Notre cocon douillet

Il y a 5 ans environ, Mister Mii et moi on s’est dit « tiens, et si on achetait un appart, ça serait marrant!! », et on s’est mis à chercher un appart.
On était jeunes, moins de 30 ans tous les deux, on était pas très riches, on regardait des apparts dans nos prix dans des coins sympa de Toulouse. Pas au centre, bien entendu, le centre, c’est pour les rentiers ou les couples de notaires! On regardait aux Minimes, aux Amidonniers, à Saint-Cyp’… Des endroits abordables pour nous qui voulions un T4 en prévision d’un futur bébé très lointain.
On a visité une dizaine d’appartements… Des moches, des très très moches, des sympa mais trop dans un quartier qui craint… On a passé 2 mois à chercher sans trouver.

Notre rêve, c’était de vivre au centre-ville. Les Carmes, la Daurade, proches de la Garonne de jolis quartiers qui nous faisaient rêver. Mais les prix prohibitifs nous avaient fait éliminer la recherche d’office.

Et un jour, Mister Mii a trouvé une annonce d’un appartement en plein centre, dans notre budget, dans la surface que l’on souhaitait, en plein coeur des Carmes. Mais en ruine (enfin, moche et à rénover quoi). On n’y croyait pas trop, mais Mii a appelé l’agence qui n’a pas pu lui donner de détails immédiatement… Et il a rappelé, rappelé et rappelé encore, mais plus personne ne souhaitait lui répondre ou on ne sait pas trop ce qui s’est passé…

Alors c’est moi qui ai appelé au bout de 3 jours, n’y tenant plus de ce suspens insoutenable…
A moi on m’a répondu illico (Mii avait dû être blacklisté, hahaha), et l’agent au téléphone m’a confirmé les dires de l’annonce. Un vrai appartement tout à retaper. Un propriétaire qui souhaite vendre rapidement et qui met donc un prix très correct. L’annonce était en ligne depuis 3 jours, mais aucune visite car les locataires étaient en vacances. Possibilité de visiter le lundi suivant (on était le vendredi).
J’ai demandé à voir immédiatement l’agent qui m’a accueilli. J’ai demandé des détails, appelé Mii pour lui dire « Je signe, on visitera lundi! » Et j’ai signé le compromis de vente sans voir l’appartement.
Je ne prenais aucun risque, on avait 7 jours pour se rétracter et on devait visiter 3 jours après.
Mais c’était un peu fou quand même!

Le lundi, on a visité.
L’appartement était atroce, du rubberband collé aux fenêtres, aucune lumière, des moquettes qui rappellaient un mauvais film d’horreur, une odeur qui laissait penser que le chat présent prenait l’appart pour une litière géante, une cuisine qui n’était pas sans rappeler un hall de gare un soir de grève des éboueurs… Cet appart, c’était celui de nos rêves, et en le visitant, en voyant ses murs décrépis, ses wc dignes de ceux d’une prison, on avait des étoiles dans les yeux, Mii et moi… Cet appart, c’était le nôtre et on avait hâte de s’y installer!

6 mois après, on en devenait propriétaire et on a commencé à tout casser (parce que le plan « banquette de film porno » ça nous branchait moyen).
Et 3 mois après, beaucoup de sueur (pas la nôtre), beaucoup d’efforts d’imagination, de nombreux « Euh, je comprends pas le polonais mais faites comme vous le sentez! », un interphone paumé et des heures et des heures d’espoir, on a enfin pu intégrer notre chez-nous, notre appartement chéri, celui qui, 4 étages en dessous, nous offrait la ville à nos pieds.
Le marché des Carmes, le Métro d’Esquirol (et des Carmes, mais je me répète), les berges de la Garonne, le musée des Augustins, le Pont-Neuf, la fac de droit, le Capitole… Tout à moins de 5 minutes à pied. On habitait notre rêve…

 

J’ai mis du temps à y croire. Aujourd’hui encore, quand je regarde ces jolis murs, ces pièces où notre bonheur a grandi, quand je regarde la Garonne par la fenêtre, quand je vois le soleil entrer dans le salon le matin, quand je prépare un plat dans notre jolie cuisine, j’ai peine à croire que tout cela est bien réel. Que cette vie citadine m’appartient. Pas un seul jour je n’ai regretté de vivre là, même pas quand, enceinte de 8 mois, je devais monter 4 étages à pied, même pas quand un dégât des eaux a ruiné la moitié du salon et qu’on a dû passer un mois dans les travaux, sans sol; pas non plus de vivre pendant 4 ans sans interphone (les gros malins, on en a fait installer un y’a 2 semaines, pile quand on vend…)  j’ai adoré vivre ici chaque jour.

Cet appart, il était moche comme tout et on a tout refait pour qu’il soit exactement comme on en rêvait. C’est un peu comme un membre de notre famille, un aïeul sympathique et accueillant, tout chaleureux, qui nous berçait pour passer de bonnes nuits (personne n’a jamais fait de nuit blanche ici, pas même MissCouette, c’est dire!), qui nous offrait sa chaleur en hiver, sa douceur en été (et un peu sa chaleur aussi, un peu trop parfois).

J’ai envie d’une nouvelle vie avec un joli petit jardin et des BBQ au bord de la piscine (je déménage pas si y’a pas de piscine…).
Mais cet appartement, je vais avoir du mal à le quitter… Notre premier chez-nous, l’endroit où on a vécu un mariage, une naissance, une adoption, des réussites aux examens, des planifications de voyages de rêve…
Ce bout de nous, en fin de compte… J’ai du mal à me dire que d’autres vont y vivre.

Quand on a mis en vente, c’était surréaliste… Quand les gens ont commencé à visiter, j’avais l’impression que c’était des passants qui se disaient « ha tiens, j’ai vu de la lumière au 4° je suis monté, je peux jeter un oeil? » Et moi je disais oui parce que je suis sympa et parce que ça se fait moyennement de renvoyer un agent immobilier et ses visiteurs dans leurs pénates…
Mais là, on a des re-visites parce que les gens, ils kiffent notre appart et ils se voient y vivre, y faire leur vie, y fonder leur famille. Il y en a même qui veulent l’acheter (mais ils n’ont vraisemblablement pas assez de sous).
Mais moi je me dis que cet appart, ils ont rien fait pour le mériter! Ils n’ont pas dessiné ses jolis contours, ils n’ont pas choisi la couleur des murs (bon, on s’est pas foulé des masses, c’est blanc quasi partout, mais QUAND MÊME!!!), ils n’ont pas tout cassé pour tout refabriqué, ils vont débarquer là et vivre dans NOTRE maison à nous!

Bon, je finirai par m’y faire hein, mais je l’aime d’amour cet appartement. Alors la maison qu’on va trouver pour le remplacer, elle a plutôt intérêt à envoyer du bois, tu vois…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

30 Discussions on
“Notre cocon douillet”
  • Je te comprends, je suis tres sentimental même sur le materiel…ça fait seulement 2 mois que nous vivons dans notre maison et c’est vraiment tres different de la location! je me sens en chez MOI dans ma maison…ça doit pas etre evident de s’en separer mais comme tu dis vous allez partir pour mieux alors c’est chouette 😀 bisous

  • c’est marrant parce que je ne suis pas du tout attachée aux choses. Et pourtant, j’en ai retapé quelques unes de maisons (ou appartements). Notamment celui qui a vu naître mes deux enfants. Mais comme le boulot que je fais m’oblige à changer de poste tous les 4 ans, je n’ai pas trop le choix (là j’en suis à 5 déménagements en 7 ans !!!! ). Mais je peux aussi comprendre qu’on soit triste de quitter un endroit qu’on aime.

    • Je ne suis généralement pas attachée aux choses non plus. Mais l’endroit où l’on vit, je ne vois pas ça comme une chose en fait, on ne peut pas la déplacer… C’est matériel sans l’être, on est à l’intérieur (une voiture aussi mais ça bouge! ;-)), on y vit, on y est heureux. Un logement contribue au bonheur, je trouve.
      Cela dit, j’ai énormément déménagé et jamais je n’ai regretté les endroits où j’ai pu vivre. Mais cet appartement est notre première acquisition, ç doit jouer dans ma « nostalgie ». (encore faut il qu’on le vende…)

  • Elle enverra du bois, ta maison, j’en, suis sûre! On a quitté il y a un an notre centre ville adoré pour une maison (pas très loin de la ville quand même). Oui, il y a pincement au coeur à chaque fois que je foule les rues piétonnes, que je bois un verre en me disant « avant, on habitait à 2 minutes du café »… Mais dès qu’on est chez nous, que Petite L peut jouer dans le jardin sans que je doive m’habiller/Pendre un sac avec change – mouchoir- gouter au cas ou/me taper les étages avec une petite qui n’y met pas du sien… Je ne regrette pas une seconde! On est plus peinards, plus posés. Sinon, bravo pour votre bel appart, fais un max de photos, je comprends l’attachement quand on s’y est investit autant!

  • Une magnifique page va bientôt se tourner mais j’espere que votre futur maison sera combler vos attentes, et cet appartement d’amour, ça n’effacera pas ce que toute ta petite famille y a vécu, des moments de bonheur ou plus dur aussi, ça non,vous l’emmenez avec vous et ça n’a pas de prix.

  • Il faut se dire que le nouvel endroit permetra des choses , des decos , que l’on ne pouvait faire dans celui là. Courage et je suis sure tu vas trouver ça super chouette !

  • J’imagine bien à quel point ça doit être difficile pour toi d’abandonner le cocon que vous vous étiez construit… comme il a été difficile pour les anciens proprios de notre maison de quitter 30 ans de leur vie…

    Quand on a laissé notre appart que nous avions aussi fait à notre image, j’ai tenté de ne pas penser à ce qu’en ferait la nouvelle proprio… Je sais qu’elle refait les peintures car elle nous a envoyé un mail pour savoir si nous avions mis de la peinture à l’eau.

    Notre maison, c’est pareil, nous changeons tout, cassons, pour en faire notre cocon à nous. Les anciens proprios n’aimeraient peut-être pas… sûrement pas d’ailleurs.

  • Bel appartement…
    Notre maison que l’on a depuis 2 ans et demi est notre premier achat. Octave avait un an et demi et Ernest y « est né ».
    On y est attachés mais moi j’ai toujours l’oeil vigilant sur une autre maison « plus près de l’école », plus grande, plus ceci, plus cela tout en aimant celle-ci.
    J’ai tellement été déracinée étant petite que je crois que ce que je ne veux pas quitter c’est notre sécurité à 4 🙂

  • on va vendre l’année prochaine, parce qu’ici pas de commodités pour les enfants!et je pense que j’aurais cette boule au ventre, parce qu’ici on a fait comme vous!on a achetée une ruine, tout était moche, pas d’eau chaude, pas de chauffage, une salle de bains en liège, un seul rdc et trois pièces, on en a fait un petit nid douillet, même si ce n’est pas fini…l’année prochaine, je sais que j’aurais cette petite larme, le jour ou les clés seront dans d’autres mains, mais a nous d’autres projets, d’autres envies, si on trouve comme vous, le cocon idéal 😉

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


sept + = dix