[Cinéma] Rebelle

La semaine dernière, avec Mouflette, nous avons été voir Rebelle. Je voulais l’y emmener dès sa sortie, mais nous avions, au début de l’été, préféré aller voir L’âge de glace 4 (vraiment pas terrible, de mon point de vue) et Madagascar 3 (déjà beaucoup mieux, mais plus adapté aux petits).

Rebelle, le dernier dessin-animé Disney + Pixar, que la critique a encensé. Enfin un dessin-animé féministe, avec une princesse pas neuneu ni toute lisse, et aucun prince charmant à l’horizon.

J’avais hâte de voir ce joyau dont j’avais lu tant de de bien.

Bon, dire que j’ai été déçue serait un peu fort… Mais disons que je ne m’attendais pas à ce genre de film là. Je pensais à une aventure épique où la jeune femme sauverait le monde se sa force et de son courage.
Or, ici, Mérida (la princesse rebelle) ne sauve finalement que sa mère et sa liberté (ce qui est déjà très bien).

L’histoire est centrée sur la relation mère-fille de Mérida et Elinor, sa mère, la reine. La jeune rebelle ressemble à s’y méprendre à toutes les adolescente du monde, et c’est sans doute cela qui la rend si attachante. Elle ne souhaite pas être une princesse, ne veut pas se plier aux divers protocoles. Elle veut être elle, aller en forêt avec son arc et ses flèches, grimper des falaises dangereuses, vivre sa vie de jeune délurée intrépide.
En totale opposition avec les desseins de sa mère qui veut la marier à une jeune homme d’un clan du royaume afin de faire régner la paix dans celui-ci.

Ce qui est intéressant dans ce film, au final, ce n’est pas tant la nonchalance et la rébellion de Mérida, qui en font une jeune princesse assez éloignée de celles que l’on a pu connaître chez Disney. C’est plutôt le personnage de sa mère, la reine, qui est, pour le coup, assez féministe.
Elle règne à la place de son mari, qui, aussi sympathique soit-il, a l’autorité d’un hanneton. Elle prend les décisions. Sans elle, les hommes, à commencer par le roi, sont perdus. Et même si elle veut marier sa fille comme un vieux patriarche qui n’a rien compris, elle bénéficie d’une légitimité au sein du royaume qui font d’elle une femme de poigne.

On peut penser aux sorcières des anciens Disney et à leur autorité toute puissante. Elinor se différencie car elle est bienveillante, son souci résident essentiellement dans le fait de ne pas réussir à respecter les désirs de sa fille et ses obligations de gouvernance. Elle ne souhaite pas être la plus belle, ni marier ses filles au prince, ni quoi que ce soit qui en ferait une mégère anti-féministe.

Enfin, il est à noter qu’aucun homme du film n’a véritablement un rôle « machiste ». On est assez loin des clichés de Disney, les prétendants sont idiots, moches et incompétents. Leurs pères ne sont pas capables de grand chose sans l’aval d’Elinor, la reine.

Les seuls représentants de la gente masculine qui relèvent le niveau sont les triplés et frères de Mérida, redoublant d’ingéniosité pour faire les pires bêtises qui soit.

Bref, je m’attendais à plus épique, mais j’ai été charmée par ce dessin animé très drôle et émouvant (j’ai pleuré du début à la fin, les relations mère-fille, ça me fait un drôle d’effet!) et surtout visuellement magnifique.
L’héroïne est très belle. Sa chevelure indomptée et flamboyante est sublime et elle garde un petit air candide adorable.
Et les paysages, même numériques, font rêver. (je précise que nous avons fuit la 3D et visionné le film en 2D)

Un dessin animé agréable, émouvant, rigolo et une belle aventure au final, même si pas vraiment héroïque.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

32 Discussions on
“[Cinéma] Rebelle”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


× trois = six