Ces enfants qu’on ne doit surtout pas laisser vivre…

Quand Mademoiselle A était toute petite (de 18 mois à 3 ans environ), j’ai eu droit à un maximum de réflexions. Elle était trop turbulente, je n’étais pas assez sévère, elle faisait trop de chahut, et ça ne devait pas être facile pour moi, et j’en passe, j’en ai oublié la plupart.
Je pensais avoir un enfant particulièrement turbulent, très très difficile. Je pensais n’avoir aucune autorité, d’autant que j’ai évidemment pris des réflexions sur mon âge et mon incompétence. (Heureusement, les critiques étaient moins fréquentes que les encouragements, soutien et autres gentillesse).

Et puis Mlle A a grandit, elle s’est assagi avec l’âge, et je me suis dit que, dis donc, j’avais eu de la chance que ce revirement survienne, parce qu’elle avait pas été facile facile étant petite!

Et avec MissCouette, toutes mes croyances tombent les unes après les autres.
MissCouette était un bébé ultra cool. Elle est une petite fille qui reste assez cool, je trouve. Ou c’est moi qui ai mûri, je ne sais pas. Il n’en reste pas moins que c’est une petite fille, elle a ses accès de colère, elle tente quelques caprices, elle est turbulente (enfin, elle bouge, elle court, elle saute, elle ne tient jamais en place, c’est un ENFANT! Enfant et turbulent sont des synonymes, que ce soit dit!), quand elle est heureuse elle parle très fort, quand elle est en colère elle parle très fort, quand elle est surprise, elle parle très fort.
Bref, c’est un enfant.
Comme Mlle A quand elle avait le même âge.

Je réalise donc que ma fille aînée n’était pas si difficile que ça, elle était une petite fille normale, et un enfant de 2/3 ans, c’est difficile, c’est comme ça…

Je ne suis pas une mère laxiste, je ne suis pas non plus hyper sévère. Je laisse souvent couler avec ma cadette parce que je sais que la force ne mène à rien. Je fais diversion, je laisse faire si je ne juge pas qu’elle fait une bêtise (après tout, elle a le droit de vivre!), je mesure systématiquement ses actions et le danger encouru et il m’arrive de la laisser faire un truc potentiellement casse-gueule si le seul risque est une petite bosse. Il m’arrive aussi de la laisser faire ce que le commun appelle une bêtise parce que moi je ne trouve pas que s’en soit une, et quand je fais la balance de la crise qui m’attend si je l’empêche de faire ce qu’elle fait et le quotient « bêtise », je préfère laisser faire (j’en entends hurler d’ici).
Et je commence à me prendre quelques réflexions de ci de là.

Comme j’ai la répartie d’un mouton tondu, je ne réponds jamais rien (je fais des réponses merveilleuses dans ma tête dix minutes après les faits, c’est très utile). Mais ça m’agace. Et ça me fait m’interroger sur la tolérance des gens vis à vis des enfants.

Il y a peu, dans la navette (sorte de petit bus électrique gratos qui parcours le centre-ville), je monte avec mes filles après avoir déjeuné dehors (du MacDo, houuuuhouuuu, la mauvaise mère que voilà!!). Il est 13h30, MissCouette va habituellement à la sieste à 14h et est donc passablement énervée par la fatigue naissante (d’autant que nous avions traversé une partie de la ville à pieds le matin même et qu’elle en avait plein les jambes).
Une dame d’un certain âge est déjà assise.
Je m’assieds avec mes deux filles sur les sièges, jusque là, tout va bien.
Mlle A prend un siège, MissCouette veut s’asseoir comme une grande entre Mouflette et moi, je la laisse faire. Et je vois la dame nous regarder de travers en soupirant. Je me dis qu’il ne faut pas interpréter les regards de travers, elle a peut-être un strabisme, après tout!

Le trajet ne dure que dix minutes. D’habitude, je prends cette navette avec MissCouette en poussette et tout se passe très bien (si on omet les gens qui rouspettent parce que la poussette prend trop de place, mais c’est rare donc ne chipotons pas). Là, elle est libre de ses mouvements et compte bien en profiter.
Elle se met à genoux sur le siège, ses pieds ne touchant pas le siège, je la laisse faire en mettant mon bras derrière elle en cas de freinage (les chauffeurs de la navette sont TOUJOURS très brusques, ou alors c’est les suspensions du véhicule qui sont nazes).
Elle s’assied normalement, puis se remet à genoux, puis se rassied normalement puis se remet à genoux, etc… Le tout sans faire de bruit (enfin, elle commente le trajet mais j’estime que parler, ce n’est pas du bruit). Je la laisse faire parce que d’une, je trouve qu’elle ne fait rien de mal et ne se met pas en danger. Et deux, si je lui demande d’arrêter je sais qu’elle va se mettre à hurler et je n’y tiens pas trop.

La dame nous regarde avec un air mauvais, mais je n’interprète toujours rien.
Le chauffeur intervient pour me demander de « tenir » ma fille. Il voit d’un mauvais oeil son comportement. Je grommelle que c’est ce que je fais depuis 8 minutes, en pensant que je ne suis quand même pas assez con pour laisser ma fille en danger. Il ne reste que 2 minutes de trajet, je me tais.
Entre temps, un homme d’un certain âge, apparemment pro de la navette, s’est assis à côté de Mlle A.
Il regarde MissCouette et lui demande de se calmer (je boue intérieurement mais ne trouve rien à lui répondre qui soit de l’ordre du poli, je m’abstiens donc). Il lui dit ensuite « Si tu ne te calme pas, tu vas aller au lit! », je pense en mon for intérieur que le lit n’est pas à proprement parler une punition, et je lui réponds que c’est parce qu’elle est fatiguée et doit aller au lit qu’elle n’est pas très sage (ma réponse était très con, ma fille n’était pas « pas sage », ma fille a 2 ans, c’est tout…)

Puis vient le moment béni de la sortie de la navette. Pour arrêter la navette, il suffit d’appuyer sur le bouton et elle s’arrête où on veut. MissCouette adorant ce moment où elle peut enfin appuyer sur le bouton, je la laisse se lever et me lève avec elle afin qu’elle puisse le faire, mais « pas tout de suite, dans une minute! », elle a appuyé tout de même, un peu trop tôt. Je demande au chauffeur de nous laisser au bout de la rue (à 100 mètres) car nous avons sonné trop tôt. Et lui de me gueuler dessus parce que « faut pas appuyer sur le bouton!!! Si on appuie sur le bouton, on descend!! »
Plein de vilains mots me sont venus à ce moment là, mais je n’ai rien dit, parce que je ne souhaite pas insulter les gens. Après tout, il avait peut-être eu une mauvaise journée et était très énervé.

Mais j’ai trouvé ça très triste, qu’une petite fille ne puisse pas juste être une petite fille de 2 ans, sans se prendre des réflexions à la con!

J’ai du mal avec le laxisme, vraiment. J’ai du mal avec trop de sévérité aussi. Mais j’ai encore plus de mal avec le fait de refuser de laisser vivre nos enfants!

S’il y a des comportements que je trouve limites (laisser son gamin de 6 ans insulter les passants, laisser son môme livré à lui-même, laisser son enfant dans des situations dans lesquelles il ne devrait pas se retrouver, laisser son gamin emmerder le monde sans réagir), j’évite en général de juger les parents, parce qu’on ne sait jamais ce qu’il se passe au moment T.
Un parent qui hurle sur son enfant, je trouve ça moche, mais je sais combien un enfant peut nous pousser à bout, donc je compatis en me disant que ça peut très bien m’arriver aussi. Un enfant qui hurle et un parent qui le laisse faire, je trouve ça agaçant (les cris des enfants sont souvent stridents et insupportables, on le sait tous), mais je ne juge pas le parent qui peut-être, tente une nouvelle approche éducative ou fait juste comme moi : laisser crier parce que de toute façon, rien n’apaisera la crise du môme…

Mais je trouve intolérable qu’un enfant n’ait pas le droit de vivre, d’être un enfant, simplement. Et que les parents soient toujours confrontés au dur regard des « gens » et aux remarques déplacées.

Quand MissCouette avait 11 mois, nous sommes allées à la supérette en bas de chez nous. J’avais pris mon écharpe sling afin de faire les 60 mètres qui séparent mon immeuble du magasin. Dans le magasin, je l’avais laissé crapahuter, elle marchait depuis quelques semaines et j’aimais la voir marcher dans un environnement moins confiné que chez nous.
Alors que je choisissais un flacon de sauce tomate, elle s’est prise d’amour pour les conserves en bas de rayon. Elle a commencé à les prendre et les empiler. Je l’ai laissé faire, le danger était minime (c’était de petites conserves donc même si l’une lui tombait sur le pied, ça ne pouvait pas lui faire bien mal) et ça l’occupait tranquillement. En plus, j’avoue, j’ai une fierté assez grande à voir ma fille faire des trucs marrants et mon coeur était gonflé comme une montgolfière de la voir jouer avec des boîtes de conserve (je sais me réjouir des petites choses).
Et c’est là que le vigile est venu me demander de ranger immédiatement les boîtes et de tenir ma fille dans mes bras.
Je lui ai répondu qu’elle ne faisait rien de mal. « Elle risque de casser les boîtes, et vous la mettez en danger! » m’a t’il rétorqué (une boîte de conserve qui tombe de sa hauteur sur un pied, j’imagine mal les dégâts mais bon…)(et MC n’a jamais été Hulk pour casser du métal, re mais bon…)
C’est alors que j’ai laissé mon petit panier plein de courses et que je suis sortie du magasin, furax, avec mon bébé intrépide sous le bras.

Je trouve ça triste, cette intolérance. Pour une personne qui va regarder un bébé avec tendresse, combien vont le regarder comme un chieur potentiel, bruyant petit être qui rompt le calme et l’ordre public?
Bon, j’exagère un peu, il y a beaucoup plus de gens sympas que de gens cons, mais on retient souvent les critiques et réflexions désagréables que les comportements normaux.

Bon, en général, je m’en fiche un peu, des gens et de ce qu’ils pensent. Mais quand les réflexions fusent, ça m’énerve (d’autant que je trouve des super réponses appropriées que 3 heures après, c’est frustrant!) et ça me rend triste. Parce que si aujourd’hui j’ai acquis de la confiance en mes qualités de mère, ce n’était pas le cas il y a 9 ans et ces réflexions débiles m’ont beaucoup fait douter alors qu’il n’y avait pas lieu. Et j’imagine combien de jeunes parents doivent douter aujourd’hui à cause de ces vieux nazes, et c’est très très irritant!

Je profite de ce billet pour vous dire que nous sommes à j-3 de la Marche des bébés. Je vous invite à donner, même une petite somme, sur ma page de collecte (ou n’importe laquelle de celles des Mums and the city), afin d’aider les enfants prématurés à avoir le plus de chances possibles.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

68 Discussions on
“Ces enfants qu’on ne doit surtout pas laisser vivre…”
  • Moi, je n’ai pas la répartie d’un mouton tondu et je peux te dire que ce genre de réflexion, particulièrement le papi grincheux du bus, il s’en prenait une bonne dans les dents … S’ils bougent beaucoup ils sont turbulents et s’ils sont trop calmes ils sont « bizarres », de toute façon, les gens ont un avis éclairé sur tout, c’est usant …

    • C’est clair. MC a été calme très longtemps, les gens me disaient « oh, elle est très calme dis donc!! Moi la mienne, elle est très vive! »
      Bon bah voilà, maintenant la mienne est vive (elle l’était avant mais différemment) et j’ai droit à d’autres réflexions, SUPER!
      Je vais prendre des cours de répartie!

  • Je n’ai jamais eu de réflexions de ce genre, et heureusement…

    Je suis du genre comme toi, à laisser faire tant que cela ne gêne pas autrui et ne mets pas Super-Zouzou en danger.
    L’Amour quant à lui est du genre à refuser que son fils parle s’il y a des gens autour (il fait partie de cuex qui ne supportent pas les enfants d’autrui…°

    Je soutiens complètement ton point de vue. Un peu de tolérance, un enfant DOIT découvrir, bouger, jouer, parler !

    Bises

    • Ben j’ai du mal à supporter les mômes chiants des autres aussi, j’avoue. Mais ceux qui restent mignons je les aime bien. Et je sais qu’un petit enfant peut être chiant sans que ses parents n’y puissent grand chose.
      J’ai pris l’avion récemment, une heure de vol. Une petite fille de 4 ans a pleuré pendant 45 minutes. C’était très chiant. Mais j’ai compatis avec le père qui devait en avoir ras la casquette et qui ne trouvait pas comment la calmer…

  • C’est incroyable comme les gens jugent vite. Ton enfant déambule un peu seul tu es laxiste. Quand il crie, il te mène par le out du nez, bref il est mal élevé…
    On devrait laisser courir mais non , ça touche forcément et surtout ça agace.
    Laissons les vivre bon sang nos enfants. Ce ne sont pas des animaux, ils n’ont pas à être dressés !

  • ahlala qu’est ce que je me reconnais dans toutes les réflexions… Et bien maintenant je ne me laisse plus faire… y en a marre des gens qui critiquent sans meme se regarder ! ras le bol, nous élevons nos enfants du mieux que possible… Je me rappelle de notre première escapade à Paris avec nos deux bambins…Mon fils adore le bus, le train, le métro ,une première pour lui de prendre autant de moyens de transports et surtout en pleine période du Pourquoi maman le monsieur il a un gros nez? ( c’est toujours un peu gênant mais au fond ça nous fait bien rire !!) et donc maintenant les réflexions des personnes aigries et bien je leur rétorque quelques chose… (ce qui me passe par la tete..) Allez te prends pas la tete !!

  • Je me retrouve beaucoup dans ton billet … Entre la façon de voir l’éducation de nos enfants, les réflexions pourries des gens et la « répartie d’un mouton tondu », expression qui m’a bien fait rire !
    Mais que les gens se mêlent de ce qui les regarde !

  • Jouer avec des boites de conserve, ma fille y passe énormément de temps à la maison ! Quand u dernier magasin ou nous sommes allées, c’était un magasin bio, les gens étaient très ouverts, et ne m’ont rien dit. Mais mon petit gluon est une enfant assez réservée, et a besoin de beaucoup de temps pour se sentir à l’aise dans un nouvel environnement (plus que le temps passé dans un magasin 🙂 ), donc elle y est « sage »… et elle n’a qu’1 an !!
    Je dirai juste que parfois, parmi les gens qui font des remarques, il y a des sans enfants… qui ne savent pas… J’ai une fois demandé à une petite fille (3 ans environ) de parler un peu moins fort dans le train, parce que tout le wagon en tendait tout ce qu’elle disait, et que ça dérangeait. Elle avait une voix forte et aiguë (comme une petite fille) et ne s’arrêtait pas depuis plus d’une demi-heure, à commentait chaque miette de son goûter. Son papa parlait aussi assez fort. Et bien il a eu de la répartie, et m’a dit que « elle avait pas 14 ans, on pouvait pas l’empêcher de parler »… Et il a marmonné pendant toute l’heure qui a suivi (marmonné fort) que bon, elle avait pas 14 ans… Et sa fille parlait un peu moins fort au passage… donc, elle ne me dérangeait plus…
    Bref, tout ça pour dire que parfois, oui, ça dérange les gens, un enfant qui pourtant ne fait pas de bêtise…. Et cette fois-là, j’aurai voulu que le papa lui dise, sans que personne ne fasse de remarque, de parler un petit peu moins fort… Mais je me dis aussi que j’ai eu tord d’intervenir… que c’était pas mon problème… mais j’avais sommeil, et elle m’empêchait de dormir… Bref, j’ai été cette donneuse de leçon, et quand j’y repense, en tant que maman, je ne sais pas quoi en penser justement.

    • Non mais une remarque dites gentiment, je ne le prends pas mal. Je peux expliquer pourquoi ce n’est pas possible, à la rigueur. C’est mieux que les remarques débiles.
      Après, des fois, on est tellement exaspéré par son enfant (bah oui, ça arrive) que les reflexions ne sont vraiment pas les bienvenues.

      Je pense qu’il y a un juste milieu entre laisser faire n’importe quoi à son gamin (souvent, dans le train, justement, des gamins qui hurlent, qui mettent de la musique, qui embêtent les gens, ça va 5 minutes mais c’est vite lassant) et ne rien le laisser faire du tout pour ne surtout ennuyer personne…

  • Je trouve ces expériences relatées assez terribles franchement, j’ai deux petites monstrouilles, et JAMAIS on ne m’a fait de telles réflexions en publique et franchement je le vivrais très mal, en revanche j’ai la répartie vive et assez rapide (et agressive si je trouve que c’est déplacé bien entendu).
    Mais je vais surement bientôt être confronté à cela car petite monstrouille est du genre enfant normal capricieux et colérique ce qui ne fut jamais le cas de la grande.
    Comme tu dis, c’est une enfant, elle a 20mois elle fait des colères. Moi ça m’interpelle et me choque un peu car sa soeur n’a jamais fait ça mais je sais que les autres enfants le font et que c’est limite plus ‘normal’ de le faire que l’inverse alors j’apprends à me mettre ça dans la tête et je le prendrais très mal qu’on vienne me faire des reflexions déplacées dans des magasins.

    • Voilà… Jusqu’à il y a 2/3 mois, MC était une petite perle, un ange qui ne bronchait jamais. Bon bah le monstre qui sommeille en elle s’est réveillé, c’est normal. Je suis plus démunie devant l’attitude des gens que devant celle de ma fille!

  • Ben ça fait vachement de bien de lire ton article!
    Parce que moi aussi, on me dit que mon fils est difficile. On me plaint, on me fait des réflexions, voire parfois, on va jusqu’à m’engueuler.
    J’ai quand même fini par réaliser que ce n’est pas moi qui est un problème, mais ceux qui ne réalisent pas que ce n’est qu’un enfant de 2 ans, plein de vie et enthousiasme, avec son caractère bien trempé certes, mais je trouve ça très bien, qu’il s’exprime.
    Comme tu dis : « mais laissez les vivre à la fin! »
    (après, évidemment, il ne s’agit pas non plus de le laisser tout faire, mais faut croire que certaines personnes pensent que si on n’est pas hyper autoritaire, on est forcément hyper laxiste… grumph… 😉 )

  • Le premier qui engueule Filhota sans ma permission, qu’il n’obtiendra pas de toute manière, aura à faire à moi…

    Je trouve que quand même les gens sont plutôt cools à Tlse !!! Je prends souvent le métro avec ma puce, elle parle à tout le monde, tout le monde lui réponds, toute la rame se marre et c’est génial !!!
    Par contre je n’ai jamais pris la navette… lol

    Petite anecdote :
    Métro marengo, ma puce veut appuyer sur le bouton de l’ascenseur, une vieille dame la repousse vers moi et lui dit « sois gentille avec maman » je lui ai répondu aussi sec « et vous soyez gentille avec ma fille et puis en plus je ne vous ai rien demandé »
    non mais… je l’aurais bouffé !!!

    • C’est sûr! J’essaye de me dire, pour que ça passe mieux « n’interprète pas, peut être qu’ils ont un regard con, de base! ». Mais les réflexions, je n’ai pas réussi à trouver de parade psychologique encore.

  • Ouh, mais comme je te rejoins, merci pour ce billet ! L’intolérance je trouve ça insupportable, y compris lorsque cela concerne le fait de juger le comportement de nos enfants. Parfois, j’ai envie de crier : « mais, de quoi je me mêle ? ». Malheureusement, je n’ai pas plus de répartie que toi, mais ceci est un autre problème !

  • Rolalala… Comme je compatis. Je suis dotée d’un pirate adorable, mais monté sur ressorts (pour de vrai. Il est quand même légérement plus speed qu’un enfant de 22 mois disons… »basique », faute d’un meilleur mot). Et son frére a 4 mois 1/2. Donc autant dire que si je tiens le pirate, y a des fois, c’est plus ou moins simple de l’empêcher de vivre…

    Et pour 3 personnes qui vont dire « Laissez faire, c’est normal, c’est de leur âge » (soient-elles bénies ces personnes), 7 vont me regarder de travers voir me faire des réflexions plus que déplacées (j’ai eu le droit aussi à « Tu vas aller au lit ». Sauf que je suis clairement moins polie, moins patiente ou moins mûre que toi, et j’lui ai renvoyé qu’il dormait dans un tiroir…. Ouais, j’ia un côté sarcastique aussi… Honte à moi)

    Punaise, mais fichez donc la paix à nos gosses!

    (Pourtant, dieu sait que sans être d’une sévérité sans nom, je le tiens mon mini)

  • Le coup de la navette, c’est juste dingue. Une enfant qui de met à genoux et se rassoit, en quoi c’est gênant, ou dangereux? Tous les enfants font ça! C’est quoi ce conducteur, il conduit uniquement dans des quartiers de vieux sans enfants, PArce que je lui conseillerais de faire un tour sur la ligne 173, porte de Clichy-les 4 routes de La Courneuve, je lui garanti que des gamins sages comme ta fille, il n’en verra pas souvent!

  • Je te lis depuis un moment et ce billet est un signe pour que je me jette à l’eau et que je commente. Je ne suis pas encore maman mais ça ne saurait tarder (je retire mon stérilet dans une dizaine de jours et ensuite vogue la barque). Cependant, ton billet m’a interpelée parce que j’ai eu l’occasion de discuter avec une amie de ce sujet. Elle a trois enfants, et sa petite dernière (de presque 3 ans) est très vive (j’adore, c’est un vrai petit tourbillon). En te lisant, j’ai souri parce que j’ai retrouvé mon amie dans sa façon d’appréhender l’éducation. Combien de fois a-t-elle pris des réflexions… parfois même de ses propres collègues de travail, qualifiant même ses enfants de mal élevés. La côtoyer m’a fait prendre conscience de l’importance de laisser les enfants vivre, expérimenter et s’exprimer. Mes parents m’ont donné cette éducation-là et je regarde les films de mon enfance avec un oeil attendri. Et quand je croise des petits tourbillons, j’ai toujours le sourire qui monte et ça me fait tellement plaisir de voir les parents répondre à mon sourire avec un air genre « ralalala quel phénomène » et attendri pour leur progéniture. C’est trop mignon.

    Bref, merci pour ce billet, merci pour avoir mis des mots sur ce sujet. 🙂

  • olalalala ….

    Une copine vient de me passer votre article à lire, car elle sais combien j’arrive à me rendre malade a cause de l’attitude des autres …. Troll°1 3ans et des poussières, Numérobis 13 mois….. Je ne peux plus monter dans la TGv sans avoir des douleurs dans l’estomac. Les gens on déja un regard critique sur le quai et les enfants sont catalogués comme insupportables avant même d’etre assis. Mais si le Tgv tombe 2h en panne au milieu de nul part numérobis âgé de9mois à l’epqoe n’avait même pas le droit de faire du 4pattes dans le couloir sous peine de regards assassin de la part de 3/4 des passagers.
    Bref je ne comprends pas que tout le monde puisse critiqués nos enfants, qui sont éduqués comme les votre, sévérité mais pas trop, laxiste quand il le faut et les laisser vivre leur vie d’enfant au max. Malgré tout, le regard des autres nous dit : que nous ne sommes pas assez sévère ou trop. Le tout bien sur quand nous aurions juste besoin d’un regard de compréhension et non de jugement.
    Résultat je me et leur pourri les sorties en public, trop souvent à mon gout grace à ces nombreux, trop nombreux regards en biais ou critiques à 2 balles.

    Merci pour cet article, cela fait parti des maux de parents dont on ne parle pas assez souvent.

  • Je comprends tout à fait ce que tu ressens. Ici, oui, il m’arrive de m’emporter, parce que j’estime que ma grande a fait une bêtise (une vraie bêtise). Mais dans l’ensemble, depuis qu’elle est petite, si elle monte sur quelque chose (au risque de tomber) et qu’il n’y a pas de risque de jambe/bras/nez cassé, je laisse faire. Elle tombe ? Eh bien elle en verra d’autres. Je te laisse imaginer la tête des gens qui la regardent faire avec effroi. Un coup, je racontais une de ses petites cascades à ma coiffeuse, je te raconte pas l’air paniqué qu’a pris une cliente. Pareil pour : le feutre plein les doigts (ça se lave), la colère dans la rue (qui s’arrête net quand elle voit que je ne m’intéresse pas à sa petite personne et que je continue ma vie, sous le regard courroucé des passants), le savon partout par terre (ça partait d’une bonne intention). Les seules limites totalement infranchissables sont celles du respect d’autrui (exemple : non, on ne balance pas de jouets sur la tête de la petite soeur qui pleure dans son parc).

    Une fois je suis allée à la bibliothèque avec mes deux filles. La petite avait peut-être 2 mois. Dans le coin pour les petits, j’ai oublié d’enlever les chaussures de ma grande (qui n’a pas non plus piétiné les livres). Eh bien elle parlait. Et en plus, elle bougeait ! Et manifestement, ça n’a pas plus à une maman qui lisait dans un coin avec ses deux enfants (d’environ 6 et 8 ans, bien peignés, pas bouger, dressés à la baguette). Elle nous a regardés de travers pendant une heure. Voilà ce que c’est que de tenter d’ouvrir ses enfants à la culture ^^ (sans compter qu’avec la petite, c’était du sport)
    Et en ce qui concerne la répartie, en fait, le souci, c’est que je ne veux froisser personne. C’est bête, parce que je suis du genre à dire ce que je pense, mais je n’ai pas envie de me lancer dans un débat enflammé et de me « taper l’affiche » dans la rue/le bus/l’école. Alors combien de « ohlala, mais elle doit pas être bien dans l’écharpe », « ohlala, elle a une oreille qui dépasse du bonnet, elle va prendre froid », « ohlala, faut pas faire comme ça » j’ai pu entendre ! Mais je ne dis rien. C’est la raison pour laquelle je ne dis rien depuis la rentrée quand une maman appelle ma fille « merdeuse », et dit que « la tutute c’est caca, c’est pour les bébés » (et, partant, traite ma fille de bébé). Je n’ose pas lui répondre, de peur de l’esclandre. Mais je sens que le jour où ça va sortir, je vais l’envoyer ch*er grave ^^

  • Il y a des gens vraiment aigris. Leur vie doit être triste à râler pour si peu.
    Je suis comme toi avec mes enfants. Parfois, je laisse faire de petites bêtises pour éviter les hurlements et parce qu’au fond, ce n’est pas grave

  • Moi, je n’aime pas vraiment punir. Je rouspète, je gronde un peu mais je déteste faire des drames surtt avec mes enfants qui sont encore si petiit. J’ai bien vu que l’éducation il ne faut pas l’imposer à tt moment qd ils st fatigués c comme pour nous il n’y a rien à en tirer. Que les gens se mêlent de ce qui les regardent. Un enfant c’est vivant c’est comme ça.

    Samedi dernier, j’ai du reveiller le Môme de la voiture pour aller ds le supermarché, il chouinait en rentrant ds le magasin car il était mal reveillé et que comme j’avais son frère ds les bras je ne pouvais pas le porter. Lorsque nous sommes ressorti cela allait mieux et il tenait un paquet de gateau ds les mains. Paquet que bous devions acheter pr le gouter rien a voir avec les pleurs. un type que je ne connais pas, lui sort : Bah voilà c’est bon t’as eu tes gateaux alors tu ne pleures plus, je lui lancé un regard noir et il s’est tut ! Mais cela m’a agacé car derrière cette phrase, il sous entendait que mon petit avait fait un caprice et que je lui avais cédé, cela m’a fortement agacé !

    En tt cas très interessant de lire les com de cet article (et l’article aussi cela va de soi ;-))

    • A la sortie de l’école, il n’y a pas si longtemps, ma grande commençait à pigner (pas une colère, juste de la fatigue). Eh bien une maman (que je croise tous les jours et avec laquelle je ne partage a priori aucun principe éducatif) a demandé à ma fille de sa voix de crécelle « Eh ben alors, tu veux une fessée ? Attention, tu vas avoir la fessée ! » Sur le coup, de peur de faire un esclandre, je ne lui ai rien répondu. Et en y repensant, plus choquant que le fait de me taire (ce que j’ai amèrement regretté, et je le regrette presque tous les jours car elle se permet des réflexions pas possibles et est d’une bêtise sans bornes), il y a le fait qu’elle met une fessée à sa gosse chaque fois qu’elle chouine, manifestement. Donc finalement, je préfère ma place à la sienne.

  • J’ai toujours la répartie 3h après aussi et ça m’énerve !
    Je suis un peu comme toi : je laisse vivre mes enfants tant qu’ils ne mette pas leur vie ou ceux des autres en danger et j’essaye d’eviter de « déranger » en société. Mais il faut bien qu’ils vivent aussi !

  • Parfois je suis tentée de dire à mon fils « touche pas ci, touche pas ça » quand on sort où même à la maison quand il me déballe tous les tupperware dans mes tiroirs de cuisine (qui sont pile à sa hauteur). Mais en fait je trouve ça con, il faut bien que les enfants s’occupent et le monde dans lequel ils vivent non ? Tant qu’ils ne se mettent pas en danger et ne gênent personne, où est le problème ? Un enfant de 2 ans n’a pas la notion de politesse et le coup des boîtes de conserve au supermarché j’aurais laissé faire aussi !
    Nous on est adultes, on a de quoi s’occuper, on est libre de bouger comme on veut, de faire ce qu’on veut, de toucher ce qu’on veut… mais eux ? Je ne vois pas pourquoi on devrait les empêcher de bouger. Alors on devrait leur demander de rester immobiles et silencieux, c’est ça ? QUELLE TRISTESSE !
    Franchement t’as été bien gentille avec les vieux du bus ! J’aurais fait un scandale moi !

  • Pareil, ça me saoule ! tous ces gens qui oublient qu’un jour ils ont été enfants je les emmerde parce que marre de brimer ses gosses à cause d’une société intolérante, un enfant c’est vivant, ça parle, ça crie, ça saute et on peut l’éduquer sans le brimer sans arrêt…

  • Oh moi avec les cons je suis con et demie :

    A une demi-vieille qui me disait que (je cite) « j’allais étouffer mon bébé là dedans » (en porte-bébé) j’ai répondu que c’était le but. « Vous connaissez paaas ? c’est nouveau, ça s’appelle un étouffe-bébé »…

  • Les gens sont devenus effroyablement intolérants! ça m’insupporte. Je me souviens de mon pédiatre qui disait toujours qu’il fallait accepter les sautes d’humeur, l’agitation… de nos enfants parce qu’ils étaient des êtres humains avec leur caractère (comme nous adultes) et que les punir parce qu’ils osent s’exprimer était une erreur. Il me disait « on vit dans une société où il vaut mieux avoir trop de caractère que pas assez ». Laissons vivre nos gamins et que ceux que ça ennuie (pour rester polie), ils ont oublié qu’ils ont été eux aussi des enfants!
    Grrr! je déteste les vieux cons! Voilà, c’est dit!

  • Perso, j’ai pas passé deux ans à apprendre à marcher et parler à Barbalala pour lui demander ensuite de rester assise et de se taire ^^

    Quant à celle qui s’amuserait à la traiter de « merdeuse » ou à la menacer d’une fessée, je crois que je pourrais lui crever un oeil en place publique (même et surtout devant l’école !)

    • Disons que c’est ce que j’aurais fait il y a quelques années (grande gueule, toujours prête à faire fermer la leur à ceux qui l’ouvriraient trop fort à mon goût). Et puis, un jour, on m’a fait comprendre qu’il fallait faire preuve de tact, que je n’étais pas assez….subtile, disons. Alors, je me suis calmée. Peut-être un peu trop. Et puis l’isolement, le fait de ne pas avoir spécialement de contacts, ont fait qu’en premier lieu, quand je croise quelqu’un, j’essaie d’être sympathique. Manque de bol, ce ne sont pas souvent les bonnes personnes, et je ne m’en rends compte qu’après. Alors effectivement, je crève d’envie de lui envoyer dans la tronche qu’elle n’est qu’une pauvre *%ù!^ (doublée d’une intolérante sans bornes, mais c’est un autre sujet), et qu’elle a juste à se taire quand il s’agit de mes gosses. Mais gueuler comme ça à la sortie de l’école (oui, parce que moi,quand ça sort, j’ai du mal à garder mon calme), ben je trouve que ça fait désordre. Et, à force de faire preuve de « tact », ben finalement, je me laisse marcher dessus. J’en suis la première atterrée, car cela ne me ressemble pas.

  • Cet article m’a interpellé car moi aussi, avec ma fille aînée qui étant bébé pleurait énormément (que dis-je hurlait !!), j’ai eu vraiment à faire avec le regard des autres. J’en ai beaucoup souffert car non seulement impuissante à réconforter ma fille, il fallait aussi que je gère les réflexions des cons autour de moi (les partisans de la fessée dès les 1ers mois, il y en a beaucoup !!!) .Ayant aussi beaucoup voyagé avec mes enfants, je me rends compte que dans beaucoup d’autres pays :la Scandinavie, les pays du Maghreb, l’Asie, il est plus simple d’élever ses enfants. Ils ont un regard plus indulgent, plus tendre … Ils sont plus cool et on a pas l’impression que les enfants soient mal élevés. En Suède, il n’est pas mal vu de grimper aux arbres, de sauter partout, alors qu’en France, vous laissez faire votre enfant, malheur !!!
    Dernière chose, nous avons été obligés de déménager de notre ancien appartement (mal insonorisé) car nos voisins (un jeune couple !) ne supportait pas quand les enfants laissaient tomber une fourchette par terre ! Cela les dérangait dans leur quotidien !!!!

  • Je me reconnais tout à fait dans ce que tu racontes…Moi aussi, j’ai une fille soit-disant « difficile », « je n’ai pas d’autorité » et en plus, comme toi, aucune répartie! Enfin disons, que nous,nous sommes civilisées plutôt,ça ne me viendrait pas à l’idée de me mêler de l’éducation d’autres enfants, d’autant plus si je ne les connais pas!!J’en reviens pas de la réflexion du vieux monsieur, c’est incroyable,comment on peut se permettre de faire une remarque comme ça à un enfant qui n’est pas de notre famille?!
    Je plussois ce que disait qqn avant moi: le pire c’est quand ça vient de la (belle)- famille…Eh oui, moi aussi,j’ai eu (et j’ai de plus en plus) ce genre de réflexions sur notre éducation.On en vient à les éviter de plus en plus,c’est dommage… Parfois, je ne suis aps tout à fait d’accord avec les choix d’autres parents, je ne me permettrai jamais de faire la quelconque remarque! (sauf si vraiment, je vois ce parent mettre en danger son enfant,je sais pas, lui donner de l’alcool ou qqch de très grave comme ça!!)

    • Je compatis…
      Dernière engueulade en date avec le beau-père qui n’a pas apprécié que je lui interdise de menacer Surprise d’une fessée. (Il a le droit de ne pas être d’accord avec notre façon de faire, mais il est prié de la respecter quand même. ) J’ai eu droit à « ben alors, fais le obéir! »
      La douche froide…(pour info, mon fils vient d’avoir 2 ans…)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


+ cinq = huit