Homophobie ordinaire

Sans titre 2Je pense à ce billet depuis quelques jours, depuis que j’ai été témoin de deux scènes apparemment anodines mais qui m’ont beaucoup perturbé…
J’ai une vision de la vie assez naïve, pour moi, chacun a sa place en ce monde, c’est une telle évidence que je ne comprends pas que d’autres se dressent pour empêcher certains d’exister. Souvent je nie la réalité, je minimise « mais non, en vrai, les gens sont gentils, tout le monde s’aime! Les haines humaines n’existent plus dans notre pays si civilisé, non non non! ». Sauf que souvent, je dois sortir de chez moi et je me confronte à la vérité si cruelle… Les gens me montrent que j’ai tort, que ma façon de penser est idiote, que j’ai l’esprit d’une gamine de 4 ans qui n’a jamais voulu grandir…

Je déteste très rarement les gens, je juge leurs actes, très durement, mais je ne déteste aucune catégorie de personnes, ça me semble tellement dénué de sens, de détester les autres non pas pour ce qu’ils font mais pour ce qu’ils sont…
Ainsi, je déteste les clichés, je ne les comprends pas, ils me dépassent totalement… Les garçons violents, les filles qui font le ménage, les pauvres qui font des enfants pour toucher des allocs, les noirs qui courent vite, etc, etc… Je ne comprends pas… Les gens sont des gens, un point c’est tout. Ils sont gentils, honnêtes, caractériels, susceptibles, désagréables, beaux, grands, roux, noirs, blonds, gros ou mince… Je ne vois pas bien en quoi ça peut les faire rentrer dans une catégorie prédéfinie à tout jamais, en quoi cela peut leur conférer des qualités ou des défauts universels à ces caractéristiques… Je trouve ça stupide et très dangereux…
Mais je sais que les clichés sont essentiellement véhiculés par l’ignorance et peut-être aussi la peur… Souvent ils sont intégrés dès le plus jeune âge, sans jamais être remis en question, et proférés sans méchanceté aucune, sans même y prêter attention. Je ne fais pas exception à la règle, j’ai beau détester les clichés, je déborde de pré-jugés… Cela m’énerve très souvent, quand j’ai une pensée qui sort de nulle part, un bon vieux gros cliché, à la vue d’une personne ou en entendant une news… Je me flagelle mentalement et j’analyse pendant des heures si cette pensée est mienne ou sinon d’où elle vient.

Bref, tout ça pour en venir à deux petites scènes du quotidien, banales, apparemment inoffensives, qui m’ont tellement choqué que j’en ai parlé en famille le soir (Mouflette est un excellent public) et que j’ai eu envie de l’écrire ici, même si le sujet me semble dangereux, parce que je ne le maîtrise absolument pas…

Je suis donc allée à La Poste il y a quelques jours. Devant moi, trois jeunes personnes, 18/19 ans, je dirais, qui venaient s’inscrire à l’école ou à la fac ou quelque chose étudiant comme ça qui se fait en janvier. Je passe outre le fait que l’un d’eux m’ait dévisagé, ait arrêté son regard sur mon ventre et ne m’ait jamais proposé de passer, c’est tellement la norme que j’ai à peine tilté (enfin ça m’a agacé quand même, mais il faut que je me calme sinon je ferais mieux de rester chez moi). L’un des garçons a commencé à chambrer son copain parce que son père avait un bateau, ce qui faisait de lui un petit matelot. Loin de se vexer, le second a renchérit en acquiesçant, oui, il naviguait souvent, et il portait même de fort jolies petites marinières! C’est alors que la jeune fille du groupe est intervenue pour dire « Haha, les marinière, ce vieux truc de gay! », ce à quoi le jeune homme lui a rétorqué « Mais heu, qu’est ce que tu as contre les marinières? ».
Fin de la petite scène…

Dans ma tête ont défilé des tas de répliques, des tas d’idées, l’envie de les secouer « Mais putain les gars, vous êtes jeunes, comment est-ce que vous pouvez dire des choses pareilles? » J’ai failli leur répondre « La vraie question c’est « qu’est ce que vous avez contre les gays? » » Mais je me suis retenue… Parce qu’après tout, c’est peut-être moi qui m’enflamme pour rien… Parce qu’ils n’avaient sans doute rien contre les gays… Mais ils préféraient défendre l’honneur des marinières. Porter une marinière, ça serait gay, donc dévalorisant, pauvres marinières…
Je ne suis pas gay, je ne peux pas savoir si cette conversation fait mal ou non, quand on l’est. Moi j’ai eu mal en tant qu’être humain. Ils n’ont pas été insultants à priori… Ca m’a énervé qu’un homme ne puisse pas porter une marinière sans se voir immédiatement donner une étiquette. Ca m’a énervé que le fait d’être gay soit une étiquette. Ca m’a choqué que le fait de « faire comme un gay » soit considéré comme humiliant.
Je suis ressortie de là toute perturbée… Vivre dans un monde où la sexualité des gens, le truc le plus intime qui soit, le truc qui ne regarde personne, soit sujet à moquerie… J’ai eu d’autant plus mal que ces propos venaient de jeunes gens (et bam, le cliché du jeune ouvert d’esprit versus le vieux con), et je me suis dit que le monde n’était alors pas prêt de changer…

Deuxième scène, dans un magasin de jouets:
Deux hommes et un petit garçon, l’un, le papa, laisse son fils regarder des poupées. L’autre, regard désapprobateur et moqueur « Tu veux en faire une tarlouze ou quoi? », ce à quoi le papa répond « J’ai joué avec les poupées de mes soeurs, et crois moi, je ne suis pas homosexuel! ». Fin de la scène.

Alors évidemment, les mots choisis par le copain m’ont énormément choqué… L’attitude du papa laissant fièrement son fils jouer à la poupée et revendiquant cela comme quelque chose de tout à fait naturel, j’ai trouvé ça très bien, très positif… Mais pourquoi se justifier? J’aurais répondu que je m’en fous, moi, que mon fils soit gay… Que jouer à la poupée n’a jamais rendu qui que ce soit homo, merci, mais que si mon fils s’avérait l’être, j’en aurais strictement rien à carrer… C’est sa vie, ça le regarde lui, du moment qu’il est heureux, qu’il trouve l’amour de sa vie (ou pas d’ailleurs, si c’est rester seul qui lui fait plaisir), je m’en fiche de son orientation sexuelle!
Etre homosexuel n’est pas une honte, pas plus qu’être hétéro n’est une fierté…
Avoir un enfant homosexuel n’est pas un risque, pas plus qu’en avoir un hétéro n’est une chance.

Si demain (ou dans dix ans plutôt) l’une de mes filles, ou le bébé que je porte, viennent me dire que leur amoureux est du même sexe qu’elles/il, je ne peux pas nier que cela me surprendra très certainement… Enfin le simple fait qu’elles me présentent leur amoureux(se) sera un choc de toute manière… Mais dans le cas d’une homosexualité, je n’aurais pas honte, je ne serais pas fière, je ne serais pas déçue, en revanche, j’aurais peur… A moins que les mentalités et le monde dans lequel on vit ait considérablement changé d’ici là, oui, j’aurais peur… Peur qu’elles souffrent d’entendre des conversations comme celles-ci, qui paraissent anodines mais qui sont douloureusement irrespectueuses et homophobes, dans la plus totale ignorance de ceux qui tiennent ces propos, probablement… Peur que les propos blessants ne soient pas la seule chose à laquelle elles auront à faire face… Peur que leur caractéristique reste une différence aux yeux de tous, et qu’elles soient discriminées, de n’importe quelle manière, pour ça… Peur de l’injustice dont elles risqueraient d’être victimes, chaque jour… Et pourtant j’aimerais ne pas avoir peur.

J’aimerais que ce monde soit aussi naïf que moi, où chacun aurait sa place, sans se soucier ni de ses origines, ni de son sexe, ni de ses préférences sexuelles, ni de sa couleur, ni de sa religion… Où on prendrait en considération les gens pour ce qu’ils sont, dans ce qui est important, leur caractère, leurs aptitudes dans tel ou tel domaine, le charme qu’ils dégagent…
Un monde où lancer à quelqu’un qu’il est homo ne serait plus une insulte mais simplement un constat. Où personne ne se défendrait de ne pas l’être, parce que ça n’aurait aucune importance…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

38 Discussions on
“Homophobie ordinaire”
  • Merci !!
    Ces phrases « anodines » me choquent de plus en plus. Que ce soit contre les homes, les femmes, les roms, les arabes et j’en passe…
    Pour moi et au vu de la configuration de ma famille (mon oncle est gay) ça a toujours été normal. Il y a avait des couples homme-femme, des couples homme-homme et des couples femme-femme. Pas de question à se poser, ni de jugements à émettre.
    Alors merci pour cet article qui reflète exactement ce que je pense même si je suis moins « naïve » que toi 😉

  • Tu as bien fait d’écrire cet article.
    Parce qu’on est beaucoup à penser ainsi, et avoir malgré tout des préjugés. Je suis comme toi parfois, je me base sur des clichés, mais c’est ridicule. On est soit même, la seule chose qui est déplorable, c’est d’être con et intolérant, après on s’en fou des choix sexuels, religieux, alimentaires etc. Ah si, la seule chose que je demande, c’est qu’on ne m’impose pas ses choix, comme je n’impose pas les miens. En parler, oui bien sur, mais qu’on me traite de conne parce que je fais ci ou ça non, je ne suis pas d’accord.
    L’humanité à de gros gros progrès à faire au niveau de la tolérance, du respect des autres et de leur choix. Je ne sais pas où on en sera dans dix, mais j’espère que ce sera un peu plus évolué !

  • Ah, tien, je viens de publier un article sur mon blog sur ce racisme ordinaire qui me révolte chaque jour. Je pense que j’aurais pu tout aussi bien l’intituler homophobie ordinaire, comme le tien, tellement le mécanisme est le même. Le danger, c’est la banalisation, on n’y fait même plus attention et c’est ça qui est grave. (Mon article est ici : http://lafeelilietsesfilles.blogspot.fr/2014/01/ce-racisme-ordinaire.html)

    (Et sinon, je suis comme toi, fleur bleue, naïve et optimiste !)

  • Bonjour,

    Merci pour ce bel article qui aurait pu être écrit par moi (mais tu le fais mieux ;-))
    c’est exactement ce que je ressens, mais parfois moi aussi j’ai des reflexions sottes : sur les blondes, les femmes,…, les gays, les chinois…. les stéréotypes, la limite entre l humour et les clichés dangereux . Effectivement dans ce cas souvent je me dis « mais t’es c*n ou quoi?? »
    EN tout cas merci, c’est un article qui j’espère peut faire prendre conscience à beaucoup de gens les petites phrases du quotidien qui sont du sexisme, de l’homophobie, du rascisme ordinaire….

  • Enfoncer les autres pour essayer se faire valoir et établir une hiérarchie entre les gens. Toujours le mépris. Je suis enseignante et crois fondamentalement a l’education pour faire avancer le monde malheureusement aujourd’hui les préjuges se transmettent et s’impregnent chez les jeunes de tous cotes et l’école a sa part de responsabilité. J’ai l’impression que les clivages s’accentuent… peut-être en suis je juste plus consciente aujourd’hui.

    • Je crois aussi que ça empire… Je ne sais pas pourquoi… Est-ce parce qu’on en parle plus et donc les gens s’opposent plus violemment?
      Est-ce la morosité ambiante qui ramène au devant les personnalités les plus primitives? Je ne sais pas… C’est triste…

  • ce sont ces petites interjections banalisées qui maintiennent l’homophobie au niveau où elle est : culturelle, et omniprésente.

    certain diront qu’on manque d’humour, que ce ne sont que des blagues, basées sur des préjugés, des clichés, comme lorsqu’on fait des blagues sur les femmes (sic.)

    Mais non, moi, comme toi, ça ne me fait pas rire.
    Pas seulement parce que je suis une femme, pas seulement parce que je vis avec une femme depuis 10 ans.

    juste parce que ce dénigrement est primitif, sans réflexion, complètement … allez, disons-le, stupide.

    D’ailleurs, je trouve que ces dénigrements contre les homo, c’est aussi parceque les femmes sont mal considérée. D’ailleurs, les hommes qui aiment les hommes sont comparé à des « femmelettes »… jouer a la poupée, porter des trucs roses, etre sensible … c’est féminin, c’est dégradant, c’est … inférieur au statut d’homme.
    On se souvient d’ailleurs du débat sur le décloisonnement des jouets filles / garçons dans les magasins …
    Il y a là deux types de discrimination qui s’imbriquent l’une dans l’autre : dévaloriser les femmes, dévaloriser les homo.

    je retiendrais ces deux phrases, qui pourraient être élevées au rang de citation :
     » Etre homosexuel n’est pas une honte, pas plus qu’être hétéro n’est une fierté…
    Avoir un enfant homosexuel n’est pas un risque, pas plus qu’en avoir un hétéro n’est une chance. »

    • Je suis d’accord avec toi… Les hommes qui aiment les hommes sont peu ou prou des femmes, les femmes sont des sous-merdes, les homosexuels sont donc des sous-merdes… Belle mentalité, beau jugement totalement primaire…
      Mais oui, je crois que la place des femmes et celles des gays est très liées…
      Je pense que le racisme est aussi très lié… Le jour où chacun comprendra qu’il n’y a pas de sous être humain, les choses avanceront!

  • J’en ai aussi assez de toutes ces petites phrases qui n’ont l’air de rien mais qui sont tellement lourdes de sens !
    Ici, en Provence, c’est le racisme ordinaire qui me révulse le plus et que je ressens bien plus ici qu’ailleurs.

    Et pourtant, Marseille est terre d’accueil depuis tellement longtemps !! Mais malheureusement, cela ne suffit pas à faire taire les imbéciles.

    Merci pour ce billet

  • Je déteste le mot tarlouze …. et les jeunes sont jeunes mais cons … il n’y a cas voir le nombre de jeunes qui adèrent au FN.
    je ne comprend pas qu’eux, qui soit né dans une tel (trop?) plein d’information, de communication puissent avoir l’esprit aussi étriqué que des moyenâgeux ignares …
    cela me dépasse et me laisse peu d’espoir en l’avenir …

  • Comme je comprend, j’assiste à toutes sortes de scène au quotidien, parfois je me retourne et je me demande si ce monde ne devient pas fou, si les gens sont de moins en moins tolérants.j’essaie de me batte à ma toute petite échelle pour éviter les clichés, les remarques sexistes, mais ce n’est pas toujours évident….

  • Tres plaisant de lire des choses que j aurai pu ecrire moi aussi je suis naive, cette cruautevm interpele, ces jugements prematures….. je trouve cela tres violent parfois et me pose la question comment préparer nos enfants face a ce genre d’individus

  • Bonjour

    Je suis sidérée qu’il y ait aussi peu de commentaire alors que to sujet est bien écrit,bien présenté et me semble t il de première importance

    Ce peu de réaction de ton lectorat me pose question : gêne , inconscience ?

    Pour ma part je suis consternée par notre société ,où on met les gens dans des cases en les jugeant

    Cette peur de la difference me fait peur

    Vous êtes où les filles ?

    C’est vrai aujourd’hui y a pas de cadeau

    En tout cas ton post fait du bien ,merci

  • Le coup de la marinière m’a beaucoup fait rire, Jean Paul gauleriez à laissé des traces on dirait! Pour travailler avec beaucoup de gay, je ne me rends plus trop compte de lhomophobie… Au fil des conversations j’ai appris que la plupart étaient heureux, mais discrets, que certains parents acceptaient, d’autres pas, et que certains avaient encore besoin de le cacher… Pour d’autre en revanche, leur sexualité est brandie telle un étendard. Il y a de tout, de tous les bords… Les mentalités sont si longues a changer!

    • La marinière m’a aussi fait cet effet, mais la réaction m’a tout de même choqué… Ca n’était pas méchant, mais comme beaucoup de choses, estimer que certains sont « moins », sont « risibles », constater que les inégalités sont ancrées dans les discours, même humoristiques, ça m’a fait mal au coeur…

  • Je suis comme toi, je me fiche que mes futurs enfants soient homo, du moment qu’ils soient équilibrés dans leur vie. Ma seule crainte sera qu’ils soient rejetés ou maltraités à cause de leur différence…

  • Autant la première scène ne me choque pas plus que ça. Je pense à de la boutade sans connotation péjorative (enfin, j’espère…). Je dis ça peut être parce que je vis à côté du Marais et qu’ici s’habiller « à la manière » d’une personne homosexuelle fait partie intégrante du quotidien. Ici à Paris, se mêlent en toute harmonie des communautés bien distinctes et reconnaissables et tout le monde apprécie cet heureux mélange. On n’imagine pas le quartier sans toutes ces personnes qui font tout le charme du Marais.
    Quant à la seconde scène …. NON c’est intolérable. c’est une ignoble réplique.

  • Bonjour,
    je voulais juste te dire merci. Comme ça, en passant, je trouve que c’est anodin mais important.
    Ça fait plaisir de lire des gens qui pensent comme toi. En ces temps un peu perturbés pour la communauté gay, on ne sait plus trop comment faire pour ne pas désespérer ; on entend tellement d’aberrations, souvent toutes simples mais vraiment ancrées. Donc ça fait plaisir de voir que certains voient les choses comme je les vois, ça donne un espoir : tout n’est pas perdu !

    J’ai 24 ans et je suis lesbienne, j’ai longtemps cru être la génération du changement, je me suis toujours assumée, et souvent je me suis dis « C’est fini tout ça, les gens ont évolués ». Mais non, on entend toujours les mêmes remarques, les mêmes blagues pas drôles, on est témoin des mêmes violences.
    Je n’ai jamais eu peur pour moi, mais imaginer que l’on puisse toucher à un cheveux de la personne que j’aime, imaginer qu’un jour l’amour qu’elle me porte pourrait lui mettre des bâtons dans les roues. Eh bien, ça me tue.

    Donc voilà, merci de me redonner un peu espoir !

  • J’en ai marre aussi de cette intolérance … Mon cousin a quand même entendu dans le train un père dire à son fils: « Je préférerais que tu aies une maladie grave plutôt que tu sois gay »… Comment des gens peuvent penser ça franchement … Comme si l’homosexualité était la pire des maladies.

    L’homosexualité « existe » depuis l’antiquité et n’est toujours pas acceptée. C’est parce que les gens ne sont pas tolérants que les homosexuels ne peuvent pas vivre leur vie aussi paisiblement que les hétéros. Personne ne choisit par quel sexe il est attiré, alors pourquoi ils n’auraient pas le droit de vivre comme tout le monde…

    Faut arrêter de croire que si on accepte l’homosexualité, tout le monde va devenir gay et l’espèce humaine va s’éteindre…

    En tout cas votre article était vraiment bien fait (comme beaucoup d’autres que je viens de commencer à lire aujourd’hui :D)

    • Merci beaucoup! Oui cette intolérance est tragique. La seule chose que ça fait c’est rendre tout le monde très malheureux… Ça n’empêche aucunement qui que ce soit d’être qui il est! ( et tant mieux, mais c’est bien dommage de ne pas laisser les gens vivre en paix!)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


quatre × sept =