Cette troisième grossesse…

Sans titre 4Je suis enceinte de 19 semaines, j’en suis presque à la moitié de cette grossesse, et pourtant, je ne réalise toujours pas que dans 4 mois et demi environ, nous aurons un troisième enfant…

Je suis enceinte de 4 mois et quelques, et j’ai l’impression de l’être depuis des années tant cet état est insupportable depuis le début… Nausées et vomissements quotidiens auxquels se sont ajoutés récemment brûlures d’estomac et maux de ventre… Fatigue, douleurs lombaires et dorsales, envie de dormir tout le temps, énergie disponible un jour sur trois… Je n’en peux plus.
La seule chose qui me réconforte depuis quelques jours, c’est de sentir, enfin, bouger ce petit bébé… Je le sentais avant mais c’était si léger que je n’étais pas certaine du tout de ne pas être victime de mon imagination. Ces petits mouvements se concrétisent enfin, même si j’ai toujours quelques doutes (j’en suis pourtant bien à ma troisième grossesse, oui oui!), et je commence à être rassurée sur l’état de vitalité de mon bébé.

J’ai peu de temps pour penser à cette grossesse, à ce bébé à venir… Nous préparons activement notre déménagement, ça m’occupe l’esprit… Plus le quotidien à gérer avec deux petites furies (MissCouette se transforme en une sorte de tyran très très despotique) et tout le reste…

J’ai des petits moments de panique qui se focalisent essentiellement sur le prénom de ce futur bébé que nous n’arrivons pas à trouver… Pour une fille, rien ne nous semble aussi joli que les prénoms de Mouflette et MissCouette, ou alors c’est déjà pris par des amis… Pour un garçon, des coups de coeur pas forcément partagés.
Il nous reste plus de 4 mois pour nous décider. Et surtout, dans trois semaines, nous connaîtrons le sexe du bébé, ce qui facilitera peut-être notre choix… Mais ça m’angoisse. Comme si le fait de ne pas trouver de prénom à ce bébé ne lui donnait aucune existence dans nos coeurs, dans nos vies.
C’est un peu idiot vu que je n’ai pas encore dépassé la première moitié de ma grossesse, mais ça m’angoisse énormément.

J’ai aussi de grands moments de questions existentielles à base de « Etait-ce une bonne idée de se lancer dans cette folle aventure d’un troisième enfant? », c’est un peu tard pour se poser la question. On ne peut pas dire qu’on se soit lancé dans cette grossesse sans réfléchir, on attend cet événement depuis plus d’un an et demi, on a mûrement pensé notre décision (je n’ai pas mis un an et demi pour tomber enceinte, c’est arrivé tout de suite, mais nous avons essuyé deux fausses couches mi-2012 qui ont un peu freiné nos ardeurs, l’envie d’un bébé était là, mais la peur d’affronter à nouveau un échec nous a forcé à patienter). Pourtant, je me demande souvent comment nous allons gérer trois enfants alors qu’il n’est déjà pas si évident d’en gérer deux, aussi adorables soient-elles… Ce n’est pas tant le quotidien qui me fait peur (la grande s’auto-gère et la petite commence à s’autonomiser dans plein de domaines) que tout le reste… Comment gérer la peur qu’il leur arrive quelque chose, comment tous les surveiller alors qu’il est déjà difficile de garder l’oeil sur seulement deux enfants, comment gérer mes angoisses chroniques du vide, de la voiture, des morsures d’animaux, de la noyade, de la chute, avec non plus deux mais trois enfants? Comment survivre à leur prise d’indépendance dans quelques années? Comment survivre au fait qu’ils obtiennent leur permis et partent en voiture, sans moi dedans pour mourir avec eux s’il leur arrivait malheur?
Comment les protéger, comment les aimer comme ils le méritent, comment tous les aider, les soutenir? A t’on les épaules assez larges pour trois enfants? A t’on le coeur assez gros?

Est-ce qu’ils vont s’aimer, tous les trois? Est-ce qu’ils seront là les uns pour les autres? Est-ce que ce bébé va trouver sa place au milieu de ses grandes soeurs, si soudées et proches (même si elles ne se supportent pas et passent leur temps à se chercher…)?
Est-ce que je vais l’aimer? Cela me semblait si évident, alors que je souhaitais tomber enceinte, et ça me semble si impossible maintenant que je le suis et que je ne ressens pas grand chose pour ce bébé qui n’est encore qu’un projet dans mon esprit… Comment pourrais-je l’aimer à sa sortie si je suis incapable de penser à lui alors qu’il est dans mon ventre?

Je vois ce ventre qui grossi (et qui prend des proportions grotesques vu mon stade de grossesse…) et je ne réalise pas que la cause de cet arrondissement est la présence d’un bébé… J’ai l’impression que mon ventre a toujours été très gros mais que je n’y faisais pas attention avant. Et qu’il grossi peut-être parce que je fais de l’aérophagie.
Je sais que je suis enceinte, merci les symptômes relou que je me tape depuis le début (qui a dit que la grossesse était un état de grâce dont on doit profiter à chaque instant? Qui a dit que ça n’était pas une maladie? En tout cas, merci, j’en ai les symptômes…). Mais je réalise mal que je vais être mère d’un troisième enfant… Quand j’y pense (comme maintenant, en rédigeant ce billet) ça m’angoisse, ça me terrifie, et je me demande si on a pris la bonne décision… J’ai tellement peur de ne pas être à la hauteur. Tellement peur aussi que ce bébé vienne casser la belle harmonie qui règne dans notre famille.
Faire un bébé me semblait la chose la plus naturelle du monde… Depuis que je suis enceinte, ou plutôt depuis la première échographie officielle, depuis que cette grossesse a toutes les chances d’arriver à terme, j’angoisse et je panique dès que je pense à ce qu’il y a dans mon ventre.

Même mes rêves (nombreux et débordants de loufoquerie) stigmatisent mes angoisses… A chaque fois, un bébé qui me laisse parfaitement indifférente, des femmes enceintes qui meurent, des bébés qu’il faut sauver sans conviction, des bébés méchants qui blessent leurs parents… Alors c’est drôle parce que c’est très farfelu (dans un de mes rêves, une sorte de GI -moi dans le rêve- part à la recherche d’extra-terrestres très méchant en prenant son vélo sur l’autoroute… Puis tombe sur une grotte devant laquelle tous les ET sont morts… Dans la grotte, des araignées géantes aux yeux rouges qui semblent se régaler, une passerelle, une autre pièce dans laquelle des femmes enceintes attrapent des sucettes géantes qui les font s’envoler et tomber dans un magma de bubble-gum rose, qui est en fait le suc pré-digestif des araignées… Ca vous donne le niveau!).
Quand je me réveille et raconte mes rêves à Mister Mii, on a de bonnes barres de rire face à l’imagination débordante de mon subconscient… Mais bon, ça reste à chaque fois très angoissant et un peu négatif.

Enfin bref, ce billet est une sorte d’introspection de ce à quoi je refuse de penser la plupart du temps, donc c’est un peu mélodramatique! Mais en fait je vais très bien, si on omet les symptômes chiants, je suis très enthousiaste à l’idée de déménager, et je pense le moins possible au bébé que je porte, qui reste pour le moment très lointain. Je me dis qu’il me reste plus de 4 mois pour me faire à l’idée, je me rassure en me disant que je me posais les mêmes questions pour MissCouette, et pourtant, dès sa naissance, toutes mes angoisses se sont envolées en découvrant sa jolie petite frimousse… De toute manière, on ne peut plus faire machine arrière, il est là, ce bébé, il arrive bientôt et au fond je suis convaincu qu’on sera la famille la plus heureuse du monde!
Même si pour le moment ce sont plutôt les angoisses qui ressortent… Pas parce que je ne veux pas de ce bébé, bien au contraire, mais parce que je doute, tout simplement… Ce qui arrive peut-être à toutes les femmes enceintes, finalement?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

44 Discussions on
“Cette troisième grossesse…”
  • Ça faisait un moment que je n’étais pas venue et je découvre cette belle nouvelle !

    J’ espère que les désagréments vont vite s’estomper et que tu vas pouvoir profiter de ces derniers mois

  • La naissance d’un premier bébé, c’est le saut dans l’inconnu. C’est la découverte d’une réalité confrontée à toutes les images qu’on avait imaginées. Et la naissance d’un amour inconditionnel qui d’un coup, prend une place folle !
    Du haut de ma petite expérience de maman d’un seul enfant, je me pose les mêmes questions… J’ai très très très envie d’avoir un deuxième bébé, mais en même temps, j’aurai presque l’impression de faire des infidélités à ma fille, comme si retomber enceinte lui signifiait qu’elle ne « suffisait » pas (alors qu’il a toujours été clair dans ma tête que j’aurai plusieurs enfants…).
    Tout ça pour dire que tes questionnements, beaucoup de femmes doivent les connaître, et qu’avec les hormones, on devient un peu folles parfois.
    J’espère vraiment que la fin de ta grossesse va te laisser un peu de répit, et qu’une fois dans votre nouveau chez-vous, tu puisses profiter un peu de cet « état de grâce » 🙂

  • Coucou!!

    moi aussi enceinte de bébé 3, j’ai eu une grande période de grande grande fatigue! pendant plus de 2 mois j’avais du mal à me lever, m’occuper des 2 grands (qui ne sont pas encore autonome à 4.5ans et 2ans), quand à la maison…disons que la poussière y avait pris ses quartier!

    aujourd’hui ça va beaucoup mieux!
    j’ai enfin retrouvé mon énergie (et même plus!!)!

    Pour le prénom…. on est toujours pas d’accord pourtant bébé doit arriver d’ici 2 semaines!!!
    on a décider de ne pas savoir le sexe, donc 2 prénoms à trouver…pour un garçon j’ai craqué sur un prénom et monsieur a finit par accepter mais si c’est une fille… on est pas du tout d’accord!!!

    bon courage pour le déménagement, et pour cette 3ème grossesse!!

  • Douter, de toute façon c’est très féminin tout court 😉
    Je te souhaite une belle grossesse, un emménagement super dans votre nouveau « triangle » 😉 et une belle vie à 5!!!!!

  • C’est normal, il y a la fatigue, c’est fichues hormones aussi qui joueur des tours…ne t’en fais pas. Pour le prenom, tu as encore Le temps. Et c’est genial une grande fratrie! Les 5 mines se disputemt, mais ils s’adorent.

  • C’est normal de douter et de se poser tant de questions, il y a pas mal de changements dans votre vie ces derniers temps!
    Et le fait de ne pas être en forme décuple ces sentiments d’angoisse j’en suis sûre!

  • Bonjour miss,

    Quand je te lis je me reconnais complètement. Ma louloute arrive dans 6 semaines au max et j’ai les mêmes doutes que toi. Pour ma part, Lina a 7 ans et demi. Je m’interroge. Est ce qu’elles vont s’entendre plus tard ? Comment ma fille va réagir et se comporter avec sa petite sœur. Pendant 7 ans et demi, on ne s’est concentré que sur elle. En plus, Lina est une merveille ! Elle est autonome et se débrouille toute seule comme une grande. Ça fait presque peur. Je sais qu’elle ne voudra pas trop nous déranger et j’ai peur qu’elle s’éloigne de moi ! Des fois, j’en pleurs qu’en j’y pense.

    J’espere réussir à avoir assez d’amour pour toutes les 2 ! Est ce que je vais y arriver ? On était « tranquille » et l’arrivée de la petite va chambouler nos vies !! En bien, je l’espère !

    Nos avons vraiment souhaité son arrivée. Avant notre prise de décision, je ne me sentais absolument pas capable de gérer un 2 eme enfant. Et maintenant oui ! J’en suis certaine ! Ça va être dur mais au moins je ne laisse pas Lina seule si nous disparaissons du jour au lendemain. Elle aura une sœur et peut être qu’un jour qu’elle sera tata ?

    J’appréhende mais bon, je sais une chose c’est que je ne regrette absolument pas notre choix d’avoir un 2 eme enfant.

    Gros bisous à toi.

    Nb: merci pour tes articles qui me touchent !!!

  • Porter un enfant, avoir un troisième enfant, ce n’est pas rien et se poser des questions, des tas de questions me semblent tout a fait normal, voir logique.
    Je m’en suis posée plein aussi, pas les mêmes mais plein et j’ai aimé me la jouer façon primipare, oui on a le droit ! 🙂

  • Oui je t’assure tu n’es pas seule face à toutes ces angoisses … J’ai exactement les mêmes que toi !!
    Je ne n’ai jamais fait autant de cauchemards que depuis mes grossesses et je t’assure que les miens sont de véritables films d’horreur !
    Pour Moi cette troisième grossesse était une surprise et elle m’a apportée tout un lot supplémentaire de peurs et de questions …
    J’aurai aimé la décider, comme pour « mesurer » l’impact d’un nouvel enfant dans notre vie, et pourtant je me rends compte que les autres futures mamans d’un petit troisième ayant désiré leur grossesse (comme toi entre autres) ont les mêmes craintes et angoisses que moi ! C’est rassurant ..
    En ce moment, je me surprends à observer ma deuxième et m’entendre dire « on ne pourra pas faire encore un être aussi exceptionnel c’est impossible » et pourtant c’est exactement ce que je me disais d’elle avant qu’elle naisse !

    Je te souhaite une deuxième moitié de grossesse plus tranquille et merci de partager ces moments de vie, cela t’aide certainement mais personnellement cela m’aide aussi 😉

  • J’aime cet article. ça me rassure. Quand je disais à ma mère que je n’étais pas certaine de pouvoir aimer autant mon 2ème BB que mon 1er, elle me disait que je perdais la tête et qu’elle ne s’était jamais posé toutes ces questions….
    Alors que nous avions largement trouvé notre vitesse de croisière à 4 (les parents et nos 2 loustics), nous avons choisi de passer à 5. une envie irrépressible. nous savions que si nous ne le faisions pas, nous allions le regretter. Pour autant, les questions étaient de la partie. Notre « équilibre » ne va-t-il pas être trop perturbé par l’arrivée de ce petit cernier (car là, c’est certain c’est le dernier!) ?
    Et bien, ce petit dernier… il est là depuis 2 ans 1/2 et c’est du pur bonheur. Notre petit bonheur à tous les 4.
    Alors, je dirai simplement: courage pour les désagréments de cette 3ème grossesse. Courage pour les cartons et le déménagement. On ne peut pas passer son temps sur son ventre quand on a déjà 2 enfants et un déménagement… Chaque chose en son temps. Ensuite, vous aurez les épaules assez larges et le coeur largement trop grand….
    Prenez soin de vous 😉

  • ohlala, le temps passe vite!
    Je trouve ça normal de se poser plein plein plein de questions, c’est même assez sain! 😉
    Bonne recherche de prénoms, et puissent les symptômes relous te lacher la grappe. ^^

    (ps : toi aussi Pitchoun est en mode despote? Surprise a régulièrement des passages méga-relou en ce moment. A base de petit garçon qui refuse et interdit à ses parents d’être énervés et fâchés, même quand il fait ce qu’on vient de lui dire de ne pas faire 15 fois d’affilée. Un tantinet fatiguant, faut avouer.)

  • Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve…
    Oui, les doutes c’est normal. On a peur d’y croire et de s’y voir deja. Et puis peur de perdre ce qu’on a. Le reve est génial!! Toi en combattante contre l inconnu hostile sans se sentir équipée (vélo.) Mais l’inconnu menaçant a finalement deja été vaincu dans le passe (la grotte) les araignées, la passerelle (temps qui passe, évolution.. !!! trop a dire … ) puis les sucettes (écho bubble gum), objet du désir s’il en est, attribut de l’enfant par excellence, qui te leurre pour mieux t’avaler… c’est très complet. Du courage, tout ira bien. Apres une trentaine d’année, l’angoisse s’estompe 🙂

  • Je revis à travers tes mots, tous les doutes que je ressentais, enceinte de ma deuxième fille. Je n’ai finalement réussi à me sentir prête à l’accueillir qu’à 6 mois de grossesse lorsque je me suis retrouvée sans travail et que j’ai enfin eu le temps d’y penser.
    Merci de ta transparence, de ta sincérité.

  • Ca n’est ni « normal », ni « pas normal », c’est ta façon à toi de le vivre et puis c’est tout 🙂 . Je te sens tout de même hyper angoissée alors je t’envoie une énorme brassée de chaudoudoux, des ondes positives, de la zénitude et de l’amour. Profite, essaie de te focaliser sur le positif plutôt que le négatif. Un peu de sophro pourrait peut-être t’aider ? Gros câlins LMO, prends soin de vous <3.

    • Merci beaucoup!
      Je pense que lorsque je le sentirai vraiment (ça commence tout doux), et que j’aurai un peu plus de temps à moi, ça sera un peu plus simple de se projeter positivement.
      Quand je connaitrai son sexe aussi, c’est important de savoir, pour moi, afin de ne plus imaginer juste un bébé mais une petite fille ou un petit garçon…
      Merci à toi! <3

  • je suis moi aussi enceinte de mon troisième enfant (de 15 semaines), j’ai moi aussi essuyé une fausse couche (en septembre), je suis moi aussi retombée enceinte de suite après, moi aussi j’ai l’intuition que ce que je sens bouger dans mon bidon est bien lui, et je suis en plein dans la recherche de logement, mais nous n’en sommes pour le moment qu’au stade pourri de l’élaboration du dossier de candidature et ce n’est pas du gateau……et et forcément je me pose les mêmes questions que toi 😉
    Ce qui est sûr c’est que pouvoir poser ses ressentis sur son blog, ça fait du bien!

  • Salut du Québec,

    C’est un soulagement de partager ce texte. Je porte depuis 11 semaines le troisième que vous voulions! J’ai le coeur à l’envers de vivre autant de contradictions, de sentiments mélangés… je suis épuisée physiquement et je dois apprendre à mettre les limites et me reposer.

    Alors te lire était un soulagement, un partage. Outre Atlantique, merci de l’avoir partagé.

  • coucou,
    à ce jour, je suis enceinte de 3 semaines de mon 3è, et tous ses doutes que tu deécris sont aussi les miens depuis le test positif …. alors, dis-moi, après toutes ses années, comment as-tu vécu la fin de ta grossesse ? La rencontre avec bébé ?
    bises

  • Joli article. Je me retrouve pas mal dans ton récit je ne suis pas enceinte du 3eme mais nous en avons tres envie. Seul souci, toute c appréhensions, toutes mes peurs, mes craintes qui m’empêche de sauter les pas!

  • Alors c’est tres égoïste de ma part parce que je suis contente de ne pas être la seule à angoisser
    Cette 3 ème grossesse est arrivée par surprise
    J’hésitais pour un 3eme et quand j’ai su que j’étais enceinte j’ai finalement su que je ne voulais pas
    On est bien a 4 mes 2 premiers n’ont qu’un an d’écart et aujourdhui ils partagent les même jeux les mêmes centres d’intérêt tout à l’air si simple et bien installé
    Je me demande où sera la place de ce petit dernier j’ai l’impression qu’on attend la venue d’une personne etrangere j’ai vraiment des pensees peu chaleureuses vis à vis de lui et je m’en veux
    Je suis déjà très prise avec 2 alors comment faire avec 3 et revivre les couches les biberons etc je m’en sent pas capable
    Et puis il y a ces moments où je sais que mes 2 grands seront formidables avec leur petit frère ou sœur (je ne souhaite pas connaître le sexe) et qu’à 3 ils seront encore plus fou plus heureux
    C’est horrible à vvire quotidiennement entre angoisse et joie vient s’y mêler la culpabilité
    Je met ça sur le dos des hormones et d’ici quelques mois tout rentrera dans l’ordre
    J’ai hâte de repenser à tout ça et d’en rire avec mes 3 petits cœurs

    • Je comprends très bien ce sentiment… Après cette troisième grossesse, je suis retombée enceinte presque tout de suite, nous avons décidé de le garder… Et toute la grossesse je me suis maudit d’être retombée enceinte, j’ai eu peur, j’ai été bercée de sentiments contradictoires, j’aimais ce bébé mais je n’étais pas sûre de vouloir qu’il naisse…
      Tout s’est envolé le jour de sa naissance… 🙂
      Les hormones, la fatigue, les angoisses, tout cela n’aide pas à relativiser pendant la grossesse! Et qu’on le veuille ou non, le bébé « inside » reste assez abstrait… Une fois qu’il est là, l’amour prend le dessus. 🙂

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


cinq + trois =