Pourquoi devenir avocat?

Lors de ma première (et pour le moment unique) simulation de grand oral, l’un des jurés m’a demandé « Pourquoi souhaitez vous devenir avocat, mademoiselle? ».

Je n’ai pas pu répondre.
Pas parce que je ne savais pas quoi répondre, mais parce que toutes les réponses que j’avais en tête me paraissait tellement stupides , que je n’ai pas pu sortir un mot.
Il faut savoir que le grand oral, même simulé, est une épreuve très difficile moralement pour la majorité des étudiants. Je n’ai pas fait exception à la règle et ai été très déstabilisé.

Mais le fait de ne pas avoir su répondre à cette question précise m’a turlupiné et je me suis interrogée sur mes motivations.

Mon rêve d’avocature remonte à mon enfance.
J’ai souhaité être cosmonaute, pilote d’avion de chasse, vétérinaire, réalisatrice, écrivain… Et puis avocat. Et c’est cette dernière vocation qui est restée (peut-être parce que la plus réaliste!).
A l’époque, je voyais les avocats comme des défenseurs de la veuve et de l’orphelin, et cette idée me plaisait beaucoup et me convenait, d’une certaine manière.
A l’adolescence, je voulais changer le monde, comme bon nombre de mes camarades, et il me semblait que le métier d’avocat pouvait y contribuer.
J’ai toujours détesté l’injustice et l’avocat me paraissait le dernier rempart contre celle-ci.

Je voulais être avocat pour défendre les gentils contre les méchants et rendre le monde un peu plus beau en permettant d’enfermer tous les criminels en prison.

Et puis j’ai grandi. J’ai embrassé une filière juridique avec enthousiasme, mais je n’ai jamais fait de pénal. Pour me protéger, d’une part, et deuxièmement parce que j’ai trouvé des matières qui me semblaient moins glauques et plus passionnantes.

Alors pourquoi avocat?

D’abord parce que le droit étant une matière vaste mais à la logique toujours un peu identique (j’entends par là que si on arrive à comprendre le fonctionnement d’un droit, on a, à priori, la logique permettant de comprendre n’importe quel droit) il ne me semble pas délirant de penser que l’on peut accéder à la profession sans maîtriser tous les droits auxquels on sera confrontés.

J’aime la logique et la rigueur du droit, l’effort intellectuel nécessaire pour appréhender une affaire. La sagacité d’esprit que cela demande. Si ça n’était pas compliqué, ça ne m’intéresserait sans doute pas.

Ensuite, mes motivations ont changé depuis l’adolescence.
Si je souhaite toujours pouvoir défendre les victimes qui en ont besoin, je souhaite avant tout pouvoir défendre, tout court.

L’avocat est souvent un personnage peu compris. Lors de procès aux assises, l’avocat est très souvent amalgamé avec la personne qu’il défend. Le public se demande comment on peut défendre un grand criminel, un violeur, un meurtrier, et on projette sur lui toute la haine que l’on peut avoir sur l’individu inculpé.

Pour ma part, je comprends et je trouve même indispensable que ces personnes soient défendues.
N’importe quel individu doit avoir accès à une défense juridique.
Parce que nous vivons dans une démocratie et l’avocat est le rempart entre l’irrationnelle ire collective et la froide rigueur de la justice.

Je me suis demandée si je serais capable de défendre un pédophile, par exemple. Parce que forcément, avec mon vécu, la question peut se poser.
Et je pense que oui. Défendre ne veut pas dire empêcher la condamnation. C’est permettre au client d’avoir la meilleure défense en fonction des actes qu’il a commis, pas chercher à mentir et à plaider non-coupable à tout prix (c’est même plutôt très malvenu). Après, ça ne veut pas dire que je le ferais de gaieté de coeur…

Je pense qu’au même titre qu’un médecin doit soigner un individu dont les actes le dégoûtent profondément. Un avocat doit pouvoir défendre dans les mêmes conditions

Et c’est ce qui me plait. L’égalité et l’équité de ce métier.
La noblesse et l’honneur aussi.
J’aime la justice, et je suis certaine que pour la voir accomplie, toutes les parties à un conflit, une affaire, doivent être entendues et défendues. C’est le meilleure moyen pour que la justice ait lieu. Parce que notre société est une démocratie et non un état totalitaire ou n’importe qui peut être puni arbitrairement sans avoir droit à une défense digne de ce nom.

Je sais que ces propos peuvent choquer. Ca n’est pas pour autant que je comprends pourquoi.
Je ne cautionnerai jamais les actes criminels. Défendre un criminel, ce n’est pas défendre ses actes, c’est permettre à la justice d’être donnée en considérant le criminel pour ce qu’il est: un homme, un être humain, qui doit répondre de ses actes.

J’ai toujours été contre l’idée selon laquelle un criminel est un monstre.
Un criminel est un être humain. Et si ses actes sont monstrueux, le considérer comme un monstre, lui, c’est lui permettre de passer au travers des mailles de la justice, et c’est dangereux.
La vengeance personnelle ou collective n’étant pas une forme de justice acceptable.

C’est aussi pour cette raison que je suis radicalement opposée à la peine de mort.
En tant qu’individu, je peux souhaiter la mort de personnes dont je juge les actes odieux. C’est humain.
Mais la justice représente l’Etat. Et l’Etat ne peux pas commettre ce qu’il condamne.

Bref, le droit et la justice me passionnent.
La notion de justice est très ancrée en moi, l’idée de défendre des individus avec mes connaissances juridiques, leur donner accès à la justice, c’est quelque chose de vibrant.

Et je pense que l’avocat, qu’il défende le « gentil » ou le « méchant » a un rôle essentiel.
En tant que victime (parce que forcément, ma vocation n’est pas étrangère à mon vécu), je sais que l’accès à la justice permet une partie de la guérison. Et sans l’avocat de mon agresseur, la justice n’aurait jamais été rendue (après, je peux trouver la sentence trop faible, mais d’une, c’est l’affaire du juge, et deux, la condamnation est salvatrice tout de même).

Ca parait sans doute difficile à comprendre mais pour moi, c’est très logique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

47 Discussions on
“Pourquoi devenir avocat?”
  • On va dire que j’ai toujours voulu être avocate, depuis petite et je n’ai jamais remis en question cette voie… jusqu’à la fac…
    Si j’ai adoré le droit, j’ai détesté l’esprit ! Ca n’a pas été facile de passer à autre chose.

    • Ha oui?
      J’ai fait une licence AES moi, l’esprit était super!
      Et après un master de droit international, il y avait un gros pourcentage d’Erasmus, du coup l’ambiance était top aussi.
      Mais les étudiants en droit n’ont jamais eu l’air super fun…
      Là en prépa les gens sont plus « vieux » donc plus mûrs, donc moins dans un esprit concon. Enfin il y a un fort esprit de compétition et zéro entraide, mais bon…

      • Bonjour mademoiselle,
        Avez vous eu du mal à intégrer un master de droit après une licence AES ? Je suis moi même étudiant de première année de licence dans ce domaine à l’université Lyon 2 et me demande si je ne tenterai pas un master de droit plutôt que de l’audit et de la comptabilité en école de commerce comme je le souhaitais au départ, ou bien de faire les deux si la motivation est là. Sur la brochure de la licence il est bien dit que cela est possible mais je me demandais si ce n’était pas juste de la poudre aux yeux.
        Tout conseil sera le bien venu !
        Merci d’avance.

  • Je suis entrée en Droit à la base pour être avocate pénaliste pour enfants … Avec ma fibre hyper sensible et mes glandes lacrymales hyperactives, j’ai vite renoncé. Mais l’envie d’aller jusqu’au concours était toujours là. Et puis, le redoublement, la pression, le doute, m’ont fait reculer … j’ai décidé de mettre une croix sur le concours car en droit des affaires, une juriste fait très souvent le même travail qu’un avocat. Mais j’avoue que ton article correspond à ce que j’aurais répondu si on m’avait posé la question. C’est l’injustice qui m’a donné envie d’aller en Droit, c’est elle qui me donne envie de m’accrocher dans ma recherche de boulot. Très bel article, bravo ! Bises
    PS : pour l’ambiance en cours, étant donné la fac où j’étais jusqu’en M1, je suis complètement d’accord ; en M2, cette année, j’ai découvert qu’il pouvait y avoir une très bonne ambiance du moment qu’on est moins nombreux !

  • Je découvre ton blog et suis ravie de te lire. Ravie de lire les billets d’une Avocate, puisque tu l’as compris à la lecture de mon nom, je suis Juriste en entreprise.

    Même si parfois les juristes et les avocats se font la guerre, j’espère que cela ne sera pas le cas entre nous 🙂

    A bientôt

  • être impartial quelque que soit ton client ce doit être parfois difficile et c’est pour cela que j’admire les avocats, j’en serais incapable, comme d’être jurés d’ailleurs, je souhaite que cela ne m’arrive jamais!

  • Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut défendre tout le monde . Chacun a sa part de justice qu’on soit « bon » ou « mauvais ». En revanche je ne pourrais pas défendre un menteur, quelqu’un qui a tué ou violé et qui le nie. Je ne pourrai jamais me regarder en face. C’est pour ça que même si j’adorais le droit (en AES aussi) , j’ai préféré renoncé à une carrière là dedans. Et puis je suis très sensible aussi. Mais c’es très courageux de tenter , tu seras une très chouette avocate:plein de courage.

    • En cas de mensonge, quand l’avocat sans doute, il peut opposer une clause de conscience. Ne pas souhaiter défendre une personne parce que sa ligne de défense est contraire à la déontologie.
      Enfin, c’est possible, hormis si l’avocat est commis d’office! 🙂

  • Mais, bon sang, tu leur as répondu quoi au grand oral? (Gérard: état frustré!)
    Pour ma part, je suis passionné par l’esprit de la »common law » anglo-saxonne, du moins la jurisprudence d’une manière générale. Hop hop! Belle vie!

    • Ben rien, je n’ai pas été capable de leur répondre! 😉
      Ca s’apprend paraît il (j’espère sinon je suis mal barrée!)
      J’ai aussi beaucoup la common-law et la jurisprudence. J’ai un master de droit international, j’ai trouvé passionnant tous les cours de droit comparé (même si j’ai préféré le droit privé comparé)

  • J’ai beaucoup aimé ton billet, surtout sur la notion de justice, qui ne doit jamais se confondre avec vengeance.
    Je n’ai jamais été attirée par le droit (je suis une scientifique pur jus !) mais ma mère et ma soeur sont avocates (ou vont l être pour ma frangine) et je suis toujours profondément admirative devant leur sens moral qui me semble être une composante essentiel de leur vie.

  • 1ère fois que je commente… Mais ça me parle, je me suis inscrite en Droit cette année par correspondance un peu contre mon gré mais j’espère réussir pour passer en L2.
    Et oui pourquoi je veux être avocate ? Je n’ai que les réponses banales et j’aimerais un jour pouvoir avoir un cheminement tel que le votre.
    Merci

  • oh ce sont celles de toutes les personnes voulant faire du droit….. Mon envie d’être utile aux gens qui à un moment donné auront besoin de moi, l’envie de rendre (du moins essayer) ce monde un tantinet meilleur. Et surtout rendre justice à ceux qui en auront besoin, ceux qui grâce à la justice pourront sortir d’un long calvaire..
    Je suis consciente que j’oublie certainement beaucoup de choses et que tout ceci est surement dérisoire, mais ce sont pour l’instant mes motivations (bien peu construites).

    • Ben c’est très bien déjà!
      J’ai entendu pire hein! 😉
      Notamment « moi je veux être avocat car j’adore les grands avocats et leur éloquence! »
      Bon, c’est une motivation comme une autre hein…

  • Je trouve ça assez facile à comprendre car tu as exprimé cela très clairement et merci pour cela.
    Oui souvent je me suis demandé comment on pouvait « défendre » les actes monstrueux, mais tu as raison, chaque homme a droit à une défense.
    En revanche j’ai quand même tendance à trouver certaines personnes monstrueuses et la peine de mort fait débat dans ma tête aussi.

      • Oui tu as raison lorsque tu dis que ce sont les actes, mais souvent l’émotivité et la colère font très vite penser autrement.
        Et en effet, le mot justice et peine de mort ne me semble pas compatible, mais moi aussi je pense que parfois certains méritent de crever (dans d’atroces souffrances même), plutôt que de couter une fortune à l’état ou bien pire: être libre un jour (puis bon certaines prisons sont un peu trop « luxe » à mon gout aussi, d’autres c’est une honte j’en conviens).
        Mais bon les bonnes âmes diront que tout le monde a droit à une seconde chance, perso pour certains cas je n’arrive pas à me dire ça.

  • T’aurais du répondre ce que tu viens d’écrire, c’est parfait comme argumentaire ! Pour l’anecdote, mon grand père est avocat (enfin « était », ça fait 20 ans qu’il est à la retraite) et je le soupçonne d’avoir voulu être avocat parce que ça fait chic (+ beaux honoraires à la clé…), pourtant c’est quelqu’un de très généreux mais pas très défenseur de la veuve et de l’orphelin ;)…

    • Ben, là je donne mes « vraies » motivations. Mais bon, j’avoue que le fait que ce soit un métier valorisant et reconnu par la société me séduit aussi. 😉
      Les beaux honoraires, je crois que peu d’avocats en ont, par contre! 😉

  • Bonjour/Bonsoir, selon le moment auquel vous lirez ce message.
    Je suis actuellement en classe de premiére Littéraire, et depuis toujours ou presque, je souhaite travailler dans un métier touchant au droit, et au cours de mon année de 4e, le métier d’avocat m’est venu comme une évidence. Ce qui me tente le plus, c’est le pénal, mais je sais qu’on ne plaide pas aux assises au tout début, et heureusement.
    Je me questionne pas mal , et j’aimerais pouvoir échanger, de maniére constructive avec vous sur ce métier.
    D’abord, si on ne veut pas se spécialier en droit international, est t’il exiger un trés bon niveau d’Anglais?
    A partir de quelle année de license peut t’on vraiment se spécialisé dans le droit pénal ?

    Merci de votre réponse. kev-gravelle@hotmail.fr

  • salut j’ai un travail à faire et il faut que je trouve 4 raisons pour devenir avocate et il m’en manqu une tu pourrais m’aider?

    1. j’aime le droit et la justice
    2. je ne veux plus d’injustice
    3. j’aime argumenter et défendre
    4. ???

    j’espere que tu pourras m’aider sinon très bel article
    Merci!

    • Pour défendre le droit, parce que les avocats sont indispensables au respect de la justice, parce qu’ils sont le rempart entre la Loi toute puissante et le prévenu, par exemple?
      Je suis un peu fatiguée, là, mais j’essaierai d’y penser mieux! 😉

  • Hello, merci pour ce billet ! Il date un peu, j’espère que depuis tu as pu passer le concours. Si ce n’est pas le cas accroche-toi, tes motivations sont belles et méritent d’être défendues. Pour ma part je suis dans un cas un peu spécial : je suis déjà avocate, mais lassée par la cupidité mégalo de mes camarades de promo, j’ai été percluse de doutes et ai repoussé mon entrée en fonctions. Ce qui m’amène à te lire aujourd’hui, c’est que je me demande: « Ai-je vraiment envie d’être avocat, et si oui pourquoi ? ». Ton blog répond entièrement à cette question, c’est peut-être ce que j’aurais répondu lors du Grand Oral si on me l’avait posée (et si j’en avais eu l’inspiration ! Le secret de la réactivité tient souvent dans l’anticipation des situations auxquelles nous serons confrontés…) Dans tous les cas merci ! Ton billet rend la part belle à la profession. Il permet de croire qu’exercer avec éthique n’est pas qu’un idéal (au lieu de mentir à tout prix et de détourner les faits pour gagner sa cause). D’aucuns diront « Que le meilleur gagne ! »mais ce n’est pas l’idée que je me fais d’un « auxiliaire de justice ». Je te souhaite le meilleur pour la suite ! Pour ma part, je vais tâcher de devenir avocat après une trop longue interruption. N’hésite pas à me joindre par email si je peux t’être d’une aide quelconque. Bonne continuation !

    • Merci! 🙂
      Je n’ai pas passé les concours… Entre temps j’ai eu un troisième enfant…
      Je n’abandonne pas mes rêves de jeunesse, je pense tenter l’année prochaine. En espérant ne pas me dégonfler, cette fois encore!

      Belle vie à toi et tes ambitions. Tu es avocat et tu as un beau titre, ne te laisse pas décourager par l’esprit de ceux que tu cottoies, c’est trop dommage… Bien que je comprends parfaitement ce sentiment et il me fait beaucoup douter aussi…

  • Bonjour,j’ai 13 ans et je veux aussi etre avocat mais un jour ma maman ma demander pourquoi ce métier et je n’est pas su repondre donc maintenant je doute un peu pourrais-tu me donner quelques arguments s’il te plait? =-) Urgent

  • Il faut avoir un grand desire et motivation pour devenir avocat. Ce n’est pas un métier passif ni facile, mais c’est gratifiant si on aime défendre les innocents. Je vous remercie de votre expérience dont vous avez trouvé vos motivations pour devenir avocat. C’est inspirant. Je vous souhaite une bonne continuation !

  • Je suis totalement d’accord être avocat c’est alléger les peines de la personne qui a commis des actes odieux et pas forcément de la plaider non coupable car chaques personne est humaine est tout comme le dis la loi fobdatrice de notre société Tout né libres et égaux en droits

  • Être avocat en divorce c’est aussi profiter de la détresse du couple et mettre de l’huile sur le feu pour soutirer un max de fric à l’autre partie. Je connais une avocate en assurance, qui a choisi cette filière pour défendre l’humain à la base et qui se retrouve aujourd’hui à piéger des gens. Elle a defendu une assurance de chirurgiens qui ont accidentellement mutilé une femme d’à peine 30, qui est désormais totalement incontinente (selles) Elle a besoin d’une couche ! Grâce a elle la pauvre femme a touché très peu d’argent. Je ne comprends pas comment on peut se regarder dans le miroir après ça…

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


huit − = null