Le jour où nous avons visité le Fort Boyard…

Il y a environ deux mois, je vous avais parlé d’un concours sur Facebook pour gagner un week-end en Charente-Maritime et une visite exceptionnelle du Fort Boyard.
Avec ce billet, je jouais moi-même, en tant que blogueuse, pour ce même séjour!
Et puis, chanceuse que je suis, j’ai gagné! (Je ne suis même plus surprise quand je gagne un truc tellement j’ai de chance aux concours!)(En plus cette fois, je n’ai sollicité personne! ;-))

Quand j’ai annoncé à Mister Mii et Mouflette que j’avais gagné une visite du Fort Boyard, j’ai cru qu’ils allaient tomber dans les pommes de joie extatique! J’étais contente aussi, hein, mais peut-être pas à ce point!

Comme beaucoup le savent, le Fort Boyard ne se visite pas… On peut en faire le tour en bateau. On peut le survoler en hélico. Mais entrer dans l’antre de ce mythique bâtiment est réservé à une poignée de chanceux! (Une visite exceptionnelle, concernant une trentaine de personnes, est organisée une fois par an depuis 3 ans seulement)

Pour la petite histoire, le Fort a été construit en 1857 après plus de 50 ans de travaux. A l’origine, le Fort devait permettre aux canons d’avoir une portée en pleine mer. Manque de bol, quand ce projet de grande envergure a enfin été terminé, les armuriers avaient inventé les canons striés qui permettaient une portée bien supérieure à ceux d’antan… Le Fort Boyard ne servait plus à rien en terme militaire…
Il a donc servi de prison (l’Alcatraz Charentais!) pendant quelques décennies, jusqu’à la seconde guerre mondiale où il a servi de cible d’entrainement aux soldats allemands.
Il a ensuite été laissé à l’abandon durant 80 ans puis vendu aux enchères à un dentiste belge qui, ne sachant pas quoi en faire, le revendra lui-même à Jacques Antoine, producteur télévisuel à qui l’on doit le concept du jeu « Fort Boyard ». Il a revendu le Fort au Conseil Général de la Charente Maritime pour un franc symbolique en échange des travaux de réhabilitation et la possibilité d’exploiter le fort pour le jeu qu’il a en tête.

En 1990, le célèbre jeu Fort Boyard voit le jour. 23 ans après l’émission fait sa 24° saison et connait un succès international. Qui ne connait pas « Passe-Muraille », Félindra ou le Père Fouras? Ou encore le générique devenu emblématique de l’aventure?

Bref, pour ma part, j’avoue ne pas être une grande fan de l’émission. J’aime bien, je regarde régulièrement depuis que Mouflette est en âge de s’y intéresser, mais j’ai peu connu l’émission quand j’étais petite, je n’ai donc pas les souvenirs nostalgiques de mon mari.
Mais même sans connaître le programme dans les détails, je connaissais les mythiques « Félindra, Tête de tigre! » ou les répliques mystérieuses du Père Fouras, enfin, impossible de ne pas connaître cette émission mythique, ce programme familial et fédérateur, symbolique d’une région que j’adore!

En Charente-Maritime, j’ai vécu 4 ans quand j’étais petite, à La Rochelle et à l’île de Ré. J’ai adoré cette vie maritime et j’en garde un souvenir iodé, nautique et ensoleillé! Quand Mouflette est née, j’ai retrouvé mon grand-père qui habitait Rochefort et qui avait un mobil-home à l’île d’Oléron, où nous avons donc passé un certain nombre de vacances jusqu’à son décès.
Le Fort, je le connais depuis toute petite! Et avec Mouflette et Mister Mii, on en a souvent fait le tour en se rendant à l’île d’Aix, rêvant secrètement d’en découvrir les nébuleuses entrailles.

Et ce rêve est devenu réalité grâce à l’Agence de Développement Touristique de la Charente-Maritime, que je remercie chaleureusement pour ce séjour inoubliable!

Le Fort Boyard est accessible en bateau ou en hélicoptère en cas de houle. Pour accéder à l’intérieur du Fort, on peut voir, quand on en fait le tour, une sorte de plateforme, hé bien c’est par là que l’on rentre. Le bateau accoste comme il peut, une nacelle vient se poser dedans et on prie pour ne pas tomber dans les pommes pendant le troyage sur la plateforme!
Le Fort, malgré des dimensions raisonnables (L68mxl31mxH20) est très impressionnant quand on s’en approche. Un monument trapu et imposant, en pleine mer, entre Oléron, Fouras et l’île d’Aix.
En entrant, on est frappé par ces murs ressemblant à des murailles, aucune vue sur la mer à moins de monter sur la terrasse, on sent bien le côté belliqueux de l’endroit!

Bref, nous avons été accueilli par une équipe absolument adorable! Les représentants de Charente-Maritime Tourisme faisaient honneur à leur région, et les régisseurs et membres du staff technique du Fort étaient tout aussi charmants, prêts à répondre à toutes les questions enthousiastes et parfois saugrenues de Mister Mii et Mouflette (et les miennes aussi un peu mais ils sont généralement plus rapides que moi). Bref, un moment qui n’aurait pas été aussi agréable sans toutes ces personnes!

Après un petit déj « incontournable » lors de l’entrée sur le Fort, nous avons pu visiter tous les étages. Nous sommes allés dans la vigie (grâce à Mister Mii qui copine avec les bonnes personnes…) et avons pu nous prendre pour le Père Fouras pendant quelques minutes. La terrasse est très belle et on a une vue merveilleuse sur les îles alentours et les nombreux voiliers contournant le Fort dans l’espoir d’en percer les mystères!
Le Fort a gardé son cachet originel, il est bien entendu équipé pour accueillir l’émission, décoré avec de nombreuses portes à thème, des tigres un peu partout, mais tout est fait pour respecter la beauté solennelle du site et garder son aspect vieilli par le temps.

Nous avons terminé la visite par une dégustation de produits locaux, le fameux Pineau des Charentes, que je préfère en blanc, pour ma part, et dont la moindre gorgée me fait directement partir en vacances! Les huîtres Papin, de purs délices… Je me suis découvert un goût pour les huîtres assez récemment (comme les mômes, manger un truc encore vivant me rebutait un tantinet) et je résumerais le goût des Papin par une charmante phrase de Mouflette (qui n’est rebutée par rien) « Hum, c’est délicieux, une huître, on dirait qu’on déguste un morceau de l’océan! » (Ma fille, cette poète!). Et enfin, le melon Charentais que je trouve quand même moins bon que le melon de Lectoure, personnellement… Mais on ne peut pas tout avoir hein, et les délicieuses huîtres et les meilleurs melons!

J’ai pris pas mal de photos de notre visite, avec une autorisation spéciale mais sous réserve, voici donc quelques clichés qui, j’espère, vous feront rêver sans enlever la moindre part de magie à ce Fort majestueux et mythique! (Bon, par contre, mes photos sont un peu moches, mais j’ai fait ce que j’ai pu avec mes capacités techniques! :-p)

Sans titre 2

Sans titre 7

Sans titre 6

Sans titre 16

Sans titre 12

Sans titre 18

Sans titre 22

Sans titre 19

Sans titre 21

Sans titre 23

Sans titre 17

Sans titre 24

Sans titre 15

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

44 Discussions on
“Le jour où nous avons visité le Fort Boyard…”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− deux = quatre