première sans même le décider, la seconde sans attendre ou presque…
      Je crois que je dois profiter de cette chance pour me lancer peut être.
      J4admire ton parcours et ça m’a ému de te lire! 🙂

  • Je te comprends, nous aussi nous avons un soucis de « carriere » des 2 côté…mon homme a reprit des études et veux reussir sa vie proffessionnelle. Moi j’ai mon boulot et je ne veux pas en changer. Je sais que je ne peux pas baisser mes heures de travail qui sont tres chargées… bref je souhaitais aussi 4 ou minimum 3 enfants et a l’heure actuelle on ne peut pas parler de 2eme car trop compliqué….parfois j’ai envie de tt lacher et arreter de travailler mais avec notre credit maison c’est maintenant impossible…allez on va y arriver toi comme moi (enfin j’espere 😉 bisous

  • Coucou, je te comprends tellement! Je viens de m arreter 3 ans pour mon 1er (où j ai eu la chance de pouvoir finir ce satané mémoire) et je retombe enceinte! La crèche m avait refusé bb1 car je travaillais pas! (Mais comment retravailler sans crèche???) BB2 va arriver 1 mois avant l entrée à l école de bb1. Ma vie professionnelle ne reprendra pas avant looooonnngtemps et ça me chagrine. Je dois dire pour ma part que le désir de travail devient TRÈS présent,pour retrouver un équilibre dans mon couple aussi… Voilà j aimerais partager ce coup de gueule sur lesmoyens de garde d enfants qui nous enferment et nous laissent finalement très peu d’options. Je te souhaite d’en trouver un qui te permettra d’allier maternage et professionalisme, parcequ’on estnombreuses à avoir besoin des 2!

  • Hé oui c’est bien dommage de devoir choisir toujours entre la carrière et les enfants… On n’est pas très aidée de ce point de vue là…
    Quel choix cornélien… D’autant qu’une fois que tu as trouvé un boulot, ça ne le fait pas trop non plus de tomber enceinte dans l’année…
    Et suivre des études à ton rythme avec les enfants tu n’y as pas pensé ?
    Moi j’ai fait des études qui ne me correspondaient pas, des choix qui m’ont coûté cher et qui m’ont donc empêché de recommencer d’autres études.
    Finalement j’ai choisi de trouver un métier tranquille, pas hyper passionnant, mais je me plais bien et ma famille me comble tellement que finalement je suis heureuse.
    J’espère que tu sauras choisir au mieux.
    Vu comment tu parles de ta vie professionnelle, et de tes études qui ont l’air de te tenir à coeur… ça a l’air important à tes yeux… Ta vie professionnelle tu y passes quand même la majeure partie de ton temps, tu risques de le regretter toute ta vie si tu abandonnes… tes projets d’enfants, ce n’est que report et non abandon… Qu’est ce donc 3 ans dans une vie entière et une carrière…
    Enfin je me permets un jugement que je ne devrais pas… de toute façon, c’est un choix que vous devez faire à deux et quel qu’il soit je vous souhaite que du bonheur…

  • Le désir d’enfant, si difficile à apprivoiser. Le deuil du p’tit dernier est un sujet qui me tourmente beaucoup en ce moment (j’attends mon deuxième et je ne veux pas envisager l’idée que ce soit le dernier).

    Comme je te comprends…

    Ton billet est superbement écrit, bravo … Enfin ne recommence pas trop souvent, tu me fais pleurer…

  • Je me reconnais dans pas mal de point de ton billet sauf pour sur le plan pro puisque j’ai 11 d’expérience pro derrière moi.
    Je n’aurai jamais pu faire le deuil d’un 3ème et à te lire, vu ton âge, je ne pense pas que tu arriveras à te raisonner durant tant d’années 😉

    Pour le moment, je me raisonne en me disant que Chichi est le p’tit dernier. Je vais tout revendre comme ça je ne garderai pas un espoir quelque part.

    J’ai une amie comme toi qui va avoir son 3ème cette année et qui n’a pas d’expérience pro (elle a fait une thèse), mais elle est convaincue qu’elle pourra travailler après. Quand on y croit, on peut y arriver.

    Faut le faire cette année ce 3ème 😀

  • j’ai vécu cette situation lorsque nous avons souhaité bb2 (j’étais en CDD depuis peu, les nounous, l’achat immobilier, l’écart d’âge, les moyens financiers, etc)

    au final, bb2 est là, je suis toujours en CDD (fonction publique oblige) j’aimerai passer des concours et évoluer, j’ai trouvé une super nounou, je suis toujours locataire, elles ont 7 ans d’écart et c’est parfait, je ne suis pas tellement plus pauvre mais pas tellement plus riche, je n’ai toujours voulu « que » 2 enfants

    bref, bb1 va avoir 8 ans, bb2 va avoir 1 an, et bb3 n’est pas du tout prévu dans ma vie (pourtant papa s’y voit déjà), je vais avoir 27 ans et j’ai l’impression que le temps va me sembler troooop long pour ne pas que j’ai envie de revivre cette magnifique aventure
    on dirait clairement un DEUIL de maternité qui semble impossible à gérer :-S

    la solution c’est peut être de s’écouter un peu moins … et écouter un peu plus son coeur …
    bon courage

  • A mon avis il vaut mieux que tu t’accomplisses un peu en tant que femme et dans ta carrière professionnelle avant de te lancer dans une nouvelle aventure maternelle. Parce que tu risques peut-être de le regretter dans quelques années. Elever ses enfants c’est un très beau métier mais certaines ont besoin d’autre chose, et c’est tout à fait légitime !
    31 ans c’est encore jeune, donne toi encore un peu de temps pour réfléchir sans te mettre trop de pression, mais bon je sais que le désir d’enfant peut-être parfois si fort qu’il nous fait perdre la raison !

    Même si je n’ai pas envie d’un 2ème enfant tout de suite, je commence à envisager l’idée et me dire que peut-être elle fera son chemin plus tôt que prévu… Mais je me dis aussi que je suis encore jeune et que j’ai envie de profiter de mon fils pleinement avant de recommencer une nouvelle aventure.

  • en meme temps, y a t il un « moment idéal » pour faire un enfant?
    il y a effectivement quelques éléments essentiels à prendre en compte, pour que tout se passe bien et pouvoir accueillir bébé dans debonnes conditions…
    après pour le reste…
    la vie est trop courte pour avoir des regrets!!!
    ne cogite pas trop, laisse parler ton coeur… ça aide parfois!

  • Salut LMO,
    pourquoi ne fais-tu pas garder Miss Couette par une assistante maternelle ? La CAF te remboursera tes frais de garde à hauteur de 280 euros par mois. Cela peut ne rien te coûter.
    Bon courage dans ce questionnement.

    • Parce que trouver une ass mat c’est le parcours du combattant. Et pour des raisons personnelles et intimes, il m’est très difficile de confier mon enfant à une nounou (alors que la crêche, aucun souci)

  • Ton parcours est celui de toutes les femmes ! Le problème majoritaire, c’est la conjoncture actuelle qui met des bâtons dans les roues aux gens qui veulent bosser. Si tu obtiens ton diplôme, ce sera peut être difficile d’être juriste ou avocate ; mais rien ne t’empêche de faire du freelance en conseil juridique ou du temps partiel dans une institution de droit. Je connais des personnes qui bossait dans la partie juridique d’une boite d’informatique (pour examiner les contrats et les mentions légales). Tout est possible, essaye de voir si il n’y a pas des sections identiques dans les entreprises d’aéronautique sur Toulouse.
    Rien n’est impossible, le seul frein, c’est nous-même et je commence doucement à m’en rendre compte 🙂

  • Fait comme moi 🙂 fait en un autre puisque tu en as tant envie .

    Effectivement, pour la grande carrière, c’est un peu rapé, (mais pour moi aussi) pour la grande famille heureuse tu es encore dans les clous ! (et moi aussi !)

    Arrête les noeuds au cerveau et lance toi !

    et au lieu de rêver une hypotétique carrière , profite de ce que tu fais tout les jours (ton blog/tes gamins) pour développer ta carrière pro dans ce sens… Moi a ta place c’est ce que je ferais ! (mais moi je n’ai pas de blog alors je développe d’autres talents cachés!)
    Arrêtes de voir ce que tu n’as pas et que tu n’auras probablement jamais pour te recentrer sur ce que tu as là et maintenant et ce qui est le plus facilement à ta portée !

    et puis la vie est longue et pleine de rebondissement alors détends toi et profite de ce que tu réussis !

  • bonjour,
    J’en voulais 3 mon mari 2,et pour nos finances,2 c’était déjà limite, oué ça devrait pas mais ça compte les finances, changer de voiture de lieu d’habitation…, et les frais liés au études plus tard etc.. bref…j’ai du faire le deuil d’avoir un troisieme enfant, et surtout celui d’avoir une fille, c’était ça le plus dur mais on a fait notre vie à 4 , « mes hommes » et moi et c’était bien^^

    Puis changement professionnel de mon mari, plus de revenus, et j’étais arrivée à mon age critique pour être enceinte (35ans pour être enceinte maxi ), c’est mon mari qui a reparlé du désir d’enfant à ma plus grande surprise^^
    nouvelle voiture format familiale , projet de contruction de maison

    hésitations: repartir dans les couches,les eccarts d’age 7 et 9ans, fini les grasses mat qu’on arrivait à recupérer peu à peu etc
    Mais l’hésitation n’a pas été longue..ce fut oui et quel bonheur !!la vie nous a comblée avec l’arrivée de la ptite derniere, qui non seulement est une fille mais qui est super cool ,et à fait ces nuits dés la naissance,meme pas l’impression d’avoir un bébé ici^^
    Pour nous aucun regret, que du bonheur mais tout ceci du à un changement de revenus, sinon il est clair que nous n’aurions pas fait ce choix^^

    woila woila

  • Ho lala ! Que j’aurais aimé en avoir 3 ou 4!
    Mais bon, ce fut très dur d’en avoir 2, alors bon, on ne va pas se plaindre !!!!
    Et pui du coups, je suis trop vieille maintenant et même si on a une forte envie de bébé, tout ce que ça implique pour le »faire », pffff , ça nous a découragé ! Pas envie de retrouver tout ça, donc, on profite de notre bonheur à 4 !
    Tu es jeune (à ton âge, j’en avais 0 !!), alors je vous souhaite qu’un jour ……

  • Ouaouh…en tant que papa, je me reconnais pourtant dans pas mal de tes propos.
    Comme je dis (trop) souvent, j’ai une priorité : ma fille. Bientôt 2. Par contre, je peux te dire que je suis d’accord avec toi sur les problèmes de garde…mais c’est aussi pour ça que j’hésite à me mettre en congé parental.

    • Ce serait un beau geste pour ta famille!
      C’est tellement compliqué de faire garder ses enfants aujourd’hui, il y a dix ans ce n’était pas auss dur (du moins j’ai eu une place 2 semaines après l’avoirdemandé pour mon aînée)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


quatre − = null