Une pilule difficile à avaler

Sans j1Hier, j’avais rendez-vous chez le médecin pour le vaccin de Noisette. Un médecin que je connaissais bien il y a une dizaine d’années lorsque j’habitais ce quartier et que je retourne voir depuis six mois environ vu que nous habitons assez proche de son cabinet.
En arrivant à son cabinet je me suis rendue compte que j’avais oublié les vaccins (la mère que je suis n’a plus beaucoup de neurones encore en place), mais je me suis dit que j’allais maintenir le rendez-vous pour vérifier le bon développement de Noisette et aussi parce que je voulais profiter de ce rendez-vous pour faire une demande un peu plus intime.

La veille, j’avais oublié de prévenir Mister Mii que MissCouette avait école (elle n’avait pas eu cours le mercredi précédent), il ne l’a donc pas emmené et je l’avais avec moi ce matin là.

Le docteur ausculte Noisette, un beau bébé en pleine forme.
On se rassied et je lui fais part de ma demande un peu plus intime « Pourriez-vous me prescrire une pilule du lendemain s’il vous plait? » Je sais qu’on peut aller directement en pharmacie mais comme je ne savais pas si c’était remboursé sans prescription je préférais avoir une ordonnance. Et puis je fais confiance à mon médecin. C’est un médecin, à qui parler de ce genre de demande si ce n’est à lui?

Il m’a regardé et a commencé à me questionner sur ma non-envie d’un quatrième enfant. Nous étions devant MissCouette, quatre ans, et si elle n’a pas la moindre idée de ce qu’est une pilule du lendemain et donc de ma demande faite aussi discrètement que possible, elle comprend en revanche les questions du médecin. Je lui réponds que si, peut-être, je ne sais pas, mais bon pas maintenant ça c’est sûr, j’ai accouché il y a 4 mois je ne me vois pas imposer une nouvelle grossesse à mon corps… Je n’ai pas le temps de penser que ça ne le regarde pas… Et puis c’est mon médecin traitant, celui à qui j’ai confié tant de choses jadis en me sentant comprise et soutenue…

Je me lève pour remettre Noisette dans sa poussette.
MissCouette restée assise commence à parler « Moi j’aimerais bien un petit frère! »
Et le médecin de lui répondre « Ha non, ça ça n’est pas possible »

Je le regarde en rigolant, pensant qu’il me taquine sur ma faculté à n’engendrer que des petites filles, je m’apprête à dire une de ces petites phrases concon que j’ai pris l’habitude de dire dans ces cas là quand il ajoute.

« Ta mère, elle les tue, les petites frères! »

Gros blanc.
Mon sourire retombe, ainsi que mes bras sans doute… Je reste coite, le regardant avec un air totalement effaré.
Ca me semble tellement impossible d’avoir entendu ces mots là dans la bouche d’un médecin adressés à ma petite fille de quatre ans.

Un bon millier d’idées m’ont traversé l’esprit… Et je suis ressortie de là complètement sonnée. Incapable de réagir.

Evidemment je m’en veux un peu, mais parfois quand on est choqué on ne sait pas comment réagir. Je me suis demandé si la colère qui s’emparait de moi était vraiment légitime. Oui, elle l’est, évidemment!

MissCouette va bien, elle n’a pas semblé relever les mots durs proférés envers sa maman. Je lui en ai reparlé en essayant d’être délicate pour m’enquérir de son état, elle a « juste » compris que le médecin lui avait dit que je ne voulais pas faire de petit frère.

Moi moins.

J’ai pensé à celles qui souhaitent avorter et me suis dit que le parcours devait être bien difficile à affronter psychologiquement. Qu’il fallait être sacrément blindé. Quand on peut se prendre une telle réflexion alors qu’on vient de demander une simple pilule du lendemain.
J’ai pensé qu’il était bien facile de frapper sur moi, par l’intermédiaire de ma fille qui plus est, pour une erreur que je n’ai même pas commise (C’est Mii qui est en charge de la contraception, dans notre couple, c’est lui qui a merdé. Je ne le blâme pas, j’oublie 50 trucs par jour, mais en l’occurrence ça n’était pas de ma faute.) De me faire porter les pires accusations sur un choix auquel j’ai parfaitement droit. Un choix que des femmes se sont battues pour avoir et que je croyais, naïve et idiote que je suis, complètement acquis.

Je suis très en colère.
Pas pour moi, je n’ai aucun souci avec le fait de prendre une pilule du lendemain. J’espère n’avoir jamais à avorter (parce que vues les conditions ça fait carrément peur!), mais je n’ai aucun problème avec le fait de peut-être y avoir recours un jour.
Je suis en colère pour toutes les femmes qui ont à entendre ce genre d’horreurs. Pour ma fille à qui un médecin s’est permis de donner son avis de manière brutale et malsaine. Pour mes filles qui devront se battre pour faire valoir leurs droits. Pour toutes les filles de ce pays si civilisé qui doivent se battre, pour qui la moindre erreur (et même si c’est pas la sienne) est payée trop cher.

J’ai eu la nausée toute la journée. Un grand sentiment de malaise. J’ai eu honte d’avoir fait confiance à ce médecin-là. J’ai été soulagé d’avoir oublié les vaccins.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

190 Discussions on
“Une pilule difficile à avaler”
  • JE suis désolée que tu aies dû entendre ce genre de phrases. MC n’aurait pas été là, je suis sûre que tu aurais trouvé quelque chose à lui dire. T’aurais du lui demander s’il était à la manif pour tous ce WE! lol
    J’espère que toi tu vas bien et qu’il ne t’a pas fait culpabiliser. Je trouve 10 000 fois plus courageux de te prévenir contre une éventuelle grossesse que d’en supporter une dont tu ne te sens pas capable!

    • Je n’ai pas culpabilisé non. Je suis juste en colère.
      Par contre je pense pas qu’il soit question de courage. J’ai pris une pilule j’ai pas sauvé un avion d’un crash… C’est pas plus courageux que de mettre une capote ou de se faire poser un stérilet.

      Par contre je n’aimerais pas trop qu’on vienne me dire que je suis lâche de ne pas avoir mis fin à ma grossesse si jamais je tombais enceinte par accident. 🙂
      (Oui ça sent le vécu…)

      • Oui, je connais ton vécu et je me suis sûrement mal exprimée, je suis désolée pour cette maladresse. Je pense justement, que par peur de ce genre de réactions (celle de ton médecin) et d’autres choses, des femmes ont peur de mettre fin à une grossesse. On a tous/toutes tendances à ramener son grain de sel dans ce cas-là (et on le fait assez maladroitement en général, comme moi :)) mais le médecin il est là pour écouter, te conseiller (si tu lui avais demandé) mais en aucun cas te faire une remarquerpareille !

        • Je comprends très bien ne t’en fais pas!
          Je vois ce que tu veux dire… Il s’agit de respecter les choix de chacun(e)s… Avorter est un droit. Ca ne devrait pas être un acte courageux (mais malheureusement ça l’est étant donné les conditions). Pas plus que de choisir de mener une grossesse à terme, désirée à la base ou non (mais combien de femmes (dont moi) doivent supporter les jugements et remarques de ceux-même qui leur font/auraient fait des remarques si elles avaient avorté.
          C’est juste honteux.

          Merci d’être revenue préciser ta pensée! 🙂

      • Concernant le stérilet je peux dire que ce n’est pas forcément efficace (attention le stérilet c’est super quand même!!) .

        Dans mon petit cas je suis tombée enceinte sous stérilet (bien posé depuis près d’un an, et qui n’avait pas bougé). Je suis étudiante en droit et j’ai du clairement me poser la question avec mon copain de « on le garde ou pas » et pourtant on avait tout fait correctement pour éviter cette situation.

        mais ça n’empêche pas les gens de croire que je l’ai fait exprès, ou généralement, de penser que je suis irresponsable car je ne devais pas avoir de contraception.

        Et quand j’ai hésité on m’a clairement fait comprendre que c’était mon choix à moi, mais que je risquais de le regretter (d’avorter). D’autres m’ont fait comprendre que j’étais trop jeune (j’ai 25 ans quand même, je suis avec mon compagnon depuis 5 ans et on pensait retirer le stérilet de toutes façons) pour le garder, ect.

        Les gens pensent toujours qu’ils ont le droit et limite la mission de donner leur avis quand il s’agit de contraception, de bébé, ou d’avortement.
        Or, le choix n’appartient qu’aux concernés (à savoir les deux personnes qui ont conçu un embryon) et à personne d’autre.

        Que ça vienne d’un médecin c’est encore plus écœurant!
        On a le droit d’avorter en France, donc le choix! Certains l’oublient facilement. On a autant le choix de garder un bébé que d’avorter!
        Et personne ne devrait être jugé pour un choix ou pour l’autre.

        Et prendre la pilule du lendemain c’est, à mon sens, responsable et ça ne regarde que la personne qui l’achète.

        Moi une pharmacienne a quand même sorti à une amie que j’accompagnais « Vous savez que ce n’est pas une contraception de tous les jours, vous devez vous protéger autrement hein, je vais vous donner un dépliant sur les contraceptions! »
        J’étais tout juste enceinte et je devais supporter les remarques des biens-pensants, ça m’a tellement énervée que j’ai osé lui répondre qu’on savait très bien s’en servir merci!

        Et pire encore, le jour ou j’ai fait mon test de grossesse j’étais tellement abasourdie qu’avec mon copain on est allés en chercher un autre pour « être sûrs » et la pharmacienne (on se demande comment on peut être si bête) nous a regardé et nous a dit très sérieusement: « Vous avez du retard? Parce que vous savez que ça ne marche pas juste après un rapport hein? On ne fait pas de test juste après un rapport sexuel, il faut attendre d’avoir du retard dans ses règles »

        Ah bon??? C’est vrai? C’est fou ça ce n’est pas écrit sur la notice et les pubs ne le disent pas…
        Non mais vraiment!

        On a encore beaucoup de progrès à faire en France.

        En tout cas super blog! J’aime beaucoup

        • Merci beaucoup Sam!
          Je connais aussi plusieurs personnes étant tombées enceintes sous stérilet…
          Perso j’ai un vrai problème avec le DIU, je fais un gros blocage psychologique… Et je ne prends aucun contraceptif depuis 10 ans. Je ne suis tombée enceinte que lorsque c’était souhaité. Je sais très bien qu’on a eu de la chance, néanmoins, qu’un oubli peut arriver -la preuve ce mois-ci! ^^- et tout, mais la contraception masculine c’est bien aussi… J’aime bien l’idée que ça ne soit pas que l’affaire des femmes. Merde un bébé ça se fait à deux!
          Et ça m’énerve tellement qu’on soit les seules à en supporter les conséquences. Pas physiologiquement c’est la nature. Mais au niveau de la société. On est les bécasses qui tombons enceintes bêtement. On est celles qui avons mal pris notre contraception. On est les irresponsables qui gardons un bébé « non souhaité ». On est les monstres qui « mettons fin à une vie ». Les mecs s’en tirent un peu trop à bon compte. Et souvent ils viennent la ramener sur le sujet pour nous culpabiliser au lieu d’accepter leur part de responsabilité. Ca me rend dingue.

          Je te félicite pour ta grossesse! J’ai eu un bébé « surprise » à 19 ans, je te laisse imaginer toutes les remarques blessants et stupides que j’ai dû encaisser. Aujourd’hui ma fille a 13 ans et c’est une merveilleuse jeune fille, équilibrée et épanouie. et moi j’ai eu tous mes diplômes alors que j’étais déjà maman. Elle a été mon moteur bien plus qu’un frein dans ma vie (je sais que ça reste exceptionnel et je ne conseille à personne de faire des bébés à 19 ans, mais ça n’est pas la fin d’une vie de mettre au monde un gamin!)

          On est tellement infantilisées… 🙁

  • Je suis bien triste de lire cela..pas le faite que t’est due prendre une pillulle du lendemain, mais le faite qu’on soient en 2014, est que l’on doit faire face a des soignant qui juge de façon arbitraire nous choix si intime.
    Je suis triste aussi de voir que rien n’et acquis, même si je le savais deja.
    Nos filles devront se battre pour conserver ce droit d’avoir le choix, est nous aussi d’ailleurs.
    J’ai l’impression qu’il y a une sacrè regression…

  • Non mais franchement, comme je te comprends !
    Tu as entièrement raison, le droit à l’avortement, on l’a en théorie, (et encore, c’est fragile, cf ce qui a failli se passer en Espagne), mais en pratique…

    Combien de témoignages de femmes ai-je entendu relater ces « petites phrases » assassines et qui déstabilisent tellement! Parce que quand on souhaite avorter, on n’est pas forcément super joyeuse et au top de la forme, quoi. Pas forcément très forte moralement et prêtes à répondre aux gros cons et leur remarques à la noix. Et ces phrases là, a fortiori dans la bouche des soignants, ont un effet beaucoup plus importants qu’ils ne le croient.

    Oui, nous devons encore nous battre pour les droits des femmes, et oui, je crois malheureusement que nos filles devront se battre aussi.

    Jeune (et naïve) je pensais qu’en France, au XXIème siècle, on n’aurait plus à lutter, mais je m’aperçois maintenant que c’est un combat à poursuivre…

    • Comme tu dis, c’est un combat à mener encore et encore.
      Je pense en revanche qu’ils ont parfaitement conscience de l’impact de leurs phrases. C’est pour ça qu’ils les disent…
      Comme tu dis avorter n’est pas un acte facile dans ces conditions. Il faut être sacrément sûr de son choix et de soi!

  • Incroyable!
    Mais sur quel ton a t-il dit ça?Bon tu me diras même sur un ton « humoristique » ce n’est pas drôle du tout,mais je veux dire voulait-il faire de l’humour pourri ou exprimait-il des convictions?
    (parenthèse:personne n’est tué puisque tu n’es même pas forcément enceinte mais bref,quel imbécile)
    Peut-être que tu peux l’appeler aujourd’hui par exemple,maintenant que tu as repris tes esprits pour lui signifier que sa réflexion était totalement déplacée,ça te soulagera…les médecins ont tellement l’habitude de se croire tout permis il ne faut pas hésiter à les remettre à leur place quand c’est nécessaire.

    • Il n’avait pas un ton drôle… Je n’ai aucune idée de pourquoi il a dit ça mais je suppose qu’il a voulu me « piquer »…
      Quand bien même, comme tu dis ça n’avait rien de drôle. Surtout adressé à une gamine de 4 ans (et même à une patiente, tout simplement!)

      Je ne pense pas l’appeler. J’ai hésité mais j’ai pas le cran… Je ne suis pas certaine de savoir rester calme ni de savoir exprimer clairement ma pensée à l’oral.
      Je pense lui écrire en revanche. Qu’il sache que j’ai été choquée.
      S’il est coutumier du fait il s’en foutra. Si ça lui a échappé par mégarde, peut-être qu’il ne recommencera pas et ça sera ça de gagné.

  • Mais punaise, j’avais déjà failli m’étrangler hier quand tu avais publié ça sur Facebook. C’est juste atroce de dire ça, en plus à une petite fille de 4ans. Franchement, je suis mortifiée. Peut-être a-t-il réalisé entre temps l’horreur qu’il a dit ? Peut-être que c’était de la maladresse ? (Je ne peux pas croire qu’un médecin peut dire un truc aussi aussi affreux, pitié, laissez-moi encore un peu d’espoir ^^)

    Bref, j’espère que ta MissCouette ne sera pas traumatisée !

    Bisous

  • c’est complètement dingue !
    et en mode reloue, c’est beaucoup deux vaccins pour un seul bébé, hésites pas à reculer les objections pour pas qu’elle ai plusieurs injections en meme temps c’est dur à gérer pour de si petits corps 😉

      • Avis d’une généraliste, selon le calendrier vaccinal chez les petits, c’est mieux de faire les deux (DTP et pneumocoque) le même jour. Sinon tu vas te retrouver chez le médecin limite tous les 15 jours et ton portefeuille ne va pas aimer.
        Et puis bichette, autant faire les 2 le même jour, au moins c’est fait. En général, le DTP ne fait pas mal (avec moi, pas une larme 😉 ) Par contre, le pneumocoque fait mal mais ça vient du produit et malheureusement on n’y peut pas grand chose.

  • Je suis choquée de lire ça de la part de ton médecin
    Ces mots sont durs pour toi et pour miss couette
    Je compatis à ta douleur
    A ta place, je sais pas si j’aurai réagi j’aurai été sûrement comme toi
    Mais après je ne vais plus le voir …
    Plein de courage

  • Il a définitivement perdu une patiente là je crois… C’est dingue qu’un médecin ait dit ça en s’adressant à une enfant de 4 ans… 🙁 Aucun tact ! Bien sûr, il a le droit d’avoir son avis personnel sur le sujet, mais de là à balancer cette phrase horrible devant une petite fille qui aurait pu être « traumatisée » par de tels propos… Ce n’est pas professionnel du tout… Il aurait pu en discuter discrètement avec toi mais de là à se servir de ta fille pour te faire culpabiliser… Pfff

  • Comme je te le disais sur FB, j’en reste sans voix. Les mots me manquent tellement cette phrase est terrible. De la part d’un professionnel de la santé, en plus. Et il savait la portée de ses mots sur un enfant.
    Merci de ce témoignage. Il est glaçant. Mais il peut, je l’espère, aider des personnes.
    Et ta fille, elle te reparle de cela, pour l’instant ?
    Bises.

    • Non elle ne m’en a pas parlé. Je l’ai questionné un peu mais elle n’a pas compris. Enfin elle a quand même compris que « je ne voulais pas faire de petit frère » ce qui est déjà trop à mon sens.
      Mais oui c’est glaçant. Merci pour ton soutien!

  • Je pense que les lectrices plus haut sont bien plus positives que moi. Je pense que ce médecin a profité d’un trait qu’il espérait humoristique pour faire passer son message qui est honteux. C’était inadmissible de le dire. Plus encore à ta fille de 4 ans (et encore… heureusement qu’elle avait 4 ans, avec un peu de chance, elle l’aura oublié demain… à 8-9 ans, le résultat n’aurait pas été le même… Mais tu n’aurais pas fait cette demande si ça avait été le cas).

    Tu as bien fait de ne rien dire car il aurait surement dit des choses plus honteuses encore après pour se justifier. Te demander pourquoi tu ne veux pas un 4ème enfant alors que tu viens d’accoucher de ta Noisette ? C’est un mormon ou quoi (ou un lapin) ? Tu ne devrais même pas avoir à te justifier ! Surtout que ce n’est « que » la pilule du lendemain ! Comme tu dis, je n’ose même pas imaginer si tu étais enceinte et devais te faire avorter…

    Bref, je pourrais dire encore des milliards de choses sur ces médecins qui se croient tout permis (il m’a fallu deux humiliations pour quitter le médecin que j’avais il y a quelques semaines encore… mais plus jamais je ne me laisserai traiter comme ça par un médecin). Sur ces hommes qui se permettent de juger ce qu’on souhaite faire de notre corps. Sur ces gens qui n’ont peut être même pas élevés leurs enfants ou n’en ont pas eus et se permettent de juger ceux qui ne veulent pas de famille XXL… Bref, tant de choses à dire à travers une petite phrase qui traduit tant de pensées lamentables… Mais tu as déjà tout dit et bien mieux alors je vais m’arrêter là.

    Bonne recherche pour ton nouveau médecin traitant !

  • mais peut etre est-ce possible de porter plainte ? écrire un courrier à l’ordre des médecins pour qu’il reçoive un avertissement ? Je sais qu’en ce moment tu as certainement autre chose à faire, mais pense à celles qui viendront derrière toi ?

  • Bonjour,
    Pour ma part, j’ai avorté 2 fois … 1 première fois suite à retour de couche après la naissance de mes jumelles et malgré les circonstances (atténuante?), j’ai eu le droit au regard réprobateur et à la mise en image insistante avec le son de l’écho de contrôle … Merci la culpabilisation même si mon geste était mûrement réfléchi !!! La deuxième fois suite à une erreur de calcul il y a 3 ans de cela et Parcque je ne conçois pas d’imposer un enfant à mon homme et que le couple reste très important à mes yeux, la prise en charge cette fois était nettement moins agressive !
    Tout ça pour dire que même si l’on ne peux rien dire ou faire contre les regards désapprobateurs, dans ton cas et vu ce que tu en relates, tu peux porter plainte auprès du conseil de l’ordre des médecins voir, pourquoi pas un petit courrier un peu plus haut !!! Ce comportement ne doit pas être toléré !
    Bon courage à toi

  • La seule chose qui me vient à l’esprit après la lecture de ton article c’est « HONTEUX »!
    Aucune preuve de tact!! Aucun respect de ton choix….
    Je ne trouve pas d’autres mots tant je suis choquée & triste de savoir que ce genre de comportement existe…encore…

  • Ma Mite, franchement, écris lui, pour lui signifier que son attitude t’a blessée, est intolérable et que la confiance acquise depuis des années est rompue.

    Putain, utiliser une môme de 4 ans pour faire passer son message nauséabond !

    Mais si tu ne lui écris pas, il n’en prendra jamais conscience.
    Quitte à lui copier ton article de blog hein.

  • Je suis choquée par les propos de ton médecin! Il n’a pas à tenir ce genre de discours et encore moins devant une enfant! C’est lamentable d’entendre encore ce genre de choses! Moi, je changerai direct de médecin! Comment s’est passée le reste de la journée? Ta fille n’en a pas parlé?
    Bisous

  • Appelle-le et dis-lui ce que tu as sur le coeur, il n’y a que comme ça que tu réussiras à « avaler la pilule », dis-lui que tu es scandalisée par son attitude. Ou écris-lui, mais ça soulage plus de le dire à mon sens !

    Bye

  • J’ai lu ton post sur FB ce matin, j’ai pensé aux milles trucs que j’aurais eu envie de répondre à ce medecin. Forcement, sur le coup, on a pas toujours la repartie qui va bien, surtout devant ses enfants.
    Je me demande si apres coup, je ne ferais pas part de cette remarque au planning familial de ma ville, peut etre qu’eux pourront faire quelque chose (une remarque au medecin?, à l’orde des medecin? indiquer a des jeunes filles de ne pas aller chez ce medecin?).
    Je trouve cette reflexion tellement sexiste, tellement deplacée…

  • Comme les autres je trouve cela Abusé !!!! Personnellement je pense qu’il faut parler et je pense (mais c’est personnel) que tu devrais l’appeler quand tu es seule et lui dire ton incompréhension face à ses propos devant une enfant de 4 ans et lui dire que tu en est déçue et choquée. Je suis pour parler quand quelque chose ne va pas pour des broutilles jusqu’à des choses bien sérieuses et pas que sur des blogs ou forum mais en face;-) ! En tous cas poursuis ton joli chemin !

  • Mais quelle horreur…ce médecin ne mérite pas que tu lui fasses confiance. Il a jugé une situation alors que personne ne lui avait demandé de le faire…
    J’en reviens pas…et le secret médical ? Et le tact ? Bref quel *-?!0″ !

  • Pour être allée demander une pilule du lendemain il y a quelques mois, en pharmacie directement, je peux dire que j’ai bien apprécié le fait que la dame qui m’a accueillie a été très discrète et n’a porté aucun regard accusateur ni n’a fait de remarque désobligeante.
    C’est déjà bien assez pénible comme ça de demander…

    • A la pharmacie la dame a été charmante. Elle m’a expliqué comment prendre la pilule (ce que n’avait pas fait le médecin mais peut-être n’avait t’il pas eu le temps). Et ça m’a soulagée de trouver un regard neutre, sans jugement, très respectueux!

  • Wahou malin et psychologue ce médecin! En plus d’un discours d’un autre siècle, MC aurait pu être profondément choqué par cette phrase et avoir de drôles d’images en tête!!! Comment peut-on s’adresser de cette façon à une personne, qui plus est à une personne de 4 ans!!

  • Mais quel honte ce « médecin » (oui je mets des guillemets !!). Que tu ais été tellement estomaquée pour pouvoir lui répondre, je comprends, par contre perso, j’enverrai un courrier à l’ordre des médecins. Le comportement de ce type est absolument honteux !!!

  • Oh mon dieu. Je suis tellement choquée !
    De 1, il n’a pas à te juger.
    De 2, tu lui as demandé une pilule du lendemain, tu n’as jamais parlé d’avortement.
    De 3, même si tu étais tombée enceinte et que tu voulais avorter, ça ne le regarde pas. Il est médecin, m…e alors.
    De 4, NON MAIS POUR QUI IL SE PREND à dire des choses pareilles, encore plus devant ta fille de 4 ans ?!!!
    J’espère que tu n’iras plus le voir.
    Des bisous

  • C’est affreux, je suis extrêmement choquée, et surtout qu’il ait pu dire ça à une petite fille en âge de comprendre.
    Et puis dire ça pour une pilule du lendemain au secours quoi, comme tu le dis toi-même qu’est-ce que ça doit être si quelqu’un vient à lui parler d’avortement….
    En tout cas ne t’inquiètes pas la plupart des gens seraient restés muets sous le choc donc tu n’as pas à t’en vouloir, et au final ne pas relever était peut-être le meilleur moyen que ça ne marque pas ta fille.
    J’imagine que tu ne le reverras jamais. Ca refroidit c’est sûr quand quelqu’un à qui on fait confiance sort un truc pareil :/ Effectivement directement en pharmacie tu ne serait pas remboursée, mais pas jugée non plus normalement.
    Je compatis vraiment en tout cas et espère que tu ne retomberas plus jamais sur ce genre de personne.

    • Ha ben clairement si prochaine fois il y a, j’irai directement en pharmacie… Je préfère dépenser 8€ que de risquer ce genre de propos!
      Mais bon c’est malheureux…

      Et en effet, je pense que ma réaction, aussi « lâche » soit-elle, était la meilleure à tenir devant ma fille… Elle n’a pas relevé du coup!

  • Le jour ou j ‘ai (difficilement) décidé d’avorter une grossesse accidentelle, le medecin m’a prescrit une echographie de datation pour s’assurer que la méthode dite « médicamenteuse » soit possible.
    L’echo en question a été réalisée par un homme, tres froid, tres sec, qui semblait contrarié que je vienne faire une echo pour cette raison.
    Il a pris soin de me faire écouter les battement du coeur de l’embryon et de me me préciser qu’il était bien installé et parfaitement viable (sic).
    Ca ne m’a pas fait changer d’avis mais la décision , déja difficile, n’en a été que plus douloureuse.

  • Quel con, y a pas d’autre mot !!!
    Une de mes cousines à avorté (à plus de 40 ans, et déjà maman de 2 gds enfants), et ben elle à galéré pas mal car les professionnelles qui devaient être là pour elle, ont tout fait pour la faire culpabiliser !!!
    Heureusement que MC à bien pris la chose !!!
    Bon courage !!!

    • MC n’a pas compris je crois. Ou pas relevé, heureusement.
      Quel que soit l’âge je crois que c’est un droit difficile à faire valoir…
      Jeune, tu es une inconséquente, à 40 ans, tu es irresponsable. SUPER!

  • décidément, entre ça et les phrases à l’emporte pièce sur l’allaitement (cf ton billet d’hier), ce sera pas une grosse perte ce toubib…

    j’hallucine complètement. Le pire c’est que je pense qu’il t’aurait servi le même discours si tu lui avais demandé une pilule contraceptive.

    mine de rien ça explique qu’il t’ait « prise sous son aile » quand tu étais très jeune maman avec mouflette petite

  • Je comprends mais la vérité reste implacable et elle arrive souvent quand on ne s’y attend pas.
    C’est cette pettie fille qui l’a succité malgré elle et le medecin lui a répondu sans détour.
    Quoiqu ‘on dise, avorter, la pilule du lendemain, c’est mettre fin à la vie naissance d’un etre humain
    C’est comme ca !!
    Que ce soit un droit ou pas, la vérité est là
    On peut m’insulter pour écrire ca, la vérité reste tenace
    Et pour avoir vu des dizaines de cas comme ca, on n’oublie jamais ca surtout une femme
    Ainsi, il faut aussi que les femmes sachent cela avant de décider

    Olivier

    • Étant donné que la pilule du lendemain empêche la fécondation, et n’est pas efficace quand la fécondation est déjà faite, j’ai du mal à voir en quoi c’est « mettre fin à la vie naissance d’un être humain ». Qui donc n’est même pas conçu.
      Et dans tout les cas c’est très inapproprié :
      1) De le dire de cette manière
      2) De le dire à une enfant
      3) De donc faire de la désinformation (pilule du lendemain =/= avortement)

      Enfin si « mettre fin à la vie naissance d’un être humain » c’est empêcher une fécondation il faut donc interdire les rapports sexuels protégés, la masturbation, tout rapport sexuel à visée non procréative, les contraceptifs…

    • Pour commencer avec la pilule du lendemain on ne met pas fin à une vie mais on empêche la fécondation avant qu’elle advienne. Donc soit t’es en train de dire que c’est équivalent de mettre à mort un humain déjà né et de ne-pas-faire(avec plusieurs femmes par homme si possible)-d’enfant(s, avec des fertilisants chimiques pour avoir à coup sûr des octuplés)-tous-les-9mois (ce qui fait passer l’Union soviétique, le fascisme ou le III Reich pour la plus libre et bisounours des utopies anarchistes en comparaison, sans point Godwin) parce que « on empêche de naître à des enfants qui pourrait » (sous prétexte que la Bible l’ordonne je suppose ?) ; soit t’as pas compris et tu parles d’avortement, auquel cas t’es en train de dire que tu préfèrerais être esclave plutôt que de me laisser commander du matos génétique, se faire féconder in vitro des milliards de gamètes et tous les brûler avant que la division aie atteint 4 cellules, auquel cas je te préviens que je t’attends et qu’il y a de très bons livres de BDSM (tu peux pas critiquer avant d’avoir essayé) disponibles sur le marché.

      (Désolé j’étais déjà tout retourné par l’article, et lire un commentaire comme ça juste après ça…)

      PS : c’est marrant (comprenez : insupportable) de toujours voir les arguments fascistes, racistes, sexistes, homophobes, transphobes, etc. s’accompagner de commentaires absurdes et péremptoires comme « la vérité reste tenace » ou « le mensonge ne tient jamais longtemps »…

      • Oui la vérité est tenace
        Détruire le début d’une vie,, c’est tuer
        Je suis désolé, je ne connais pas d’autres mots pour le dire
        Si la vérité te gène, refugie toi dans le mensonge, c’est souvent plus doux…mais ca ne guérit jamais
        Bise

        • On parle d’une pilule du lendemain…
          Il n’y a pas de début de vie, il n’y a rien! On empêche la vie de se créer si elle avait lieu de le faire.
          Quand on prend une pilule du lendemain on ne sait pas si on était en train d’ovuler ou si la période était largement dépassé.

          Et personnellement je n’ai aucun souci avec le fait de tuer (puisque tu y tiens) un amas de cellule si je n’ai pas envie qu’il se développe… J’éprouve plus de scrupule à tuer un moustique, c’est dire!

        • Bon tu sembles ne pas lire ce que l’on t’écrit puisque tu ne le reprends pas dans ta contradiction. tu te contentes de reprendre le point le plus solide de ton argumentation : la foi justifiant l’ignorance. Le reste ne font affaire que de fioritures fallacieuses, prétentieuses et péremptoires (meh, moi aussi je peux faire dans la réthorique).

          Les autres ont répondu pour moi, je ne peux rien dire de plus.

          Bisoux camarade, et à Dieu, comme tu sembles convenir que le mensonge est plus doux… et que l’on ne guérit jamais >:-)

    • Olivier, mon garçon, tu n’es qu’un crétin condescendant et paternaliste.

      Tu travestis la réalité en interprétant la situation et en faisant endosser la responsabilité de celle-ci à une gamine de 4 ans, alors que c’est le médecin par son attitude déplacée qui l’a générée…
      Si tu n’es pas capable de te rendre compte du malaise éprouvée du fait de son comportement et des séquelles psychologiques qu’auraient pu subir l’enfant, cela prouve à quel point tu es aveugle…

      Et tu te crois permis de donner des leçons aux autres… Autre chose, si je suis ton « raisonnement », la prochaine fois que tu te tripotes pense au fait que tu commets un meurtre de masse, sale hypocrite moyen-ageux…

    • On n’oublie jamais, surtout une femme… Parce que vous connaissez beaucoup d’hommes qui ont été confrontés à ce cas??
      Je crois que ce que les femmes n’oublient pas, c’est la manière dont elles ont été traitées pour seulement avoir voulu disposer de leur corps comme elles le méritent.
      Et vous êtes gentil mais les femmes savent très bien choisir sans qu’on vienne leur expliquer la vie, merci de ne pas nous prendre pour des écervelées!

      La vérité sans détour, blablabla, non mais je rêve… Ma fille a 4 ans, elle n’a pas à entendre la « vérité » d’un médecin pervers.

      De plus la pilule du lendemain n’est pas une méthode abortive mais contraceptive.

    • « SIX JOURS après la fécondation, alors que l’oeuf est dans la cavité utérine, la membrane pellucide, qui l’entoure encore complètement, se rompt. Le blastocyste en sort et les cellules du trophoblaste qui sont à sa surface vont entrer en contact avec la muqueuse de l’utérus : l’endomètre. Durant quelques jours, ces cellules trophoblastiques se multiplient et s’incrustent en profondeur dans l’endomètre afin de mettre en place, avec l’organisme maternel, les échanges nécessaires au développement de l’embryon. Il s’agit d’une véritable greffe qui ne peut réussir que grâce à l’action « anti-rejet » du trophoblaste qui tend à « masquer » les antigènes embryonnaires. Sans cette action, l’embryon qui a un patrimoine génétique différent de celui de sa mère, devrait être reconnu comme un corps étranger et rejeté par le système immunitaire maternel.

      Pour que cette implantation réussisse, il faut aussi que l’endomètre soit prêt à se laisser coloniser par le trophoblaste embryonnaire  »

      La pilule du lendemain se prend dans les 72h après le rapport pour éviter une grossesse (qui ne démarre que lorsque l’œuf est implanté et qu’il poursuit son développement).
      L’œuf n’est donc pas encore implanté dans la muqueuse (d’ailleurs ce n’est pas encore un œuf mais un amas de cellules qui peuvent devenir n’importe quoi, donc pas une vie naissante) et donc peut très bien ne pas s’accrocher. Et donc être rejeté.

      Quand on essaie de culpabiliser les gens au moins on vérifie ses informations!
      Ca ne m’étonne pas qu’un homme pense ce genre de choses et qu’en plus il dise « une femme n’oublie jamais ça » comme s’il savait de quoi il parlait.

      Désolé mais non.

  • Waouh!!! Autant personnellement je ne suis pas pour l’avortement (mais c’est personnel), autant un médecin n’a aucunement le droit de juger et je trouve que ses propos sont particulièrement violent! Change immédiatement de médecin!

  • Bonjour, je suis une jeune médecin généraliste et je suis absolument horrifiée en te lisant.
    Ce médecin est nul d’un point de vue humain. Certes, il peut avoir son opinion personnelle sur l’avortement et la pilule du lendemain. D’ailleurs, personne ne l’oblige à être d’accord avec ça et à le pratiquer (on appelle ça la clause de conscience).
    Mais de là à comparer la pilule du lendemain à un meurtre faut pas pousser.
    Et puis quand bien même, il n’a pas à te juger, surtout avec des propos aussi puants.

    Je te souhaite de trouver un médecin qui te comprendra et te respectera.

  • Je suis tellement choquée par cette histoire : comment peut-on tenir des propos pareils et qui plus est devant une petite fille de 4ans !!!???!!!! Je sais que le débat sur la pillule du lendemain et l’avortement est un sujet sensible, que beaucoup de femmes se sont battues pour que nous ayons des droits sur notre corps, notre sexualité et le choix d’enfanter, que des batailles ont été gagnées mais les victoires sont très fragiles,… Ce docteur peut,malheureusement, penser ce qu’il veut mais répondre de cette façon déjà a toi et en plus a ta fille qui n’a « rien demandé » et qui ne peut pas vraiment « comprendre » ce discours…c’est dégueulasse!!! Quel enfoiré!!!
    J’espère que tu vas mieux et que tu réussiras a trouver un autre médecin tout aussi proche mais plus compétent!
    Bises

  • J’ai une boule de larmes dans la gorge après avoir lu ton post (je te suis surtout sur instagram où j’ai lu ce qui se passait ici).
    Comme toi, je suis choquée mais surtout profondément triste qu’en 2014, rien ne soit acquis et surtout pas ce droit aux femmes de décider ou non de leur vie.
    Etre jugée en permanence, recevoir des réflexions pour un oui ou pour un non…
    D’autant plus que ce cher monsieur ne connait en rien ce qu’est d’avoir un enfant (le porter, accoucher…).
    Ca me révolte cette pseudo morale à une mère de famille!
    J’espère que tu n’en resteras pas là et que tu déclareras cela à l’ordre des médecins.

  • J’ai vu passer ton tweet retweeté ça et là et j’avais envie de te répondre, mais en 140 caractères, c’est compliqué, surtout quand on ne se connait pas… comme cet article vient de m’être re-tweeté lui aussi, cette fois-ci, je prends le temps de répondre…

    J’ai été scandalisée de lire ce que ce médecin a osé te dire : quand bien même c’était un trait d’humour, très maladroit, il n’en a pas le droit. Et a postériori, on réagit violemment, mais j’imagine que sur le coup, avec en plus tes enfants avec toi, tu n’as pas su quoi dire… j’imagine comment tu t’es ensuite posé des questions, comment tu as ruminé… Combien de médecins (pas tous, heureusement) se permettent des remarques de ce type en se croyant supérieurs ou marrants?

    Si la pilule du lendemain existe et qu’il veut tenir un discours de médecin, il peut à la rigueur essayer de te conseiller une contraception, mais de là à porter un tel jugement, c’est carrément choquant 🙁

    Quant à comparer la pilule du lendemain à un crime, je reste bouche bée. Il y a un monde entre un avortement (médicamenteux ou autre) et la prise de la pilule du lendemain, à mon avis, mais le débat n’est pas là…

    Et dire ça devant un enfant qui ne va pas comprendre l’allusion, bref…

  • C’est tellement aberrant d’entendre des histoires pareilles en 2014 dans nos pays soi-disant ‘civilisés’ que parfois je désespère en me demandant en quelle année on en sera enfin arrivés à se prendre des amendes de connerie. Que quelqu’un ait une opinion sur l’avortement et la pilule du lendemain, soit. Chacun la sienne et ça nous regarde. Qu’on en parle quand on est invité à le faire parce que quelqu’un nous demande notre avis ou qu’on en parle parce qu’on a le recul nécessaire pour donner son avis sans porter atteinte à celui des autres (ce que beaucoup de gens ne savent pas faire, à commencer par les gens qui paradent aux manifs ‘pour tous’), soit. Il n’y a rien de mal là-dedans mais, dans la situation que tu as vécue, ce médecin n’avait pas le droit de donner son avis même s’il s’agissait de t’encourager dans ta démarche. Et alors de là à dire une telle phrase à ta fille, ça dépasse les bornes. C’est rassurant si ta fille a pris ça pour de l’ironie d’adulte et a simplement compris que tu ne voulais pas faire de petit frère pour l’instant mais je pense que c’est probablement toi qui as le plus souffert du comportement de ce médecin. Maintenant, tu as deux choix qui s’offrent à toi: soit tu lui fais de la contre-publicité et tu oublies cette histoire en partant du principe que cet homme ne mérite pas que tu perdes ton temps (et tu auras bien raison), soit tu engages des démarches contre lui. Personnellement, le médecin qui dira ça à mon enfant (le jour où j’en aurai), il aura le droit à la deuxième option. Parce qu’autant un médecin qui t’incite à te poser des questions avant de faire un geste radical, c’est normal. Autant un médecin qui porte un jugement de valeur de façon aussi brutale par l’intermédiaire d’un enfant en risquant de lui inculquer ces valeurs alors qu’on ne lui a rien demandé, c’est intolérable. En tout cas, tu n’as aucune honte à avoir pour quoi que ce soit, c’est cet homme qui devrait avoir honte de lui. Et j’espère bien qu’un jour on punira ce genre de comportements. Non pas d’être contre la pilule du lendemain mais d’imposer ses opinions par quelle que manière que ce soit, même verbalement. Ohlàlà, j’ai écrit un pavé tellement ça me révolte…

    • Je ne trouve pas que la pilule du lendemain soit un geste radical. L’avortement oui, radical et définitif. Mais la pilule du lendemain c’est jamais qu’un contraceptif d’urgence, pas plus radical que la pilule ou le préservatif…

      Sinon je pense lui écrire un courrier.
      Je suis d’accord avec toi, chacun ses convictions et c’est très bien que mon puisse les exprimer. Mais pas de cette manière. Pas dans ces conditions…

      • Je disais radical dans le sens où une fois que tu as pris la pilule, c’est sûr que tu n’auras pas de bébé dans les 9 mois suivants et cette pilule (pour l’avoir prise 3 fois suite à des incidents) n’est pas une croisière pour le corps donc ça me parait tolérable qu’un médecin nous demande si on est sûre de ne pas vouloir de bébé, même si le geste est totalement différent d’un avortement puisque contraceptif, on est bien d’accord. Je préfère préciser ma pensée, qu’on n’aille pas croire que je diabolise la pilule du lendemain.

        C’est une bonne idée de lui écrire. Ça te permettra d’exprimer ce que tu n’as pas pu dire devant ta fille et sous le choc. D’autant que, si ça se trouve, comme l’ont soulevé d’autres personnes dans les commentaires, il a simplement un humour noir très lourd et déplacé. Dans tous les cas, ça ne lui fera pas de mal d’apprendre qu’humour ou non, il faut savoir rester professionnel.

        • Je comprends ce que tu veux dire au sujet de la pilule et bien sur un professionnel peut et même doit poser des questions avant de prescrire n’importe quel contraceptif…
          Surtout qu’en effet la ulule du lendemain n’est pas sans effet secondaire…

          Je me suis demandée aussi si c’était de l’humour… Mais quand bien même il est médecin et devrait savoir qu’on ne rit pas avec ce ente de sujet avec un enfant.
          Ni même avec un patient dans le cadre d’une consultation…

  • bonjour

    Ce médecin n’est pas un con. C’est un mauvais professionnel qui doit être sanctionné. Si vous avez le courage de porter plainte contre lui auprès du Conseil de l’Ordre, il y a peut-être une chance qu’un jour il soit empêché de nuire.
    Désolé que ma profession contienne ce type d’individu.
    Pascal Charbonnel, médecin généraliste

  • OMG je suis choquée, non mais c’est pas possible qu’on puisse penser ainsi encore en 2014!! Mais ne t’en veux pas, je pense que moi aussi sous le choc je n’aurai pas su quoi répondre, surtout devant ta fille. Punaise je suis sur le c…! Bisou!

  • Je ne comprends pas bien le rapport entre ton homme qui a oublié de te prévenir que ta fille avait école et cette histoire de pilule…
    Quel mode de contraception utilises tu ?

    • Le rapport c’est simplement que vu que mon mari n’a pas pensé à emmener notre fille à l’école (parce que j’ai oublié de lui dire qu’elle avait cours cematin) j’ai du l’emmener avec moi chez le docteur alors qu’à la base j’avais prévu d’y aller seule.

      Par contre je ne vois pas en quoi mon moyen de contraception a un intérêt dans l’histoire?

    • Alors ça, c’est une grosse ânerie… Genre les médecins généralistes ne savent pas s’occuper des enfants…
      Personnellement, je n’ai jamais vu un pédiatre de ma vie et je n’en suis pas morte.
      De plus, je suis médecin généraliste et je trouve qu’un enfant sans problème de santé particulier n’a aucun intérêt à voir un pédiatre : c’est plus cher, il ne va rien faire de plus qu’un généraliste et en cas d’urgence, un pédiatre est difficilement disponible. Du coup en médecine générale, on se retrouve en période épidémique à voir des enfants en urgence qu’on ne suit pas parce que leur pédiatre n’a pas de ddv : niveau suivi, je trouve ça moyen.

    • J’ai toujours été voir un généraliste pour mes filles (sauf rares exceptions) et j’ai été suivie par ma généraliste jusqu’à mon 6° mois de grossesse. Les généralistes sont polyvalents et sont souvent une référence familiale en qui on a toute confiance! Je retournerai voir celle du centre ville avec qui je n’ai jamais eu de souci…

      Et je ne retournerai pas voir celui la c’est clair!

  • C’est incroyable !! et à mon avis, une faute professionnelle. Même si c’est son avis personnel, en tant que soignant il n’a pas à te le dire, et encore moins à le dire à ta fille ! Si j’étais toi, je ferais un courrier à l’Ordre des médecins.

  • C’est pas vrai, quel connard.

    C’est quoi ce toubib ? Sait il au moins ce qu’est une pilule du lendemain et son mode d’action ??? Ce n’est en aucun cas abortif, c’est contraceptif …

    J’y crois pas.

    Et ce qu’il a dit à ta fille, c’est intolérable. Il n’a pas à dire ça. J’en reste sans voix.

    Tu ne dois pas en rester là et le signaler à l’ordre des médecins.

  • choquée. choquée. choquée. Tout a été dit, je n’en reviens pas ! le verbe « tuer » devant une fillette de 4 ans, c’est dingue dingue dingue. Je suis sciée. Entendre que sa mère tue des enfants. Au secours. Je ferais une plainte à l’ordre des médecins, et j’exigerais réparation.

  • Comme je te l’ai déjà dis, je trouve ça affolant, hallucinant même que l’on puisse dire ça! Un professionnel de santé n’est pas là pour juger ses patients, mais pour leur venir en aide, les accompagner…
    Et encore là, tu ne tues personne, qui dit qu’il y a eu implantation, c’est juste un doute que tu préfère écarter, et c’est tout à fait compréhensible.
    En voilà un naze!

  • Non mais c’est impensable qu’on puisse en arriver là! Déontologiquement c’est scandaleux mais je ne parle même pas d’humainement!
    Ca me rappelle la fois où je suis allé aux urgences pour une double entorse de la cheville, j’ai du prévenir le médecin que j’étais migraineuse sous pilule et fumeuse pour qu’il ne me donne pas d’anti-inflammatoire à base d’opiacé: Sa réponse? Vous n’avez qu’à arrêter la pilule!
    Comme toi sur le coup je suis resté muette de surprise d’indignation, quand j’y repense j’aurais du lui dire: Vous faites les IVG en prime?
    Sérieusement c’est honteux à notre époque de nous voir comme de simple objets reproductibles au service de ces messieurs!

  • C’est la première fois que je passe sur ton blog et je suis absolument outrée par la réaction de ton médecin!!!

    Il a pour devoir de te soigner, et pour t’aider a prendre les meilleures décisions pour ta santé! Ses opinions personnelles ne te concernent pas, et il n’aurait jamais dû parler de cette façon à ton enfant!

    C’est une honte! UNE HONTE! Mon père est médecin et ma mère infirmière et ils ne se seraient jamais permis de parler à un patient de la sorte!

    Je te donne tout mon soutien et espère que cet énergumène ne parlera plus jamais de la sorte à qui que ce soit!

  • Inutile de demander ce que faisait ce brave monsieur dimanche dernier! Il manifestait sans aucun doute aux côtés de nos braves amis de la Manif pour tous contre la soi-disant déliquescence de la famille…
    Ce genre de propos me met dans une colère folle. Comment peut-on encore aujourd’hui, en 2014, tenir des propos aussi rétrogrades et refuser aux femmes le droit de disposer pleinement de leurs corps et de choisir de donner ou non la vie?
    Non mais, quel c…….!
    Je suis désolée que tu aies dû subir cette humiliation.
    Et je t’admire d’avoir su garder ton calme. Je n’aurais certainement pas eu le même sang-froid que toi!

  • Mon dieu….je commente rarement mais là, c’est totalement inadmissible. déjà une amie m’aurait dit ça, ça aurait été l’enfer, mais là un médecin, et en plus devant un enfant, je suis complétement abasourdie…allez courage et si sa réponse à ton courrier n’est pas adéquate non plus, hop changement de doc hein ? bises !

  • Quel con !

    J’en suis ahurie.

    Tu as bien raison de ne plus y mettre les pieds.

    Qu’il soit intolérant c’est déjà quelque chose que j’aurais retenu contre lui mais qu’il attaque l’équilibre psychologique de ta fille… il y a vraiment des baffes qui se perdent.

  • Ça mérite une dénonciation à l’ordre des médecins, ou un truc dans le genre. Le planning familial du coin sera également ravi de le mettre sur leur liste noir.
    Je suis sur le cul.

  • C’est extrêmement choquant :-((( Ca me rappelle un pharmacien qui m’avait fait la morale quand je l’avais acheté, me traitant comme une inconsciente.
    Un courrier au Conseil de l’Ordre des médecins relatant exactement votre conversation serait le bienvenu. Peut être lui donneront-il un avertissement…Je pense à toutes les jeunes filles qu’il pourrait traumatiser…
    Pas de bol d’être tombé sur un type pareil…

  • Médecin mais pas psychologue pour 2 sous.
    Sa réflexion est mal placée voire inappropriée et dénonciable devant ta fille.
    Si la pilule du lendemain existe c’est pas pour rien, les réflexions de ce genre sont vraiment mal placées.
    Tu devrais en parler dans les pharmacies autour pour bien lui flinguer sa réputation.
    C’est tout ce qu’il mérite.

  • ouch!!!! et bien… je pense qu’avorter de nos jours n’est pas beaucoup plus simple qu’hier. De quel droit un médecin, un soignant ou qui que ce soit puisse faire une réflexion comme cela à qui que ce soit? Car, si il l’a dit à ta fille (ce qui est d’autant plus inadmissible) c’est bien à toi qu’il le disait.

    Je crois que comme tu le prévois tu devrais lui écrire, mais en plus en faire une copie à l’ordre des médecins. Après je sais pas comment se passe une dénonciation/plainte auprès de l’ordre. On n’ose pas le faire mais je crois qu’on devrait leur dire plus souvent ces choses qui nous choquent.

    Qu’un médecin soit contre l’avortement, soit. Mais à ce moment là il peut adresser les femmes à des confrères plus ouverts d’esprit. Et surtout garder ses jugements déplacés et inhumains. Une femme ne prend pas la décision d’avorter de façon anodine! (et quid des hommes? ils n’ont jamais la moindre responsabilité dans un avortement. Or à part Marie (et encore) que je sache, il faut être deux (comme le disent si bien les affreux de la manif un papa une maman 🙂 ) Et bizarrement l’avortement n’est que l’affaire des mères, jamais des pères.

    Quand on sait la responsabilité qu’est de mettre un enfant au monde c’est plutôt bien et sensé que l’avortement soit autorisé car quelque soit la contraception utilisée il n’y en pas une qui soit fiable. Même l’abstinence n’a pas protégé Marie 🙂 (désolée Marie…. )

  • Bonjour,
    Comme l’ont dis la plupart, je suis Ultra choquée de ce que t’as dit ce « médecin ». C’est une faute professionnelle. Il y a de quoi le signaler à l’ordre des médecins!
    Le fait qu’il dise à ta fille « ta mère tues les petits frères », j’ai du mal à trouver le terme exacte, mais c’est de l’ordre de la diffamation, il t’accuse de qqchose que tu n’as pas commis. Même si tu étais enceinte, de qqs heures, ou qqs jours, ce n’est pas un foetus, ni même un embryon, le coeur ne bat pas encore.
    C’est écoeurant!!! Je n’en reviens pas, vite trouves-en un autre!
    Et je trouve la situation d’autant plus grave qu’il l’a dit à ta fille, il ne s’est pas « juste » adressé à toi (ça aurait aussi été choquant!), il abuse de son pouvoir, il n’en a pas le droit, pour te salir aux yeux de ta fille (même si elle n’est pas choquée….qu’en aurait-il été avec une fillette plus agée?) Que dit ce « médecin » à une ado qui lui demande la pilule normale, ou celle du lendemain, il lui conseille de garder le bébé à 14 ans?
    C’est terrible de constater qu’on en est encore là!!!
    à bientôt

  • Je suis choquée qu’un médecin puisse tenir un tel discours et devant une petit fille en plus. Il a le droit d’avoir des opinions et le devoir de les garder pour lui, il me semble que ce monsieur a prêté serment. C’est complètement dingue, je serais aussi dans un drôle d’état à ta place.

  • Mais quel culot ! Même s’il le pense, comment as t-il osé dire cela à ta fille de 4 ans ? Ce n’est vraiment pas professionnel… Je comprends que tu ais eu du mal à l’encaisser.

  • Bonjour,

    et une petite plainte à l’ordre des médecins?
    Une bafouille au pédagogue raté qu’il est, histoire que cette envie de nausée ne te reste pas sur le bide?

    La notion de bientraitance-maltraitance est très à la mode (je travaille dans le médico-social), dommage que ce ne soit pas arrivé jusque lui!

    Bon courage dans ce joli monde des bisounours…et le principal, tout le monde va bien, hormis ça!

  • Quelle honte, qu’un médecin dise un truc pareil! Comment se permet-il de juger, de dire ce genre de choses à une enfant?
    Comme toi je crois que je serais restée sans voix et que je me serais sentie très mal!

  • Hello.

    Moi aussi, je suis couroucée et ça m’a à la fois mis les boules, et démoralisée de voir la réaction de ce médecin.

    Comme d’autres personnes l’ont conseillé, il faudrait envoyer une bafouille au conseil de l’ordre.
    Pourquoi?
    S’ils ne reçoivent qu’une lettre à propos de lui, ça n’ira pas bien loin.
    Mais s’il est coutumier du fait, c’est bien de laisser des traces pour que le conseil puisse y faire quelquechose, qu’il ne s’en tire pas en toute impunité.

  • Sincèrement, je suis choquée par ce que je viens de lire. Franchement ce n’est pas du tout le genre de choses à dire même en rigolant surtout à une petite fille de cet âge là !
    Des fois les médecins peuvent être de vrais cons, c’est vraiment désolant …

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− trois = six