Femme enceinte, fais pas ta maline!

lkhhk Il faut être lucide, la femme enceinte, mythe sacré d’une société un peu bancale, est l’objet de multiples injonctions toutes plus pénibles les unes que les autres… Et surtout, la femme enceinte est victime de nombre de paradoxes!

Dans la théorie, la femme enceinte a tout plein de droits merveilleux, que ce soit sur le plan professionnel ou dans le quotidien…
En réalité, la femme enceinte a beaucoup d’obligations, subis beaucoup d’interdits et n’a en retour que peu de droits…

Les droits théoriques? Ne pas être discriminée lorsqu’elle cherche un travail… Ne pas se faire virer si elle en a déjà un, à fortiori à cause de son état de grossesse… Une place assise dans les transports en commun, une place privilégiée aux caisses prioritaires des magasins…

Les obligations? Qui sont plutôt des interdits… Ne pas manger de sushis, ne pas fumer, ne pas manger de viande crue, laver ses légumes à l’eau de javel, ne pas boire, rien, juste de l’eau, ne pas grossir, mais ne pas maigrir non plus, rester belle et svelte, mais avoir un ventre qui se voit, rester en forme et dynamique, tout en ne prenant aucun risque pour son bébé… La femme enceinte est un incubateur, ne l’oublions pas… Mais un incubateur féminin, donc elle se doit d’être présentable, aimable, et vivre sa grossesse dans un état proche de l’euphorie, sans jamais se plaindre…

Prenez une nana avec un gros bide fumant une clope, elle aura droit à une tonnes de regards désapprobateurs et de chuchotements « nan mais tu te rends compte, encore une égoïste qui ne pense pas à son bébé! »
Prenez la même femme enceinte, qui, après avoir écrasé sa clope, décide de monter dans le métro (déjà, n’est-elle pas complètement irresponsable de s’aventurer, dans son état, dans un tel lieu de débauche bactérienne?)… Attendez 20 secondes… Rien ne se passe… Attendez 3 minutes, toujours rien…
La femme enceinte (qui est une future mauvaise mère, elle vient de fumer une clope, je le rappelle) se dit « tiens, et si je m’approchais des places prioritaires, histoire de pouvoir m’asseoir, parce que j’en ai un peu ras la casquette de rester debout et de manquer de m’évanouir depuis 3 minutes! » Que se passe t’il? Toujours rien…
Dans le meilleur des cas, quelqu’un va se lever et l’engueuler de ne pas s’être manifesté « nan mais, vous auriez pu tomber, c’est dangereux » (la femme enceinte est une petite fofolle qui fait des folies de son corps, donc). Dans le pire, personne ne va moufter, bien heureux d’avoir une place assise et désireux de la garder…

Que se passe t’il dans un magasin doté de merveilleuses places prioritaires? Les gens, sous les injonctions du caissier, vont laisser passer la femme enceinte, tout en soupirant et en maugréant, parce que, putain, qu’est ce qu’elle fait les magasins dans son état, cette espèce de greluche inconsciente?
Que se passe t’il dans un magasin malheureusement non doté de places prioritaires? Rien… Les gens n’en ont rien à foutre de la nana et de son gros ventre, elle n’a qu’à se démerder, cette couillonne, qui a l’idée de faire les courses avec un gros ventre? Et puis merde, être enceinte, c’est pas une maladie, elle peut bien attendre debout, elle va pas en mourir!

Les gens sont prompts à juger le moindre acte qu’ils trouvent déplacé de la part d’une femme enceinte (la femme enceinte reste une femme, hein, donc quoi qu’elle fasse, elle est jugée!), ils sont en revanche bien moins prêts à laisser la même femme profiter de ses droits. Laisser une femme passer à une caisse? Non mais ça va pas? La laisser s’asseoir? Plutôt crever…

Je pense d’ailleurs que les « places et caisses prioritaires » sont un gros problème… Dans l’esprit des gens, s’il y a une caisse prioritaire, il va falloir laisser sa place à une chieuse de femme enceinte, c’est relou mais on prend le risque… Mais s’il n’y a pas de caisse prioritaire, RIEN n’oblige à laisser sa place à qui que ce soit, elle avait qu’à aller ailleurs, tralala! Conscience? Politesse? Civisme? Ces mots veulent t’ils encore dire quelque chose quand les seules et rares personnes qui se lèvent sont généralement encore plus grabataires que la future mère??
Dans un monde parfait, les caisses prioritaires ne devraient pas exister, le civisme des gens suffisant… Dans un monde comme le nôtre, TOUS les magasins ET transports devraient obligatoirement être dotés de caisses et places prioritaires (quitte à décréter que l’unique caisse est prioritaire, je ne vois pas bien où est le problème) Mais on ne vit ni dans un monde parfait, ni dans un monde qui pense à tout…

Bref, être enceinte est une jolie parenthèse pour la plupart des femmes… Mais franchement, je commence à en avoir ras le bol de l’incivisme des gens… Je prends le métro au minimum deux fois par jour, et 3 fois sur 4, je suis obligée de demander la place qui m’est réservée (alors que bon, on ne peut pas dire que j’en sois encore au stade où ma grossesse est une supposition)… Dans les magasins, jamais personne ne me laisse passer si je ne suis pas une caisse prioritaire.
Pire, j’ai vu, chez Ikea, au rayon cuisine, deux femmes complètement à l’aise avec l’idée de passer devant non pas une mais deux femmes enceintes (l’autre dame étant dans son neuvième mois), et se justifiant par le fait qu’elles attendaient depuis longtemps, elles (genre nous non…)… Sous le regard approbateur de la caissière…
Heureusement, certaines personnes sont gentilles, civiques ou simplement polies et cela compense un peu…
Et encore, j’ai la chance de bosser de chez moi et de ne pas avoir à supporter les injustices de ce côté là…

Mais je trouve très paradoxale cette société où, quoi qu’elle fasse, la femme enceinte est jugée pour tout ce qu’elle fait et semble appartenir au patrimoine : Toucher un ventre en gestation doit porter bonheur, je sais pas… (Le premier inconnu qui me touche, je le frappe, m’en fous!), n’importe qui, particulièrement les gens qu’on connait à peine, se permettent de donner leur avis sur notre morphologie, la taille de notre ventre, la façon qu’on a de vivre durant notre grossesse, ce que l’on mange, boit, etc, mais en contrepartie, peu de gens sont prêts à sacrifier leurs avantages au profit d’une de ces nanas qui ne sait pas faire autre chose que se reproduire.
Entre la théorie (certes protectrice) et la pratique, il y a une sacrée marge!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

67 Discussions on
“Femme enceinte, fais pas ta maline!”
  • Quand tu es enceinte, tout le monde te regarde dans le ventre (et plus dans les yeux!) SAUF dans les transports en commun et aux caisses où là, curieusement, tout le monde scrute l’horizon, le vide ou ses chaussures, au choix!
    Seul endroit où j’ai eu l’honneur d’être bichonnée par mes condisciples (homme ou femme d’ailleurs) c’est à Londres! Et oui dommage, il faut traverser la Manche!!! On m’a systématiquement proposé un siège dans le métro et même si je le refusais (parce qur j’avais limite honte d’accepter…les habitudes ont la peau dure!) l’âme charitable se levait et laissait la place vide au cas où je change d’avis! La classe quoi…

    • Voilà, c’est exactement ça! Tout le monde voit que tu es enceinte pour te faire des reflexions, te tripoter ou autre, mais dès qu’il s’agit de laisser une place, plus personne! C’est ça qui est très énervant, la cécité sélective des gens!

      Pour Londres, ça fait un peu loin… 😉

  • Je trouve cet article vraiment très juste, tu as raison que ce paradoxe est assez dingue : d’un côté tout le monde et n’importe qui se permet de porter un jugement et de critiquer la femme enceinte, surtout sur ce qui ne concerne personne d’autre qu’elle, mais quand il s’agit de faire preuve d’un tout petit peu de civisme, bizarrement il n’y a plus personne…

    Mais bon, quand on regarde bien, l’Homme n’est pas tellement différent… Qui t’engueule parce que nanméoh ca va pas de porter un pack d’eau dans ton état ?!? Mais par contre, bah non il n’a pas le temps de faire les courses, il bosse lui !!

  • Ton article me fait penser à ma grossesse pas si lointaine. Comme toi, je prenais le métro toulousain … comme toi, personne me laissait la place. J’ai même été assez bête pour me lever, enceinte de 8 mois, et laisser la place à une personne âgée ! Je n’ai jamais vu autant de gens passionnés par leurs chaussures que quand tu es à une caisse prioritaire …
    Bref, maintenant que je ne suis plus enceinte, quand je prends le métro, j’observe … et bah, je suis la seule ! Je ne parle pas que des jeunes avec leur casque vissés sur la tête mais aussi d’actifs qui font semblant de regarder ailleurs, fatigués de leur journée de travail, comme tout le monde. Je finis par me lever, moi qui me tape toute la ligne et qui me trouve tout au fond des trois sièges. Le pauvre petit vieux essaie tant bien que mal de se faufiler avec sa canne jusqu’à ma place avec les gens qui le regardent sans bouger ! Encore hier pour aller voter avec P’tit Poulet dans les bras, il y a quand même 5 personnes qui ont réussi à me passer devant alors que je faisais la file comme tout le monde ! Et moi je suis trop bête pour dire quoique se soit …

    • Je me tais souvent parce que j’ai peur d’être insultante ou carrément violente… J’aimerais apprendre une répartie gentille et « calme »…
      Mais à force, c’est vraiment énervant tous ces comportements!
      Et encore, on est enceinte, mais comment vivent les handicapés, pour qui ça n’est pas 9 mois mais toute la vie? (Et qu’on ne vienne pas me dire qu’un fauteuil ou une canne c’est invisible!)

  • Ça doit être pour nous préparer, parce qu’une fois mère, on est jugée TOUT LE TEMPS par n’importe qui! Ex.: le plombier  » quoi, mais il a encore la tétine votre fils??? »
    Nan, mais, je lui demande comment va son siphon, moi????
    Grrrr

  • Je suis totalement d’accord avec ton article. Voilà pourquoi depuis quelques semaines je fais mes courses au drive. Parce que j’en ai ras le bol de devoir attendre un temps indéfinissable à la caisse, marre de voir des inconnus louché sur mon ventre, marre de me prendre des caddies dans le ventre parce que untel ou untel ne regarde pas devant soit et ou est pressé.

    • C’est très chiant, et donc ils ne voient pas, évidemment! Je veux bien qu’on craigne de froisser une femme juste « grosse », mais perso, je préfère froisser que de laisser une femme enceinte debout (et c’est quand même rare de n’être gros que du ventre! :-p )

  • Je vis à Düsseldorf en Allemagne et suis enceinte de numéro 2. Numéro 1 est née au Portugal et c’est la nuit et le jour quand on considère comment est vu une femme enceinte. Au Portugal, lorsqu’on va dans un endroit publique (La Poste, la Secu, le supermarché…) il y a des caisses prioritaires que les gens respectent. Tout le monde s’intéresse à ton bidon dans le bon sens(parfois un peu trop près, comme cette dame agée que je ne connaissais pas qui me carressait le ventre en me parlant de ses petits enfants) Il est arrivé que des jeunes, en descendant des escaliers dans le metro, m’ont aidé à porter mes sacs de courses sans que je le demande! Hier, j’ai pris le bus à Düsseldorf pour aller en ville avec ma fille de trois ans et mon bidon de 20 semaines. Personne s’est bougé pour me laisser un place assise. En fait, plusieurs ont poussé un soupir exaspéré quand je n’arrivais pas à faire mon ventre plus petit afin de les laisser sortir du bus. Bref, c’est autre chose. Je vais éviter tant que je le peux les transports en commun et profiter à max de mon ventre qui pousse sans à supporter la mauvaise humeur des autres 🙂 Bon courage à toi pour la suite de ta grossesse et merci pour tes articles.

  • Première grossesse à Paris, la 2ème à Bruxelles (avec beaucoup moins de transport quotidien, et plus facilement de places assises). A Paris, les seules gens qui laissent la place (et encore quand on s’approche suffisamment des sièges) ce sont les femmes jeunes ou les hommes noirs. Ceux qui ne voient définitivement rien ce sont les hommes blancs, 40-50 ans. Tu peux leur agiter le ventre sous le nez, laisse tomber. Par contre, si tu demandes (mais il faut le faire), les gens laissent la place. Il m’est quand même arrivé une fois, que ce soit une femme enceinte qui me laisse sa place!! le gros scandale quand on y pense…

    • Quand les gens sont sur une place prioritaire, quand je demande, effectivement, ils se lèvent, mais sinon non. Ce qui me fait dire que les places prioritaires sont presque un problème, laissant penser que les autres places sont réservées aux gens « valides »…

  • Je le raconte ici parce que ça me fait encore sourire :

    Dans le métro bondé, enceinte de 6 mois donc ça se voit, je m’approche des places prioritaires et demande à un monsieur :
    – Bonjour, excusez-moi, est-ce que je pourrais m’asseoir, je suis enceinte (comme si je devais me justifier déjà)
    – Etre enceinte, c’est pas une maladie !
    – Et être con non plus !!! Dixit la femme qui était assise à côté de lui, qui s’est levée et lui a mis un bon coup de sac à main dans la figure.

    Honte sur lui dans tout le wagon 😉

    • Ah la la! Des anecdotes sur le métro parisen enceinte, ou dans les grandes surfaces, je pense que nous sommes nombreuses à pouvoir en raconter.
      Retour de salon, dans un RER B bondé (pour celles qui connaissent). Enceinte de 4 mois. OK, mon ventre était riquiqui, mais la fatigue des 8h debout sur un stand était bien là… Je demande à m’asseoir, pour éviter de me prendre un coup de coude et de me faire bousculer. L’homme, me scrute de haut en bas, lève les yeux aux ciel et ne bouge pas… Il a fallu que je sorte mon certificat de grossesse que j’avais dans mon sac, pour qu’il me laisse sa place!! Et les gens autour?? Aussi réactifs que des huitres.
      Enceinte de quasi 7 mois, cette fois dans le métro, j’y vais franco pour demander ma place et là ben les gens ne daignent même pas me regarder, tournent la tête même, à part une jeune femme (Parce que oui, y’a quand même encore des gens bien élevés).
      Une caisse prioritaire, « Excusez-moi Monsieur est-ce que je peux passer devant vous je suis… » Pas eu le temps de finir m’a phrase qu’il me sort « Oui mais moi aussi je suis préssé » « Oui mais moi je suis enceinte! »
      Et j’en ai des tas comme ça! Le self control quand on est enceinte est INDISPENSABLE!

    • Ha ha ha. J’adore! Mon mari a demandé 2 semaines de vacances en juillet pendant les vacances de Kindergarten de ma fille énergétique de 3 ans et moi qui serait à 37 semaines de grossesse dnas un immeuble au 3eme etage sans ascenceur. On est ici sans famille et tous mes amis soit travaillent soit ont aussi des gosses en bas age. Sa chefe (50aine sans enfants) lui a retorqué qu’elle ne comprend pas pourquoi ja’i besoin de lui et être enceinte n’est pas une maladie! Bonjour la solidarité feminine!

  • Rien à redire, tout est vrai! ça m’a rappelé ma grossesse… Je devais souvent aller à la poste de par mon métier, et bien personne ne m’a jamais laissé passer malgré mon gros bidou! Non je mens, heureusement, j’ai aussi rencontré de gentilles petites mamies, mais très peu.
    Une fois le bébé né, toujours personne pour me laisser passer mais en revanche du monde pour me donner son avis: « il a pas trop chaud dans ce porte bébé? », « elle doit avoir froid sans manteau », « hou elle pleure ben oui c’est l’heure de la sieste, pauvre bébé »… Oui pauvre bébé, c’est sûr que vous le connaissez certainement mieux que moi qui m’en occupe 24H/24H!!

  • Bonjour,
    Ouh là, c’est dur. Et bien sûr, je ne nie pas que ce soit encore plus dur de le vivre.
    Mais pour ma part, j’ai trouvé que les gens étaient très sympas quand j’étais enceinte, me proposant spontanément la place dans le bus et le métro (à Lyon). Du moins pour ma première grossesse, qui devait se terminer juste avant l’été. Pour la 2ème, où j’ai accouché en hiver, les gens étaient beaucoup moins conciliants… parce qu’ils ne voyaient pas que j’étais enceinte ! Avec mon manteau, j’avais juste l’air d’une femme un peu enrobée. Alors, je pense que demander avec le sourire, ça peut aider beaucoup les choses, même quand notre état semble évident pour nous.
    De la même manière, certains ne se rendent probablement pas compte que ça peut être physiquement difficile, simplement du fait d’être enceinte, et n’ont pas l’impression que rester debout demande un tel effort (d’autant que toutes les grossesses ne se valent pas ; on peut, à stade identique, peiner comme une malheureuse ou se sentir en forme !). Là encore, une gentille explication peut arrondir les angles.
    Malheureusement, on tombera aussi sur des gens de mauvaise volonté. Mais je préfère penser que ça n’est pas la règle, et qu’on peut aussi améliorer les choses, même s’il faut pousser un peu certains !

    • C’est sûr qu’on a tendance à retenir ce qui nous énerve, pas ce qui coule de source…
      Heureusement, des gens sont sympas (ou simplement civiques, en fait), et, du moins dans les transports, j’ai souvent une place parce que je demande avec le sourire… Je trouve ça un peu chiant de réclamer, mais je pense aussi que tout le monde ne voit pas que l’on est enceinte…
      Ca devient plus difficile quand les gens refusent ou feignent de ne pas entendre…
      Et vu comme je suis de bonne humeur, enceinte, ça n’aide pas!! ^^

  • Dans le carrefour ou je fais mes courses, il n’y a pas de caisses prioritaires, il y a une caisse RESERVEE (meme que c’est ecrit en gros, en gras et que les gens faignent toujours de ne pas voir).
    Et si t’es pas handicapé, enceinte ou accompagné d’un enfant de moins de 3ans, tu n’as pas droit d’aller à cette caisse la!
    J’aime ce principe qui fait que tu n’as pas à quemander de passer devant les autres.
    Par contre, la caissiere passe sa journée à se faire engueuler quand il n’y a personne et qu’elle refuse de prendre des gens pas prioritaires.

  • Merci pour cet article! Je me reconnais dans beaucoup de commentaires! ! Une chose est sûre, à la 2eme grossesse on ose plus facilement demander (ou réclamer) même si des fois on se dit tant pis! Allez courage les filles! Et bonne fin de grossesse à celles qui attendent un heureux événement 🙂

    • Oui, là je demande très souvent, mais parfois ça me gonfle… Et ce n’est pas une garantie que qq’un aura l’amabilité de se lever! Et essuyer un refus, quand on est dans son droit, c’est difficile!

  • Bonjour,
    Je me permets un peit commentaire à rebrousse poil: j’en ai un peu assez d’entendre les femmes enceintes se plaindre du manque de civisme dans les transports en commun ou à la caisse.
    Les gens qui ne cèdent pas leur place ne sont pas forcément des goujats mal-intentionnés: certains dorment (pour de vrai), d’autres sont absorbés par leur bouquin (pour de vrai) et d’autres sont fatigués (pour de vrai aussi!). Personnellement, quand j’ai 30 minutes de transport, je ne les passe pas à scruter si quelqu’un pourrait éventuellement avoir besoin de s’asseoir (quand je lis, il n’est pas facile de me distraire, et quand je dors, je ne fais pas semblant!). Bien sûr, si une femme enceinte de 8 mois et demie se pointe devant moi (et que je la vois), je n’attends pas qu’elle me demande quoi que ce soit pour lui céder ma place, mais franchement, il y a de nombreux cas où je préfère attendre qu’on me demande pour ne pas commettre d’impair: cette dame est-elle enceinte ou simplement enrobée? (ça marche aussi avec la dame aux cheveux blancs ou avec le monsieur un peu dégarni: est ce qu’ils sont assez âgés pour que je leur cède la place où vont-ils se sentir insultés?). Le plus simple pour la personne qui souhaite s’asseoir (ou passer à la caisse) reste quand même de demander avant de se plaindre.
    A bon entendeur…
    (Et puis expérience faite, ce sont mes 3 premiers mois de grossesse où j’ai le plus mal supporté les transports en commun, et bien sûr, c’est le moment où ça ne se voit pas: à chaque fois que j’ai eu besoin de m’asseoir, il m’a suffit de demander, avec le sourire qu’on me cède une place et ça s’est toujours bien passé)

    • C’est vrai, quelle bande d’emmerdeuses, ces femmes enceintes, à se plaindre! C’est pénible à force!

      Très honnêtement, je pense qu’il est beaucoup plus facile de supporter ces chieuses de femmes enceintes qui se plaignent que d’être une femme enceinte qui subit l’incivisme grandissant des gens…
      Je demande très souvent une place… Je me la vois souvent refuser, et vu dans l’état de colère dans lequel ça me met, ça me donne moyen envie de continuer à demander… Aux caisses non-prioritaires, on me dit que la caisse n’est pas prioritaire, alors grosso modo je n’ai qu’à aller me faire voir (alors qu’il n’y a PAS de caisse prioritaire, sinon j’irais, évidemment…)

      Chez Ikea, la dame enceinte qui me précédait et moi avons demandé à passer devant, seul un monsieur très gentil nous a laissé passer (et a été nous chercher des chaises), et deux nanas qui étaient derrière nous sont passées devant (notre état était très visible et nous avions clairement dit que nous étions enceintes!)

      Chez Quick, une nana à qui j’ai demandé de passer parce que j’étais enceinte m’a traitée de « ventre sur pattes ». Et elle ne s’est pas gênée pour commenter le fait qu’une femme enceinte, chez Qiuick, c’est du grand n’importe quoi. Les hormones aidant, je suis partie plutôt que de lui en coller une…

      Pour ma dernière grossesse, alors que je demandais une place dans un bus, un homme m’a répondu « Pour quoi faire, vous êtes jeune! » (j’avais clairement dit que j’étais enceinte)

      Alors NON, l’incivisme n’est pas un mythe, en témoignent tous les commentaires au dessus.
      Tous les jours quand je demande une place dans le métro, les gens se regardent pour vérifier que quelqu’un d’autre ne se lèvera pas, ce n’est pas un concert de 6 personnes qui se précipitent pour me laisser une place, voyez-vous! Et je demande avec le sourire mais ça commence à me gonfler sévère.

      Et personnellement, c’est l’intégralité de la grossesse qui est difficile, Et quand bien même, j’ai le droit à cette place, je la veux (comme me disait l’une des rares personnes qui m’a laissé une place spontanément, une vieille dame, évidemment, le risque de chute est grand, quand on est enceinte, avec tous les risques que cela comporte!)

      Bref, je ne sais pas où vous habitez, dans une ville où il fait bon être enceinte, vraisemblablement, ou alors vous avez beaucoup de chance, mais ça n’est malheureusement pas le cas de tout le monde…

      Ce qui est très énervant, aussi, c’est le paradoxe entre les gens qui donnent des leçons (et qui, curieusement, voient très bien qu’on est enceinte sans qu’on ait à se manifester!) et ceux qui deviennent subitement aveugles (même en vous regardant) quand il s’agit de faire preuve de civisme.

      • Je me suis mal exprimée: je ne dis pas que les femmes enceintes sont des chieuses de demander des places, je dis juste que c’est facile de ne rien demander et de se plaindre ensuite qu’on n’a rien obtenu. Dans votre article, vous parlez de la femme enceinte qui rentre dans le métro et s’approche des places prioritaires sans rien demander: mais pourquoi diable ne demmande-t-elle rien?? De même, pour les caisses prioritaires (femmes enceintes, jeunes enfants…), je n’ai vu qu’une seule personne demander la priorité: un jeune père avec son bébé: peut-être y a-t-il quelquechose à faire du côté de l’éducation des femmes, et leur apprendre à revendiquer ce à quoi elles ont droit?

        Elody34 s’est exprimée un peu plus gentiment que moi, mais le fond du message est le même: il vaut mieux demander une place plutôt que de compter sur la bonne volonté des gens (inexistante, on est bien d’accord) et de ruminer par la suite sur le manque de civisme.

        A mon sens, le civisme consiste à laisser sa place quand on a devant soi une femme manifestement enceinte et qu’on la voit.
        Mais certainement pas à posséder un radar à femme enceinte qui détecte instantanément la femme enceinte 3 rames de métro plus loin.

        J’habite Paris, et je prenais le bus. Je me suis retrouvée avec des béquilles en début de grossesse (ventre non visible, donc) et j’ai remarqué que les béquilles incitent plus les gens à laisser leur place que le gros ventre. Probablement parce qu’un gros ventre laisse subsister un doute sur l’état de la dame (enceinte? enrobée?).
        Je me rends compte que j’ai du avoir de la chance parce que je n’ai essuyé aucune des situations choquantes qui sont rapportées ici. Je trouve sidérant de demander un certificat de grossesse à une femme qui demande une place ou de traiter une femme enceinte de ventre sur pattes. Je ne comprends pas non plus comment on peut passer devant quelqu’un dans une queue en expliquant qu’on est pressé comme ça vous est arrivé chez Ikéa (que ce soit devant une femme enceinte ou quelqu’un d’autre d’ailleurs: la queue, c’est pour tout le monde!). Il me semble que la CAF fournit des cartes de priorité pour s’asseoir. C’est un peu triste d’en arriver là, mais après tout, l’objectif n’est pas de faire l’éducation des gens, juste d’obtenir une priorité à laquelle on a droit (sinon, un petit vomito sur les pieds du fâcheux, que voulez vous, les nausées, tout ça tout ça… et si ça na pas d’effet sur la place assise, ça soulage les nerfs…)

        Je me suis permis ce commentaire un peu « sportif » précisément parce que j’apprécie votre blog et que vous écrivez vous même quelques articles « coups de gueule », mais s’il faut rester consensuel dans les commentaires, je m’abstiendrai à l’avenir…

        • Je comprends mieux votre commentaire! 🙂
          Bien sûr, demander, c’est mieux… Et je crois effectivement que les femmes (moi comprise) ont un « effort » à faire pour apprendre à réclamer ce qui leur est dû. J’ai beaucoup de mal à essuyer un refus, je ne sais pas quoi répondre du coup ça me met immédiatement en colère, et ça m’empêche souvent de demander ma place, notamment aux caisses non-prioritaires (en même temps, je n’ai pas eu de chance, les seules fois où je l’ai fait, on m’a envoyé balader…)
          Et je réclame ma place prioritaire, mais je trouve ça agaçant de devoir réclamer… Bien entendu les gens n’ont pas un radar à femmes enceintes, et je leur trouvais des excuses au début parce que mon état n’était sans doute pas aussi évident pour eux que pour moi, mais là ça se voit (on ne se gène d’ailleurs pas pour me dire que je suis énorme, ce qui fait toujours plaisir…) La peur du refus me fait vraiment appréhender la demande, et du coup, oui, j’aimerais bien qu’on devine que je suis enceinte sans avoir à le dire. Ce qui est un peu capricieux, j’en conviens!

          Pour l’exemple des béquilles, soit vous avez eu de la chance, soit je n’en ai vraiment pas, mais je me suis retrouvée avec des béquilles pendant 2 mois, il y a quelques années, à Toulouse toujours, et PERSONNE ne me laissait passer, ni m’asseoir, ni quoi que ce soit… Je le constate avec les gens en béquille d’ailleurs, personne ne les laisse s’asseoir et je trouve ça hallucinant…
          Je me demande d’ailleurs souvent ce que doit être la vie pour une personne en fauteuil… Peut-être que c’est un problème propre à ma ville, je ne sais pas…

          En fait j’écrivais surtout cet article pour pointer du doigt le paradoxe qu’il y a entre ces gens qui se permettent des réflexions (alors j’avoue, cette fois, je n’en ai pas trop eu, mais pour ma précédente grossesse, c’était un florilège!) et qui donc voient très bien qu’on est enceinte… Et ceux (sans doute les mêmes) qui deviennent soudainement aveugles quand il s’agit de laisser une place!
          Je trouve aussi que la carte prioritaire ne devrait pas exister, les gens devraient simplement être civiques… Mais nous ne vivons pas dans un monde parfait!

          Pour le commentaire, vous le dites musclé vous-même, j’ai répondu de manière un peu musclée aussi! Je ne voulais pas être agressive! Et bien sûr, on peut ne pas être d’accord avec moi, ça laisse place au dialogue! 😉 (Bon après j’ai mon caractère, et je rappelle que je suis enceinte, donc en permanence montée sur ressort! ;-))

      • Les 6 personnes qui se regardent au lieu de se lever de concert, ce n’est pas de l’incivisme, c’est un effet de groupe pervers, visant pour chacun à éviter les embêtements.
        Je ne sais plus où j’avais lu une étude là-dessus. Sous un prétexte quelconque, la personne « cobaye » se retrouvait seule dans une cabine d’enregistrement, prétendument en même temps que d’autres dans des cabines voisines, et pensant que les « cobayes » pouvaient mutuellement entendre ce qu’ils disaient, mais que les expérimentateurs ne le pouvaient pas.
        Le cobaye d’à côté était en fait un complice de l’expérimentation, qui simulait un grave malaise, appelant à l’aide avant de feindre l’évanouissement. Lorsqu’ils n’étaient supposés être que deux, donc que le vrai cobaye pensait être seul témoin de la détresse de l’autre, 100% des gens venaient au secours du faux cobaye, presque immédiatement. Et plus on augmentait le nombre (supposé ou réel, je ne sais plus) de participants, plus les gens avaient tendance à attendre avant d’agir, voire à ne pas agir du tout, chacun espérant qu’un autre se dévouerait avant lui, plutôt que d’affronter une situation délicate à gérer !
        En fait, c’est tourné contre les autres gens « valides » plutôt que vers la personne enceinte/âgée/handicapée. Un genre de « pourquoi serait-ce à moi de me dévouer et pas à tel ou tel autre ? » ; mais ça n’empêche que c’est crispant de regarder un tel manège quand on est la personne qui attend !

  • Une petite note de civisme de mon coté 🙂

    Alors que je n’en avais pas besoin (oui je sais, je fais partie des chanceuses qui ont pété la forme jusqu’à péridurale h-2), on m’a laissé la place assise dans le bus à chaque fois que j’allais à ma préparation à la naissance, on m’a fait passer devant à une caisse bondée de monde (qui n’était pas prioritaire), on m’a laissé m’asseoir dans le RER (à Paris en plus !), et à chaque fois que je remontais chez moi, il y avait quelqu’un pour s’arrêter en voiture et me faire remonter la côte (yen a même qui qui a été déposer sa famille te qu’est revenu me chercher).

    On m’a cherché des crosses. Quand j’ai annoncé sur mon premier blog aller à Japan Expo (THE convention de l’année), il y en a un qui m’a taguée de folle. Je n’ai pas cédé. Je ne me suis pas privée de mes vacances pour un stressé de la vie.

    Je ne dis pas que l’incivisme n’existe pas (rien que pour les trottoirs minés), mais j’ai eu de la chance pendant neuf mois…

    • Vous avez eu raison d’en profiter!!

      Après, je râle parce que j’aime bien râler… Mais il y a aussi des gens sympa et ça compense ceux qui ne le sont pas du tout…
      J’ai remarqué aussi qu’au centre-ville, je n’ai pas ce souci (enfin beaucoup moins…) Alors que là où j’habite désormais, les gens ne sont pas cools du tout… Et que dire du Carrefour à la place du Monoprix… Est-ce le fait qu’on se retrouve dans un environnement totalement impersonnel, les gens deviennent égoïstes et s’en fichent alors que dans un endroit plus convivial, ils se montrent plus sympas? Ca peut être une explication aussi!

  • Pas de souci! je continuerai donc à commenter alors! (je peux te tutoyer? je trouve ça plus facile sur internet)

    Un autre idée pour pour continuer à alimenter la réflexion: peut-être que les femmes enceintes ne sont pas vraiment convaincues de la légitimité de leur demande et que c’est en partie pour cela que c’est si difficile de demander… Moi même, quand il fallait que je demande une place, je ne le faisais que si j’avais BESOIN de m’asseoir. Dans ces cas là, je me sentais parfaitement légitime de le demander, ce qui facilite les choses. Si j’étais juste un peu fatiguée, je laissais couler (j’ai eu une grossesse paticulièrement « cool »: à 8 mois et demie, je faisais encore de l’enduis)

    Pareil, parfois, on voit peut-être des commentaires / comportements désobligeants là où il n’y en a pas forcément: par exemple, à 8 mois de grossesse, je suis allée acheter un bouteille de champagne pour offrir (je ne bois pas une goute d’alcool, même en période normale). Dès que je suis entrée dans le magasin, j’ai eu l’impression qu’on me regardait de travers (quoi? une femme enceinte chez un caviste???). Pourtant, personne ne ma fait aucune remarque, mais je me sentais très mal à l’aise et j’ai passé mon temps à répéter « c’est pour offrir » (probablement en étant toute rouge: le truc pas louche du tout). Avec le recul, je suis persuadée d’avoir vu un regard suspicieux là où il n’y avait qu’un caviste fatigué de sa journée…

    Bref, peut-être que si on a un peu plus d’aplomb et de confiance en soi, ça se passe mieux (d’ailleurs, c’est peut-être à ça que ça sert d’être montée sur ressort quand on est boostée aux hormones de grossesse…)

    • Tutoyons-nous! 😉
      Je pense effectivement que la « légitimité » à demander n’aide pas… Cette fois, on m’a tellement rabbaché que je devais ne surtout faire aucun effort que je vois comme un devoir de ma part de m’asseoir dès que je le peux, ce qui facilite la démarche de demander une place assise.
      En revanche, dans les magasins, aux caisses « non prioritaires », j’ai un mal fou à demander car, justement, la caisse ne m’est pas réservé et que puis-je répondre à qq’un qui va me dire « mais cette caisse est normale, allez-vous faire voir »…?

      Je pense aussi que le biais par lequel on regarde influence notre jugement et notre humeur… Si on voit le positif, on ne verra que la petite vieille qui se lève, que les gens bienveillants et on ne verra pas les autres… A l’inverse, si on porte un regard énervé et négatif, on ne verra que ceux qui ne se lèvent pas, ceux qui râlent, ceux qui font des remarques… Ca ne veut pas dire que les uns ou les autres n’existent pas, c’est seulement une perception qui ne nous fait voir que les uns et pas les autres…

      Là je suis enceinte, énervée par nature, alors j’ai envie de râler! 😉

  • C’est vrai qu’ayant déjà travaillé en tant que caissière dans un magasin, nous avions effectivement une caisse prioritaire pour les femmes enceintes et les personnes âgées. Eh bien c’est vrai que lorsqu’une femme enceinte arrivait, je l’invitais à passer devant (normal) mais les clients déjà en place râlaient presque toujours : « oh être enceinte ce n’est pas une maladie ! Si elle a été capable de tenir debout pour faire ses courses elle est capable d’attendre son tour à la caisse ». Je leur répondais que quoi qu’il en soit, peu importe leur opinion, ils sont bel et bien à une caisse prioritaire et elle a le droit de passer devant les autres, c’est comme ça et s’ils ne sont pas contents ils ont qu’à passer aux autres caisses. Par contre je sais que dans d’autres grandes surfaces, les femmes enceintes sont prioritaires à TOUTES les caisses. C’est mieux ! Par contre il faut qu’elles le demandent car effectivement les gens ne sont pas civilisés et ne vous laisseront jamais passer d’eux-même…

  • Lors de ma dernière grossesse, nous étions une tripotée de gros bidons dans la salle d’attente du cabinet de 4 gynécos de la maternité, quelques accompagnants, et 1 femme d’un certain âge ayant déposé son sac à main et sa veste sur le siège à côté d’elle.
    Les gynécos s’étaient tous passés le mot pour être à la bourre en même temps. Donc il est bien arrivé un moment ou il n’y a plus eu de sièges pour les nouvelles arrivantes encombrées de leur ventre.
    Pensez vous que les accompagnants ce sont levés? pensez vous que la vieille dame s’est levé? pensez vous qu’elle a pris sur ses genoux son sac et son manteau?
    Et bien non, les femmes enceintes sont restés « planté » dans le couloir à attendre… c’était fou! Mon tour est arrivé avant que j’ai le courage de faire la remarque à la vieille dame… Certes j’ai libéré un siège…
    Il faut s’affirmer mais que c’est dur! On voudrait en effet que ça coule de source, que l’on ai pas besoin de demander…
    Bon courage

    • C’est hallucinant…
      J’ai vécu à peu près le même genre de choses chez un gynéco chez qui je ne remettrai jamais les pieds!
      3 h de retard, le gars… Et une salle d’attente bondée! Mon mari a été l’un des seuls à laisser sa place, normal…

    • Nous (papa et moi), pas de retard mais une petite salle d’attente pour 4 radiologues/échographes. Il a fallut que je fasse lever mon homme parce qu’il n’avait rien vu. Lui n’est pas très rapide à capter, mais d’autres n’ont pas la même excuse…

  • Un lundi de Pentecôte, enceinte de 6 mois, folle que j’étais je suis allée au supermarché avec mes deux aînés pour remplir le frigo. Courses éprouvantes et queues monstrueuses y compris à la caisse prioritaire. Au bout d’une demi heure, n.en pouvant plus j’ai demandé au Monsieur devant de me laisser passer. Il m’a toisée et m’a demande si j’avais une carte. Quand je lui ai répondu que je n’en avais pas, il m.a répondu:  » alors, pas question, moi ma femme, elle a une carte »  » mais, elle est ou votre femme? »  » Elle fait les courses » Submergée par les hormones, j.ai fondu en larmes. Du coup, affolement de la caissière qui a appelé le Directeur qui a appelé les pompiers. Panique des enfants, larmes et les pompiers qui arrivent et ne comprennent pas que je ne veuille pas les suivre. Et pendant, ce temps la, le goujat qui règle ses achats et qui avant de partir ( toujours sans Madame) lance  » Si ça se trouve, elle est seulement grosse! »

    • Il m’est arrivé le même genre de truc chez Quick… Je suis partie en pleurant!
      Vive les hormones! 😉

      Le coup de la carte me sidère… Et quand bien même on feint la grossesse, mettons qu’on soit capable d’avoir l’air enceinte sans l’être, ça dérange pas les gens de potentiellement pas laisser passer une nana enceinte? Ca me tue!

        • Je pense qu’il voulait parler de la carte des personnes handicapées. Certaines personnes handicapées ont une carte avec une mention « station debout pénible ». Ma mère en a une (malheureusement).
          Le handicap n’est pas forcément visible, et donc les gens sont encore moins conciliants qu’avec les femmes enceintes. Alors que, à mon avis, c’est encore plus dur quand on est handicapé, parce que franchement, on s’en passerait bien de cette « carte handicapé »! Ma mère préférerait être en bonne santé plutôt que d’avoir un macaron bleu sur sa voiture! Donc quand tu rencontres des goujats qui se garent sur les places réservées, ou des cons qui refusent même de laisser passer les femmes enceintes à la caisse, ça énerve!

  • Ah le monde est merveilleux ! et les femmes enceintes se doivent d’être heureuses et respirés la joie !!! On peut avoir à faire à des gens sympas, et à des idiots. Personnellement très peu de personne m’ont laissés passé devant eux, sauf une fois une maman de trois bout chou qui à vue que j’étais à bout ! j’ai trouvé ça super gentil !!!
    En examen, une fille m’a même demandé de me levé alors qu’elle aurait pu enjambé un banc pour sortir de l’amphi ( ma copine en jupe venait de le faire…).
    Bref !!! On nous rabâche tellement qu’il faut prendre soin de nous que c’est trés blessant lorsque l’on quémande un petit quelque chose et qu’on vous le refuse.

    Personnellement désormais lorsque je me trouve en caisse je regarde si il n’y a pas une future maman dans les parage ( chose que je ne faisais pas avant: regarder hein! )

  • Pour aller plus loi, l’Arrêté du 1er août 2006 en son article 19 précise que le nombre minimal de caisses adaptées est de une caisse par tranche de vingt, arrondi à l’unité supérieure.

    Les caisses adaptées sont conçues et disposées de manière à permettre leur usage par une personne en fauteuil roulant. Elles sont munies d’un affichage directement lisible par l’usager afin de permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de recevoir l’information sur le prix à payer.
    Les caisses adaptées sont réparties de manière uniforme.réduite. Lorsque ces caisses sont localisées sur plusieurs niveaux, ces obligations s’appliquent à chaque niveau.
    Et enfin et surtout :
    – elles doivent être aménagées, accessibles par un cheminement praticable et l’une d’entre elles doit être prioritairement ouverte.
    – ces caisses sont ouvertes à TOUS, mais il est demandé aux clients de laisser passer devant :

    les personnes en fauteuil roulant
    les personnes diminuées physiquement (handicap moteur, personnes âgées)
    les femmes enceintes
    les personnes avec des enfants en bas âge
    les personnes accompagnées d’un chien guide

  • @LMO, je suis handicapée depuis plus de 9 ans  » mon fils a l’époque avait 9 ans j’habitais au 6ème étage sans ascenseur et pas de papa) je peux compter sue mes dix doigts les fois ou l’on m’a laisse passer en priorité. Pourtant je marche souvent avec deux cannes anglaise et sous morphine, j’ ai de prothèses aux genoux plus de l’arthrose lombaire sue les cinq premières vertèbres plus une hernie discale . Si je t’ai laissé l’article du 1er aout 2006, c’est que plusieurs fois des femmes enceintes se disaient prioritaire par rapport a mon handicap reconnu par la mdph. Il serait sympa de faire circuler cette info car j’ai aussi entendu qu’une personne en fauteuil pouvait attendre car cette personne été assise. La pire réflexion que j’ai eu c’est  » moi je plus plus prioritaire qu’elle, parce moi je travaille » Nous les personnes a mobilité réduite sommes encore moins respecté que les futurs maman. bonne soirée amicalement sylvie

  • mon meilleur souvenir ce sont des petits jeunes (ceux que beaucoup surnomme les racailles) qui m’ont dis allez y madame passez et ils ont dit aux autres personnes laissez passez il y a une femme prioritaire. Il faut arrêter de critiquer les jeunes, une autre fois je descendais des escaliers très grand et là des jeunes me laisse passer en me disant allez y madame ont vous doit le respect.. Chapeau bas a ces jeunes. Par contre mon fils est très sensibilisé aux personnes en difficultés  » que ce soit dans les transport ou dans les files d’attente aux caisses » moi même, j’ai eu un oncle handicapé et j’ai toujours fait attention aux autres. La seule fois ou j’ai pas réagi, c’était en 1984 je venais de perdre ma maman et j’ai réalisé trop tard qu’un homme présentait sa carte sa priorité. J’étais dans la douleur d’avoir perdu ma maman 8 jour avant ‘elle avait 46 ans), je n’arrêtais de penser a elle car je revenais de récupérer ses affaires a son travail.

    • Effectivement, les jeunes sont souvent ceux qui se lèvent ou aident le plus facilement. Et je me faisais cette réflexion aussi, on crache sur les jeunes mais ce sont bien les vieux les plus cons, en général!

  • Bonjour, je suis en train de lire votre blog et cet article me parle bien. Lors de mes deux grossesses, on m’a juste laissé passer une fois devant à la caisse prioritaire de mon supermarché. Je sais bien que je n’avais pas un gros ventre, mais bizarrement les gens deviennent sourds et aveugles dans ces cas là.
    Par contre dernièrement j’ai été m’acheter quelques habits (chez Etam pour ne pas les citer), avec mon mari, ma fille de 3 ans et mon fils (de 8 mois à l’époque). C’était la fin de la journée, mon fils était fatigué et commence à pleurer. Forcément un monde de dingue à la caisse. Mais la caissière est venue me chercher et m’a fait passer devant tout le monde car j’avais un bébé (c’est apparemment leur politique). J’étais un peu génée mais contente de ne pas faire subir plus d’attente à mon bébé. Par contre j’entendais les gens derrière râler, alors qu’ils auraient autant voir plus râler d’entendre mon bébé hurler. Bref il y a encore du boulot ! Et sinon des places réservées aux handicapés et aux familles squattées par des gens qui ne sont ni handicapés ni avec une familles, on en parle?

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


× deux = dix-huit