Pourquoi je ne maigris pas

La photo c'est pour montrer mes doigts boudinés... ^^

J’ai compris comment et pourquoi j’ai grossi, je sais comment faire pour maigrir, j’ai les clés, pourtant, malgré de nombreux efforts, je ne parviens pas à maigrir durablement.
Au lieu de me demander ce qui clochait dans ma façon de m’y prendre, j’ai changé mon mode de raisonnement et me suis demandé ce qui m’empêchait de maigrir. Qu’est ce que j’ai comme intérêt à rester grosse? Pourquoi je n’arrive pas à me défaire de ces kilos en trop?

J’ai trouvé quelques réponses, un peu insolites…

– Quand je regarde des photos, je vois bien que je suis grosse, mais je ne me trouve pas « si grosse que ça ».
Oui j’ai des formes plus que généreuses, je suis toute ronde et toute moelleuse, mais au fond, quand je me regarde, je ne trouve pas ça si disgracieux que ça. Le regard que je porte sur mon corps est devenu indulgent. Le regard que les autres portent sur moi est dur, intransigeant et abrupte. Mais moi, je me trouve jolie et j’aime bien mes rondeurs, même si j’aimerais bien qu’elles pèsent un peu moins sur ma fragile ossature.

– J’ai passé une grande partie de ma vie à mentir pour protéger ceux qui m’ont fait du mal. Cacher la vérité, me nier, ne plus exister. Avoir pris du poids m’a permis de m’imposer, au propre comme au figuré. Je prends de la place, je prends MA place. Je suis quelqu’un, j’existe, on ne peut pas me louper, je suis là, avec tous mes kilos en trop qui prennent de la place.

– Dans un même registre, petite, je n’étais jamais assez jolie, toujours trop grassouilette (alors que j’étais bien au milieu de la courbe), pas assez attirante, pas assez ceci, trop cela. J’ai commencé très tôt à faire des régimes pour maigrir, ce n’était jamais assez « avec 2 kilos de moins, tu serais parfaite! ». La perfection, même quand je l’ai atteinte, ça n’allait pas et ce corps insatisfaisant, je le détestais.
Avec ce poids en trop, j’ai dépassé les normes et les diktats, on m’accepte telle que je suis ou on ne m’accepte pas, tant pis. Je suis grosse, je le sais, ce ne sont pas 2 ou même 10 kilos en moins qui changeront cet état de fait. Et je n’ai jamais été aussi bien dans ma peau qu’avec tous ces kilos soit-disant disgracieux en trop. Parce que plus personne ne me demande de faire attention, parce qu’on me laisse tranquille, à peu près.

– Malgré mes 40 kilos en trop, je suis en parfaite santé. J’ai un taux de cholestérol enviable, je ne fais pas de diabète et j’en suis loin, je ne suis quasiment jamais malade. Même lors de ma dernière grossesse, alors qu’on me promettait les pires maux, tout s’est parfaitement bien passé, j’ai eu une grossesse de rêve, un bébé en parfaite santé au poids tout à fait normal (et pas le mini sumo qu’on me promettait), un accouchement idyllique.
Les seuls soucis que je rencontre sont au niveau de mes articulations. J’ai une ossature très fine qui n’est pas faite pour supporter tout ce poids, je le paye avec des genoux douloureux, un dos souvent en compote. Mais à côté de ça, je vais parfaitement bien. Je suis très gourmande et je mange trop, mais je mange aussi parfaitement équilibré aux repas, m’assurant ainsi un apport en vitamines et autres éléments essentiels qui me prodiguent une bonne santé.

Ca ne fait pas beaucoup de raisons, mais c’est suffisant. Je crois qu’au lieu d’essayer de maigrir à tout prix, je dois accepter l’idée qu’en fin de compte, je suis heureuse telle que je suis. Je ne suis pas parfaite, je ne rentre pas dans la norme, je suis différente, mais je suis plus heureuse aujourd’hui que je ne l’ai jamais été. Peut être que je dois simplement accepter que je peux être grosse et jolie, grosse et aimable, grosse et intelligente, grosse et sympa. Peut-être qu’au lieu de prendre ma grosseur comme un handicap, je devrais le voir comme une simple caractéristique physique. Certains sont grands, d’autres roux, d’autres ont des petits pieds, moi, je suis brune, grande, grosse et j’ai les yeux en amande. Ca ne m’empêche pas d’être quelqu’un de bien qui a le droit d’exister autant que tout un chacun.

(Quand je dis qu’en ce moment je pète la forme…)(Cela étant, je ne serais pas contre 15 kilos de moins, pour pouvoir me (ré)habiller chez Etam, mais je ne courrais plus après un 38…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

67 Discussions on
“Pourquoi je ne maigris pas”
  • Ca me rapelle un nutritionniste que j’avais vu, ado. Il m’avait dit « le poids idéal, c’est celui où on se sent bien dans sa peau. »
    Mine de rien, c’est vachement libérateur comme phrase. ^^
    Bravo et reste comme tu es!
    Bises

  • j’adore tout à fait moi !!!!
    je part du principe que du moment que j’arrive tjs à séduire mon mari et que je suis bien dans ma peau c’est que je me sens bien alors pourquoi maigrir …
    il y a peu j’ai fais un régime j’ai perdu 10 kilos et contente ils sont pas revenu 🙂 mais ma plus grande fille me disait tout les jours « mais maman tu sera plus une maman si t’es trop maigre » enfin bon il reste 30 kilos à perdre pour être dans la norme 🙂 mais ma norme à moi c’est comme je suis tant que je suis bien c’est quand meme penible se monde ou faut rentrer dans des cases sinon bah t’es rien …
    ma grand mère m’a tjs dit faut mieux faire envie que pitié 😉

    • « vaut mieux faire envie que pitié »

      put*** je l’attendais cette phrase là!
      Excuse-moi, mais tu te rends compte de ce que ça fait de lire ça, quand on est maigre?

      C’est pénible de toujours devoir rentrer dans des cases? ben oui, mais c’est pareil quand on est maigre, SAUF que moi je ne me permettrais jamais de dire des personnes ayant des kilos en trop qu’elles font pitié.

      • Toi tu ne te le permets pas et c’est vraiment bien. Malheureusement, je crois qu’en étant grosse, on a beaucoup plus à souffrir du regard des autres qu’en étant maigre (à moins d’être rachitique, où là, effectivement, je veux bien croire que les regards soient acerbes…).
        Mais je suis d’accord avec toi, le respect doit être dans les deux sens.
        Et je n’ai jamais bien compris cette phrase, parce que pour être franche, les filles minces et bien roulées me font envie. Autant qu’une fille enrobée et bien roulée, ça existe aussi.

  • A partir du moment ou on se sent heureuse telle que l’on est pourquoi changer ? Je me souviens de tes photos en petite robe a fleur et je t’avais trouvé tres jolie.
    Certaines se sentiront bien dans un 44 alors que d’ autres ne seront jamais heureuses dans un 36, l’important est de s’ aimer.

    • Oui, c’est essentiel!
      Après je comprends que l’on cherche à retrouver son poids de forme. Mais disons que dans mon cas, c’est quasi impossible (en plus je ne connais même pas mon poids de forme tant j’ai eu de variation de poids!)

  • C’est vrai que ton post est chouette et donne envie, chez moi ça ne marche pas je suis mal dans mes pompes…
    Un mari plus jeune que moi hyper tolèrent car il me dit « mange » en permanence…Mais notre différence d’âge me perturbe et j’ai peur qu’il parte avec une plus jeune et plus mince à chaque fois…
    Je suis tombée très jeunes dans le cercle vicieux de  » rentrer dans le moule » et je m’y tiens! Y’a pas longtemps ma propre mère m’a dit 51 kilos pour 1m72 c’est bien!
    je lui ai répondu mais c’est maigre non! tout le monde me dit que je suis trop mince et elle m’a répondu  » ben non avant tu pesais 48 kilos et c’était bien » comment être bien dans ses pompes…Je suis une personne honteuse…
    Honte d’être jugée et critiquée…Bravo ta force de caractère me laisse sans voix. Bonne journée et encore bravo!

    • Ha oui alors, pour réussir, je crois que j’ai aussi mis de la distance avec ma mère et avec ses jugements. Ca m’a beaucoup aidé!
      51 kgs pour 1m72, je te confirme que c’est maigre. Ou très mince du moins, et je suis sûre que tu es très belle avec ton corps tout mince. Et chercher à maigrir, ce serait un peu fou!
      C’est un peu comme si moi je cherchais à grossir quoi… :p
      S’affranchir du regard des autres et tout particulièrement celui de sa mère, je crois que c’est le plus difficile…

  • bravo pr ce post!

    Petite jetais grassouillette, arrivee a 17 ans je ne voulais plus de ce corps et jetais arrivee (en me privant de bouffe) a un poids parfait pr moi (75kg pr 1m76) javais des formes je me sentais bien, 18 ans je rencontre lhomme avec qui je savais que jallais faire un tres long chemin…
    Arrivee a 25 ans, restos, 1 grossesse, probleme de thyroide, soucis avec le paternel, me voila avec 40 kg de plus, et je me suis bien ds ma tete, bien ds mon corps, je porte mon gd surpoids tres bien, mon homme me trouve belle, je me dsteste juste sur les photos pcq je fait A »meuble » par rapport a mon homme ou aux autres.

    Limportant c de se trouver bien, belle surtt!

  • Le plus important c’est de se sentir bien et se s’aimer soit même. Si tu t’accepte comme tu es, si tu accepte ces kilos en trop, si tu te sens bien comme ça, que tu te plait à toi même et que tu te trouve jolie et si tu n’as pas de soucis de santé alors pourquoi faudrait il perdre du poids pour « rentrer dans la norme »? Ces rondeurs font celle que tu es devenue. Celle que tu es aujourd’hui.
    Il ne faut pas toujours se battre contre son corps, il faut apprendre à l’apprivoiser et à l’aimer tel qu’il est… C’est ce que j’essaye de faire depuis peu et je me sens bien mieux!

  • Je suis de celles qui ont toujours pensé que peu importe les kilos en trop pourvu que la santé n’en pâtisse pas 😉 Si tu te sens bien dans ta peau et tes rondeurs ne sont pas néfastes à ta santé sur le long terme, je comprends tout à fait que tu n’aies pas forcément envie de maigrir à tout prix, et tu as bien raison. Faire un régime pour rentrer dans le moule et pas forcément pour se faire plaisir à soi, ça me paraît inutile et un peu voué à l’échec !

    • Cela dit, avec 15/20 kilos de moins, je crois que je serais en parfaite santé ET je ne souffrirais pas de l’ossature.
      Et je t’avoue que aujourd’hui, j’ai 30 ans et je suis en pleine forme, mais aurais-je tjrs cette chance à 60?
      Enfin, pour le moment, la question ne se pose pas, comme tu dis! 🙂

  • Il faut de tout pour faire un monde, et la diversité, c’est cela qui fait que le monde est beau, et surtout vivable! Où irions-nous si toutes les femmes faisaient du 38 Etam ? Quelle tristesse, non ?
    L’important, c’est que TU te trouves belle, que tes enfants et ton homme te trouvent belle, et reconnaissent toutes tes qualités. Il n’y a pas que la beauté et la minceur comme critères pour une femme, m .. !
    Épanouie, bien dans sa peau, c’est tout de même le plus important. Bravo pour ta réussite !

    • Je vous trouve dur parfois les filles dans vos commentaires une taille 38 n’impose pas toujours de ne manger que de la salade!
      Une taille 38 c’est un peu de discipline mais ce n’est pas de la privation!

      • Pour certaines, une taille 38, ce n’est même pas de la discipline, c’est inné… 😉
        Ma fille est très mince, elle flotte dans les vêtements de 10 ans alors qu’en grandeur elle fait du 12 ans à l’aise.
        J’espère vraiment qu’elle restera mince sans effort comme ça toute sa vie. Et qu’elle saura qu’elle est belle et mince et qu’elle se trouvera jolie.

        Avant, je faisais du 36/38, et si je n’avais pas cherché à maigrir bêtement, faire du 38 ne me demandait aucun effort. Mais à force de privation, de yoyo… Ben on casse son métabolisme, et là le 38, il faudrait que je fasse de sacrés efforts pour y arriver et m’y maintenir.

  • MERCI pour ce billet ! C’est une question de jours avant que le marronnier des régimes ne revienne ! Et je sais que tous les matins en passant devant le marchand de journaux, mes yeux vont se poser sur les « Perdez 20kg en 2 jours », « Le régime Miracle enfin découvert » et autres « Ca marche vraiment !  »

    Belle introspection en tous cas ! Adieu les diktats, vive toi !

  • Alors j’ai envie de te dire…ne change rien !
    Si tes kilos en trop t’agacent mais que tu te sens bien dans ta peau et dans ta vie, alors ne te prends plus la tête avec ça….Et peut être que c’est à ce moment là que tu les perdras 🙂

    • C’est ce que j’espère secrètement. Disons qu’au moins, ça n’est plus une source de souffrance. Si j’arrive à perdre un peu, tant mieux, sinon bah, tant pis, je m’aime bien quand même! 😀

  • à 18 balais je rentrais dans un 36 et je me trouvait pas top, ne portais pas de jupe, ne montrais pas mes jambes.
    parce que j’avais toujours été rondouillette enfant, je l’étais toujours dans ma tête… aujourd’hui 20kg et une grossesse plus tard je m’habille en 44 avec l’impression que je suis pas « si pire »…
    dans ma tête je suis plus mince qu’à l’époque, et je ramène plus ma fraise aussi 😉
    l’important c’est le poids que l’on se donne, pas celui de la balance!

    • Je viens de regarder un agenda de 2002. J4avais 20 ans, je pesais 63 kilos en janvier, et j’ai noté le début d’un régime pour perdre 10 kilos en 6 semaines… Quand j’ai lu ça, j’ai eu les larmes aux yeux… 63 kilos, je rentrais dans du 38, j’avais pesé 5 kilos de moins et faisais du 36, mais 63 kilos, c’est pile le « bon poids » de l’IMC (même si cette valeur est contestable). Ca m’a fait mal de me replonger là dedans, je détestais mon corps alors q’il était très bien. Si seulement j’avais appris à l’accepter à ce moment là!!!
      Enfin, mieux vaut tard que jamais, avec 40 kilos de plus, je suis à peu près en paix avec mon corps. C’est quand même idiot!

  • Très bel article… Bien sûr que l’on peut se sentir belle tout en étant ronde !
    J’ai une petite nuance quand même : pour moi, l’essentiel, c’est certes d’être « bien dans sa peau » mais aussi d’avoir un rapport apaisé à l’alimentation. Savoir gérer ses émotions sans compulsions alimentaires, ne s’interdire aucun aliment, savoir s’arrêter quand on n’a plus faim, supporter d’avoir faim, etc…
    Hé oui, je suis une grande adepte du bon Dr Zermati !!
    Pour moi, ce rapport apaisé et naturel à l’alimentation est quand même une des clefs d’un vrai bien être, et d’une nouvelle liberté… cela n’implique pas du tout d’être forcément mince. Mais ça implique d’avoir fait la paix avec son corps, et avec soi-même… et ça, c’est un long chemin, mais une belle victoire !
    Ce que tu écris là est – me semble-t-il – une des clefs de ce long chemin : faire la paix avec son corps, être bienveillant avec lui, et apprendre à l’écouter…
    Merci en tous cas pour ces belles phrases qui témoignent de beaucoup de sensibilité et d’humanité.

    • Je suis d’accord avec toi, l’acceptation de son corps est une étape avant le « bien-mangé ». En effet, je crois qu’il faut aussi faire la différence entre gourmandise et compulsion. Les secondes n’étant bonnes ni pour le moral, ni pour la santé (alors que la gourmandise, au pire, ça n’est mauvais que pour la santé, et encore).
      Apprendre à écouter mon corps, le respecter et l’aimer, je crois que je commence enfin. Et à mon avis, cela va apaiser mes compulsions. Pourquoi faire souffrir et imposer trop de nourriture à un corps que j’aime? Enfin ce n’est sans doute pas si simple mais y’a de l’idée! 😉

  • Ce sont les médias et la mode qui nous imposent le diktat d’une taille 38, voire 36! Il y a les chanceuses qui sont minces par nature, sans effort et s’en se priver, puis celles qui se freinent pour rester mince et ne jouissent pas des plaisirs de la vie, celles qui sont rondes et essaient de maigrir depuis la nuit des temps, celles qui sont rondes et s’acceptent belles dans leurs formes. Aujourd’hui on a la chance de pouvoir se mettre en valeur avec des habits et mettre en avant le plus joli de nous. A nos âges on a appris à s’aimer, se regarder, se sentir bien. Le regard des autres nous affectent moins. J’ai toujours fait le yoyo depuis mon enfance. J’ai de bonnes cuisses et de bonnes fesses, c’est ainsi. Même le sport ne me fait pas maigrir mais sculpte mes cuisses, j’ai besoin de me sentir ferme du bas, moi qui suis mince du haut, et qui doit réajuster pantalons et jupettes sans arrêt. J’ai appris à vivre avec mes petits seins, les mette en valeur, assumer un décolleté avec des coussinets. Chacun a son lot d’imperfections mais le sourire que l’on porte sur le visage et l’oeil qui pétille valent toute la beauté du monde non?

  • Merci pour ce très joli témoignage ! Moi aussi j’ai des rondeurs et des zones moelleuses ! 😉 Je m’aime bien comme je suis, avec mes kilos en trop, mais c’est vrai que lorsque arrive l’été, je me sens obligée de passer par la case régime (je suis en plein dedans !) pour me sentir mieux. Mais ce mieux c’est nécessairement à cause du regard des autres… 🙁

    • Ca c’est dommage, de chercher à maigrir juste pour plaie aux autres. Je ne juge pas hein, je sais très bien ce que c’est… Mais si seulement les autres pouvaient changer leur regard ça serait pas mal!

  • J’aime beaucoup ton post qui déculpabilise!
    Je rentre à l’aise dans un 44 en ce moment et je me sens bien, je n’ai pas spécialement pour objectif d’atteindre le 38… Je tente simplement de manger quand j’ai faim, de tout, sans complexe et réfléchir avant de me ruer vers la nourriture dès qu’un stress ou un coup de fatigue me guette…

    • Je ne sais pas si mon poids de forme est le poids que je fais. J’espère pas en un sens parce que je pèse vraiment lourd quand même! Mais effectivement, on a un poids de forme et on n’a pas toutes la chance qu’il soit bas… 🙂

  • Que te dire si ce n’est que ton texte j’aurai quasiment pu l’écrire (hormis la partie sur la protection de ton corps et la fin sur le fait que tu te sentes mieux maintenant 😉 ). J’ai été une adolescente mince, voire très mince avec une mère qui me répétait sans cesse que j’étais obèse et que je devais maigrir encore. Et je suis rentrée dans la folie des régimes (à l’époque protéïné) pour 6 kilos en trop ! J’ai même vu un nutritionniste qui m’a prescrit du médiator (heureusement, je ne l’ai pas pris très longtemps). Résultat des courses ? Entre 25 et 30 kilos en trop par rapport à mon poids de forme de mes 20 ans (on va dire entre 10 et 15 pour une IMC normale), j’ai de la chance quelque part, je suis grande (1m76) donc c’est pas trop l’horreur. Mais pour le reste, c’est tout comme toi : je suis gourmande mais je mange relativement équilibré, je n’ai aucun problème de cholestérol, de diabète ou autre. La seule chose, c’est que je me traîne un peu et que mon ossature, certainement moins fine que la tienne mais pas grosse non plus supporte mal aussi. Mais je sais que le gros problème, c’est que je n’arrive pas à m’éloigner de l’image que ma mère a projeté de moi. Même en ayant vu des psys … Même en partant à l’étranger … Du coup, je n’arrive pas du tout à être motivée pour perdre du poids, c’est pénible et usant. Et moi par contre, je ne m’accepte pas trop comme je suis …
    Courage et à bientôt.

    • En effet, en étant grande, ça « aide » un peu.
      Perso il faudrait que je perde 25 bons kilos pour ne plus être en surpoids sur ce satané IMC…
      S’accepter, c’est très difficile, ça dépend même des jours… Mais avec le temps et la « maturité », je crois qu’on y arrivera!

  • Heureusement que le poids (ou tout autre caractères physiques) ne définis pas le bonheur!
    Ce n’est pas parce que tu es en surpoids que tu seras forcément malheureuse et que tu ne réussiras pas ta vie, et à l’inverse, les femmes fines ne sont pas toutes heureuses!

  • Il y a des rondes qui sont très jolies. Regarde Big Beauty ! Son secret, c’est de s’être acceptée et de mettre en valeur ses atouts, autant physiques que psychiques. Elle écrit bien, elle se fait belle ! Tout ce qu’il te manque jolie LMO, c’est de la confiance en toi (comme la majorité des femmes). Tu as tout pour toi, il faut maintenant savoir s’en servir.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


+ deux = neuf