L’émotivité de la grossesse, mythe ou réalité?

Sans titre 4

Le petit bouquet que MissCouette a cueilli pour sa petite soeur…

Avant d’avoir Mouflette, j’étais une sorte de vieille nana sans coeur qui ne pleurait jamais ou presque, que pas grand chose n’émouvait aux larmes… Je regardais, stoïque, mes copines pleurer devant des films tels que Dirty Dancing, Ghost ou Titanic… Je ne comprenais pas, je me disais qu’elles jouaient la comédie pour « faire comme tout le monde » et elles me regardaient et ne me comprenaient pas, me demandant où j’avais rangé mon coeur…

Je suis tombée enceinte de Mouflette, et j’étais persuadée que ces « trucs de bonnes femmes d’hormones chouineuses » ne passeraient pas par moi… J’ai passé 9 mois à chouiné devant la moindre pub Ricorée…

Puis je suis tombée enceinte de MissCouette, entre les deux, mon coeur de pierre a relativement repris sa place… Et j’ai repassé 9 mois à chouiner pour rien.

Depuis 4 ans, j’ai un peu l’impression d’être restée dans le même état que pendant ma dernière grossesse… Alors je me disais « Pfff, n’importe quoi, c’est pas les hormones de grossesse le problème, c’est juste la vieillesse!! Plus je vieillis, plus je m’attendris, c’est tout! » Et j’étais persuadée d’être à mon max niveau chouinerie pour rien.

Et puis je suis tombée enceinte de Noisette. Et j’ai pas voulu voir la réalité en face! Non non, je ne suis pas plus sensible qu’avant, pas du tout!! Je peux regarder Walking Dead, voir des gamins se faire bouffer, même pas je pleure! Je peux regarder Games of throne sans sourciller quand des gens décèdent (en même temps, tellement de gens décèdent…), même quand il s’agit d’enfants! Je suis un roc, que dis-je, une péninsule!.
J’ai récupéré mon coeur de pierre, haha, les hormones qui donnent la chouine sont un mythe, j’en suis la preuve vivante!

Ouais… Sauf que… On a regardé « Un heureux événement », j’ai pleuré du début à la fin (avec 12 passages aux toilettes pour pas que Mister Mii s’en rende compte, parce que je suis une pleureuse très pudique!).

Et puis j’ai lu cet article, et j’ai pleuré dès que j’ai lu le mot « maman », à la fin (alors que ça n’a rien à voir avec le billet mais peu importe).

Ensuite j’ai vu cette vidéo et j’ai éclaté en sanglots…

A chaque fois que je rentre dans notre chambre et que je vois le petit berceau de notre future Noisette, j’ai comme un malaise, je sens mon nez me picoter, mes yeux s’humidifier… Bizarre…

A chaque fois que je vois MissCouette, même si elle fait rien de spécial, j’ai envie de la serrer dans mes bras, de ne plus jamais la lâcher et même qu’il m’arrive de le faire (bon, sauf que je la lâche parce qu’elle me pousse, cette ingrate!). Je la vois et je vois un bébé géant, avec ses grosses joues, ses petites mains potelées et ses petits mollets grassouillets! Et je sais que d’ici quelques semaines, elle me paraitra immense… Et je ne suis pas sûre d’avoir envie de la voir autrement que comme mon gros bébé, alors ça me fait pleurer…

Ca me le fait moins avec Mouflette parce qu’elle a 13 ans, mesure 1m65, et j’ai déjà passé ce stade avec elle quand sa petite soeur est née…

Depuis le début de cette grossesse, j’essaye de me convaincre que ma vie n’a absolument pas changé, que je suis exactement la même… Et je ne comprends pas trop les changements qui s’opèrent. Pourquoi donc ai-je mal au dos quand je me couche? Pourquoi je n’arrive plus à respirer aussi bien qu’avant? Mais peut-être que j’ai toujours eu mal au dos et que je n’ai jamais su respirer en fait! Ca doit être ça la vraie raison!
Donc quand je me mets à pleurer, comme ça, sans vraie raison, je ne comprends pas…

Pourtant ça manifeste un peu tout ce qui se passe dans ma tête… La peur qu’il arrive quelque chose à mes enfants, à ce futur bébé, à l’une de mes filles… L’angoisse du changement, de ne plus être une assez bonne mère pour les deux grandes… L’excitation de plonger dans le vide, un nouvel être humain va bientôt naître, une petite inconnue qu’il va nous falloir apprivoiser! La joie intense de devenir maman à nouveau, de faire de MissCouette une grande soeur, de voir Mouflette à nouveau attendrie par un bébé, de combler mon mari avec ce troisième enfant…

Je ne sais pas, finalement, si ce sont les hormones qui rendent les femmes enceintes à fleur de peau, ou tous ces changements imminents, à la fois terrifiants, excitants et savoureux…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

16 Discussions on
“L’émotivité de la grossesse, mythe ou réalité?”
  • je vais avoir du mal à te répondre parce que j’ai toujours été une hypersensible qui passe du rire aux larmes facilement, qui pleure au cinéma ou en lisant un roman …mais j’ai l’impression que la maternité empire les choses ! Il y a des thèmes que j’ai beaucoup de mal à regarder en film désormais (enlèvement d’enfant par exemple) parce que c’est presque insupportable pour moi (ça a un effet anxiogène immédiat) et les enfants qui souffrent de manière générale ça me touche beaucoup plus qu’avant d’être maman…par contre je ne me souviens pas avoir été encore plus à fleur de peau enceinte, je le suis déjà bien assez comme ça au quotidien à vrai dire …

    • Je pleure très souvent en lisant…
      Et je m’interdis certains sujets comme l’accident d’un enfant ou le décès d’un parent… Je me projette et ça me mine totalement le moral.
      Par contre dans des situations très éloignées de la réalité, ça va, je gère! ^^

      Mais comme toi, je ne sais pas si c’est de la sensibilité ou de l’angoisse, mais depuis que je suis mère, certains sujets me paniquent, alors qu’avant je n’y faisais pas trop attention.

  • Pour moi ce n’est pas du tout un mythe ! Enceinte de mon 3ème, j’ai pleuré dimanche en lisant Les Belles Histoires à mon ainé… Voilà voilà…

  • Avant d’être maman, j’étais un peu comme toi, très peu émotive, il en fallait vraiment pour me tirer une larme.
    Mais depuis Chloé, et pas que enceinte, je suis très sensible, surtout ce qui concerne les enfants/bébé/grossesse/drame touchant des parents… Je pleure beaucoup plus facilement, certainement parce que je dois transposer la situation à nous.

  • Je suis une vraie pleureuse : quand je suis triste, quand je suis heureuse, quand je suis en colère, quand je suis stressée … Autant te dire qu’en plein préparatifs, les larmes ne sont jamais loin ! Je n’ose même pas imaginer ce que ça va être le jour où je serai enceinte puis maman !! C’est peut-être un mélange de tout qui rend émotif comme ça : tous les changements … accentuéspar les hormones !! Je retiendrai un mot : savoure !!!

  • Je ne sais pas si c’est dû aux hormones, en tout cas pendant la grossesse on devient souvent hypersensible (enfin encore plus que d’habitude dans mon cas), sans doute parce qu’on porte la vie et qu’on prend conscience de son importance et de sa fragilité. Etre enceinte, porter un enfant, ta petite noisette, c’est du bonheur mais aussi une lourde responsabilité, et généralement à l’approche de l’accouchement on commence à regretter que ce soit déjà bientôt la fin de l’aventure. Etre 2 en 1 c’est magique, on rêve de notre bébé, on le sait en sécurité, puis vient le moment de la rencontre, un moment que l’on idéalise beaucoup et qui reste à jamais gravé dans notre caboche. Pouvoir donner la vie, c’est un don, un miracle, et ça attendrit n’importe quelle maman, même avec un coeur de pierre 😉 Naan je suis sûre que tu exagères quand tu te compares à un roc ! Bisous et belle fin de grossesse

  • Bon, du coup je ne me sens pas normale (ce qui ne me dérange pas outre mesure, hein ^^)
    Je pleure hyper facilement quand je lis un livre, regarde un film, que ce soit des larmes de tristesse ou de joie.
    Par contre, quand il s’agit « de la vraie vie », j’ai un coeur de pierre. je pleure pas. rarement.
    J’ai les larmes aux yeux oui, mais c’est comme si le robinet était coincé. Ahaha

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− neuf = null