Pourquoi la femme est-elle indispensable au monde?

Le 8 mars, je vous proposais ici un jeu, vous demandant de me dire en quoi consisterait un monde sans femme et pourquoi la femme est finalement indispensable.

J’avoue avoir été agacée par quelques participations… Peut être n’avez vous pas pris le temps de développer votre propos et de donner un point de vue vraiment construit, ce que je comprends tout à fait. A vrai dire j’espère, car sinon, je crains qu’on ne soit pas sorties de l’auberge, si je puis me permettre…

Sidérée par les propos misogynes et stéréotypés que j’ai pu lire, je me suis demandée ce que moi je dirais… Est ce que mon texte serait moins « choquant »? Ou est-ce que malgré moi je tomberais dans tous ces clichés que j’ai en horreur?

Alors déjà, un monde sans femme, à quoi cela pourrait bien ressembler? Un monde incomplet, c’est évident… Les hommes et les femmes sont complémentaires. Je ne pense pas que la femme soit le complément de l’homme, mais que l’un ne peut pas vivre sans l’autre. Si un seul des deux sexes venait à survivre, cela ne durerait pas bien longtemps pour une raison qui semble évidente, et même si je veux bien croire aux progrès de la science, se passer des hommes ou des femmes pour procréer, l’idée me donne de l’urticaire… (Et je ne parle pas là des couples homosexuels, par exemple, qui adoptent et élèvent un bébé ensemble ou qui ont recours à la procréation in vitro. Mais du fait de se passer complètement de l’un des deux sexes pour créer une vie)

Un monde sans femme serait sans doute plus brutal aussi. Les guerres, les armes de destructions massives, tout cela vient de l’esprit des hommes, du moins en grande partie. Et si je pense que les femmes aussi sont capables de cruauté intolérable, elles le font de manière plus perverse peut-être, moins grandiloquente (ce qui n’est guère mieux, mais permet au moins de passer à côté des grandes barbaries que l’on voit dans notre monde).

Je ne pense pas qu’un monde sans femme serait plus sale ou deviendrait un vaste terrain de foot avec des tas de bonshommes qui boivent de la bière en laissant leurs détritus partout. Je pense que si les hommes ont tendance à être moins ordonnés que les femmes, c’est parce qu’ils ont été élevés de cette manière, avec ces stéréotypes en tête: un homme est incapable de lancer une machine à laver, son cerveau n’est pas fait pour. Une femme, elle, sait comment rendre propre une maison. A mon humble avis, les hommes ne sont pas plus cons que les nanas et repasser une chemise, ils savent très bien le faire -ou peuvent apprendre, c’est pas comme si ça demandait un grand entraînement), comme passer l’aspiro, étendre du linge, changer une couche ou penser à donner ses vitamines au petit dernier.
Si les hommes ne savent pas faire tout ça, c’est simplement parce qu’on leur a appris que ça ne servait à rien, vu que les femmes le font à leur place.
Dans les familles où les mecs ont dû se débrouiller seuls, ils savent parfaitement cuire un oeuf et faire les tâches ménagères… (J’ai un spécimen à la maison qui sait tout faire très bien, mieux que moi dans bien des domaines, d’ailleurs)

Bref, un monde sans femme, c’est difficilement envisageable parce que la nature humaine est faite de deux sexes et si nous venions à disparaître, c’est l’humanité qui disparaîtrait. Et outre l’aspect reproductif, étant donné que la majorité des hommes est hétérosexuelle, je crois qu’ils seraient très malheureux de ne plus pouvoir tomber amoureux d’une nana rigolote et bien roulée.

Concernant la place indispensable de la femme dans le monde, j’avoue que j’ai plus de mal à trouver des raisons autres que l’aspect purement sexuel. Je ne crois pas que, outre le fait de porter la vie, les femmes aient intrinsèquement des compétences que les hommes n’ont pas (et vice versa).

Nous avons été éduquées pour être plus douces, plus dociles, mieux organisées, multitâches. La société entière veut que l’on soit moins ambitieuse, plus dans la communication, dans l’empathie, moins dans la compétition.
Mais au fond, on trouve autant de femmes douces et tendre que d’hommes ayant ces mêmes qualités.
L’empathie est une qualité humaine et non uniquement féminine. Et nous sommes multitâches parce qu’on nous a appris la culpabilité… Depuis des millénaires, nous ne servons qu’à assouvir tous les besoins des hommes, il est difficile de se défaire de ces traditions si anciennes…

Je crois qu’à l’heure actuelle, les femmes sont une force pour la société car nous avons appris à nous battre pour renverser les clichés et les stéréotypes. Nous avons le choix que nos grand-mères n’avaient pas, nous avons l’expérience de nos mères qui ont ouvert le débat vers l’égalité.

Nous sommes indispensables parce que c’est à nous que revient la lourde tâche de créer des êtres humains égaux.
Nos grand-mères ont appris à nos mères à servir les hommes. Nos mères nous ont appris que les hommes étaient nos rivaux et que nous devions leur prouver de quoi nous étions capables.
Je crois que notre rôle aujourd’hui est d’apprendre à nos filles que les hommes sont leurs égaux. Qu’il y a pas de combat à mener, qu’ils ne sont pas leurs ennemis, qu’ils sont aussi compétents qu’elles dans les domaines habituellement réservés aux femmes. Nous savons que nous sommes aussi compétentes que les hommes quelque soit le domaine, je crois que c’est plus ou moins acquis dans la mentalité générale.

Je crois qu’aujourd’hui, il faut vraiment apprendre à nos filles qu’elles ne sont pas obligées d’être multi-casquette. Que si elles rentrent le soir après une journée de boulot, elles ont autant le droit que leur conjoint de se reposer. On doit leur apprendre non pas à déléguer mais à partager les tâches du quotidien. A voir les hommes comme leurs égaux et non comme leur subordonné à la maison.

Notre rôle est aussi d’apprendre à nos garçons à respecter les femmes comme leur égale et leur apprendre à faire autant de tâches que leurs soeurs en ne les dévalorisant pas. En ne leur disant pas que holalala, les garçons hein, ils savent vraiment pas faire le ménage, pfff, quels empotés!

Bref, c’est, à mon avis, vraiment à notre génération d’apprendre l’égalité à la suivante.
Et le respect des uns envers les autres.

Je ne suis pas une vraie féministe parce que je considère que les hommes sont nos égaux sur à peu près tous les points (ils ne sauront jamais mettre un bébé au monde ni le nourrir, d’un autre côté, nous serons toujours plus petites et moins musclées. Mais à part ça, je crois que nous sommes vraiment égaux en tout points).
Mon mari sait faire la vaisselle bien mieux que moi. Quand il repasse, il met plus de temps mais c’est bien mieux plié. Quand il change une couche, il ne le fait pas de la même manière que moi, mais j’estime que nos deux façons de faire sont équivalentes, le résultat est le même, la couche est mise.
Je dois encore lutter contre mes réflexes de base, je me vois comme une femme au foyer inutile et je me dis que je dois en faire beaucoup plus pour compenser mon incompétence. Mais si je réflechis un tout petit peu, je me dis que mon job n’est pas « femme au foyer » mais plutôt « garde d’enfant » (bon, sauf que je garde le mien, ce qui rend le boulot plutôt agréable, je dois dire). Je fais économiser de l’argent à mon foyer et j’en fais gagner aussi un peu (grâce à mon blog, par exemple, et aux économies qu’il nous permet de faire). On économise aussi une aide aux devoirs. Je crois que mon « boulot » vaut finalement autant que celui de mon mari (bon sauf que je suis bien moins payé que lui, mais même si je bossais, je gagnerais moins vu mon expérience).
De ce fait, quand il rentre, je n’essaye pas à tout prix de tout faire pour qu’il puisse se reposer. J’ai moi aussi besoin de me reposer (et punaise, s’occuper d’un gamin de 21 mois, ce n’est pas de tout repos! A la fin de la journée, parfois, je sature!!!) et nous devons donc partager les tâches.

A l’heure où j’écris ce billet, Mister Mii et Mouflette cuisinent un gâteau et une tarte aux brocolis (mon mari est très aventurier en cuisine), MissCouette boit le biberon que son papa vient de lui préparer, et moi, j’écris ce billet en surveillant d’un oeil ma fille afin qu’elle ne tombe pas du canapé (sur lequel elle passe sa vie à marcher…).
Je ne veux pas nous ériger en exemple, ce n’est pas le cas. Nous sommes simplement un couple qui a su trouver son équilibre (pour l’instant du moins) et qui essaye de donner à ses enfants un exemple de parité au sein de la famille. Je ne sais pas si on réussi très bien, cela dit…

Bref, voilà pour ma participation à moi. Pourquoi je pense qu’on monde sans femme, ce serait dommage, au même titre qu’un monde sans homme. Voilà aussi pourquoi je pense que la femme est indispensable à la société, au même titre qu’un homme.
Sinon, pour le giveway P&G, la gagnante est SophieLeb avec le commentaire numéro 18 . Bravo à toi, merci de me donner ton adresse par mail à lmo(at)lamiteorange.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

17 Discussions on
“Pourquoi la femme est-elle indispensable au monde?”
  • Justement je ne suis pas d’accord avec ton chapitre sur la brutalité des hommes. Sans en passer par le point Godwin (surtout que je suis encore la première à commenter), je ne vois pas comment un monde sans femmes pourrait être encore plus brutal que ce monde-ci qui est avec femmes.
    Les armes et les guerres viennent de l’esprit des Hommes et non pas des hommes. Je ne vois pas pourquoi les hommes feraient plus la guerre si les femmes venaient à disparaître.
    Une chose est sure, y’aurait moins de violences conjugales, je te l’accorde.

    • Pour moi, les armes et les guerres vont de l’esprit des hommes, pas des Hommes.
      Les instigateurs, généraux, soldats sont dans l’immense majorité, des hommes….Et l’une des armes de guerre la plus répandue, est le viol (des femmes). Bien sur il y a des exceptions, des Jeanne d’Arc, mais elle comptent pour des poussières face au reste.
      Je pense sans hésiter qu’un monde sans femmes serait encore plus brutal.

  • C’est vachement bien/ beau ce que tu dis ! j’ai moi même participé à ton give away, en écrivant une bafouille à moitié réfléchie sur l’aspect doux de la gente féminine, mais bon, j’ai pas vraiment pris le temps de penser avec mon cerveau 😉

    Je suis moi aussi une mère au foyer, que certains pensent feignasse, mais je m’applique à élever mon Mini dans la neutralité des genres : il regarde papa bricoler et maman cuisiner ou l’inverse et j’ai hâte qu’il commence à participer pour profiter de l’expérience de tous !

  • En ce qui concerne le partage des tâches je suis bien d’accord, c’est une question d’éducation, mais nos enfants apprenant plus par l’exemple que par ce qu’on peut leur dire, comment éviter qu’ils ne reproduisent sans cesse le mêmes schéma? D’abord on n’a pas toutes la chance d’avoir un mari comme le tien (le mien est tip top mais pour ce qui est de VOIR qu’il y a la serpillière à passer, c’est autre chose…bref il préfère bosser une heure de plus par semaine et payer une femme de ménage pour éviter la guerre des foyers! Quant à faire la cuisine…hum…ben je bosse pas moi alors c’est mon job hein!), ensuite même si c’est le cas, la société véhicule des poncifs et c’est là, je pense qu’il y a du boulot! Nos gamins sont assaillis par les images de nanas qui font la bouffe et le manage dans les pub, sur les affiches, dans les fictions…So so so que faire???

    • Je pense que c’est surtout l’exemple qui conditionne nos enfants…
      Et je crois aussi qu’il faut apprendre à se battre pour faire respecter l’égalité.
      Mon mec est cool, mais il est comme n’importe qui, si je faisais tout, il ne ferait rien… 😉

  • Pour ma par j’ai surtout compris des femmes que j’ai courtisé et dont cela na pas était plus loin;qu’il était hors de question quel partage mes taches masculine, style passé la tondeuse,ou le motoculteur dans le jardin,ou changé les plaquettes de freins de la peugeot 106,ou même taillé la haie,faire la vidange de la voiture,ou même coupé du bois en forêt, ou passé le vernis sur l’abri du jardin,j’ai surtout compris qu’il fallait partagé leur taches;mais en aucun cas elle ne partageraient les miennes,et pourtant moi je fait le ménage,et le linge,la cuisine,et j’en passe,quand on partage c’est tout ou rien,le problème de ces femmes que j’ai rencontré c’est quelle veulent le beurre et l’argent du beurre et la crémière et l’entreprise de la crémière,je suis un homme mais pas un idiot,égalité ne veut pas dictature.On voie souvent dans les dessins-animé,la publicité tv dans les films ou série tv le papa qui passe la tondeuse; s’occupe des petits travaux dans la maison ,change la roue de la voiture,fait de la peinture,répare les petit problème mécanique de la tondeuse motoculteur de la voiture mais très rarement maman derrière tout ça voir pas du tout.Se si n’est pas un bonne image à donné à nos enfant sinon cela restera toujours dans les moeurs.il en tien cas la femmes que cela change.

  • La vraie question est pourquoi la femme est elle indispensable a l’homme ?

    Car si on mets tout les principes stupides de coté un homme seul peut tout faire y compris les taches feminines ….la vaisselle le ménage, laver son linge le repassage, s’il a des connaissances en mécanique l’entretient obligatoire de sa voiture sinon elle meurt ! , les reparations domestiques basiques de plomberie d’electricité de sa maison etc , et si on mets les principes de coté tout ce que fait l’homme, la femme aussi peut le faire avec des connaissances techniques….

    La seule différence cest que l’homme est plus fégnant pour faire les taches ménagères et la femme plus fégnante pour les taches plus techniques la femme aime voir propre et rangé donc elle fait le ménage et l’homme s’en fou donc ne fait pas le ménage mais a un moment s’il est seul il le fera il sera obligé !!!!! A moins qu’il se sent bien dans une décharge qui pue…….

    Mais une seule chose que l’homme ne peut pas faire seul cest se donner de l’amour de la douceur et de l’affection a lui meme, ni faire l’amour seul, cest pour cette raison que le taux de suicide chez les hommes seuls est plus élevé que chez les femmes seules car la femme a toujours un prétendant mais l’homme n’a pas toujours une prétendante la solitude est plus choisie chez les femmes et plus subie chez les hommes

    une femme choisi de vivre sans un homme et se passe de faire l’amour en étant heureuse ainsi , mais un homme ne choisi pas de vivre sans une femme et ne peut pas se passer de faire l’amour en étant heureux ainsi

    La vérité est que les femmes peuvent plus se passer des hommes que les hommes peuvent se passer des femmes

    Un homme sans une femme gémit et va a la dérive (la bible)

    Un homme ne peux pas se dire heureux sans une femme (sans jamais faire l’amour avec une femme)

  • Bonjour

    Juste deux remarques : vous êtes une vraie féministe, parce que vous défendez précisément ce que défend le féminisme : que les femmes sont les égales des hommes en tous points (hormis les limites biologiques évidemment). Partant de ce principe, les féministes souhaitent que la société applique réellement cette égalité. Des combats à mener, il y en a : les écarts salariaux non justifiés, les pressions sur le corps, l’attitude, les tenues et surtout la sexualité des femmes (la vierge versus la putain), le peu de considération du corps médical envers les femmes, notamment quand elles sont en situation de vulnérabilité, etc. Si les hommes accouchaient, vous imaginez un medecin faire une épisio sans prévenir ? Il s’en prendrait une direct…
    Bref être une féministe n’est ni une maladie, ni l’art de vouloir nuire aux hommes, au contraire; Tout le monde s’en porterait mieux !

    La place des femmes dans le monde : oui, un monde sans hommes ou avec peu d’hommes est viable, et non l’inverse. Ne serait-ce que pour perpétuer l’espèce ! Si vous avez un poulailler et que vous souhaitez avoir des poussins, une basse-cour composée d’un coq et de dizaines de poules sera très productif, alors qu’avec une poule et 10 coqs vous n’irez pas très loin… C’est brutal de le dire, mais évolutivement l’homme a moins de « valeur », surtout si la femme n’a plus besoin de lui pour la protéger elle et son bébé des prédateurs, de nos jours.

    Ce qui est étrange, c’est que la société fait tout pour nous faire croire le contraire, qu’une femme a besoin d’un homme, pour vivre…. Perdu ! Bien sur, leur compagnie est très agréable mais est devenue une possibilité, non une néccéssité, et heureusement ! Au moins si on est avec l’un d’entre eux, c’est parce qu’on l’aime, pas parce qu’on en a « besoin » !

    • Je suis d’accord avec ce que vous dites. La seule chose, l’homme n’a jamais protégé la femme et ses enfants, puisque le seul prédateur qu’elle a c’est l’homme lui-même. On entend rarement dans les journaux qu’une femme a été tué par un animal. Par contre tous les jours des centaines, voire des milliers de femme subissent la violence de l’homme. Et même dans le passé, ça a toujours été l’homme le plus grand prédateur de la femme. ..Un monde sans homme, ou avec peu d’homme. Oui n’oublions pas qu’il y à des hommes qui sont merveilleux, c’est vraiment très rare mais il y en a. Cela voudrai dire, plus de violence, plus de guerre, plus de viol, plus de pédophilie, plus de pornographie, d’esclave et bien d’autre, ça fait rêver. Vivre enfin libre sans peur, on appelle ça le paradis

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


six + six =