C’est parti! #ProjetFonteDesGlaces

Hier, j’ai franchi la porte de Weight Watchers (WW pour les intimes)(Non ça ne se prononce pas wawa, je me suis demandé aussi… :p)
Ce n’est pas la première fois que je m’inscris… Ca doit être la quatrième ou la cinquième. Les deux (ou trois, je ne me souviens plus) premières fois, j’avais été hyper assidue les premières semaines, trop même, j’avais perdu beaucoup de poids en retombant dans mes anciens travers en étant beaucoup plus rigide que le cadre ww, et au bout de 6 ou 8 semaines, le craquage fatal, une petite reprise et l’abandon total.

Je me suis réinscrite en janvier 2013, forte de mes échecs, sachant quels étaient les pièges à éviter. Si ma mémoire est exacte, j’ai perdu 9 kilos en 9 mois. Comme les fois précédentes, il y a eu ces premières semaines un peu trop euphoriques, le craquage, la petite reprise, la tentation d’abandonner, le « quitte à tout foutre en l’air autant y aller gaiement », la ruine totale des efforts précédents avec une reprise de tout le poids perdu les 6 premières semaines… Mais pour la première fois, je n’ai pas abdiqué, j’ai ravalé mon orgueil blessé par l’échec et mis un voile sur la déception de tous ces efforts avortés, et j’ai repris le cours du programme avec beaucoup plus de souplesse. Au final j’ai perdu 9 kilos durant les 7 derniers mois. Ca n’était pas une perte mirobolante et pourtant, j’étais et je suis encore très fière de ce que j’ai réussi à accomplir alors… Car plus que le nombre de kilos perdus, c’est tout un cheminement de bienveillance et de respect de mon corps que j’avais réussi à entreprendre.
J’avais retrouvé la sensation de faim, la satiété, j’apprenais à écouter mon corps, j’apprenais de nouvelles habitudes saines.
Je suis tombée enceinte en octobre et j’ai du arrêter le programme. J’ai su garder mes bonnes habitudes durant ma grossesse et je n’ai pris que 5 kilos, aussitôt perdus après la naissance de Noisette.
Ce qui m’a fait re-grossir, c’est la perte totale de confiance en mon corps lorsque mon bébé s’est retrouvé hospitalisé faute de se nourrir assez au sein. Cet épisode, la peur de la perdre, l’incompréhension, l’angoisse de la nourrir suffisamment après son retour à la maison, tout cela m’a énormément perturbé et j’ai trouvé refuge dans ce qui m’apaise le mieux, la nourriture.
J’ai voulu me réinscrire chez ww alors que Noisette avait 4 mois, mais j’ai aussitôt enchaîné avec une nouvelle grossesse pendant laquelle j’ai pris une dizaine de kilos (raisonnable en soi, mais je n’en avais pas besoin).

Bref, trois ans après, deux grossesses, deux accouchements, deux allaitements plus tard, je me retrouve avec un poids similaire à celui que je faisais lorsque j’ai entamé ww en janvier 2013.
Ces derniers kilos sont quand même beaucoup des « kilos de grossesse », je pense… Ou des kilos de maternité disons plutôt.

Je dois réapprendre le cheminement que j’ai alors fait avec succès. Même si je ne m’allège « que » de 10 kilos par an, je serai très heureuse et contente de moi. Ce qui compte n’est pas le chiffre mais véritablement le cheminement entrepris vers un mieux-être, le respect de mon corps, une alimentation plus saine, la reprise d’une activité douce.
Cela ne doit surtout pas se faire dans la peine et la souffrance, c’est aux antipodes de ce que je souhaite.

Plusieurs personnes m’ont déconseillé weight watchers qui est, malgré leur discours, un régime hypocalorique. Je suis entièrement d’accord avec cette affirmation, ww est un régime.
J’ai essayé un rééquilibrage en suivant les seuls préceptes de Zermati et Apfeldorfer qui sont à mon avis des génies sur le sujet de la perte de poids.
Je pense néanmoins que chaque personne est unique et qu’il faut à chacun trouver sa voie.
Pour ma part, « écouter mon corps » ne m’a pas suffit, il a bien fallu que je me rende à l’évidence, même si je partage à fond la manière de penser de ces deux médecins. Ww m’a alors offert un cadre dans lequel j’ai eu plus de facilité à m’épanouir.
Je prends le côté « réunion » qui m’apporte un soutien moral dont j’ai besoin, même si je m’exprime très peu. Je prends le côté « suivi de points » qui me permet de savoir si je vais trop loin ou pas. Je garde le coté « rééquilibrage alimentaire » qui « m’oblige » à manger des fruits, des légumes, de boire de l’eau etc… Je laisse de côté la partie « leçon », je connais très bien mon corps, je suis incollable en nutrition, je n’ai pas besoin que l’on me dise comment manger, je le sais. Mais j’ai besoin d’une ligne directrice qui m’aide à rester dans certaines limites.
Je sais que je ne dois surtout pas suivre le programme à la lettre sous peine de retomber dans des travers psychorigides qui m’ont fait maintes fois échouer dans mes tentatives d’amincissement… Mais il me faut absolument un cadre, sinon je fais n’importe quoi.
Je suis quelqu’un qui a besoin d’un parcours point par point… La vision globale étant beaucoup trop angoissante pour moi, je vois la pagaille, je ne sais pas par où commencer et j’ai juste envie de me rouler sous ma couette.
WW m’offre ce côté rassurant.

On m’a aussi demandé pourquoi je n’ai jamais pensé à la chirurgie.
J’y ai pensé, mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, je ne suis pas « assez grosse ». Mon IMC est inférieur à 40, je n’ai aucun problème de santé (à part l’hypothyroïdie), mon coeur va bien, je ne fais pas d’apnée du sommeil, ni de diabète, mes os sont solides, je n’ai pas de cholestérol… Je ne suis pas la candidate idéale.
Si j’étais en très mauvaise santé à cause de mon surpoids, je me tournerais peut-être vers cette solution. Mais en l’état, la chirurgie risque de m’apporter beaucoup plus de problèmes que le fait de rester grosse.
Et tant que j’ai le choix, je préfère passer outre, je trouve que la chirurgie est une grosse violence imposée au corps, et s’il n’en a pas un besoin vital, j’aime autant lui offrir plutôt un amaigrissement lent et non-douloureux.
Je comprends néanmoins ce qui motive un tel choix et loin de moi l’idée de juger ceux qui y ont recours, j’ai beaucoup d’admiration pour ceux qui franchissent le pas. Mais cela ne rentre pas dans ma démarche pour l’instant.

Depuis 2013, j’ai lu quelques articles (notamment un qui m’a beaucoup marqué mais je ne l’ai pas retrouvé) qui disaient en substances que si on veut maigrir, on doit changer de vocabulaire… Par exemple, il faut éviter de dire « je veux perdre du poids », car le cerveau retient « perdre » et le cerveau est programmé pour gagner…
Ca peut paraître idiot ou simpliste, mais je pense qu’il y a une part de vérité.
Je m’efforce donc de parler de ce parcours que j’entame en termes positifs. Je ne veux pas perdre du poids, je veux m’alléger, je veux offrir un coup de jeune à mon corps, je souhaite être en meilleure santé.
Je veux gagner! Gagner en bien-être, gagner de la souplesse, gagner du souffle, gagner en forme physique, gagner en confiance.

Sandss titre 1

Une chose qui me parait essentielle également quand on se lance dans un tel parcours, c’est de le faire pour les bonnes raisons… Ne pas chercher à fuir une image que l’on déteste mais aller vers un mieux-être.
Je ne vais pas mentir en disant que j’adore mon corps tel qu’il est aujourd’hui… En revanche, je ne le trouve pas dégoûtant ni spécialement moche… Il n’est pas facile à appréhender, il est gros, il ne correspond pas aux critères de beauté actuels, mais il est un merveilleux compagnon de route qui me permet de marcher (même douloureusement) de serrer mes enfants, de faire des câlins à mon mari. Il m’offre des sensations agréables autant que des douleurs pénibles. J’ai un corps entier et en bonne santé et je lui rends grâce pour cela. Ma façon de le remercier sera dorénavant de lui donner de bonnes choses à manger sans le priver et le remettre en marche sans violence.

Je ne me déteste plus, je suis plutôt épanouie et heureuse. Je ne suis pas encore parfaitement guérie, mais je suis clairement de l’autre côté du tunnel, du côté où plein de belles choses arrivent. Je ne pense pas que ce rééquilibrage alimentaire, cette reprise en possession de mon corps changera radicalement ma vie. Je ne vais pas devenir une autre, je ne souhaite pas me mettre à détester et médire sur celle que je suis aujourd’hui. Les kilos ne m’empêchent pas de mériter le respect, à commencer par le mien.
Mettons que j’arrive à me délester de 50 kilos, je ne veux pas regarder les photos de moi en disant « pouhaaa, j’étais horrible et grosse », je veux voir le parcours accompli et m’en féliciter. Je veux réussir à me remercier de m’être lancée dans cette aventure, et non me moquer de ma silhouette passée…
Ca peut sembler bizarre de se projeter ainsi, mais c’est important pour la « moi d’aujourd’hui » de savoir que la « moi dans 3 ans » saura faire preuve de reconnaissance et de bienveillance. C’est à mon avis une des clés d’une réussite durable, la preuve qu’on a fait la paix avec soi-même.

Pour finir, je dirais que je pense avoir toutes les clés pour réussir. J’ai de multiples échecs à mon actif, mais également un beau parcours en 2013 qui me force à croire que je suis capable de me faire du bien et de m’amener doucement vers un corps plus accueillant. Le chemin que je prends aujourd’hui est très long, je m’engage sur plusieurs années, j’en ai conscience… Et je sais que les premiers mois seront décisifs.
Je suis motivée à prendre enfin soin de moi, à retrouver un corps opérationnel.
Je n’ai pas une recherche esthétique particulière… J’ai beaucoup d’admiration pour les femmes minces aux corps de rêve, mais j’ai parfaitement conscience que mon corps à moi a beaucoup trop morflé pour espérer un tel résultat. Rentrer dans du 46 sera la cerise sur le gâteau, en attendant, je recherche surtout le bien-être.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

33 Discussions on
“C’est parti! #ProjetFonteDesGlaces”
  • J’adore le hashtag!Comme je te le disais dans ton précédent post,le problème du surpoids étant complxe,la solution l’est tout autant.Si tu penses que WW t’offre un cadre dont tu as besoin c’est parfait!J’ai consulté Apfledorfer (très bon contact) et Zermati (pas aimé) et oui ils disent des choses pleines de bon sens qui m’ont aidées mais qui n’ont pas eu l’effet que j’en attendais (si ce n’est que me convaincre de ne plus faire de régime) ,c’est tellement plus compliqué!Pour moi le problème de compter les points,les gr,etc c’est que quand tu arrêtes tu reprends et franchement que c’est chiant de compter!Mon but était de vivre sans me prendre la tête avec tout ça,je ne peux pas dire que c’est vraiment le cas puisque j’anticipe pas mal de repas (pour ne pas arriver affamée et me jeter sur n’importe quoi) et mes entrainements de sport mais je refuse absolument de calculer des calories,des points ou même de peser mon assiette.De même que l’entraineur sportif m’a parlé de complément de protéines en poudre,horreur ça me rappelle les slim fast!Je fais une allergie aux régimes 😉 Bref il n’a pas pas UNE méthode,il n’y en a peut-être même pas du tout,mais je suis totalement d’accord sur le fait de viser le bien être et la bienveillance pour son corps.Bon courage,le réchauffement climatique est avec toi 😉

    • Huhuhu merci! 😉
      La chance d’avoir pu consulter Apfeldorfer!! A Toulouse on n’a pas grand monde à ma connaissance…
      WW je le fais un peu « à l’arrache ». Je compte les points parce que ça me booste. Mais peser, même pas en rêve, je compte à la louche et voilà.
      Mais oui, ça me cadre et j’en ai besoin. Pour commencer du moins. On verra avec le temps, si ça ne me convient plus j’arrêterai!

  • Bravo pour ton courage et cet engagement! J’imagine que c’est une démarche vraiment difficile.
    Et puis bon, quand je t’ai vue, je ne me suis pas dit « ouh là là, elle a 50 kg à perdre » (parce que ça me semble beaucoup 50 en plus!)…

    • Et pourtant, j’en ai bien 50 à perdre si je veux un IMC « normal »…
      On va faire par étape, déjà -5, puis – 10, etc, etc…
      Ca n’est pas facile non, mais là je suis remontée comme une pendule! 😉

  • Coucou! Je te souhaite beaucoup de courage et de success pour cette nouvelle aventure!
    J’ai decide également d’entreprendre cette demarche, meme si j’ai moins de kg à perdre, mais il faut dire aussi que je n’ai encore aucune grossesse à mon actif (et j’espère pouvoir bientôt changer de discours je dois dire :p)
    Bonne route en tous cas 🙂

  • Bonjour, je te suis depuis peu mais je suis tombée sous le charme .. moi j’ai essayé pas mal de régimes divers et variés et une méthode m’a convaincue plus que les autres. C’est identique à WW mais gratuit. je te conseille de taper sur google « le secret du poids » , c’est un livre , un site web et surtout una appli gratuite pour le téléphone. Simple et facile. on peut manger de tout et on apprend à se nourrir et intégrer tous les aliments (tous tous). je ne gagne rien hein!! puisque c’est gratuit mais c’est une méthode vraiment géniale.

  • Bonne chance et bon courage ! c’est amusant, les raisons qui te font démarrer et cette appréciation de ton corps « malgré » les kilos superflus sont les mêmes qui me font hésiter à retourner chez WW. Je m’explique, je crois en être tout comme toi au point où on ne rêve plus de faire du 38 et où on a appris à se connaître et se supporter, s’aimer, telle que l’on est. Et bien malgré mes kilos en trop (qui commencent tout de même à m’encombrer je dois l’avouer) j’hésite encore à refaire vivre à mon corps ce long chemin vers un poids plus acceptable, supportable. Comme toi je peine à perdre un kilo par mois, en général ça tourne plutôt autour de 500g et que d’efforts pour y parvenir !! En tout cas je vais suivre ton parcours et tes progrès dont je ne doute pas et peut-être que j’arriverai à m’y mettre aussi !!

    • Je comprends… J’ai mis du temps à me sentir prête et j’ai eu le déclic comme on dit…
      J’ai envie de me sentir libre de ces kilos qui me pèsent… De retrouver l’énergie et la mobilité d’une personne, sinon mince, du moins sans problème de poids…
      Merci à toi! 🙂

  • Je te suis depuis plusieurs années et j’ai toujours tendance à me retrouver dans tes posts. Et celui ci me parle tout particulièrement. Je suis suivie également pour des problèmes de thyroïdes et mes plusieurs grossesses m’ont fait prendre beaucoup de poids, de vergetures … J’ai perdu simplement en mangeant équilibré et j’ai repris. Aujourd’hui mon dernier à 2 ans et demi et j’ai décidé de me faire opérer du tablier et de ces petits bourrelets disgracieux qui sont les souvenirs des mes grossesses et de mes variations de poids. Ca a été de longues périodes d’hésitation et encore plus maintenant que l’opération approche. Je maltraite mon corps, j’en ai bien conscience, je vais souffrir aussi mais je pense qu’avec ce poids en moins, mon corps n’en sera que mieux. Enfin je l’espère. La peur m’envahie un peu plus chaque jour.
    J’espère juste que j’aurai fait le bon choix . Alors courage et l’essentiel est de se sentir bien dans sa peau… Belle soirée.
    Elodie

    • Alirs autant la chirurgie bariatrique me terrifie… Autant labdominoplastie j’y pense très sérieusement! Il y a des risques mais les conséquences ne sont pas les mêmes pour le corps qu’un anneau ou une chirurgie de l’estomac…
      Je te souhaite une chirurgie réussie et un beau ventre qui te plait! 🙂

  • Et bien je te souhaite toute la réussite possible dans ton opération fonte des glaces ! Je pense regarder un peu WW mais j’avoue les régimes… j’abandonne ! Tout comme j’ai abandonné le programme de sport « TBC » super à la mode, apparemment super efficace mais super super super sur tous les points : super souvent, super intense, super crevant aussi ! D’ailleurs vas-tu allier WW à une activité sportive ? Je suis étonnée que tu mentionne un IMC à 40 pour l’opération de l’estomac, est-ce pour la sleeve ou pour un by-pass ou anneau ? J’ai fais tous les examens nécessaires au dossier de Sleeve (IMC minimum 35), il ne me manquait plus qu’un rdv pour poser une date d’opération. Mais je me suis défilée. Car je souhaite avoir un 2eme enfant et je sais qu’il n’est pas raisonnable d’enchainer une grossesse après une sleeve (ce n’est pas incompatible mais le chir préconise une période d’attente avant une grossesse). Et j’ai pu voir les effets de la sleeve sur des proches (ma mère, ma cousine et autres) et non je n’avais pas envie de perdre du poids de cette façon au risque de perdre aussi ce qui fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Les risques post-opératoires sont nombreux, les inconvénients aussi. Alors mes kilos sont toujours là, mais je ne désespère pas de les voir s’envoler ! Bon courage 🙂

    • Je m’étais renseigné (sur internet) il y a un moment, ça a peut être changé depuis…
      Mais j’avoue qu’ayant vu les « dégats » sur certaines personnes de mon entourage lointain, ça ne me donne pas très envie…

  • Souvent tes articles me parlent mais alors là ! En plein dans le mille 🙂
    J’aime beaucoup ce que tu dis sur les pensées positives dont il faut s’entourer pour initier ce parcours 🙂 Et la recherche du Bien être avant tout !
    Comme toi j’ai de belles réussites à mon actif (-25 kg en 2012 !) mais un régime trop stricte (sans œufs, sans lait, sans féculents) que je n’ai pas pu maintenir dans la durée et une fausse-couche et une grossesse plus tard tout est à refaire !
    J’ai l’impression que le yoyo, c’est l’histoire de ma vie ! La nourriture est le meilleur de mes refuges et aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été au « régime » (ma mère pensait bien faire car ma sœur jumelle et moi avons été au dessus des courbes de poids et de taille petites…) mais les échecs/succès successifs n’ont fait que me fâcher avec mon corps que je traîne comme un boulet !
    Je sais que je dois revoir mon rapport à la nourriture et à mon corps (pendant longtemps j’ai pensé que l’amour de ma mère était inversement proportionnel à mon poids :)) et surtout faire très attention à ce que je peux transmettre à ma fille sur le sujet (elle n’a que 18 mois mais le pédiatre, les courbes, tout ça…comme un air de déjà vu)!
    J’entends souvent parler de Zermati, je vais me renseigner ! Un livre peut-être à me conseiller pour commencer ?
    Tu as tout mon soutien en tout cas et bravo pour ta démarche !

  • Ton expérience , ton vécu et le cheminement de ces années écoulées ont fait de toi une femme et une maman forte et accomplie . La machine de guerre est lancée …. Tu vas gagner!!! Milles pensées pour toi.

  • Après lecture de tes différents posts, j’ai l’impression que ton gros problème c’est de te cadrer et p-e ta motivation trop vite entachée par un échec.

    En juin 2015, j’ai commencé Weight Watchers suite à mes essayages de robes de mariées (ça a été THE déclic où la descente aux enfers, c’est au choix). Lorsque j’ai commencé, je pesais 100,2 kg mais je suis ce qu’on appelle une « fausse mince » (j’ai du monter sur la balance pour que ma mère me croit).

    Je ne te cache pas qu’au départ, les kilos se sont vite envolés et c’était très motivant. A ce jour, j’ai perdu 28 kg. Idéalement je veux perdre 30 kg pour l’essayage « retouche » de ma robe de mariée début avril. Mon IMC est redevenu normal et c’était un aspect très important, j’ai aussi repris le sport (salle de sport 3h/sem ou 10km de vélo 1j/2)

    Tout ça pour dire, que pour entreprendre cette méthode seule, il faut vraiment une bonne dose de volonté et d’acharnement. Je suis restée au même palier durant plus d’un mois et je désespérais mais mon conjoint (qui a aussi fait WW en même temps que moi. Il a perdu plus de 15 kg) m’a soutenue et épaulée d’une manière incroyable.

    Evidemment parfois on a envie de craquer et il est important de ne pas se l’interdire mais il faut aussi tempérer les jours à venir.

    En tout cas je te souhaite bonne chance dans ta perte de poids

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


huit + = douze