Overdose

Ne cherchez pas le rapport entre la photo et le texte, il n’y en a pas!

Parfois, j’ai le sentiment de ne pas être faite pour avoir des enfants… Cela engendre en moi une énorme culpabilité, cela va de soi…
J’adore la maternité, j’adore être enceinte, la symbiose des premiers mois avec mon bébé est pour moi un pur bonheur.
Mais cela ne dure qu’un temps.

Mes filles ne sont plus des bébés. La relation que j’ai avec l’une et l’autre est très riche, rien à voir avec la symbiose de la première année, c’est mille fois plus enrichissant, j’apprends de nombreuses choses en les côtoyant, la relation affective est formidable! Et je ne reviendrai en arrière pour rien au monde. J’aime la période « bébé », mais je ne la regrette pas, je suis contente qu’avec mes deux choupettes, tout cela soit derrière nous car chaque jour offre son lot de surprises et de bonheur.

Mais la cohabitation est parfois très difficile…
En fait, je ne suis pas faite pour être mère au foyer, pas plus d’un an du moins…

Depuis quelques mois, je craque, je suis à bout nerveusement, moralement et intellectuellement.
Je vois souvent des amies, et heureusement sinon je serais déjà devenue folle… Mais 3 heures de temps en temps avec mes amies ne « rattrape » pas tout ce temps passé avec une petite fille de 2 ans en pleine affirmation d’elle-même et une jeune fille de 11 ans en pleine crise d’ado avec questionnement super métaphysique.

La plupart du temps, j’aime ces moments passés avec elles, lire des histoires de T’choupi, surveiller d’un oeil les devoirs, écouter 20 fois le même morceau de clarinette joué de manière très inégale, faire semblant d’être la princesse-citrouille, faire 20 fois le même puzzle de 4 pièces… J’apprécie ces moments, je sais qu’ils ne se présenteront pas souvent à moi…

Par contre, je n’en peux plus des « maman » pleurnicheurs qui me sont adressés 200 fois par jour et qui me mettent les nerfs en pelotte.
« Maman, il est où mon livre de maths? »
« Maman, l’est où ma tototte? »
« Maman, est-ce que je peux aller à la bibliothèque? »
« Maman, ze veux ça moi!! »
« Maman, maman, maman… »

Je dois être fragile en ce moment parce que d’habitude, j’en prends mon parti, mais là, je n’en peux plus, j’ai l’impression que ma tête va exploser à chaque « maman », que j’entends… Souvent, leur père est juste à côté, mais non, c’est à moi qu’elles viennent demander, POURQUOI? Je n’ai pas réponse à tout, je ne sais pas « pourquoi on est nous », ni « où est la pitie vasse rouze », ni « où est le livre de maths ». Je n’en sais rien et j’aimerais bien qu’on pose toutes ces questions à quelqu’un d’un peu plus disponible…

A chaque fois que j’ai 5 minutes de tranquillité, Mademoiselle A choisi pile ce moment pour avoir une grande discussion philosophique avec moi à base de « Toutes mes copines ont un portable, c’est super pratique, j’aimerais en avoir un à Noël ».

Et MissCouette, en plein « terrible two en retard », qui fait des caprices, pour rien, qui pleure, pour rien, qui crie, hurle, juste pour le fun… Je n’ai pas trop à me plaindre, elle reste une petite fille plutôt sage et cool… Mais elle teste mes limites, et en ce moment, je n’ai aucune patience pour y faire face.

Il y a aussi leur hypersensibilité à toutes deux, les questions graves que se posent Mademoiselle A, auxquelles je n’ai jamais eu de réponse. Je me suis posée les mêmes à son âge, je me souviens du désarroi et de l’angoisse que je ressentais à ne pas trouver de réponse, ce malaise physique profond… J’aimerais tant pouvoir l’aider, y répondre… Je ne peux que la serrer fort dans mes bras et lui dire que ça passera, que ces questions, elle se les posera toujours, mais quand elle aura grandi, elle aura appris à les balayer pour ne pas en souffrir…

Et MissCouette, quand elle fait une bêtise et que je lui lance un regard noir de colère, sans aucun mot, je vois son visage se fermer, ses yeux se remplir de tristesse et sa petite voix prononcer un « maman » qui fait instantanément abaisser toutes mes défenses… Son besoin d’être aimée est immense, alors je la prends dans mes bras et je lui dis que ce n’est pas grave, qu’elle a fait une bêtise mais que je l’aime très fort.

Je ne me sens pas à la hauteur, elles ont des besoins si grands et c’est toujours vers moi qu’elles viennent. Sans doute parce qu’elles ont confiance en moi, ou juste parce que je suis là, physiquement…
Mais depuis peu, je ne suis plus vraiment là.
Je m’emporte facilement, je les envoie balader, je crie, je suis trop en colère.
Ce n’est pas de leur faute et je m’en veux de leur en vouloir…

J’ai besoin d’autre chose. J’ai besoin d’elles, d’être là pour elles, mais pas seulement. J’ai besoin de me retrouver, d’être à nouveau « à moi » et pas à seulement à la disposition des membres de ma famille (Mister Mii se débrouille bien tout seul, je n’ai heureusement pas un mari qui a « besoin » de sa femme -nous ne serions sans doute pas mariés si c’était le cas vu mon très fort besoin d’indépendance-)
Besoin de m’accomplir, d’avoir plus de 2 heures d’affilé sans entendre des « maman »…

A l’heure où j’écris ces lignes, les vacances sont dans 2 jours. Mademoiselle A va rester avec moi la première semaine car j’ai envie de lui offrir des moments rien qu’à elle (elle doit me « partager » avec sa soeur depuis deux ans et ne le vit pas toujours très bien alors que sa soeur passe ses journées seule avec moi). Et la deuxième semaine, je pourrai souffler car je serai seule pendant 5 jours (Mister Mii part en déplacement).

Me retrouver un peu, souffler, avant de me lancer à corps perdu dans ma nouvelle vie, une vie partagée entre ma famille et mes désirs ambitieux. Une vie sans doute fatigante et stressante (je ne me leurre pas), mais une vie où je me sentirai à nouveau « complète ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

28 Discussions on
“Overdose”
  • certains jours de week-end ou pendant les vacances je ressens la même chose que toi, je te rassure, tu n’es pas un cas isolé!Nous vivons pour nos enfants, mais aussi pour nous, et on a besoin de souffler.Avec une petite fille du même âge que Miss Couette, je comprend ton ressenti!parfois ici elle est adorable, et d’un coup on ne sait pas pourquoi elle hurle crie, tape, fait des carprices, pas facile, mais ce sont des enfants, ce sont des passades, prenons notre mal en patience et gardons tout le positif en tête, heureusement il y en a!mais je me doute que rester a la maison c’est pas facile, en fait le juste milieu serait un mi temps, excatement ce qu’il me faudrait a moi aussi pour moins courir!

    • Oui, je pense qu’avec les cours, j’aurai tout pile ce qu’il me faut. Ce sera prenant en temps mais pas trop en fin de compte.
      C’est clair qu’à 2 ans et demi, elles ne sont pas des plus faciles! Ici elle se met rarement en colère, mais elle a ses exigences. Et c’est normal à son âge!
      Sans compter la grande qui est en pleine crise d’ado et qui me cause pas mal de souci, je m’inquiète beaucoup pour elle, ça n’aide pas à me sentir sereine.
      Mais bon, là aussi, c’est l’âge!

  • Evidemment, c’est envahissant. Mais, je crois que tu as mis le doigt sur quelque chose d’essentiel : si elles se tournent vers toi, c’est qu’elles ont confiance en toi et qu tu leur apportes ce dont elles ont besoin en terme d’amour et de protection.

    Je me souviens que, petite, je ne réclamais jamais ma mère… Et avec le recul, je sais à présent pourquoi.

    Même si c’est difficile, c’est une forme de reconnaissance ! 🙂

    Maintenant, je comprends ton besoin de faire « autre chose », de ne pas être « juste » maman, mais aussi femme et femme active, qui plus est.

    Pour ma part, même si je ne suis pas encore mère, je sais, avec mon expérience avec mes frères et soeurs, que je ne pourrais pas être mère au foyer. J’ai besoin de faire différentes choses pour être opérationnel à 100 % dans ce que je fais !

    • C’est gentil de me rassurer! C’est sûr qu’elles semblent avoir confiance en moi et ça fait plaisir! Il faut voir le bon côté! 😉
      Je pense que ça ira mieux quand j’aurai une activité à moi. Je n’ai jamais trop ressenti ce ras le bol avec Mlle A, petite, car j’ai toujours eu « ma vie » à côté de « ma vie de maman ».

  • comme je te comprends! »maman » « mamaaaaan »
    les miennes ont 4 ans et 6mois, donc pas encore de pré ado!mais myrtille ns laisse peu d’heures de sommeil ces derniers temps et lou ns accapare bcp!bref, bcp de mamans se reconnaitront dans ton message!et le pire c’est que plus on s’énèrve et plus elles font de même, donc il faut ESSAYER de rester zen!(hum)
    courage;)
    mimi

  • Toutes les mamans passent par là! Je crois que le plus important est de ne pas être qu’une maman mais aussi une femme, une épouse… Offre-toi un moment chaque jour rien que pour toi, où il n’y aura plus de « maman… ». Laisse ton homme gérer tes filles ne serait-ce qu’une ou deux heures et consacre-les à te faire du bien. Et surtout explique-leur que ce temps (même si tu restes chez toi), il est à toi et rien qu’à toi (pas de ménage, de cuisine… que du plaisir).
    C’est important de penser à soi et tu verras qu’après, tu seras bien plus disponible pour les autres.
    Bises

  • Je crois qu’on connait toutes ça, qu’il faut composer et que ce n’est pas facile.
    Là depuis que je suis revenue d’ Alsace, je suis dans une période peace and love, je suis gaie tout me plait, mais jusqu’ a quand

  • Je vis la même chose que toi en ce moment…
    D’ailleurs il y a 2 jours, je sentais que TiBiscuit avait vraiment besoin de parler mais je n’avais pas la force de l’écouter, de trouver les mots, de le rassurer alors pour une fois j’ai envoyé mon homme.
    Je sature aussi.
    C’est toujours moi qui suis harcelée par leurs plaintes , ils n’osent pas faire pareil avec leur père.

  • quelques fois c’est tout simplement que nous nous fatiguons et nous nous épuisons car nous ne sommes pas sur les mêmes ondes de communications …..

    je sais maintenant que depuis que j’utilise la communication non violente
    je me respecte en disant ce que je ressens vraiment au fond de moi quand la pression monte
    je ne vais plus à contre courant de ce que je suis
    je ne donne plus d’ordre mais j’utilise le est ce possible avec mes ressentis et pourquoi j’aimerais qu’ils m’aident …..

    je ne me fatigue plus en voulant tout régler et gérer .
    mission impossible de toute manière .

    la maison est plus zen moins de cris beaucoup plus de dialogue ….

  • Qu’il est beau ce billet et qu’il me parle.
    Je suis maman de deux enfants aussi ( Alice 4 ans bientôt et Arthur 2 ans et demi)
    Ma fille est une petite fille qui a toujours des tonnes de questions et d’inquietudes, mon fils est un fonceur, un boudeur et tout comme pour ta fille nous traversons les fameux terrible two pas facile à gérer.

    Parfois on est fatiguées, épuisées, on a envie de « fuir » mais on les aime si fort ces petits ( ou moins petit chez toi) bouts et ils nous apportent tellement.
    C’est important c’est vrai de s’accorder du temps et du temps sans culpabiliser de les laisser, si quelqu’un en a le secret je le veux bien, car je n’y arrive pas!

    Enfin tout celà pour te dire Merci d’écrire tout haut ce que certaines pensent tout bas.

  • Pfffiu pas facile j’imagine…moi aussi récemment entre ma fille de deux ans avec un platre et mon mari malade et moi et mes livrets. C’est limite. Il faut se préserver sinon de toutes façons on peut pas être disponible et a l ecoute tout le temps et quand on en fait trop, on craque, ça profite a personne.
    Sinon je peux que te dire ce que je fais dans ma classe (on peut le faire a la maison aussi) : tableau de « température de l’ambiance » avec des couleurs qui chauffe quand maman sature, vaut mieux aller voir ailleurs… ou des petits symboles soleil, nuage, pluie qui alternent et reviennent pour pas crier sans arrêt mais bien faire passer le message de l’humeur, ou des enfants qui exagèrent. On peut aussi essayer la musique « intelligente » en fond sonore qui doit être toujours audible. Bref, je suis de tout coeur avec toi. Ca va aller.

  • Bon courage, même si le mien n’est pas encore né, je suis sûre que toutes les mamans passent par là à un moment ou un autre: ça s’appelle être humaine 🙂 Bisous

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


cinq × un =