La vérité sur les biberons

lkhlkhDepuis deux semaines, Noisette est au biberon, vu qu’elle refuse à nouveau le sein 9 fois sur 10. Elle à 100% au lait artificiel. C’est un peu à contrecoeur que je lui donne ses biberons, donc je suis clairement de parti pris pour rédiger cet article. Mais j’avais envie de couper l’herbe sous le pied de tous les à priori mettant en valeur le biberon plutôt que le sein, quand la maman est fatiguée notamment ou quand elle se plaint d’être débordée (ce que nous sommes toutes, je crois!)

L’idée selon laquelle les deux choix se valent m’agace, comme si on pouvait choisir entre l’un ou l’autre indifféremment selon ses préférences sur tel ou tel aspect.
La seule chose qui devrait guider une femme vers le biberon (et non l’inverse comme c’est le cas en France, le biberon étant encore considéré comme le choix par défaut) c’est sa non-envie d’allaiter, tout simplement. On n’a pas envie, on ne fait pas, point. On a le choix et c’est super, profitons-en!

Il me semble que trop de femmes choisissent le biberon (ou changent en cours de route) sur de fausses informations, parce qu’elles croient que ça va être plus simple, parce que « dans leur famille les femmes n’ont pas de lait », parce qu’elles pensent que ça fait mal, ou encore qu’avec le biberon leur bébé va vite dormir. Et ça m’agace également que des femmes se justifient d’avoir choisi le biberon en véhiculant de fausses informations. Mais là le souci c’est peut-être la promotion franchement mal faite de l’allaitement qui pousse les femmes à se trouver des excuses au risque de passer pour une mère atroce qui refuse le meilleur à son enfant.
Mais bon, à mon avis, plus on entendra les femmes « biberonantes » exprimer clairement leur position, à savoir qu’elle ne voulait pas allaiter, point, sans chercher tous les points négatifs potentiels de l’allaitement pour se justifier, peut-être que la société commencera à se détendre, non?

En attendant, le biberon que la société nous a vendu comme « magique » pendant de nombreuses décennies ne l’est pas… C’est avec ransoeur que je me vois obligée d’en donner (alors on va me dire qu’on a toujours le choix, et c’est vrai! Je manque clairement de courage pour remettre mon allaitement à flots, mais je n’ai pas choisi les difficultés rencontrées…) parce que franchement, je trouve ça très chiant.

– « Avec le biberon, le bébé fait ses nuits plus vite et dort mieux! »
FAUX!
Noisette a commencé à faire ses nuits à 3 mois alors qu’elle était encore quasi exclusivement allaitée. MissCouette a fait ses nuits à 3 mois avec un allaitement exclusif. Mouflette a fait ses nuits à 2 ans en étant totalement au lait artificiel…
Et demandez autour de vous, des bébés qui ont fait leurs nuits très vite en étant allaités, il y en a plein. Tout comme l’inverse est vrai.
On donne bêtement des biberons parce qu’on met tous les maux de la Terre sur le fait de l’allaitement, mais en vrai, le seul souci, c’est le bébé (oui c’est pas très gentil pour lui). Tel bébé est « programmé » pour être un gros enquiquineur qui ne fera ses nuits qu’à 18 mois. Tel autre est programmé pour être un adorable angelot qui commencera à enchaîner douze heures d’affilé dès la naissance. C’est injuste mais c’est comme ça, et ni l’allaitement ni le biberon n’y changeront quoi que ce soit.
Pire, on peut donner le sein en dormant. Alors qu’un biberon, c’est quand même vachement plus compliqué. Bon l’intérêt du biberon dans ce cas là c’est qu’on peut laisser le papa se réveiller à notre place pour nourrir son bébé la nuit. Mais ça nécessite un papa qui se réveille et qui est de bonne volonté. Et il peut aussi donner un biberon de lait tiré, notez…
Bref, le biberon ne facilite pas le sommeil du bébé. Ni la nuit, ni en journée!
J’ai pensé naïvement que Noisette ferait de plus belles siestes (et pas sur moi si possible) avec ses biberons (j’essayais de trouver du positif) mais que nenni… Noisette a besoin de présence, du confortable torse de sa maman ou de son papa pour dormir, le biberon n’y change rien. Et ses siestes ne sont pas plus longues, c’est même l’inverse, je ne m’en explique pas la raison (mal au ventre peut-être?)

– « Le lait artificiel est plus nourrissant! »
Alors, vrai et faux…
Oui, le lait artificiel est plus riche en plein de trucs dont le bébé n’a pas besoin… Dans la plupart des cas il s’agit de lait de vache, et le bébé est environ 100 fois plus petit qu’un veau…
Et cette phrase sous entend que le lait maternel ne l’est pas, riche et nourrissant… Or le lait maternel est composé à 100% de ce dont a besoin un bébé. Il est adapté à l’âge du bébé, à l’heure de la tétée, au poids du bébé, à la longueur de la tétée… Le lait maternel n’est presque jamais carencé, sauf très rares exceptions (végétalisme, grande famine, et encore…). Comme pendant la grossesse, le bébé est favorisé, donc avant, tout passait en priorité dans le placenta, désormais, tout passe dans le lait.
Bref, donner le biberon parce qu’on croit que son lait n’est pas assez riche, je trouve ça très triste… J’entends souvent cet argument. Mon médecin généraliste me l’a sorti (mon MEDECIN donc) « Ha, vous lui donnez un biberon car votre lait n’est pas riche, vous avez raison! ». Alors que la seule raison pour laquelle j’ai introduit ce biberon, c’est l’angoisse. Angoisse liée à l’hospitalisation de Noisette. Angoisse aussi liée à toutes ces idées reçues qui planent, que même si je sais qu’elles sont pas vraies, parasitent tout de même mon esprit. (Et je comprends ô combien les femmes qui refusent d’allaiter par manque de confiance…)

– « Le biberon, c’est pratique »
FAUX
Punaise, que c’est faux…
Le sein donne toujours le lait à la bonne température, où que l’on se trouve, à n’importe quelle heure. La seule condition pour que le lait coule, c’est que le bébé tète… Donc à priori, si on a son bébé pas loin et qu’il a faim, le lait est toujours prêt.
Le biberon, c’est méga relou. Il faut anticiper toutes les sorties, préparer au moins un biberon d’avance pour ne pas être prise de cours (l’idiote habituée à l’allaitement que je suis s’est retrouvée dans une pharmacie, en urgences, avec un bébé hurlant et rien pour la nourrir… SUPER!).
Et après, les biberons, il faut les laver… Et c’est bien bien chiant! Disons qu’en comparaison de faire la vaisselle, c’est pas tellement plus chiant (sauf que c’est 6 fois par jour, voir deux fois plus le premier mois, je suppose), mais en comparaison du sein, ben c’est mille fois plus chiant. Parce que contrairement aux conseils qui datent de la guerre, on n’a pas besoin de laver ses seins avant et après les tétées… Le sein est naturellement propre et stérile (grâce aux glandes de Montgo-chaipasquoi)

– « Au moins tu es sûre de lui donner assez! »
Ben, pas tellement en fait… Quand on est une grosse angoissée de la prise de poids comme je le suis avec Noisette de part nos débuts stressants, en fait sein ou biberon c’est kif-kif… J’ai une peur panique qu’elle ne mange pas assez… Quand elle saute un biberon je suis au bord des larmes. Quand elle n’en fini pas un je me demande si elle n’est pas malade. J’avais les mêmes angoisses quand elle était au sein. Et je ne suis rassurée qu’une fois qu’elle passe sur la balance et que je vois qu’elle a bien grossi.

« Un biberon fait en sorte que le bébé ne soit pas seulement dépendant de sa mère! »
VRAI
Oui alors là c’est vrai… Pour ma part avoir un bébé 100% dépendant de mois les premiers mois ne me dérange pas. Mais j’avoue que depuis que Noisette est au biberon, je peux la laisser à son papa sans craindre qu’il n’y ait pas assez de lait tiré d’avance. Je peux m’absenter plus longtemps sans devoir tirer mon lait, prévoir etc… Je comprends que ce lien particulièrement symbiotique puisse freiner certaines femmes. Même si oui, le papa peut s’impliquer autrement… En allaitant, la mère tient quand même un rôle crucial!

Voilà, j’entends beaucoup de choses visant à me déculpabiliser depuis que je donne des biberons. Ca part d’un bon sentiment et j’apprécie. Mais ça me rappelle à quel point la méconnaissance est tenace au sujet de l’allaitement… Des idées-reçues qui se transmettent de génération en génération, qui rendent l’allaitement très compliqué.
Je suis persuadée que si, en France, allaiter présente autant de difficultés, c’est parce que les idées reçues à la noix planent et foutent le doute aux femmes…
Ma mère m’a dit qu’elle n’avait pu allaiter que d’un sein et qu’elle n’a pu m’allaiter qu’une semaine car elle n’avait plus de lait. Elle le croit, c’est évident, aussi évident que c’est faux. Ma tante m’a expliqué également que le lait passé trois mois ne sert plus à rien, c’est son pédiatre qui lui a dit. Elle est de bonne foi, son pédiatre était juste un incompétent assénant des mensonges sans scrupules. Une voisine, infirmière, m’a expliqué comment sa fille n’a jamais pu téter car elle n’a jamais eu de lait. Une autre m’a expliqué que son lait n’était pas assez nourrissant, qu’elle a donc du arrêter très vite.
J’ai eu de la peine pour ces femmes. Parce qu’un allaitement raté laisse une cicatrice, j’en sais quelque chose, moi à qui on a dit après 10 jours d’allaitement que je n’avais plus assez de lait. Moi qui ai à peu près tout entendu pendant l’hospitalisation de Noisette. Ca fait mal et on se sent incompétente. Alors que la véritable incompétence est chez ceux qui véhiculent des idées fausses on ne sait pas trop pourquoi, alors qu’ils sont censés détenir le savoir médical. C’est moche et honteux.

Ma génération n’est pas affranchie de toutes ces idées fausses. On peine à allaiter parce qu’on manque de confiance en nos capacités à le faire. Et, pour ne rien gâcher, on vient nous ériger l’allaitement en symbole de la perfection maternelle, depuis quelques années… Nous mettant une pression monstrueusement contre-productive.
Je comprends les femmes qui ne veulent pas allaiter, je me suis moi-même posé la question pour Noisette, et je me la poserai peut-être si j’attends un jour un prochain enfant. Allaiter, en France, ne coule pas de source. La pression est malsaine et démoralisante. Les préjugés sont beaucoup trop présents et culpabilisants et nous empêchent de bénéficier du seul atout indispensable pour allaiter: la confiance (et des seins, ça aide)

J’ai juste écrit ce billet pour que celles qui me liront et se demandent si elles souhaitent allaiter ou non fassent le choix pour de bonnes raisons. Il y a des raisons valables pour ne pas souhaiter allaiter: la non-envie, le dégoût, la culture, la peur, l’angoisse et encore la non-envie, parce que c’est à mon sens la meilleure des raisons! Se forcer ne sert pas à grand chose, et évidemment, évidemment, l’essentiel c’est de nourrir son bébé peu importe avec quoi (enfin avec un truc adapté quand même). Mais j’aimerais bien, utopiste que je suis, que les femmes ne choisissent pas le biberon en croyant se faciliter la vie alors qu’elles risquent de se la compliquer…
Allaiter n’est pas tous les jours simple. Et ça dépend clairement du bébé qu’on a. Avec MissCouette, si on met de côté sa prise de poids très moyenne-basse, l’allaitement a été idyllique… Le sein la calmait de tout, elle avait un chagrin, le sein la réconfortait, elle avait mal, bam, le lait magique à la rescousse, elle était fatiguée, hop, une petite tétée et on s’endort. Le sein était une sorte de drogue, pour elle, et ça nous a rendu ses premiers mois hyper faciles sachant que je pouvais l’allaiter en marchant, en étant assise au resto, ou devant un film. Je la pluguais et elle pouvait rester ainsi des heures, celle qui mettait fin à ces moments, c’était moi.
Avec Noisette, le sein n’a jamais été qu’alimentaire. Elle ne s’endormait pas au sein (ou très rarement), la seule chose qui la calmait de tout (et la calme encore), c’est l’écharpe. Chaque bébé est différent (ce qui est très perturbant!).
Bref, allaiter n’est pas toujours simple. Mais c’est quand même hyper pratique, même quand ça ne se passe pas hyper bien…

Voilà… C’est dommage de s’enlever un truc pratique juste parce qu’on croit que ça ne l’est pas…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

167 Commentaires sur
“La vérité sur les biberons”
  • Merci pour cet article, tout est très bien dit et je partage votre avis. Je me suis reconnue dans quelques passages comme les nuits (mon bébé allaité de 3 mois fait maintenant ses nuits ;-))
    En ayant pu constater les bienfaits de l’allaitement, je trouve vraiment dommage que les personnes en France aient autant mis l’allaitement de côté alors que dans les autres pays européens, il est encore bien en tête !! J’ai l’impression d’être une extra terrestre de temps à autre ! 😉
    Bonne continuation à vous et à votre petite Noisette !

      • J’ai l’impression que dans d’autres pays, il n’y a pas cette comparaison, ce pour ou contre incessant où il faut choisir son camp… :-(
        Mais ça pourrait être sympa si des mamans vivant dans d’autres pays partageaient leurs impressions ?? :-)

      • Dans les autres pays… J’ai une connaissance qui vit en angleterre, elle a eu un bébé et la maman ne voulait pas allaiter. Il m’a envoyé la description du lait qu’ils allaient donner au bébé. Je clique, et là je vois une page avec un bébé qui tète (je me dis chouette, en fait il blague et elle va lui donner le sein :) ), mais non, c’est juste une information qui explique que le lait maternel c’est le must, et qu’il faut le savoir avant de choisir de ne pas allaiter en conscience.
        En France, comme c’est si bien dit dans cet article, les idées reçues sur l’infériorité du lait maternel ont la vie dure…
        J’ai fait 3 allaitements longs et réussit pour mes gnominous, j’ai eu de la chance car tout a toujours bien roulé. J’ai été aussi soutenue par ma famille et mes amis. J’ai beaucoup de compassions pour toutes les femmes qui se trouvent « obligées » d’arrêter par manque de soutien.

  • « Mais j’avais envie de couper l’herbe sous le pied de tous les à priori mettant en valeur le biberon plutôt que le sein »

    …euh oui enfin là il est moyennement en valeur le biberon dans ton article !! 😉

    PS : un article sur ton retour et ton ressenti sur les différents biberons que tu as pu essayé serait aussi super apprécié !

    • Lol, je suis un peu aigrie d’être passée au biberon, j’ai l’impression d’avoir perdu ma baguette magique! 😉
      Comme dit en haut de l’article cest mon ressenti et je suis de parti pris… 😉

      Je ferai un article comparatif des biberons d’ici peu, c’est prévu! (Je ne suis pas rancunière tu vois, haha!)

      • Ah bah super alors, j’attends ton article avec impatience ! Oui je sens bien ton aigreur et je la comprends, je sais que l’allaitement était quelque chose de très important à tes yeux.

        PS : tu sais moi mon fils de 4 mois et demi en a marre du lait depuis 3 semaines, il ne prend plus que la moitié ou les 2/3 de ses bibs d’un trait et me renvoie gentiment dans mes quartiers quand je veux qu’il finisse…! Nous avons du démarrer la diversification plus tôt que prévu sur conseil de la pédiatre et ça par contre… Les purées, les compotes, les brassés : il kiffe, il adore, il se délecte, il en redemande.

  • Je n’ai jamais souhaité allaiter. Jamais. Et j’ai du gérer les remarques, les réflexions, la pression, j’en ai pleuré mais j’ai tenu bon. J’ai nourri ma fille, ds notre grand lit, lovée au creux de moi mais au bib. Elle a été un bb en pleine forme, grosse dormeuse et trèèèès collée (toujours d’ailleurs 10 ans après) à moi. Cette pression sur les mères est intolérable. Je te comprends à 100%. D’ailleurs les pubs télé pour le lait en poudre ne sont que pour des laits dits « de suite », comme s’il était interdit de vanter les laits premier âge. Et c’est rigolo ce que tu dis pour les bibs, je pensais pareil pour l’allaitement au sein. Ma sœur par exemple que j’ai vu devoir rentrer d’urgence d’en ville parce que ses seins dégoulinaient! Alors tu as raison. Il faut que chaque maman soit sereine sur son choix et qu’on lui foute la paix!

    • C’est clair j’ai été choquée après mon accouchement de me rendre compte de ça : pourquoi les publicités et informations sur les laits 1er âge sont elles interdites ?? C’est honteux ! C’est un parti pris, c’est de la pure censure à mon sens. Et surtout : comment les jeunes mamans peuvent bien s’informer sans cela ???!

      • D’autant que ça ne règle pas trop le problème.
        Le vrai souci c’est pas les pubs mais la propagande des médecins pour le bib!
        Et j’avoue que j’ai bien peiné pour trouver des infos sur le biberon (combien en donner, quelles quantités) quand je suis passée au biberon. J’avais l’impression de faire n’importe quoi c’était assez angoissant! (Alors que le sein j’étais informée donc je savais que je faisais bien… Mais j’ai du chercher l’info cela dit…)
        En fait quel que soit le choix on doit se débrouiller toute seule! 😉 (ma généraliste (pas celui de tout à l’heure, celle d’avant que je vois encore) m’a dit que Noisette DEVAIT prendre des bibs de 180ml, 5 fois par jour max… HAHEM!!)

        • Je débarque ici de lien en lien, et je trouve ton article intéressant, surtout par sa sincérité sur ton opinion et ton ressenti.
          Pour mon premier bébé j’ai (un peu) vécu la même chose, enfin surtout le fait de lâcher l’allaitement et donner finalement le biberon, ce que je ne voulais pas… Bref, on ne le dis pas assez mais : les mamans allaitantes se plaignent du manque d’info/de soutien/de connaissance du milieu médical (et elles ont bien raison : j’ai ensuite allaité longtemps mes autres enfants, et clairement faut savoir trouver l’aide et l’information! )… et quand on passe au bib, c’est pareil : personne n’est fichu de vous répondre (quel bib, quel lait, combien, comment, etc…), et d’ailleurs maintenant, en tout cas pour les tout petits, c’est bib à la demande, comme au sein! Et certains n’arriveront jamais à prendre que 4/5 bib par jour et resteront longtemps avec leur 6 mini bib, etc… Un peu comme au sein quoi, chaque bébé son rythme !
          Par contre, je suis pas tout à fait d’accord sur le côté « c’est plus pratique d’allaiter »: oui et non. Oui quand tout roule. Par contre, qd on a des difficulté, que bébé ne prend bien le sein que dans telle position, qu’on a du lait qui sort trop vite, etc… c’est moyen cool/pratique en public… Et on finit par trouver des astuces pour rendre le bib pratique (sans élever l’inconvénient majeur : avoir du stock! ) : je donnais à température ambiante, je préparais une fois dans la journée toutes les doses en poudre (sortie de dernière minute : hop un bib avec l’eau qui faut pour 1, et hop deux doses de poudre et si besoin de la seconde on trouve toujours une bouteille d’eau à acheter). Pour la vaisselle… Pas de solutions miracle. J’avais choisi de n’avoir qu’un bib, que je nettoyais illico presto après chaque repas. Sans stériliser of course. C’est drôle, j’ai l’impression d’être pro biberon, alors qu’en fait, j’aimerai juste que chaque mère puisse faire un choix éclairé, s’écouter, et faire réellement ce qu’elle veut pour son bébé et pour elle, et non pour ou contre la société…

          • Je suis comme toi, pro-choix! 😉
            Je suis d’accord avec le fait que l’allaitement n’est simple que dans certains cas et pas dans d’autres… Avec ma cadette tout a été relativement facile…
            Avec Noisette ça a été bien plus compliqué. Mais j’ai déchanté en passant au biberon car je pensais que ça me faciliterait la vie alors que pas vraiment. C’est différent…

    • Je pense que l’allaitement présente des désagréments aussi… Mais quand on tient à son allaitement on s’en fiche un peu. C’est juste lourd d’entendre en permanence des « conseils » (souvent de professionnels) visant à nous faire arrêter pour nous faciliter la vie… Le biberon c’est pas plus pratique, c’est différent, mais pas plus pratique!

      (Et oui les pubs pour le 1° âge sont interdites! ;-))

  • J’adhère tellement à ton billet!!! ça m’a fendu tellement le coeur de devoir passer au biberon pour Achille à cause de tous mes soucis de lymphangites, par chance il a repris facilement le sein après… Si tu as besoin du numéro d’une bonne conseillère en lactation j’en connais une super tout près tout près… Courage, tu as peut-être la sensation d’avoir perdu ta « baguette magique » mais la magie la plus forte c’est quand même l’amour de maman^^

    • Oui c’est sûr!
      J’ai une excellente consultante en lactation, je te remercie! :-)
      Mais j’en ai eu marre de me battre avec ma Noisette… Arrêter n’était pas forcément courageux mais au final je préfère la voir dévorer ses biberons en me souriant que refuser le sein à corps et à cris et le prendre à contre-coeur (oui les bébés aussi ont droit à leur phrase-cliché!! ;-))

  • Il y tellement d’idées fausses sur l’allaitement, mais autant positives que négatives je trouve
    par exemple « l’allaitement » fait maigrir », hahaha moi il me fait grossir, et d’après ma sage femme, je ne suis pas la seule

    mais en même temps on ne choisit pas l’allaitement parce qu’il va faire maigrir, ou simplifier la vie, mais juste parce que c’est l’envie de la relation qu’on veut avoir avec son bébé
    tu le dis bien dans ton article, un bébé allaité est plus dépendant de sa maman
    bah c’est exactement ce que j’aime dans l’allaitement, je trouve un peu une transition d’après grossesse, le cordon et coupé, mais ce lien lacté est tellement génial !

    les mauvaises raisons de prendre le biberon que tu dénonces, je trouves qu’il y a les mêmes pour l’allaitement, et que du coup il y a des mamans qui essaient l’allaitement à contre cœur et vivent très mal l’échec qui va irrémédiablement s’en suivre.

    Parce que bon, il faut le dire, un allaitement qui dure, c’est pas toujours une évidence, il faut avoir la force morale de se bagarrer contre les millions d’apriori, les regards de travers quand tu allaites en public, les périodes de croissances qui sont un peu épuisantes…

    Mais au delà de tout ça, l’allaitement de mes loulous, c’est une des plus belles choses que j’ai vécu dans ma vie…

    • Ha ça c’est clair qu’allaiter ne coule pas de source… On n’aurait pas besoin de consultante en lactation sinon (y’a pas de consultante en biberon d’ailleurs!)
      Mais voilà, chaque choix présente des inconvénients et avantages… Mais comme tu le dis, l’allaitement est généralement quelque chose de très affectif et y renoncer au nom de préjugés c’est dommage je trouve. Autant arrêter quand on en a marre, qu’on souhaite couper ce lien. Et pas pour de « fausses » raisons.

      J’ai clairement arrêté parce que j’en avais marre… Je sais que j’aurais pu m’accrocher. Mais l’énergie mobilisée était plus forte que ma motivation. Je le vis bien après deux semaines d’arrêt. Mais sur le coup j’ai très mal vécu de me retrouver avec plein d’inconvénients alors que je pensais, au moins me faciliter un peu la vie!!

  • Je comprends ton ressentiment, j’ai allaité longtemps mes deux enfants, Cromifgon n’a même pas prise de biberon en fait, je l’ai allaité 2 ans, et c’aurait été un vrai crève-coeur d’être forcée d’arrêter. Je crois bien que j’aurais fait une dépression!

    • Je n’en suis heureusement pas là!
      Chaque bébé est différent. On est parties avec des difficultés, Noisette et moi… Je suis déjà heureuse d’avoir pu l’allaiter 4 mois alors que c’était pas gagné gagné à la base.
      Alors je ne le vis pas si mal que ça! :-)

  • C’est clair que le bib je ne trouve pas cela pratique du tout, moi qui suit une grosse feignassd l’allaitement me convient parfaitement lol

  • Salut,

    Je n’ai pas allaité parce que je n’en avais pas envie.
    Les personnes que je connais qui ont essayé n’ont pas réussi, sans doute comme tu dis, parce qu’elles n’ont pas été épaulée, ou informer correctement, je n’en sais rien.

    Là où j’ai du mal, c’est quand on fait limite du prosélytisme (je ne dis pas que tu en fais évidemment, je donne juste mon avis). Quand on me dit que l’allaitement est forcément meilleur pour l’enfant, en ne prenant en compte que le lait et pas la condition de la mère, son état d’esprit.

    Ensuite, et sans comparer avec l’allaitement, je n’ai pas trouvé que donner des biberons n’était pas pratique, je ne me suis jamais retrouvée dans une situation dans laquelle je me suis dit « punaise si je l’allaitai là ça serai bien plus simple ». Je donnais le lait à température ambiante et avec de l’eau du robinet, je n’avais donc que mes doses de lait à préparer, ça n’étais pas si compliqué.
    Je n’ai jamais été une maman trop inquiète, quand mon enfant n’avais plus faim, il cessait de téter basta, mais j’imagine que pour des mamans plus angoissée (ma BFF était comme ça) ça peut aider de savoir exactement combien l’enfant a bu.
    Enfin effectivement, mon mari était très heureux de participer aussi, en plus du bain et d’autre moment, au repas de nos enfants et ce partager les nuits c’est vraiment bien plus facile.

    Pour ce qui est des nuits, je suis complétement d’accord avec toi. Mes enfants ont fait leur nuits à 2 ou 3 mois mais je suis persuadée que ça n’a rien à voir avec l’allaitement. Je ne pense pas non plus que le LM soit plus nourrissant que le lait maternel, ceci dit mes enfants non jamais eu de carence et non pas été plus malade que d’autre enfant.

    Je crois que vraiment l’important c’est d’arrêter de comparer sans cesse les deux. Les deux sont bons pour les enfants, l’important c’est tout ce qui se passe autour, c’est l’état d’esprit de la mère, qui ne doit pas être dégoutée ou au contraire frustrée. Tant qu’on comparera les deux on culpabilisera les mères d’avoir choisi l’une ou l’autre des solutions.

    Voilà mon avis, j’espère ne pas t’avoir heurté en te le donnant.

    • Je ne suis pas blessée. Merci pour ton avis! :-)
      Je n’essayais pas de comparer (mais de fait j’ai comparé c’est vrai), j’essayais juste de rassurer celles qui allaitent et qui ont envie de continuer mais qui se demandent si elles ne s’enquiquinent pas…

      Quand j’allaitais MC je ne me suis jamais dit non plus « tiens, là, si je donnais un biberon ça serait plus facile », parce que lorsqu’on est content de son choix on ne le remet pas en question. Et quoi que l’on donne c’est bien l’essentiel, être en adéquation avec son choix et sereine! :-)

  • Lol j’ai souri car oh comme le sein est pratique … trop même surtout la nuit quand on dort nue … pas besoin d’enlever le T-shirt … du coup, pour ma grande, dès que je l’entendais à peine, la nuit, je la prenais et la mettais au sein, sans réfléchir (la nuit quoi !!!) et le jour où j’ai réussi à stopper cette habitude, ma puce a fait ses nuits … la 1ère nuit pour elle a duré 15h !!! elle avait juste des petits couacs mais ne m’appelait pas réellement … et elle a continué à faire de grosses nuits quasi du jour au lendemain (en fait du jour au sur-lendemain pour dire) donc le sein c’était trop facile alors que si ça avait été le biberon … les choses auraient sûrement été différentes (rien que pour la température qu’on doit vérifier, il faut avoir les neurones vraiment connecté quoi !)

    Après, mon 2ème a lui préféré le biberon au sein très clairement … mais avec mon lait … j’ai du tirer mon lait tous les jours sur près de 6 mois (pour un allaitement au lait maison de 8 mois au total, 2 au sein et 6 au bib)

    Après, comme vous dites, il faut FAIRE le choix, SON choix face à cette relation avec l’enfant et ne pas écouter qu’on veuille ou non donner le sein, qu’on veuille arrêter rapidement ou poursuivre longtemps l’allaitement au sein, c’est tant notre bien-être que celui de notre enfant, car quand on est serein parce qu’on a choisi on est moins tendu … après il faut faire face parfois à certaines difficultés … des crevasses par ex pour le sein, des rejets de la tétine pour le bib … mais quand on fait un choix c’est plus facile de faire face que si cela a été fait à contre-coeur !

    • Exactement, c’est plus facile de faire face quand on fait un choix!
      Mais ça dépend dans quelle mesure. J’ai vu mes limites après avoir bataillé 3 semaines pour garder mon allaitement sur les rails… Et tirer j’ai essayé mais la douleur (et le fait que c’est relou aussi) m’ont vite fait capituler.
      J’ai choisi de passer aux bibs, même si ça ne m’a pas trop plu au début…

      • il faut avouer une chose dans l’allaitement quand on doit tirer son lait, ça enlève tout son charme et c’est d’un chi*nt … le pire c’était au travail … ça prenait du temps sur mon temps de repas et pis l’infirmerie c’est sympa mais pour causer avec l’infirmière mais quand elle est pas là, je prenais mon mal en patience!
        Pour ma grande, c’est elle qui a choisi d’arrêter de prendre le sein, perso, je n’étais pas prête, j’aurais aimé attendre au moins ses 1 ans … mais visiblement j’allaite mes enfants 8 mois lol je ne sais pas comment ça se fait 😉

  • Bjr, totalement d’accord !!!
    Pour mon 1er il y a 3 ans et demie j’avais 23 ans j’étais anti allaitement… tout le monde donnait le bib chez nous des qu’on voyait qqn ils voulaient lui donner… bref a un moment je me suis dit que j’avais l’impression d’avoir loupé plein de choses…

    Pour la 2eme je me suis dit pourquoi pas tenter l’allaitement… en fait cette petite paresseuse s’endormait au sein au bout de 2min et n’a pas du tout lancé la lactation comme il faut !! Eh bein oui si bb tete pas il n’y pas ou peu de lait… Je me suis accrochée a cet allaitement… vous vous souvenez moi anti allaitement il ya 3ans…haahah là j’ai tout fait pour que ça marche!!!! je pense que mon accouchement surprise a domicile y a joué aussi j’avais envie de l’avoir que pour moi…
    Mais bon à un moment il a fallu se résigner… le tire lait ne donnait rien on a aussi du passer au bibi qui lui a été magique pour elle !! Bein oui bb feignant et le bibi ça coule tout seul … elle m’a délaissé elle ne voulait plus du sein!!!! Je me suis inclinée Bib 1-0 Maman ! Et bébé a commencé a prendre le poids comme il faut au bout de 3/4 mois quand meme !!!! maintenant elle a 9 mois meme si c’est un bébé modele reduit elel a pris le poids nécessaire et est au top !!!

    je vois que le match chez vous aussi est tout vu… le bib a aussi gagné !

    • Effectivement, le bib a gagné! 😉
      A un moment, je crois que même si on veut garder l’illusion de choisir, le bébé a son mot à dire!
      Et clairement Noisette a préféré le bib. Je m’y suis pliée au bout d’un moment.

  • je partage ton avis sur bcp de points de cet article…mais pourquoi dis-tu que c’est impossible de n’avoir plus de lait ? voici mon petit vécu : mon fils a 10 mois ; je ne savais pas si j’allaiterais ou non… personne autour de moi n’avait allaité… que des pros biberons…j’avais donc prévu les bibs tout comme le matériel de base pour l’allaitement (coussinets, soutif adaptés…) ; je n’ai jamais rien lu sur l’allaitement ; partant du principe que si ca devait fonctionner c’est tout simplement parce que moi et bébé serions prêts à ce moment précis….. et j’en ai entendu oui des choses du genre « s’il ne fait pas ses nuits c’est que tu le nourris pas assez ; passe au bib et mets des farines dedans…. » bref,allaitement exclusif les 6 premières semaines et ca roulait nickel… jamais eu mal, pas de crevasses…et si au début j’ai eu du mal avec cette dépendance totale de mon fils j’y ai pris vite goût… j’ai juste laisser faire ; mon fils a pigé de suite le comment téter, j’ai eu ma montée de lait…
    au bout des 6 semaines, je suis tombée malade.. rien de grave, un bon gros rhume (fatigue, hiver, accouchement… bien évidemment j’ai consulté…pour sauver mon allaitement et ma peau !!! mon médecin m’a prescrit des lavages de nez et c’est tout… ca s’est empiré… et ma production de lait a diminué… au début je ne m’en suis pas aperçu… jusqu’au moment où mon fils hurlait de famine… j’ai alors tiré mon lait et alterné bib de mon lait et tétée en direct pour voir…. ma production de lait a continué à diminuer… je suis passé à un allaitement mixte pour compenser pour le ventre de mon bb tout en continuant de tirer mon lait pour favoriser un retour de la lactation… échec… ca a duré 2 semaines… mon corps était fatigué, malade… ma lactation s’est arrêtée oui naturellement ; je n’avais plus de lait.. mais j’en ai jamais souffert physiquement… mon corps m’a montré ses faiblesses ; je suis fière d’avoir allaité mon fils ; fière aussi que mon allaitement si court soit il fut une victoire sans douleur et j’ai vraiment vécu tout cela comme une chose naturelle du coup.
    en revanche oui, un jour je n’ai plus eu de lait à lui proposer… mais sans brutalité, avec douceur…

    • Oui bien sûr dans certains cas le lait peut venir à manquer… Notamment avec la fatigue et un manque de stimulation…
      Et certaines pathologies empêchent ou font arrêter prématurément l’allaitement, c’est spur!

  • Tout cela est extrêmement bien vu et bien dit ! Votre (ton ?) article m’a énormément interpellé, tous tes points sont très judicieux :

    Les nuits : mon bébé de trois mois et demi, allaité exclusivement depuis sa naissance, fait de belles nuits depuis 15 jours donc oui, c’est possible pour un bébé allaité qui tète toutes les deux heures en journée de rester 10 heures la nuit sans tétér.

    Le coté pratique : je commence à essayer de l’habituer au biberon (de mon lait) en vue de la reprise du travail (je voudrais continuer l’allaitement jusqu’à ses 6 mois) et j’avoue qu’en effet, le coté « matos » (bon OK, avec l’étape tire-lait et vaisselle on se rajoute du taf) me semble bien plus contraignant que la mise au sein (et pourtant comme je l’ai déjà dit, mon bébé tète toutes les deux heures ..!).

    D’ailleurs, j’attends avec impatience les essais biberons et tétines car pour l’instant, bébé prend 40 ml péniblement (mais au moins, elle ne hurle plus devant la tétine !). Elle joue elle machonne et le lait coule mais on peut pas dire qu’elle tète vraiment… Je ne sais pas si c’est juste une question d’habitude ou si je dois essayer d’autres tétines…

    La baguette magique : ça c’est vraiment pratique !!! Même si par moment, je me demande si c’est une bonne chose de la mettre au sein dès qu’elle pleure…(enfin, en même temps, elle ne pleure que si elle a faim ou sommeil et même si je sais qu’il faut essayer de dissocier sein et endormissement j’ai pas encore trouvé d’autre technique pour le soir, et la journée : dur de faire la différence entre faim et sommeil). Je me demande toujours comment les mamans de bébés au biberon font… Ca oblige peut-être à développer d’autres « techniques », ce qui n’est pas plus mal pour la suite. Mais bon, pour moi, ça me va très bien comme ça…
    Idem quand elle hurle d’impatience quand je la mets au sein, je me dis que s’il fallait qu’elle attende 5 minutes que le bib chauffe elle pèterait les plombs la louloute !!

    Bien vu aussi le coup des fausses idées sur les fins précoces d’allaitement : ma mère et ma belle-mère ont du arrêter à trois mois car les médecins leur ont dit que leur lait n’était pas « bon », ou « trop riche » (!!!???) (je n’ai pas cherché à en savoir plus car je ne veux pas la ramener et c’est fait c’est fait…)

    Bon courage pour la suite. Je comprends ta déception d’être passée au biberon mais tu as quand même eu de beaux moments d’allaitements et tu en auras également au bib. D’ailleurs, je me pose beaucoup de questions (et je pèse mes mots…) sur le sevrage, ça c’est un truc que les mamans des bébés au biberon n’auront pas à faire, le sevrage… (et un point pour le bib, un !)

    lylo

    • Oh oui j’ai adoré mes 4 mois d’allaitement et j’en garde un beau souvenir. J’ai arrêté aussi parce que je ne voulais pas gâcher ces beaux moments en ajoutant des souvenirs de grande difficulté.
      Et bien sûr, je prends du plaisir à donner ses biberons à Noisette! Pas les premiers, mais je m’y suis faite et j’essaye d’en faire des moments de tendresse et de partage!

      Effectivement ça enlève le souci du sevrage! 😉

  • Mon petit bébé a 7 semaines, et allaité depuis la naissance et même si je connais un allaitement « idyllique » sans gros problèmes, je reconnais tous les points de ton article, c’est exactement le fond de ma pensée, et je suis en colère contre la non information sur l’allaitement dans notre pays, j’ai du mal a ne pas réagir quand une copine me dit qu’elle arrête d »allaiter parce que son lait n’est plus nourrissant.
    Quand j’ai accouché, la première nuit mon bébé n’a fait que hurler, et je ne comprenais pas pourquoi il ne voulait pas prendre mon sein, après m’avoir laissé seule toute la nuit, l’auxiliaire de puériculture est venu avec un biberon de complement m’expliquant que je n’avais pas de lait et que ça allait calmer mon fils qui en gros allait mourir de faim… J’ai accepté ce biberon, j’étais tellement fatiguée, et je m’en suis tellement voulu après de ne pas avoir tenu! On m’aurait juste dit que c’était normal, et que ma montée de lait n’allait pas tarder….chose que je savais mais l’esprit d’une jeune maman n’est pas toujours très clair ^^
    Et puis malgré toutes mes convictions, et tout ce que j’ai lu, quand on se réveille toutes les 2h la nuit alors que la fille de ta copine au biberon fait ses nuits depuis ses 1 mois, on se pose TOUJOURS des questions…. et ça ne devrait pas. Quand on est au bord de l’épuisement, le biberon apparait comme la solution de facilité mais ton article me fait du bien ce matin :) (encore que moi je n’ai pas trop le choix, le papa est marin et quoiqu’il arrive ce sera à moi de me lever la nuit 😉 )

  • L’avantage du biberon, c’est surtout que ça rapporte pleeeeeeeein de sous à pleeeeeeein de gens. Tandis que l’allaitement, c’est gratuit et ne rapporte (mis à part quelques produits de soin en cas de pépin, évidemment) rien à personne.

    Je suis en Suisse et ne sais pas si c’est moi ou pas, mais l’allaitement se pose à moi comme une évidence. Après, je ne serai en situation que d’ici quelques mois, je me rendrai donc mieux compte à ce moment… Je pense qu’on peut aussi plus ou moins bien tomber question interlocuteurs, et qu’il y a un gros boulot personnel d’information et de prise de contact à faire en amont, pour avoir des ressources alternatives vers qui se tourner en cas de pépin. D’autant plus pour une première fois, quand on est encore tout frais et naïf comme parent. :)

  • Coucou,

    je pense en effet, qu’ici on ressent le non-envie de passer au biberon. Moi j’ai choisi dès le départ le biberon parce que je ne sentais pas donner le sein. Voilà, un point c’est tout. Et je suis très heureuse et ne me sens pas coupable du tout. J’ai fait la tété de bienvenue, tout le monde a compris, personne m’a forcé à faire quoi que ce soit, ni dans un sens ni dans l’inverse. J’ai même été agréablement surprise de la tolérance des gens (amis, famille et personnel médical, SF). Je ne suis pas idiote (enfin, je crois :-)) et je sais que le lait maternel doit rester la meilleure des choses mais donner du lait artificiel n’est pas grave du tout. Combien on est à avoir grandi avec du lait artificiel ? Ma petite a 16 mois et elle n’a jamais été malade (à part des rhumes, of course), jamais d’antibiotique, rien. Et pour moi le biberon est très pratique : de nos jours, pas chauffer, pas stériliser, c’est aussi pratique que le sein !

    Je ne pense pas que le biberon soit encore considéré comme le choix par défaut.

    Enfin, il faut faire comme on le sent parce que c’est seulement ainsi que notre bébé sera heureux. Après, malheureusement, parfois, il y a des mamans qui en cours de route doivent basculer de l’autre côté, et je pense que c’est qui ne te plait pas…

    Courage !

    • Ha ben c’est sûr que ça ne me plait pas de n’avoir pas pu faire comme je voulais! 😉
      Mais on s’adapte… Les bébés ont aussi leur mot à dire après tout!
      Et bien sûr ça n’est pas grave de donner du lait artificiel! Ma première fille n’a presque eu que ça (3 semaines d’allaitement dont 10 jours exclusifs) et elle est en parfaite santé, ça n’a pas grand chose à voir je pense…

  • Je crois surtout que, concernant l’allaitement et les biberons, chacune a SA vérité et que parfois on préfère utiliser des arguments « tous prêts » plutôt que de se l’avouer 😉 Comme tu le disais, avec ou sans biberon certains enfants feront leurs nuits vite et d’autres pas. Avec ou sans les anticorps maternelles, certains enfants seront malades et d’autres pas, etc… Certaines mamans seront bien plus fusionnelles avec leur bébé biberonné que d’autres avec leur bébé allaité au sein. Et comme tu le disais justement, ça dépend aussi de l’enfant et de son caractère. Le problème c’est qu’avant de l’avoir cet enfant (surtout le 1er), on ne la connait pas sa propre vérité. il faut la découvrir, parfois dans la douleur, s’avouer à soit même qu’on est parfois moins forte que ce qu’on croyait ou plus attacher à sa maternité… Enfin bref c’est pas simple !

  • Un peu comme Estelle, à la lecture de ton article, et même s’il n’engage que toi, je trouverai presque le fait de donner des biberons culpabilisant !
    Je n’avais pas envie d’allaiter et à aucun moment je me suis sentie une mauvaise mère, loin de là. Chacun donne ce qu’il peut à son enfant, fait ses propres choix…donner un biberon ne met pas son enfant en danger pour autant !
    Allaiter doit être une expérience unique et magique…à condition d’en avoir envie !

    • Ben c’est exactement ce que je dis! Allaiter doit être un choix. Je regrette juste qu’il ne soit pas le choix par défaut… Mais effectivement ça n’engage que moi!
      Loin de moi l’idée de culpabiliser qui que ce soit. Mon article visait plutôt à encourager les mamans qui allaitent à n’arrêter que si elles le souhaitent et pas pour de fausses raisons (genre le biberon va leur faciliter la vie) car elles risquent de tomber de haut et revenir à l’allaitement est ensuite compliqué…

  • Je suis d’accord avec toi. j’ai eu la chance de n’avoir eu aucun problème avec mon allaitement, et pourtant j’en ai entendu des c******* ! (tu l’allaites trop, ou alors il faut le compléter ou je ne sais quoi !).
    Je comprends vraiment celles qui n’ont pas envie d’allaiter, mais je trouve dommage tous ces allaitements foirés par de mauvais avis qui tombent à un moment où l’on est fragile !
    Sinon, pour les siestes « crampons » et les nuits foireuses, à six mois j’ai craqué et j’ai consulté http://www.audebecquart.com/
    D’en parler, de prendre du recul, de suivre ses conseils (plein de bon sens mais la tête dans le guidon on en manque), de comprendre qu’une partie du problème c’était moi aussi, et paf, en deux semaine il faisait ses siestes au lit, en un mois des nuits complètes… le tout sans le laisser hurler, évidemment ! C’est 80 euros bien investis !

  • Ce qui m’agace le plus c’est d’entendre les gens dire qu’avec le biberon bébé fera ses nuits, ma fille a fait ses premières nuits de 21h à 8h à 2 mois en étant allaitée exclusivement. Tu as tout à fait raison, c’est bébé qui est programmé ou pas pour faire ses nuits et surtout il faut aussi que nous mamans on soit plus patiente, qu’on arrête de vouloir à tout prix que bébé fasse ses nuits directement, c’est physiologique, un bébé ne peut pas faire ses nuits au début sauf cas exceptionnel. Ma fille a aujourd’hui 6 mois, elle est diversifiée la journée pour la crèche mais elle n’a qu’une tétée le soir et elle fait sa nuit.

    • Voilà. Mouflette a fait sa première nuit à deux ans, au biberon depuis ses 3 semaines… MC a fait sa première nuit à 3 mois, comme Noisette, allaitée exclusivement.
      Je n’en tire pas de généralités, mais clairement je pense que ça n’a rien à voir avec le bib ou le sein!

  • Très bon article, surtout de la part d’une maman qui est passée au biberon 😉 Je voudrais juste préciser quelque chose… Le fait d’être végétalienne ne rend pas le lait moins riche, hein! Les végétaliens ne sont pas plus carencés que les autres, ce sont des idées reçues. Je suis végétalienne et j’allaite ma puce de 6 mois qui va très bien (elle n’a jamais eu de biberon). Je voulais le préciser vu que justement tu veux aller contre les idées reçues ! 😉

  • Merci pour cet article!
    C’est tellement tout ce que j’ai ressenti quand mon premier à 6 mois est passé au biberon.h
    Je m’attendais au miracle à la fin de mes angoisses Quant aux nuits ou aux quantités.
    Je pensais, pour l’avoir tant entendu que c’était une baguette magique qui rendait tous les bébés calés et gros dormeurs. Quelle bêtise.

    Je suis un tellement d’accord avec le fait que si on ne veut pas allaiter on prend le biberon, je ne forcerai personne à allaiter niv ne donnerai de conseils à aucune amie qui ne le souhaite pas car c’est personnel mais effectivement tous ces mythes et ces doutes autour de l’allaitement et du biberon sont épuisants.
    Que celles qui ne veulent pas assument sans culpabilité car elles font au mieux selon leurs idées. Que celles qui veulent allaiter un peu beaucoup ou jusqu’à 3 ans soient libres de le faire et de le revendiquer également sans passer pour des folles. ..

  • J’ai eu 2 enfants par césarienne programmée à cause de « gros beaux bébés » en siège +++ et d’un bassin étroit (mais je pense aussi une physIonomie de l’utérus qui fait qu’ils se sentent mieux tête en haut LOL.
    Lors de mon 1er RV accouchement, la veille 3 sages femme sont passées en me disant : IL FAUT ALLAITER !!!! Sauf que non je n’avais pas envie et que je ne le sentais pas …. à la 4eme qui passe de bon matin je dis « laissez moi tranquille »
    Aprsè mon accouchement on de dit que ça pas fort, que je suis trop anémie, qu’on envisage une transfusion et que donc il est préférable de ne pas allaiter !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    ALLAITER DOIT RESTER UN CHOIX comme tu le dis
    Pour mon 2eme accouchement (au CHU cette fois) : rebelotte !!! On ne saoule pour que j’allaite !!! et vive la mauvaise conscience .. faite au moins la tétée de bienvenue … bah Non …

    Non je n’ai pas allaité et c’est mon choix … je ne regrette pas sauf qu’on essaye de me donner mauvaise conscience en milieu hospitalier ou même coté société.

  • Merci pour ce super billet !
    2 allaitements au compteur et 100% d’accord !
    Le deuxième s’est déroulé et arrêté exactement comme je voulais car je disposais de toute l’information à jour et de mon expérience (à la dure) du premier allaitement.
    On peut espérer que les choses progressent grâce à cette nouvelle génération de mamans qui se ré-approprient l’allaitement (en essuyant les plâtres, parfois douloureusement, malheureusement), et qui pourront mieux informer les futures générations.

    Bonne continuation (au bibi… oui moi aussi je déteste par dessus tout la vaisselle des bibs’)

  • Oui, oui et oui, tout ça est super intéressant.

    Juste UNE chose, il y a une autre raison qui peut pousser une femme à ne pas allaiter : le fait de ne pas pouvoir pour une raison ou une autre.

    Et c’est dur parce que certains peuvent croire qu’elle n’a pas voulu, que c’est un choix et.. le lui reprocher. C’est ce qui m’est arrivé. Non seulement j’étais très triste de ne pouvoir allaiter mon enfant, mais en plus je me suis farci des « mais ce serait tellement mieux pour lui » et autre « oui bien sur c’est fatiguant » (sous-entendu tu ne le fais pas parce que comme ça tu es peinard » (mais oui..).

    Pour moi, la douleur est passée, mais pour les autres, pitié, cessons de DIRE quoi que ce soit sur ces choix/ non-choix aux femmes ! Accueillons simplement les actes des unes et des autres.

    • C’est vrai qu’il existe des cas où ça n’est pas possible.
      Ou des cas où on doit arrêter en cours de route… Et les remarques peuvent faire très mal.
      Je n’en souffre pas, les seules remarques que j’ai eu c’est « 4 mois c’est déjà bien » et c’est tout. Ca ne m’a pas blessé… On enquiquine plus les mères quand elles sèvrent après 2/3 mois d’allaitement.
      Par contre j’imagine comme c’est difficile à encaisser dès la naissance…

  • Merci pour cet article !!! Merci ++++ Un article qui dit la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ! Tu as tout dis, il n’y a rien à rajouter, merci , je le diffuse à mes copines futures mamans. J’ai allaité ma 1ere fille et ce ne fut pas facile au début mais j’ai tenu bon et c’est ça qui m’a raccroché à elle, à avoir un lien avec elle et ma santé n’étant pas au top après l’accouchement, au moins, je pouvais faire ça. Et à cause du boulot j’ai du arrêter, pourquoi?? parceque j’étais mal vue, considérées comme ayant moins de conscience professionnelel que mes collègues. Quel regret !! Puis j’ai eu mon pti gars, il a tout juste 3mois, un allaitement au top, prise poids, prise du sein, sourires à gogo quand je lui donne le sein, première nuit à 3mois, le rêve! Et je reprends le travail et tout se casse la figure, encore une fois, un autre contexte, un autre travail, mais comme tu le dis si bien, un allaitement laisse des traces et pour cet allaitement, il est hors de question que je laisse un boulot le compromettre ! Même la médecin du travail m’a dit en voyant à quel point les conditions de reprise compromettaient l’allaitement m’a dit « mais oui, le lait se tarit à un moment, c’est normal d’arrêter à la reprise du travail » !!!!!!! J’en pleurais d’entendre ça !!

  • Je suis désolée que tu n’aies pas pu continuer l’allaitement autant que tu le désirais.
    A vrai dire,pour rebondir sur tout ça,je n’ai jamais compris le fait de se justifier de ce choix (celui d’allaiter au sein ou au bib) est-ce qu’on justifie d’avoir mis un bb au monde,de lui avoir choisi tel prénom,telle couleur pour sa chambre,etc?La façon de le nourrir est comme les autres choix:personnel.On ne m’a jamais demandé pour quoi j’avais choisi le bib et je n’ai strictement aucune justification/explication à donner,si ce n’est (comme pour mes autres choix):c’est comme ça.
    Je ne connais pas du tout les avantages d’une méthode par rapport à l’autre,ça doit beaucoup varier d’une personne à l’autre en plus.
    Bon ici on a un papa qui a donné les bibs de nuits,les bibs sont préparés à l’avance (eau dans le bib et dosettes à côté) ils sont stérilisés parce qu’on est un poil maniaques,donnés à température ambiante,et on est à 4 par jour depuis un moment (de 5h à 11h entre chaque).Je n’y vois que des « avantages » mais ce n’est absolument pas ce qui nous a fait faire ce choix.
    Par ailleurs,même nourri au bib,un bébé a besoin de la présence de sa maman,de sieste contre elle,faut pas rêver on n’a pas encore trouvé de substitut à une maman 😉
    Je ne sais pas ou sont véhiculées toutes ses idées,mais je ne sais pas je trouve dommage d’y accorder autant d’importance.

    • J’y trouve des avantages aussi! Heureusemebt! Et ma relation avec mon bébé n’est pas moins riche bien entendu!

      Je pense qu’on est moins embêtée avec le biberon qu’avec le sein. Personne (ou peu de gens et pas de la même manière) sont venus me dire comment faire avec mes biberons… Et je coupe court aux critiques.
      En revanche l’allaitement n’est pas toujours simple (en grande partie à cause de la désinformation je pense) et on a besoin de soutien d’aide et de conseils uno ne trouve que difficilement.
      Je voulais dire aux femmes qui allaitent et qui ont envie de continuer que le biberon n’est pas la solution miracle qu’on nous promet! 😉
      Après, passé la déception je vis très bien le fait de donner des biberons, on s’adapte et on s’habitue!
      Moi aussi je prépare les bibs à l’avance par contre la mienne en boit un nombre incalculable par jour… C’est bien relou!!
      Et moi aussi j’ai stérilisé! Et je donne les bibs chaud quand il fait froid (c’est à dire pas souvent vu l’été indien qu’on a à Toulouse!)

    • Merci de ce commentaire! !
      C’est rare que les mamans qui ont choisi le biberon et ne sont pas dans la guéguerre de manifestent et s’expriment ainsi. (J’ai pas dit qu’elles n’existent pas juste qu’elles ne se manifestent pas souvent)
      Ça fait du bien!

      • Je ne comprends même pas le pourquoi d’une gueguerre!Je ne donne pas le sein,c’est sans regret aucun mais j’adore voir une maman allaiter,c’est très beau (et ce,au resto,dans un magasin,devant mon mari,l’enfant a 2 ans,etc je m’en fiche complètement).
        Je n’ai pas du tout cette expérience d’avoir des commentaires sur ma façon de faire (devant moi en tout cas) donc je suis surprise de lire tant de mauvaises expériences.Personne ne me demande comment je nourris mes bébés (aucune des 2 ne supporte l’agitation en mangeant donc on donne le bib dans le calme,très rarement en public) et je ne sais pas comment sont nourris plein de bébés autour de moi,si je ne vois pas le repas,ça ne me vient pas à l’idée de poser la question!
        En fait la seule question qu’on me pose SYSTEMATIQUEMENT c’est: »elle fait ses nuits? » les gens n’ont que ça à la bouche 😉
        (ah et « vous n’auriez pas préféré un garçon? » aussi on me l’a faite plusieurs fois)

        • Ca serait cool que toutes les mamans soient comme toi! 😉
          Je ne me permets jamais de juger une maman qui donne un biberon. C’est toujours touchant de voir un parent nourrir son bébé de toute façon, je trouve!

          Tiens c’est drôle, moi c’est des réflexions sur mes trois filles que j’ai encore jamais eu! Pas de « encore une fille pas trop déçue? » Comme quoi! ^^

  • Billet super intéressant et constructif. À lire et à partager.

    (Petit bémol HS puisqu’on parle de l’importance d’avoir des infos fiables : le régime végétalien n’est absolument pas plus risqué qu’un régime avec produits animaux. Un régime alimentaire doit être équilibré. Point.)

      • Je t’en prie. :)

        L’ADA (plus grande association de nutritionnistes/diététiciens au monde) affirme bien que le végétalisme est compatible avec tous les âges de la vie, y compris la grossesse et l’allaitement.

  • Après il faut arrêter de tout prendre contre soi. Ce n’est pas parce que d’un point de vue santé le lait maternel est le meilleur qu’il est sous entendu que le lait en poudre est mauvais.
    Et ne croyez pas que les biberonantes sont les seules à être culpabilisées.
    Les mamans qui allaitent la sont aussi. Et jugées en permanence.

    À un moment donné assumons nos choix. Et on peut revendiquer, être fière de nos choix sans pour autant vouloir imposer aux autres

  • Ben c est ta vérité et pas la vérité…parce que ce qui semble pratique pour les unes ne l est pas pour les autres et inversement. Cela dépend du modèle de bb et de sa facon de vivre. 1ere idée reçue ( que j ai lue dans les commentaires) : un biberon se donne à temperature ambiante, pas besoin de le réchauffer. 2eme idee reçue : donner le sein c est pratique la nuit. Mais avec le bib, moi la nuit, je dors les amis !!! Mon homme donnait celui de 1h00 (il ne se couche jamais avant 1h30) et le matin ma maman avait le bonheur de le nourrir (elle se lève toujoues à 6h00). Et moi je pouvais enfin recuperer. 3eme idee recue : le passage au bib ne fait pas dormir bb. Moi après une nuit à donner le sein toutes les 2 h la nuit, je suis passée au bib, et mon loulou a fait directement ses nuits. Pas à 3 mois, mais à 4 jours ! Mon mari le reveillait pour prendre son bib à 1h00, sinon il continuait à dormir, de 22h00 a 6h00. Ce n est pas à generaliser, mais ça peut marcher. Enfin, prendre un bib dans mon sac ne m a jamais derange je pouvais nourrir mon bb n importe où et n importe quand moi aussi. J avais besoin de qqch de simple t pratique et je l ai trouvé. Car ça correspondait à ma situation. Et a7 mon envie bien sûr, car allaiter ne m a jamais fait envie. Mais que le bib n est pas pratique, non, ça depend, et c est aussi ce qye recherchent certaines mamans qui aiment le bib.

    • Comme tu le dis, c’est ta vérité à toi. Ton bébé ne dort pas mieux parce qu’il est au biberon (ce serait si simple sinon :D)
      Et tu as surtout eu la chance d’avoir un mari qui se lève la nuit et une maman pour prendre le relais, ce que beaucoup n’ont pas!

    • Oui après chaque expérience est différente…
      Mais je pense que ton cas reste exceptionnel!

      (MC, 100% allaitée, faisait du 00h-6h dès le retour de maternité. Mais je ne considérais pas qu’elle faisait ses nuits vu qu’elle les faisait sur moi! :-p C’est aussi une question de ressenti!)

    • Non pas besoin… Je ne les réchauffe que quand il fait froid (c’est à dire pas souvent avec nos 28° à Toulouse!)
      Ca reste un choix très personnel aujourd’hui, ça n’est plus imposé (comme la stérilisation)

      J’ai aussi trouvé des bouteilles de lait 1° âge bien pratique, notamment en avion!

  • moi bon petit monstre à trois mois il a arrêté de téter. J’ai réussi à relancer, … pendant un mois et demi. Et du coup pour moi c’est lui qui a arrêté. J’ai du faire le deuil. Mais le jour où il a même refusé la tétée du matin je l’ai passé au biberon, avec une pincée au coeur mais vu qu’il semblait avoir moins faim (plus calme la journée) je ne regrette pas. COmme mon médecin m’a dit : c’est sa première décision!
    Mais je suis comme toi, le biberon qu’est-ce que c’est beaucoup moins pratique que le sein! Le sein je l’ai toujours avec moi, il est toujours propre (je me lave une fois par jour), le lait est toujours chaud, sain, bien proportionné. Les biberons il faut : un biberon, de l’eau, du lait, de quoi transporter, de quoi laver (vite si possible), une serviette, un endroit pour se laver les mains….. bref… et à 20 euros la boîte de lait….
    Après comme tu dis aussi : moi j’avais envie d’allaiter, et quelqu’un qui n’en n’a pas envie pour x raisons, et bien le biberon doit être plus pratique pour elle :)

    (et il a fait sa première nuit allaité, il dormait de toute façon huit heures d’affilée) (et ça n’a pas changé son être profond, à part juste il a arrêté de pleurer beaucoup la journée du coup il me semble qu’il avait un peu faim dans la journée (mais pas tant que ça non plus, je lui ai peut être pas donné le sein assez souvent…. mais il réclamait pas .. bref, je ne sais pas trop pourquoi il a arrêté si ce n’est qu’il n’aime pas trop être collé à moi ou entravé) (et maintenant neuf mois il crapahute partout!)

    la bise

    • Pareil, j’ai eu clairement le sentiment de « subir » le choix de Noisette.
      Je préfère dans ce sens là que l’inverse cela dit. Je ne suis pas très contente d’avoir arrêté d’allaiter mais elle a l’air tellement heureuse avec ses biberons que bon, ça m’aide à relativiser!

      • oui je suis bien d’accord avec toi. C’est un deuil à faire et qu’on ne fait pas en même temps (mère ou enfant) et en général c’est la maman qui arrête (travail, fatigue…..) et bébé qui fait son deuil. Nous c’est l’inverse… snif!! (mais j’ai toujours quatre mois après les seins qui  »’coulent »‘ un tout petit peu encore…. je suis sûre que si je voulais (mais je veux plus) (et trop de boulot avec le tire-lait))

        • Je préfère faire mon deuil moi plutôt qu’elle. Elle est tellement contente avec ses biberons qu’elle m’a vite rendu le sourire!
          Moi aussi j’ai encore des montées de lait. Mais comme toi le tire lait j’en peux plus…

  • très bel article! tu as tout dis!
    personne ne comprenais pourquoi j’ai allaité mes jumeaux 9 mois… Là tu explique tout!
    ya aussi que le sein ça soigne n’importe quel chagrin (vaccin etc)

  • J’ai adoré ton billet! J’allaite ma dernière (cinquième) qui a presque six mois. Allaitement hyper compliqué avec une chipie qui ne grossissait pas beaucoup et des remarques blessantes, culpabilisantes et inquiétantes. Même pour une maman « expérimentée ». La sage femme m’a stressée sur son poids dès le retour de la mater: pourtant après une césarienne et avec quatre autres loustics à gérer je ne vois pas pourquoi j’étais fatiguée et j’avais moins de lait!!! Mais j’ai tenu bon, avec l’aide de mon mari, et malgré la fatigue, les crevasses et le doute l’allaitement s’est mis en place et miracle elle a enfin pris du poids. C’est encore cahotique, mais je tiens bon, je veux tenir! Ici pas de problème de quantité de lait, juste de douleur ( pb de sporiasis sur les mamelons ). Mes enfants ont tous fait leurs nuits en étant allaité exclusivement et le troisième à 3 semaines. Avec lui l’allaitement était magique et j’avais cette merveilleuse baguette magique qui guérit de tout.

    Pour ce dernier allaitement, la baguette ne fonctionne pas toujours. Ma puce n’a pris que 500g entre 5 et 6 mois: réponse de la pédiatre: « dans les allaitements longs parfois le bébé ne veut plus du sein! » Merci de me rassurer!!! Heureusement mes 3ème et 4ème allaitement m’ont appris que c’est faux.

    Le biberon c’est vrai que c’est un peu plus de liberté pour nous et pour le papa. Mais être indispensable à mes enfants 24h/24h ne me coûte pas, je crois même que j’aime ça. Pourtant j’ai repris le travail après chaque naissance mais j’attends avec délice le temps de la tétée de retrouvailles.

    Bons biberons câlins avec ta puce et merci pour cet article.

  • Je partage tout à fait ton avis sur cette culpabilité écrasante que l’on peut ressentir face à la promotion souvent maladroite de l’allaitement. C’est complètement contre-productif. J’ai allaité 8 mois, avec peine, et j’en garde de merveilleux souvenirs… mais surtout une profonde culpabilité de ne pas avoir tenu plus longtemps (ma fille refusait le sein, elle avait un fort rgo, je me suis dit qu’avec le biberon ce serait plus facile… ben non!) et de gros gros regrets.
    Bref je trouve qu’en France pour allaiter, entre les professionnels de santé qui sont de mauvais conseils et les assos pro-allaitement qui te disent que si tu ne réussis pas à allaiter, c’est juste que tu manques de volonté, ben il faut une sacrée confiance en soi!
    (Juste un truc qui m’a fait un peu réagir: ce n’est pas parce qu’on est végétalienne que notre lait est carencé. Tant qu’on a une alimentation équilibrée, il n’y a pas de soucis!)

    • Oui c’est ce qu’on m’a dit pour le végétalisme. Je suis désolée d’avoir véhiculé une idée fausse!

      Pour la culpabilité… C’est un peu comme si TOUS nos choix de mère (bien plus les mères que les pères) étaient source de culpabilité. TOUS!
      Faut avoir confiance en soi c’est clair. Ou se blinder… Ce qui n’est pas donné à tout le monde (moi par exemple j’y arrive pas!)

  • Mon Dieu Mon Dieu !! la mite !! Que de questionnements !! Pose à coté de toi tout le poids de cette société !! J’ai eu 6 enfants (bon je les ai encore :-) ) J’ai allaité, j’ai donné le biberon, j’ai fait un mixte.. Je les ai tous allaités car j’adore ca (attention !! j’ai pas dit que j’aimais me faire sucer les bouts de sein !! ah ah !! un peu d’humour que diantre !! :-) ) Malgré les crevasses, les tétons qui saignent ( hé oui ) malgré les engorgements.. malgré le manque de liberté.. J’ai allaité.. 6 mois, un an.. Abi n’avait jamais eu de biberon.. elle est passée du sein à l’assiette et au bol (et quand sa petite cousine est venue à la maison, elle a voulu un biberon comme elle. Abi avait deux ans.. je lui ai acheté son biberon pour qu’elle boive son lait le matin.. :-) )
    J’allaite avec bonheur car j’aime ce lien : Je n’ai pu allaiter Enzo qu’au bout de 6 jours car il etait parti direct en rea puis en neonat.. j’ai tiré mon lait durant toutes cette periode, et l’hopital le lui donnait en sonde.. Je me souviens comme si c’était hier, du premier jour où j’ai eu l’autorisation de le mettre au sein.. J’avais peur qu’il le refuse..(tu parles il s’est jeté dessus comme la misere sur le monde !! :-) et je me souviens de ce que j’ai ressenti à ce moment là : enfin, les choses etaient devenues comme elles auraient du etre) cela aurait été un drame pour moi si je n’avais pas pu l’allaiter.. car C EST MON ENVIE .. je fais fi de la société depuis toujours.. et elle ne me pese pas avec ces « faut faire ceci faut faire cela ».. en 36 ans je peux te dire qu’il y a les periodes pour et les periodes contre.(la mode du moment quoi !!) . Mais peu me cho comme on dit.. Je fais comme je veux et personne ne m’a jamais rien dit à ce sujet. comme je te l’ai dejà dit, je pense que l’on s’engouffre quand il y a une breche. ta certitude refoule les « ceusses ki savent mieux c’kest bien » (oui j’aime bien les appeler comme cela) .

    OUi l’allaitement c’est cool// pas de biberons à laver (et je te dis pas il y a 35 ans et pour mes 4 premiers enfants.. le sterilisateur que tu devais faire bouillir une fois par jour au moins et que tu oubliais sur le feu.. plus d’eau.. et plastiques brulés.. 4 sterilisateurs tous brulés ahaha !!) I
    Le bébé couine la nuit.. Hop tu sors le sein et tu te rendors.. ( et là mon cher est tendre est génial.. Enzo et Abi couinaient, Mon cheri sautait du lit et allait les prendre dans le berceau s’ils y étaient, vu que je pratique le cododo (oui je te l’ai dit.. m’en fout du poids de la societe :-) )
    Oui l’allaitement c’est cool car quand tu te deplaces avec un nouveau né ben déjà c’est comme si tu pars en vacances alors… ca fait déjà ca en moins (biberon eau et boite de lait)
    tu pourrais dire aussi que c’est économique (J’ai une asso et je faisais des trousseaux pour les mamans en difficultés…Je proposais d’acheter des boites de lait pour les leur remettre et les puericultrices me disaient : On demande à ces femmes d’allaiter ca fait un truc en moins à acheter » !! Moi ca me scie mais bon)
    J’aime bien le sein parce que il me sert aussi de tetines, parce que j’aime avoir mes enfants dans les bras, parce que, « comme dit ma mere tres gentiment : apres tout si c’est ce que tu aimes »… et elle a bien raison..Je suis tres fusionnelle avec mes enfants.. j’aime les avoir tout le temps avec moi..donc cela me convient..
    J’ai toujours eu beaucoup de lait donc pas de soucis de ravitaillement. mais quand j’ai décidé d’arrêter, j’ai arrêté. POint . le biberon c’est bien aussi.
    ces premiers moments de la vie de nos enfants.. il faut qu’on les vive comme on le sent.. Il faut que maman soit bien pour que bébé soit bien.. alors
    Biberon, sein, sein biberon, les deux.. tant que ce n’est pas aucun… tout est le bienvenu.. et..
    Ils peuvent vous la faire à vous, jeunes mamans hésitantes peut etre sur ce qui est bien ou pas… Il y a eu un temps pas si lointain ou les femmes qui allaitaient etaient mal vues.. Mais je vous le dis : écoutez vous.. soyez epanouies.. ne vous posez pas tant de questions…
    allaitez si vous voulez, n’allaitez pas si vous ne voulez pas sans culpabiliser.. N’allaitez pas si vous n’y arrivez pas malgré votre envie, parfois il faut faire le deuil d’un desir.. mais quoi qu’il en soit.. faites la parce que vous l’avez décidé.. *
    et surtout, surtout… le principal franchement.. ce n’est pas d’avoir dans ses bras un enfants heureux de teter… ?? car, que ce soit au biberon, ou au sein, l’intensité du regard de bébé posé sur vous pendant ce moment.. est exactement le meme.. :-)

    Bon ma réponse est longue (et encore j’ai pas tout dit !! :-) je me fais violence pour arrêter et ne pas polluer ton blog mais je suis une pipelette !! :-) ) mais ton post souleve pas mal de points.. auxquels peut etre comme d’hab je n ‘ai pas répondu vu que je pars toujours à gauche et à droite !! :-)
    bises la mite…

    • bravo Macha!!!!
      toutes les modes (portages, biberons, maternages divers et vairés…) il faut en prendre ce dont on a envie. Il ne faut pas forcer sa nature sinon je suis sûre qu’on fait mal. (ça ne veut pas dire ne pas se lever la nuit pour prendre soin du petit (même si c’est contre ma nature)).
      Après il faut avoir assez confiance en soi pour assumer, être suffisamment informée (et ça je crois que c’est ce qui pêche le plus finalement) pour prendre des décisions en connaissance de cause (et d’avoir des arguments ça aide à la confiance (peut être pas en soi mais en ses décisions et c’est le plus important)

      sauf que moi mon petit il m’a jamais regardé dans les yeux pour téter (le sein ou le biberon), la bouffe c’est trop important pour se laisser déconcentrer par sa mère :)

  • Très bon article, très juste et sincère ! Vrai de rappeler aussi les « idées reçues du biberon » pour faire ses choix de façon plus éclairés.
    Il est certain aussi que le « maternage » (contacts physiques entre mère et enfant) ne se limite pas à l’allaitement (mais aussi portage, massage bébé, berceuse, jeux, etc.) et que le « paternage » lui ne se résume pas à l’inverse… Peut-être est-ce juste ce qui manque dans cet article : le rôle du papa car beaucoup trop de femmes s’illusionnent encore de l’idéal du père se levant TOUTES les nuits pour donner le bib. Il faut bien reconnaître que la réussite et surtout la longueur de nos allaitements dépend directement de l’intervention (soutien et bonnes infos) ou pas ! Tant qu’on continuera de croire que c’est juste un « truc de nanas », ben…

    • Oui c’est vrai, le papa a un rôle très important dans les deux cas!
      J’ai la chance (mon dieu, que je déteste que ce soit une chance!) d’avoir un mari présent, qui aujourd’hui donne les bibs de 5 heures, mais qui hier se levait pour me donner mon bébé la nuit ou qui changeait les couches de nuit…
      Ca n’est pas qu’un truc de nana. Même si le choix revient essentiellement à la mère (c’est quand même ses seins!)

  • Coucou !
    j’ai allaité 13 mois ma fille parce que j’étais déterminée et que peu importe ce que l’on m’a raconté je m’en fichais…
    Par contre pour le second… ayant vécu ces 13 mois d’allaitement dans le passé, je me remets en question… suis-je capable de faire autant ! le boulot, les deux enfants, la valise bleue et la glacière à trimbaler partout à chaque fois… je doute ! l’allaitement et la vaisselle express à la récré (je suis prof)… pff… j’hésite.
    Ton article m’a aidé à éclairer ma lanterne mais… je doute encore !
    Je démarrerai comme pour le premier et on verra…
    En tout cas, bel article ! tellement vrai ! (hélas).

  • Bonjour et merci pour cet article.
    Je trouve dommage qu’il y ait autant de scission sur internet entre pro-allaitement et pro-biberon… Comme cela est dit si justement : chaque histoire et même chaque maman est unique, entre la grossesse et l’accouchement ; plus encore, chaque bébé est unique… Et si, au-delà de la « têtée d’arrivée », on se demandait comment réagit bébé… ? bébé aspire-t-il à prendre le sein ? Ce moment doit être un plaisir pour la maman, mais aussi (donc) pour bébé… voilà ce qu’il devrait prévaloir avant tout, au-delà des seuls aspects pragmatiques ou sanitaires…
    Même si au demeurant, je suis convaincue que les arguments de l’ordre du « c’est plus pratique » dans une société comme la notre sont difficilement entendables, à l’heure des applis et du jetable….
    Allaitement ou non, le papa aura toujours une place, si tant est que la maman lui en laisse une !
    L’important, c’est un bébé bien, une maman bien, un papa bien, et aucune culpabilité !

  • Super article, merci
    Juste un point: perso j’ai senti plus de pression à essayer de me faire allaiter que le contraire….
    Alors le point positif c’est que, en effet, ma seul défense a été « je ne veux pas, c’est pas pour moi » … mais qu’il a été dur de tenir!!! Jusqu’à « sur la table d’accouchement » … on me demandait encore si j’étais sure…
    Sans compter les connaissances qui s’étonnaient de mon choix avec leurs sous entendus de Mauvaise mère en devenir me concernant….
    Bref…. ce fut rude,,,
    et puis en plus c’est pas pour faire ma maline ni suivre ma maman ( qui pour le coup était dans la période vivent les biberons….)
    Je le sents pas…
    pour moi la poitrine s’est limite un truc lié à ma féminité … ma sexitude…… je sais pas comment le dire!
    mais pour le coup, et quelques amies pourront le confirmer, je comprends très bien les miss qui allaitent, je les encourage, je tente de leur faciliter la « tâche » en trouvant par exemple des bars sympas avec des sièges bien hauts pour éviter les regards etc etc…. bref…. je leur ai même cousu des capes spécial allaitement en public!
    Enfin, une chose est sure, chacune fait comme elle veut … pourvu qu’elle soit assez honnête pour réaliser pourquoi!

    • C’est bien désolant de se voir culpabiliser pour un tel choix…
      L’allaitement est quelque chose de magique quand on le veut, c’est très beau et j’ai adoré mes trois expériences, aussi différentes les unes des autres.
      Mais clairement, ça n’est pas ce qui m’a défini en tant que mère!
      Je trouve tellement honteux qu’on réduise la « bonne » ou la « mauvaise » mère à ça… Ce choix finalement assez anecdotique dans la vie d’une mère (qui ne reste pas mère 36 mois mais 70 ans!)

  • Et il y en a qui ne PEUVENT réellement pas, à cause de gros problèmes de santé… Quand bébé a faim et que maman est immobilisée sans force, ne doit pas bouger pour reprendre des forces, qu’elle doit dormir des heures d’affilée donc pas être réveillée par le mal de sein (terrible après l’accouchement), etc etc il faut trouver une autre solution. Je m’en veux de ne pas pouvoir l’allaiter, et en plus où je suis il n’y a pas de lait bio, donc je lui donne des saletés de lait en poudre, car c’est le papa qui s’en occupe. Et on m’a dit que je n’aimais pas ma fille si je ne l’allaitais pas…. Moi qui suis pour tout ce qui est naturel je ne peux pas allaiter ma fille, et pas à cause de croyances ou de mauvais conseils de pédiatres, non juste à cause de handicaps pourris de la vie…. La seule chose qui me console est de la voir en pleine forme, et comme me disent des amis, j’ai fait le plus gros, je lui ai donné la vie! Bref je voulais juste ajouter à ta liste de raisons une importante, pour celles qui ne peuvent réellement pas…… (Et j’envie celles qui ont le choix…..!)

  • Merci pour cet article ! Comme j’avais réagi il y a peu sur le sujet, je ne vais pas te remettre mon pavé… Juste une petite réaction : quand tu dis « plus on entendra les femmes « biberonantes » exprimer clairement leur position, à savoir qu’elle ne voulait pas allaiter, point, sans chercher tous les points négatifs potentiels de l’allaitement pour se justifier, peut-être que la société commencera à se détendre, non? », je veux bien ! Mais on n’a pas toujours un avis aussi clair !

    Pour ma part, j’étais pour l’allaitement mais incapable d’allaiter. Pas physiquement, mais psychiquement. Alors j’ai préféré me retirer devant des excuses à la noix (bébé n’a pas réussi et n’avait pas bu au bout de 24h donc j’ai préféré passer au biberon) (oui certes, mais si je m’étais accrochée, ça aurait marché) (mais je n’ai pas voulu m’accrocher, ça m’a arrangé, mais je ne l’avouerai jamais publiquement).

    Enfin bref, l’allaitement est à l’image de la maternité. On a pleins de belles idées mais au final, on fait ce qu’on peut, en culpabilisant beaucoup car on ne fait pas la moitié de ce qu’on avait prévu de faire et pourtant je suis persuadée que mon fils sera quand même heureux (enfin j’espère !!!).

    • Evidemment qu’il l’est, je n’ai aucun doute là dessus!
      C’est vrai qu’au final on se pose beaucoup de questions, on doute, on culpabilise… Alors qu’eux ils s’en fichent pas mal, ils ont bien d’autres préoccupations! :-)

  • d’accord avec toi pour les nuits :
    Ma fille a été allaitée exclusivement jusqu’à ses 4 mois (je continue à me dire que c’est peu) et a fait ses nuits à 6 semaines.
    Mon fils né en juillet a été directement nourri au biberon (j’ai mal vécu l’allaitement qui pourtant se passait bien pour ma première et n’ai pas eu envie de recommencer) et a fait ses nuits à 7 semaines.
    Tu résumes bien la culpabilité qu’on ressent souvent quel que soit notre choix. La première fois j’ai choisi l’allaitement parce qu’on m’assénait que c’était mieux pour ma fille (ce qui est vrai dans l’absolu), mais je l’ai mal vécu, je n’avais pas été super bien conseillée et je ne suis pas allée chercher de l’aide. Total j’avais mal parce que je ne prenais pas les bonnes positions, j’avais pas de tire-lait et je vivais mal de ne pas pouvoir passer le relais à quelqu’un. je me sentais crevée et j’avais l’impression de ne faire que ça de mes journées. J’ai culpabilisé de n’allaiter « que » 4 mois.
    C’est pour ça que pour mon fils j’ai décidé de ne pas recommencer. j’ai eu droit à quelques réflexions mais pas tant que ça. Mais bizarrement je me sens toujours obligée de me justifier quand on me demande innocemment si j’allaite ou pas.
    Dis-toi que tu fais ce que tu peux avec les moyens que tu as. Parfois les circonstances ne nous laissent pas le choix. Moi d’après ce que je lis je trouve que tu es une super maman parce que tu as toujours une position réfléchie.

    • Merci, ça me touche beaucoup! :-)
      Tu peux être fière de toi également! Accepter qu’on s’est trompé, ou du moins qu’on a fait un choix qui ne nous a pas plu et en faire un autre ensuite, c’est très respectable et sage!

  • Penser que ‘La seule chose qui devrait guider une femme vers le biberon […] c’est sa non-envie d’allaiter, tout simplement’ est au moins aussi attristant que ‘Garder un enfant à 19 ans relève de l’irresponsabilité’ Personnellement, je souhaitais allaiter (si, si) mais ma césa + le séjour en réa de mon bébé + ma réduction mammaire ont fait (si, si) que ça n’a pas été possible malgré un désir réel.

    Bref, la vérité sur les biberons… et sur l’allaitement.

    • Et bien c’est triste, oui…
      Evidemment il y a des cas où l’allaitement n’est pas possible, qu’on en ait envie ou non.
      Dans la réalité ça ne se passe pas toujours comme on veut, je le sais bien. :-)

  • Non en théorie il n’y a pas 2 fois plus de biberons à laver dans les 1ers mois car il faut, selon les docs, toujours attendre 4h entre 2 biberons. Quelque soit l’âge, le poids et l’envie de bébé! Mais oui qu’est-ce que c’est chiant à laver! Et encore il n’est plus conseiller de les stériliser à chaque fois!

    Ceci dit j’ai beaucoup aimé cet article. Je le trouve très juste!
    Personnellement j’ai une très grosse cicatrice de mon 1er allaitement « raté ». J’avais envie de le faire, réellement, mais en effet la pression et tout ce qu’on entend….j’ai tenté. Mais bb rgo qui tète mal et pas de conseils : j’ai arrêté dès le retour à la maison! Je le regrette encore un peu aujourd’hui car maintenant je sais comment éviter l’engorgement, je sais que ses pleurs n’étaient pas dus à une trop grosse faim non calmée….

    J’ai pris une petite revanche pour ma 2ème. Ca n’a duré « que » 3 mois cette fois-ci car la demoiselle a décidé de ne plus téter un jour comme ça et je n’ai pas su m’accrocher. Trop de fatigue surement et comme l’idée d’avoir tout de même gagné sur ce coup là! Je n’ai pas écouté les mauvais conseils, je me suis écoutée et je me suis tournée vers les personnes qui ont su m’aider.

    SI jamais bb3 il y a je repartirai plus forte de ces expériences et j’espère en profiter autant que nous le souhaiteront tous les 2!

    • non le biberon c’est comme le sein c’est donné à la demande,on me l’a dit dès la maternité en 2009,en 2014 et chez tous les pédiatres que j’ai vu (ainsi que de ne SURTOUT pas se fier aux quantités indiquées sur les boites de lait genre à 1 mois 5×120 -exemple-)

      • Faudrait que j’aille voir un pédiatre alors!! ^^
        Ma généraliste était au bord de l’évanouissement que je lui ai dit que Noisette prend environ 6 biberons par jour de 120ml en moyenne…
        « Faut pas lui donner pls que toutes les 3 h, faut lui faire finir ses biberons, faut qu’elle en prenne moins »

        J’ai dit « oui oui » et j’ai continué de faire comme bon me semble. Je me vois pas laisser mon bébé hurler de faim. Je sais quand elle a faim. Visiblement c’est une petite mangeuse qu’est-ce que j’y peux? Je vais pas la gaver!

        J’aime beaucoup ma généraliste (pas LE généraliste…) mais elle m’a fait rigoler sur ce coup-là!

        • après les pédiatres c’est comme les généralistes tu as de tout.Celui de ma belle soeur lui a sorti le coup de toutes les 4 heures,le gars angoissé à l’idée qu’un bébé mange plus que sa faim (et devienne obèse car c’est bien l’enjeu) et comme ça fait écho chez ses parents…bonjour les dégâts.
          Les 2 pédiatres que je vois (+ ceux de la maternité) m’ont tjs fit que c’était open bar,celui qui évoquerait même la plus petite envie de réguler mes bébés ne me reverrait jamais.

            • Ah eh bien tous les pédiatres et docs que j’ai vus alors ne doivent pas connaitre les biberons à volonté! Je me faisais limite engueuler quand je disais qu’on donnait au bout de 3h max parce qu’on ne supportait plus les hurlements….et un jour à la pmi même little a pris le bib dans la salle et quand au bout d’une heure d’attente on a enfin été reçus et qu’elle hurlait la mort le doc m’a dit « bah faut la nourrir cette petite! vous n’avez rien emmené? » « si elle a pris son bib en arrivant, il y a 1heure » « ah d’accord! »….autant dire que je n’y suis jamais retournée. Heureusement après j’ai trouvé la pédiatre qui a accepté de parler de rgo et qui nous a aidé, même si elle n’était pas pour le bib à la demande quand même.

              • Oui j’ai l’impression que le biberon à la demande n’est pas très recommandé par les médecins… A l’hopital je n’avais le droit de donner des bibs (de mon lait pourtant donc à priori plus digeste) que toutes les trois heures (pas plus, pas moins). Et ma généraliste m’a dit il y a 15 jours qu’il n’était pas normal que ma fille prenne tant de biberons en aussi petites quantités.
                On est mal informées quoi qu’il arrive je trouve… Comme si le bébé allait exploser si on le nourrit quand il a faim. Je n’arrive pas à me résoudre à la laisser pleurer et je n’en vois pas l’intérêt donc je lui donne à manger quand elle demande… J’avais peur que ça lui fasse mal au ventre mais elle n’a pas l’air de souffrir.

                • je pense que tout ça est lié à tout ce qui touche à l’obésité et qui est si présent dans tout ce que l’on fait de nos jours!
                  Je pense que nos bébés ne sont pas plus bêtes que les autres bébés animaux et savent quand ils ont faim ou non…mais en essayant de caler les biberons quand ça arrange les docs je pense que ça dérègle plus qu’autre chose!
                  Ta puce grandit bien alors continue comme ça tu as bien raison :)

                  • Oui c’est mal connaître les bébés et la régulation naturelle de l’appétit! Plus on les prive et plus ils vont développer des troubles les amenant à l’obésité…
                    En plus au sein c’est à la demande, je ne vois pas pourquoi ça serait différent au biberon… Ils n’ont pas moins faim ni un estomac plus gros!

  • oui, c’est vrai que j’ai eu de la chance. Non pas d’avoir un mari qui se réveille, comme je l’ai expliqué, il se couche toujours très tard, mais d’avoir un mari couche tard qui avait envie de s’occuper de son bb. ça collait. Pareil pour ma mère. C’est pour ça que je ne conseillerais jamais qqn d’allaiter ou non, mais de voir avec ses propres envies, le modèle de son bb et ses conditions familiales. Pour mon cas, si je voulais dormir mes nuits, seul le bib m’apportait une solution (j’ai aussi tiré mon lait, mais au secours, j’avais l’impression d’être dans un cauchemar). Quant aux femmes qui donnent le sein, pour pas mal je crois que le critère de praticité ne compte pas vraiment, vu les épreuves qu’elles rencontrent sur leur chemin d’allaitante. c’est un désir qui va bien au-delà des conditions pratiques. et c’est pour ça à mon humble avis que LMO, vous ne pouvez pas être satisfaite des côtés pratiques du bib’. Vous vouliez allaiter, que ce soit pratique ou non, difficile ou non. Pour moi qui n’ai jamais eu un désir de ce genre, le côté pratique m’a tout de suite parlé. J »ai tout de suite vu comment j’allais mettre à contribution mon homme et ma mère. J’avoue même parfois m’être levée rien que pour voir ma mère finir de donner le bib’ à mon loulou : des moments très émouvants de ma vie, très forts. A chacune son histoire. Moi je n’avais pas envie d’allaiter, et j’ai, oui je confirme, envie d’un truc pratique vu ma situation familiale.

    • Oui on fait en fonction de son vécu et de la configuration dans laquelle on vit c’est évident!
      Et je suis sûre que si je voulais donner des biberons et que j’étais obligée d’allaiter je regretterais plein d’avantages du biberon. Tout est une question de point de vue! :-)

  • (Je réagis uniquement à l’article, pas le temps de lire tous les commentaires)

    La première chose que j’ai envie de dire: changez de médecin ! (Rapport au message sur le lait non nourrissant et le message de ce midi sur twitter).

    Quand j’ai dit que je comptais allaiter, on m’a dit que ça allait être de l’esclavage, qu’un enfant allaité (et en portage, histoire de cumuler) était dépendant, « chiant », capricieux -comprenez mesdames, vous nourrissez votre enfant quand il a faim !
    Bref, si je n’avais pas une envie profonde d’allaiter j’aurai fuit en courant !

    Sans compter les remarques venues après la naissance de la puce: Son père est forcément exclu, j’ai l’impression que tu es une vache ou une truie (merci maman), c’est « dégueulasse » de montrer ses seins en public (c’est à dire chez moi, devant une amie, et de façon vraiment discrète, ma fille était en écharpe).

    Et celle qui m’agace profondément: elle a un mois, il est temps d’arrêter, tu comptes faire « ça » jusqu’à ces 5 ans ?!

    En fait, quand on attend et qu’on a un enfant -ou plus- il faut savoir suivre son instinct et réussir à se « blinder » contre toutes les réflexions; et parfois on a vraiment l’impression que les gens se forcent à trouver ce qui n’ai pas bien, pas bon etc.

  • Bravo pour l’article!
    De très bonnes remarques!
    Juste un bémol > je ne suis pas d’accord avec votre phrase sur le végétalisme qui carence le LM (bien que suivi d’un « et encore » trop discret)
    ça aussi c’est de la désinformation.. 😉
    Je suis végétalienne et j’ai allaité 10 mois chacun de mes deux garçons.
    Aucune carence ni de leur côté ni du mien.
    Puisque les généralités sur l’allaitement énervent, il en va de même pour les autres sujets. Soyez prudente <3

  • Quand on me dit « je donne le biberon car c’est plus pratique », je n’arrive pas à voir où c’est plus pratique. Mais bon, chacun voit le côté pratique où il le veut.
    Moi je le vois clairement plus dans l’allaitement.
    Ma 1ère, bien qu’elle ait été allaitée 1 an, a eu quelques biberon de LA, et franchement ça m’a saoulé lol

  • Je plussoie et ô combien !
    Je suis en plein dans mon deuxième allaitement et j’en discute donc très souvent avec les femmes de mon entourage et c’est incroyable la quantité d’idées reçues qu’elles peuvent avoir sur l’allaitement ! Ce qui est désolant, c’est que beaucoup de ces idées sont véhiculées par des médecins, pédiatres, personnel soignant dans les maternités… Quel dommage ! Parce que c’est vrai que l’allaitement, c’est juste méga pratique ! (Et ma première faisait des nuits de 10 heures à 6 semaines, j’espère la même chose pour ma deuxième ^^)
    Merci pour cet article !

    • Pas plus tard que tout à l’heure une nana chez WW me disait que sa nièce avait allaité sa fille 18 mois, que c’était pas très normal et qu’elle l’avait trop couvé ce qui avait rendu son bébé infernal (je venais de donner un bib elle a dû me croire de son côté! ;-)).
      Je lui ai calmement dit que les recommandations de l’OMS préconisaient 2 ans d’allaitement au moins. Et que si le bébé était une grosse relou ça n’avait sans doute rien à voir…

  • Je vous découvre via ce billet …. Affectueusement rempli de vérités !! J’ai allaité mon premier bb pendant un an et je recommence avec mon deuxième ptit bout qui a trois mois et demi 😉
    Et les réflexions identiques (même de l’entourage proche) et stupides et blessantes me sont « balancer en pleine face »
    – c’est égoïste pour le papa
    – allaiter ne sert a rien
    – c’est malsain de montrer ces seins dans la rue (oui évidemment mon bb tète en continu et je sors torse nu!!)
    – bon tu allaites qq jours voire qq semaines ok ais ma ça fait des mois ce n’est pas très normal, tu as pensé s’il va être équilibré plus tard ??
    – quoi tu dors avec ton bb après la tétée de la nuit ?! Mais tu vas le tuer !! (Oui merci trop aimable)
    – tu ne manges pas assez équilibré puisque ton bb grossit trop il est sur mes courbes du haut presque au dessus !!! Tu manges trop de chocolat peut être ? Il n’a pas du cholestérol tes sûre ?
    Bref pour bb1 c’est dur d’encaisser tout ça … Donc pleins de doutes surtout avec plus d’une semaine avec des crevasses profondes et douloureuses … Heureusement mon amoureux papa de mes deux merveilleux ptits bouts ma soutenu à chaque instant :
    « Mais on s’en fout de ce qu’ils disent oui même ma mère je m’en tape … C’est notre enfant on est ses parents et on se plantera c’est certain mais au moins on fait comme on pense que c’est le mieux ! »
    Effectivement c’est tout ce qui compte = écouter son cœur de parents !!! :-))

    Et en Norvège le congé de maternité est d’un an et 98,5% des femmes allaitent et pratiquent me cododo …. L’inverse les choquent ! Comme quoi la société manipule …

  • Super article. Je suis ton blog depuis mai et je le trouve vraiment sympa et intéressant (je suis aussi une adepte de la bugaboo camelon que j’ai découverte en Allemagne). Mon petit bout à 4 mois et 1 semaine et depuis une semaine nous avons commencé la diversification car il avait faim et j’ai introduit quelques biberons car il n’était pas calé après les tétées. Maintenant c’est mixte car j’aimerai bien continuer d’allaiter encore quelques temps. En tout cas les purées il adore et dès qu’il voit une cuillère il ouvre la bouche.
    Pour mon histoire, j’habite en Inde où l’allaitement est prôné évidemment car le lait artificiel est trop cher et surtout pour être sûr que les bébés aient tous les nutriments etc.disons que la question ne se pose même pas… j’ai été malade avec de la fièvre (rhume puis bronchite) quand mon bébé avait 2 mois, j’ai téléphoné à mon pédiatre en France qui me dit que si la fièvre ne baisse pas faudra arrêter l’allaitement. Et moi dans ma tête « Pourquoi?? ». Ici ça n’a même pas été mentionné. J’ai même eu des antibiotiques pendant 3 jours (bien sûr compatibles avec l’allaitement). Je me suis accrochée et je suis sûre d’une chose, grâce à l’allaitement et aux anticorps mon bébé n’a pas été malade (même mon conjoint a eu de la fièvre). Et franchement rien que pour ça on voit l’intérêt de l’allaitement.
    Je comprends et respecte le choix des femmes qui ne veulent pas allaiter mais je me suis rendue compte aussi en venant en septembre en France voir la famille, que la question qui revient souvent « et tu le nourris encore??? » J’ai vraiment eu envie de repondre « Non, non je le laisse mourir de faim. » On dirait que c’est la question vitale, tu allaites ou pas?
    Même venant de ma mère des petites remarques du fait qu’elle ne puisse pas lui donner à manger. J’étais dans un sens quand même un peu contente d’être loin de tout ça pour pouvoir vivre pleinement ces 4 premiers mois d’allaitement. !

  • Heureusement estelle que la loi française interdit les pubs sur les laits premier âge.
    Ce sont des « substituts » c’est bien noté dessus. Comme son nom et sa définition l’indique, ça REMPLACE ce qui est naturellement fait pour ça. Il manquerait plus que ça qu’on fasse de la publicité pour te dire comment c’est trop bien!
    Même si je trouve juste de rappeler que ça doit demeurer un choix et non une pression sociale, encore faut -il qu’il s’agisse d’un choix éclairé ce qui n’est pas le cas dans notre pays. Et il faut peut-être être réaliste 2 secondes sur l’état de cette politique de santé en France : nous sommes les moins allaitants de toute l’europe, ça tombe bien l’étude est sortie cette semaine. Les recommandations de 6 mois émanent tout de même de l’OMS, alors après on peut préférer les multinationales qui nous permettent de nourrir nos enfants avec des substituts mais c’est un fait que naturellement parlant on est dotées de la nourriture idéale pour nos enfants.
    Qu’on veuille ou pas s’en servir c’est autre chose, mais il faut assumer oui plutôt que de se cacher derrière de fausses infos comme le dit l’article.
    Je trouve que c’est un comble dans un pays où allaiter est une exception que les gens qui donnent le biberon disent qu’ils se sentent « culpabilisés ». Il y a un pb qqpart non?
    Tout le monde donne le bib et vous vous sentez culpabilisés ? j’ai du mal à comprendre.
    Dans ce cas vivez qqs instants avec une mère allaitante et son entourage qui lui demande toutes les 5 minutes si elle a assez de lait et qui dès qu’elle a un coup de fatigue se voit envoyer à la tronche « t’as qu’à donner le biberon »… pas culpabilisant du tout non plus comme discours.
    Sinon juste pour info, semaine de l’allaitement maternel la semaine prochaine.

    • Je pense (c’est n’est qu’une supputation n’ayant jamais été dans le cas de figure) que les femmes donnant le biberon se sentent surtout culpabilisées à la maternité?
      Après sur internet il y a clairement des groupes « anti-biberonnantes »… Mais il suffit de les éviter.

      En revanche dans la « vraie vie » on est plus souvent confrontées à des gens qui n’y connaissent rien en allaitement et qui véhiculent des informations énervantes que l’inverse…

      Pour la pub, je sais pas si c’est une bonne chose, j’ai du mal à avoir un avis… Disons que quitte à interdire la pub autant interdire aussi celle du lait 2° âge et de croissance vu que l’OMS préconise 2 ans d’allaitement minimum. Ca n’a pas de sens d’interdire pour le 1° âge et pas pour les autres.
      En revanche je suis d’accord que la pub a un gros impact qu’il ne faut pas négliger. Le souci est que l’image que l’on voit le plus souvent c’est un bébé au biberon (dans les films, dans les pubs parlant d’autre chose) la norme deviendra difficilement l’allaitement dans ces conditions…

      • Heu juste pour infos (super je trouve tous ses témoignages et points de vue variés très enrichissant :-) sur les remarques du supposé « manque de lait » de certains femmes par rapport à d’autres (ce qui au fond est la base de l’opposition ici). On va réunir tout le monde déjà en rappelant qu’il est techniquement impossible à une femme de ne PAS avoir de lait à la naissance de son enfant : seul 2 % des mères n’auront pas pour raisons hormonales, chirurgicales ou virales (VIH) de montée de lait, de canaux opérationnels pour transformer le SANG en lait… Ce qui explique qu’à la naissance 98% des norvégiennes allaitent, 95% des suédoises mais aussi des japonaises ou ghanéenes, etc. Les françaises seraient donc décidément très mal fichues ! Après que nos bébés aient plus de difficultés à boire TOUT le lait de sa mère ou qu’on lui contrarie sa succion avec des outils ou que la mère souhaite le sevrer pour X raisons… est une autre chose !

        Non TOUTES les femmes (ou presque mais rare) sont donc potentiellement de bonnes « nourricières » pour leur(s) enfants et certainement de « bonnes mères » quoi qu’il en soit (sauf celles qui les maltraitent mais ne seront pas présentes ici :-). Donc, la mite orange a parfaitement raison d’écrire ici que le « manque »de lait n’existe pas (sans préciser pourquoi… mais technique là). Par contre, si il est essentiel du coup de tenter de protéger un max de parents des effets néfastes de la publicité et SURTOUT du lait le 1er âge (déjà le temps de la mise en place de l’allaitement). Les pays qui le font voient une grosse différence sur leurs taux AM par rapport à ceux qui ne le font pas…

        Hormis cela tout est juste ! Il faut donc arrêter de rejeter toujours la faute sur les femmes « biberonnantes » ou non, ce qui les culpabilisent effectivement ! Mais quoi qu’on fasse on vit en France dans une société « culpabilisante », n ‘est-ce pas ! Surtout pour les mères (merci Freud).

        Alors qu’on est 2 voir 3 (avec le papa) a vivre la relation d’allaitement + entourage + professionnel de santé ET petite enfance + médias et politiciens qui s’en foutent… Ce que nous prenons donc souvent pour des « choix personnels » sont plus généralement des « choix culturels » dictés par notre environnement ! Car on le voit bien ailleurs lorsque l’environnement change, nos choix et perceptions changent aussi… TOUT est donc bien une question d’écoute, de protection, de soutien et d’informations justes au bon moment, c’est tout et donc très triste quand on voit que cela n’arrive pas au bon moment :-)

  • J’ai juste une petite chose à rajouter, c’est que quand on allaite, on a encore le choix. On peut passer au biberon maternisé. Mais qu’une fois au biberon, on ne peut pas revenir à l’allaitement…

    • Ça n’est pas vrai… On peut tenter une relactation longtemps après l’arrêt! Et on peut même induire une lactation sans jamais avoir accouché (pour une adoption par exemple)
      Ça demande énormément de volonté, de patience et de temps mais c’est possible!

      Le plus simple est quand même de ne pas arrêter je te l’accorde! 😉

  • Bonjour,
    Je viens de lire votre billet et je suis touchée de voir que je ne suis pas seule dans ce cas.
    Je me vois obligée de passer mon fils de 4 mois et demi aux biberons. Je suis totalement désespérée.
    J’ai repris le travail depuis début novembre. Tous les midis et soirs, je tirais mon lait pour le laisser le lendemain à la nounou. Bébé tétait à son réveil, prenait un bib de LM à 10h, un bib de LA à 13h, un bib de LM à 16h, un bib de LA à 19h et une dernière tétée pour s’endormir. donc 4 bib de LM et 2 bib de LA.
    J’ai eu 15 jours de vacances à Noel avec lui et malheureusement, nous avons continuer à lui donner le même rythme de biberon que quand il était chez la nounou. Il a donc moins tété et moi, j’ai pas du tout pensé à titer mon lait quand il buvait ses bib de LA car « j’avais bébé avec moi ».
    Et bien, j’ai eu une très grosse baisse de lactation. Le fait de ne plus tirer mon lait en grosse quantité (120 ml à chaque fois) n’a pas entretenue ma lactation. Et j’en suis très triste.
    Et bébé prend la tétine depuis 1 mois maintenant.
    Je me vois obligée de donner un ou deux biberons de LA en plus, ce qui fait que bébé est à 4 LA pour 2 LM.
    Je pensais continuer sur ce rythme mais ce matin, j’ai repris le boulot et j’ai réveillé mon petit bout en lui proposant un sein …très souple [ :-( ] et au bout de quelques tétées, je l’ai vu froncer les sourcils et pousser quelques petits cris. Je pense qu’il n’avait pas assez de lait. J’ai été obligée de compléter avec un petit bib de LA.
    Quelle douleur !! Je ne pensais pas que ce lien serait aussi douloureux à la séparation.
    Je déteste sentir le lait LA, ça a vraiment une sale odeur (friture), et je n’arrive pas à me dire que mon bébé ne sera plus allaité, ne boira plus mon lait, si doux, si sucré et si riche.
    Mais bon, je me dis que beaucoup de bébé sont nourris au LA et ils vont bien … J’essaie de me rassurer mais je culpabilise !!

    Je voulais en parler avec des femmes qui me comprennent, car je n’ai jamais eu de soutien de la part de mon entourage, même de mon mari. « C’est déjà bien de l’avoir allaité 4 mois et demi, c’est bon maintenant passe à autre chose », « Quoi ? tu l’allaites encore ? et ton lait est bon ? tu vas le faire pendant combien de temps encore ?!! » Voilà ce que j’entends au quotidien.

    Voilà, une page se tourne pour moi, mais je ne vis très très mal. J’ai les larmes aux yeux en vous écrivant. J’aimerais tellement que ma lactation reparte. En tout cas, je vais tout faire pour !

    Très sincèrement.

    • Bonjour et merci pour votre témoignage.
      Je ne pense pas que votre situation soit désespérée, loin de là!
      Je vous conseille de vous rapprocher de la Leche League qui saura vous conseiller dans la relance de votre lactation, ou auprès d’une conseillère en lactation.
      Je comprends vraiment bien ce que vous ressentez pour l’avoir ressenti aussi. J’ai tenté une relactation afin d’allaiter Noisette au biberon, vu qu’elle ne voulait plus du sein, mais devant ma faible production j’ai baissé les bras. Mais si j’avais persevéré j’aurais, théoriquement, pu y arriver.
      Si cela vous tient à coeur, ou ne serait-ce que pour essayer et vous dire que vous avez tout tenté, je vous conseille vraiment de prendre conseil auprès de professionnels de l’allaitement (concrètement, les consultantes en lactation)
      Si cela ne fait que quelques jours que vous avez une baisse de lait, la reprise d’un tirage intensif devrait remettre les choses sur les rails!
      Au pire, même si votre bébé n’a qu’un biberon de votre lait par jour, et bien ça sera toujours ça de pris pour lui!!
      et si vous décidez d’arrêter, quelle que soit la raison, soyez indulgente envers vous-même, surtout!
      Je vous souhaite plein de courage et tenez moi au courant!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


six × = dix-huit