Mouflette, cette jeune fille insondable…

Mouflette, cette jeune fille insondable...Depuis qu’elle est née, Mouflette n’a jamais caché son jeu, avec elle, j’allais, euh, pas m’amuser, pour rester polie…
Bébé ultra-exigeante, plus bruyante qu’un avion au décollage (le son produit par une si petite cage thoracique restera éternellement un mystère pour moi), jamais satisfaite de rien, tellement difficile à calmer, à rassurer…
Enfant très turbulente, toujours en mouvement, taxée « d’hyperactive » par tous ceux qui la croisaient, usante, souvent insupportable dans ses crises extrêmes… Et pourtant adorable, polie, vive et souvent très perspicace…
Pré-ado mélancolique, inquiétante, aussi mature par moment qu’elle pouvait être puérile à d’autres… Elève commençant à montrer des difficultés, inattentive, trop agitée, bavarde, inorganisée, difficile à cadrer…

Désormais, Mouflette est une adolescente (il lui reste 3 semaines pour devenir une teen-ager)… Elle est toujours à la recherche de plus d’indépendance et d’autonomie… Elle est très débrouillarde, elle aime prendre le bus, le métro, toute seule, aller à la bibliothèque pour refaire faire sa carte, seule. Elle aime aller au MacDo prendre une commande pour toute la famille, seule. Elle veut tout faire toute seule, et on est forcés d’admettre qu’elle se débrouille toujours très bien. Elle vit sa vie, et elle ne manque pas de maturité à ce niveau -là.

C’est aussi une jeune fille très sensée, pleine de bon sens, de réflexions qui nous étonnent tant elles sont surprenantes dans la bouche d’une jeune fille par ailleurs aussi immature et inconséquente…
Mouflette est intelligente, nous n’avons aucun doute là dessus. Elle a les capacités de réussir que ce soit au collège, au conservatoire, en sport… Quand elle se donne un peu les moyens, elle est souvent brillante…

Sauf qu’elle ne se donne que trop rarement les moyens…

Jusqu’à l’année dernière, par exemple, elle passait ses examens de clarinette et de solfège en révisant 2 semaines en avance… Contre toute attente, ça passait… Au presque-désespoir de sa professeur qui la voyait glandouiller tout le reste du temps… Elle me disait d’ailleurs « Mouflette, je crois systématiquement qu’elle va se planter, mais ça passe… Si seulement elle travaillait régulièrement! »
Mouflette n’est pas tellement du genre à se prendre la tête… Pourquoi faire des efforts réguliers alors que le sprint final suffit?
Mouflette est très très TRES réfractaire à la contrainte… Si on lui demande de jouer de la clarinette, ça part en pugilat… Alors on a arrêté de lui demander quoi que ce soit, la Clarinette, c’est son loisir, pas une obligation. Nous lui avons souvent demandé, face à sa léthargie musicale, si elle souhaitait arrêter… A chaque fois, la même réaction violente d’incompréhension, comment pouvaient-on oser lui demander ça alors que la clarinette, c’est sa passion?

Cette année, Mouflette, comme d’habitude, a passé son examen de clarinette en s’entraînant seulement 2 semaines à l’avance… Elle était très confiante. Moi pas. « Ne t’inquiète pas Maman, je suis prête, je vais réussir! » Sauf que cette fois-ci, le miracle ne s’est pas produit, et Mouflette a foiré son examen.
Elle est revenue avec une sorte de rage peu contenue « Oui, j’avais bien travaillé, j’étais prête, le stress m’a fait tout capoter… En juin, je vais leur montrer de quoi je suis capable! » Et elle s’est enfermée pendant deux heures dans sa chambre, jouant avec acharnement les morceaux de l’examen…

Une saine colère. J’espère que cet échec va être pour elle un électrochoc durable, que ce soit pour la clarinette qu’elle semble tant aimer, que pour ses cours au collège, pour lesquels elle a un tel dédain qu’on a souvent envie de lui hurler dessus…
J’ai tenté de lui expliquer que, peut-être, le stress n’était pas tant en cause que ça, que, peut-être, elle maîtrisait les morceaux, mais que sa technique, travaillée seulement depuis 15 jours, laissait sérieusement à désirer? Elle a amis, que oui, elle n’en avait pas ramé une et que ça pouvait partiellement expliquer son échec.

En cours, Mouflette passe désormais son temps à bavarder, elle admet ne jamais réussir à se concentrer et à écouter les profs…
En rentrant, elle fait ses devoirs, aucun souci de ce côté-là… Elle y passe beaucoup de temps… Et quand on vérifie, 3 fois sur quatre, c’est la catastrophe… Elle ne fait que le strict minimum. Mettons qu’elle ait une question d’histoire, elle va répondre de la manière la plus laconique qui soit, sans détailler, rien… On lui demande alors comment elle a pu mettre 35 minutes pour pondre ça?? Et elle ne sait jamais quoi répondre…

Pour les leçons, Mouflette est toujours très fière d’elle « Ha, je la connais très bien cette fois! » Quand on vérifie, c’est la cata, elle connait certes à peu près le cours, mais n’y comprends souvent pas grand chose, parce qu’elle n’a pas été curieuse, elle n’a pas cherché à comprendre, à aller plus loin… Alors on lui explique, et on l’entend soupirer, lever les yeux au ciel, trépigner d’impatience… Ce qui nous énerve… Mister Mii sait rester calme, moi je pars rapidement dans les tours et je craque face à cette attitude que je juge insolente.

Quand elle a un contrôle, Mouflette revient toujours en nous disant qu’elle a parfaitement réussi… Une fois sur deux, c’est vrai, elle a cartonné et ramène un 17. Une fois sur deux, c’est faux, son « très bon contrôle » porte un médiocre 4 ou 5…

Forcément, je nous pense en grande partie responsable… A force d’entendre que tout est toujours de la faute des parents (voire exclusivement de la mère), on en vient à culpabiliser, à chercher des solutions, à tout essayer, en vain… Nous sommes désormais impuissants, après avoir tout tenté… La méthode cool « on la laisse gérer ». La méthode sévère « on l’oblige à tout apprendre, tout faire, on la punit, on la prive de toute distraction, de toute sortie ». La méthode relou « On lui fait réciter ses leçons tous les soirs, on vérifie tous les devoirs »… La méthode encourageante « On a confiance en toi, tu vas y arriver » A chaque fois, le résultat est exactement le même, Mouflette a d’excellentes notes et de très mauvaises… Sa moyenne restant stable, aux alentours de 13, ce qui est moyen pour un élève de 5°, mais pas non plus catastrophique…

Je ne sais plus quoi faire… Elle nous fait signer ses mots avec un retard monstre (et quand on lui demande « tu as un truc à nous faire signer? » Elle répond non, jusqu’à la veille…), elle nous annonce ses notes, quelles qu’elles soient, avec une désinvolture qui nous laisse pantois…
Quand on lui faisait réviser ses leçons tous les soirs, avec récitation, elle s’en fichait… Ca se terminait en crise, systématiquement, parce que son regard frondeur nous donnait rapidement des envies de meurtre… Mais ça ne changeait rien au fond.

Nous ne sommes pas des parents laxistes, loin de là. Je ne crois pas que nous ayons des exigences démesurées non plus, on voudrait simplement que Mouflette ait une attitude plus attentive et concentrée en classe (par ailleurs, elle n’a que très rarement de remarques de ses profs, c’est une élève polie et respectueuse, le seul souci étant son bavardage…) Je ne suis pas certaine non plus que notre autorité puisse être remise en cause… Nous ne sommes pas des tyrans, mais nous ne nous laissons pas mener par le bout du nez non plus…

Mouflette va avoir 13 ans dans quelques jours, c’est une jeune fille désormais, j’estime que nous n’avons plus à lui tenir la main sans arrêt (et puis même quand on le fait, ça ne change rien…).
Elle nous prouve qu’elle est mature et responsable sur bien des points. Par exemple, elle sait merveilleusement bien s’occuper des enfants (tous sauf sa soeur qu’elle a bien du mal à supporter). Elle a une sorte d’autorité naturelle, et elle attire immédiatement la sympathie des plus jeunes qu’elle, qu’elle sait occuper et driver comme personne!
Par exemple, c’est une sportive hors-paire… Quand elle veut, elle est pugnace et sait se dépasser.
Par exemple, elle a des convictions et une ouverture d’esprit que je trouve exemplaires.

J’oscille entre la peur panique que ma fille échoue dans la vie, qu’elle en souffre, qu’elle ne puisse pas faire ce qu’elle souhaite, d’avoir été trop peu accompagnée par des parents submergés face à son attitude… Et la conviction profonde que notre fille est une sacrée petite bonne-femme, qu’elle saura toujours rebondir, et que malgré sa méthode quelque peu discutable, elle arrivera très exactement là où elle veut être…

Il y a quelques jours, Mouflette m’annonçant une énième « mauvaise nouvelle » et voyant ma mine déconfite, elle m’a dit « Hé ben dis donc, ça n’a vraiment pas l’air facile d’être parent, ça a l’air tellement stressant! » Et elle est partie, toute légère, s’enfermer dans sa chambre pour ne surtout pas faire ce que je lui avais demandé…

Mouflette, cet électron libre, cette jeune fille capable de nous regarder en face et de nous dire la plus pure vérité, et de partir, vivre sa vie, sans jamais faire cas de ce qu’on lui demande.
Cette jeune fille usante, stressante, qui nous fait vivre tellement d’angoisse…

L’échec de l’examen de clarinette montre néanmoins qu’elle a des limites (je suis persuadée que cet échec n’est sincèrement pas volontaire, elle a juste été piégée par sa méthode habituelle)(et je précise que nous ne la poussons pas spécialement à continuer la clarinette. Elle a tout notre soutien, nous sommes fiers qu’elle joue d’un si bel instrument, mais ne souhaitons qu’elle continue que si cela lui apporte du plaisir…). Et j’espère que, plus que tous nos essais éducatifs visiblement foireux, cela lui servira de leçon afin de se prendre un peu plus en main…

Mouflette, cette jeune fille insondable... Mouflette, cette jeune fille insondable...

Vous aimerez aussi :

36 Réponses pour “Mouflette, cette jeune fille insondable…”

  1. LinLin 14 février 2014 à 9:36 #

    Coucou, je ne poste jamais de commentaire mais je pense pouvoir t’apporter un peu d’espoir !
    J’ai été comme ta Mouflette, toujours moyenne (j’ai fini le collège avec 10,5 ), j’apprenais mes leçons la veille, même lors du bac, j’avais des 2 ou 3 comme des 17, j’ai eu mon bac ( L faut pas déconner, S j’aurais du apprendre des leçons! ), j’ai même fais une licence, je suis partie a l’étranger, je voyage, la vie est belle. Quand je vois mes camarades qui avait 16 de moyenne, je suis bien satisfaite de mon sort ! J’en ai toujours fait qu’a ma tête, ma mère s’est fait un sang d’encre a cause de mes choix, mais au final elle est fière de moi. ( Ce n’est pas très objectif mais bon )
    Continue d’être la pour elle, c’est important qu’elle sache que tu as confiance en elle ,mais ne t’inquiètes pas trop, comme tu dis, elle a un sacrée caractère, elle s’en sortira ;)

    • La Mite Orange 19 février 2014 à 6:03 #

      J’ai été voir ton blog… En effet, c’est rassurant! Tu as l’air d’avoir une belle vie et d’être très heureuse! :-)

    • Fluffy 7 mars 2014 à 6:55 #

      J’ai fait L et il faut travailler, merci pour le préjugé L = branleur ce qui n’est pas le cas.

      Si elle ne veut pas bosser, laisse la faire. Quelqu’un qui a de grandes envies ça se ressent dans sa façon de bosser’. Mon frère n’a jamais eu des envies de grandes études moi oui et on a tous les deux travaillés de façon différentes au collège lycée.

      Elle aura les envies de ses moyens, et sinon tant pis, t’y pourras rien à part la braquer encore plus :)

  2. PetitDiable 14 février 2014 à 10:27 #

    Je rencontre aussi pas mal de difficultés avec ma Pouillette, mais à un moment je tente de me dire que mes enfants ont aussi leur caractère propre, et que je n’y peux rien…

  3. juriste-in-the-city 14 février 2014 à 11:10 #

    Ta fille a une sacré personnalité et c’est son principal atout dans la vie !
    Tu le dis toi même, elle est intelligente. Elle comprendra vite que son mode de fonctionnement a des limites et elle y remédiera, mais seule certainement.

    Ah que c’est dur d’être parent :)

  4. Lauréa 14 février 2014 à 11:39 #

    Je pense qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Elle s’en sortira et apprendra à ses dépends que sa technique n’est pas forcément bonne ;).
    Je suis un électron ( Oui Oui au présent je le suis toujours :p) et malgré ça, je m’en sors très bien aujourd’hui ^^.

    Donc aucune inquiétude de ce côté là et rassure toi, tant que tu es là c’est tout ce qui compte ^^.

  5. Estelle 14 février 2014 à 12:19 #

    Bref…. Ta fille commence son adolescence.

    (TOUT SIMPLEMEEEEEEEENT !!!!! ;) )

  6. esther 14 février 2014 à 12:21 #

    Je serais tentée de te dire un peu comme la première personne a avoir commenté.
    Je crois avoir été un peu comme ça, précisément à cet âge là. Ce qui ne m’a pas empêché d’avoir mon bac (avec mention), de faire de longues études universitaires. Nous ne sommes pas tous égaux face au travail et aux études. Ça rend mon compagnon dingue quand je dis que j’ai révisé mon épreuve d’histoire géo du bac la veille au soir… Il a peur que notre fils soit comme ça aussi !!

    L’électrochoc vient un jour ou l’autre. Peut être que pour elle ce sera cet examen de clarinette auquel elle a échoué.
    Il n’y a pas de solution miracle mais lui montrer que vous lui faites confiance est, à mon sens, le plus important. Ha la procrastination… :-)

  7. madamezazaofmars 14 février 2014 à 12:24 #

    J’aurais pu écrire un peu les mêmes choses sur l’ empereur et il n’ a que 7 ans. Je reviendrai pleurer dans ton gilet dans 7 ans.

  8. Pomdepin 14 février 2014 à 12:53 #

    Pas facile d’avoir des ados…et il fait se faire une raison, on a de moins en moins la possibilité de les influencer, mais ça veut dire qu’ils s’affirment, c’est bien aussi. L’Ado ici, ça va, mais pré Ado nous en fait voir, comme ta mouflette.

  9. naniiie 14 février 2014 à 1:09 #

    J’avoue, j’ai souri tout le long de ma lecture…

    J’ai été Mouflette (sauf pour la clarinette)

    Alors, certes, je n’ai pas fais de HAUUUUUUUTES études. (Du moins, pas universitaires)

    Mais, je pense que je ne m’en sors pas si mal, je suis indépendante [(au propre comme au figuré d'ailleurs) (agent immobilier + agent d'assurances (houuuuuu) ) ]

    Forcement, ça fait moins classe que Maître assistant du département de physique chimie des facultés universitaires polytechniques….

    Mais, franchement, qu’est-ce qu’on s’en balance?

    Je gagne pas trop mal ma vie, j’ai un super mari (enfin, pas vraiment, pas encore, mais c’est un autre sujet), une merveilleuse petite fille (c’est la mienne!) et de SUPER parents qui, eux aussi, en ont bavé par le passé…

    Tout ça pour dire quoi?

    Bah, courage! ;)

  10. Autruche Tatouée 14 février 2014 à 1:21 #

    Je pourrais décrire ma Rêveuse avec le portrait de ta Mouflette. Sauf que elle, ce n’est pas la clarinette, mais le chinois. Et je dirais pour tout un tas d’autres choses, elle ne fournit les efforts qu’à la fin…et pour le moment ça passe (en même temps, elle n’a que 8 ans).
    Par contre, ma Rêveuse, n’est pas concentrée, mais alors pas du tout….le monde est un rêve où il fait bon lire et dessiner. Pourquoi travailler une leçon, si elle a compris l’idée, la base…
    Mais à côté de cela, elle s’intéresse à tellement de choses, les injustices la révolte, l’écologie tient une place importante pour elle, et tellement d’autres sujets.
    Je n’ai pas de super idée à te donner, mais quelque part, ton témoignage me rassure, comme toi, j’ai essayé diverses méthodes, je ne sais pas encore bien laquelle fonctionne…je me sens juste moins seule!
    Bon courage!

  11. Auré 14 février 2014 à 11:11 #

    Hello !
    Je ne poste jamais mais c’était fou de me reconnaitre dans ces lignes !
    Tous comme vous deux, mes parents et mes profs ont essayés bien des méthodes et me dire que je gâchais toute ma vie.

    Peut-être est-ce une enfant surdouée ? J’ai eu quelques profs qui y ont pensé… Mes parents n’ont jamais songé à cette possibilité. Dommage.
    Quand ta mouflette mets 1H pour pondre 3 lignes, ce n’est pas de la fainéantise, c’est que son esprit l’a emmené au loin dans l’imaginaire ou dans autre chose et le temps est passé trop vite ! :)

    Si ca peut rassurer :
    je vais pas le nier, j’ai souvent chuté avec cette méthode, elle n’est pas infaillible… Il suffit de tomber sur quelqu’un qui ne tombe pas sous notre charme et on perd tous nos moyens ! Mais, par exemple, je fais aujourd’hui le métier que je rêvais de faire et ce, sans aucune formation pour.

    Si je peux me permettre un conseil, c’est de ne surtout pas être trop sévère avec elle.
    Laissez la faire son petit bonhomme de chemin avec confiance.
    Il faut montrer que vous serez là si jamais elle tombe, mais sans jamais être envahissant ni la sous estimer ! Elle saura se débrouiller pour se relever seule… Et si elle a besoin d’aide, elle viendra d’elle même.

    Je peux comprendre à quel point c’est dur de lâcher prise sur son enfant, mais ne faites pas l’erreur de la sous estimer et de l’infantiliser en l’accompagnant. Ma mère a choisi cette option et c’est un gros gâchis, notre relation est conflictuelle.
    A contrario, je n’ai aucun soucis avec mon père qui est bluffé de la manière dont je dirige ma vie et est très fier de moi.

    Je souhaite de tout coeur à ta mouflette qu’elle s’en sorte aussi bien dans sa vie, ce trait de caractère deviens une vraie chance quand on saisi l’étendu du pouvoir… Mais surtout quand l’entourage le comprend. :-)

  12. sand 15 février 2014 à 10:19 #

    Ton post me parle beaucoup. Je lis en ce moment « on se calme » du Pr Olivier Revol qui est pedopsy et neuropsy très reconnu sur Lyon. Et j’y vois bien ce que tu décris de ta fille. A la fois un côté enfant doué (précoce, hqi, zèbre, etc) et le côté tda(h). Il explique ça très bien et peut être devrait tu qd même regarder dans ce sens là, en mettant à la benne les préjugés qu’on peut avoir car c’est vraiment un trouble qui passe souvent inaperçu, qui ne ressemble pas à ce qu’on en pense au départ et qui peut avoir des solutions et astuces pour aller mieux ensuite. Et puis aussi le test psychométrique, ça peut toujours éclairer aussi, car si elle est précoce, elle a un fonctionnement d’intelligence différent qui pourra sans doute expliquer bien des choses que tu ne comprends pas sur le fonctionnement de ta louloute.
    Bon courage en tout cas !

    • La Mite Orange 19 février 2014 à 5:54 #

      Sur les conseils de sa prof de clarinette, nous lui avons fait passer un test psychométrique l’an dernier… Sans être « surdouée », elle est effectivement plus intelligente que la moyenne (avec un fonctionnement ralenti par un trouble de l’attention).
      Le problème, quand on met le doigt dans ce genre d’engrenage, c’est qu’ensuite, quelque soit les spécialistes que l’on voit, aucun n’a la même version que le précédent…
      Elle va bien, elle est épanouie, elle semble avoir du mal à savoir comment se concentrer/s’organiser… On pense effectivement à la faire aider en ce sens (par la personne qui lui a fait passer le test, pê…). Mais bon, ses facilités n’expliquent pas tout…
      Et puis ça reste très obscur pour moi, tout ça. Par curiosité (et d’autres choses inavouables) j’ai également passé le test, il en est resorti que je suis surdouée, je n’ai absolument pas su quoi faire de cette information, que je trouve étonnée et stupide me concernant. Je fais un peu un rejet je pense! :-)

  13. stephanie 15 février 2014 à 10:50 #

    Juste une question: est ce que Mouflette joue dans un orchestre? Parce que jouer de la clarinette toute seule, ça va un peu mais faire partie d’un un ensemble c’est hyper motivant, si tu ne veux pas gâcher le morceau il faut bosser. J’ai 37 ans et je joue depuis que j’ai 11 ans mais cette année faute de participantes je me suis retrouvée première flûte et bien à la grande stupeur de mon mari je me suis mise à bosser!
    Pour l’école, je ne sais pas pas trop quoi te dire. J’avais pas mal de facilités et je me suis laissée porter et je m’en sors plutôt pas mal. Si Mouflette est brillante elle fournit peut être juste le minimum pour s’en sortir. C’est une stratégie comme une autre…

    • La Mite Orange 19 février 2014 à 5:50 #

      Elle joue effectivement dans un orchestre depuis l’an dernier, et cela lui plait beaucoup…
      Elle est brillante, oui, quand elle veut, elle vient de prouver qu’elle était aussi capable de se planter en beauté…

  14. etsinonrien 15 février 2014 à 2:15 #

    Je te l’ai déjà dit, me semble t-il, mais Lolotte et Mouflette sont exactement les mêmes, avec une petite année de différence. Je me sens désarmée et, en même temps que je râle, je me dis que ce n’est pas à moi de décider pour elle. La guider, l’accompagner, lui donner mon avis oui. Mais projeter en elle des désirs qu’elle ne partage pas, cela mène forcément au conflit, non ?Je sens bien que Lolotte a envie de vivre SA vie, et dans SA vie, les notes n’ont pas beaucoup d’importance, on peut délaisser les matières qui ne nous plaisent pas et ruiner papa / maman avec les cours de piano qu’elle pratique avec plus ou moins d’assiduité et d’intérêt, mais qu’elle n’arrêterait pour rien au monde. J’ai le sentiment que nos filles savent déjà où elles vont, inconsciemment, mais qu’elles ne sont pas encore en âge de mettre des mots sur les choses.

    • La Mite Orange 19 février 2014 à 5:49 #

      C’est possible… Je ne sais pas si elles savent parfaitement où elles vont…
      Pour les cours de piano (ou de clarinette ici), j’estime que les mômes devraient avoir un minimum de respect pour le cadeau qui leur est fait… Et au moins se donner à fond, un peu… J’ai du mal à comprendre le laisser-aller en matière de loisirs…

      • etsinonrien 19 février 2014 à 6:50 #

        Je suis d’accord avec toi pour les activités de loisir, je te rejoins entièrement. Toutefois, Lolotte est capable de me bluffer au piano alors que je SAIS qu’elle ne travaille pas assez. Peut-être ont-elles une capacité de travail qui nous échappe, jusqu’au jour où elles se retrouvent confrontées à une difficulté qui demande des efforts pour être dépassée, comme Mouflette. Tant qu’elles arrivent à se remettre en question, c’est le plus important, non ?

        Je n’ai pas dit qu’elle savent PARFAITEMENT où elles vont, hein :-)))

        • La Mite Orange 19 février 2014 à 7:01 #

          Mouflette nous bluffait (surtout sa prof qui n’en revenait pas qu’elle « passe » en ayant travaillé que 2 semaines…), mais oui, là, elle a clairement atteint ses limites!
          Ce n’est pas facile facile de driver ce genre d’enfants… (enfin j’imagine que tous les enfants sont de toutes manières difficiles à accompagner, mais peut-être certains plus que d’autres)(j’essaie de me rassurer en me disant que les 2 prochaines, ça ira, ça sera plus simple! ;-))

  15. Hysterikfamily 15 février 2014 à 8:39 #

    ça va te sembler très bizarre mais je me reconnait en ta fille. je detestais et deteste toujours que l’on me dise quoi faire et pourtant je remet toujours tout au lendemain ce qui a pour conséquence de me mettre à la bourre . Pourtant sans réviser j’ai eu mon bac avec mention, je n’écoutais pas en cours non plus car il m’était impossible de fixer mon attention sur le prof, l’écouter sans partir ailleurs dans ma tête . Alors, je me suis mise à dessiner, j’ai pris des heures et des heures de colles tant les profs pensaient que je n’écoutaient pas et pourtant, cela me permettait de rester concentrer … Comme tu le dis, c’est une personnalité et ce n’est pas de ta faute car la personnalité on se la construit seul. Des enfants pourtant élevés pareils n’auront pas la même ;) .
    Elle apprendra de ses erreurs mais c’est dur de luter contre soit-même . Courage <3

    • La Mite Orange 19 février 2014 à 5:29 #

      Je crois qu’on a tous un peu de cette aversion à la contrainte… Mais bon, à un moment donné, il faut s’y mettre!
      Pour les dessins, c’est dommage que tes profs l’aient pris ainsi si ça t’aidait à te concentrer… :-/

  16. mmpsherself 17 février 2014 à 9:21 #

    Et bien, je ferme la porte de la blogo (ou presque je me souviens être allée il y a quelques mois parcourir tes écrits sur le crfpa quand je m’y suis inscrite) et lorsque je reviens, j’ai l’impression d’avoir raté pleins de trucs (évidemment) et je tombe sur des textes comme celui-là … On y retrouve un peu de chacun de nos enfants, notre impuissance à transmettre certains messages ou convictions, l’autodétermination de nos bambins même dans des fonctionnements qui ne leur sont pas toujours bénéfiques … Ce matin encore j’écoutais Numéro 1 m’expliquer comment il allait arrêter le latin en troisième car ça le « fait chier », ça ne sert à rien blablabla … Il m’a fait la même chose pour le tennis, le piano … Sauf que moi je ne me place que rarement au bon endroit et je ne parviens pas à les laisser abandonner, je force, je menace (à partir du moment où ils y sont allés au départ par envie) … Je sais bien que ce n’est pas constructif comme démarche mais je tiens jusqu’à ce qu’ils soient au lycée au moins, là quand je leur ferai les gros yeux, mon regard flirtera avec leur cou qui n’a pas d’œil … Sinon je m’disais, c’est quand la remise de médaille pour les parents ?!!!!

    • La Mite Orange 19 février 2014 à 5:28 #

      Comme toi, je l’ai « forcée » à continuer quand je sentais sa motivation baisser, parce que je savais que c’était juste passager et qu’elle s’en voudrait d’abandonner…
      Là, je t’avoue que je me sens totalement impuissante… On en a longuement discuté, elle veut continuer, je lui ai dit qu’elle allait devoir sérieusement se bouger, maintenant, parce que c’est bien beau de vouloir, mais il faut aussi s’en donner les moyens… Elle a l’air d’avoir été secouée par son échec, j’espère que ça sera bénéfique!

Donne ton avis