J’aime pas…

En ce moment je suis d’humeur râleuse… (Les mauvaises langues diront que c’est ma nature, mais c’est faux! Je leur tire la langue!). Les gens m’énervent, j’ai envie de leur envoyer des petits cailloux…
Alors j’ai titré « j’aime/j’aime pas » pour nuancer le côté râleur de mon billet, genre je vais aussi trouver des trucs que j’aime, mais comme j’ai plutôt envie de me défouler, j’ai retiré le « j’aime »!

– J’aime pas les gens qui, en voiture, ne s’arrêtent pas pour laisser passer les piétons sur le passage piétons!

– J’aime pas non plus les gens qui fument en terrasse… A vrai dire je suis pas fan des gens qui fument à côté de moi. J’ai rien contre les fumeurs, ils font bien ce qu’ils veulent, mais je déteste qu’on m’impose sa fumée, ça me donne envie de prendre un spray anti-moustiques et de leur vaporiser à la tronche… C’est pas plus toxique que la fumée de cigarette et en plus ça hume meilleur! Et peut-être qu’alors ils comprendraient à quel point c’est désagréable de se prendre un nuage de fumée de clope quand t’es tranquillou en train de déguster ta salade océane…
Et je préfère ne pas évoquer les gens qui laissent leur cigarette trainer à hauteur du visage de ma fille, sur le trottoir… Eux, j’ai envie de les écharper (mais je me retiens, je suis à peu près civilisée).

– J’aime pas les gens qui se croient supérieurs. En soit, ils ne devraient pas me déranger, mais ils m’énervent… Parce qu’ils confondent confiance en soi et complexe de supériorité. Ils se permettent de te donner des conseils alors que t’as rien demandé et si tu leur fait remarquer ils te disent qu’ils essayent simplement de t’aider avec un air contrit…

– J’aime pas non plus les gens qui ont réponse à tout. J’ai vraiment du mal avec le concept du « zéro remise en question, c’est toujours les autres qui ont tort! ». En plus c’est une bonne excuse pour se victimiser à donf’ et je déteste la victimisation. J’y ai recours parfois hein, mais au moins, je l’admets et j’y travaille… Le « je-me-remets-jamais-en-question » lui, a raison de se victimiser et si tu le comprends pas ou a le malheur de lui trouver des alternatives, il t’envoie bouler parce que tu comprends rien à son malheur…

– J’aime pas les gens remplis de préjugés, que quand t’as le malheur de leur faire remarquer, ils te prouvent pas A+B que n’importe quoi, c’est les gens les plus ouverts de la Terre, que toi tu comprends rien et que tu fais rien que les juger eux… Alors tu te tais, tu les laisses faire et tu constates que, putain, ils savent faire autre chose qu’être pétris de convictions à la con?

En fait, grosso modo, j’aime pas beaucoup les gens qui me jugent alors que je suis incapable, moi, de porter un jugement définitif sur autrui. Je ne supporte pas les gens qui ne se remettent jamais en question, parce que ça m’oblige à le faire, et disons que je passe déjà mon temps à ça, je n’ai pas besoin qu’on en rajoute.
J’ai conscience d’être une cible hyper-facile pour quiconque n’a pas envie d’assumer ses erreurs, s’il me les fait porter je vais mettre un temps fou avant d’admettre qu’il a tort… Si j’y arrive un jour!

Et en fait, lister toutes ces choses qui me déplaisent chez les autres, ça me permet de faire un grand pas et d’admettre que, oui, je suis un être particulièrement imparfait et je conçois qu’on ne m’aime pas (même si c’est dur, punaise, je suis la personne la plus adorable du monde entier!). Et moi aussi, j’ai le droit de ne pas aimer les gens, de ne pas aimer leurs comportements plutôt ou leurs attitudes et peut-être il faudrait que j’arrête de me demander qui a raison ou qui a tort (avec comme sempiternelle conclusion: j’ai tort!).

– En fait, j’aime pas les gens qui disent « Je suis comme ça, je suis merveilleux et toi t’es rien qu’une grosse naze, tu peux pas comprendre ma grande supériorité », parce qu’ils m’empêchent d’avoir un quelconque jugement négatif à leur égard (il faut savoir que je crois à peu près tout ce qu’on me dit, comme si le mensonge ne faisait pas partie des défauts de l’humain… Il faut dire que je ne sais pas mentir et ne le fais donc quasi jamais -sinon je suis grillée…-). Donc si on me dit « t’es con » ben je vais le croire comme une vérité absolue. Pareil, si on me dit « je suis parfait, personne ne m’arrive à la cheville », au fond, je vais me dire « ben dis donc, il s’y croit à mort lui! » mais l’idée qui va rester c’est « cette personne est parfaite », parce que si quelqu’un dit quelque chose, pourquoi mentirait-il? Donc ce qu’il dit est la vérité.

– Tiens, tant que j’y suis à balancer, j’aime pas non plus les gens qui veulent absolument déculpabiliser de tout et qui veulent qu’on leur dise que ce qu’ils font est bien…
Fin, tout le monde a besoin d’être rassuré, c’est humain et je fais largement partie de ces gens qui ont un besoin de reconnaissance indécent… Non, ce qui me dérange c’est quand les gens font un truc mal, par exemple (je prend un exemple extrême exprès) qui volent des trucs… Et qui attendent qu’on leur dise que c’est pas grave, que ça n’a aucune conséquences et qui se trouvent plein d’excuses…
Je veux dire, quand tu fais un truc pas bien, t’assumes! Ou quand tu fais un truc neutre alors qu’il y a un meilleur choix, bah tu culpabilises pas, t’assumes ton choix et tu le brandis pas comme le meilleur de la Terre! Enfin tu fais comme tu le sens mais moi ça m’agace…
Par exemple si tu décides de bouffer tous les midi un big-mac/frites, personne n’a le droit de te juger, tu fais bien ce que tu veux… Mais n’essaye pas de prouver à tout le monde que tu fais un super choix pour ta santé! Nan, tu fais un choix vraiment pas terrible, mais tu fais bien ce que tu veux… Perso je me gave de chocolat et j’ai 40 kilos en trop, si je me bougeais un peu les fesses, je les perdrais sans doute (même si c’est pas exactement aussi simple). Ben je cherche pas à ce qu’on me dise que whaou mais comment t’as trop raison de te ruiner la santé et la silhouette! Je ne clame nulle part que les grosses sont plus jolies ou que c’est mieux d’avoir des rondeurs… Pourtant j’assume les miennes (même si je m’en passerais bien, je ne vais pas mentir, mais elles sont là et c’est de ma faute, je fais avec!) et je fais chier personne…

– J’aime pas non plus les gens qui pensent que la vie doit être comme ci ou comme ça… Les hommes doivent se marier avec des femmes, et faire des bébés ensemble de 27 ans à 32 ans, et en faire 2, pas plus… Parce que faut être irresponsable pour faire plus de 2 gamins, non? Et faut être débile pour faire un enfant trop jeune et vraiment con pour le faire trop vieux… Et faut pas être net pour aimer les gens du même sexe que soi, non? Et malsain pour vouloir l’épouser, non mais on croit rêver… J’aime pas les gens qui se mêlent de la vie des autres sans aucune compassion et qui se targue partout d’être les gens les plus gentils, doux et empathiques du monde (parce que je les crois et y’a un décalage entre leurs paroles et leurs actes et ça fait bugger mon cerveau!).

– Et tant qu’on y est, j’aime pas les gens qui mâchent des chewing-gums dans le métro et qui font du bruit avec…

Bon, je devrais m’en ficher des gens, mais je n’y arrive pas. Ben disons que les gens sont partout et j’ai du mal à me soustraire à ce qu’ils disent, affirment, pensent à haute-voix. Et souvent, j’ai envie de les taper… (En dehors de ça, je suis vraiment quelque de sympa hein, promis!)

Fin de mon billet énervé, la prochaine fois, je reviens avec un truc plus calme (j’espère)…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

36 Discussions on
“J’aime pas…”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


× un = cinq