Et tu es arrivé…

Il y a eu cet oubli, cette pilule prise afin d’empêcher ta présence. Et puis ce test, quelques semaines après. La surprise, la stupeur, la terreur se sont mêlées à la joie inexplicable…
Tu n’étais pas prévu, pas si vite, pas comme ça… Et pourtant, tu as immédiatement été attendu.

Il y a eu ces 8 mois et trois semaines de doutes, d’angoisse, de bonheur, de panique et de sérénité par moments…
Il y a eu ce jour où j’ai cru te perdre, au tout début de la grossesse, ce jour où j’ai su que je t’attendais, je te voulais, je t’aimais déjà.

Il y a eu cette attente sur la fin, j’en ai eu marre de tous ces symptômes, marre de cette double grossesse sans pause, je t’en ai voulu de ne pas arriver quand je n’en pouvais plus. Il y a eu ces caprices que j’ai fait, maudissant ta présence, voulant que tu sortes, là, maintenant, sans penser aux conséquences pour toi…

Il y a eu ces angoisses terribles, cette peur de ne pas savoir gérer deux bébés si rapprochés, gérer un quatrième enfant. La peur de se planter, de ne jamais réussir à nous organiser pour t’accueillir.

Il y a eu ces peurs idiotes de ne pas t’aimer autant que tes soeurs. Un garçon? Mais quelle drôle d’idée!
J’ai eu si peur de ne pas savoir te réussir, mais aussi de ne pas t’aimer comme tu le mérites, de ne pas savoir te comprendre, de ne pas te trouver aussi beau, aussi parfait, aussi adorable que tes soeurs.

Je t’en ai voulu de t’imposer si tôt, ne me laissant pas profiter de ta petite grande soeur… Et cette relation qu’elle a tissé avec son papa, grâce à ta présence dans mon ventre, parce que je ne pouvais pas m’occuper d’elle comme je l’aurais voulu.

Il y a eu toute la palette d’émotions, toutes les angoisses possible, les montagnes russes, la folie, vraiment, d’avoir décidé de te garder alors que tu n’étais pas prévu…
Et pourtant personne ne pourra jamais nous reprocher de ne pas t’avoir désiré.

Et puis tu es né.
Tu as montré ton joli bout du nez.
Et les angoisses, les doutes, la panique, tout s’est envolé.
J’ai vu ton beau minois et je suis devenue folle de toi.
J’ai vu tes petits pieds et je les ai trouvé parfaits.
J’ai croisé ton regard et je t’ai promis de te protéger pour toujours, de ne jamais jamais te laisser.
Je t’ai embrassé sur le front et une vague d’amour s’est emparé de moi.

Ton papa a posé le regard sur toi et j’ai vu que lui aussi t’aime de tout son coeur.
Tes soeurs sont venues te voir et j’ai su que mes craintes étaient infondées, elles t’aiment aussi, elles sont heureuses.

Tu es venu, naturellement, t’imposer dans nos vies, dans notre famille, comme une évidence.
Non, avec toi, rien ne sera plus difficile qu’avant. Avec toi mon chéri, au contraire, tout sera encore plus beau!

Notre famille est désormais à l’image de ton joli visage, parfaite, belle, épanouie et heureuse.

Mon cher amour, merci d’avoir choisi notre famille, merci de t’être incrusté alors qu’on ne s’y attendait pas, merci d’avoir chamboulé tous nos plans et d’avoir semé le chaos dans nos vie durant presque 9 mois.
Tu es né, mon petit chaton, et ta présence rayonne désormais dans un tourbillon d’amour et de bonheur.

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

61 Discussions on
“Et tu es arrivé…”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


un × quatre =