Vis ma vie… De bébé!

Bonjour, aujourd’hui, une nouvelle édition de Vis ma vie! Nous avons choisi deux invités, Lou-Anne et René afin de leur faire échanger leur vie, comme c’est le principe de l’émission.
Lou-Anne a 2 mois, elle vit dans la banlieue ouest de Paris, avec sa maman, son papa et son grand-frère Evan.
René est tourneur-fraiseur au sud de Guingamp. Deux univers. Le choc des cultures!

Pour des raisons de confidentialité, nous avons été obligés de couper les scènes de Lou-Anne vivant la vie de René, celle-ci ayant assez mal vécu son expérience de tourneuse-fraiseuse et ne souhaitant pas montrer les images de ce qui, selon les termes de son interprète, « s’est très mal passée ».

Nous allons donc suivre René dans la vie de Lou-Anne, avec quelques adaptations afin de bien retranscrire les sensations et émotions de la vie d’un nouveau-né.

Ainsi, nous avons envoyé René en Poldavie (nos amis les juristes apprécieront le clin d’oeil!), afin qu’il se retrouve dans un environnement dont il ne comprend bien rien du tout. Nous l’avons laissé dans un entrepôt créé pour l’occasion, avec meubles et objets à l’échelle. A défaut d’avoir trouvé un être humain de 3 m 96, nous avons laissé René au bon soin d’un gorille géant afin de nous approcher le plus possible de la taille de la mère de Lou-Anne à l’échelle de cette dernière. Sa mère étant moins poilue, nous avons rasé le gorille afin de mettre René dans les conditions les plus proches de celles de Lou-Anne.

René s’est vu administrer une substance visant à lui faire garder sa pleine conscience tout en le privant d’un usage normal de ses membres. Ainsi il peut bouger mais est incapable de se déplacer et sa motricité se rapproche de celle d’un nourrisson. René garde sa faculté de langage intacte, mais comme le gorille poldave ne pipe pas un mot de ce qu’il raconte, on est bon!

Suivons maintenant René dans sa « naissance »…
Nous le voyons qui se tortille en tout sens dans le tuyau censé représenter le bassin maternel (notez l’exploit technique et la fidélité de notre reconstitution dans les moindres détails!). Après quelques douloureuses contorsions, le voilà accueilli par Berthe, notre femme gorille géante. Lou-Anne n’étant pas allaitée, René ne le sera pas non plus par Berthe (oui, on peut dire qu’il l’a échappé belle…).
Après plusieurs heures dans le bassin de métal, René semble ébloui et molesté par le bruit ambiant de la salle que nous qualifierons de « naissance ».
Nous le voyons totalement en panique lorsqu’il découvre sa mère de substitution, on le voit tenter de fuir, mais impossible, Berthe est tellement heureuse de découvrir son nourrisson adulte humain qu’elle le serre dans ses bras musclés avec toute la force et la tendresse dont elle est capable.

Après cette naissance douloureuse et traumatisante, René est dans une chambre avec Berthe. Celle-ci est accompagnée de Pedro, son compagnon, deux fois plus gros qu’elle, et de Praline, leur progéniture commune.
Pedro reste perplexe à la découverte de René. Praline est, quant à elle, folle de joie et ne cesse de pousser des cris stridents d’enthousiasme tout en balançant un tas de jouets aussi gros que René dans son berceau géant.
René semble assez mal vivre cette expérience de découverte des membres de sa nouvelle famille…

Vient l’heure du repas. René, qui s’assoupissait enfin, se voit brutalement réveillé par Berthe car une infirmière vient de lui intimer l’ordre de nourrir son bébé « Mais, vous êtes une mauvaise mère ou quoi, Berthe? » s’est elle vu reprocher par la soignante. René qui profitait de son premier moment de calme depuis son arrivée dans l’expérience, se voit secoué et réveillé brutalement et se retrouve avec un biberon dans la bouche, le lait coulant sans qu’il puisse manifester son désaccord. Il boit donc.
Quand il a fini, il est un peu sonné d’être repu en si peu de temps. Il est alors placé sans ménagement sur un plan à langer afin d’être changé.
Le contenu de la scène étant limite limite niveau respect de l’intimité, nous avons préféré la couper.

Nous reprenons avec une scène de tendresse d’une grande émotion… Berthe, enfin seule avec sa progéniture d’un jour, lui octroie un câlin comme seule les mamans gorilles savent le faire. René semble savourer ce grand moment de douceur et de confort, blotti contre le corps chaud et imberbe de Berthe. Un moment si attendrissant que nous avons décidé de clore notre reportage par ces images puissantes.

Témoignage et impressions de René suite à cette aventure hors du commun:
« Le moins que l’on puisse dire est que cette expérience m’a littéralement traumatisé… C’était un cauchemar! Ces trois jours passés en la compagnie de ma famille gorille ont été les pires de ma vie, ils ne comprenaient rien à ce que je voulais, ne faisaient rien qu’à me regarder béatement ou à me crier dessus sans jamais satisfaire mes besoins. J’ai été gavé alors que je n’avais pas faim et on m’a laissé réclamer ma pitance des heures alors que j’étais affamé… On m’a laissé croupir dans mes défections, on m’a baigné de force pour me laver alors que, le plus souvent, j’étais tranquillement en train d’ enfin profiter d’un instant de répit. On m’a fait des câlins quand j’en avais pas besoin et on m’a laissé dans mon coin quand j’avais besoin d’un peu de présence. C’était n’importe quoi! Ces gorilles étaient complètement nuls comme parents!
Je pense me retourner contre la maison de production, traiter les gens de cette manière, c’est de la torture morale, c’est inacceptable!! »

Bien… Cette expérience de l’extrême, pourtant si riche en émotions, a été mal vécue par nos deux protagonistes, Lou-Anne et René n’en sont pas sortis indemnes… Pour autant, louons la force de caractère des nouveaux-nés, si leur vie est difficile, vous n’en entendez aucun se plaindre quand ils sont en mesure de le faire. René est un peu une chochotte!

Sans titre 1

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

16 Discussions on
“Vis ma vie… De bébé!”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


sept + trois =