Le sexisme et moi

htitre 1Je suis féministe, je crois… Je déteste le mot, qui me fait penser à une lutte pour gagner le pouvoir, alors que je suis uniquement pour l’égalité… Le féminisme d’un côté, le machisme de l’autre? Il parait que ça ne marche pas comme ça, pourtant, le mot me dérange.
Je préfère me dire que je suis contre le sexisme, sous toutes ses formes…
Qu’est-ce que le sexisme? Une discrimination faite à une personne en raison de son sexe. Le sexisme ne touche pas que les femmes, les hommes en sont victimes aussi, de manière, à mon sens, tout aussi brutale et dangereuse.

En discutant, en lisant des articles, des magazines, des livres même, le sexisme me saute aux yeux, partout, trop souvent, je regrette parfois de voir les choses sous ce prisme qui m’empêche de pleinement profiter de ce qui m’entoure… C’est mon prisme à moi, et je ne détiens pas la vérité. Je me heurte très souvent à des courants de pensée très différents du mien, et j’ai le sentiment d’être un peu marginale…
Les gens que je qualifierais de « normaux » (c’est à dire dans la norme de pensée, ce qui n’est pas très positif à mon sens), me reprochent de voir le mal partout, de chercher la petite bête, de ne pas vouloir voir la réalité en face. Les machistes (heureusement rares dans mon entourage. Les machistes sont aussi bien des hommes que des femmes, je précise.) me reprochent d’être un petit soldat du féminisme. Les féministes me reprochent de défendre un peu trop les hommes et d’être trop loin de l’intérêt des femmes.

Et je suis au milieu, comme pour bien des sujets, avec mes convictions qui me semblent pourtant évidentes, mais les remettant en questions et me sentant bien stupide, au milieu de tous ces gens qui savent sans doute bien mieux que moi.

Quand je vois une publicité sexiste, je suis révoltée, et des pubs sexistes il n’y a un peu que ça… Quand la femme est humiliée dans la publicité de manière un peu plus évidente que d’habitude, les associations féministes se révoltent, à raison, pour dénoncer la mauvaise image véhiculée de la femme. Je pense à cette publicité pour un fromage où une jeune femme, tout juste mariée, avait oublié le fromage de son mari qui la laisse sur le bord de la route pour la punir. Image violente, absolument pas drôle, cette publicité méritait sa condamnation de se voir retirée des antennes.
En parallèle, une publicité pour un cuisiniste, et une autre pour un café, si mes souvenirs sont bons. Dans la première, une femme découvre sa nouvelle cuisine et la veut pour elle toute seule, elle balance donc son mari par la fenêtre. Outre l’extrême violence de la scène (donc la violence faites aux hommes, c’est plus drôle que celles faite aux femmes?), on notera le cliché de la femme amoureuse de sa cuisine, où l’homme n’a pas sa place…
Dans la seconde, une femme se fait un bon café, son compagnon vient la rejoindre sur la falaise, elle fait un voeu, celui d’être tranquille pour déguster son café, et le bout de la falaise où se tient l’homme s’effondre, l’emmenant par le fond. Sympa! On remplace l’homme par une femme et c’est un taulé général, mérité, qui se serait soulevé. Mais là, ça passe, personne ne soulève rien du tout, un homme qui crève, c’est pas très grave… Ok…

Les statistiques sont évidentes, la violence perpétrée un peu partout dans le monde est surtout l’apanage des hommes. Les viols sont essentiellement commis par des hommes (93% selon une étude que je n’arrive pas à retrouver, et selon mes souvenirs, donc. Ce qui laisse 7% d’agressions sexuelles recensées commises par des femmes, ça n’est pas néant!), les violences conjugales sont essentiellement commises par des hommes, sur des femmes. Sur 146 personnes décédées des suites de violences au sein du couple, on compte 122 femmes pour 24 hommes… Etc, etc… Les femmes sont bien plus largement victimes des hommes, c’est un fait et je ne le nie pas.
Ca n’en rend pas la violence faite aux hommes plus acceptable.
Ca ne rend pas les clichés à leur encontre plus justifiés…

Des femmes qui violent existent. Elles sont à priori moins nombreuses, et je dis « à priori », parce que dans les faits, on sait que seules 9% des victimes de viol portent plainte, à cause de la culpabilité et de la honte, les 91% autres se taisent… Combien se taisent quand ils sont victimes d’une femme? Les plaintes répertorient essentiellement des agressions faites par des hommes, sur des femmes… Mais un homme ne risque t’il pas, encore plus qu’une femme, de ne pas être pris au sérieux s’il vient porter plainte contre une femme?
Les femmes abusent, de manière aussi sournoise et perverse que les hommes… Elles abusent des petits garçons et petites filles, et leurs agressions n’en sont pas moins traumatisantes pour les enfants. Des femmes violent des femmes, et des hommes aussi, mais c’est tout simplement impossible pour la plupart des gens d’envisager que ce genre de violence là puisse être commise par des femmes…

L’année dernière, un homme avait été interdit d’accompagner des enfants à la piscine, car une mère avait refusé qu’un homme approche ses enfants (je résume mal, mais l’idée était là). Ce fait divers a logiquement provoqué une vague d’indignation chez les papas.
Je ne vais pas juger hâtivement la femme qui a refusé d’envoyer ses enfants à la piscine avec un homme, peut-être lui savait-elle des comportements déviants justifiant son choix, personne ne connait les dessous de cette affaire.
Néanmoins, j’étais plutôt contente de la désapprobation générale. Un homme n’est pas plus un danger pour un enfant qu’une femme. Un homme violent/pervers/malsain est dangereux, au même titre qu’une femme violente/perverse/malsaine. Ok, à priori, les agresseurs sont plus souvent des hommes, mais ça ne veut pas dire que TOUS les hommes sont des dangers… Le raccourcis est dangereux, pour la société toute entière.
Quel message cela renvoie aux enfants? Tu es un garçon, potentiellement, tu es un pervers en puissance, pauvre de toi… Tu es une fille? Méfie toi des hommes, ils sont tous susceptibles un jour de céder à leurs pulsions violentes et te faire du mal.

Bref, je ne pense pas être à même d’identifier le sexisme partout où il se trouve. Je suis moi-même enclavée dans des clichés qui ne me permettent pas de comprendre certains schémas, et je le sais.
Je prend le sens du mot sexisme de manière littérale, et je suis aussi choquée de voir/lire/entendre des propos sexistes à l’encontre des hommes qu’à l’encontre des femmes.
Oui, les femmes sont plus souvent victimes, et oui, les agresseurs sont plus souvent des hommes.
Ca ne justifie par de mettre tout le monde dans le même panier: les pauvres petites victimes femmes d’un côté (bonjour le cliché super valorisant, au passage), et les méchants agresseurs hommes de l’autre.

Quand j’étais petite, ma mère me disait souvent « les hommes sont tous les mêmes, égoïstes, violents, méchants… » Sans doute n’avait-elle connu que ça, ce qui justifiait sa pensée. Depuis que je suis toute petite, je suis persuadée qu’elle a tort. Elle me disait « Ce sont tous les mêmes », et je pensais « TU crois qu’ils sont tous pareils, mais je sais que c’est faux. »
Et je suis encore persuadée aujourd’hui d’avoir raison… Les hommes ne sont pas tous des monstres en puissance, tout comme les femmes ne sont pas toutes des salopes.
Je déteste les généralités, qui enferment les gens dans des boîtes dont certains peinent à sortir…

J’ai l’impression que ma pensée est logique (normal, c’est la mienne…), mais qu’elle est à contre-courant. J’avoue publier dans l’espoir de trouver plein de gens qui me feront mentir sur ce dernier point. Ou qui pourront m’expliquer pourquoi ils ne sont pas du tout d’accord avec moi, afin de mieux comprendre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

17 Discussions on
“Le sexisme et moi”
  • Et bien si ça peut te rassurer je suis d’accord en tout point avec toi. La vraie égalité c’est ce que tu dis, c’est à dire la fin des clichés dans un sens comme dans l’autre. Défendre les femmes ce n’est pas écraser les hommes car c’est reproduire le mauvais comportement. Et oui les femmes aussi sont machos quelquefois..enfin bref tu as raison. Un petit point différent toutefois: la pub du café m’a fait rire. Le café était tellement bon qu’elle voulait en profiter seule… je n’y ai vu que de l’humour. sur ce qu’on peut quelquefois penser (à si je pouvais tout envoyer valser…) Par contre les cuisines je suis d’accord ça m’énerve!!!

  • Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Je refuse le sexisme et la violence d’où qu’ils viennent, peu importe à qui ils s’adressent ! Je suis pour l’égalité entre les personnes, peu importe leur sexe, leur origine, leur orientation sexuelle… Tu ne peux pas, selon moi, juger des gens sur ces seuls caractéristiques
    L’humain est imparfait ça c’est sur. Mais mettre des groupes de gens dans même panier pour mieux les dénigrer, ça ne rend service à personne

  • Rassure-toi, je pense comme toi.
    Je pense que l’ultra féminisme dessert la cause féminine. A force d’en faire trop, ce combat finit par perdre son sens premier. Et il faut protéger autant les hommes que les femmes et les enfants. Certes, les femmes et les enfants sont plus souvent victimes, mais il faut défendre tout le monde.
    Et non tout le monde n’est pas à mettre dans le même panier

  • Ta pensée rejoins la mienne, je te fait mentir avec plaisir. Je m’étend pas parce que j’aurais trop de choses à dire. Mais vraiment je suis d’accord et je me retrouve dans ce paradoxe pas assez féministe/trop féministe selon le public et aussi ces détestables généralités qui font si souvent du mal…

  • Je partage exactement la même opinion que toi. Ce que tu décris correspond à l’idée que je me fais de l’égalité (la vraie). Je ne veux pas être l’égale des hommes, il y’a des choses qu’ils font dont je n’ai pas les capacités (physiques notamment) mais cela ne justifie pas que je ne puisse pas prétendre au même salaire qu’un homme qui fait le mm boulot que moi.
    Mon conjoint est secretaire médicale…ce qui fait bien sourire les gens parfois. Nous nous ne voyons pas pourquoi un homme ne pourrait pas exercer ce métier. Je gagne beaucoup mieux ma vie que lui et cela n’est absolument pas un soucis. J’ai fait plus d’étude c’est donc logique et c’est tout. Il est prêt à prendre un congé parental et nous trouvons ça normal aussi. Il passe l’aspirateur, je passe la serpilière, c’est comme ça et c’est notre équilibre. c’est de l’égalité dans le quotidien et pour nous c’est normal.

  • Je ne crois pas que tu sois à contre courant ma belle, je pense qu’on est nombreux(ses) à penser comme toi… mais tu sais, ceux qu’on entends sont souvent les extrêmes, d’un bord comme de l’autre, ils parlent si fort !

    Je te rejoins sur le sexisme dans son sens large, et aussi sur le rejet des raccourcis qui souvent amènent à des conclusions faciles et dangereuses 😉

  • Bravo!!
    Tu es loin d’être seule à penser ça, mais la plupart des gens, à mon avis, s’intéresse assez peu à la question, ou alors à travers les clichés de leur éducation et de la société… et les positions sont tranchées, féministe ou macho…
    Mais à mon avis, c’est bien vers une égalité reciproque entre les deux sexes qu’il faudrait aller, comme tu le décris.

  • Ton article est très fort. Tu as réussi à exprimer de manière très claire ton positionnement de « milieu », sans juger pour autant les extrêmes… Je me retrouve beaucoup dans ton analyse, le fait d’être à contre courant. Et la majorité n’a pas toujours raison…

  • Je te rejoins dans ton idée, le soucis c’est que je pense que les gens ne font plus attention à ce genre de choses, pour eux cela leur parait « normal » alors que dans ce genre de cas, ça ne l’est pas.
    Ce sont avec des gens comme toi qui tienne ce genre de discours « positif », que les choses auront une chance d’avancer, merci 🙂

  • je vais aller un peu à contre courant de ton article, mais finalement pas tant que ça…
    Moi je crois que les hommes et les femmes ne peuvent pas être égaux, en raison de leur nature même… cela ne devrait pas empêcher d’avoir les mêmes droits quel que soit son sexe mais on est loin du compte, même si je trouve qu’objectivement on n’est pas si mal loties, cela pourrait être bien pire… ça c’est ma nature a moi qui voit le verre à moitié plein et pas à moitié vide…

    être féministe de nos jours, je me demande un peu quel sens ça a… celles d’avant, qui ont lutté pour le droit de vote, la pilule ou le droit de travailler et d’être financièrement indépendante, celles là ont mené de vraies batailles, utiles et nécessaires, qui nous permettent aujourd’hui des choses qui leur était impossibles avant leur engagement…

    d’un autre coté, je « n’analyse » pas les publicités, parce que l’on pourrait trouver a redire à toutes ou presque et qu’on oublie de prendre les choses pour ce qu’elles sont: de simples pubs sensées nous vendre un produit précis. à mon sens ça ne prête pas a conséquence, et du coup qu’alternativement des hommes et des femmes servent de « faire valoir » ou d’objet, ça me gêne pas plus que ça. limite ça m’amuse!

    • Le combat aujourd’hui? Je sais pas, l’égalité des salaires? Le droit de ne pas se taper toutes les tâches ménagères? Le droit de se balader en mini-jupe dans la rue sans se faire traiter unanimement de salope? La possibilité de porter plainte pour viol sans se voir demander comment on était habillée/si on a allumé le gars/si vraiment il a compris qu’on n’était pas consentante… Et j’en passe, et j’en passe… Croire que le combat pour l’égalité est terminé est une bonne grosse blague.
      Je suis aussi du genre à voir le verre à moitié plein, mais je suis aussi lucide, c’est ainsi que les choses avancent…

      Oui les pubs sont sexistes, bien plus à l’égard des femmes que des hommes, d’ailleurs… Elles font partie de notre culture et essayent de nous vendre des produits ET un schéma de pensée… L’homme y est toujours viril, fort, puissant, la femme y fait le ménage ou vend du gel-douche à poil… Il y a lieu de se révolter selon moi!
      Les pubs reflètent de la pensée populaire, de la vision que les gens ont du monde et de la société… Et vive la place de la femme, juste là pour s’occuper des mômes, de la bouffe et du ménage… Une visions négative tant pour les femmes que pour les hommes, au final. Et surtout enfermante.

      Et je suis d’accord, les caractéristiques physiologiques font que hommes et femmes ne pourront jamais être les mêmes, ce qui n’est pas souhaitable. Mais pour le moment, ils n’ont pas les mêmes droits, et c’est intolérable!

      • que les hommes et les femmes n’aient au jour d’aujourd’hui pas les memes droits, je te l’accorde c’est intolérable…

        et je ne remets pas en cause le fait qu’il y ait encore des combats à mener pour les femmes…

        C’est juste que je trouve qu’en France on oublie un peu vite que dans d’autres pays, des femmes sont bien plus malmenées que nous! alors oui c vrai on a encore pas mal de chemin a faire vers l’égalité, mais des fois, certains combats « féministes » me semblent obscurs: par exemple le débat sur le « mademoiselle » qui m’a semblé complètement idiot…

        concernant la quête de l’égalité, faut pas généraliser non plus: concernant les taches ménagères notamment, à commencer par mon mari, les hommes participent bien plus qu’on ne le croit! même mon père, qui est d’une génération différente, faisait plus que sa part concernant les taches ménagères… d’un autre coté, très concrètement, au quotidien c’est plutot moi qui m’y colle mais pas parce que je suis « la femme » mais parce que mon boulot est nettement moins fatigant que celui de mon mari et que du coup, je suis pas épuisée par ma journée… et que ça me semble normal de le faire pour qu’il puisse souffler un peu, d’autant que le weekend ou les vacances, il se rattrape amplement…

        concernant les pubs, je partage pas ton avis (mais c’est pas grave hein)… déjà parce que la pub ça m’intéresse pas vraiment, et puis aussi et surtout parce que ce n’est QUE de la pub…

        surtout ce qui me gène dans le féminisme d’aujourd’hui, c’est la recherche non pas de l’égalité, mais de la supériorité de la femme. et je vois pas en quoi ce serait un progrès…

        J’ai un avis très particulier sur la question je le reconnais bien humblement… ya des combats importants à mener, pour arriver à l’égalité, mais il faut aussi sans candeur se rendre compte que nous avons la chance d’etre des femmes en France!

  • Complètement d’accord aussi. j’aime bien l’idée de Caitlin Moran (journaliste anglaise) qui dit que pour reconnaître qui dit qu’on reconnaît quelque chose de sexiste simplement en se demandant si c’est poli ou pas. Demander qu’un papa n’accompagnent pas les enfants à la piscine parce que c’est un homme: c’est poli ou carrément insultant? Et voilà, donc, c’est sexiste!

  • Tout à l’heure, ce soir du 11 décembre 2013, ce commentaire récurrent et révélateur sur Arte à propos d’une explosion: »…a fait plus d’une centaine de morts dont de nombreuses femmes et des enfants… »
    Qui parle de sexisme?

    • Ca rejoint un peu ce que je dis, les hommes aussi en sont victimes… La femme est releguée au rang de l’enfant: faible, fragile, à protéger… L’homme est censé être un combattant, fort, courageux, il donne sa vie pour sa patrie, c’est normal.
      Il n’en reste pas moins que l’image de la femme est dégradée, même dans votre exemple… On devrait différencier les soldats et les civils, et non les hommes et les femmes.

  • Bonjour,

    je voulais juste vous signaler que l’essai de Caitlin Moran est (enfin) traduit en français « Comment peut-on (encore) être une femme? » aux Editions Flammarion

    Bonne journée

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− six = trois