[Cinéma] L’écume des jours

Sans titre 1

Ma curiosité a été aguichée par la bande-annonce de film. La critique est partagée, certains adorent, d’autres détestent, mais le film ne semblant pas laisser de marbre, j’ai voulu me faire ma propre idée.
Je suis allée le voir seule, Mister Mii n’était pas tenté du tout, et je pensais que Mouflette risquait d’être un peu hermétique au style. Bien m’en a pris.

L’histoire, ben c’est celle du roman de Boris Vian, Colin, un riche héritier farfelu tombe amoureux de Chloé, ils se marient et elle tombe malade. Le sujet est porteur, le bonheur fou de l’amour, la tragédie de la maladie, le monde enchanté qui devient maussade, menaçant, troublé… Malheureusement, il est ici supplanté par l’apparente envie du réalisateur de mettre en avant toutes ses créations, certes ingénieuses et loufoques mais dénuées de toute poésie.

Le début du film (une bonne demi-heure) ennuie par l’étalage indigeste d’une multitude de détails burlesques. Le cuisinier qui se balade de la télé, au frigo, puis au four. La souris qui fait des bulles dans la salle de bain. Le pianocktail qui prépare des boissons alcoolisées. Le travail à la chaîne des dactylos. Ca confine parfois à l’écœurement, comme quand Colin se coupe les paupières pour laisser sa gueule de bois matinale dans le lavabo…
C’est carrément too much et le film y perd tout espoir d’onirisme…

La fin du film est triste, glauque, mais là encore, l’accumulation de détails barrés annihile toute tentative de faire passer la moindre émotion… Je n’ai ressenti qu’un grand malaise, un certaine nausée devant la suite sans fin de gadgets ne servant absolument pas le propos.

Au milieu, un passage d’une vingtaine de minutes, quand on apprend que Chloé est tombée malade, touche le spectateur. Le monde qui rétrécit, les fenêtres qui se grisent, la jolie maison qui s’abîme, le temps soudainement maussade. Le seul moment du film où les inventions servent l’émotion, l’arrivée dans l’hôpital, froid, gluant, inquiétant et présageant un avenir douloureux… La chirurgie est aussi très réussie, montrant parfaitement l’univers déshumanisé et glacial d’un hôpital.

Le truc que j’ai trouvé vraiment bien vu, c’est le passage, petit à petit, d’un univers gai, joyeux, haut en couleurs à une image terne, fade, affligée et en noir et blanc. Vers le milieu du film, il devient même douloureux (physiquement parlant) de regarder l’écran tant la luminosité manque. Après ça devient N&B et c’est un peu plus regardable…

Un autre truc bien vu, c’est la scène du pique-nique. Chloé est sous le soleil, Colin sous la pluie, et cette scène introduit, pas très subtilement mais avec une certaine originalité, l’ambiguïté de la vie, aujourd’hui heureuse mais pouvant sombrer à tout moment dans le chaos.

Je me suis ennuyée, c’est clair. Je ne suis pas rentrée dans l’univers trop débordant de Michel Gondry, à l’esthétique tout à fait personnelle (que je ne partage pas). Les personnages ne sont là que pour illustrer le monde qu’il a voulu créer, et pas tellement pour évoluer dedans, ce qui est un tort. Romain Duris, dont j’aime beaucoup le jeu d’acteur habituellement, m’a déçu par son côté « marionnette ». Seuls Omar Sy, rayonnant, et Audrey Tautou, parfaite en jeune femme à qui la vie disparait peu à peu, sont épatants, mais leur jeu ne suffit pas à leur apporter une réelle présence dans le film.
Néanmoins, on ne peut pas retirer à Gondry un grand sens de l’imaginaire, même s’il n’est pas ici très bien exploité.

Je mets la note de 4/10. Parce que j’ai failli m’endormir à la fin du film, et que j’ai sérieusement envisagé de quitter la salle tant je m’emmerdais au début de la séance. Mais le milieu (soit 20 minutes…) vaut le coup, je trouve.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

19 Discussions on
“[Cinéma] L’écume des jours”
  • Je suis super fan de Boris Vian et de ce livre, j’ai eu trop peur d’être déçue d’aller le voir au ciné, je crois que bien m’en a pris. Et je dois avouer avoir un peu de mal avec Gondry !

  • l’univers de Gondry est assez complexe, perso j’ai du mal à accrocher…je suis tentée par ce film, mais le livre, lu à l’adolescence, m’a laissé une telle impression que j’ai peur d’être déçue…tu m’as encore plus donné envie de m’abstenir! 😉

  • Il sera intéressant de comparer cette nouvelle adaptation de L’ÉCUME DES JOURS avec celle de Charles Belmont avec les très jeunes acteurs Marie-France Pisier, Jacques Perrin et Sami Frey. Sélection officielle au Festival de Venise 1968. Sortie du DVD en octobre 21013.
    Prévert en disait : « Belmont a gardé le coeur du roman, ce film est merveilleusement fait. En plus, c’est drôle ! »
    Renoir : « Ce film a la grâce »
    En décembre 2011 Jérémie Couston écrit dans Télérama: « Une comédie solaire délicieusement surréaliste. Adapter Vian ? un tabou dont Charles Belmont est joliment venu à bout ».
    En juin 2012 Michèle Vian dans Le Monde : « C’est très joli. Charles Belmont avait compris quelque chose. Il était fidèle à l’esprit. Et la distribution est éclatante ».
    Et le Passeur critique le 24 avril 2013 : « Cette fraîcheur de ton offre au roman original la traduction à l’écran d’une fuite existentielle débordante de vie magnifiée par une bande son jazzy d’une élégance rare et d’un montage à son unisson. Élégant le film l’est tout du long dans un dégradé de nuances. »

    On peut voir photos, extraits et avis critiques sur le blog :
    L’oeuvre du cinéaste Charles Belmont
    charlesbelmont.blogspot.fr

  • Je vois que je ne suis pas la seule à avoir été en manque d’émotions dans ce film… Dommage, que Gondry est misé bien plus sur l’esthétique au détriment de l’histoire!

  • coucou 🙂 moi j’ai trouvé le film franchement beau, visuellement.
    au-delà de ça, il rend bien l’atmosphère très pesante du livre de Boris Vian. cette descente aux enfers, marque du nihilisme de Vian. pour ceux qui attendaient un happy end à ce film, c’est raté c’est sûr !
    cela dit, j’avoue moi aussi que j’ai été un peu déçu par Gondry que j’adore habituellement.
    le film décolle pas vraiment et romain duris est plutôt sous-employé !
    bonne journée ! 🙂

  • Je vais faire court :
    Si vous avez lu le livre et que comme moi vous l’avez adoré, n’allez pas voir l’adaptation ciné.
    Si vous ne l’avez pas lu, n’allez pas voir l’adaptation ciné et lisez le.

    Bon ok je ne sais pas faire court, je développe un tout petit peu…
    Toute la fantaisie de Boris Vian n’est que réduite à de la loufoquerie grotesque par le réalisateur Gondry .C’est imbuvable, on sort de ce film comme tout écrabouillé ,le cerveau tout brouillon ..Romain Duris n’arrive pas à porter le film malgrè son talent d’acteur, Audrey Tautou fait une très mauvaise Chloé ..j’ai même failli partir dans la première demi heure, je crois que j’aurai du,et c’est la première fois que ça m’arrive depuis longtps..rien ne sauve ce film, j’ai détesté.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− deux = deux